Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

1. Reproduction sociale et travail de care dans les espaces transnationaux : rapports de genre, classe, race

Défamilialisation et politiques de care dans les États sociaux européens

Laura Merla et Florence Degavre

Note de l’éditeur

Référence : Merla, Laura, et Florence Degavre. “Défamilialisation et politiques de care dans les États sociaux européens” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 105-115, DOI : 10.4000/books.iheid.5954 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Note de l’auteur

Nous remercions vivement Magalie Saussey et Cécile Wéry, ainsi que les deux referees anonymes, pour leur lecture attentive et leurs remarques constructives sur les versions successives de cet article. Nous restons bien évidemment seules responsables de ses imperfections. Ce texte s’appuie sur les résultats d’une recherche co-dirigée par Florence Degavre et Marthe Nyssens intitulée « Care regimes on the move. Comparing home care to dépendent older people in Belgium, England, Italy and Germany » (https://www.uclouvain.be/cirtes.html, financement MIRE/DREES.) ; et sur ceux de deux recherches menées par Laura Merla : « Transnational care practices of working class Latin American migrants living in Australia and Portugal : a comparative perspective » financée par une bourse Marie Curie OIF (6 e programme-cadre de l’UE), et « Transnational care-giving in the Belgian context : an analysis of the intra-familial dynamics at play in the exchange of care between adult migrants and their parents » financée par la Politique scientifique fédérale belge. Ce chapitre reflète uniquement le point de vue des auteures. Les commanditaires ne peuvent être tenus responsables de l’utilisation qui est faite des informations qu’il contient.

Texte intégral

Introduction

1Les travaux des féministes matérialistes ont bien mis en avant la tendance intrinsèque du système patriarcal à s’appuyer sur le travail gratuit de reproduction des femmes (Delphy 1998 ; 2001a ; 2001b ; Moujoud et Falquet 2010). Dès lors, une des préoccupations majeures du mouvement des femmes s’est portée sur la capacité de l’État, en tant qu’ensemble de politiques sociales et de droits, à rendre possible l’autonomie des femmes, qu’elles soient célibataires, épouses, mères ou filles (Lewis 1997). Ceci passe à la fois par l’accès des femmes à l’indépendance économique et par leur libération des charges liées à la famille (Kröger 2009 : 9). L’action libératrice de l’État fut mesurée, dans les travaux féministes, par le degré plus ou moins élevé de « défamilialisation » (Lister 1994 ; 2003 ; Bambra 2007). Ce concept cible « le degré auquel des individus adultes peuvent soutenir un standard de vie socialement acceptable, indépendamment des liens familiaux, soit à travers le travail rémunéré soit à travers les transferts sociaux » (Lister 1994, 32), ou plus spécifiquement « le point auquel un État social permet aux femmes de survivre en tant que travailleuses indépendantes et diminue l’importance économique de la famille dans la vie des femmes » (Bambra 2007 : 327). Si l’on suit l’esprit qui a prévalu à la naissance du concept, un meilleur accès des femmes à la fois au travail rémunéré et aux services (ou transferts sociaux) de care témoignent de niveaux élevés de défamilialisation, ce qui passe, comme le suggère Esping-Andersen (1999), par la prise en charge du bien-être des familles et des responsabilités de care par les prestations assurées par l’État (Welfare provision) et/ou par le marché (market provision). En revanche, des niveaux bas, voire nuls, caractérisent les politiques sociales qui encouragent de fait les femmes à renoncer au travail rémunéré pour faire du care, sans contrepartie en transferts financiers.

2Le concept de défamilialisation et les travaux d’analyse des politiques qui y ont trait font preuve néanmoins d’une certaine cécité à l’égard de l’importance grandissante de la migration féminine « en lien avec le care » et intègrent peu l’interconnexion entre ce phénomène et la réalité contemporaine des politiques de care en Europe. Si les travailleuses migrantes constituent souvent la main-d’œuvre qui rend possible un certain niveau de défamilialisation en Europe, la question de leurs propres besoins de défamilialisation et celle de leur accès aux dispositifs qui la rendent possible ne sont que très rarement posées.

