Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

4. Recherche et politiques publiques à l'épreuve du genre : l'angle mort ?

Gestion de l’eau, privatisation et droits

Note de l’éditeur

Référence : Verschuur, Christine, (dir..) “Gestion de l’eau, privatisation et droits”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 283-308, DOI : 10.4000/books.iheid.5831 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

I. Les femmes du Kerala contre Coca-Cola

Vandana Shiva
« Les femmes du Kerala contre Coca-Cola », Le Monde diplomatique, mars 2005, pp. 20-21

1Expulsé en 1977 par le gouvernement, Coca-Cola a repris pied en Inde le 23 octobre 1993, au moment même où Pepsi-Cola s’y implantait. Les deux entreprises possèdent 90 « usines d’embouteillage » qui sont en réalité… des « usines de pompage » : 52 unités appartiennent à Coca-Cola et 38 à Pepsi-Cola. Chacune extrait entre 1 million et 1,5 million de litres d’eau par jour.

2En raison de leurs procédés de fabrication, ces boissons gazeuses présentent des risques. D’abord, parce que le pompage des nappes pratiqué par leurs usines dépouille les pauvres du droit à se fournir en eau potable. Ensuite, parce que ces usines rejettent des déchets toxiques qui menacent l’environnement et la santé. Enfin, parce que les sodas sont des boissons dangereuses – le Parlement indien a mis sur pied une commission mixte chargée d’enquêter sur la présence de résidus de pesticides.

  • 1 Virender Kumar, « Lettre ouverte au chef du gouvernement », Mathrubhumi, Thiruvananthapuram (Kerala (...)

3Pendant plus d’un an, des femmes des tribus de Plachimada, dans le district de Palaghat, au Kerala, ont organisé des sit-in pour protester contre l’assèchement des nappes phréatiques par Coca-Cola. « Les habitants, écrit Virender Kumar, journaliste au quotidien Mathrubhumi, portent sur la tête de lourdes charges d’eau potable qu’ils doivent aller chercher loin, pendant que des camions de boissons gazeuses sortent de l’usine Coca1.» Il faut 9 litres d’eau potable pour faire 1 litre de Coca.

  • 2 NdT : le terme « adivasi » désigne les tribus autochtones où le système de castes n’a pas cours.
  • 3 Conseil exerçant l’autorité au niveau du village.

4Les femmes adivasies2 de Plachimada ont entamé leur mouvement peu après l’ouverture de l’usine Coca-Cola, dont la production devait atteindre, en mars 2000, 1 224 000 bouteilles de Coca-Cola, Fanta, Sprite, Limca, Thums Up, Kinley Soda et Maaza. Le panchayat local3 lui avait accordé sous conditions l’autorisation de puiser l’eau à l’aide de pompes motorisées. Mais la multinationale s’est mise à puiser, en toute illégalité, des millions de litres d’eau pure dans plus de six puits forés par ses soins et équipés de pompes électriques ultrapuissantes. Le niveau des nappes a terriblement baissé, passant de 45 mètres à 150 mètres de profondeur.

5Non contente de voler l’eau de la collectivité, Coca-Cola a pollué le peu qu’il en restait, rejetant les eaux souillées dans les forages à sec creusés sur ses installations pour enfouir les déchets solides. Auparavant, l’entreprise déposait ses déchets en dehors, si bien qu’à la saison des pluies leur dissémination dans les rizières, les canaux et les puits constituait une menace des plus sérieuses pour la santé publique. Ce n’est plus le cas. Mais la contamination des sources aquifères n’en est pas moins réelle.

6D’où l’assèchement de 260 puits, dont le forage avait été assuré par les autorités pour subvenir aux besoins en eau potable et à l’arrosage agricole. Dans cette région du Kerala, appelée « grenier à riz », les rendements agricoles ont diminué de 10 %. Et Coca-Cola, c’est le comble, redistribue ses déchets toxiques aux villageois sous forme d’engrais. Les tests ont pourtant montré que ceux-ci ont une forte teneur en cadmium et en plomb, substances cancérigènes.

7Des représentants des tribus et des paysans ont donc également dénoncé la contamination des réserves aquifères et des sources, et les forages effectués à tort et à travers, qui ont gravement compromis les récoltes ; ils ont réclamé la protection des sources d’eau potable, des mares et des réservoirs, l’entretien des voies navigables et des canaux.

8Sommé de s’expliquer, Coca-Cola a refusé de fournir au panchayat les explications demandées. Ce dernier lui a donc notifié la suppression de sa licence d’exploitation. La multinationale a essayé d’acheter le président, M. Anil Krishnan, en lui offrant 300 millions de roupies. En vain. Toutefois, si le panchayat lui a retiré son permis d’exploiter, le gouvernement du Kerala a continué à protéger l’entreprise. Il lui verse quelque 2 millions de roupies (36 000 euros) au titre de subvention à la politique industrielle régionale. Dans tous les Etats où ils ont des usines, Pepsi et Coca touchent des aides similaires, pour des boissons dont la valeur nutritionnelle est nulle, en comparaison des boissons indiennes (nimbu pani, lassi, panna, sattu…).

9De plus en plus, l’industrie des boissons gazeuses utilise le sirop de maïs, à haute teneur en fructose. Non seulement cet édulcorant est néfaste pour la santé, mais la production de maïs sert déjà à la fabrication industrielle d’aliments pour le bétail. C’est autant de moins pour la consommation humaine, et, en réalité, cela prive les pauvres d’un produit de base essentiel, à bon marché. En outre, le remplacement d’édulcorants plus sains tirés de la canne à sucre, tels que le gur et le khandsari, lèse les paysans, à qui ces produits assuraient des moyens de subsistance. Bref, Coca-Cola et Pepsi-Cola ont sur la chaîne alimentaire et l’économie un impact énorme.

10En 2003, les autorités sanitaires ont informé les habitants de Plachimada que la pollution de l’eau la rendait impropre à la consommation. Les femmes furent les premières à dénoncer cet « hydropiratage » lors d’un dharna (sit-in) devant les grilles de la compagnie.

11Amorcé à l’initiative des femmes adivasies, le mouvement a déclenché une vague de soutien nationale et internationale. Sous la pression de ce mouvement de plus en plus puissant et en raison de la sécheresse venue encore aggraver la crise de l’eau, le chef du gouvernement du Kerala a enfin ordonné, le 17 février 2004, la fermeture de l’usine Coca-Cola. Les alliances arc-en-ciel forgées au départ entre les femmes de la région ont fini par mobiliser l’ensemble du panchayat. De son côté, celui de Perumatty (au Kerala) a déposé auprès du tribunal suprême de cet Etat une plainte contre la multinationale, au nom de l’intérêt public.

12Le 16 décembre 2003, le juge Balakrishnana Nair a ordonné à Coca-Cola de cesser ses pompages pirates dans la nappe de Plachimada. Les attendus du jugement valent autant que la décision elle-même. En effet, le magistrat a notamment précisé : « La doctrine de la confiance publique repose avant tout sur le principe voulant que certaines ressources telles que l’air, l’eau de mer, les forêts ont pour la population dans son ensemble une si grande importance qu’il serait totalement injustifié d’en faire l’objet de la propriété privée. Lesdites ressources sont un don de la nature et devraient être gratuitement mises à la disposition de chacun, quelle que soit sa position sociale. » Et le magistrat de poursuivre : « Puisque cette doctrine impose au gouvernement de protéger ces ressources de telle sorte que tout le monde puisse en profiter, il ne peut autoriser qu’elles soient utilisées par des propriétaires privés ou à des fins commerciales (...). Tous les citoyens sans exception sont les bénéficiaires des côtes, des cours d’eau, de l’air, des forêts, des terres fragiles d’un point de vue écologique. En tant qu’administrateur, l’Etat a de par la loi le devoir de protéger les ressources naturelles, qui ne peuvent être transférées à la propriété privée. » En clair : l’eau est un bien public. L’Etat et ses diverses administrations ont le devoir de protéger les nappes phréatiques contre une exploitation excessive, et, en la matière, leur inaction est une violation du droit à la vie garanti par l’article 21 de la Constitution indienne. La Cour suprême a toujours affirmé que le droit de jouir d’une eau et d’un air non pollués faisait partie intégrante du droit à la vie défini dans cet article.

