Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

4. Recherche et politiques publiques à l'épreuve du genre : l'angle mort ?

Genre et gestion de l’eau : institutions, politiques et pratiques au Gujarat

Sara Ahmed
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Référence : Ahmed, Sara. “Genre et gestion de l’eau : institutions, politiques et pratiques au Gujarat”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 271-282, DOI : 10.4000/books.iheid.5829 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Le symbolisme universel de l’eau comme fluide premier – purificateur, régénérateur, créateur et destructeur – se mêle étroitement, dans diverses cultures, aux rôles des femmes porteuses de vie et nourricières, collectrices et gestionnaires de l’eau du ménage (Beekman et Costin 2000). En Inde, non seulement l’eau est sacrée, mais les fleuves sont aussi considérés comme des déesses, avec chacune sa propre histoire et ses propres vertus. Dans l’état occidental du Gujarat, d’anciens puits à escaliers portent aussi le titre de mère ou mata car on croit que les lieux sacrés du pouvoir féminin (shakti) comportent toujours des pièces d’eau sacrées. Sur la relation entre l’eau et les femmes, il existe de nombreuses histoires, mythes, rites et coutumes qui évoquent le pouvoir de vie de l’eau et parlent de femmes qui, dans des périodes de difficultés, se sacrifient en se noyant dans des puits et des bassins.

2Les responsables de la planification des ressources en eau ont pris en compte la multiplicité des rôles tenus par les femmes, chargées de l’approvisionnement du ménage en eau mais aussi de la protection de la santé de la famille et de la gestion de l’eau au niveau communautaire, et cherchent de plus en plus à les intégrer aux projets de développement relatifs à l’eau (Green, Joekes et Leach 1998). Des ressources ont effectivement été distribuées et on a multiplié les déclarations de bonnes intentions, mais la rhétorique du rôle des femmes gestionnaires privilégiées « par nature » de l’eau oublie que les femmes (et les hommes) ont des besoins en eau contradictoires. D’un côté on comprend bien que le manque d’eau nuit à la santé des femmes et entraîne des corvées d’eau, et que donc il a des retombées sur l’éducation des filles, sur le temps disponible pour un travail productif et sur les stratégies d’adaptation au niveau du ménage et de la communauté (van Wijk-Sijbesma 1998 ; Coates 1999). D’un autre côté, les réformes des politiques d’irrigation sont limitées, et même les nouveaux projets de gestion participative de l’irrigation restent centrés sur les hommes agriculteurs, propriétaires et donc gestionnaires de la terre, et principaux décideurs en matière de besoins d’irrigation (Zwarteveen 1998).

3Cet article étudie les politiques de l’eau et les réformes institutionnelles menées au Gujarat, un Etat qui connaît actuellement sa troisième année consécutive de sécheresse. Il montre que certaines ONG ont réussi à négocier des espaces pour permettre aux femmes marginalisées de participer davantage aux décisions et donc d’organiser une utilisation équitable et durable de l’eau à des fins à la fois domestiques et productives dans les régions rurales. Le projet de Politique nationale de l’eau (1998) porte sur l’utilisation de l’eau de façon globale, mais la différenciation et la fragmentation des institutions chargées de la gestion de l’eau, et aussi, pour une large part, les ONG qui prônent une approche décentralisée, obligent à considérer séparément les secteurs de l’eau potable et de l’eau d’irrigation. Cet article se limite au Gujarat, en partie parce que la diversité de l’Inde rend toute généralisation difficile, et en partie parce que le Gujarat a récemment vu apparaître des partenariats nouveaux et encourageants entre l’Etat et la société civile, partenariats qui ont permis de mettre en place une organisation institutionnelle alternative dans la gestion des ressources limitées en eau. Il s’appuie sur des conclusions du Shastri Collaborative Research Project sur le thème « Changement rural, rapports de genre et organisations de développement, 1998-2001 », avec le financement de l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI).