3Ce chapitre évoque d’abord brièvement le contexte des politiques sociales influençant l’exercice du care et du travail domestique des femmes migrantes ainsi que leurs propres responsabilités et pratiques de care envers les membres de leur famille résidant dans leur pays d’origine. Nous discuterons ensuite le paradoxe qui résulte de la non prise en compte de ces responsabilités familiales transnationales par les pouvoirs publics et par les théoriciennes de la défamilialisation.

Les travailleuses migrantes dans un secteur du care et du travail domestique en mutation

  • 1 Il s’agit de transferts monétaires octroyés, en cas de dépendance nécessitant une aide sur le long (...)
  • 2 Système de transfert monétaire accordé par l’État italien aux personnes âgées ou en situation de ha (...)

4Le travail des femmes migrantes dans le secteur du care et du travail domestique, formel et informel, est bien documenté en Europe (Martens et Verhoeven 2006 ; Anderson 2007 ; Queirolo Palmas et Ambrosini 2008 ; Williams 2012). Une part non négligeable d’entre elles exercent leur travail dans le cadre des dispositifs récents d’aide aux personnes mis en place par les États européens dans les années 1990 et 2000. Des pays comme l’Italie et la Grande-Bretagne ont ainsi opté pour des systèmes de cash for care1 qui ont facilité le développement d’un véritable marché du travail ménager et du care, généralement peu réglementé. Les familles y deviennent directement les employeurs d’une main-d’œuvre mal rétribuée, peu ou pas encadrée, avec un statut et un permis de séjour ou de travail précaire voire absent (Rummery 2009 ; Da Roit et Le Bihan 2009 ; Degavre, Nyssens et al. 2012). En Grande-Bretagne, 19 % seulement des travailleuses domestiques et de care affirment détenir un permis de travail (Cangiano et al. 2009). L’emploi illégal est favorisé à la fois par la difficulté d’accès à ce permis et par certains transferts monétaires octroyés par l’État pour répondre aux besoins de care. En Italie le système de l’Indennità di accompagnamento2 a, lui aussi, contribué au développement d’un marché informel du care (Simonazzi 2009). Le personnel employé y est principalement d’origine immigrée (Pasquinelli et Rusmini 2008) et féminin – 90 % des personnes migrantes enregistrées comme travaillant dans le care sont des femmes (Di Santo et Ceruzzi 2009).

  • 3 Entre 7,50 et 8,50 euros de l’heure en Allemagne, 6 et 7 livres en Angleterre, un maximum de 1000 e (...)

5L’expérience des travailleuses migrantes domestiques est de plus en plus fortement enchâssée dans ce processus de marchandisation du care né des politiques publiques. C’est là que se jouent à la fois leur niveau d’(in)dépendance économique et leur propre (in-) accès aux services ou transferts monétaires de care mis en place par ces mêmes politiques. Les migrantes en situation de travail ou de séjour irréguliers, de par leur statut juridique, n’ont accès ni aux transferts sociaux comme le cash for care ni à d’autres services comme les crèches et les garderies. Elles ne bénéficient pas non plus des dispositifs légaux tels que les congés spéciaux permettant de suspendre temporairement une activité professionnelle pour donner du care. Ces dispositifs ont été mis en place pour faciliter l’articulation de la vie familiale et professionnelle, et les politiques ne manquent pas de rappeler qu’ils sont à destination prioritaire des femmes. Sur le plan du revenu, l’accès à un niveau de vie socialement acceptable est loin d’être garanti. En l’absence d’étude à grande échelle, il est difficile d’estimer le revenu des migrantes ayant un statut précaire de travail ou de séjour. En Belgique par exemple, il se situe à un minimum de 450 euros pour le statut d’employée au pair (ORCA 2010) et à un maximum de 1100 euros par mois pour une travailleuse en situation clandestine (Degavre et Langwiesner 2011, 82). Quant au travail dans le secteur formel, le degré d’accès aux différentes mesures liées à la défamilialisation et pour lesquelles une part de paiement personnel est requise est déterminé par les niveaux de rémunération3 et la plus ou moins grande stabilité de l’emploi. Lorsque les travailleuses domestiques migrantes peuvent en bénéficier, ces mesures ne sont généralement pas adaptées aux spécificités de leur situation migratoire et ne couvrent pas les besoins du care transnational, comme nous le verrons dans la section suivante.