13Même en l’absence d’une loi régissant l’utilisation des nappes phréatiques, le panchayat et l’Etat sont tenus de s’opposer à la surexploitation de ces réserves souterraines. Et le droit de propriété de Coca-Cola ne s’étend pas aux nappes situées sous les terres lui appartenant. Nul n’a le droit de s’en arroger une grande partie, et le gouvernement aucun pouvoir d’autoriser un tiers privé à extraire cette eau dans de telles quantités. D’où les deux ordres émis par le tribunal : Coca-Cola cessera de pomper l’eau pour son usage dans un délai d’un mois jour pour jour ; le panchayat et l’Etat s’assureront que, passé ce délai, la décision sera appliquée.

14La révolte des femmes, cœur et âme du mouvement, a été relayée par des juristes, des parlementaires, des scientifiques, des écrivains… La lutte s’étend à d’autres régions où Coca et Pepsi pompent les réserves aquifères. A Jaipur, la capitale du Rajasthan, après l’ouverture de l’usine Coca-Cola, en 1999, le niveau des nappes est passé de 12 mètres de profondeur à 37,5 mètres. A Mehdiganj, une localité située à 20 kilomètres de la ville sainte de Varanasi (Bénarès), il s’est approfondi de 12 mètres, et les champs cultivés autour de l’usine sont désormais pollués. A Singhchancher, un village du district de Ballia (dans l’est de l’Uttar Pradesh), l’unité de Coca-Cola a pollué eaux et terres. Partout la protestation s’organise. Mais, le plus souvent, les autorités publiques répondent aux manifestations par la violence. A Jaipur, le militant pacifiste Siddharaj Dodda a été arrêté en octobre 2004 pour avoir participé à une marche exigeant la fermeture de l’usine.

Des chaînes humaines autour des usines

  • 4 Les boissons contenaient divers pesticides. La commission du gouvernement a conclu que ces résidus (...)

15A l’assèchement des puits s’ajoutent les risques de contamination. Le tribunal suprême du Rajasthan a interdit à la vente les boissons produites par Coca et Pepsi, car ces derniers ont refusé de détailler la liste de leurs composants, alors que des études ont montré qu’elles contenaient des pesticides dangereux pour la santé4. Les deux géants ont porté l’affaire devant la Cour suprême, mais celle-ci a rejeté l’appel et suivi le tribunal du Rajasthan en ordonnant la publication de la composition précise des produits. Pour l’heure, ces boissons demeurent interdites dans la région.

16Une étude menée en 1999 par All India Coordinated Research Project on Pesticide Residue (AICRP) a montré que 60 % des produits alimentaires vendus sur le marché sont contaminés par des pesticides et que 14 % d’entre eux contenaient des doses supérieures au maximum autorisé. Cela remet en cause le mythe selon lequel les multinationales privilégient la sécurité, ce qui les rendrait plus fiables que le secteur public. Ce préjugé contre l’administration publique des biens et des services a contribué à faire accepter la privatisation. Pourtant, ce recours au privé ne permet pas de fournir une eau de qualité à un prix abordable.

  • 5 Roy A., 1999, Le Coût de la vie, Paris, Gallimard.
  • 6 Le retraitement des eaux a été confié à Degremont, filiale de Suez. A Delhi, les prix de l’eau ont (...)

17Le 20 janvier 2005, dans toute l’Inde, des chaînes humaines se sont formées autour des usines Coca et Pepsi. Des tribunaux populaires ont notifié aux « hydropirates » l’ordre de quitter le pays. Le cas de Plachimada prouve que la population peut l’emporter sur des entreprises privées. Les mouvements pour la préservation de l’eau vont d’ailleurs bien au-delà. Ils concernent aussi les barrages – et les grands projets qui prévoient de détourner le cours de toutes les rivières de la péninsule indienne suscitent une opposition croissante5. Ils dénoncent les privatisations encouragées par la Banque mondiale et la privatisation de la fourniture d’eau à Delhi6. Le pillage ne pourrait avoir lieu sans l’aide des Etats centralisateurs. Cette bataille contre le vol de l’eau ne concerne pas que l’Inde. La surexploitation des nappes phréatiques et les grands projets jouent à l’encontre de la préservation de la Terre. Il faut savoir que si chaque partie de la planète recevait autant de précipitations, à la même fréquence et selon le même schéma, les mêmes plantes pousseraient partout et l’on trouverait partout les mêmes espèces animales. La planète est faite de diversité. Le cycle hydrologique est une démocratie – un système de distribution pour toutes les espèces vivantes. Faute de démocratie de l’eau, il ne peut y avoir de vie démocratique.

II. Les femmes de l’armée zapatiste des femmes mazahuacas menacent de fermer les robinets de Mexico

Anne Vigna
« Des Indiennes, des fusils et des caméras », Manière de voir n° 81, juin-juillet 2005

18Il fallait s’y attendre : l’armée et la police fédérale ont finalement pris possession, le 8 février 2005, de l’usine d’assainissement située à Villa de Allende, à 130 km au nord-ouest de Mexico, devant une ligne de femmes mazahuas impuissantes, avec leurs armes rafistolées. Les menaces – « fermer les robinets de Mexico » – de l’Armée zapatiste des femmes mazahuas pour la défense de l’eau ont donc été prises au sérieux par les autorités, et « il n’y a plus d’inquiétude à avoir » a dit le capitaine de police aux caméras : « l’eau de la ville de Mexico est bien gardée ».

19En septembre 2004 pourtant, devant d’autres caméras, les policiers avaient eu ordre de ne pas intervenir. Face à eux, trois cents femmes mazahuas, des jeunes et très vieilles, portant des armes datant de la révolution zapatiste de 1910, venues manifester devant le palais présidentiel de M. Vicente Fox pour « défendre l’eau ». Les policiers en riaient franchement : les premières lignes avaient plus de 70 ans et, surtout, leurs armes étaient ridicules, certaines avaient été fabriquées le matin même avec deux bouts de bois et du gros scotch noir…

20Pourtant, les caméras sont nombreuses ce jour-là et les Indiennes sont sur tous les écrans. La « commandante » Victoria qui commente les événements devant un parterre de journalistes est prise au sérieux : « nous, armée zapatiste des femmes mazahuas pour la défense de l’eau, sommes prêtes à mourir pour obtenir un plan de développement durable de l’eau dans la vallée de Mexico. Nous demandons aux habitants de la capitale de cesser de gaspiller de l’eau. L’eau est un bien précieux, nous, les Mazahuas, dont les terres recèlent le précieux breuvage, prenons aujourd’hui les armes pour protéger ce bien. » Une délégation est aussitôt reçue, la Commission nationale de l’eau (CNA) est sommée d’agir, et le Ministre de l’Environnement, M. Alberto Cardenas Jiménez, est envoyé sur place quelques jours après. Incroyable, murmurent les Mexicains, un ministre est allé chez les Indiens…

21La presse visitera également les communautés mazahuas. Elles n’ont jamais disposé d’un réseau d’eau, alors que leurs fleuves et leurs sources alimentent dix millions de citadins de la capitale dans le cadre du système cutzamala, un des systèmes hydrauliques les plus importants au monde, qui comprend barrages, usines d’assainissement et des kilomètres d’aqueducs. Depuis 1982, l’eau est pompée sur ces terres, à 130 km de Mexico, et le système part encore de plus loin, de l’Etat du Michoacan, à six heures de la capitale…

22En 2003 et encore en 2004, les terres des Mazahuas ont été inondées à la suite d’un débordement des barrages du système, mal entretenus. Les cultures perdues n’ont jamais été indemnisées. La « goutte d’eau en trop », celle qui enclenche la lutte « quand on n’a plus rien à manger », disent les Mazahuas. Mais leur colère était née avant, à force de voir l’industrie forestière couper le bois, le gouvernement pomper l’eau et « personne qui se demande si l’eau n’a pas besoin de l’arbre et comment nous, le peuple Mazahua, pouvons survivre sans eux », dira Lupe au quotidien national La Jornada.