La gestion de l’eau pour les besoins domestiques : les contraintes de l’institutionnalisation des questions de genre

4Par tradition, les puits et les bassins étaient les principaux moyens de recueillir de l’eau au Gujarat, et ils fournissaient de l’eau pour les usages domestique et agricole. Le choix des sites se faisait avec grand soin. La construction d’un puits à escaliers était un événement important dans la communauté et se faisait sous le patronage de la caste dominante pour qui elle était considérée comme l’une des sept tâches sacrées à accomplir dans une vie. Les communautés étaient responsables de l’entretien quotidien de leurs équipements hydriques, mais on n’a que peu d’informations sur l’organisation sociale du secteur de l’eau potable alors que l’on connaît bien celui de l’irrigation. « La société dans son ensemble comprend qu’on ne peut pas priver une personne d’eau… les castes les plus hautes peuvent faire valoir des droits sur les puits et revendiquer un privilège d’extraction de l’eau, mais elles n’ont pas de droit sur l’eau elle-même » (Moensch 1998). Les individus ont droit à l’eau potable, même dans les moments de pénurie, mais le concept de pureté rituelle détermine souvent quelle personne peut puiser de l’eau et en quel lieu, ce qui parfois faire naître des conflits sociaux.

Problèmes de surexploitation et de distribution

5De nos jours, environ 77,4 % des besoins totaux en eau potable au Gujarat sont encore couverts par les eaux de la nappe phréatique (Kumar et Talati 2000). Malheureusement, ces sources font l’objet d’une exploitation intense depuis le début des années 1900 avec la mécanisation de l’extraction de l’eau. Après l’Indépendance, l’émergence d’un fort lobby agricole et la Révolution verte ont encore accru cette exploitation. Par conséquent, le niveau des sources a dangereusement baissé et le lessivage des terres cultivées a corrompu les eaux. En outre, la saturation des sols en eau et les intrusions salines dans plusieurs régions côtières et de basse altitude de l’Etat ont nui au potentiel agricole et à la potabilité de l’eau. Ces dernières années, des marchés se sont développés autour de l’eau des nappes souterraines, mais ils restent très inégalitaires et les tentatives de développement de mécanismes légaux de contrôle de l’extraction de l’eau souterraine n’ont eu que des effets limités car il est très difficile de déterminer les droits à l’eau (Dubash 2000). De façon peu surprenante, « ce qui était l’affaire de tout le monde (la gestion des ressources de la communauté en eau) n’est plus l’affaire de personne » (un villageois de la région de Saurashtra, au Gujarat, souvent touchée par la sécheresse, cité dans Agarwal et Narain 1997).

6La première responsabilité du Bureau pour l’approvisionnement en eau et le traitement des eaux usées du Gujarat, organe autonome créé en 1979, est l’approvisionnement de l’Etat en eau potable par le développement de sources dans les villages de moins de 500 habitants et par la mise en œuvre de plans régionaux d’approvisionnement en eau. Plus de 340 de ces plans d’approvisionnement transfèrent l’eau de régions riches en eau vers des régions qui en manquent, au moyen de pipelines qui s’étendent sur de très longues distances. Ces plans provoquent de nombreux conflits et sont très critiqués. Les pipelines sont percés ici et là par des villageois qui ne sont pas les bénéficiaires directs des plans et les utilisateurs situés plus loin le long du pipeline n’ont ainsi qu’un accès réduit à l’eau. De plus, l’alimentation en électricité pour acheminer l’eau est irrégulière, en particulier pendant les mois d’été, ce qui réduit la fréquence, la durée d’approvisionnement et la quantité d’eau disponible. Par ailleurs, la distribution d’eau obéit aux relations sociales et aux rapports de pouvoir, par exemple les rapports de classe et de caste, qui déterminent des questions aussi cruciales que le lieu de stockage de l’eau, sa distribution entre les différents groupes et le moment où elle sera distribuée.