Migration et care familial transnational

6La question du maintien des liens familiaux à distance et, en particulier, de la contribution des migrantes au bien-être matériel, personnel et affectif des membres de leur famille qui résident dans le pays d’origine, est au cœur de la littérature sur les familles transnationales, et notamment sur le care transnational. Deux courants se sont en effet intéressés à la mobilité transnationale du care : la littérature sur les chaînes globales de care, et la littérature sur le care transnational. Selon le premier courant, le mouvement global des migrantes entraînerait une « fuite » du care (Hochschild 2005), les migrantes n’étant plus à même, en raison de leur éloignement géographique, de prendre soin des membres de leur famille autrement que via des envois de fonds (Hochschild 2005). Cette vision unidirectionnelle de la mobilité du care, si elle fait sens dans le contexte d’une analyse des marchés du travail globalisés, s’appuie sur une définition étroite du care et nourrit l’idée culpabilisante selon laquelle la migration des mères aurait automatiquement un impact négatif sur les enfants « laissés » au pays et ne recevant plus l’amour de leur mère que sous forme d’argent (Pyle 2006). Or, le second courant, celui du care transnational, démontre que lorsque l’on aborde la question de la mobilité du care sous l’angle des économies de la parenté et des relations familiales gouvernées par un principe de réciprocité asymétrique généralisée (Baldassar et Merla à paraître/a), il apparaît que la migration n’entraîne pas systématiquement un déficit de care dans la sphère familiale (Al-Ali 2002 ; Baldassar et al. 2007a ; Baldassar et al. 2007b ; Le Gall 2005 ; Merla 2011 ; Merla et Baldassar 2010 ; Zontini et Reynolds 2007 ; Fog Olwig 2002). Ce courant se fonde sur une vision multidimensionnelle du care qui comprend des éléments tels que le soutien physique, émotionnel, moral, pratique (conseils et aides), financier et matériel ou encore la mise à disposition d’un logement. Cette « circulation du care » s’opère au sein des réseaux familiaux transnationaux de solidarité, dans des directions multiples, à des degrés d’intensité divers tout au long de la vie, de manière intra et intergénérationnelle, en situation de coprésence tant physique que virtuelle (Baldassar et Merla à paraître/a).

En Allemagne, on délocalise aussi les vieux Laurent Mouloud
Les délocalisations ne connaissent plus de limites. Après le textile et les plates-formes téléphoniques, la dernière tendance en Allemagne est de délocaliser les… personnes âgées ! Le sujet est très sérieux. Comme le raconte le journal Welt am Sonntag, de plus en plus de familles, confrontées au coût croissant du grand âge, expédient Papi et Mamie dans des pays à main-d’œuvre bon marché où elles pourront les placer dans des structures de soins plus abordables. Les contrées proches d’Europe de l’Est, comme la Slovaquie, la République tchèque ou la Hongrie, sont particulièrement prisées. Mais certains vont jusqu’en Espagne ou en Thaïlande où, paraît-il, les « maisons de retraite » pour clientèle ouest-européenne se multiplient, parfois gérées par des Allemands eux-mêmes. Il faut dire qu’outre-Rhin, les tarifs de ces structures sont devenus inabordables pour une bonne part de la population. « Le niveau 3 (niveau maximal correspondant à une assistance 24 heures sur 24) coûtait dernièrement près de 2900 euros par mois », rappelle le journal. En Slovaquie, pour le même niveau de soins, il n’en coûte que 1100 euros. Un argument qui fait mouche, alors que le niveau des retraites stagne depuis des années et que le nombre de personnes âgées dépendantes grimpe en flèche. L’Allemagne prévoit qu’elles seront 3,4 millions en 2030 contre 2,3 millions actuellement. Bref, cette délocalisation du grand âge risque de n’en être qu’à ses débuts. À en croire l’article, même la sécurité sociale allemande regarderait ce phénomène avec beaucoup d’intérêt, alors qu’elle est confrontée à une hausse continue du nombre de bénéficiaires de l’allocation de dépendance (+ 5 % en 2010). Bref, dans quelques semaines, lorsque toute la famille réunie offrira à Pépé un beau voyage à Prague, on ne saurait trop lui conseiller de bien regarder s’il y a le billet retour…
Mouloud, L. 2012. En Allemagne, on délocalise aussi les vieux.
L’Humanité. 6 décembre.