23Devant les caméras, les femmes font quelques démonstrations de leur savoir-faire militaire, et les autorités s’apprêtent à « tout mettre en œuvre pour aider les communautés ». Mais, à chaque réunion, les femmes sortent des bureaux, les bouches cousues par de gros Scotch : elles n’obtiennent pas leur « plan de développement durable ».

24La route qui, en trois heures, relie la capitale aux communautés mazahuas suit parfois les énormes pipelines en béton. Sur les chemins, des femmes tirent des ânes chargés de bidons. Février 2005, l’eau n’est toujours pas arrivée, malgré les promesses du gouvernement. « Un âne peut porter jusqu’à 80 litres d’eau », raconte Guadalupe, qui marche 4 heures pour rapporter l’eau chez elle. A quelques centaines de mètres, l’aqueduc serpente dans la vallée : « 17 mètres cubes d’eau par seconde qui partent à la capitale », récite par cœur Guadalupe en déversant un énorme sac de linge qu’elle va laver au ruisseau, tandis que sa fille charge une eau savonneuse dans les bidons.

25Une dizaine de femmes lavent et se lavent déjà dans les ruisseaux. Le soir, les mêmes, accompagnées des enfants, seront dans la salle communale pour répondre aux questions des journalistes : pourquoi les armes ? Pourquoi l’armée zapatiste ? Pourquoi les femmes ? « Zapata luttait pour la terre et la liberté. Nous luttons pour la même chose. Nos richesses naturelles s’épuisent, nos fleuves sont pollués, nos hommes partent tous travailler en ville. Si ce sont les femmes qui se battent pour l’eau, c’est d’abord parce que nous la portons, nous l’utilisons plus que les hommes. Mais nous savons aussi que l’eau est vitale pour l’avenir de nos enfants, de notre culture sur ces terres de plus en plus désertées. » Celle qui parle s’appelle Iris et vient d’avoir 19 ans. Elle porte l’habit traditionnel des Mazahuas, et à sa jupe brodée, un téléphone portable sonne régulièrement. Il s’agit d’autres compañeras, dit-elle, qui sont en réunion pas très loin de là.

26« Si nous demandons un usage raisonné de l’eau, la reforestation de nos terres, c’est aussi pour les habitants de la capitale. Sans lutte, sans cette prise de conscience, le système cuitzamala ne durera pas dix ans. Nous le voyons chaque année, il y a moins d’eau. Nous avons plus conscience du problème qu’un ingénieur de la CNA. Ce n’est pas normal, mais c’est ainsi. » Victoria parle lentement en buvant « le thé des montagnes ». La nuit est froide chez les Mazahuas et on aperçoit au loin les dernières traces de neige. Les femmes mazahuas ont toujours répété qu’elles se battaient pour tout un pays. « Le gouvernement doit cesser de gaspiller les richesses naturelles et de nous mépriser, nous, les peuples autochtones », ajoute Beatrize, grand-mère de 21 petits-enfants.

27Les Mazahuas, comme les Nahuas ou les descendants des Mayas, racontent souvent que leur vie ne vaut pas cher pour les autorités. En longeant un canal du système cutzamala, Manuel s’approche des tombes et les lit à voix basse : « Ces deux-là avaient 15 ans, ils jouaient près du canal. » Environ 70 Mazahuas, jeunes et adultes, sont morts dans ce canal à ciel ouvert. Les Mazahuas ne savent pas nager et le courant est trop fort. « A chaque mort, on demande qu’ils couvrent le canal, mais ils ne nous ont jamais écoutés ».

28Le sous-directeur de la CNA s’agace de l’arrivée de journalistes étrangers et des questions sur la dangerosité du canal. « C’est un sujet en or, n’est-ce pas ? Des femmes et des fusils… ». Finalement, M. Jésus Campos reconnaît la légitimité de la lutte des femmes : « Il faut que nous protégions mieux ces terres, et c’est vrai que ces gens méritent un peu plus d’égards ». Pourtant le fonctionnaire refuse de se prononcer sur une gestion commune de l’eau avec les Mazahuas.

29« Le gouvernement nous croit toujours illettrés alors que nos méthodes de lutte sont modernes, s’emporte Manuel. Nous lançons des communiqués de presse, nous sommes organisés en réseau, nous avons des portables, pourquoi refuse-t-il de nous considérer ? ». Les communautés Mazahuas ont entendu parler de réunions internationales sur l’eau et connaissent en particulier l’existence du prochain Forum mondial de l’eau, qui doit avoir lieu à Mexico, justement, en 2006. La question est de savoir si elles auront le droit à une tribune « ou si le gouvernement tentera de cacher au monde la lutte des Indiens. Mais nous parlerons, nous irons devant les caméras, nous avons de l’expérience maintenant », dit dans un sourire M. Santiago Pérez, avocat et défenseur de mouvements sociaux, qui aide les Mazahuas.

30Pour l’instant, l’arme « médias » s’est révélée la plus efficace de toutes, même si c’est le fusil porté par une Indienne qui a au début attiré les caméras. Quand on leur demande s’il n’y a pas une contradiction à défendre l’eau avec les armes, Victoria sourit et réfléchit : « Si, dit-elle, car l’eau, c’est la vie ; mais pour nous, les Mazahuas, la vie aujourd’hui se défend ainsi. Nous avons un fusil dans une main, et, de l’autre, nous plantons des arbres. Chaque arbre nous apportera 2000 litres d’eau supplémentaires. Si la ville, demain, comprend l’importance de notre lutte, alors, oui, nous aurons de l’eau à l’avenir. »

31Les uns après les autres, les journalistes quittent les terres mazahuas. Les femmes notent leurs numéros de portable, leur rappellent gentiment l’importance de l’eau, la nécessité de « réveiller le pays », et de « ne pas gaspiller l’eau » de retour dans leur appartements de Mexico. Elles posent une dernière fois pour les photographes, le regard déterminé, l’arme au poing. Les militaires, au loin, observent la scène : avec leurs imposantes mitraillettes pour garder les aqueducs, ils n’attirent pas vraiment les objectifs.

III. Nestlé et le commerce de l’eau en bouteille

ATTAC Suisse
« Nestlé et le commerce de l’eau en bouteille », Angles d’ATTAC, 2005, http://suisse.attac.org

32A que l’eau potable se fait de plus en plus rare sur la planète,lors des multinationales comme Nestlé investissent massivement dans le nouveau commerce très lucratif de l’eau en bouteille. Cet article propose un tour d’horizon des modalités, paramètres et conséquences de ce nouveau marché qui transforme un élément vital en source de profit.

Le nouveau marché de l’or bleu

33On assiste actuellement à une crise mondiale de l’eau, qui se manifeste à travers la pénurie croissante d’eau potable et la multiplication des maladies hydriques, causées par la pollution industrielle, la contamination des lacs et rivières, le traitement insuffisant des eaux usées, l’assèchement des sources, etc. Selon une estimation des Nations unies, 36000 personnes meurent chaque jour par manque d’eau potable ou par ingestion d’eau contaminée ; 1,5 milliard de gens sont privés d’accès à l’eau, et ce chiffre atteindra en 2025 les deux tiers de la population mondiale.

34Face à cette catastrophe humanitaire, les gouvernements et institutions internationales prônent la privatisation, la commercialisation et l’exportation de l’eau, justifiant ces mesures par l’effet prétendu bénéfique du libre-marché. Lors du deuxième Forum Mondial de l’Eau à La Haye en 2000, l’eau a été officiellement définie non pas comme un « bien commun » ou un « droit humain » mais comme un « besoin essentiel », ce qui permet d’en faire désormais une marchandise soumise aux lois de l’offre et de la demande.

35Les entreprises privées intéressées par le marché de l’eau soutiennent activement ce programme qui leur ouvre des possibilités de profit énormes. Il s’agit d’une part des sociétés transnationales de distribution d’eau comme Suez (ex-Suez-Lyonnaise des Eaux) et Veolia (ex-Vivendi), d’autre part des quatre multinationales qui se partagent le marché de l’eau en bouteille : Nestlé, Danone, Coca-Cola et PepsiCo.

