Version classiqueVersion mobile

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

4. Recherche et politiques publiques à l'épreuve du genre : l'angle mort ?

Anciens et nouveaux enjeux pour la recherche-action

Germán Solinís

Note de l’éditeur

Référence : Solinís, Germán. “Anciens et nouveaux enjeux pour la recherche-action”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 371-384, DOI : 10.4000/books.iheid.5838 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Ce texte a pour but de dresser un tableau succinct des principaux facteurs proposés par le versant le plus classique de la recherche-action (RA) latino-américaine, de préciser ce que l’on peut aujourd’hui comprendre par ce rapport et d’évoquer la difficulté de parler de RA dans un monde qui, dans bien des régions, n’a presque plus rien à voir avec le monde qui a produit ce terme il y a presque 50 ans.

2Lorsque les sciences sociales se penchent sur des processus de transformation, elles se basent sur des présupposés, plus ou moins explicites, qui affirment que ces processus peuvent être orientés dans une direction donnée. Ainsi, la recherche en sciences sociales se fait entre la production de connaissances et l’action « raisonnée » en vue d’une amélioration ou d’une réforme sociale. La volonté d’intervenir dans les dynamiques sociales pour améliorer leur résultat est l’élément moteur de cette approche. Il est bien connu, par exemple, que Durkheim pensait que ses recherches « ne mériteraient pas une heure de peine » si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif (Durkheim 1895 ; 1897).

3L’orientation de la recherche vers des applications concrètes ou, tout au moins, vers la production d’informations « utiles » ou vers des fins pratiques, sera l’une des tendances qui marquera la différence entre une « recherche pure » et une « recherche appliquée ». Néanmoins, force est de constater que la RA n’est pas une autre manière de faire de la recherche appliquée.

4Ceci dit, dès que le rapport entre la recherche et l’action est devenu un nom commun (la « recherche-action » ou « RA »), son référent s’est fait imprécis et équivoque. Parmi les explications les plus courantes, il y a l’étendue trop ample et la polysémie de chacun des domaines couverts par les deux termes accolés. Plus exactement, il est en soi impossible d’en faire un « paradigme » normatif. Le rapport entre « recherche » et « action » appartient à des facteurs historiques, culturels, voire des projets politiques et de transformation sociale.

5Comme on le sait, le terme original, « action-research », a été proposé aux Etats-Unis par Kurt Lewin dans les années 1940. Cette époque et ce pays ont également vu se développer les analyses de la célèbre Ecole de Chicago qui a apporté des éléments importants sur les enquêtes quantitatives, l’engagement des chercheurs et les recherches participatives. En Amérique latine, l’émergence du courant « investigación-acción » s’est faite autour de trois courants : l’éducation populaire et l’alphabétisation des adultes, la critique des politiques de développement par la nouvelle force des pays du tiers-monde et certains courants de la « Théologie de la libération », comme on le verra par la suite.

Connaissance-pratique

  • 1 Voir surtout Le Banquet de Platon et La Poétique d’Aristote.

6En fait, le débat théorie-pratique est aussi vieux que la civilisation occidentale. L’idée d’une théorie pure, désintéressée parce que ne visant aucun but et aucune modification des conditions existantes, est, on le sait, d’origine grecque. Depuis Platon, l’idée a fait son chemin, se complexifiant à la fois dans sa composition et dans l’interaction de ses éléments constitutifs. Aristote a d’abord apporté la poïétique à une dyade en danger de dichotomisation1. Avec le pragmatisme et le « progressisme », l’observation et l’expérimentation deviennent les seules sources de vérité. Une science ainsi construite devient forcément agissante et l’action, à l’aide de cette science, devient progrès. Mais celui qui agit doit le faire sur la base d’un choix opéré sur l’ensemble des pratiques possibles. Ainsi, Kant envisage le problème sous l’angle de la justification des choix et des fins de la pratique humaine, autrement dit, de la « théorie morale » (Kant 1785 ; 1787 ; 1788).

7Avec le développement de la conscience historique, un nouveau pas est franchi, cette fois-ci en direction de la société. Si, depuis Hegel, la théorie ne doit plus se contenter de comprendre le monde et, si après Kant, il fallait qu’elle le transforme, Marx, lui, centre le problème sur le sujet d’une double action sur soi-même ainsi que sur le monde : le groupe sans intérêt particulier et non plus l’individu intéressé. Ce saut opéré de l’individu au monde nous mène, quand la dimension est plus sociale que collective, à un pas de l’Etat. La RA, dans ses idéaux de transformations révolutionnaires et de prise de pouvoir conduit, comme nous le verrons, de la recherche à la dimension politique par le truchement d’un citoyen-scientifique qui habitera et, ce faisant, construira la « cité ».