  • 4 En référence aux critiques pertinentes de nombreux-ses anthropologues (Amselle et M’Bokolo 1985), n (...)

7L’implication des différents membres d’un réseau familial transnational dans la « circulation du care » peut prendre quatre formes (Kilkey et Merla à paraître) : la prestation directe en situation de coprésence physique (notamment à l’occasion de visites dans le pays d’accueil ou d’origine), la prestation directe à distance via l’utilisation des diverses technologies de communication, la coordination à distance des différents types de soutien, et la délégation à une tierce personne ou entité – ce qui ne veut pas dire que la personne qui délègue ne reste pas attentive à la situation du bénéficiaire de l’aide qu’elle est éventuellement disposée à épauler en cas de besoin. Ceci requiert la mobilisation de diverses ressources auxquelles les migrantes ont un accès variable (Merla 2012a ; 2012b), notamment en fonction de leur âge, de leur origine « ethnique »4 ou de leur place dans les cycles migratoires et familiaux.

8Le premier niveau de ressources comprend la mobilité (faculté de se déplacer) et la communication (capacité de communiquer et d’envoyer du soutien matériel). Un deuxième niveau inclut le temps (avoir la possibilité de consacrer du temps au care), les finances (avoir des moyens financiers suffisants pour pouvoir investir dans la circulation du care), l’éducation et les compétences (notamment être capable d’utiliser les technologies de la communication). Les relations sociales (avoir accès à un réseau social dans les sociétés d’origine et de destination) assurent la transition entre le premier et le troisième niveaux. Les réseaux de sociabilité peuvent en effet aider les migrants et les membres de leur famille à surmonter les difficultés liées à l’accès aux autres ressources, par exemple en finançant leurs déplacements à l’étranger ou en les aidant à utiliser les technologies de la communication (Merla 2011).

9Les politiques formelles et informelles des pays d’origine et de destination exercent une forte influence sur l’accès à ces diverses ressources et sur la capacité de les utiliser. Pour Kilkey et Merla (à paraître), les contextes institutionnels dans lesquels les ressources nécessaires à la circulation du care sont en partie mises en place dépendent notamment des régimes de care et de la politique migratoire, des politiques en matière de développement des infrastructures et de régulation des prix sur le marché des télécommunications et des transports, et du régime de temps de travail (Rubery, Smith et Fagan 1998) qui renvoie aux politiques de régulation du temps de travail. Ces régimes interagissent pour créer des contextes particuliers qui facilitent ou non la circulation du care dans les différents types de familles transnationales, toutes catégories sociales confondues. Le niveau et les formes que prennent l’engagement de migrantes dans la circulation du care et l’aisance avec laquelle elles participent à ces échanges sont en partie influencés par leur accès aux transports et aux technologies de la communication, ainsi que par leur positionnement dans les régimes de care et les politiques migratoires et de temps de travail de leurs sociétés d’origine et de destination (Merla à paraître).

Articuler dé-familialisation et care transnational

  • 5 Cette mesure ne concerne évidemment pas les travailleuses migrantes qui ont travaillé avec un statu (...)

