Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

4. Recherche et politiques publiques à l'épreuve du genre : l'angle mort ?

Organisations populaires et réseaux de solidarité de femmes : la redécouverte d’une ressource pour les politiques

Maxine Molyneux
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Référence : Molyneux, Maxine. “Organisations populaires et réseaux de solidarité de femmes : la redécouverte d’une ressource pour les politiques”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 385-403, DOI : 10.4000/books.iheid.5839 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Introduction : la valorisation du capital social des femmes

1Ces dernières années, le concept de capital social est apparu dans les débats politiques portant sur des domaines aussi divers que la régénération communautaire, la santé, la migration, l’éducation, la protection sociale et le développement. Compris en général, selon la définition de Putnam, comme le ciment social que créent la vie associative et les réseaux citoyens de soutien et de solidarité, le capital social semble aussi susceptible de faire progresser la productivité, d’aider les plus pauvres, de renforcer la démocratie, de reconstruire les communautés déchirées par la guerre, et d’apporter plus de bien-être mental et physique. Dans un sens plus général, il est également salué comme le rempart essentiel contre les tendances socialement corrosives qui accompagnent la vie économique contemporaine. Par extension, il est l’antithèse de la célébration de l’individualisme du chacun pour soi, corollaire naturel de la gouvernance de marché. L’intérêt porté actuellement au capital social témoigne d’une reconnaissance croissante de l’importance de la vie sociale dans le bien-être des individus, mais aussi du rôle qu’elle peut jouer dans les politiques gouvernementales et en matière de services aux personnes. En établissant des interactions civiques et sociales plus riches et en coopérant pour des objectifs communs, les citoyens améliorent leur qualité de vie, mais ils permettent aussi de mettre en place des projets politiques plus efficaces et plus responsables.

2Les publications sur le capital social et sur sa visibilité croissante dans le domaine des politiques publiques sont nombreuses. Mais, de façon surprenante, cette littérature ne parle pas du rôle que jouent les femmes dans la création et le maintien de la vie sociale par l’intermédiaire des réseaux féminins et des formes de solidarité féminines (Molyneux 2002). Pourtant, partout dans le monde, les femmes participent à des activités bénévoles et communautaires très diverses pour des œuvres caritatives, des églises, des groupes familiaux, des groupes de voisinage ou des clubs. Ce sont souvent les femmes qui ont les liens locaux et familiaux les plus forts ; elles forment des réseaux, s’impliquent dans des relations d’aide mutuelle et comptent souvent parmi les personnes les plus actives dans les groupes de quartier et dans la vie associative locale. On les retrouve au cœur des organisations bénévoles d’entraide pour la santé, l’éducation, dans les programmes qui organisent l’alimentation dans les quartiers aussi bien que dans les programmes de logement, dans les associations culturelles, dans l’aide aux communautés soudainement frappées par le chômage, dans la gestion de groupes de troc, dans la garde des enfants et la gestion de foyers pour les femmes victimes de violences ou marginalisées. Cette gamme d’activités s’inscrit dans ce que certains ont nommé « l’économie sociale » au sens où les motivations des citoyens qui s’impliquent dans ces formes de coopération ne sont pas prioritairement, voire pas du tout, matérielles. L’économie sociale peut jouer un rôle important dans la lutte contre des formes diverses d’exclusion sociale tout en donnant aux femmes des espaces de sécurité – où elles peuvent construire des relations basées sur la confiance, développer des compétences et acquérir de l’expérience.

3Ces activités font plus qu’améliorer la qualité de la vie sociale, elles montrent bien que ni les Etats ni les marchés ne peuvent répondre à tous les besoins sociaux. Par choix ou par obligation, les citoyens assurent donc leur propre protection sociale, leur propre bien-être et leur propre sécurité en recourant à une combinaison d’institutions sociales formelles et informelles.

4Pour satisfaire leurs besoins essentiels, celles et ceux dont les moyens de subsistance sont précaires n’ont probablement pas d’autre solution que de s’en remettre aux réseaux informels et à l’aide qu’ils apportent. Les recherches sur les moyens de subsistance des ménages, sur les réseaux sociaux et les institutions bénévoles ont montré que de nombreuses personnes recourent à des organisations informelles indépendantes ou partenaires de l’Etat. On trouve souvent des femmes dans ces activités, notamment dans les activités liées aux soins à la personne, aussi bien dans les quartiers déshérités des villes du monde industrialisé que dans les pays du Sud en développement.

5Partout dans le monde et dans des environnements socio-économiques très différents, les femmes jouent un rôle vital par leur contribution aux ressources des ménages à bas revenus et par leur implication dans l’économie informelle des échanges – échanges de crédit, de soins ou de services. Garder les enfants des voisins et voisines, faire les courses, la cuisine, le repassage, emprunter et prêter, toutes ces activités sont essentielles à la survie des ménages vivant dans la marge. Souvent aussi, les femmes participent à des stratégies de survie collectives. Elles mettent en place des unions de crédit, des cantines et de petites coopératives qu’elles gèrent avec succès. Elles s’organisent également autour des services, exigent de meilleurs systèmes de collecte des ordures, un meilleur entretien des routes, une plus grande sécurité et une meilleure gestion communautaire. Les femmes sont souvent impliquées dans des projets de santé, de logement et d’éducation, elles travaillent parfois avec des ONG, elles s’auto-suffisent souvent, et, de plus en plus maintenant, elles collaborent avec les projets publics de lutte contre la pauvreté. Face à des difficultés économiques graves, les organisations de base de femmes se sont multipliées pour permettre aux quartiers d’accéder à une nourriture à bon marché. Pour cela, elles ont mis en place des jardins urbains où elles ont produit des aliments, ou des cuisines collectives permettant de mieux répondre aux besoins locaux. Au Pérou, par exemple, pendant la crise économique des années 1980, quelque 800 000 cuisines collectives entièrement gérées par des femmes ont servi plus de 2 millions de personnes. L’investissement des femmes est également essentiel dans les situations de conflit ou d’après conflit : en collaborant pour mettre en œuvre des programmes communs, elles ont à la fois permis de rapprocher des communautés profondément divisées et participé à la difficile reconstruction post-conflit. Comble du tragique, ce sont les femmes qui doivent prendre en charge des communautés entières dans les régions d’Afrique touchées par le VIH/SIDA et s’occuper des millions d’orphelins et de malades, alors qu’elles sont maintenant elles-mêmes plus frappées par la pandémie que les hommes.

