Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes

 | 
Christine Verschuur

Présentation et introduction

Présentation des Cahiers Genre et Développement

Christine Verschuur

Note de l’éditeur

Référence : Verschuur, Christine. “Présentation des Cahiers Genre et Développement” in Christine Verschuur, Genre, postcolonialisme et diversité de mouvements de femmes, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°7, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2010, pp. 9-13, DOI : 10.4000/books.iheid.5856 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Nous publions ici le septième volume de la collection des Cahiers Genre et Développement lancée en 2000. Chacun de ces volumes est constitué de recueils de documents de référence et d’articles originaux relatifs au concept de genre et à l’analyse des problèmes de développement qu’il permet, sur une thématique particulière. La collection ne constitue pas un « manuel » mais propose, de manière accessible et en langue française, un choix de documents concernant les inégalités de genre dans le développement : articles théoriques, analyses sectorielles, études de cas, avec de nombreuses références bibliographiques à la fin de chaque document. Ce matériel se compose de traductions, d’extraits d’ouvrages ou d’articles, mais aussi de contributions inédites d’auteur-es du Sud et du Nord. Ils sont destinés à des chercheur-es ou étudiant-es, dans des institutions de recherche et de développement, à des responsables ou à des chargé-es de programmes dans des ONG ou des organismes de coopération.

2Les Cahiers Genre et Développement contribuent ainsi à mieux faire connaître la diversité des approches, idées et pratiques féministes en lien avec la problématique du développement. Un riche champ d’étude en genre et développement s’est constitué depuis une quarantaine d’années, qui contribue de manière incontestable aux analyses critiques du développement, tant au niveau des théories que des pratiques.

3Le premier numéro des Cahiers Genre et Développement fournit des éléments pour mieux comprendre le concept de genre, qui provoque encore des résistances et incompréhensions dans le milieu francophone. Les numéros 2 et 3 portent sur l’économie, constituant un ensemble. Le numéro 2 présente un premier éclairage des rapports sociaux entre hommes et femmes, de leurs transformations, et de l’ensemble des situations dans lesquelles les femmes sont insérées économiquement. Il expose également les principales notions qui informent structurellement ces situations, comme celle de la division sexuelle du travail, de l’articulation entre les rapports de production de type domestique et les rapports de production de type capitaliste. Le numéro 3 poursuit cette analyse économique, en se penchant particulièrement sur l’accélération du mouvement de mondialisation économique néolibérale, l’accroissement des inégalités et des écarts entre la pauvreté pour les uns et la prospérité pour les autres. Le numéro 4 présente les réflexions sur les pouvoirs, les processus d’empowerment, les transformations des rapports et des identités de genre, les processus d’organisation autour de la prise de conscience et la défense des droits. Il aborde les mouvements et organisations de base et féministes qui cherchent à promouvoir des changements allant dans le sens de leur vision d’une société, avec une plus grande justice sociale et des rapports plus équitables entre hommes et femmes. Dans le numéro 5, ces questions sont abordées dans le contexte de la division internationale du travail et des migrations. La perspective de genre permet non seulement de rendre les femmes visibles parmi les migrants, mais aussi de souligner les discriminations particulières qui les affectent. Elle interroge la complexité et les transformations des identités des hommes et femmes migrants, la manière dont les femmes migrantes se constituent en sujets de leur propre histoire, les organisations qui soutiennent ces projets de vie et de transformation sociale. L’ouvrage pose la question de l’échange inégal du travail des soins et de l’attention aux autres (care) entre le Sud et le Nord, le care drain. Le numéro 6 aborde les organisations et mouvements environnementaux et urbains. Pour des raisons qui tiennent à la constitution des identités et des rapports de genre, les femmes, selon leur classe et leur race, sont particulièrement concernées par la dégradation de l’environnement et de l’habitat urbain et interviennent activement, de manière plus ou moins organisée, dans les associations et mouvements de base concernés par ces questions, comme cet ouvrage le montre. S’intéresser aux mouvements populaires urbains et environnementaux demande de se pencher également sur la construction de la masculinité, elle aussi traversée par les inégalités de classe et de race, et mise à mal par les transformations rapides liées au modèle économique néo-libéral dominant. Les multiples expériences dans les mouvements urbains et environnementaux, rapportées et analysées dans cet ouvrage, indiquent que c’est en tentant de changer des situations insoutenables du point de vue urbain ou environnemental que l’on peut mieux comprendre les enjeux des rapports de pouvoir entre hommes et femmes, de classe et de race.