10Il existe des mesures qui facilitent, au niveau européen, la circulation du care familial : par exemple la portabilité des pensions qui permet aux retraités européens s’installant dans un autre État membre, notamment pour prendre soin de leurs petits-enfants, de continuer à percevoir leurs allocations de retraite à l’étranger5. Mais de façon générale, les politiques d’immigration européennes ne penchent nullement pour l’extension des droits sociaux des migrant-es ni pour le regroupement familial. L’esprit des politiques publiques européennes est à la promotion de migrations temporaires, saisonnières et circulaires pour les emplois peu qualifiés (voir notamment McLoughlin et Münz 2011). On est même en droit de s’interroger sur un lien, parfaitement assumé par les pays recevant des personnes migrantes, entre la mise en précarité de certains pans du care par la marchandisation d’une part, l’accès restrictif à la politique de défamilialisation d’autre part et, enfin, la mise en « migration circulaire » d’une partie des travailleuses immigrées. Il reste donc bien à définir des politiques publiques, en particulier pour les ressortissants de pays non européens, qui permettraient à la fois l’accès aux dispositifs de la défamilialisation pour les migrantes dans le pays où elles travaillent et un soutien aux pratiques de care au sein de leurs familles transnationales.

11Du point de vue féministe, il peut sembler paradoxal de préconiser des mesures qui visent à la fois à défamilialiser et à soutenir un care hyperfamilialisé. La valeur symbolique accordée au care dans la théorie sur le care transnational (et qui trouve un écho dans la littérature sur l’éthique de la sollicitude) peut entrer en contradiction avec la méfiance vis-à-vis du care et de la famille sous-jacente à la théorie sur la défamilialisation. Les pays de destination de la migration peuvent être perçus, par les migrantes elles-mêmes, comme tendant à dévaluer non seulement le care familial mais aussi le rôle joué par la famille étendue. La représentation culturelle des relations familiales et de la solidarité intergénérationnelle qui fonde les pratiques des migrantes est susceptible d’entrer en tension avec les objectifs d’une politique défamilialisante. Comme des chercheuses féministes l’ont elles-mêmes montré, la théorie de la défamilialisation ignore le droit de recevoir du care et celui d’en donner (Lewis 1997, Knijn et Kremer 1997), notamment parce que le féminisme a historiquement (et à raison) dénoncé le piège du confinement des femmes dans la sphère domestique. Plutôt que d’opérer un retour en arrière en imposant aux migrantes de poser un « faux » choix entre travail rémunéré et care, il s’agit ici de reconnaître que les propriétés défamilialisantes des États doivent s’appliquer à toutes et tous sur la base du travail exercé, tout en s’adaptant aux situations de care transnational.

12Les migrantes se trouvent à la croisée de deux systèmes (celui de leur pays d’origine, parfois fortement familialiste, et celui de leur pays d’installation, au demeurant plus défamilialisant… sauf pour elles-mêmes). Ce croisement crée un contexte dans lequel il est primordial que la reconnaissance du caractère oppressif de l’obligation de prendre soin d’autrui aille de pair avec le constat que les membres dépendants des familles des migrantes n’ont pas accès aux dispositifs qui permettent aux familles du Nord d’externaliser leur care. Les États sociaux européens ne peuvent plus prétendre ignorer qu’ils privent ces migrantes de leur capacité à prendre correctement soin de proches qui dépendent entièrement de la solidarité familiale et qui ne peuvent s’appuyer, dans le pays d’origine, sur des dispositifs étatiques. Ceux-ci passeront notamment par trois ensembles de mesures. D’abord, une adaptation des régimes de protection sociale et de care aux situations et besoins spécifiques des travailleuses migrantes afin de faciliter leur accès aux ressources financières et temporelles dont elles ont besoin pour s’occuper des membres de leur famille. Ensuite, l’accès des migrantes à des emplois stables et bien rémunérés dans le secteur du care, ce qui facilitera leur accès au droit à prendre du temps pour le care. Et enfin, l’encouragement de mesures de regroupement familial pour ces travailleuses (Ariza à paraître ; Fresnozat-Flot 2009).