6Dans les pays industrialisés du Nord où l’Etat répond à de nombreux besoins, les groupes de femmes participent activement à la vie sociale en aidant les personnes à qui l’Etat ou le marché n’apportent pas de solutions adaptées. Il s’agit, par exemple, d’aider les femmes qui travaillent en gardant leurs enfants aux heures où ils ne sont plus pris en charge par les crèches, de s’occuper des personnes âgées ou des personnes dépendantes, ou encore d’aider les femmes qui veulent reprendre le travail à accéder à une formation. Les organisations de femmes sont souvent créées pour répondre à des besoins urgents auxquels les services gouvernementaux ne répondent pas, par exemple avec des centres d’accueil et d’aide aux femmes victimes d’abus, ou avec des centres d’aide et de soutien juridique aux victimes de viol. Les organisations de femmes soutiennent aussi celles qui échappent au système d’aide sociale ou qui souffrent de divers types d’exclusion, par exemple les demandeuses d’asile, les femmes apatrides et celles qui vivent dans les marges de l’économie informelle. Dans ces situations, il peut être plus facile de travailler avec des associations informelles qu’avec les agences gouvernementales. En d’autres termes, les associations informelles peuvent non seulement répondre à des besoins auxquels les services gouvernementaux ne répondent pas, mais elles peuvent aussi, à condition d’avoir les fonds adéquats, être une alternative plus satisfaisante que les services gérés par l’Etat.

Le capital social des femmes : éléments communs

7Comme on vient de le voir, les activités, réseaux et associations de femmes jouent un rôle important dans le maintien d’une vie sociale, mais ils manquent trop souvent de ressources et de soutien. Cette absence de moyens s’explique en partie par certaines caractéristiques typiques des organisations de base de femmes, caractéristiques résumées dans l’encadré 1 ci-contre.

8Du fait de ces différences, les réseaux de femmes et les réseaux d’hommes se trouvent souvent dans des espaces sociaux différents. Typiquement, les réseaux d’hommes sont liés à la sphère publique du travail et de la politique alors que les réseaux et les associations de femmes sont plus proches du domicile. Les études menées sur les réseaux informels d’aide aux populations immigrées se sont plutôt concentrées sur l’entraide des hommes dans la recherche d’emploi et la prise de contacts professionnels. Les recherches sur les organisations de femmes immigrées sont rares, mais il semble qu’à quelques exceptions près, les réseaux de femmes s’occupent plutôt de problèmes domestiques que de questions économiques et d’emploi.

9Les réseaux dépendent des ressources qui les font vivre – du temps et de l’argent, en général les deux. La plupart des femmes, qui doivent conjuguer un travail rémunéré avec des responsabilités familiales, ont un accès plus limité à ces ressources. En outre, le différentiel de salaire entre les hommes et les femmes désavantage les femmes. Les réseaux féminins disposent en général de ressources économiques plus limitées, mais ils s’appuient davantage sur le temps et les échanges non monétisés (de travail, de compétences) qui peuvent s’intégrer dans la vie quotidienne des femmes. En outre, parce que les relations de pouvoir et les privilèges transparaissent dans les réseaux sociaux, les femmes se trouvent exclues des réseaux porteurs de pouvoir économique et politique. Lorsque les femmes créent leur réseau, elles servent en général le groupe (c’est-à-dire qu’elles créent un capital social de « liens ») plutôt qu’elles ne développent des contacts avec le monde plus vaste des pouvoirs économique et politique (lesquels représentent un capital social de « relations »). Mais le simple fait de travailler ensemble dans un but commun peut donner un élan vital qui va permettre de développer des compétences de gestion et d’entrer dans la sphère du pouvoir.

Encadré 1 – Caractéristiques des associations de femmes
Les réseaux sont le reflet des relations sociales. Ils obéissent aux divisions sociales selon le genre, lesquelles déterminent l’accès aux ressources telles que le temps, l’argent et le statut. Les formes d’implications sont diverses, mais le « capital social des femmes » présente partout des éléments communs qui le distinguent de celui des hommes.
Les réseaux de femmes :
• sont basés à proximité du domicile, dans le voisinage plutôt que dans la sphère publique du monde du travail ;
• mettent en jeu des échanges de temps et de compétences plutôt que d’ argent ;
• comprennent une part importante de travail bénévole et de soins à la personne ;
• impliquent généralement l’affectif et l’éthique, un certain degré d’altruisme, et mobilisent souvent des sentiments liés à la maternité ;
• peuvent créer des relations au-delà des divisions communautaires ;
• mais créent véritablement des « liens » (bonding) et non simplement des « relations » (bridging).

10Les éléments communs qui viennent d’être décrits permettent d’expliquer l’invisibilité et la marginalisation des réseaux de femmes dans les débats dominants. Les femmes restent impliquées dans des relations de pouvoir inégales et les espaces sociaux qu’elles occupent obéissent à la division de genre. En général, elles ont moins de pouvoir dans le domaine public et disposent de moins de moyens. Malgré les évolutions récentes, leur travail est encore considéré comme moins important que leurs responsabilités familiales. En effet, la plus grande part du travail des femmes, qu’il soit rémunéré ou non, est typiquement considéré comme un prolongement naturel des responsabilités familiales et domestiques féminines, et, par conséquent, il est invisible ou tenu pour acquis. Même lorsque les femmes ont un travail rémunéré, les constructions sociales ramènent leur bénévolat ou leur activisme local à un prolongement « naturel » du rôle de soins qui leur est assigné par la division sociale du travail – c’est tout simplement « le travail des femmes ».

