Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

1. Reproduction sociale et travail de care dans les espaces transnationaux : rapports de genre, classe, race

Sans feu ni lieu… Femmes, greniers et capitaux

Claude Meillassoux

Résumé

Le transfert de la force de travail depuis le secteur non capitaliste vers l’économie capitaliste s’accomplit de deux manières. La première sous forme de ce qu’on a appelé l’exode rural, la seconde, plus contemporaine, par l’organisation des migrations tournantes. L’exode rural a touché et touche encore des millions d’êtres humains dans toutes les zones d’expansion capitaliste. Il a vidé les campagnes anglaises ; partout ailleurs en Europe, il a réduit les paysans à une proportion minoritaire de la population. Jusqu’à une époque toute récente de notre histoire, la reproduction d’une large part de la force de travail fut accomplie de cette manière, par une émigration sans retour de paysans vers les villes…

Note de l’éditeur

Référence : Meillassoux, Claude. “Sans feu ni lieu… Femmes, greniers et capitaux” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 53-66, DOI : 10.4000/books.iheid.5947 - Pour des questions de droit, nous ne pouvons pas publier l’article en sa version intégrale. Achetez le chapitre .pdf éditeur.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site