Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

1. Reproduction sociale et travail de care dans les espaces transnationaux : rapports de genre, classe, race

« Race » et colonialité du pouvoir

Aníbal Quijano

Note de l’éditeur

Référence : Quijano, Aníbal. “« Race » et colonialité du pouvoir” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 67-73, DOI : 10.4000/books.iheid.5948 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Note de l’auteur

Pour une analyse plus approfondie, voir Quijano (2005).

Texte intégral

1L’idée de race est, sans aucun doute, l’instrument de domination sociale le plus efficace inventé ces 500 dernières années […]. Produit du tout début de la formation de l’Amérique et du capitalisme, lors du passage du XVe au XVIe siècle, elle a été imposée dans les siècles suivants sur toute la population de la planète, intégrée à la domination coloniale de l’Europe […]. La race a été imposée comme critère fondamental de classification sociale universelle de la population mondiale, c’est autour d’elle qu’ont été distribuées les principales identités sociales et géoculturelles du monde à l’époque. D’une part, « indien », « noir », « asiatique » (autrefois les « jaunes » et les « couleurs d’olive »), « blanc » et « métis ». De l’autre, « Amérique », « Europe », « Afrique », « Asie » et « Océanie ». Sur la notion de race s’est fondée l’euro-centrage du pouvoir mondial capitaliste et la distribution mondiale du travail et des échanges qui en découlent. Sur elle aussi se sont tracées les différences et distances spécifiques dans la configuration spécifique du pouvoir, avec ses implications cruciales pour le processus de démocratisation des sociétés et des États et pour les processus de formation des États-nations modernes.

  • 1 Sur la colonialité du pouvoir et la matrice coloniale/moderne et eurocentrée du capitalisme mondial (...)
  • 2 Le concept de colonialité du pouvoir a été présenté pour la première fois dans mon texte Colonialid (...)

2C’est ainsi que la race, à la fois mode et résultat de la domination coloniale moderne, a imprégné tous les champs du pouvoir capitaliste mondial. Autrement dit, la colonialité s’est constituée dans la matrice de ce pouvoir, capitaliste, colonial/moderne et eurocentré1. Cette colonialité du pouvoir s’est avérée plus durable et plus enracinée que le colonialisme au sein duquel il a été engendré, et qu’il a aidé à s’imposer mondialement2.

« Racisme » et « race »

3Le « racisme » dans les rapports sociaux quotidiens n’est pas la seule manifestation de la colonialité du pouvoir, mais il en est sans doute la plus perceptible et la plus omniprésente. […]

4La notion selon laquelle la « race » est un phénomène de la biologie humaine ayant des implications nécessaires pour l’histoire naturelle de l’espèce et donc pour l’histoire des rapports de pouvoir, est bien enracinée, persistante et quasiment universelle. C’est ainsi qu’on pourrait expliquer l’exceptionnelle efficacité de cet instrument moderne de domination sociale. Néanmoins, il s’agit d’une construction idéologique nue, qui n’a, littéralement, rien à voir avec la structure biologique du genre humain et tout à voir, en revanche, avec l’histoire des rapports de pouvoir dans le capitalisme mondial, colonial/moderne et eurocentré.

5Je propose de parler ici de deux des questions que soulève cette étrange relation entre la matérialité des rapports sociaux et leur dimension intersubjective.

Sexe-« genre » et « couleur » - « race » ?

  • 3 Les rapports de domination fondés sur les différences de sexe sont plus anciens que le capitalisme. (...)

6Dans la crise actuelle de la matrice de pouvoir en vigueur, sans doute la plus grave qu’elle a eu à affronter en 500 ans, les rapports de classification sociale de la population planétaire en sont profondément affectés. Ils ont combiné, de manière variable, toutes les formes de domination sociale et d’exploitation du travail. Mais à l’échelle mondiale son axe central a été et reste, bien qu’il soit en déclin, l’association entre la marchandisation de la force de travail et la hiérarchisation de la population mondiale en termes de « race » et de « genre »3.

7[…] Les mouvements féministes et le débat sur la question du « genre » ont amené de plus en plus de personnes à admettre que le genre est une construction mentale fondée sur les différences sexuelles, qui exprime des relations patriarcales de domination et vise à les légitimer. Certains proposent actuellement que, par analogie, l’on pense la « race » comme une autre construction mentale, fondée sur les différences de « couleur ». Ainsi, le sexe serait au « genre » ce que la « couleur » serait à la « race ».