11Parce que le travail des femmes est naturalisé, il est considéré comme extérieur à la sphère des relations économiques ; en résumé, il ne relève pas du travail rémunéré. On pourrait alors se demander pourquoi les femmes font ce travail. D’une certaine façon, la question en elle-même est un problème : elle signifie que les individus n’agissent que pour leur seul intérêt personnel et pour des motifs matériels, comme celui de recevoir de l’argent. Mais la motivation est bien plus complexe et met en jeu des questions d’identité et des formes de gratification qui échappent à ces catégories matérielles. En s’occupant des autres, par exemple, on peut trouver une satisfaction et un sens qui ne se traduisent pas en espèces, comme le montre le statut professionnel des infirmières et infirmiers et des enseignant-e-s. On peut associer ce type de travail aux notions de satisfaction, d’estime de soi, de reconnaissance et de respect, mais il demeure majoritairement féminin, et, pour cette raison, il est souvent sous-évalué et il passe inaperçu. Comme le montre l’encadré 2, les identités féminines sont aussi la base de l’action collective.

Encadré 2 – Identité et affect
Dans des régions comme l’Amérique latine, les constructions culturelles associent fortement la féminité à la maternité. En général, on considère que la première responsabilité des femmes est de satisfaire les besoins des enfants et du ménage. Pour nombre de femmes, le statut de mère et celui d’épouse restent des identités primaires importantes qui peuvent motiver un engagement dans l’action publique. Pensons par exemple aux Mères des disparus en Argentine, des femmes au foyer ordinaires qui sont descendues dans la rue pour défier le gouvernement en protestant contre la disparition et la torture de leurs enfants pendant les années de Guerre sale, alors que le pays était soumis à la terreur d’Etat.
Souvent les groupes de femmes s’engagent dans les mouvements pour la paix par souci pour leurs familles et participent à des campagnes contre les violences civiles, par exemple en Irlande du Nord où ils ont travaillé dans des projets de base pour réconcilier des communautés divisées. La solidarité des femmes autour de ces questions peut être le point de départ d’une sorte de citoyenneté informelle qui fait sortir les préoccupations et activités domestiques des femmes de l’isolement de leur famille et les projette dans les espaces publics et la vie publique. Les organisations populaires ont souvent ce potentiel de transformation par lequel des acteurs privés deviennent des citoyens publics après avoir vécu l’expérience d’un engagement dans une activité collective. Dans ce processus, les organisatrices de manifestations de quartier ou les activistes engagés dans l’entraide deviennent des leaders communautaires capables de négocier avec les gouvernements au nom des besoins de leur communauté.

12Grâce à leurs caractéristiques spécifiques, les organisations de femmes sont parfois particulièrement bien placées pour connaître des besoins sociaux dont les autres organisations se désintéressent ou auxquels elles peuvent difficilement répondre. Mais pour ces mêmes raisons, les organisations de femmes doivent souvent se battre pour obtenir des ressources et dépendent en grande partie de soutiens bénévoles. La partie suivante étudie les relations des organisations de femmes avec les autres acteurs impliqués dans la conduite des politiques, et analyse les défis qui découlent de ces relations.

Les organisations de femmes et les acteurs du développement des politiques

13Les acteurs impliqués dans le développement des politiques reconnaissent de plus en plus le travail que font les femmes dans les groupes et associations (même s’ils ne le font que partiellement, ou de façon problématique). Les ONG ont réalisé que les femmes étaient leurs alliées naturelles dans leurs projets de participation communautaire dans la santé, l’éducation et les services aux personnes ; les gouvernements aussi font de plus en plus appel aux femmes pour mettre en œuvre et appuyer leurs programmes publics de lutte contre la pauvreté, de régénération communautaire ou de protection sociale. On doit se féliciter de cette prise de conscience, à condition qu’elle s’accompagne de programmes visant des objectifs communs tout en restant attentifs aux besoins des femmes. Mais la prudence s’impose car, malheureusement, ce n’est en général pas le cas. Au contraire, les expériences connues de collaboration entre des agences extérieures et des organisations et réseaux de femmes montrent des tensions fréquentes entre les besoins des participantes et les objectifs de l’agence extérieure. Quelles sont ces tensions, et quelles leçons les organisations de femmes et leurs partenaires ont-elles tirées de leur expérience à ce jour ?

Instrumentalisation

« La dure réalité est que les gouvernements ne font pas attention aux femmes. Ils veulent bien les consulter mais ne reconnaissent tout simplement pas qu’elles ont déjà peu de ressources et qu’elles ont donc besoin de recevoir les moyens adéquats en compensation du temps qu’elles sacrifient et des ressources qu’elles mobilisent pour faire fonctionner leurs organisations. C’est simple, les organisations de femmes ont accès à peu de ressources, voire à pas de ressources du tout. »
(Une activiste d’une organisation de femmes)

14Un premier problème apparaît lorsque les organisations de femmes et/ou leur travail bénévole ne sont plus seulement le pilier central de la politique sociale mais deviennent un substitut à une action gouvernementale appropriée. Les groupes de femmes sont alors confrontés à deux types de risques : celui de devoir continuer à lutter sans financement tout en assumant des responsabilités pour lesquelles ils n’ont pas les ressources adéquates ; ou celui d’une fusion dans les programmes publics dans des conditions inacceptables qui permettent aux agences gouvernementales de reprendre le projet en adoptant des méthodes qui en trahissent l’idée originale et les bonnes pratiques. Par exemple, un projet mené et administré par des femmes pour répondre aux besoins de femmes vulnérables et leur offrir un espace sûr sera plus à même d’établir confiance et estime de soi chez les participantes qu’un projet administré par des hommes et adapté aux priorités et directives du gouvernement. L’idée est ici de dire que lorsqu’elles travaillent avec les organisations de femmes, les agences extérieures doivent permettre à ces organisations de se renforcer en respectant leur expérience et leur autonomie et ne doivent pas simplement les utiliser pour combler les lacunes de l’offre de services par l’Etat.