Nestlé Waters, champion de l’eau en bouteille

36Nestlé est le numéro un mondial du marché de l’eau en bouteille, avec environ 17 % du marché global. Nestlé Waters, la division eau du groupe Nestlé, avait en 2004 un bilan de 8,04 milliards de francs suisses de chiffre d’affaire ; en 2003, près de 20 % des investissements de Nestlé avaient été faits dans ce secteur. Autrement dit, ce marché est non seulement très lucratif mais aussi en pleine croissance. C’est dans les années 1980, alors que l’eau en bouteille devenait progressivement un produit de consommation de masse, que Nestlé a commencé à conquérir ce marché en établissant des sites de production et en rachetant de nombreuses entreprises d’embouteillage en Amérique du Nord et en Europe. Actuellement, Nestlé Waters est présente dans 130 pays, et détient 77 filiales, dont cinq marques internationales (Perrier, Vittel, Contrex, Acqua Panna, San Pellegrino), une septantaine de marques régionales prévues pour un marché local (comme Poland Spring ou Arrowhead aux Etats-Unis, Vera en Italie, San Narciso en Espagne, Saint Spring en Russie, Baraka en Egypte, La Vie au Vietnam, etc.), et deux « marques mondiales à production multi-site », concept qui consiste à commercialiser sous une marque unique une eau pompée à des lieux différents, ce qui réduit les coûts logistiques tout en visant un marché global. Il s’agit de la marque Nestlé Aquarel, apparue en 2000 et vendue déjà dans 11 pays européens, et de Nestlé Pure Life, lancée en 1998 au Pakistan, destinées surtout aux pays du Sud, et qui contient ce qu’on appelle de l’eau de synthèse, ou de l’eau traitée […].

37Le nom de Nestlé est rarement mentionné sur les étiquettes, pour réduire les risques de boycott en cas de scandale alimentaire, mais aussi pour bénéficier d’une large palette de produits différenciés. Pour conquérir le marché mondial, la stratégie de Nestlé consiste en effet à combiner la vente de marques connues au niveau national et international avec des marques locales et régionales, de jongler avec plusieurs produits de différentes catégories, marques, prix et clientèles-cibles. Cette multiplication et diversification de l’offre s’illustre aussi par l’émergence, aux Etats-Unis puis en Europe, du « Home and Office Delivery ». Ce service de livraison de fontaines à eau est un produit totalement superflu, mais qui actuellement envahit les entreprises, administrations et centres commerciaux. Nestlé est le principal détenteur de ce marché en Europe.

Pourquoi les gens achètent-ils de l’eau en bouteille ?

38L’eau nous est amenée presque gratuitement à domicile par les services publics. Pourtant, les gens achètent et boivent de plus en plus d’eau en bouteille. En 1970, le marché de l’eau embouteillée représentait un billion de litres vendu dans le monde par année ; en 1980, ce chiffre avait doublé ; à la fin des années 1980, il s’agissait de 7,5 billions de litres par année ; et en 2003, on était passé à 84 billions de litres (Clarke 2005 : 9). On assiste ici à l’émergence d’une « nouvelle culture de la consommation de l’eau en bouteille » (id. : 66). Celle-ci est le résultat d’une campagne marketing et médiatique très puissante et efficace, qui cherche notamment à nous convaincre que l’eau en bouteille serait un produit plus pur, plus sûr et de meilleure qualité que l’eau du robinet. On peut voir là une « double stratégie » de manipulation : dans un premier temps, il s’agit d’entretenir la méfiance du public envers l’eau du réseau, et de décrédibiliser les services publics de gestion de l’eau qui de leur côté n’ont aucun budget publicitaire pour défendre leur image. Dans un deuxième temps, il reste à proposer une solution rassurante, une alternative nécessaire (id. : 66-67). Cette tactique a été appliquée par exemple au Pakistan, où Nestlé a organisé des séminaires pour sensibiliser les gens au problème de l’hygiène de l’eau en insistant sur l’état catastrophique de l’eau municipale, quelques mois avant de lancer la marque Pure Life. L’eau en bouteille doit aussi son succès aux campagnes des nutritionnistes qui ont commencé dans les années 1990 à dénoncer les problèmes d’obésité et de déshydratation, accusant l’industrie des fast-foods et des boissons gazeuses. Dès lors, l’eau en bouteille a été présentée par la publicité comme une alternative aux boissons sucrées, une boisson associée à une vie saine, active et sportive. De même, on insiste sur la fraîcheur et le goût agréable de l’eau en bouteille, dont la consommation deviendrait alors un plaisir raffiné, un luxe, voire un signe extérieur de richesse, de statut ou de classe. Pureté, sécurité, nature, santé, bien-être, hédonisme, dynamisme ou distinction sociale… autant de notions qui font l’impasse sur le fait que l’eau du robinet contient en moyenne autant de minéraux utiles à l’organisme, et offre la même qualité que l’eau en bouteille : les normes et les contrôles qui réglementent l’eau du réseau sont même en général plus strictes que celles de l’eau embouteillée, et cette dernière présente en réalité des conditions peu propices à une véritable sécurité alimentaire – stagnation de l’eau dans du plastique, longs délais de consommation liés au transport et au stockage, etc. Une étude du Natural Ressource Defense Council dans des supermarchés américains a d’ailleurs montré qu’un tiers des eaux en bouteille vendues dans le commerce contenaient des substances indésirables. Autrement dit, on achète de l’eau en bouteille non pas pour son contenu objectif mais pour son image, pour les symboles qu’elle véhicule. En l’affublant de toute une série de connotations sociales, symboliques et imaginaires, l’industrie a réussi à transformer un élément presque inodore, incolore et gratuit en un pur produit commercial.

L’eau en bouteille, une fausse solution à la crise de l’eau

39Loin de résoudre les problèmes sanitaires dans les pays du Sud, comme le prétend notamment Nestlé, l’eau en bouteille ne fait qu’aggraver la crise humanitaire et l’inégalité sociale. Tout d’abord en raison de son prix exorbitant : certes, elle peut approvisionner les classes supérieures des deux hémisphères, mais elle reste totalement inabordable pour les populations démunies du Sud. Plus grave, le commerce de l’eau embouteillée a tendance à « décourager les pouvoirs publics d’investir dans l’amélioration de la distribution d’eau potable » (Attac-Suisse : 118) ; en ce sens, ce marché contribue à faire baisser ou à maintenir une mauvaise qualité de l’eau du réseau. De plus, l’exploitation des sources par des multinationales est préjudiciable pour les systèmes traditionnels de gestion et de distribution d’eau ; Nestlé achète dans le monde entier, souvent à des prix dérisoires, des concessions de prélèvement sur les sources dont elle garde ensuite le monopole en excluant les communautés locales qui se voient privées de leur accès vital et légitime à l’eau potable. Au niveau écologique, la surexploitation des sources engendre des dégâts irréparables sur l’équilibre environnemental. Pour répondre à une demande en croissance exponentielle, Nestlé réalise souvent des forages et des drainages excessifs qui dépassent le taux de reconstitution naturelle des nappes phréatiques et conduisent à l’assèchement des réserves d’eau – après quoi la multinationale déplace ses usines dans un autre site. Le cas le plus fameux est celui du Parc d’eau de São Lourenço au Brésil, qui abrite plusieurs sources d’eau minérale connue pour sa haute minéralisation et ses propriétés curatives. Nestlé y a installé en 1994 des usines de pompage et d’embouteillage pour y produire son eau de synthèse Pure Life. Depuis 1996, Nestlé a foré illégalement deux puits de plus de 150 mètres de profondeur pour y pomper 30 000 litres par jour, ce qui a conduit au changement de composition des minéraux dans certaines sources et même au tarissement de l’une d’elles. Enfin, une étude du WWF en 2001 a montré que l’industrie de l’eau en bouteille utilisait 1,5 million de tonnes de plastique chaque année. Un cinquième seulement de ces bouteilles sont recyclées – la production étant moins coûteuse que le recyclage. Tony Clarke (2005 : 61-65) montre comment l’industrie de l’eau en bouteille et l’industrie du plastique travaillent main dans la main pour d’une part éviter et contourner les législations en matière de recyclage, et d’autre part pour élaborer des plans marketing qui visent à faire croire au public que leur produit respecte l’environnement.

