Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

4. Recherche et politiques publiques à l'épreuve du genre : l'angle mort ?

Les mécanismes d’application des recommandations internationales : biais de genre ?

Note de l’éditeur

Référence : Verschuur, Christine, (dir..) “Les mécanismes d’application des recommandations internationales : biais de genre ?”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 339-352, DOI : 10.4000/books.iheid.5836 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

I. Le plus gros échec : l’égalité de genre

Ewa Charkiewicz
« Success at a Price. Is Failure Preferable ? », DAWN Informs, août 2002, p. 4
Traduit de l’anglais par Emmanuelle Chauvet

1Les conférences mondiales sont mises en scène comme des pièces de théâtre, avec, à l’échelle du monde, les Etats-Unis dans le rôle du méchant, l’Union européenne jouant le gentil et le Sud dans le rôle de la victime qui a besoin du secours des nobles ONG du Nord ou de la Banque mondiale. Ce scénario met délibérément en doute la capacité des pays en développement à agir dans la gouvernance mondiale et éclipse beaucoup d’autres complexités. Mais il montre également que, pour pouvoir s’exercer, le pouvoir cherche à utiliser les stratégies discursives les plus porteuses, parfois avec succès mais parfois en vain. Le pouvoir n’est pas acquis et statique, et on le comprend mieux à travers ses effets et ses applications, par exemple à travers des textes négociés et à travers ce qui se dit et ce qui est tu dans les salles de conférence. A Bali [quatrième et dernière conférence de préparation du Sommet de Johannesburg], ce sont les résistances à l’hégémonie des Etats-Unis et le coût de ces résistances qui ont permis les lectures les plus intéressantes du pouvoir.

2A la conférence préparatoire de Bali, les gentils et les méchants ont passé des accords qui ont empêché l’adoption ou entraîné l’abandon de toutes les références aux droits humains des femmes et aux droits en matière de reproduction mentionnés dans les textes provisoires. Les textes parlent bien des femmes, mais en termes contestables. Les femmes et le genre n’apparaissent dans aucun crochet du texte, ce qui veut dire que cette absence a été consensuelle. Dans la plupart des cas, le consensus a été atteint au plus petit dénominateur commun. Les ONG participantes et les délégations n’ont eu aucun mal à renoncer à l’égalité de genre ou à la mettre de côté.

3Il y a dix ans, on trouvait une déclaration sur le rôle des femmes dans le développement durable à presque chaque page de l’Agenda 21, ce qui ne veut pas dire que la conduite des affaires par les gouvernements s’en soit trouvée changée pour autant. Le fait que, dix ans plus tard, les références aux femmes et à l’égalité de genre soient moins nombreuses dans les 76 pages du texte préparatoire au Sommet de Johannesburg est symbolique de l’évolution des pouvoirs. Non seulement on ne parle plus des droits des femmes, mais on ne mentionne pas non plus la « population » et la « croissance de la population », la pierre angulaire du discours pour l’environnement à l’époque de Rio. La question de la population a causé de grandes querelles dans le processus de Rio, quand on a débattu des causes des crises environnementales : était-ce la croissance de la consommation au Nord, source de gaspillage, ou la croissance de la population et la pauvreté au Sud ? Aujourd’hui, la « population » est sortie du débat, de même que les questions épineuses de contrôle des naissances, d’avortement, d’accès à la contraception, de droits humains des femmes et de droits en matière de reproduction, de soins accessibles géographiquement et financièrement. Pour être juste, il faut dire que l’approche de la santé est moins technocratique dans le document de Johannesburg que dans l’Agenda 21.

4Dans les 76 pages du texte provisoire de Johannesburg, on trouve 30 références au genre et/ou aux femmes, mais aucune n’est entre crochets. Ces références portent majoritairement sur le rôle des femmes comme contributrices et comme ressources pour le développement durable, mais pas sur le changement des rapports de genre. Il n’est fait aucune mention des droits humains des femmes. Il n’est pas rare que les femmes et les enfants et/ou les peuples indigènes soient pris en compte comme catégories collectives de victimes, comme un seul groupe impuissant, vulnérable, et qui a besoin du secours des hommes au sens traditionnel, éco-modernisé et patriarcal du terme, des hommes qui définissent les termes et le contenu du discours sur le développement durable et qui gardent intacte leur position privilégiée dans la société et dans la hiérarchie de genre.