4Le présent numéro des Cahiers Genre et Développement s’attache à souligner la diversité et la richesse des mouvements de femmes qui se sont organisés de par le monde depuis la fin du XIXe siècle autour d’enjeux variés, que ce soit autour du droit de vote des femmes, du droit des filles à l’éducation, des luttes anticoloniales, des discriminations racistes envers des femmes, ou de divers autres droits. L’ouvrage explore aussi les débats sur les différentes appartenances de classe, race, caste, genre et la façon dont ces catégories se croisent, se renforcent. Ce débat est déjà ancien, puisqu’il a été abordé dès le XIXe siècle, par exemple avec les textes de Flora Tristan, en Chine dans les années 1920, ou dans les années 1960 aux États-Unis avec les femmes liées au Black feminism. À partir des années 1980, se développe une démarche critique de l’hégémonie d’une certaine pensée féministe, blanche, occidentale. Cette démarche de décolonisation du féminisme est inspirée par des militantes et théoriciennes issues de la migration, des minorités, et surtout par des militantes et théoriciennes dans les pays du Sud. Ainsi, les écrits d’une universitaire indienne, Chandra Mohanty, dont les textes fondateurs ont été traduits dans la collection Cahiers Genre et Développement, certains dans le n ° 6, d’autres dans le présent ouvrage, ont grandement contribué à cette prise de conscience. Mohanty dénonce le fait que ces courants dominants n’aient pas intégré les points de vue des femmes de couleur pauvres et des femmes marginalisées du Sud, qui fournissent une compréhension très fine des logiques de pouvoir, et qu’ils aient construit une image homogénéisante et coloniale des « femmes du Sud ».

5L’ouvrage montre ainsi comment les apports des féministes et des mouvements de femmes de tous pays ont contribué à la construction de la pensée féministe, riche et diverse. Il indique comment la réflexion sur l’intersectionnalité des catégories de genre, classe, race, caste, que les études genre ont largement abordée depuis des années, a nourri et d’une certaine manière précédé le champ des études postcoloniales.

6Si le champ d’étude du genre et développement a depuis plusieurs décennies produit un savoir important, ses apports critiques ont du mal à être véritablement reconnus et intégrés dans les études et pratiques de développement, et le concept de genre provoque encore des résistances. Les Cahiers se veulent donc un espace pour mieux faire connaître l’outil d’analyse qu’est le genre, un espace où se croisent aussi les théories féministes, dans toute leur diversité, avec les théories du développement. Un espace où s’expriment et sont rapportés les expériences concrètes des femmes, de différentes appartenances et origines culturelles, et les savoirs élaborés par et avec elles. Ce travail correspond à une reconnaissance, non seulement de leurs capacités d’agir mais aussi de leurs capacités de penser de manière critique. Nous poursuivons dans chacun des Cahiers nos efforts afin de mieux rendre compte des multiples apports des chercheur-es, mouvements féministes et organisations de femmes, en particulier du Sud, auxquel-les les théories féministes sont redevables.

7Les Cahiers Genre et Développement ont pour objectif de contribuer à ce que la perspective de genre soit incorporée dans les recherches, formations, programmes et projets. Ils favorisent les échanges sur les expériences et la circulation des résultats des recherches, maintenant plus nombreuses, entreprises avec cet outil d’analyse. Cela devrait permettre aux personnes de mondes académiques, professionnels et culturels plus variés de contribuer à la conceptualisation et au débat critique sur cette problématique, et de penser aux liens entre engagements féministes et contre les inégalités sociales d’une part, et engagements professionnels, définition et mise en œuvre de politiques et programmes, d’autre part.

  • 1 L’IUED (Institut universitaire d’études du développement) et l’IUHEI (Institut universitaire de hau (...)

8Pour accompagner ces efforts, un « Pôle genre et développement » s’est mis en place depuis 2003 au sein de l’IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement)1, à Genève, avec le soutien de la Direction du Développement et de la Coopération suisse (DDC). Le Pôle genre et développement a pour objectif de renforcer, de promouvoir et d’intégrer des initiatives de réflexion, de recherche, de formation et d’échanges dans le domaine de la perspective de genre au sein des études du développement. Il cherche à encourager la prise en compte, dans les politiques et programmes de développement, de cette perspective qui n’y est pas encore soutenue de manière conséquente.

9Le Pôle genre et développement de l’IHEID mène diverses activités qui se renforcent mutuellement : enseignements ; programmes de recherches en réseau, encadrement de mémoires de master et de thèses de doctorat, école doctorale en études genre ; colloques internationaux ; publications ; formations par enseignement en ligne (e-learning) ; constitution d’un large fonds documentaire sur le genre et développement au sein de sa bibliothèque et animation d’un site Internet avec des ressources en ligne. Le Pôle genre et développement collabore avec un réseau d’autres institutions, en Suisse, en Europe, ainsi que dans des pays du Sud.

10Reconnaissant la pertinence de ce nouveau champ de savoir interdisciplinaire en genre et développement, l’IHEID a construit ce Pôle à la fois comme un espace et comme une perspective qui traverse l’ensemble de ses activités d’études et de recherche en développement. L’équipe d’enseignantes s’est renforcée et le nombre d’étudiant-es et de recherches est croissant.

11Inclure une perspective de genre donne des outils pour infléchir l’orientation des paradigmes de développement actuels, en particulier dans le contexte de la mondialisation, en y incluant les critiques et les revendications de plusieurs décennies de luttes et d’études féministes, aux Suds comme aux Nords et dans des pays de l’Est.

12Les transformations des rapports de genre impliquent de profonds changements, pour aller vers une société plus juste et équitable. Il s’agit non seulement de chercher à défendre un développement avec des rapports de genre plus équitables, mais aussi de promouvoir des rapports de genre plus équitables qui favoriseraient un développement économique, social, politique et culturel différent et plus juste.

Notes

1 L’IUED (Institut universitaire d’études du développement) et l’IUHEI (Institut universitaire de hautes études internationales) de Genève ont fusionné en 2008 pour devenir l’IHEID www.genre-dev.org ou http://graduateinstitute.ch/genre

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site