Captation

15Un deuxième problème, corollaire du premier, est celui de la captation ou de la cooptation des organisations populaires, qui consiste à faire participer les femmes pour s’approprier les bénéfices politiques directs de leur investissement. Certaines pratiques clientélistes ou de cooptation de gouvernements, groupes et partis politiques soucieux de leurs propres intérêts peuvent, à court terme, profiter aux organisations populaires, qui se voient reconnues et récompensées. Mais ces organisations risquent de rapidement perdre leur légitimité dans leur communauté et auprès des femmes qu’elles cherchent à aider. L’utilisation des organisations de femmes à des fins politiques est courante partout dans le monde. Par exemple, les comedores populares péruviens, dont il a été question précédemment, étaient au départ un mouvement de femmes. Mais leurs dirigeantes se sont étroitement et publiquement associées au gouvernement, et les comedores ont peu à peu été récupérés par les agences gouvernementales. Lorsque la popularité du gouvernement a baissé, les organisations de femmes ont souffert par association et ont perdu la confiance du public, alors même que, dans le processus, elles avaient aussi perdu leur autonomie et oublié leurs objectifs.

16En Europe, les groupes communautaires sont devenus la pierre angulaire des projets de développement locaux des gouvernements, et des fonds publics servent à soutenir le secteur bénévole et communautaire. Cette injection de ressources a été saluée, mais on s’inquiète de plus en plus du poids administratif que le développement de la bureaucratie gouvernementale fait peser sur les organisations impliquées. Beaucoup y voient une entrave à leur capacité de mobilisation et pensent que la pression à laquelle elles sont soumises pour s’aligner sur les priorités du gouvernement les éloigne et les empêche de réagir aux besoins locaux.

Surcharge

17Le troisième problème est lié au type et à la quantité de travail que les ONG ou les projets d’Etat demandent aux femmes. Dans bien des cas, il s’agit de se charger des travaux que les hommes refusent de faire, comme le ménage dans les écoles ou le nettoyage des quartiers, ou des travaux qui apportent une maigre satisfaction ou une maigre reconnaissance des efforts qu’ils ont demandés, en partant apparemment de l’hypothèse que les femmes aiment et ont le temps d’accomplir ces tâches, contrairement aux hommes ; pourtant, en réalité, bien des femmes impliquées dans ces programmes n’ont que peu de temps et doivent à la fois assurer la survie du ménage et prendre les enfants en charge, tout en essayant de rapporter un revenu. Les responsables de projet cherchent rarement à vraiment connaître le contexte dans lequel vivent les femmes sur qui ils s’appuient. Et ils se trompent en pensant qu’elles sont toujours disponibles et volontaires pour se charger du travail qui leur a été attribué. C’est pourquoi on observe chez les bénévoles et les participantes une forte rotation qui nuit à la stabilité et à l’efficacité du projet.

18Dans bien des cas, les projets ou programmes choisissent et intègrent les femmes et leurs réseaux essentiellement pour servir leurs propres besoins et ne prennent pas en considération ceux des femmes elles-mêmes. Si le travail des femmes était valorisé, et si on comprenait que les femmes doivent répondre à de nombreuses contraintes, on comprendrait qu’elles ne doivent pas être assaillies de charges supplémentaires et qu’elles doivent au contraire recevoir le soutien dont elles ont besoin pour pleinement participer au programme. En particulier, elles auraient probablement besoin que les programmes prévoient des systèmes flexibles de garde d’enfants ou des formations apportant des compétences reconnues sur le marché, ou encore des services de santé et d’éducation. Les véritables besoins des femmes sont rarement pris en compte dans le développement des programmes qui dépendent de leur capital social, alors que ces considérations pourraient avoir un impact positif à long terme. D’autant plus que, parce qu’elles participent à ces programmes, les femmes risquent d’avoir à supporter des coûts d’opportunité en manquant des chances d’emploi rémunéré ou de formation.

Principes d’organisation

Une approche coopérative : organisation autonome et agence externe

19Connaissant les dangers d’instrumentalisation, de captation et de surcharge, on peut maintenant étudier le type de relation que les organisations populaires de femmes peuvent essayer de développer avec les agences externes. Dans toute structure organisationnelle, les relations avec les autres soulèvent cette question fondamentale : qui fixe les priorités ?

20La question de l’organisation est débattue depuis longtemps dans les mouvements de femmes et chez les activistes des partis politiques, des syndicats et des organisations populaires. Deux questions sont particulièrement controversées ; celle de l’autonomie et celle des principes directeurs de l’organisation interne. Avec le temps, on a vu progresser l’idée d’espaces autonomes exclusivement féminins. Il s’agit d’espaces dans lesquels les participantes peuvent définir des programmes d’action, débattre des objectifs et développer des stratégies à l’abri des influences extérieures. Les structures d’organisation horizontales et non hiérarchiques sont souvent considérées comme une meilleure garantie de respect des principes démocratiques car elles favorisent le débat et une plus forte participation à la formulation des objectifs.

  • 1 NDT : centres d’aide aux victimes de viol.

21Quant à savoir qui fixe les priorités, il existe trois réponses classiques – les décisions dépendent de la collectivité ; d’un agent externe ; ou elles sont prises sur une base commune, coopérative. La prise de décisions collective est en général associée aux organisations autonomes dans lesquelles les femmes fixent elles-mêmes leurs objectifs et décident de leur propre organisation et de leur propre but. Dans ce cas, l’association s’auto-dirige, elle ne reconnaît pas d’autorité supérieure et elle est indépendante des autres agences politiques. Ce sont alors les membres qui détiennent l’autorité. On trouve des exemples de ce type d’organisation dans des projets indépendants comme les centres Rape Crisis1, les organisations de troc et les unions de crédit.