Conclusion

13Dans cet article, nous avons montré que les migrantes qui travaillent dans le secteur du care jouent un rôle primordial, à la fois dans les États sociaux européens où elles répondent aux besoins d’externalisation du travail domestique et de soin des personnes dépendantes, et dans leurs pays d’origine où elles continuent à soutenir matériellement, pratiquement et affectivement les membres de leur propre famille qui ne peuvent compter sur le soutien de l’État. La situation et les besoins spécifiques de ces « agentes » de la défamilialisation du Nord sont encore trop souvent ignorés à la fois dans les réflexions menées par les théoricien-nes de la défamilialisation et par les pouvoirs publics. L’originalité de leur situation réside dans le fait que la défamilialisation des migrantes elles-mêmes dépend à la fois des possibilités d’indépendance financière et d’accès aux services de care offertes dans le pays de destination en fonction de leur statut juridique et de leurs conditions de travail, et des possibilités offertes dans leur pays d’origine, notamment par les niveaux de protection sociale et de services accessibles aux membres de leur famille. Or, dans de nombreux cas, ces possibilités sont faibles à la fois dans la société d’origine et dans le pays d’accueil. La voie poursuivie pour défamilialiser au sein d’un État peut donc paradoxalement être de nature à laisser globalement inchangées les inégalités entre hommes et femmes d’une part et à approfondir les différences de traitement entre femmes d’autre part.

14Le fait que les travailleuses migrantes du care, qui permettent aux familles du Nord de se libérer au moins partiellement du care non rémunéré aux proches, sont elles-mêmes largement exclues des dispositifs d’articulation entre vie professionnelle et familiale, est problématique. Plutôt que d’opérer un choix entre une défamilialisation accrue et un soutien à la circulation du care au niveau transnational, il conviendrait de réfléchir aux possibilités d’étendre la couverture des politiques défamilialisantes aux travailleuses migrantes tout en facilitant leur accès aux ressources qui soutiennent la solidarité familiale d’un care en situation de « non proximité » géographique.

Bibliographie

Al-Ali, N. 2002. Loss of status or new opportunities ? Gender relations and transnational ties among Bosnian refugees. In The transnational family : new European frontiers and global networks. (Eds.) D. Bryceson et U. Vuorela. New York : Berg.

Amselle, J. -L. et E. M’Bokolo (Dir.). 1985. Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique. Paris : La Découverte.

Anderson, B. 2007. A very private business : employment in private households. European Journal of Women’s Studies. 14 (3) : 247-264.

Ariza, M. À paraître. Care circulation, absence and affect in transnational mothering. In Transnational families, migration and the circulation of care : understanding mobility and absence in family life. (Eds.) L. Baldassar et L. Merla. Londres : Routledge.

Baldassar, L., C. Baldock et R. Wilding, 2007a. Families caring across borders : migration, ageing and transnational caregiving. Londres : Palgrave McMillan.

–––. 2007b. Long-distance care-giving : transnational families and the provision of aged care. In Family caregiving for older disabled. (Ed.) I. Paoletti. New York : Nova Science.

Baldassar, L. et L. Merla. À paraître/a. Introduction : Conceptualizing care circulation. In Transnational families, migration and the circulation of care : understanding mobility and absence in family life. (Eds.) L. Baldassar et L. Merla. Londres : Routledge.

Baldassar, L. et L. Merla. À paraître/b. Care circulation : families, mobility and caregiving. In Transnational families, migration and the circulation of care : understanding mobility and absence in family life. (Eds.) L. Baldassar et L. Merla. Londres : Routledge.

Bambra, C. 2007. Defamilialisation and Welfare State regimes : a cluster analysis. International Journal of Social Welfare. 16 : 326-338.