5Les références au rôle et à la position des femmes se concentrent dans la Partie II sur la pauvreté. L’égalité entre les genres est mentionnée comme l’un des éléments de définition de la bonne gouvernance, laquelle s’entend par des politiques sociales, environnementales et économiques saines, l’égalité de genre étant mise dans la même catégorie que les mesures de lutte contre la corruption. Mais quand il est question de forêt, de pêche, d’agriculture et d’extraction minière, le rôle et la capacité d’action des femmes et les différences de genre sont rarement voire pas du tout mentionnés.

6Au chapitre santé, l’accès des femmes aux soins est mentionné avec la condition suivante : « en accordant une attention particulière aux soins maternels et obstétriques ». Une commentatrice féministe a noté que la notion de « soins essentiels se trouve en filigrane dans le document – mais qu’inclut le terme « essentiels » et qu’exclut-il ? ». Le texte parle bien de « santé de la reproduction pour tous à un âge approprié » en se référant aux textes des conférences des Nations unies, dont la Conférence internationale sur la population et le développement et la Conférence mondiale sur les femmes. Mais la longue lutte qui a été menée pour que les droits humains des femmes et les droits en matière de reproduction soient cités a été perdue parce que trois acteurs importants – les Etats-Unis, l’Union européenne et le Groupe des 77 – ont passé un accord tacite. Des pays comme le Canada et la Norvège, ainsi que les gouvernements de plusieurs pays en développement, se sont battus seuls pour défendre l’égalité de genre et les droits humains des femmes.

7L’Union européenne et le Groupe des 77 ayant passé un accord tacite, le texte comprend un appel à une protection effective des savoirs traditionnels et pour une reconnaissance des communautés locales comme gardiennes des savoirs traditionnels – cet accord a été considéré comme du marchandage dont le but était de souder une alliance pour les négociations. Les expert-es en genre l’ont interprété comme un soutien à des pratiques telles que les mutilations génitales féminines et à d’autres pratiques et préjugés moins violents en apparence mais néanmoins mortels qui empêchent les femmes d’accéder à des soins de santé modernes, même lorsqu’ils sont accessibles géographiquement et financièrement.

8L’absence des femmes et du genre dans le texte parle d’elle-même si on la met en regard des nombreuses références aux communautés et à la propriété locale de la biodiversité, des forêts, etc. Le concept de communautés, de propriété et de contrôle communautaire sur les ressources et les savoirs locaux est l’une des icônes du débat sur l’écologie. Malheureusement, lors du Sommet mondial sur le développement social comme à d’autres occasions, il a été utilisé comme un écran de fumée pour masquer les différences de pouvoir qui existent au sein des communautés du fait des rapports de genre, de classe, du fait de l’ethnicité et de l’âge.

  • 1 Sen A., 2000, « Population et égalité de genre », La Nation, 24/31 juillet, pp. 16-18.
  • 2 Pour plus d’informations sur les femmes et la prise de décision, télécharger le Rapport de progrès (...)
  • 3 Les femmes aux parlements nationaux, Union interparlementaire, http://wwwipu.org/wmn-e/world.htm.
  • 4 Mouvement Ceinture verte, http://www.greenbeltmovement.org.
  • 5 Les femmes et l’environnement, 2004, New York, WEDO et UNEP, http://www.unep.org/Documents.Multilin (...)
  • 6 Agenda de l’action des femmes pour une planète saine et paisible 2015, WEDO, 2002, http://www.wedo. (...)
  • 7 Sass J., 2001, Les femmes, les hommes et le changement environnemental : les dimensions de genre de (...)
  • 8 Clay R., 2003, « Parler plus fort : les voix des femmes dans la prise de décision sur l’environneme (...)
  • 9 Lobby des femmes européennes, 1995-2005 : Revue de la mise en œuvre de la plateforme d’action de Be (...)