22A l’opposé, lorsque c’est une agence externe qui fixe les priorités, l’autorité et l’initiative viennent de l’extérieur et se situent au-dessus de la collectivité. Le contrôle des activités, le but de l’organisation et le développement du groupe de femmes sont assujettis à cette autorité externe – qu’elles coïncident ou non avec ce que les membres ont décidé.

23La troisième possibilité consiste en une approche coopérative dans laquelle une agence externe, une ONG par exemple, travaille avec l’organisation de femmes. Ensemble, l’agence externe et l’organisation fixent les priorités, s’accordent sur leur style de travail et prennent les décisions sur une base participative et démocratique. Un principe d’organisation différent et une conception différente de l’autorité sous-tendent ce genre de relation – coopérative et associative en ce sens que des organisations indépendantes de femmes, avec leurs objectifs propres et leur autonomie institutionnelle, choisissent de s’allier à d’autres organisations dont elles partagent les idées sur un certain nombre de questions. Cette approche peut être qualifiée d’associative car les organisations gardent un statut quasiment indépendant au sein d’une alliance d’intérêts. Elles ne sont pas régies par une puissance supérieure, et elles ne sont pas non plus totalement indépendantes, mais la collectivité garde le contrôle de sa propre organisation et détermine ses propres priorités. Les organisations de femmes peuvent ainsi choisir de déléguer du pouvoir à des agences extérieures, des ONG ou des services du gouvernement par exemple. Ce type d’arrangement ne peut fonctionner que s’il est basé sur la confiance et s’appuie sur des cahiers des charges déterminés. Dans ce modèle, le pouvoir et l’autorité sont négociés et la coopération n’est possible que si l’organisation avec laquelle les femmes entament une coopération reprend tout ou partie de leurs demandes. Ce type de lien permet d’éviter de choisir entre deux extrêmes, l’autonomie et l’intégration, alors même que ce choix a longtemps divisé les différents courants au sein des mouvements de femmes. Ce lien peut permettre de fixer des priorités concrètes. Mais il porte un risque de cooptation si l’organisation de femmes perd sa capacité de décision. Pour minimiser ce risque, les mouvements de femmes peuvent fixer des conditions à l’organisation avec laquelle elles se préparent à coopérer. Bien entendu, dans cette situation, le résultat dépendra de la force et de la capacité de négociation du mouvement de femmes concerné.

Interventions de transformation : de l’importance des détails pratiques pour les organisations de femmes

24Au-delà de ces problèmes d’organisation, d’autres questions importantes doivent être prises en compte pour que les projets des femmes aient un impact maximal pour celles à qui ils s’adressent. On peut poser que le projet a des effets positifs s’il met en jeu des processus qui développent les capacités des femmes en leur donnant la possibilité de contester les relations d’inégalité et de subordination qui existent dans les sphères publique et privée. Trois principes permettent ici de concevoir des moyens d’atteindre cet objectif : l’appropriation, l’estime de soi et l’empowerment.

25Appropriation : L’expérience avec les organisations de femmes permet d’affirmer que la question de « l’appropriation » est centrale. C’est lorsque les projets ne leur sont pas imposés d’en haut et se développent à partir d’une relation organique entre les participantes que les organisations, et donc leurs projets, fonctionnent le mieux. Il est rare que des associations populaires efficaces naissent d’une simple intervention extérieure. Pour que le projet réussisse, il est donc très important que les participantes s’approprient le projet et ses objectifs et qu’elles s’identifient à ses valeurs. Sur des projets précis, on peut se poser certaines questions clés, comme :

  • Les participantes peuvent-elles s’exprimer sur les objectifs, la définition, l’évaluation et la gestion du projet ?

  • Ces éléments prennent-ils en compte les contraintes des femmes ?

  • Sont-ils facilement compatibles avec les obligations familiales ? Reconnaissent-ils les obligations de soins, de garde des enfants, de gestion du temps ?

26Estime de soi : La capacité des projets à promouvoir l’estime et le respect de soi des participantes est un deuxième ingrédient vital pour leur réussite. Elle découle de l’appropriation, mais elle dépend aussi de l’organisation interne du projet et du mode de formulation de ses objectifs. De tous les bienfaits de la participation au secteur à but non lucratif, l’estime de soi est l’un des plus importants et elle peut compenser certains désavantages, par exemple les contraintes de temps. Le projet peut être un lieu où les personnes impliquées, les volontaires comme les bénéficiaires, se sentent valorisées, et où le travail collectif est vécu comme une expérience positive. Ces questions sont vitales pour les projets qui travaillent avec des groupes généralement stigmatisés et exclus, car la construction de l’estime de soi et de la confiance en soi est souvent le premier pas qui permettra d’atteindre d’autres objectifs. Pour vraiment prendre ces éléments en compte, les projets et programmes doivent se poser les questions suivantes :

  • Les principes d’égalité sont-ils intégrés à la définition du programme ?

  • Quels sont les principes qui régissent l’organisation interne et la distribution des tâches ?

  • Quelle est la place des participantes dans le projet ?

  • Le programme comprend-il une sensibilisation aux droits ?

  • La formation et les ressources sont-elles distribuées de façon à développer les capacités des femmes ?

  • L’indépendance économique et le bien-être (la santé aussi bien mentale que physique, la liberté d’échapper à la violence) sont-ils une priorité ?