8Si « le monde », lieu et objet de la connaissance théorique, était au début assimilé au royaume des idées et, ensuite, à celui de la morale ; si l’on a fait après un détour par l’observation et l’expérimentation, considérées par le pragmatisme comme étant nécessaires pour que le monde devienne enfin l’espace que nous tous construisons dans l’intérêt collectif, tout cela est bien ainsi à cause du rapport direct entre la théorie et la pratique. On ne peut les séparer, de la même façon que l’on ne peut scinder l’homo faber de l’homo sapiens.

9Le problème est donc posé. S’il est impossible de les dissocier l’une de l’autre, la question est maintenant de savoir comment les structurer ? Jusqu’où devrait-on aller ? Ou : quel étrange détournement éloignerait l’une de l’autre ? Et encore : quel rôle attribuer, sinon à l’intellectuel, du moins au chercheur et, surtout, au chercheur en sciences sociales ?

10L’approche de la RA, telle qu’elle a été développée par son principal représentant en Amérique latine, Orlando Fals Borda, a donné, à partir du dernier tiers du siècle dernier, certaines réponses à ces questions. Mais l’approche en question est aussi un courant qui a émergé progressivement à l’intérieur d’un processus historiquement centré et d’origines régionales diverses. On reconnaît aujourd’hui l’importance des travaux pionniers de Paulo Freire, formateur brésilien engagé dans une pédagogie ancrée dans l’action émancipatrice de peuples placés sous le joug de diverses formes d’oppression.

  • 2 Cette typologie des formes d’action distingue quatre niveaux. Le premier est celui de l’« action co (...)

11Si l’on prend en compte la célèbre typologie proposée par Habermas sur l’action pratique, ordonnée en échelons selon leur degré de rationalité2, le plus haut niveau est celui de l’action « téléologique » ou « stratégique ». Il relève de l’action dirigée vers une fin préétablie, comme résultat d’une sélection opérée entre différentes alternatives (stratégies). Or ce niveau suprême de l’action rationnellement dirigée est celui qui se trouve en toile de fond dans le courant de la RA telle qu’elle a été pratiquée traditionnellement en Amérique latine.

12Le lien RA dévoile une forme particulière de recherche en sciences sociales. Elle appartient à une pratique précise de la construction de connaissances qui préconise l’interrelation entre deux processus complexes : ceux de la production de connaissances et ceux de la pratique directe sur le terrain, comprenant objets et sujets des enquêtes.

13L’interrelation des deux processus s’étend dans un vaste domaine d’exigences et peut aller jusqu’à l’engagement éthique, voire politique, des acteurs scientifiques. L’engagement ou la manière dont les « chercheurs-acteurs » se lient à la RA ne dépend pas uniquement de leurs choix, mais aussi des origines historico-culturelles de l’encadrement scientifique de la RA, depuis l’empirisme expérimental jusqu’à l’engagement militant.

Recherche-action en Amérique latine

14Si l’on revient aux origines latino-américaines liées à l’alphabétisation des adultes, Paulo Freire apparaît comme premier référent. Depuis les années 1960, il avait mené de nombreuses expériences d’éducation de base, surtout au Brésil, son pays, à partir de la dictature militaire, mais aussi au Chili. Son travail s’est concentré sur l’alphabétisation des paysans et villageois adultes. Constatant que l’être humain était devenu l’objet de manipulation, les principes fondamentaux qui ont animé l’œuvre de Freire sont les suivants :

  • La conception classique de l’éducation empêche l’élève de réfléchir, elle « apprivoise » et aliène l’être humain en le faisant devenir un membre de plus du statu quo.

  • L’élève n’est pas plus un réceptacle passif de l’éducation qu’il n’en est un objet. Il est, au contraire, un sujet actif.

    • 3 La sensibilisation, ou plutôt « conscientisation », est définie comme processus de prise de conscie (...)

    L’éducation doit être une activité globale d’acquisition de compétences et de sensibilisation3. C’est par cette sensibilisation que l’élève deviendra un sujet de sa propre histoire.

  • La prise de parole est un acte qui « humanise » car il permet à l’être humain de sortir de la domination manipulatrice pour prendre le chemin de l’émancipation.

15La prise de parole synthétise ici deux dimensions consubstantielles : réflexion et action. Pierre angulaire de la dimension dialogique, elle renvoie aux domaines de l’altérité et de la sociabilité ; puisque personne ne prononce mot sans l’autre, et si toute parole est dirigée vers l’écoute de l’autre, l’acte de la parole implique nécessairement une rencontre entre les êtres humains. En outre, s’il y a dialogue, celui-ci se réalise dans des situations concrètes d’ordre social, culturel, politique ou économique, c’est-à-dire, dans l’Histoire, d’où son importance pour l’action transformatrice.

  • 4 La véritable formation, ajoute Freire, est «... praxis, réflexion et action de l’homme sur le monde (...)