Actions possibles et résistances citoyennes

40Comment réagir contre cette marchandisation irresponsable et désastreuse d’une ressource naturelle vitale qui devrait rester un bien collectif ? La première chose à faire est sans doute de boire l’eau du robinet qui, en Suisse du moins, a encore le multiple avantage d’être publique, bon marché, sûre, saine et de bonne qualité. Mais au-delà de cet acte de « consommAction » nécessaire mais insuffisant […], des actions politiques sont possibles et utiles. On peut citer par exemple l’impact international de la campagne du Mouvement brésilien de citoyenneté pour l’eau qui, si elle n’est pas encore arrivée totalement à ses fins, a du moins attiré l’attention du public sur les activités de Nestlé dans le parc de São Laurenço. En Amérique du Nord, la présence de Nestlé a plusieurs fois été l’objet de controverses politiques, comme dans les états du Wisconsin, du Michigan ou en Floride. En 2001 par exemple, l’administration du Michigan a accordé pour 100 USD à Nestlé Waters North America une licence d’exploitation de 4 sources près des Grandes Chutes du Michigan, où Nestlé a installé une usine qui pompait 380 à 1 100 litres d’eau par minutes, vendus sous la marque « Ice Mountain ». Grâce à un mouvement de résistance créé par trois tribus indiennes, une plainte a été déposée et a conduit en novembre 2003 à une décision du tribunal de fermer l’exploitation. Un autre exemple réjouissant nous est fourni par le travail d’Attac-Neuchâtel, à l’origine d’un mouvement citoyen qui a pu empêcher en 2001 que Nestlé reçoive une concession d’exploitation sur l’eau minérale d’une source à Bevaix. Ces succès – tout relatifs et provisoires qu’ils sont – nous montrent l’intérêt et l’importance des mouvements de résistance face aux multinationales. Plus en amont, la création des Forums alternatifs mondiaux de l’eau (en 2003 à Florence, en 2005 à Genève, et […] en 2006 au Mexique) reflète la volonté actuelle de différents représentant-e-s de la société civile de se mobiliser et de se coordonner pour défendre à tous les niveaux un modèle de gestion publique, collective et citoyenne de l’eau.

41Références bibliographiques

42Attac-Suisse, 2004, Attac contre l’empire Nestlé, Attac Suisse

43Clarke T., 2005, Inside The Bottle. An Expose Of The Bottled Water Industry, Canada, Institut Polaris.

Pas de paiement, pas d’eau
« La première camionnette qui circule est là pour assurer la sécurité dans la cité, l’autre transporte les employés chargés de couper l’eau », dit Cecilia Davis, qui habite dans un township de la banlieue du Cap. Ces camionnettes véhiculent les employés municipaux. « Ce sont eux qui viennent couper l’eau. Que faire sans eau ? »
Cecilia Davis est une mère célibataire, avec quatre enfants vivant avec elles et sans revenus, situation qui n’est pas inhabituelle dans le township, où 60 % des habitants sont au chômage. La maison est un abri en ciment froid et sombre de trois pièces, pourvu d’un robinet mais sans eau. Ces dernières années, sa facture mensuelle d’eau a augmenté de 300 %. Comme elle n’est plus en mesure de la régler, la ville lui a coupé l’eau depuis douze mois. Sa vie tourne aujourd’hui autour de l’eau qu’elle cherche dans le voisinage, à raison de sept seaux par jour.
Source : Carty 2003

IV. Des femmes repeuplent la mer d’Aral

PNUE/WEDO
Les femmes et l’environnement, PNUE, WEDO, United Nations Foundation, New York, 2003, pp. 100-101 ; disponible en ligne à l’adresse : http://www.unep.org/​Documents.Multilingual/​Default.asp?DocumentID=468&ArticleID=4488&l=fr

44La mer d’Aral était autrefois la quatrième mer intérieure au monde par l’étendue, située entre le Kazakhstan au Nord et le Karakalpakstan, région autonome de l’Ouzbékistan, au Sud. La population locale vivait de la pêche, du transport maritime commercial, de l’industrie (notamment de la préparation du poisson) et de l’agriculture. Les problèmes ont commencé au début des années 1960 avec le détournement des rivières Amu Darya et Syr Darya, qui alimentent toutes deux la mer d’Aral. L’eau était destinée à l’irrigation de la culture à grande échelle du coton en Ouzbékistan et du blé au Kazakhstan. L’Union soviétique espérait alors devenir indépendante dans ces deux productions. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu, c’était l’impact sur la mer d’Aral. Soudainement, les débits ont baissé considérablement, et le niveau de l’eau a chuté de 23 mètres. La superficie s’est réduite de 60 % approximativement, et le volume de presque 80 %, tandis que le taux de salinité passait de 10 à 45 g/l. La mer d’Aral s’est maintenant scindée en deux parties, l’une au Sud et l’autre au Nord.

45La pollution a également affecté cette mer, en raison souvent d’essais d’armes chimiques et biologiques, de projets industriels et de la pollution des eaux des rivières par des produits chimiques agricoles et des défoliants. Au fur et à mesure que l’eau disparaissait, de vastes plaines de sel émergeaient. Les tempêtes charriaient la poussière salée sur plus de 200 km, la déposant sur les pâturages et les terres arables. Dans toute la zone, les hivers sont désormais plus rigoureux, les été plus chauds et la saison de croissance agricole plus courte.

46Aujourd’hui, la mer d’Aral n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était naguère. Les prévisions d’une étude récente indiquent que la partie occidentale de sa région sud, beaucoup plus étendue, va disparaître d’ici 2018 ; la partie orientale pourrait durer indéfiniment. Le nord de la mer d’Aral devrait être sauvé par la construction d’un barrage en béton, d’un coût de 86 millions de dollars, qui va permettre au niveau de l’eau de s’élever dans cette partie, ce qui s’accompagnera d’une diminution de la salinité.

47Ces mesures sont importantes, mais les conséquences sont déjà énormes et tragiques : la mer d’Aral est considérée comme l’une des plus grandes catastrophes humaines, économiques et environnementales. Des déserts entourent d’anciens ports, les poissons ont disparu, des chantiers de construction navale et des conserveries de poisson ont fermé, l’agriculture a été gravement affectée, les arbres sont morts et la biodiversité s’est appauvrie. Les riverains ont perdu leur emploi et beaucoup se sont déplacés ; s’ils restent, c’est parce qu’ils sont trop pauvres pour partir. Des problèmes de santé dus à la pollution ont été aggravés par le manque de nourriture saine et de services de santé.

48En Ouzbékistan, l’incidence des problèmes de santé est plusieurs fois supérieure dans la région du Karakalpakstan que dans le reste du pays. On enregistre des taux alarmants d’affections des reins, d’anémie, de tuberculose, de cancer du foie, de fausses couches et de décès prématurés. Le lait maternel est fréquemment pollué par des résidus de pesticides organochlorés et la mortalité maternelle et infantile est élevée. Les femmes sont en général les plus gravement affectées par cette crise environnementale car elles portent le fardeau des soins à dispenser aux membres malades de leur famille, alors même que leur propre santé, en particulier quand il s’agit de questions de reproduction, se détériore également. Beaucoup souffrent de la frustration intense de ne plus être en mesure d’assurer une alimentation adéquate à leur famille.

49Dans la partie nord de la mer d’Aral, des initiatives en cours visent à réhabiliter les moyens locaux de subsistance. L’ONG kazakhe Aral Tinesee, créée en 1998, encourage les pêcheurs à retourner à la mer après y avoir réintroduit des poissons d’eau salée ainsi que des filets de pêche appropriés. Zannath Makhambetova, jeune femme entreprenante, a été la première présidente de cette organisation, après avoir été élue par 600 membres masculins. Elle est aujourd’hui la directrice et la cofondatrice du centre de l’ONG à Astana, anciennement Almaty.