Objectif stratégique K. 1 de la plateforme d’action de Beijing
« Assurer une participation active des femmes aux prises de décision concernant l’environnement à tous les niveaux
Mesures à prendre :
Les gouvernements, les organisations internationales et non gouvernementales et les organismes du secteur privé devraient :
• donner aux femmes la possibilité égale de participer aux prises de décision concernant l’environnement à tous les niveaux ;
• permettre aux femmes d’avoir plus largement accès à l’information, à l’éducation, aux compétences et aux technologies ;
• encourager la préservation et l’utilisation des connaissances, innovations et pratiques des femmes des communautés autochtones et locales, et garantir les droits de propriété intellectuelle de ces femmes et la biodiversité ;
• réduire les risques liés à l’environnement auxquels sont exposées les femmes et inciter les institutions à se préoccuper de la dégradation de l’environnement et des conséquences qui en résultent pour les femmes ;
• donner le pouvoir d’agir aux femmes en tant que productrices et consommatrices ;
• promouvoir la participation des femmes et tenir compte de la spécificité de leurs problèmes dans les travaux de la Commission du développement durable, du Fonds pour l’environnement mondial, d’autres organes de l’ONU et des institutions financières internationales. »
Plateforme d’action de Beijing, 1995
« Faire progresser l’égalité entre les sexes, en renversant les divers handicaps sociaux et économiques qui rendent les femmes privées de la parole et impuissantes, peut aussi être une des meilleures façons de sauver l’environnement. »
Amartya Sen, 19981
Malgré les mesures prises pour inclure la participation des femmes et l’intégration du concept de genre dans les politiques environnementales nationales et internationales, les actions exécutées sur le plan pratique restent insignifiantes en comparaison. Bien que certains pays aient réussi à mettre sur pied un changement institutionnel et que les femmes aient généralement plutôt gagné du terrain, elles demeurent largement sous-représentées dans les postes décisionnels2. Selon l’Union interparlementaire, le pourcentage mondial des femmes au parlement a augmenté de 11,7 pour cent en janvier 1997 à 15,6 pour cent en novembre 2004 ; aujourd’hui, il y a quatorze pays dans le monde où les femmes détiennent 30 pour cent ou plus des sièges parlementaires3. En 2003, trente-cinq des ministres de l’environnement du monde étaient des femmes, sur 22 en 2002. Ces chiffres ont augmenté légèrement, bien qu’ils soient toujours en-dessous de la cible de 50/50 de représentation égale. Par ailleurs, les femmes ont joué un rôle crucial pour organiser des mouvements populaires et des campagnes sur les problèmes de l’environnement. Le mouvement Ceinture verte, fondé par la lauréate du Prix Nobel de la Paix en 2004 Wangari Maathai et surtout composé de femmes pauvres urbaines, plante des arbres dans le but de combattre l’érosion du sol et de fournir une ressource durable de bois-énergie.4
[…]
Malgré la sombre image globale concernant la participation des femmes dans les sphères décisionnelles de l’environnement, des actions par des organisations populaires de femmes et certains états démontrent que certains changements efficaces et d’une portée considérable sont possibles. Les femmes cherchent activement à se faire écouter dans les forums de prise de décisions, depuis les organisateurs d’unions féminines au Nord-Est du Brésil qui mobilisent la participation des femmes et leur éducation sur le développement, la sécheresse et la dégradation environnementale5, jusqu’à l’organisation mondiale des femmes qui prit place avant le sommet mondial de l’ONU de 2002 sur le développement durable (WSSD) et qui eut pour résultat un nouvel agenda 2015 des femmes pour une planète saine et paisible6. Une liste de plus en plus longue de pays, allant de l’Egypte, l’Indonésie et le Malawi à l’Allemagne, au Salvador et la Jamaïque, ont pris des mesures sur les plans pratique et politique pour garantir la participation des femmes et l’intégration des questions de genre dans les politiques et programmes environnementaux. La Jamaïque a changé les stratégies de recrutement avec succès pour accroître le leadership des femmes dans l’administration de l’environnement et des ressources naturelles ; l’Inde, l’Ouganda, le Brésil et les Philippines réservent un pourcentage de sièges aux femmes dans leurs organismes décisionnels nationaux et locaux7 ; et le Salvador, Costa Rica, le Mexique et l’Egypte ont créé des unités de genre au sein de leurs ministères de l’environnement pour contrôler et augmenter la participation des femmes et l’intégration du concept de genre8.
[…]
Les barrières qui mettent une entrave à la participation active des femmes dans le secteur décisionnel de l’environnement, à la sauvegarde de la biodiversité et aux droits de propriété intellectuelle, ainsi qu’à la protection et l’action concernant la dégradation et les risques environnementaux sont encore formidables. Le manque de volonté politique ainsi qu’une incompréhension générale et un manque d’action sont aggravés par les taux élevés d’analphabétisme et la féminisation de la pauvreté, tous deux limitant l’accès et les chances des femmes. La ligne de partage numérique sexospécifique réduit encore plus les chances des femmes d’accéder à l’information pour la prise de décisions et la participation.
[…]
Objectif stratégique K. 2 de la plateforme de Beijing
« Intégrer les besoins, préoccupations et opinions des femmes dans les politiques et programmes en faveur du développement durable
Mesures à prendre :
Les gouvernements, les organisations internationales et non gouvernementales et les institutions du secteur privé devraient :
• tenir compte dans les politiques générales, des résultats des recherches ayant trait aux problèmes spécifiques des femmes, afin de mettre en place des établissements humains viables ;
• promouvoir l’éducation des femmes et des filles dans les domaines des sciences, des techniques, de l’économie, etc. ;
• appuyer les efforts visant à assurer aux femmes l’accès au logement, à l’eau potable et aux sources d’ énergie ;
• faire le nécessaire pour assurer l’accès de tous à l’eau salubre d’ici en l’an 2000 ;
• encourager à investir dans des activités technologiques et industrielles non nuisibles pour l’environnement ;
• favoriser la commercialisation d’aliments organiques, les moyens de recyclage et l’étiquetage des produits. »
Plateforme d’action de Beijing, 1995
[…]
Selon la révision du lobby 2004 des femmes européennes de l’exécution de Beijing de l’Union européenne : « pendant les dix dernières années aucune loi n’a été adoptée qui traite directement des femmes et de l’environnement… très souvent, les politiques environnementales actuelles semblent augmenter les inégalités entre les sexes car elles ignorent purement et simplement toutes questions liées aux enjeux sexospécifiques dans leurs projets de loi et exécutions »9.
Source : INSTRAW, 2005, Les femmes et l’environnement : Nouveaux défis. Beijing a 10 ans : De la politique à la pratique, pp. 3, 4, 6, en ligne à l’adresse : http://www.un-instraw.org/​fr/​images/​stories/​beijing/​womenandtheenvironmentfr.pdf