16Le point de départ est donc la pratique d’une nouvelle façon de penser l’éducation ou la formation dans son sens global et, ce faisant, de s’assurer que la démocratisation et l’émancipation existent grâce à la culture (considérant que l’éducation en fait partie)4. Il s’agissait, à l’époque du travail de Freire, d’opérer une révolution à l’intérieur de la « culture décadente » et de l’« éducation manipulatrice » véhiculant toutes les deux des « idéologies aliénantes », qui cachaient et masquaient la réalité. A la place, Freire a ainsi proposé la « pédagogie génératrice » – et non plus reproductrice – pour la construction d’un homme nouveau, réellement libre ; comme instrument de transformation ancré profondément dans la réalité.

17C’est ainsi que le principe d’action de Freire part de l’éducation, passe par la sensibilisation et aboutit à la transformation : « La transformation du monde par l’action d’un peuple libéré grâce à l’éducation… L’annonce de la nouvelle et véritable société qui s’instaure comme alternative vis-à-vis de l’ordre anachronique dans lequel elle évolue ». Voici, en un mot, la fin stratégique de son action (Freire 1969 ; Freire 1970).

18L’une des conséquences de cette « pédagogie de la liberté » au fur et à mesure que s’opère le passage de la conscience « magique ou naïve » à la conscience « critique ou politique » est justement la participation politique et la formation de groupes de défense et de pression pouvant aller jusqu’à la contestation et de là jusqu’à la révolte.

19De son côté, Orlando Fals Borda, en bon « scientifique social », comme on appelle les chercheurs en sciences sociales en Amérique latine, bien que faisant aussi de la tactique un point essentiel, dépasse la seule action formatrice pour se consacrer surtout à la réforme d’une science trop impliquée, d’une part, avec l’idéologie et, de l’autre, avec la « théorie pure ». Si l’apport de Freire, initiateur des « expériences engagées de terrain » dans la voie que nous venons de présenter, est indiscutable, Fals Borda est le représentant principal de la méthode de l’Investigación-acción participativa (recherche-action participante, RAP), qu’il a officiellement investie en 1977 pendant le célèbre Congrès de Cartagena (Colombie). Son point de départ n’est pas la sensibilisation ou « conscientisation », mais la critique des politiques de développement socio-économique imposées aux pays d’Amérique latine, et qu’il opposera aux politiques « participantes », de la « démocratie directe » dirait-on aujourd’hui. Il s’appuie sur quatre principes fondamentaux :

  • Les pays du tiers-monde sont contraints à vivre des injustices socio-économiques structurelles, effets de la lutte internationale des classes.

  • La science, produit culturel, n’a pas de valeur absolue ; elle comporte, par conséquent, des valeurs de classe implicites et opère sur des vérités relatives.

  • La science doit générer des connaissances utiles à des fins bien déterminées.

  • Etant donné que la structure d’injustice s’appuie idéologiquement sur une connaissance, les rapports de production des connaissances doivent être transformés.

20Il s’agit bien ici d’un processus de création intellectuelle et de pratique endogène des peuples du tiers-monde élaboré en réinterprétant des thèses de Marx et de Gramsci sur l’engagement des scientifiques. On doit rappeler ici que, outre les techniques dialogiques de Freire, les principales influences proviennent des idées importantes qui ont tant influencé les années 1960 en Amérique latine : la théorie de la dépendance (Celso Furtado et Fernando H. Cardoso), la théorie de l’exploitation (Pablo González Casanova), la théorie de la subversion (Camilo Torres) et la théologie de la libération (Gustavo Gutiérrez). Pour reprendre les propos de Fals Borda lui-même, la RAP «  n’est ni une méthode de recherche, ni une technique d’éducation d’adultes, ni une action politique, mais les trois à la fois, dans une succession non consécutive ».

21Certes, la RAP vise à atteindre le développement d’une autre manière, mettant l’accent sur le rôle actif des populations indigènes et des savoirs vernaculaires, mais elle vise aussi à la construction d’un pouvoir populaire qui appartiendrait aux classes et groupes assujettis et à leurs organismes… en vue d’avancer vers le changement social dans un système politique participatif. Ce « pouvoir populaire » est conçu comme la capacité des communautés et groupes de base à agir politiquement, à articuler et à « systématiser » connaissances et savoirs, de façon à ce que ces groupes puissent jouer un rôle de protagonistes dans l’amélioration des conditions générales d’existence de la société et dans la défense des intérêts de classe ou de groupe. Il s’agit donc de donner aux groupes de base davantage de pouvoir et d’autonomie, de développer les diverses formes de participation (les anglophones parleraient à ce propos d’empowerment) qui devraient reformuler la constitution d’un nouvel Etat.

  • 5 Avant-garde de service, non sectaire, non messianique, non « verticaliste » (ne s’imposant pas du h (...)