Les droits à l’eau

7En 2000, la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire en Inde, a déclaré que l’accès à une eau propre était un droit fondamental pour chaque citoyen et que l’Etat était tenu de fournir cette eau. En lui-même, le principe des droits humains ne garantit pas l’approvisionnement en eau potable, mais il impose une obligation légale et un cadre d’action. Bien sûr, reste la question des moyens que l’Etat décide d’utiliser et des intérêts qu’il va servir. Dans le projet de Politique nationale de l’eau en Inde (1998) et dans le Projet de politique de l’eau au Gujarat (2000), on trouve le changement de paradigme qui s’est produit partout dans le monde : l’eau, auparavant perçue comme un bien social que le gouvernement devait fournir gratuitement, est désormais reconnue comme une ressource économique disponible en quantité limitée. Le rôle de l’Etat est donc d’agir en médiateur et de fournir l’eau potable en fonction du niveau de service que les utilisateurs veulent maintenir, entretenir et financer. Les humains et les animaux sont « à servir prioritairement » dès que l’eau est disponible, mais les utilisateurs ruraux sont censés fournir 10 % des coûts du capital et être totalement responsables de l’exploitation et de l’entretien à travers le gouvernement local, c’est-à-dire les institutions panchayati raj (IPR) ou, plus précisément, les pani samitis (comités de l’eau). Mais les subventions aux IPR étant encore en grande partie contrôlées par l’Etat, celui-ci reste le principal responsable d’un approvisionnement minimum en eau pour les régions rurales. En outre, les responsabilités qui ont été attribuées à ces instances locales demandent des compétences financières et de gestion considérables et qu’elles n’ont pas, pas plus qu’elles n’ont le pouvoir de fixer les tarifs de l’eau ou de trouver d’autres ressources financières (UNICEF 1997).

8Compte tenu des contraintes institutionnelles liées à la mise en place d’une participation communautaire effective, les questions de genre n’ont pas vraiment la priorité malgré les 73e et 74e amendements constitutionnels de 1993 qui appellent à une représentation des femmes à hauteur d’un tiers dans les IPR élus. Selon une étude récente du Rapport de la première commission nationale sur l’eau en Inde (1999) réalisée par l’un de ses membres, les femmes « n’ont pas voix au chapitre pour la planification des ressources en eau dans ce pays », bien qu’elles soient toujours présentées comme responsables de l’approvisionnement et de la gestion de l’eau au niveau des ménages (Iyer 2001). La Politique de l’eau du Gujarat affirme qu’il est important de s’adresser aux femmes parce qu’elles sont « les utilisatrices qui s’intéressent et s’impliquent le plus dans l’approvisionnement en eau dans les régions rurales, dans la consommation domestique d’eau dans les régions urbaines, dans les questions de santé et d’assainissement, et parce qu’elles sont au moins aussi concernées que les hommes par la production agricole » (Gouvernement du Gujarat 2000).

9L’évaluation des besoins selon le genre est subsumée dans l’idée générale de « participation des personnes concernées » où la « consultation au sein des communautés » est synonyme de consultation avec les hommes parce qu’ils sont chefs de famille et/ou leaders communautaires. Faire participer les femmes se résume souvent à utiliser leur travail, en particulier pour reconstruire après la sécheresse. Les projets de renforcement des capacités qui ont cherché à « équiper » les femmes et à « renforcer leur pouvoir » pour qu’elles puissent participer plus effectivement et plus efficacement à la gestion de l’eau se sont souvent basés sur un raisonnement de type gagnant-gagnant : « Les femmes qui sont formées à la gestion et à l’entretien des systèmes d’eau communautaires ont souvent de meilleurs résultats que les hommes, car elles sont moins susceptibles de migrer, elles ont plus l’habitude du travail bénévole, et on leur fait plus confiance pour une administration honnête des fonds » (World Bank Water Resources Management Policy 1993, cité dans Green, Joekes et Leach 1998).

10Dans ce contexte, la section suivante étudie l’implication des femmes des zones rurales dans la gestion de l’eau dans le cadre du projet de la Self-Employed Women’s Association (SEWA) à Ahmedabad. Elle présente les conclusions qui se dégagent de cette expérience pour la gouvernance décentralisée de l’eau.