II. Les Agendas 21 locaux

Jules Falquet (dir.)
Ecologie : quand les femmes comptent, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 179-189 (extraits)

9Les Agendas 21 locaux naissent comme un mécanisme privilégié d’application concrète des recommandations de l’Agenda 21 adopté à la Conférence de Rio. Ils sont prévus par le chapitre 28 du Traité de Rio, qui établit en particulier la nécessité de consulter et d’associer la société civile et ses différents secteurs dans la mise en œuvre de l’Agenda 21. Ils inaugurent ainsi un processus très important de consultation et de participation des citoyen-nes et des acteurs locaux, ouvrant la voie à une nouvelle gestion des affaires publiques, plus participative et plus démocratique – ce qui, en soi, fait déjà partie des objectifs de la « durabilité ». Cependant, la disposition qui prévoit leur mise en place n’a aucun caractère contraignant, et ils se sont mis en place de manière très diverse selon les contextes régionaux, nationaux et même locaux, ce qui permet d’observer un fourmillement d’initiatives diverses.

En France : un lent démarrage

10En France, le terme anglais d’Agenda 21 a été traduit par « Action 21 ». Dès 1993, le Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement a mis en place un dispositif des « Chartes d’écologie urbaine », remanié l’année suivante pour devenir les « Chartes pour l’environnement/Programmes partenariaux pour un développement durable ». On peut à cet égard parler d’Agendas 21 locaux de première génération. Simultanément, se met en place la Commission française du développement durable (CFDD), aujourd’hui rattachée au Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement après l’avoir été au Commissariat au plan. En 1996, la préparation de la conférence d’Habitat II et la tenue d’assises régionales, puis nationales, du développement durable, ont permis une meilleure appropriation des concepts du développement durable par l’Etat, les villes et les régions, ainsi que par les acteurs associatifs et les grands secteurs d’activité. Une deuxième génération d’Agendas 21 apparaît avec la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement durable du territoire, qui incite à mettre en place les Agendas 21 locaux dans le cadre de la signature de contrats particuliers dans les contrats de plan Etat-région.

11Le Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement (MATE), en lien avec ses partenaires institutionnels, est le principal point de référence pour la mise en place des Agendas 21 locaux. Il a choisi de donner une grande latitude aux collectivités locales, leur laissant l’initiative d’élaborer leur propre Agenda. Le MATE a cependant mis en place une incitation financière et des bases méthodologiques communes susceptibles de guider les collectivités dans cet exercice nouveau et complexe. Les projets sont soit sectoriels (implication des citoyens dans la lutte contre l’effet de serre, réhabilitation de friches industrielles, agriculture, conception de zones d’activité intercommunale à haute qualité environnementale...), soit des projets de territoires. Cette initiative a permis la constitution d’un réseau de références et d’une banque de données et de réflexions sur les « bonnes expériences » extrêmement utiles pour continuer.

12[...]