22L’objet principal de la méthode de Fals Borda se trouve dans les modes alternatifs de production du savoir acquis par l’expérience (le savoir populaire et le savoir du bon sens quotidien). Ces modes doivent être « synthétisés » pour ensuite être « systématisés » et « élargis » à l’aide d’une action induite par des « agents externes de changement » (intellectuels et « acteurs du changement »)5. La RAP revendique en outre la création d’outils scientifiques propres aux classes laborieuses et la formation d’organisations de base et de brigades (sic) d’éducation afin que les populations arrivent à augmenter leurs revenus et à améliorer leur niveau de vie.

23Comme celle de Freire, la démarche propose de travailler avec les communautés paysannes pour encourager leur participation aux processus de développement, ou de changement, par l’élaboration de la pensée socio-politique des bases populaires. Mais au lieu d’insister seulement sur la sensibilisation (ou la « conscientisation »), l’approche de la RAP fait de l’auto-organisation la pièce maîtresse de sa stratégie. Enfin, sa double composition de « recherche scientifique » et d’« action politique » vise à transformer la réalité socio-économique.

24Mutatis mutandis, pour toutes ces raisons, les « études de genre », par exemple, ont un rapport, dans un certain sens, avec la recherche-action. Si l’on considère l’analyse des rapports sociaux hommes-femmes comme un champ thématique, la recherche-action pourrait apporter à ce champ une méthode et une approche de recherche en sciences sociales très adéquate pour au moins quatre raisons. La plus importante est l’objectif de changer une situation considérée comme philosophiquement naturelle, éthiquement injuste et incorrecte politiquement. La seconde est aussi essentiellement reliée à la recherche-action : il s’agit de l’indissociable lien entre théorie et pratique. La troisième raison est la double question de l’émancipation et de la qualité du sujet comme protagoniste, élément central de la recherche-action, résultat de la « conscientisation » et au cœur des études féministes. La dernière de ces grandes raisons, qui nous permettraient d’affirmer le lien entre recherche-action et « études de genre » est que toutes les deux relèvent du constat selon lequel les paradigmes théoriques ou épistémologiques des sciences sociales ne sont pas indépendants de différentes formes de domination idéologique.

25Les logiques de ces liens entre la recherche action participative et la recherche féministe pourraient encore être creusées.

Gageures et ouvertures

26Les stratégies scientifiques de transformation de la réalité peuvent être vues comme une sorte de nouvelle « utopie sociale »… La praxis, comme solution aux tensions dialectiques entre savoirs appartenant à des rationalités diverses (heuristique, cartésienne, académique, professionnelle, empirique, pratique, holistique…), trouve certes une nouvelle signification dès lors que l’on situe la culture et la politique (dans leurs sens les plus larges) au centre de ces stratégies de transformation. Quoi qu’il en soit, il y a toujours une production préalable de connaissances, car « aucune action ne peut être entamée si des recherches de base n’ont été menées auparavant »… Ainsi, la question de l’interdépendance entre science et action reste ouverte par l’autonomie acquise des processus de production de connaissance.

27Les premiers éléments de conclusion relèvent d’une part, de la relative distinction entre la recherche-action (telle qu’elle est née en Amérique latine et dont on vient de citer les éléments essentiels) et la nécessité épistémologique de l’interrelation entre théorie et praxis. D’autre part, entre la recherche et l’action, un faisceau de possibilités émane des conditions historiques propres aux berceaux des pratiques de la recherche et de l’action.

28Du côté de l’action, nous avons toute une palette de possibilités d’« intervention finaliste », façons de conduire les analyses qu’il convient plutôt d’appeler une « recherche appliquée ». Ainsi, en Occident, nous avons surtout (mais pas exclusivement) dans certains pays de culture anglo-saxonne, les tendances principales du community development, de l’action-research, ou des études d’application clinique (surtout d’approche psycho-sociologique). Alors que dans d’autres pays influencés par la culture latine comme la Belgique, le Canada, la France ou la Suisse, on s’est beaucoup plus rapproché des origines de la RA en travaillant sur des approches d’action communautaire, des études de développement ou des essais d’influence des politiques sociales. Pour ne citer que les pionniers en France, tous trois néanmoins très différents, nous avons dans les années 1970 et 1980 : G. Lebvret, P. H. Chombart de Lauwe et H. Desroche. Trois tendances peuvent résumer grosso modo les possibilités d’intervention de la « recherche appliquée » qui, comme on l’a vu, ne peut être confondue avec la RA :

  • L’application des connaissances, qui procède par la prise en compte des résultats des recherches pour des applications pratiques, ce qui suppose de mettre la connaissance au service d’une fin, mais qui ne signifie pas une « recherche appliquée ».