SEWA : une Campagne pour l’eau, les femmes et le travail

11Créée en 1972, la SEWA (Self Employed Women’s Association) est le plus grand syndicat du Gujarat et compte plus de 200 000 membres, travailleuses du secteur informel. Partant du constat que l’insuffisance de l’accès à l’eau pour les femmes pauvres a des conséquences directes sur leurs moyens de subsistance (temps, revenu, santé), la SEWA a lancé sa Campagne pour l’eau en 1995. Depuis le milieu des années 1980, lorsqu’elle a été invitée par le GWSSB à former un pani samitis dans le cadre du Santalpur Water Supply Project soutenu par les Pays-Bas, dans le district de Banaskantha, la SEWA est impliquée dans la gestion des ressources naturelles, en particulier de l’eau, au Gujarat.

La Campagne

12La Campagne est tout à la fois un mouvement et un choix de développement. Elle résulte d’un engagement à mettre en place une gestion de l’eau décentralisée et attentive aux contextes culturels et environnementaux spécifiques aux 11 districts où elle se déploie. Elle traduit les différences dans les besoins hydriques de plus de 35 000 membres venant de divers contextes socio-économiques. La structure organisationnelle de la Campagne (schéma 1) montre une approche coordonnée, décentralisée, de la gestion de l’eau, une approche qui implique divers intérêts à trois niveaux d’action et d’interaction : l’Etat, le district, le village.

13La Campagne a les objectifs suivants :

  • mieux informer les femmes et la communauté sur les problèmes liés à l’eau ;

  • créer et entretenir des sources d’eau communautaires avec des groupes locaux d’utilisateurs d’eau dirigés par des femmes ;

  • renforcer encore les capacités des femmes en leur proposant des formations techniques et des formations au leadership pour leur permettre d’être plus efficaces dans la gestion des ressources ;

  • permettre aux femmes d’être les « propriétaires » des ressources en eau, par exemple en enregistrant au nom des femmes les bassins de récupération des eaux de pluie des ménages ;

  • créer des liens avec les autres organisations, nationales et internationales, pour promouvoir des politiques de l’eau qui tiennent compte du genre.

Schéma 1 : Structure organisationnelle de la Campagne pour l’eau

Schéma 1 : Structure organisationnelle de la Campagne pour l’eau

14Chaque équipe a une Directrice de campagne qui dirige l’équipe de première ligne au niveau du district et qui est chargée de coordonner les activités de la Campagne et de faire la liaison avec les autorités du district et la coordinatrice de district de la SEWA (Ahmed 2002). Dans son travail, la directrice est aidée par un groupe de 5 à 8 leaders de groupes de femmes (ageyvans) venues de villages du district et qui se rencontrent tous les mois pour faire le bilan de leurs activités, discuter des stratégies et planifier le mois à venir. La principale tâche de l’équipe de première ligne est d’identifier les problèmes au niveau du village, de mobiliser les femmes des régions rurales par des réunions et des discussions de groupes et de mettre en place des comités d’utilisateurs pour la gestion des ressources en eau. Au niveau de l’Etat, des réunions mensuelles sont organisées, au cours desquelles toutes les coordinatrices de districts et toutes les équipes de première ligne se rencontrent pour parler de leurs expériences et de leurs problèmes, et pour chercher des solutions collectives avec la directrice de la Campagne et les autres responsables de la SEWA.

15De plus, tous les mois, des réunions d’information sont organisées dans certains villages où la Campagne réussit particulièrement bien, pour présenter aux autres membres les stratégies qui marchent (les « meilleures pratiques »). Ces réunions mettent en jeu un processus d’apprentissage horizontal, qui permet aux membres d’échanger leurs expériences respectives tout en découvrant des régions de l’Etat qu’elles n’auraient pas pu visiter autrement. Leur but est de montrer de visu comment certains problèmes liés à l’eau ont été résolus par les membres locales de la Campagne. Ces réunions sont l’occasion, pour les femmes du village accueillant la réunion, de « mettre en avant » leur travail et leurs efforts, elles leur permettent de prendre confiance en elles-mêmes et d’affirmer leur identité. Elles sont donc un exercice de renforcement des capacités, mais aussi une expérience source d’empowerment. Tous les districts se succèdent pour accueillir la réunion, qui devient alors une sortie éducative et sociale pour les participantes.