13Depuis 1993, 75 collectivités locales, représentant dix millions d’habitantes, ont élaboré leurs Agendas 21, qui s’apparentent à des projets stratégiques à 10-15 ans. Actuellement, 500 collectivités sont porteuses de projets et la mise en place de nouveaux agendas est attendue dans les prochaines années.

14[...]

Les Agendas 21 en Europe : le Nord en avance

15Pour l’application des Agendas 21 locaux en Europe, on peut distinguer trois grandes périodes et groupes de pays. Pionniers, la Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni se sont engagés dans cette voie dès 1992. Le Danemark, la Finlande, la Norvège, l’Autriche et l’Allemagne leur ont emboîté le pas dans un deuxième temps, à partir de 1995-1996. Retardataires, la France, l’Irlande, l’Espagne et l’Italie ne présentent encore qu’un faible nombre d’initiatives locales. La conférence de Hanovre, en février 2000, troisième conférence organisée par la Campagne européenne des villes durables, a permis de faire le point, montrant un certain essoufflement des pays du Nord, alors que l’Italie et l’Espagne semblent désormais enthousiastes pour faire avancer les Agendas 21.

16En Italie, ce n’est que grâce aux collectivités locales que le Plan national de développement durable défini en 1993 a commencé à prendre vie, notamment dans la région d’Emilie-Romagne, où se forme en 1999 un réseau de 150 villes durables, à l’initiative de Ferrare et de Modène. La ville de Bologne pour sa part a élaboré un plan à grande échelle de la métropole, considéré comme un bon exemple de la prise en compte de la durabilité en matière de développement urbain. Elle participe également au projet international de réduction des émissions de C02 du CIEL (Conseil international pour les initiatives environnementales locales). Ces initiatives ont été à leur tour relayées à l’échelle nationale par un nouveau Plan de développement durable, ainsi qu’un projet pilote pour les villes moyennes et la création de deux agences techniques destinées à appuyer les projets d’Agendas 21. En Espagne, où aucune véritable politique nationale en la matière n’a été définie, ce sont également les régions qui ont pris l’initiative, comme l’Aragon, la Navarre et la Catalogne. La Diputació de Barcelone, administration dont les compétences s’étendent à l’ensemble de la province, a lancé un programme d’audit pour la mise en place d’Agendas 21 avec une centaine de communes, et constitué un réseau de villes et de villages durables, auquel 150 municipalités catalanes ont déjà adhéré. Il est intéressant de remarquer que si l’Espagne et l’Italie voient d’un bon œil la possibilité de recevoir un appui méthodologique de structures internationales comme le réseau Villes-santé ou le CIEL, la France les juge de culture trop anglo-saxonne. Le fait est que dans ces deux pays comme dans le nord de l’Europe, les démarches liées aux Agendas 21 font ressortir en premier lieu la question de la qualité de la vie et de l’environnement.

17Parmi les pays intermédiaires, le Danemark est un de ceux qui se montrent le plus actif : dès 1988, il s’était doté d’un plan national pour l’environnement et le développement. En 1994, il lançait une campagne en faveur de modes de vie durables, visant notamment à aider les particulièr-es à transformer leurs modes de vie et de consommation au quotidien. Aujourd’hui, plus de 70 % des municipalités sont engagées dans la lutte contre l’effet de serre, et on trouve au Danemark aussi bien des « communautés vertes » que huit villes regroupées en une « conurbation verte ouverte » et tout un réseau d’éco-villages. La grande activité du milieu associatif n’est pas étrangère à ces succès.

18A tout seigneur, tout honneur : la Suède, qui avait accueilli la Conférence de Stockholm en 1972, fait actuellement figure de pays pionnier en matière d’Agendas 21 locaux. Aujourd’hui, l’ensemble de ses 288 collectivités locales ont engagé les procédures correspondantes, en mettant en avant les questions de l’environnement et de la participation. Elles ont réalisé un important travail sur les indicateurs, afin de coller aux réalités, ainsi chaque « éco-municipalité » réévalue régulièrement les objectifs écologiques qu’elle s’est fixés. Les régions sont également actives dans ce processus, comme le montre notamment le projet écologique « Environnement à l’Ouest-Agenda 21 » de Göteborg-och-Bohus. Enfin, un programme d’aide à la durabilité écologique locale a été mis en place à l’échelle nationale. Ce dynamisme est facilité par la forte implication des associations, notamment Alliance climat (OMS), les associations nationales environnementalistes et les associations nationales d’élu-es.