Cangiano, A., I. Shutes, S. Spencer et G. Leeson. 2009. Migrant care workers in ageing societies : report on research findings in the UK. Oxford : COMPAS.

Da Roit, B., B. Le Bihan. 2009. La prise en charge des personnes âgées dépendantes en France et en Italie. Familialisation ou défamilialisation du care ? Lien social et politiques. 62 : 41-55. Accessible en ligne sur http://id.erudit.org/iderudit/039313ar

Degavre, F. et G. Langwiesner. 2011. Le care comme stratégie migratoire : quel gain d’autonomie pour les femmes ? In Femmes et stratégies transnationales (XVIIIe-XXIe siècles). M. -P. Arrizabalaga, D. Burgos, M. Yusta. 67-91. Bruxelles : Pieter Lang.

Degavre, F., M. Nyssens (Dir.), I. Bode, J. Breda, J. -L. Fernandez, A. Simonazzi. 2012. Care regimes on the move. Comparing home care to dependent older people in Belgium, England, Italy and Germany. Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain.

Delphy, C. 2001a. Les femmes et l’État. In L’ennemi principal, tome 2 « Penser le genre ». Collection Nouvelles Questions Féministes. Paris : Syllepses.

–––. 2001b. L’ennemi principal, tome 2 « Penser le genre ». Collection Nouvelles Questions Féministes. Paris : Editions Syllepses.

Di Santo, P. et F. Ceruzzi. 2009. Developing and ensuring quality. National report Italy. Rome : Interlinks. Accessible en ligne sur http://interlinks.euro.centre.org/sites/default/files/WP4_IT_final.pdf

Esping-Andersen, G. 1999. Social foundations of post-industrial economies. Oxford : Oxford University Press.

Fog Olwig, K. 2002. A wedding in the family : home making in a global kin network. Global Networks. 2 : 205-218.

Fresnozat-Flot, A. 2009. Migration status and transnational mothering : the case of Filipino migrants in France. Global Networks. 9 : 252-270.

Hochschild, A. R. 2005. Love and gold. In Women, power and justice : a global perspective. (Ed.) L. Ricciutelli. Toronto : Zed/Innana Books.

Kilkey, M. et L. Merla. À paraître. Situating transnational families’care-giving arrangements : the role of institutional contexts. Global Networks.

Knijn, T. et M. Kremer. 1997. Gender and the caring dimension of Welfare States : toward inclusive citizenship. Social Politics. 4 (3) : 328-361.

Kröger, T. 2009. Dedomestication and childcare policy : a comparison of care provisions of fifteen welfare states. ISA RC 19 Conference « Social policies : local experiments, travelling ideas ». Université de Montréal. 20-22 août. Accessible en ligne sur www.cccg.umontreal.ca/rc19/PDF/Kroger-T_Rc192009.pdf

Le Gall, J. 2005. Familles transnationales : bilan des recherches et nouvelles perspectives. Les cahiers du Gres. 5 : 29-42.

Lewis, J. et B. Hobson. 1997. Introduction. In Lone mothers in European welfare regimes : shifting policy logics. (Ed.) J. Lewis. London and Philadelphia : Jessica Kingsley Publishers.

Lister, R. 1994. She has other duties. Women, citizenship and social security. In Social security and social change : new challenges to the Beveridge model. S. Baldwin et J. Falkingham. Hemel Hempstead : Harvester Wheatsteaf.

–––. 2003. Citizenship. Feminist perspectives. New York : New York University Press. Parution originale 1997.

Martens, A. et H. Verhoeven. 2006. Les minorités ethniques sur le marché de l’emploi en Belgique. In Penser l’immigration et l’intégration autrement. Une initiative belge interuniversitaire. (Dir.) B. Khader, M. Martiniello, A. Rea et C. Timmerman. 271-298. Bruxelles : Bruylant.

McLoughlin S. et R. Münz. 2011. Temporary and circular migration : opportunities and challenges. European Policy Centre Working paper n ° 35.

Merla, L. 2011. Familles salvadoriennes à l’épreuve de la distance. Autrepart. 57/58 : 145-162.