50Au cours d’une présentation avant le Sommet mondial pour le développement durable, elle s’est exprimée en ces termes : « Vous avez vu beaucoup d’hommes sur mes photos. Ils pêchaient. Mais nous, les femmes, étions les initiatrices, les organisatrices. Dans les anciens pays soviétiques, ce sont les femmes qui s’adaptent le mieux aux situations nouvelles. Elles sont moins facilement corruptibles et elles sont plus souples dans le travail. Je voudrais vous suggérer de dire dans vos recommandations aux gouvernements réunis à Johannesburg que les projets de développement durable devraient toujours placer des femmes à des postes clés » (Makhambetova 2002).

51Référence bibliographique

52Makhambetova Z., 2002, « Building up a sustainable community on the edge of the dying Aral Sea », in FEAC, 2002, Why Women are Essential for Sustainable Development, Results of the European Women’s Conference for a Sustainable Future, Célakovice (Prague), 24-17 mars 2002, Munich/Prague, FEAC, pp. 83-98.

Faits et chiffres
• 2,4 milliards de personnes au monde, en d’autres termes les 2/5 de la population mondiale, n’ont pas accès à des services de santé.
• 1,1 milliard de personnes au monde, soit 1/6 de la population mondiale, n’a pas accès à l’eau potable.
• 2,2 millions de personnes dans les pays en développement, dont la plupart sont des enfants, meurent chaque année de maladies liées au manque d’accès à l’eau propre et potable, aux services de santé adéquats et à un manque d’hygiène.
• 6 000 garçons et filles meurent chaque jour de maladies liées au manque d’accès à l’eau propre et potable, aux services de santé adéquats et à un manque d’hygiène.
• La distance moyenne parcourue par une femme en Afrique et en Asie pour la collecte d’eau est de 6 kilomètres.
• Le poids de l’eau qu’une femme en Asie et en Afrique porte sur la tête est l’équivalent de la franchise de bagages autorisée par les compagnies aériennes (20 kilogrammes)
• Dans les pays en développement, une personne utilise en moyenne 10 litres d’eau par jour. Au Royaume-Uni, une personne utilise en moyenne 135 litres d’eau par jour.
• Chaque fois que vous tirez la chasse d’eau, vous utilisez la même quantité d’eau qu’une personne utilise en une journée dans le tiers-monde pour laver, cuisiner et boire.
• Au cours des dix dernières années, la diarrhée a tué plus de filles et de garçons que la totalité des personnes qui ont péri depuis la Seconde Guerre mondiale.
• En Chine, en Indonésie et en Inde, deux fois plus de personnes meurent de la diarrhée que du VIH/sida.
• La population de Nairobi au Kenya paie cinq fois plus pour un litre d’eau qu’un citoyen nord-américain.
• Une initiative guatémaltèque en 1998 pour promouvoir la nécessité de se laver les mains a réduit de 322 000 les décès causés par la diarrhée.
• 1,5 milliard de personnes dans le monde souffrent d’infections parasitaires causées par les déchets solides qui polluent l’environnement et qui peuvent être contrôlés par une meilleure hygiène de l’eau et un meilleur système d’assainissement. Ces infections peuvent causer la malnutrition, l’anémie et un retard dans la croissance.
• En Chine, au Mexique et au Vietnam, les communautés pratiquent des mesures de propreté écologiques.
The Water Supply and Sanitation Collaborative Council, LAVER, Faits et Chiffres (WASH Facts and Figures)

V. Le Centre des droits humains et de l’environnement à Córdoba en Argentine

Valeria Libedinsky
2007, article inédit, Córdoba, 2007

53A partir des années 1990, en particulier à partir de 1994, d’importants mouvements sociaux son nés en Argentine en réaction à l’importante précarisation du travail et au manque de travail qui touchait non seulement les secteurs les plus pauvres mais aussi ce qu’on appelle la « classe moyenne » (moyens et petits commerçants, employés des usines, professionnels indépendants et sous contrat, etc.). Ainsi, à partir d’un problème commun, des groupes organisés se sont formés : des clubs de troc (clubes de trueque), des assemblées de quartier (asambleas barriales), des organisations de chômeurs (organizaciones de trabajadores desocupados), des récupérations d’usine (fabricas recuperadas), des groupes de chômeurs (piqueteros), etc. Peu à peu, ces nouvelles formes d’organisation sociale se sont mises en place pour créer de nouveaux lieux de discussion et des espaces de dialogue avec le gouvernement, avec l’objectif final de chercher des réponses aux problèmes de plus en plus importants liés, entre autres, à la détérioration sociale.

54Le mouvement social, avec son organisation citoyenne particulière, comprend de nouvelles modalités d’action, comme l’autonomie et la gestion directe dans les transports, les services publics, la terre, le logement, les infrastructures, ou comme la participation des citoyens, l’horizontalité dans les processus de décision. Un aspect marquant est l’ancrage dans les quartiers via des évènements culturels et sociaux, des achats communautaires, des micro-entreprises, des cantines populaires, etc. De cette manière, le mouvement social montre clairement combien l’Etat est coupé de la réalité sociale et il concrétise en même temps de nouvelles formes de lien orientées vers la communauté sur la base du social. Ces liens réaffirment la culture populaire, défendent l’espace national, reconnaissent les problèmes sociaux des familles tels que la surpopulation dans les logements, les problèmes de santé qui touchent particulièrement les enfants et qui sont liés aux inondations, aux pollutions, aux décharges à ciel ouvert, à la manipulation des déchets et à la recherche permanente de solutions pour pallier les problèmes économiques.

55On observe aujourd’hui, et tout particulièrement dans les communautés pauvres, que ce sont les femmes qui s’occupent des problèmes de leurs foyers mais aussi des problèmes quotidiens de leurs communautés auxquels l’Etat n’apporte pas de solution satisfaisante. Les femmes se trouvent donc chargées de la santé, des cantines communautaires et de la gestion des aliments, de la gestion des services publics absents des quartiers, de la collecte d’eau dans les quartiers équipés d’un robinet communautaire, du traitement des eaux contaminées (par les matières fécales à cause d’un mauvais assainissement), de la manipulation des déchets, etc. Toutes ces tâches sociales et environnementales ont des répercussions directes sur la santé mentale et physique des femmes qui sont exposées de façon répétée à la pollution et à la dégradation de l’environnement. Les enfants à leur charge sont à leur tour affectés, même pendant que les femmes se consacrent aux travaux communautaires car parfois elles doivent les garder avec elles faute d’endroits où les laisser et parce qu’il est risqué de les laisser seuls à la maison.

56Sur le terrain, on observe dans le discours des femmes une préoccupation évidente pour la pollution environnementale. La capacité d’adaptation des femmes est remarquable lorsqu’il s’agit de représenter la communauté dans les questions socio-environnementales. On constate que les hommes n’interviennent que dans certaines démarches, manifestations ou travaux communautaires qui correspondent aux normes de la « masculinité » virile. Le machisme enraciné conduit donc les hommes à être moins présents dans les affaires de la communauté : l’homme s’occupe de tâches plus importantes que ces questions sociales, qui concernent les femmes.

57En général, les femmes ne sont pas conscientes du rôle qu’elles jouent au quotidien dans la gestion de l’environnement parce qu’elles effectuent très « naturellement » ces tâches qui ne sont pas perçues comme relevant de la cause environnementale. Ces tâches s’inscrivent dans les revendications quotidiennes pour une meilleure qualité de l’eau, pour une infrastructure électrique au profit de tout le quartier, pour le nettoyage des décharges et des friches où les hautes herbes cachent des dangers pour les enfants et les femmes.

58Une recherche appelée Programme d’accroissement des demandes d’accès à la justice (PRD) du Centre des droits humains et de l’environnement (CEDHA) s’est déroulée dans une zone semi-rurale de Chacras de la Merced – sur 14 km2 et avec 300 familles – dans la ville de Córdoba en Argentine. Le centre des droits humains et de l’environnement a pour objectif de construire un rapport plus harmonieux entre l’environnement et les populations. Il s’occupe d’améliorer l’accès à la justice des victimes des atteintes aux droits humains dues à la dégradation de l’environnement et à la gestion non durable des ressources naturelles. Le Centre cherche de cette manière à prévenir les futures atteintes aux droits, en mettant en place différentes approches pour aborder le problème.