19Enfin, les Pays-Bas offrent un exemple remarquable de rigoureuse planification stratégique appliquée à l’environnement. Dans ce pays fortement centralisé, les plans nationaux d’environnement, couvrant tous les secteurs d’activité, sont régulièrement révisés. La clé du développement durable aux Pays-Bas est la préservation de la « capacité de charge » du milieu naturel, fondée sur le savant calcul de « l’empreinte écologique » (définie comme l’évaluation de la capacité biophysique de surfaces terrestres nécessaires à la production des ressources dont les villes ont besoin et à l’absorption de leurs déchets. Elle permet de chiffrer les ressources utilisées pour le développement direct ou indirect des villes.) La politique environnementale des Pays-Bas est appuyée sur des mesures fiscales et réglementaires importantes, ainsi que sur l’utilisation de systèmes de management environnemental, d’éco-techniques et d’éco-procédés adaptés. Elle est de plus intégrée dans une approche globale de planification stratégique, notamment avec le système ABC, qui permet la localisation optimale des entreprises en fonction de leurs activités, de la densité urbaine et de l’accès.

20Cependant, il faut noter que dans l’ensemble de l’Europe, la démarche des Agendas 21 reste difficile à mettre en place. Globalement, les initiatives demeurent marginales et ne constituent pas une réelle priorité politique des gouvernements nationaux. En l’absence de stimulation forte des gouvernements, on constate que la mise en place des Agendas 21 reste tributaire de l’existence d’associations environnementalistes actives, de l’initiative citoyenne et des rapports de forces politiques au sein des collectivités locales (par exemple, la présence de partis Verts aux conseils municipaux).

Genre et Agendas 21 dans le monde : des expériences mitigées

21Les Agendas 21 locaux ne peuvent être véritablement participatifs, et donc durables, que s’ils incluent largement la participation des femmes. D’un côté, celles-ci ont beaucoup à apporter et sont porteuses de projets novateurs, comme le montre le travail réalisé par WEDO dans les pays du Sud. De l’autre, leur participation est limitée par de nombreux facteurs […].

L’appui de WEDO aux initiatives latino-américaines et des Caraïbes

22WEDO et le Conseil international pour les initiatives environnementales locales (CIEL) ont travaillé sur la question du rôle spécifique des femmes dans le processus des Agendas 21 locaux. Il s’agit en effet d’une opportunité rêvée pour faire croître la participation des femmes au développement durable. Cependant, jusqu’à présent, seule une minorité des collectivités locales a compris l’intérêt d’y inclure une approche de genre explicite. Il est certain en revanche qu’il existe un grand potentiel dans ce domaine, et CIEL et WEDO s’emploient à le développer.

23Une enquête réalisée en 1996 sur les Agendas 21 locaux de 2 500 municipalités a fait apparaître que les femmes avaient été intégrées dans 53 % des cas, et a mis en relief l’existence de plusieurs villes très actives dans l’incorporation des questions de genre aux processus locaux des Agendas 21. Un atelier organisé par WEDO en juillet 2000 a permis de réunir des femmes d’origines géographiques différentes pour comprendre chaque approche régionale. L’atelier a donné l’occasion de réfléchir aux difficultés existantes, parmi lesquelles les principales sont : le manque d’information permettant tant aux femmes qu’aux hommes de faire le lien entre l’environnement et le rôle des femmes ainsi que le manque d’intérêt et de volonté politique des autorités locales qui souvent ne souhaitent pas modifier les rapports existants entre hommes et femmes.

24Les ONG, pour leur part, ont travaillé activement à renforcer la participation des femmes au niveau des gouvernements locaux. Le réseau d’ONG de Trinidad et Tobago, par exemple, a développé un projet intitulé engendering local governments, organisé une série d’ateliers pilotes de discussion sur les équilibres de genre dans les structures politiques, à destination des élues et des activistes. Ciblant des gouvernements locaux, il a réalisé des formations politiques pour plus de 300 femmes, incluant des sessions sur les mécanismes législatifs, l’histoire et les fonctions des gouvernements municipaux, et les stratégies pour introduire une perspective de genre, notamment dans les budgets. Il a aussi organisé des sessions de formation en analyse de genre et en planification à destination des élues et des femmes dans la fonction publique. Certaines de ces femmes se sont intéressées de près aux questions environnementales.

25Ce même concept engendering local governments a été appliqué au Brésil dans le cas des Agendas 21 locaux. Le Réseau pour le développement humain (REDEH), qui travaille au plan national, en coopération avec des groupes de femmes locaux, a développé tout un processus de renforcement du rôle dirigeant des femmes au niveau local. La méthodologie englobe différents domaines nécessaires à la pleine participation des femmes : comprendre la planification, les budgets et l’usage des indicateurs. Après huit ans de travail acharné, de nombreux gouvernements locaux ont commencé à incorporer la perspective de genre et les femmes commencent à être considérées comme d’importantes actrices dans la formulation des politiques locales. [...]