  • 4 Il est indispensable de tenir compte du fait que, à moins que l’on accepte le dualisme cartésien ra (...)

8Cependant il existe entre les deux équations une différence irréductible. La première renvoie au réel, ce qui n’est pas du tout le cas de la seconde. Premièrement, le sexe et les différences sexuelles existent réellement. Deuxièmement, ils constituent un sous-système à l’intérieur du système d’ensemble que nous connaissons comme l’organisme humain, de même que la circulation du sang, la respiration, la digestion, etc. C’est-à-dire qu’ils font partie de la dimension « biologique »4 de la personne. Pour cette raison, ils impliquent, troisièmement, un comportement « biologique » différencié entre sexes différents. Quatrièmement, ce comportement biologique différencié est lié, avant tout, à une question vitale : la reproduction de l’espèce. L’un des sexes insémine et féconde, l’autre ovule, conçoit, accouche, allaite, etc.

9En somme, la différence sexuelle implique un comportement, c’est-à-dire un rôle biologique différencié. Le fait que le « genre » soit une catégorie dont l’explication ne peut en aucune manière s’épuiser et encore moins se légitimer par là ne signifie pas pour autant qu’il n’y ait pas un point de départ « biologique » dans la construction intersubjective de l’idée de « genre ».

10Il n’en est rien pour les rapports entre « couleur » et « race ». […] L’idée de « race » est antérieure et, à l’origine, la notion de « couleur » n’a aucune connotation « raciale ». La première « race », ce sont les « Indiens » et il n’existe aucune documentation qui indique une association de la catégorie « Indien » avec celle de « couleur ».

11L’idée de « race » naît avec l’Amérique et se réfère, à l’origine, on le suppose, aux différences phénotypiques entre « Indiens » et « conquistadors », principalement « castillans » […]. Néanmoins, les premiers peuples dominés auxquels les (futurs) Européens appliquent l’idée de « couleur » n’étaient pas les « Indiens », mais plutôt les esclaves enlevés et devenus objets de négoce sur la côte de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Afrique, et qu’on appellera les « Noirs ». Bien que cela paraisse aujourd’hui étrange, ce n’est pas à eux que s’applique à l’origine l’idée de « race », même si les futurs Européens les connaissent depuis bien avant leur arrivée sur les côtes de la future Amérique.

12Durant la Conquête, les Ibériques, portugais et natifs de Castille (castellanos), utilisent le terme « noir » – une couleur – comme on le voit en lisant les chroniques de cette période. Cependant, à la même époque les Ibériques ne s’identifient pas encore eux-mêmes comme « blancs ». Cette « couleur » ne se construira qu’un siècle plus tard, au XVIIe, entre les Britanniques-Américains, avec l’expansion de l’esclavage des Africains en Amérique du Nord et dans les Antilles britanniques. Bien évidemment, dans ces pays le « blanc » était une construction identitaire des dominateurs, opposée à « noir » (« negro », « nigger »), identité attribuée aux dominés quand la classification « raciale » était déjà clairement consolidée et « naturalisée » pour tous les colonisateurs et, peut-être aussi, pour une partie des colonisés.

  • 5 Voir, sur ces questions, Marks (1994).

13Ensuite, si la « couleur » était à la « race » ce que le « sexe » est au « genre », la « couleur » aurait quelque chose à voir, nécessairement, avec la biologie ou avec quelque comportement biologique différencié des organismes. Cependant, il n’en existe aucun indice puisqu’il n’y aucune preuve que quoi que ce soit, dans les sous-systèmes ou appareils de l’organisme humain (génital ou sexuel, circulatoire, respiratoire, ou relevant du filtre des toxines et des liquides, de la production des glandes ou des cellules, des tissus, des nerfs, des muscles, des neurones, etc.) possède une nature ou une configuration différente, des fonctions ou des rôles différents, selon la « couleur » de la peau, la forme des yeux ou des cheveux, etc5.

14[…] En fait, la « couleur » est une façon tardive et euphémistique de dire « race » et ne s’imposera mondialement qu’à la fin du XIXe siècle.