16La SEWA peut travailler aux trois niveaux parce qu’elle s’appuie avant tout sur ses membres et consacre une très grande partie de son temps et de ses ressources à des activités collectives (réunions, programmes de formation, etc.). Et surtout, la SEWA a pu lier l’accès à l’eau à d’autres droits basés sur le genre (droits fonciers) et avec ses activités dans le domaine de la protection sociale (santé, éducation et crédit). La force de la Campagne tient à ce qu’elle crée des interconnexions entre les actions menées au niveau communautaire, au niveau du district et au niveau macro (de l’Etat). Les nouvelles de la Campagne et de ses activités connexes sont diffusées dans Ansuya, la lettre d’information trimestrielle de la SEWA, mais aussi par des vidéos et par d’autres supports visuels développés par la Research Academy de la SEWA à Ahmedabad.

La formation à l’entretien des pompes manuelles

17L’un des plus grands succès de la SEWA est le programme de formation à l’entretien des pompes manuelles organisé au cours du dernier semestre de l’an 2000 par l’Institut de formation Jalseva du Gujarat pour les membres de la Campagne dans différents districts. Pour la première fois, l’Institut organisait un programme pour les femmes, dans une langue qu’elles comprenaient, le programme comportait des éléments techniques et pratiques, et il était organisé à des heures qui convenaient aux femmes. Malgré les difficultés de communication inévitables avec une administration exclusivement masculine et composée d’ingénieurs comme celle du Bureau pour l’approvisionnement et l’assainissement de l’eau du Gujarat, la SEWA œuvre pour une reconnaissance de principe, en attendant le passage à la pratique, du rôle des utilisatrices dans la gestion de l’eau, et pour faire admettre que, dès lors que l’on étudie cette question de façon holistique, on constate des besoins différents selon le genre. Par exemple, la brochure de Campagne de la SEWA montre que, dans les zones où les femmes participent à la production de sel, les travailleuses ont besoin de différents types d’eau – les travailleuses de l’aquaculture ont besoin d’une eau saumâtre, l’impression à la main nécessite l’utilisation d’eau douce, et toutes les travailleuses ont besoin d’eau potable pour boire. Mais du point de vue des ingénieurs, l’eau n’est qu’une ressource comme une autre, qui doit être accessible au plus grand nombre d’utilisateurs possible par les moyens les plus rentables, et la SEWA est considérée comme une organisation de travail social typique.

Développement des capacités locales et communautaires

18Au niveau communautaire, la SEWA doit à nouveau se poser un certain nombre de questions. Par exemple, dans toutes les réunions, les femmes ont répété qu’il leur était difficile de reconstruire des institutions communautaires par l’action collective. Le niveau inférieur de la structure de la Campagne reste en effet le plus délicat et le plus difficile à maintenir. Une forte résistance cherche à empêcher la participation des femmes au processus de décision, en particulier lorsque la question de l’eau soulève celle des droits fonciers alors que la terre appartient majoritairement aux hommes. De nombreux villages sont le théâtre de conflits avec les intérêts en place, en particulier les panchayats ; et les femmes activistes et leaders doivent aussi se battre au niveau personnel, au sein de leur ménage. La SEWA sait que le renforcement des capacités locales pour la mise en place d’une gestion décentralisée de l’eau est un processus douloureusement lent, qui nécessite le soutien des femmes mais aussi celui des autres parties concernées : les hommes, les organisations communautaires et l’Etat. On aurait du mal à faire la liste de toutes les victoires de la Campagne dans ce domaine, mais il est utile de résumer les « meilleures pratiques » qui se dégagent et qui pourraient permettre de définir une gouvernance de l’eau attentive aux questions de genre (Capoor 2000) :