26Il est certain que les agendas 21 locaux constituent un des dispositifs-clés de l’application des engagements de l’Agenda 21, puisqu’il est à la fois l’instrument de la participation citoyenne et l’outil adapté à la dimension locale et territoriale, si importante pour le développement durable. Concernant les questions de genre, il s’agit d’un mécanisme particulièrement intéressant pour les femmes, dont la participation est souvent plus importante au niveau local, qui allie proximité et quotidienneté, deux démarches qui leur sont familières.

27Cependant, même si les femmes participent à ce processus, y compris de manière active et organisée, il n’est pas certain que la perspective de genre soit suffisamment prise en compte dans la plupart des cas. Par ailleurs, […] il existe des difficultés spécifiques qui entravent la pleine participation des femmes, surtout dans un cadre mixte. D’abord, de nombreuses femmes ne sont pas libres de leurs mouvements, leur famille répugnant à les laisser sortir ou s’absenter. Ensuite, la cherté des déplacements et/ou la rareté des moyens de transport constituent souvent des obstacles plus importants pour elles. De plus, la charge de travail (rémunéré et domestique) qui pèse sur elles, combinée à des horaires et des lieux de réunion souvent inadaptés, limite leur investissement. De surcroît, elles sont souvent reléguées aux thèmes considérés comme féminins et leur participation est généralement tenue pour moins importante que celle des hommes. Cependant, elles manifestent généralement une grande volonté de participer, une capacité certaine de propositions et font preuve d’originalité et d’esprit pratique dans leur manière d’aborder les questions. Ancrées dans la vie quotidienne et la préoccupation du bien-être de leur famille et de la « communauté » (rôles féminins traditionnels), directement concernées par l’usage au quotidien de la ville ou des services en milieu rural, elles constituent un potentiel important pour la poursuite du développement des Agendas 21 locaux.

28D’une manière générale, il semble que le processus de mise en route des Agendas 21 locaux ait commencé tardivement dans la plupart des pays. Plusieurs problèmes se posent :

  • les Agendas 21 font parfois « doublon » avec les politiques nationales diverses de gestion du territoire, et leur lisibilité en tant que politiques spécifiques n’est pas toujours évidente ;

  • ils font quelquefois davantage figure de projets politiques locaux que de véritables instruments de gestion de l’environnement, ce qui explique éventuellement la faible contribution des associations ;

  • leur mise en œuvre est longue et relativement lourde, notamment du fait de leur caractère participatif.

29Afin qu’ils portent tous les fruits que l’on peut en espérer, un effort d’information et de communication doit encore être réalisé, de manière à ce que ces processus soient connus, que leurs objectifs soient clairement identifiés et qu’ils puissent ainsi susciter un intérêt plus massif et une plus grande participation des différents acteurs que l’on espère y voir s’impliquer : société civile, associations, groupements de femmes et de jeunes, entreprises, collectivités locales.

III. Mouvements pour l’environnement, politiques et Agenda 21 en Amérique latine

María Pilar García-Guadilla
Environmental Movements, Politics and Agenda 21 in Latin America, Civil Society and Social Movements, Programme Paper n° 16, UNRISD, octobre 2005, pp. iv-v (extraits)

30Le désintérêt des gouvernements, des organisations non gouvernementales (ONG) et des mouvements sociaux d’Amérique latine pour Action 21 […] et le peu de soutien qu’ils lui ont apporté peuvent s’expliquer en partie par les crises économiques, politiques et sociales qu’a traversées la région et qui ont dicté des priorités différentes de celles d’Action 21. Les principales préoccupations de la région au cours de la décennie passée ont été la pauvreté et la stabilité politique, et non pas le développement durable. Les notions mêmes de développement durable et de démocratie participative, trop larges pour que leur signification puisse faire l’objet d’un accord entre gouvernements, ONG et mouvements sociaux d’Amérique latine – même les ONG et les mouvements sociaux ne peuvent pas s’entendre sur une définition à leur donner – ont fait obstacle à la mise en œuvre d’Action 21.