–––. 2012a. Salvadoran transnational families, distance and eldercare : understanding transnational care practices in Australia and Belgium. In Migration, Familie und Soziale Lage : Beiträge zu Bildung, Gender und Care. (Eds.) T. Geisen, T. Studer et E. Yildiz. 295-312. Springer VS.

–––. 2012b. Salvadoran migrants in Australia : an analysis of transnational families’capability to care across borders. International Migration. Accessible en ligne sur http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/imig.12024/full

–––. À paraître. A macro perspective on transnational families and care circulation : situating capacity, obligation and family commitments. In Transnational families, migration and the circulation of care : understanding mobility and absence in family life. (Eds.) L. Baldassar et L. Merla. Transnationalism Series. Londres : Routledge.

Merla, L. et L. Baldassar (Eds.). 2010. Les dynamiques de soin transnationales : entre émotions et considérations économiques. Recherches sociologiques et anthropologiques. 41-1. Accessible en ligne sur http://rsa.revues.org/130 Moujoud, N. et J. Falquet. 2010. Cent ans de sollicitude en France. Domesticité, reproduction sociale, migration et histoire coloniale. Agone. 43 : 169-195.

ORCA (Organisation pour les travailleurs immigrés clandestins). 2010. Le personnel domestique, un autre regard. Bruxelles : ORCA.

Pasquinelli, S. et G. Rusmini. 2008. Badanti : la nuova generazione. Caratteristiche e tendenze del lavoro privato di cura. Milano : Istituto per la ricerca sociale.

Pyle, J. L. 2006. Globalization and the increase in transnational care work : the flip side. Globalizations. 3 : 297-315.

Queirolo Palmas, L. et M. Ambrosini. 2008. Les leçons de l’immigration latino-américaine vers l’Europe et l’Italie. In Nouvelles migrations latino-américaines en Europe. Bilans et defis. (Dir.) I. Yépez del Castillo et G. Herrera. 85-99. Barcelone et Louvainla-Neuve : Publicacions i edicions de la Universitat de Barcelona et Presses Universitaires de Louvain.

Rubery, J., M. Smith et C. Fagan. 1998. National working-time regimes and equal opportunities. Feminist Economics. 4(1) : 71-101.

Rummery, K. 2009. A comparative discussion of the gendered implications of cash-forcare schemes : markets, independence and social citizenship in crisis ? Social Policy and Administration. 43(6) : 634-648.

Simonazzi, A. 2009. Care regime and national employment models. Cambridge Journal of Economics. 33(2) : 211-232.

Williams, F. 2012. Converging variations in migrant care work in Europe. Journal of European Social Policy. 22(4) : 363-376.

Zontini, E. et T. Reynolds. 2007. Ethnicity, families and social capital : caring relationships across Italian and Caribbean transnational families. International Review of Sociology. 17(2) : 257-277.

Notes

1 Il s’agit de transferts monétaires octroyés, en cas de dépendance nécessitant une aide sur le long terme, à une personne âgée ou en situation de handicap ou à sa famille.

2 Système de transfert monétaire accordé par l’État italien aux personnes âgées ou en situation de handicap en fonction de leur degré de dépendance et dont le montant est calculé en fonction des moyens de la personne.

3 Entre 7,50 et 8,50 euros de l’heure en Allemagne, 6 et 7 livres en Angleterre, un maximum de 1000 euros par mois en Italie. Voir Degavre, Nyssens et al. (2012).

4 En référence aux critiques pertinentes de nombreux-ses anthropologues (Amselle et M’Bokolo 1985), nous choisissons de mettre ce terme entre guillemets. Nous nous désolidarisons ainsi de toute perspective essentialiste et anhistorique. Nous remercions Magalie Saussey de nous avoir alertées sur ce point.

5 Cette mesure ne concerne évidemment pas les travailleuses migrantes qui ont travaillé avec un statut de séjour ou d’emploi irrégulier.