  • une approche organisationnelle ascendante qui traduit les priorités des femmes de la base par une participation croissante, des équipes de première ligne, des possibilités d’apprentissage horizontal et des échanges d’information ;

  • une approche globale des questions liées à l’eau qui prend en compte ses multiples utilisations, ses multiples utilisateurs et les diverses questions liées aux moyens de subsistance dans un contexte d’égalité et d’utilisation pertinente de l’eau ;

  • un fonctionnement souple, non hiérarchique, propice à la participation des femmes et qui ne menace pas les hommes ;

  • des projets innovants et continus de renforcement des capacités, avec une utilisation des médias populaires et traditionnels de communication et de diffusion des informations ;

  • des interactions constructives et permanentes avec les principales institutions en charge de la gestion de l’eau à tous les niveaux de gouvernance, et non une position antagoniste et de confrontation.

19[…]

Conclusion : vers un nouveau paradigme d’implication des femmes dans la gestion de l’eau

  • 1 Pénurie d’eau se réfère aux conditions dans lesquelles l’eau n’est pas disponible facilement ou est (...)
  • 2 Organisation mondiale de la santé, 2004, Hériter le monde : L’atlas de la santé des enfants et l’en (...)
  • 3 WEDO et UNEP, 2004, p. 64.
  • 4 Taskforce de l’Inter-agence sur le genre et l’eau, 2004, Une perspective de genre sur les ressource (...)
  • 5 Cleaver F., 2003, Mythes de genre et fables féministes : replacer le genre dans les politiques et p (...)
  • 6 Alliance genre et eau, http://www.genderandwateralliance.org.

L’élément décisif dans [le] cas qui [vient] d’être évoqué est le fait que […] la SEWA a lié l’eau à d’autres questions cruciales pour la survie des femmes (la santé, la sécurité sociale, les sources de revenu) et a replacé les organisations de femmes concernées par la gestion de l’eau dans le cadre plus large de la participation des femmes aux institutions communautaires telles que les groupes d’entraide et les IPR. [Ce] cas montre également que la contribution des femmes aux projets pour la conservation de l’eau doit être plus visible. Parce que la relation des femmes avec l’eau est souvent non monétaire (Bhatt 1995), leurs contributions vont être considérées comme secondaires en regard de celle des hommes, même dans les activités productives. Dès lors, les ONG devraient utiliser des outils pour « quantifier », ou au moins mettre en évidence, la valeur ajoutée qu’apportent les efforts des femmes dans l’utilisation et la gestion de l’eau. C’est essentiel, tout d’abord au niveau micro, pour renforcer la mobilisation des hommes et des femmes. C’est essentiel aussi pour pouvoir défendre des politiques qui permettront de sortir le discours sur l’implication des femmes d’une simple perspective instrumentaliste se basant sur des rôles de genre supposés naturels. Ces politiques permettront ainsi de voir émerger une perspective attentive aux complexités de la dynamique de genre présente dans les stratégies de survie en zone rurale et dans la participation des femmes (Cleaver 2000). Objectif stratégique K. 1 de la plateforme d’action de Beijing
[…]
L’objectif de Beijing d’assurer la disponibilité et l’accessibilité d’eau potable à tous d’ici à l’an 2000 est lamentablement hors de portée ; un tiers de la population du monde vit dans des pays où il y a inaccessibilité ou pénurie d’eau1. Pendant les années 1990, 900 millions de plus de personnes ont gagné l’accès à de meilleures réserves d’eau, cependant 1,1 billion de personnes vivant dans des bidonvilles de zones rurales et urbaines dépendent encore d’une eau insalubre2. Dans beaucoup de régions du monde, les femmes sont responsables de l’usage et de la gestion des ressources en eau, ainsi que de l’assainissement et de la santé générale. Les femmes et les filles assument la longue et dangereuse tâche d’aller chercher de l’eau, beaucoup d’entre elles portant de lourds récipients jusqu’à quatre et cinq heures. Comme les femmes sont en contact régulier avec de l’eau contaminée, elles sont plus exposées aux maladies liées à la consommation d’eau impropre et à la pollution. Par exemple, 70 pour cent des aveugles du monde sont des femmes affectées de trachome, une infection bactérienne des yeux fréquente dans des zones où l’accès à l’eau potable est limité3. Selon des études effectuées en Ethiopie, au Ghana, en Tanzanie et en Inde, « l’eau à portée de la main apporte une plus grande confiance en soi, moins de harcèlement des femmes et une meilleure assistance scolaire des filles »4. En Amérique latine, des réformes néo-libérales de la terre ont placé fermement la propriété des terres entre les mains des hommes, laissant les femmes sans accès aux ressources en eau et sans contrôle sur elles. […]
Une étude de 121 projets d’approvisionnement d’eau a révélé que seuls dix-sept pour cent des projets ont apporté des avantages concrets aux femmes5. Sur le plan positif, il y a un nombre croissant de réseaux et d’ONG qui s’intéressent au thème du genre et de l’eau, comme l’Alliance genre et eau, un réseau de 300 organisations et d’individus offrant des activités d’information et de partage des connaissances6.
[…]
Source : INSTRAW, 2005, Les femmes et l’environnement : Nouveaux défis. Beijing a 10 ans : De la politique à la pratique, pp. 3, 4, 6, en ligne à l’adresse : http://www.un-instraw.org/​fr/​images/​stories/​beijing/​womenandtheenvironmentfr.pdf