59En articulant différentes approches de recherche, le PRD se concentre sur l’identification des problèmes environnementaux les plus graves et urgents qui affectent les droits des personnes vivant dans les secteurs pauvres. Le programme effectue également des recherches sur les atteintes aux droits humains et sur les politiques discriminatoires et/ou négatives en matière d’environnement. Lorsque des problèmes de détérioration de l’environnement sont identifiés, les cas sont transférés à la « Clinique juridique », qui est chargée d’évaluer les possibilités de recours légal pour chaque cas particulier. La « Clinique Juridique » se définit comme un laboratoire de traitement des litiges d’intérêt public et de réflexion juridique qui travaille sur des cas réels d’atteintes aux droits humains, qu’elles découlent de la dégradation de l’environnement ou de la gestion non durable des ressources naturelles. Son objectif premier est de promouvoir la prise de conscience sociale parmi les avocats et les étudiants qui en font partie, dans leur travail de mise en œuvre du droit, celui-ci étant entendu comme un outil de transformation sociale et producteur de politiques publiques.

60Les habitants de Chacras de la Merced boivent une eau contaminée par les matières fécales parce que le quartier est approvisionné en eau par le fleuve Suquía constamment pollué par le déversement des résidus des égouts avant tout traitement ou après un assainissement insuffisant. La station d’épuration des eaux résiduelles de la Mairie de Córdoba (EDAR Bajo Grande) est la principale responsable de cette pollution. Depuis 1992, les habitants ont déposé de nombreuses réclamations devant les organismes locaux pour demander une eau potable car l’eau contaminée les expose à des maladies telles que la typhoïde, la gastro-entérite virale et bactérienne et l’hépatite A. Dans ce contexte, il était important de représenter toute la communauté de Chacras de la Merced pour protéger sa santé mais aussi pour dépolluer le fleuve Suquía.

61Ce programme a réalisé un travail avec la communauté, et ensuite en lien avec la « Clinique juridique ». Dans un premier temps, les habitants étaient réticents à participer lorsqu’on leur parlait de la situation et des possibles suites judiciaires de cette affaire parce qu’ils n’accordaient aucun crédit à la justice. Mais des discussions ont été organisées dans les écoles du quartier sur les problèmes d’utilisation de l’eau contaminée, sur le droit à l’eau et la participation des citoyens, et les habitants ont compris et accepté de s’engager. Ce sont les femmes qui ont organisé le recueil de signatures pour le dépôt de plainte. En lien permanent avec le CEDHA, elles ont organisé des réunions, le barrage de routes, des manifestations auprès de l’usine de traitement des résidus des bassins de récupération, elles se sont fait entendre auprès des médias et devant les juges au cours de la procédure judiciaire.

62L’intervention de la « Clinique juridique » a permis de faire réaménager la station d’épuration et de faire poser des conduites pour le réseau d’eau potable. Aujourd’hui, les habitants sont conscients du problème et de leurs droits, ils cherchent à connaître les recours possibles devant les organismes responsables, ils suivent la progression de leurs démarches, ils s’engagent. Les hommes participent à ces activités, mais ce sont les femmes qui, dans le prolongement de leur rôle de mère, font tout pour protéger leurs enfants ainsi que les habitants de la région.