« Il s’agit de regarder au-delà des urgences quotidiennes qui monopolisent souvent le temps et les ressources des femmes. De plus en plus, nous cherchons à faire vivre nos propres organisations avec une approche structurée, le but étant de développer des stratégies pour accroître notre influence et, surtout, pour renforcer notre pouvoir et transformer nos vies et celles des femmes que nous aidons. Fondamentalement, les femmes apprennent à nager dans le bain des politiques. »
(La coordinatrice d’un réseau populaire de femmes)

27Empowerment : Une troisième question est importante : les projets contribuent-ils de façon significative à l’empowerment de leurs participantes ? Au lieu de simplement satisfaire des besoins immédiats, on peut élargir les objectifs des projets et développer chez les participantes des connaissances et des compétences reconnues sur le marché, et stimuler la participation citoyenne. Dans tous les cas, une question difficile se pose : quels avantages les participantes retirent-elles du projet, aussi bien collectivement qu’individuellement ? Quelles transformations importantes leur participation au projet est-elle susceptible de provoquer ? Elles peuvent en tirer certains profits matériels, elles vont probablement réaliser un profit subjectif en développant une meilleure estime d’elles-mêmes et une certaine camaraderie. Elles vont peut-être penser que travailler ensemble pour un projet auquel elles croient est une gratification suffisante. Mais le projet réussira encore mieux s’il propose également aux femmes d’améliorer leurs compétences avec, par exemple, des programmes d’éducation, d’apprentissage des langues, d’information sur les droits des citoyens et citoyennes, de développement de capacités de leadership. Les personnes impliquées dans les projets ont besoin de voir les résultats de leurs efforts et elles ont besoin de constater des succès tangibles et durables. Les bénéficiaires du projet doivent au minimum repartir avec de meilleurs atouts. Pour des groupes socialement désavantagés et politiquement marginalisés, la possibilité de s’exprimer dans les domaines publics – sur la politique et sur les politiques – et celle d’agir collectivement pour défendre des objectifs stratégiques sont des acquis importants car ils traduisent un certain empowerment.

28Pour s’assurer que ces idées sont inscrites au fondement même du projet, on peut instaurer des règles claires de responsabilité devant les membres, c’est-à-dire mettre en place des méthodes garantissant que le projet répond aux besoins et aux préoccupations de ses membres. On peut par exemple se poser les questions suivantes :

  • Vise-t-on explicitement un empowerment social et économique des femmes, avec des résultats définissables ?

  • Les femmes vont-elles acquérir des compétences de leadership et des connaissances qui leur permettront de négocier dans la sphère publique du travail et de la politique ?

  • Le programme donne-t-il une place centrale à la transformation des rapports de genre, et prévoie-t-il la possibilité d’impliquer les hommes selon des modalités qui permettront d’instaurer une plus grande égalité de genre ?

29Les questions génériques de définition du projet sont fondamentales pour les interventions de transformation et pour l’établissement d’un mécanisme de responsabilité. Mais pour pouvoir être efficaces, les programmes doivent être définis en fonction du contexte dans lequel ils vont être mis en œuvre. Ils auront un impact direct sur la dynamique de l’organisation et sur ses buts.

Empowerment économique

30Comme on l’a déjà vu, les réseaux de femmes ont en général moins de ressources économiques que les réseaux d’hommes. Ils dépendent du temps que leur consacrent leurs membres et d’échanges de travail non monétisés. Mais ces derniers temps, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et pour l’intégration sociale, les programmes générateurs de revenus pour les femmes mis en œuvre en collaboration avec des groupes de femmes ont remporté de grands succès. Par exemple, pour garantir le remboursement des emprunts, les plans de micro-finance utilisent des techniques de prêts qui s’appuient sur des groupes de femmes d’une même famille ou d’une même communauté. On retrouve la même idée dans le développement des fonds communautaires qui s’appuient sur les liens sociaux des femmes pour mobiliser des ressources et investir dans les programmes de développement local. Des coopératives, des unions informelles peuvent aussi être à la base d’activités telles que des unions de crédit qui visent à procurer aux femmes des ressources économiques qu’elles contrôlent mieux et dans des conditions meilleures que celles qui sont consenties par des agences informelles ou commerciales. En Inde, la SEWA, l’association des travailleuses indépendantes, aide les femmes pauvres à obtenir des crédits pour créer leur petite entreprise. La SEWA a plus de trente ans, et c’est maintenant une vaste organisation qui compte plus de 700 000 membres. Elle aide à la création de coopératives pour les femmes qui travaillent aux marges de l’économie, et elle gère sa propre banque d’épargne et de crédit. De plus, elle propose un programme de soins primaires et vient de lancer une assurance pour ses membres. Le succès de la SEWA en fait un modèle pour des initiatives similaires partout dans le monde.

31Ces initiatives montrent de quelle façon on peut utiliser le capital social des femmes pour améliorer leur accès aux ressources économiques dans un contexte général où cet accès est difficile pour elles. Grâce à des projets bien conçus, les femmes peuvent sortir de la pauvreté et s’assurer des moyens de subsistance ; ensemble elles peuvent créer de petites entreprises, acquérir des compétences et trouver des marchés pour leurs produits et services. L’empowerment économique est un pas vers l’empowerment politique s’il sert à garantir les moyens de subsistance, s’il crée une force organisationnelle et permet aux personnes impliquées de se considérer comme des citoyennes à part entière des lieux et des sociétés dans lesquels elles vivent.