  • La politique de la recherche et l’expertise. L’intervention des chercheurs sollicités par des institutions (organismes publics, internationaux, ONG, professionnels…) pour des réalisations directes (plans, études), ou pour des expérimentations permettant de tester des méthodes d’analyse et de préparation de l’action, plus proche de l’archétype de la « recherche appliquée ».

  • La restitution des connaissances. Les conclusions des travaux peuvent être soumises aux acteurs sociaux, seuls capables, en dernière instance, et surtout si on a su les comprendre, de construire et de mener à bien leurs propres projets. Dans l’espoir que des processus d’appropriation de la connaissance (résultats et manières de faire) s’instaurent au sein des populations.

29Il est un fait que la RA jouit depuis quelques années d’une certaine reconnaissance dans quelques milieux internationaux. Ceci pourrait avoir une double explication : d’une part, la nécessité de plus en plus présente de trouver des solutions aux nombreux problèmes sociaux dus aux échecs du développement et des politiques pragmatiques d’intervention. D’autre part, les chercheurs engagés ont accompli un travail de diffusion des méthodes classiques de la RA, dépassant et mettant au jour des stratégies et des tactiques trop conjoncturelles, et surtout travaillant sur l’implication et le rôle du chercheur vis-à-vis des populations.

30En ce début de siècle, on le sait, les conditions historiques ne sont plus les mêmes qu’aux moments de l’émergence et de l’essor de la recherche-action dans les pays américains (depuis les Etats-Unis jusqu’au Brésil, en passant par le Mexique, le Pérou ou la Colombie). La pratique, les apprentissages historiques, le recul du temps et les transformations sociales de la nouvelle réalité mondiale, occidentale et plus particulièrement latino-américaine, d’aujourd’hui imposent une réflexion critique fondamentale, notamment si l’on se réclame de la pratique spécifique de la RA, qui par conséquent, doit aller au-delà de la « recherche appliquée ». Cette critique devrait se construire au moins sur le statut de la connaissance dans l’ensemble de nouveaux enjeux sociaux et culturels.

31La technique et l’économie ont guidé les nouvelles pratiques, quotidiennes et structurelles ; l’idéologie et les représentations de la réalité ont, de leur côté, apporté leurs conditions à la recomposition des rapports de pouvoir dans de nouveaux exercices politiques. Les acteurs qui avaient commencé à trouver une place dans la société à la fin du siècle dernier doivent se placer aujourd’hui dans une autre structure en construction qui les obligera sans aucun doute à se replacer aussi dans de nouvelles logiques où d’autres puissants acteurs internationaux se trouvent déjà. Parallèlement se développent de nouvelles luttes et de nouveaux mouvements qui obligent d’ores et déjà à reconsidérer les anciennes catégories conceptuelles et conduisent à l’émergence de nouvelles méthodes et théories.