Femmes, eau et assainissement Checklist
(Cette liste ne vise pas à l’exhaustivité. Elle traite plutôt des points principaux, quitte à s’autoriser des répétitions lorsqu’il semble utile de prendre en compte des perspectives différentes)
Politiques/Attitudes
1. Quelles sont les politiques et les attitudes du gouvernement, des dirigeants locaux et des responsables de la gestion des projets à l’égard de l’implication des femmes ?
2. Ces acteurs conçoivent-ils explicitement l’implication des femmes à la fois comme une condition nécessaire à l’amélioration du projet et comme un préalable à une véritable promotion des intérêts des femmes ?
3. Le projet promeut-il alors systématiquement la sensibilisation des dirigeants locaux et de son propre personnel ?
4. Cela se reflète-t-il dans la formation et la composition de l’équipe ?
Constats de base
5. Les méthodes existantes d’approvisionnement en eau et d’assainissement ont-elles été soigneusement étudiées ?
6. Les résultats obtenus ont-ils été analysés en fonction des groupes d’utilisateurs : hommes et femmes, groupes professionnels et niveaux de revenu ?
7. Les femmes pauvres ont-elles été directement interrogées, en tant que personnes ressources, sur leurs rôles spécifiques, leurs besoins, leurs problèmes et perspectives ?
8. Ces recherches ont-elles été réalisées de façon appropriée, c’est-à-dire, dans un lieu suffisamment informel, par des enquêtrices, qui demandaient à savoir comment les choses se passent réellement plutôt qu’à identifier la personne officiellement responsable ?
9. Les points suivants ont-ils été explorés de façon à obtenir une image détaillée des enjeux de l’eau et de l’assainissement pour les femmes ?
• La contribution des femmes à la santé de la famille de manière générale ;
• leur contribution à l’hygiène de la famille en particulier ;
• leur rôle d’éducatrice en matière de santé et d’ hygiène ;
• les tâches qu’elles assument pour la collecte, le stockage et l’utilisation de l’ eau ;
• l’étendue de l’aide apportée par les enfants, les hommes et les moyens de transport lors de la collecte ;
• leurs tâches en matière d’organisation sanitaire ;
• les problèmes qu’elles rencontrent pour avoir leur intimité dans le domaine sanitaire ;
• la contribution qu’elles apportent traditionnellement à l’élaboration, à l’entretien et à la gestion des installations sanitaires ;
• leur accès aux équipements et services, comparativement à l’accès des hommes et des femmes plus riches ;
• l’utilisation de l’eau dans leur foyer ;
• les méthodes qu’elles utilisent pour transformer/exploiter l’eau ou les déchets (culture des légumes, fertilisants, combustible, matériaux de construction) ;
• les exigences concurrentes qui pèsent de manière générale sur le temps disponible et l’énergie des femmes ;
• la part de ce temps disponible et de cette énergie consacrée à l’eau et à l’assainissement ;
• l’influence négative de la charge de travail des femmes sur leur santé ;
• l’influence négative de la charge de travail des femmes sur leurs autres tâches : s’occuper des enfants, cultiver des légumes, désherber, moissonner, etc. ;
• l’influence négative de la charge de travail des femmes sur leur capacité à se lancer dans de nouvelles activités, comme la création de revenu, l’action communautaire et l’auto-développement.
Eléments complémentaires de préparation
10. Dans quelle mesure les éléments énumérés au point 9 sont-ils pris en compte dans les objectifs du projet ?
11. Les changements souhaités par les femmes dans ces domaines ont-ils été identifiés ?
12. A-t-on développé un système de suivi des changements induits par le projet sur ces mêmes éléments ? Ce système repose-t-il sur une consultation permanente des femmes ?
13. Les objectifs du projet sont-ils suffisamment souples pour permettre le développement de procédures systématiques pour impliquer les femmes ?
Participation et charge de travail
14. Le projet contribue-t-il à libérer du temps et de l’énergie, que les femmes peuvent consacrer à leurs autres tâches et à de nouvelles activités qu’elles souhaitent entreprendre ?
15. Existe-t-il une prise de conscience suffisante des bienfaits résultant ou pouvant résulter de tout cela, que ce soit directement pour les femmes, pour les ménages ou pour la communauté ?
16. Le projet fait-il suffisamment appel à la communauté dans sa totalité, prenant soin de ne pas surcharger les femmes plus que d’ordinaire ?
17. Quelles sont les mesures qui ont été prises pour surmonter les obstacles culturels/pratiques à la participation des femmes ? Par exemple :
• des horaires et des lieux adaptés pour les réunions ;
• une disposition adéquate des lieux de réunion ;
• des personnes de sexe féminin dans l’équipe des intermédiaires/au sein de l’équipe de projet ;
• des cadres informels pour les groupes de femmes ;
• une sensibilisation des dirigeants locaux.
Points de départ
18. La participation des femmes est-elle possible et réelle dans les domaines qui touchent tous leurs intérêts et leurs rôles-clés ?
19. L’expertise locale des femmes est-elle utilisée pour le repérage de lieux adéquats et pour assurer un agencement approprié des installations ?
20. Le repérage et l’agencement sont-ils faits avec une attention suffisante pour les facteurs sociaux, comme la facilité d’accès pour tous, la prévention des phénomènes de domination et de nuisance et le respect de l’intimité ?
21. Les femmes sont-elles consultées durant le processus de sélection de candidats pertinents qui seront formés pour assurer l’entretien et la gestion au niveau local : des personnes assez disponibles, motivées, dignes de confiance et qualifiées ?
22. La parfaite connaissance qu’ont les femmes des systèmes éducatifs traditionnels est-elle utilisée comme une base pour une éducation à la santé efficace et pour la communication du projet de manière générale ?
Construction, entretien, gestion et utilisation réelle
23. Les femmes sont-elles en mesure de participer aux chantiers de construction à bas prix sans pour autant être exagérément surchargées ?
24. Quelles compétences et connaissances spécifiques peuvent-elles apporter ? Quel travail peuvent-elles effectuer de manière bénévole ? Quelles ressources financières personnelles peuvent-elles apporter et quels fonds peuvent-elles mobiliser au sein de la communauté ?
25. Comment est-il possible d’intégrer dans le projet les tâches traditionnelles des femmes en matière d’entretien ?
26. Leur formation est-elle appropriée ? L’augmentation de la charge de travail est-elle suffisamment compensée ? Les femmes bénéficient-elles d’une aide extérieure suffisante en cas de grosse réparation ? La gestion du projet prend-elle assez bien en compte la nécessité de s’assurer que les femmes puissent réellement maîtriser l’entretien des installations ?
27. A-t-on noté le rôle de gestionnaire que les femmes assument de manière informelle ? Le projet s’appuie-t-il sur ce constat pour constituer une partie de l’équipe formelle de gestion à partir du groupe des utilisateurs principaux ?
28. Le projet comprend-il un suivi précis pour une utilisation réelle et appropriée des nouvelles installations ?
29. Peut-on trouver un minimum de 80 % des installations en bon ordre de marche ? La fréquence et la durée des interruptions de service restent-elles dans les limites fixées ?
30. Lorsque les installations sont hors service, les utilisateurs disposent-ils d’alternatives acceptables pour assurer leur approvisionnement en eau potable ainsi que l’évacuation des excréments ?
31. Dans quelle mesure a-t-on pu constater une amélioration générale des comportements en matière d’hygiène ? (approvisionnement, stockage et pompage sécurisés de l’eau consommée, bonne hygiène personnelle et scolaire, etc.)
Progression de l’implication des femmes
32. Des catégories cibles ont-elles été identifiées en fonction des besoins exprimés, avec une attention toute particulière pour les besoins des femmes pauvres ?
33. De quelle façon les utilisateurs peuvent-il participer aux décisions, au moins sur les points suivants :
• la conception et le choix du lieu des points d’eau et des équipements d’ assainissement ;
• les installations d’eau complémentaires pour le lavage, l’hygiène corporelle et l’abreuvage du bétail ;
• les financements supplémentaires de la communauté et les modes de paiement ;
• le contrôle des opérations, les horaires de fonctionnement ;
• la responsabilité de l’équipe opérationnelle vis-à-vis de la communauté ;
34. L’éducation à la santé utilise-t-elle suffisamment l’approche marketing : exploration des besoins, des intérêts, des problèmes, des compétences et des capacités pratiques de chaque groupe cible, en particulier des femmes ?
35. L’éducation à la santé part-elle de cette approche marketing pour utiliser ensuite une approche participative, en aidant les groupes cibles dans les processus collectifs d’identification et de résolution des problèmes ?
36. Le projet s’appuie-t-il suffisamment sur ces deux approches pour être acceptable et efficace ?
37. Les hommes, en tant que membres de la communauté, sont-ils aussi impliqués dans ce type d’éducation à la santé ?
38. Le projet fournit-il aux utilisateurs suffisamment d’informations sur les implications techniques, financières, organisationnelles et sanitaires des différentes options possibles pour leur permettre de faire leurs choix en toute connaissance de cause ?
Questions de conclusion
39. Les femmes, et particulièrement les femmes pauvres, peuvent-elles participer, dans la pratique et pas seulement pour la forme, à la conception et à la réalisation des activités du projet ?
40. Ont-elles dans la pratique un accès à :
• l’information sur le projet/l’information des utilisateurs ;
• une éducation à la santé adaptée ;
• la planification et la mise en œuvre de programmes d’éducation sanitaire et d’action sanitaire ;
• des formations pour améliorer leurs compétences techniques, administratives et de gestion ;
• des associations et coopératives d’utilisateurs de l’eau, en qualité de membres officiels ayant le droit de vote ;
• des postes, à tous les niveaux de responsabilité, touchant l’entretien ou la gestion de l’eau, l’assainissement et l’amélioration des conditions sanitaires ?
41. Les femmes sont-elles en mesure de participer dans la mesure de leurs capacités et de leurs souhaits personnels, sans que cela les empêche de garder leurs activités actuelles et sans leur fermer de nouvelles perspectives ?
42. Les femmes ont-elles, individuellement ou par l’intermédiaire d’une organisation, une influence sur le fonctionnement, l’entretien et la gestion de l’eau et des services sanitaires ?
43. L’équipe du projet, à tous les niveaux, est-elle consciente des objectifs généraux et des méthodes d’implication des femmes ? A-t-elle été familiarisée avec ces objectifs et méthodes ? Le projet recrute-t-il suffisamment de personnel supplémentaire et d’expertise de recherche sur les problèmes des femmes en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène ?
44. Peut-on noter certaines améliorations dans la vie des femmes ?
Par exemple :
• la réduction de la charge de travail des femmes ;
• l’augmentation de leur disponibilité en temps, en énergie et amélioration de leurs perspectives pour s’occuper des enfants, de l’éducation, pour créer des revenu, etc. ;
• l’amélioration de la santé individuelle et familiale ;
• l’amélioration du statut social découlant de la participation aux prises de décision.
45. Peut-on observer certaines conséquences négatives pour la vie des femmes ?
Par exemple :
• l’augmentation de la charge de travail ;
• aucun accès aux revenus ou aux produits résultant de la transformation de l’eau et des déchets ou d’une plus grande disponibilité en temps et en énergie ;
• le recul de l’autorité traditionnelle sur l’approvisionnement en eau, sur les soins, et sur le développement communautaire ;
• l’impossibilité pour les groupes sociaux à bas revenus, comme les femmes chefs de famille, d’accéder aux services ;
• ce sont les groupes sociaux favorisés qui tirent le plus grand profit des services proposés.
« Chapter III – Checklist » in Women, Water and Sanitation. Policy on an operational footing : main points and checklist, Directorate General for International Cooperation/Netherlands Ministry of Foreign Affairs, 1990
Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud

Ce article rassemble divers articles.

Notes

1 Virender Kumar, « Lettre ouverte au chef du gouvernement », Mathrubhumi, Thiruvananthapuram (Kerala), 10 mars 2003.

2 NdT : le terme « adivasi » désigne les tribus autochtones où le système de castes n’a pas cours.

3 Conseil exerçant l’autorité au niveau du village.

4 Les boissons contenaient divers pesticides. La commission du gouvernement a conclu que ces résidus étaient « dans les limites des normes » acceptées en Inde… Aux Etats-Unis, les bouteilles de Coca ne contiennent aucune trace de pesticides.

5 Roy A., 1999, Le Coût de la vie, Paris, Gallimard.

6 Le retraitement des eaux a été confié à Degremont, filiale de Suez. A Delhi, les prix de l’eau ont été multipliés par dix ces dernières années.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site