Des communautés sous pression

32Les conflits en tous genres, que ce soient des guerres ou des violences de proximité, ont de lourds effets sur la vie sociale. Mais dans le droit international et dans le travail de régénération communautaire, c’est seulement récemment qu’on a reconnu que ces conflits et violences ont des conséquences particulières pour les femmes. Les femmes et les enfants sont exposés aux effets de la violence et de la dislocation sociale – dans les cas les plus extrêmes, par les viols, les vols et les enlèvements mais, plus généralement, parce que ce sont les femmes qui doivent répondre aux besoins émotionnels de la famille tout en faisant face aux problèmes du quotidien. Dans de nombreux contextes, les femmes jouent un rôle important dans le rapprochement des communautés divisées et dans la mise en œuvre des projets de reconstruction post-conflit ; parfois, les groupes de femmes sont les seuls capables de s’élever au-dessus des divisions communautaires et politiques pour trouver des moyens de coopérer dans l’intérêt commun. Le rôle des femmes dans les mouvements pour la paix est aujourd’hui largement reconnu ; elles peuvent être considérées comme des pacificatrices et des médiatrices précieuses, et pourtant elles ne sont que trop rarement impliquées directement dans les négociations inter-communautaires ou de paix ou dans les politiques de reconstruction post-conflit. Souvent, leurs organisations naissent de leur propre expérience, parfois de leurs drames personnels, ce qui leur permet d’obtenir la confiance et le respect de la communauté dans laquelle elles situent leur action. Plus généralement, les organisations de femmes peuvent jouer un rôle vital dans ce domaine et peuvent inspirer une confiance bien plus grande que les projets gouvernementaux traditionnels.

33Mais les situations de conflit révèlent le caractère dual du capital social. Dans les communautés sous pression, le capital social peut renforcer les liens, mais il peut en même temps creuser les divisions existantes, créer des identités exclusives et exacerber les tensions. Lorsque plusieurs communautés doivent lutter pour leurs ressources, celle qui réussit le mieux à défendre ses intérêts et à satisfaire ses besoins risque d’être accusée de recevoir un traitement de faveur, les tensions risquent de s’intensifier et les groupes risquent de se replier sur leurs intérêts et leurs identités. Dans ces circonstances, les femmes sont souvent soumises à des pressions très fortes qui les incitent à renoncer à leurs propres intérêts au profit des intérêts que les leaders de la communauté présentent comme généraux. Il est alors difficile pour elles de garder leur autonomie, et elles risquent d’être récupérées par des forces politiques qui cherchent à les utiliser dans leur propre intérêt. Souvent, dans les situations de conflit, les organisations de femmes sont sur la corde raide et doivent trouver l’équilibre entre leur loyauté envers leur propre communauté et un travail qui implique de contester certaines idées de leurs leaders sur la place des femmes dans la société. Ces organisations doivent alors choisir leur stratégie avec beaucoup de précautions, et il est important qu’elles puissent profiter de l’expérience vécues par d’autres dans des situations semblables et qu’elles puissent s’appuyer sur des réseaux plus vastes, régionaux et nationaux. Les réseaux peuvent aussi devenir des porte-parole efficaces dans la définition des politiques et, à condition de s’accorder sur des principes communs et sur un programme commun, ils peuvent avoir une visibilité et un impact considérables.

Régénération civique

34Au niveau des quartiers, comme on l’a déjà vu, les réseaux informels de femmes soulagent souvent leurs membres d’une partie de leurs responsabilités domestiques et de soins aux personnes. Ils proposent aussi des services qui permettent de satisfaire les besoins de santé et d’éducation. Ce sont des ressources déterminantes pour les communautés, notamment pour celles qui se trouvent dans des situations particulièrement difficiles. Ces activités peuvent certes apporter une aide pratique, mais elles ne sont pas nécessairement porteuses des changements qui vont permettre aux femmes de se mêler à la vie publique et de participer aux décisions qui concernent leurs communautés et leurs vies. Les programmes de régénération communautaire offrent aux groupes et aux réseaux de femmes une formidable occasion de mettre en avant de nouvelles idées sur l’organisation spatiale et sociale des services, mais, pour profiter de cette chance, les programmes doivent faire de gros efforts pour impliquer les femmes. Les moyens de le faire sont divers et peuvent impliquer non seulement les agences du gouvernement et les ONG mais aussi le secteur privé lorsque c’est pertinent. On peut par exemple aider la communauté à s’organiser et reconnaître les réseaux informels comme devant être partie prenante des décisions.

35Les ONG peuvent encourager les femmes à s’engager en les sensibilisant, en menant des programmes pour le leadership et la participation politique, autant d’éléments déterminants pour que les réseaux de femmes deviennent effectivement des acteurs importants des processus de décision. Parallèlement, en mettant les préoccupations des femmes en relation avec des questions politiques plus larges, on peut s’assurer que les organisations ne restent pas centrées sur elles-mêmes et exclusives.

Conclusions

36Partout dans le monde, l’expérience montre que les réseaux et organisations de femmes ont trouvé des solutions à certains problèmes de collaboration avec les ONG et les gouvernements. Mais, très souvent, ces problèmes ne sont pas pris en compte dans les nouveaux programmes publics. Il est alors très important de savoir comment les projets qui impliquent des femmes, soit qu’elles y participent, soit qu’elles en soient les bénéficiaires, peuvent atteindre deux objectifs simultanément : d’une part apporter des résultats à long terme, c’est-à-dire durables, dans la lutte contre la pauvreté, l’inégalité et l’injustice ; d’autre part définir des stratégies efficaces permettant aux femmes de surmonter les diverses formes d’injustice de genre dont elles sont victimes. Considérant l’intérêt des politiques pour le capital social, les éléments dont on dispose permettent de dégager trois grandes conclusions : tout d’abord nous devons savoir qu’à se concentrer sur le capital social, on risque de soutenir des mesures de « replâtrage » sur des questions structurelles plus profondes, notamment sur les inégalités dans la distribution du pouvoir et des moyens et sur les coûts sociaux (différents pour les femmes et pour les hommes) des politiques macro-économiques et publiques. Le capital social que représentent les réseaux et les activités associatives peut être un atout important dans la lutte contre la pauvreté et la désintégration sociale et peut contribuer à l’établissement d’une couverture sociale efficace. Mais il ne se substitue pas à des politiques de développement sérieuses.