Les chercheuses féministes et les méthodologies relevant de la « recherche participative » et de la « recherche participative d’action »
Il y a longtemps que les chercheuses féministes sont attirées par les idéaux et les méthodologies relevant de la « recherche participative » et de la « recherche participative d’action » (à laquelle on fait souvent référence par ses initiales anglaises, PAR). Pour définir en quelques mots ces deux traditions de recherche, issues de l’action politique de libération des années 1960, disons qu’elles s’engagent en faveur de l’émancipation des groupes marginalisés et opprimés. En conséquence, elles respectent les principes selon lesquels il faut respecter, apprécier et mettre au premier plan l’expérience vécue et le savoir indigène des personnes sur qui porte la recherche. Elles essaient aussi de concevoir et de perfectionner des méthodes et des modèles de pratique de recherche qui minimisent les rapports hiérarchiques entre spécialiste et sujet de la recherche, et qui impliquent une approche véritablement collaboratrice d’un bout à l’autre de tous les stages du processus de recherche (Reason 1994).
Dans l’optique de la recherche participative, les spécialistes de la recherche universitaire ne sont pas « les seuls détenteurs de la vérité et du savoir » ; on remet en question le modèle universitaire traditionnel où des « spécialistes de la recherche, en fonction de questions d’intérêt théorique ou de recherches antérieures, formulaient une hypothèse de recherche, identifiaient les besoins en matière de données, puis se mettaient au travail de recherche » ; et on encourage les parties prenantes issues de la collectivité (par exemple les prestataires de services) ou encore les activistes, à définir les questions qui leur semblent importantes au vu de leur propre expérience. Ainsi, « les questions de recherche [peuvent-elles] dériver, non de recherches antérieures ou de considérations théoriques, mais des univers de la vie de tous les jours de personnes qui recherchent elles-mêmes des solutions créatives aux défis qu’elles rencontrent » (Grant 1999 : 9). Il n’est pas question, pour autant, quand on formule un projet ou qu’on interprète les résultats, d’ignorer les publications existant sur un sujet ; mais on les passe en revue pour y trouver des exemples appropriés d’autres endroits ou d’autres groupes ayant des problèmes similaires pour lesquels ont été trouvées de bonnes solutions (« meilleures pratiques »).
La recherche participative d’action exige en outre que l’on travaille effectivement avec les personnes impliquées, afin de les aider à réaliser un changement. Tout en faisant leurs ces principes, les chercheuses féministes ont montré qu’il manquait souvent à la PAR une conscience de la façon dont les conceptions « masculinistes » du savoir, d’une part, et la dynamique de genre au sein du processus de recherche lui-même, d’autre part, entravaient la mise au premier plan de l’expérience des femmes et leur pleine participation aux sujets de recherche. Les féministes ont également insisté sur la nécessité pour la recherche participative de permettre une prise de contrôle par les sujets de recherche, que l’on qualifie alors de « co-sujets ». Cela signifie que les personnes participant à la recherche en co-dirigent le processus et aussi que les produits de la recherche sont leur « propriété » commune. Une telle démocratisation de l’entreprise de recherche est censée faire naître ou renforcer chez les sujets de la recherche une foi dans leur capacité à entraîner des changements sociaux.
Les féministes défendent donc la recherche participative pour des raisons éthiques, mais aussi parce qu’elles y voient un progrès en matière de validité scientifique. En effet, les chercheurs ne peuvent plus se reposer sur leur qualité de spécialiste et doivent mettre en question leurs préconceptions. De plus, la participation des sujets à la conception et à la réalisation d’un projet augmente son exactitude, en apportant une garantie supplémentaire sur deux points, au moins : que seront inclues dans la recherche les questions les plus importantes aux yeux des sujets ; et que les instruments de recherche ne seront pas aliénants pour les personnes sur qui porte la recherche, les questions posées étant de nature à permettre effectivement aux sujets de faire part aux spécialistes de leurs expériences (Renzetti 1997). De plus, une approche participative peut s’avérer essentielle pour avoir accès à des populations difficiles à atteindre – des populations auxquelles on a accès uniquement sur leurs propres termes (Grant 1999 : 9).
[…]
Damaris R., 2001, Retour sur les méthodologies de recherche féministes. Document de travail. Soumis à Condition féminine Canada, Direction de la recherche, pp. 30-31, disponible à l’adresse : http://www.swc-cfc.gc.ca/​pubs/​pubspr/​revisiting/​revisiting_f.pdf
Bibliographie sur la recherche féministe et la recherche participative d’action
Borland K., 1991, « ‘ That’s not what I said’ : interpretive conflict in oral narrative research », in : Berger Gluck S., Patai D. (Dir.), Women’s Words : The FeministPractice of Oral History, New York et Londres, Routledge, pp. 63-76.
Cancian F.M., 1996, « Participatory research and alternative strategies for activist sociology », in : Gottfried H. (Dir.), Feminism and Social Change : Bridging Theory and Practice, Chicago, University of Illinois Press, pp. 187-205.
Dick B., 1997, Participative Processes, document en ligne disponible à l’adresse : http://www.scu.edu.au/​schools/​sawd/​arr/​partproc.html (consulté le 2 février 2000).
Gatenby B., Humphries M., 2000, « Feminist participatory action research : methodological and ethical issues », Women’s Studies International Forum 23 (1), pp. 89-105.
Grant K.R. et al., 1999, Integrating the Social Sciences and Humanities in the Canadian Institutes for Health Research, Rapport soumis au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et à la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé, Winnipeg, University of Manitoba, Department of Sociology.
Gustafson D.L., 2000, « Best laid plans : examining contradictions between intent and outcome in a feminist, collaborative research project », Qualitative Health Research 10 (6), pp. 717-732.
Humphries B., 1997, « From critical thought to emancipatory action : contradictory research goals ? », Sociological Research Online 2 (1), document en ligne disponible à l’adresse : http://www.socresonline.org.uk/​2/​1/​3.html (consulté le 1er décembre 1999).
Joyappa V., Martin D.J., 1996, « Exploring alternative research epistemologies for adult education : participatory research, feminist research and feminist participatory research », Adult Education Quarterly 47 (1), pp. 1-14.
Kelly L., Burton S., Regan L., 1994, « Researching women’s lives or studying women’s oppression ? Reflections on what constitutes feminist research », in Maynard M., Purvis J. (Dir.), Researching Women’s Lives from a Feminist Perspective, Londres, Taylor & Francis, pp. 27-48.
Kirby S., McKenna K., 1989, Experience ; Research ; Social Change : Methods from the Margins, Toronto, Garamond.
Knight M.G., 2000, « Ethics in qualitative research : multicultural feminist activist research », Theory into Practice 39 (3), pp. 170-176.
Mies M., 1991, « Women’s research or feminist research ? The debate surrounding feminist science and methodology », in Fonow M. J., Cook J. A. (Dir.), Beyond Methodology : Feminist Scholarship as Lived Research, Indianapolis, Indiana University Press, pp. 60-84.
Opie A., 1992, « Qualitative research, appropriation of ‘other’ and empowerment », Feminist Review 40 (Printemps), pp. 52-69.
Reason P., 1994, « Three approaches to participative enquiry », in Denzin N. K., Lincoln Y. S. (Dir.), Handbook of Qualitative Research, Thousand Oaks (CA), Sage, pp. 324-339.
Renzetti C. M., 1997, « Confessions of a reformed positivist : feminist participatory research as good social science », in Schwarz M. D., (Dir.) Researching Sexual Violence against Women : Methodological and Personal Perspectives, Thousand Oaks (CA), Sage, pp. 131-143.
Shaw B., 1995, « Contradictions between action and theory : feminist participatory research in Goa, India », Antipode : a Radical Journal of Geography 27 (1), pp. 91-99.
Spalter-Roth R., Hartmann H., 1996, « Small happinesses : the feminist struggle to integrate social research with social activism », in Gottfried H. (Dir.), Feminism and Social Change : Bridging Theory and Practice, Chicago, University of Illinois Press, pp. 206-224.
Sparr P., 1998, « Looking through the telescope from both ends : participatory research and action as a feminist political practice », Women’s Studies Quarterly 26 (3/4), pp. 68-76.
VanderPlaat M., 1999, « Locating the feminist scholar : relational empowerment and social activism », Qualitative Health Research 9 (6), pp. 773-785.
Wolf D.L., 1996, « Situating feminist dilemmas in fieldwork », in Wolf D.L. (Dir.), Feminist Dilemmas in Fieldwork, Boulder (CO), Westview Press, pp. 1-55.