20[Ce] cas [montre] que nous avons besoin d’une masse critique de femmes et d’hommes sensibles aux questions de genre à divers niveaux institutionnels : le ménage, la communauté, les organisations animatrices et les administrations en charge des questions hydriques. Dans chaque arène institutionnelle s’expriment des rapports de genre et une stratification sociale contestés (Kabeer 1994) qui fondent les luttes pour les droits sur les ressources en eau et qui font que la construction des processus de pouvoir et des processus d’exclusion de l’accès/contrôle des ressources est aussi une lutte de sens. Pour reprendre les termes de Jackson, « les ressources ne sont pas seulement des biens matériels, elles sont aussi des arguments effectifs, des constructions symboliques, des marqueurs, elles racontent des histoires et portent des informations ; autant de choses tout aussi importantes que les titres et les baux pour mettre en place des droits à l’eau en tenant compte du genre » (1998). En dernière analyse, l’intégration transversale du genre dans les politiques et les pratiques institutionnelles relève à la fois d’un processus technique et d’un processus politique. Ces processus appellent des changements dans la culture, les objectifs et les stratégies organisationnelles (Coates 1999) et dans les processus d’apprentissage et de « désapprentissage » des perceptions implicites qui ont cours sur le rôle des hommes et des femmes dans la gestion de l’eau.

Source : Traduit de l’anglais. Article original: « Mainstreaming gender equity in water management : institutions, policy and practise in Gujarat, India », in : Natural Resources Management and Gender. A Global Source book, Amsterdam et Londres, KIT Publishers et Oxfam Publishing, Critical reviews and annotated bibliographies series, 2002, pp. 33-39, 42. Ce texte a été traduit de l’anglais avec l’aimable autorisation de Royal Tropical Institute (KIT) Publishers, http://www.kit.nl, et d’Oxfam GB, http://www.oxfam.org.uk. KIT Publishers et Oxfam GB déclinent toute responsabilité pour les erreurs qui pourraient être relevées dans la traduction.

Bibliographie

Agarwal A., Narain S. (Eds.), 1997, Dying wisdom : rise, fall and potential of traditional water harvesting systems in India, New Delhi, Centre for Science and Environment, Fifth Citizen’s Report.

Ahmed S., 2002, « Engendering water policy : the state, NGOs and gendered outcomes in rural Gujarat », présentation à la Planning Commission/DFIDI/Overseas Development Group, Université d’East Anglia, atelier Women’s Empowerment and Natural Resources, New Delhi.