37Deuxièmement, pour développer des projets et des politiques de promotion du capital social sans renforcer les divisions sociales et les relations de pouvoir existantes, il est essentiel d’adopter une perspective de genre critique. On peut alors se demander de quelles ressources en capital social les femmes disposent, et aussi s’interroger sur ce que ces ressources leur permettent de faire et d’être. Les femmes ne peuvent utiliser « leur » capital social et avoir plus de prise sur les ressources et plus d’influence sur les politiques que si elles peuvent développer leurs compétences, politiques et économiques, collectives et individuelles. C’est précisément ce que les organisations de femmes cherchent à faire par des programmes de formation, des stratégies d’empowerment et en aidant à formuler les revendications collectives et individuelles des femmes à la citoyenneté.

38Troisièmement, le capital social pose un certain nombre de questions : quels objectifs doit-il servir, qui en profite et pourquoi ? Il est vain de se dire qu’en soutenant le capital social on va rétablir une quelconque « communauté » traditionnelle idéale ou des « valeurs familiales » – les intérêts des femmes ne sont que trop souvent noyés dans ce genre d’imprécation. Il est utile de soutenir la vie associative des femmes à condition qu’en s’impliquant elles puissent aussi se faire entendre et être présentes dans leurs collectivités et au-delà, et que les modalités de leur participation donnent plus de force à leurs revendications de citoyenneté au lieu de les étouffer.

39En somme, l’intérêt actuel des politiques pour les organisations populaires de femmes a un potentiel ambivalent si on l’étudie selon une perspective de genre. Mais il peut être positif s’il s’inscrit dans la continuité des efforts actuellement déployés pour construire des mouvements citoyens et soutenir les formes démocratiques d’activité associative ; s’il suit des modalités qui renforcent les initiatives locales et aident à affronter les effrayantes plaies des sociétés modernes – la criminalité organisée, les administrations publiques corrompues, les élites exclusives ou les communautés autoritaires. Les responsables des politiques publiques feraient bien de s’intéresser à ce que font les femmes et de soutenir celles qui font un travail constructif. On ne définira des politiques efficaces que si l’on adopte une approche critique et plus fine du capital social, une approche qui prenne les organisations de femmes et les rapports de genre plus au sérieux.

Source : Traduit de l’anglais. Texte original : « Women’s Grass-Roots Organisations and Solidarity Networks : A rediscovered policy resource », présentation au colloque de l’IUED « Des brèches dans la ville. Organisations urbaines, environnement et transformation des rapports de genre », Genève, novembre 2005. Cet article s’inspire d’un document écrit pour le Barrow Cadbury Trust dans le cadre du Global Exchange Forum organisé en 2005 sur le thème Women’s Social Capital et avec le soutien du Foreign Policy Centre.

Bibliographie

Durston, J., 2001, « Capital Social, parte del problema, parte de la solución. Su papel en la persistencia y en la superación de la pobreza en América Latina y el Caribe », www.eclac.cl

Edwards, M., date inconnue, « Enthusiasts, Tacticians and Sceptics : The World Bank, Civil Society and Social Capital », www.worldbank.org/poverty/scapital.

Fine, B., 2001, Social Capital versus Social Theory : Political Economy and Social Science at the Turn of the Millennium, Londres et New York, Routledge.

Fox, J., 1997, « The World Bank and Social Capital : Contesting the Concept in Practice », Journal of International Development 9(7), pp. 963-971.

Gonzales de la Rocha, M., 1994, The Resources of Poverty., Oxford, Blackwell.

Harriss, J., de Renzio, P., 1997, « Policy Arena : « Missing Link » or Analytically Missing ? The Concept of Social Capital – An Introductory Bibliographic Essay », Journal of International Development 9(7), pp. 919-937.

Kliksberg, B., date inconnue, « Capital Social y Cultura : Claves Olvidadas del Desarrollo », www.worldbank.org/poverty/scapital.

Mayoux, L., 2001, « Tackling the Down Side : Social Capital, Women’s Empowerment and West African Micro-Finance », Development and Change 32(3), pp. 435-464.

Molyneux, M., 2003, Los movimientos de Mujeres : Estudios Comparativos y Históricos, España, Cátedra.

Molyneux, M., 2002, « Gender and the Silences of Social Capital : Lessons from Latin America », Development and Change, 33 : 2, April, pp. 167-189.

Molyneux, M., 2001, « Ethnography and Global Processes », in Ethnography 2(2).

Molyneux, M., 2000a, Women’s Movements in International Perspective, Basingstoke, Palgrave.

Molyneux, M., 2000b, « Citizenship and Social Policy in Comparative Perspective », in Reuben, S. (Ed.) La Política Social en una Epoca de Transicíon, pp. 23-47, San José, Universidad de Costa Rica.

Moser, C., 1996, Confronting Crisis : A Comparative Study of Household Responses to Poverty and Vulnerability in Four Poor Urban Communities, Washington DC, Banque mondiale.

Nussbaum, M., 2002, « Women’s Capabilities and Social Justice », in Molyneux, M., Razavi, S., Gender Justice, Democracy and Rights, Oxford, Oxford University Press.

Pearson, R., 1997, « Renegotiating the Reproductive Bargain : Gender Analysis of Economic Transition in Cuba in the 1990s », Development and Change 28(4), pp. 671-706.

Portes, A., 1998, « Social Capital : Its Origins and Applications in Modern Sociology », Annual Review of Sociology, 24, pp. 1-24.

Portes, A., Landolt, P., 2000, « Social Capital : Promise and Pitfalls of its Role in Development », Journal of Latin American Studies 32, pp. 529-547.

Woolcock, M., 1998, « Social Capital and Economic Development : Toward a Theoretical Synthesis and Policy Framework », Theory and Society 27, pp. 151-208.

Woolcock, M., 1999, « Managing Risk, Shocks, and Opportunity in Developing Economies : The Role of Social Capital », www.worldbank.org/poverty/scapital.

Notes

1 NDT : centres d’aide aux victimes de viol.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site