Le nouveau dualisme « occidental » et le « racisme »

15Aux débuts de l’Amérique coloniale s’établit l’idée qu’il existe des différences de nature biologique au sein de la population de la planète, associées nécessairement à leur capacité de développement culturel, mental et général. C’est la question centrale de la célèbre controverse de Valladolid. Sa version extrême, celle de Ginés de Sepúlveda, qui nie aux « Indiens » la qualité d’êtres humains à part entière, sera corrigée par la bulle papale de 1513, mais l’idée fondamentale ne sera jamais contestée. La domination/exploitation fondée sur ce présupposé, pratique coloniale de longue durée, a permis à cette idée de s’enraciner et de se légitimer durablement. Depuis lors, les vieilles idées de « supériorité »/« infériorité » qu’implique tout rapport de domination, y compris simplement bureaucratique, sont restées associées à la « nature » et ont été « naturalisées » pendant toute l’histoire qui allait suivre.

  • 6 Le fait que la catégorie culturelle opposée à « Occident » soit « Orient » est très révélateur. Les (...)

16Voilà, sans doute, le moment initial de ce qui, depuis le XVIIe siècle, se constitue en mythe fondateur de la modernité : l’idée d’un état originaire de nature dans l’histoire de l’espèce et d’une échelle de développement historique qui va du « primitif » (le plus proche de la « nature », qui inclut bien sûr les « noirs » avant tout et ensuite les « Indiens »), jusqu’au plus « civilisé » (l’Europe, bien entendu), en passant par l’« Orient » (Inde, Chine)6.

17[…] Sur la base de l’« Amérique », le bassin atlantique s’est converti en nouvel axe central du commerce mondial au cours du XVIe siècle. Les peuples et les groupes dominants participant au contrôle de cet axe ont rapidement été à l’origine d’une nouvelle région historique et ont ainsi constitué l’« Europe » en tant que nouvelle identité géoculturelle et en tant que centre hégémonique du capitalisme mondial naissant. Cette position a permis aux Européens, en particulier à ceux de l’Europe occidentale, d’imposer l’idée de « race » comme base de la division mondiale du travail et des échanges ainsi que de la classification sociale et géoculturelle de la population mondiale. […]

18La modernité, en tant que matrice de l’expérience sociale, matérielle et subjective, a été l’expression de l’expérience globale du nouveau pouvoir mondial. Mais sa rationalité a été le produit de l’élaboration européenne. C’est-à-dire qu’elle a été l’expression de la perspective eurocentrique de l’ensemble du monde colonial/moderne du capitalisme.

19Un des noyaux fondateurs de cette perspective eurocentrique a été l’instauration d’un nouveau dualisme, ou plutôt d’une nouvelle version de l’ancien dualisme, comme l’une des bases de la nouvelle perspective de la connaissance : la radicale séparation (et pas seulement la différenciation) entre le « sujet » (ou « raison », « âme », « esprit », etc.) et le « corps » - « objet », comme elle s’est établie grâce à l’hégémonie du cartésianisme […].

  • 7 Sur ces questions voir mon texte Coloniality of power and its institutions (Quijano 1999b).

20Presque toutes les « civilisations » connues ont en commun la différenciation entre « esprit » (âme, entendement) et « corps ». La vision dualiste des dimensions de l’organisme humain est ancienne. Mais dans toutes ces civilisations les deux dimensions sont toujours coprésentes, elles agissent ensemble. Avec Descartes, c’est la première fois que le « corps » est perçu strictement comme « objet » et radicalement séparé de l’activité de « raison », qui est la condition du « sujet ». De cette façon, les deux catégories sont mystifiées. Il s’agit d’un nouveau dualisme radical qui a dominé la pensée eurocentrique jusqu’à nos jours7.

21Dans la perspective cognitive fondée sur le dualisme radical cartésien, le « corps » est « nature » et donc « sexe ». Le rôle de la femme, du genre féminin, est étroitement lié au sexe et donc au corps. Dans cette perspective c’est un genre « inférieur ». La « race » est également un phénomène « naturel », certaines « races » étant plus proches de la « nature » que d’autres et donc « inférieures » à celles qui ont réussi à s’éloigner le plus possible de la nature.