32Les projets de développement des sociétés, de planification des pays et d’alliance multilatérale pour la paix qui ont apporté l’espoir dynamique de la seconde moitié du siècle dernier semblent aujourd’hui avoir tous échoué, alors que les problèmes restent essentiellement les mêmes, quoique plus radicalisés : pauvreté, épidémies, autoritarismes divers sous étiquette démocratique ou non.

33Dans ce sombre paysage, le spectre d’une science capable de contribuer à la résolution de ces problèmes revient hanter tant les lieux de prise de décision ou de débats ou « plateformes de partenariats entre acteurs mixtes », que certains milieux intellectuels liés d’une manière ou d’une autre au champ du développement et à la conviction que la nature des politiques sociales appartient à l’ordre de la rationalité scientifique.

Source: Texte adapté de « De nouveaux enjeux pour la recherche-action » in : Hainard F., Verschuur C. (Dir), 2005, Mouvements de quartier et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Dakar-Paris, ENDA-Diapol-Karthala, pp. 83-97.

Bibliographie

Altrichter H., Posch P., Somekh, B., 1993, Teachers Investigate their Work. An introduction to the methods of action research, Londres, Routledge.

Cardoso F.E., 1977, « The Consumption of Dependency Theory in the United States », Latin American Research Review (12) 3.

Cardoso F.E., con Faletto E., 1969, Dependencia y desarrollo en América Latina, México/Buenos Aires, Siglo XXI.

Desroche H., 1984, « Recherche coopérative et recherche-action », Communications éducatives et développements coopératifs nord-sud, Université d’Ottawa, pp. 33-57.

Desroche H., 1982, « Les auteurs et les acteurs : la recherche coopérative comme recherche-action », ASSCOD (Archives de sciences sociales de la coopération et du développement) N° 59, pp. 39-64.

Chombart de Lauwe P. H., 1982, « Planification urbaine et médiation des sciences humaines », Architecture & Comportement Vol. 2 N° 1, pp. 59-67.

Chombart de Lauwe P. H., 1975, La culture et le pouvoir, Paris, Stock.

Durkheim E., 1897, Le suicide, Paris, PUF.

Durkheim E., 1895, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF (12e édition, 2007).

Fals Borda O., 1994, « Mouvements sociaux et pouvoir politique. Développements en Amérique latine », Futur antérieur : Amérique latine, démocratie et exclusion, Paris, L’Harmattan, pp. 199-218.

Fals Borda O., 1987a, Ciencia propia y colonialismo intelectual. Los nuevos rumbos, Bogotá, Carlos Valencia.

Fals Borda O., 1987b : « The application of participatory action-research in Latin America », International Sociology 2 (4), pp. 329-347.

Fals Borda O., 1986, Conocimiento y poder popular. Lecciones con campesinos de Nicaragua, México y Colombia, Bogotá, Siglo XXI.

Fals Borda O., 1978, El problema de cómo investigar la realidad para transformarla por la praxis, Bogotá, Tercer Mundo.