31[Dans ce contexte, une analyse des] valeurs, attentes et propositions des gouvernements et des organisations et mouvements sociaux et écologiques d’Amérique latine, en essayant de dégager les principes et les modèles économiques et politiques qu’ils proposent pour accéder au développement durable, […] montre les différences de perspective et la difficulté de parvenir à un programme consensuel. [Cette] analyse illustre la grande hétérogénéité des valeurs, attentes et revendications des ONG et des mouvements sociaux : certains d’entre eux dénoncent la mondialisation économique, le libre-échange, la privatisation et l’aggravation de la pauvreté et des inégalités sociales comme les causes des problèmes d’environnement, tandis que d’autres se concentrent sur l’écologie et négligent les causes sociopolitiques ; d’aucuns acceptent Action 21 comme base de dialogue avec les gouvernements et les institutions internationales multilatérales et comme plate-forme de règlement des problèmes, tandis que d’autres rejettent ce programme pour des raisons de fond, critiquant non seulement le modèle économique mais aussi le « modèle de civilisation » qu’il reflète, et proposent un programme de substitution. Les informations et données qui ont permis cette comparaison viennent essentiellement de l’analyse du contenu des programmes officiel et parallèle adoptés à Rio de Janeiro, ainsi que des multiples documents, officiels et autres, émanant des réunions tenues entre 1992 et 2002, telles que le Sommet mondial pour le développement social, la Quatrième Conférence internationale sur les femmes, la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée à un examen et une évaluation de la mise en œuvre d’Action 21 (Sommet Planète Terre), le Forum social mondial (Porto Alegre) et les réunions préparatoires du Sommet mondial sur le développement durable (Sommet de Johannesburg) notamment.

32Au cours des dix années qui se sont écoulées depuis le Sommet Planète Terre, institutions internationales et gouvernements se sont inspirés d’Action 21 pour définir leurs buts et leur pratique et proposer des politiques, mais les espaces, mécanismes, valeurs et programmes qui pouvaient gagner les gouvernements et les mouvements sociaux d’Amérique latine au développement durable faisaient défaut. Aussi le grand pari du Sommet de Johannesburg a-t-il été […] de créer de nouveaux lieux où la société civile puisse participer au processus décisionnel et d’encourager un dialogue sur le type de développement souhaité pour la prochaine décennie. Avec son raisonnement instrumentaliste et « technico-scientifique », le programme Action 21 laisse de côté […] la vision, les buts et propositions d’un groupe important d’organisations et de mouvements sociaux. Il ne jette pas à lui seul les bases d’un accord démocratique. Un vaste dialogue centré sur le développement durable doit être inspiré par une démarche humaniste et non pas compter sur la technologie ou la croissance économique en soi. Il doit aussi être fondé sur l’une des caractéristiques de la démocratie, c’est-à-dire le pluralisme, qui suppose que soit reconnue et acceptée la grande diversité des croyances et des valeurs humaines. Pour que cela soit possible, il faut que toutes les parties aient le même pouvoir de négociation. Comme ce n’est pas le cas des mouvements sociaux, ceux-ci doivent l’acquérir en renforçant leurs réseaux et en créant ainsi un espace à partir duquel il soit possible de participer à la construction collective et démocratique d’un cadre viable et équitable pour le développement durable.

Sources : Texte tiré de divers articles.

Notes

1 Sen A., 2000, « Population et égalité de genre », La Nation, 24/31 juillet, pp. 16-18.

2 Pour plus d’informations sur les femmes et la prise de décision, télécharger le Rapport de progrès de l’INSTRAW sur le Domaine critique G : les femmes au pouvoir et à la prise de décision, http://www.un-instraw.org.

3 Les femmes aux parlements nationaux, Union interparlementaire, http://wwwipu.org/wmn-e/world.htm.

4 Mouvement Ceinture verte, http://www.greenbeltmovement.org.

5 Les femmes et l’environnement, 2004, New York, WEDO et UNEP, http://www.unep.org/Documents.Multilingual/Default.asp?DocumentID=67&ArticleID=4488&l=en.

6 Agenda de l’action des femmes pour une planète saine et paisible 2015, WEDO, 2002, http://www.wedo.org/files/agenda2015_eng.pdf.00

7 Sass J., 2001, Les femmes, les hommes et le changement environnemental : les dimensions de genre des politiques et programmes environnementaux, Washington D.C., Bureau de référence sur la population, http://www.prb.org/pdf/WomenMenEnviron_Eng.pdf.

8 Clay R., 2003, « Parler plus fort : les voix des femmes dans la prise de décision sur l’environnement », Perspectives de santé environnementale, 111(1).

9 Lobby des femmes européennes, 1995-2005 : Revue de la mise en œuvre de la plateforme d’action de Beijing par l’Union européenne, Bruxelles.