22Sur la base de ce qui vient d’être dit, il est pertinent d’insister sur le fait que sans sortir de la prison de l’eurocentrisme en tant qu’orientation des connaissances – dans ce cas précis, la prison du dualisme entre le « corps » et le « non-corps » – on ne peut pas aller loin dans la lutte pour se libérer définitivement de l’idée de « race », ainsi que du « racisme ». Ni de l’autre forme de la colonialité du pouvoir : les rapports de domination entre « genres ».

  • 8 Extraits de : Quijano, A. 2007. « Race » et colonialité du pouvoir. Mouvements. N° 51 : 111-118. © (...)

23Pour la décolonisation du pouvoir, quel que soit le cadre concret de référence, il importe dès le départ de décoloniser toutes les perspectives de connaissance. La « race » et le « racisme » sont situés, comme aucun autre élément des rapports modernes de pouvoir capitaliste, à ce carrefour décisif8.

Bibliographie

Marks, J. 1994. Human biodiversity : genes, race and history. New York : Aldine de Gruyter.

Mignolo, W. 1998. Diferencia colonial y razón postoccidental. Anuario Mariateguiano (Lima). X : 171-188.

Quijano, A. 1992. Colonialidad y modernidad/racionalidad. Perú Indígena. XIII (29) : 11-20.

–––. 1999a. Coloniality of power and eurocentrism. In Modernity and eurocentrism. (Ed.) G. Therborn. Stockholm : FRN.

–––. 1999b. Coloniality of power and its institutions. Colloque « Colonialidad del poder y sus espacios ». Université de Binghamton. Avril.

–––. 2000. Colonialidad del poder y clasificación social. Journal of World Systems Research. XI (2) : 342-386.

–––. 2005. Colonialidad del poder, eurocentrismo y América Latina. In La colonialidad del saber : eurocentrismo y ciencias sociales. Perspectivas latinoamericanas. 201-246. (Ed.) E. Lander. Buenos Aires : CLACSO. Accessible en ligne sur : www.clacso.org/wwwclacso/espanol/html/libros/lander/10.pdf

Quijano, A et I. Wallerstein. 1992. Americanity as a concept or the Americas in the modern world system. International Social Science Journal. N° 134 : 549-557.

Notes

1 Sur la colonialité du pouvoir et la matrice coloniale/moderne et eurocentrée du capitalisme mondial, voir Quijano (1999a). Voir aussi Quijano (2000).

2 Le concept de colonialité du pouvoir a été présenté pour la première fois dans mon texte Colonialidad y Modernidad/Racionalidad (Quijano 1992). Voir aussi Quijano et Wallerstein (1992). Sur le débat actuel autour de la notion, voir Mignolo (1998).

3 Les rapports de domination fondés sur les différences de sexe sont plus anciens que le capitalisme. Celui-ci les a rendus plus profonds en les associant aux rapports de « race » et en faisant des deux des objets de la perspective eurocentrique de connaissance. Mais la classification « raciale » de la population mondiale a amené les femmes des « races » dominantes à dominer les femmes des « races » dominées. Ceci a introduit un mécanisme efficace de renforcement des deux formes de domination, mais surtout de celle qui s’appuie sur l’idée de « race ».

4 Il est indispensable de tenir compte du fait que, à moins que l’on accepte le dualisme cartésien radical, le « biologique » ou le « corporel » est une des dimensions de la personne et que celle-ci doit être pensée comme un organisme qui connaît, rêve, pense, désire, jouit, souffre, etc., et que toutes ces activités se passent avec et dans le « corps ». Cela n’est donc pas « biologique » au sens d’une séparation ou une différence radicale avec l’« esprit », la « raison », etc.

5 Voir, sur ces questions, Marks (1994).

6 Le fait que la catégorie culturelle opposée à « Occident » soit « Orient » est très révélateur. Les « Noirs » et les « Indiens » – surtout les premiers – sont complètement absents de la carte eurocentrique du processus culturel de l’espèce humaine.

7 Sur ces questions voir mon texte Coloniality of power and its institutions (Quijano 1999b).

8 Extraits de : Quijano, A. 2007. « Race » et colonialité du pouvoir. Mouvements. N° 51 : 111-118. © La Découverte.

Auteur

Sociologue, Binghamton University, États-Unis