Beekman G. B., Costin T. M., 2000, « Water : symbolic view », in Tortajada C. (Ed.), Women and water management : the Latin American Experience, New Delhi, Oxford University Press.

Bhatt M., 1995, « Women in water management : the need for local planning », Development in Practise, vol. 5, n° 3, pp. 254-258.

Capoor A., 2000, SEWA’s Millenium Water Campaign : second interim report (draft), Ahmedabad, SEWA.

Cleaver F., 2000, « Analysing gender roles in community natural resource management : negotiation, life-courses and social inclusion », IDS Bulletin, vol. 31, n° 2, pp. 60-67.

Coates S., 1999, « A gender and development approach to water, sanitation and hygiene programmes », Water Aid Briefing Paper.

Gouvernement du Gujarat, 2000, Draft Water Policy.

Green C., Joekes S., Leach M., 1998, « Questionable links : approaches to gender in environmental research and policy », in Jackson C., Pearson R. (Eds.), Feminist visions of development : gender analysis and policy, Londres, Routledge.

Iyer R. R., 2001, « Water : charting a course for the future », Economic and Political Weekly, vol. 36, n° 13, pp. 1115-1122.

Jackson C., 1998, « Gender, irrigation and environment : arguing for agency », in Merrey D., Baviskar S. (Eds.), Gender analysis and reform of irrigation management : concepts, cases and gaps in knowledge, Colombo, International Water Management Institute.

Kabeer N., 1994, Reversed realities : gender hierarchies in development thought, Londres, Verso.

Kumar M. D., Talati J., 2000, « Mitigating drinking water crisis in rural Gujarat : seeking technological and institutional options », Water and Energy International, vol. 57, n° 2, pp. 43-54.

Moensch M., 1998, « Allocating the common heritage : debates over water rights and governance structures in India », Economic and Political Weekly, vol. 33, n° 26, pp. A46-A53.

UNICEF, 1997, Fresh water for India’s children and nature, New Delhi, UNICEF et Genève, WWF

Wijk-Sijbesma C. van, 1998, « Gender in water resources management, water supply and sanitation : roles and realities revisited », Technical Series 33-E, La Haye, International Reference Centre on Water.

Zwarteveen M., 1998, « Identifying gender aspects of new irrigation management policies », in Merrey D., Baviskar S. (Eds.), Gender analysis and reform of irrigation management : concepts, cases and gaps in knowledge, Colombo, International Water Management Institute.

Notes

1 Pénurie d’eau se réfère aux conditions dans lesquelles l’eau n’est pas disponible facilement ou est rationnée. Pour une discussion des différences entre les difficultés hydrologiques et les difficultés sociales en matière d’eau, voir : Ohlsson L., Appelgren B., 1998, « Eau et carence de ressource sociale : Approches différentes basées sur la société pour l’évaluation et la gestion de la rareté de l’eau », La page de l’eau, http://www.thewaterpage.com/SocialResourceScarcity.htm.

2 Organisation mondiale de la santé, 2004, Hériter le monde : L’atlas de la santé des enfants et l’environnement, Genève, p. 14, http://www.who.int/ceh/publications/en/04water.pdf.

3 WEDO et UNEP, 2004, p. 64.

4 Taskforce de l’Inter-agence sur le genre et l’eau, 2004, Une perspective de genre sur les ressources en eau et l’assainissement, papier soumis à la Commission de l’ONU sur le développement durable, http://www.un.org/esa/sustdev/sdissues/water/backgrounder_csd13.pdf.

5 Cleaver F., 2003, Mythes de genre et fables féministes : replacer le genre dans les politiques et pratiques, Sussex, Institut d’études du développement, http://www.syianda.org/docs/clever_gendermyths.doc.

6 Alliance genre et eau, http://www.genderandwateralliance.org.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Structure organisationnelle de la Campagne pour l’eau
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Chercheuse indépendante sur les questions de genre et gouvernance dans le secteur de l’eau.

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)