Freire P., 1969, La educación como práctica de la libertad, México, Siglo XXI.

Freire P., 1970, Pedagogía del oprimido, Montevideo, Tierra Nueva.

Furtado C., 1984, Cultura e desenvolvimento em época de crise, RJ, Paz e Terra.

Furtado C., 1974 : O mito do desenvolvimento económico, RJ, Paz e Terra.

Furtado C., 1961 : Desenvolvimento e subdesenvolvimento, RJ, Fundo de Cultura.

González Casanova P., 1994, Etat et politique dans le tiers-monde, Paris, L’Harmattan.

González Casanova P., 1970, Sociología de la explotación, México, Siglo XXI.

Grundy, S., 1982, « Three modes of action research » in : Kemmis S., McTaggart R. (Eds.), The Action Research Reader (3e éd.), Victoria, Deakin University, pp. 353-364.

Gutiérrez G., 1983, Beber en su propio pozo. En el itinerario de un pueblo, Lima, CEP.

Gutiérrez G., 1971, Teología de la Liberación, Perspectivas, Lima, CEP.

Habermas J., 2006, Théorie et pratique, Paris, Payot.

Habermas J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, collection L’espace du politique.

Habermas J., 1979, Connaissance et intérêt, Paris, Tel Gallimard.

Kant E., 1788, Critique de la raison pratique, Paris, PUF, coll. Quadrige grands textes.

Kant E., 1787, Critique de la raison pure, Paris, PUF (7e édition), coll. Quadrige grands textes.

Kant E., 1785, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Delagrave.

Lammerik M. P., 1998, « Community managed rural water supply : experiences from participatory action research in Kenya, Cameroon, Nepal, Pakistan, Guatemala and Colombia », Community Development Journal, vol. 33, n° 4, pp. 342-352.

Lebvret, G., 1980, « Essai sur un complexe d’Athéna : de la recherche-action comme révélateur des blocages heuristiques », ASSCOD (Archives de sciences sociales de la coopération et du développement) N° 51, pp. 25-38

López de Ceballos P., 1998, Un método para la investigación-acción participativa, Madrid, Ed. Popular (3e éd.).

Lewin, K., 1946, « Action research and minority problems », in : Lewin G. (Ed.), Resolving Social Conflicts : Selected Papers on Group Dynamics (éd. 1973), Londres, Souvenir Press, pp. 201-216.

Rahman A., 1993, People’s Self-Development. Perspectives on Participatory Action Research. A Journey Through Experience, Londres, Zed Books.

Rahman A., Fals Borda O., 1992, « La situación actual y las perspectivas de la investigación-acción participativa en el mundo », in : Salazar M. C., La investigación-acción participativa, Madrid, ed. Popular.

Solinís G. (Dir.), 2005, Construire des gouvernances : entre citoyens, décideurs et scientifiques, Bruxelles, Editions Peter Lang.

Solinís G., 2006, « Participation » in : Ghorra-Gobin C. (Dir.), Dictionnaire des mondialisations, Paris, Armand Colin pp. 285-288.

Torres C., 1965, La revolución, imperativo cristiano, Bogotá, Ediciones del Caribe.

Notes

1 Voir surtout Le Banquet de Platon et La Poétique d’Aristote.

2 Cette typologie des formes d’action distingue quatre niveaux. Le premier est celui de l’« action communicative » qui vise simplement un entendement entre des sujets. Dans l’« action dramaturgique » du deuxième niveau, les sujets deviennent, dans leur interaction, des « acteurs » face à un « public ». La troisième catégorie, propre aux groupes sociaux qui dirigent leur action sur la base de valeurs partagées, est l’« action gérée par une norme ». Le quatrième, enfin est l’agir stratégique (Habermas 1979 ; 1987 ; 2006).

3 La sensibilisation, ou plutôt « conscientisation », est définie comme processus de prise de conscience ou d’« éveil de la conscience » et d’expression d’insatisfactions d’abord personnelles, et ensuite collectives, accompagné d’un changement de mentalité pour mieux comprendre la place que l’on occupe dans la nature et dans la société ; c’est, enfin, la capacité d’analyser de manière critique les causes et conséquences des actions.

4 La véritable formation, ajoute Freire, est «... praxis, réflexion et action de l’homme sur le monde pour le transformer », reprenant, d’une autre façon, la triade aristotélicienne : praxis, théôria, poïétique.

5 Avant-garde de service, non sectaire, non messianique, non « verticaliste » (ne s’imposant pas du haut vers la base – top down –), les intellectuels « deviendraient les professeurs du changement pacifique en aidant les classes dominées à acquérir une compréhension plus claire de ce qu’ils savent déjà grâce à leur expérience, et en élargissant leurs connaissances de façon à ce qu’ils prennent part à la tâche créatrice de production d’une nouvelle société » (Fals Borda 1987b).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search