Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

3. Mouvements urbains et environnementaux : mise en scène des identités de genre, luttes pour les droits

Les survivantes de Bhopal luttent pour une justice écologique

Jashodhara Dasgupta
Traduction de Nathalie Reichert

Note de l’éditeur

Référence : Dasgupta, Jashodhara. “Les survivantes de Bhopal luttent pour une justice écologique”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 233-245, DOI : 10.4000/books.iheid.5822 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Introduction

1Certains aiment croire que l’empowerment des femmes n’est possible que lorsqu’une intervention, par exemple une formation sur les questions de genre, est menée par une agence de développement. On aime croire également que la connaissance qui intègre les questions de genre ne peut naître que d’une analyse de genre menée par un bureau d’étude spécialiste des questions de genre. Les résultats des luttes menées par les survivantes de la plus grande catastrophe industrielle au monde, la fuite de gaz à Bhopal (Inde) en 1984, viennent contredire ces présupposés. Les femmes ont entrepris ce long et pénible combat pour faire valoir leurs droits, et il leur a permis, de façon paradoxale, de se développer et de renforcer leur pouvoir. Cette étude de cas décrit certains des processus grâce auxquels les survivantes, dans leur lutte vieille de plus de vingt ans, se sont affirmées et ont demandé que des comptes leur soient rendus, à la fois par leur gouvernement mais aussi par la plus grande multinationale chimique au monde.

2Même si l’incident déclencheur n’a pas eu un impact plus fort sur l’un des deux sexes, le processus de revendication des droits a, lui, été influencé par les considérations de genre. Ce document affirme que les mouvements féminins de revendication des droits naissent généralement des dures expériences de violation de droits que les femmes ont pu subir. Le processus de revendication des droits peut provoquer un changement de paradigme et faire passer les femmes d’une attitude passive et fataliste face aux violations de leurs droits considérées comme un malheur inévitable à la prise de conscience du « droit à avoir des droits ». Cette perception de soi-même comme « ayant droit à des droits » peut conduire à élargir la portée de la revendication des droits, dans la sphère publique comme dans la sphère privée. En prenant conscience de leurs droits, les femmes sont susceptibles de développer leurs capacités et d’être plus efficaces dans la revendication d’autres droits.

La catastrophe de la fuite de gaz de Bhopal

3La catastrophe de la fuite de gaz de Bhopal de décembre 1984 est certainement la plus terrible catastrophe industrielle au monde, et ce d’autant plus qu’elle a été provoquée par une négligence criminelle de la part d’une entreprise. Peu après minuit le 2 décembre 1984, un dysfonctionnement dans les réservoirs de stockage de l’usine de Union Carbide (UC) a provoqué une énorme fuite d’un mélange mortel de MIC (méthylisocyanate), de cyanure hydrogéné, de phosgène et d’autres gaz toxiques. Le nuage blanc de gaz s’est répandu sur un quartier endormi dans l’une des zones les plus pauvres de la ville située près de la gare. Faute de système d’alarme, beaucoup sont morts dans leur sommeil ; d’autres se sont réveillés – suffoquant, le souffle coupé, et aveuglés. Les populations ont fui dans la précipitation, tentant de sauver leurs vies ou d’atteindre l’hôpital, certains mourant sur le chemin. Des femmes ont fait des fausses couches au bord de la route tandis que le poison envahissait leur organisme. Des milliers de personnes moururent cette nuit-là ; les autorités locales entassèrent les corps inanimés dans des camions et les jetèrent dans des fosses communes ou dans le fleuve. Certains reprirent conscience au contact de l’eau froide du fleuve ; certains blessés furent peut-être enterrés vivants. Depuis, des dizaines de milliers d’autres survivants ont succombé : on estime que plus de cent cinquante mille personnes ont été touchées par la fuite, la plupart appartenant à un groupe défavorisé résidant dans les quartiers pauvres.

4On a parlé de la catastrophe dans le monde entier puisque la fuite toxique s’était produite dans une usine abandonnée appartenant à une multinationale. Le Président directeur général de l’entreprise Union Carbide, Warren Anderson, n’a jamais été jugé en Inde. Union Carbide a cédé l’usine au gouvernement de l’état du Madhya Pradesh et y a laissé, en violation de son contrat initial, des milliers de tonnes de déchets toxiques entreposés en plein air. Des recherches ont montré plus tard, dans les années 1990, une forte pollution des eaux souterraines provoquée par les produits toxiques entreposés dans l’usine. La municipalité a déclaré que l’eau de plus de 100 pompes manuelles était impropre à la consommation. Cependant les communautés qui utilisent cette eau contaminée n’ont pas droit aux soins sanitaires accordés aux personnes directement touchées par les gaz. En 2001, UC a fusionné avec DOW Chemicals et est ainsi devenue la plus grande entreprise chimique au monde. Pourtant, DOW a refusé d’accepter toute responsabilité dans la catastrophe de Bhopal.

Le mouvement de revendication des droits

5Pour les habitants pauvres des quartiers les plus défavorisés de Bhopal, le cauchemar n’a fait que commencer en 1984. En plus d’avoir perdu des membres de leur famille, dont certains rapportaient le revenu qui permettait à la famille de vivre, les survivants ont hérité pour la vie de diverses maladies chroniques liées à leur exposition aux gaz toxiques. Beaucoup des hommes qui faisaient un travail physique ont perdu leur moyen de subsistance. Les poisons ont touché les yeux, les poumons, le système sanguin, les nerfs et les muscles, et les appareils digestifs et reproductifs des victimes. Les femmes ont continué à faire des fausses couches, elles ont donné le jour à des bébés mort-nés et eu des problèmes de cycle menstruel. Les toxines ont attaqué les systèmes immunitaires et pourtant aucune recherche n’a été menée sur les effets à long terme de l’exposition à ces gaz toxiques. Union Carbide n’a jamais publié d’informations sur ce que contenaient vraiment ces gaz propagés ni sur les antidotes envisagés. Les traitements médicaux n’étaient accordés qu’aux personnes souffrant de symptômes et restaient onéreux ; les familles ont continué à perdre leurs proches à cause de l’exposition aux gaz.

6Les familles touchées par la fuite de gaz auraient eu besoin de secours immédiats ; ensuite elles auraient eu besoin d’indemnisations équitablement distribuées, d’accéder à des formations, à l’emploi, à la sécurité sociale pour les plus vulnérables d’entre elles, et elles auraient surtout eu besoin de soins médicaux adaptés et efficaces. Elles réclamaient aussi que justice soit faite : que Union Carbide, qui allait devenir DOW Chemical, reconnaisse sa négligence criminelle, laquelle avait conduit à cette fuite, et soit jugé en Inde pour la mort de milliers d’Indiens. Mais le gouvernement ne se considérant pas comme responsable du sort des habitants pauvres des bidonvilles, aucun de ces droits ne pouvait être revendiqué pour eux.

7La corruption répandue et l’apathie de l’Etat face aux survivants ont fait de chaque étape une lutte à contre courant : dans les bureaux, les assemblées législatives, les municipalités, les hôpitaux, dans les rues et les tribunaux. Plusieurs fois le gouvernement a remis en question des décisions de justice rendues en faveur des survivants ; parfois les autorités ont carrément refusé d’appliquer des décisions de justice ou elles ont retardé leur mise en œuvre en espérant que les victimes allaient finir par renoncer. Cette lutte sur la durée se poursuit encore aujourd’hui et illustre l’extraordinaire ténacité et le courage des survivantes confrontées à la pauvreté, à des maladies chroniques et invalidantes, à des préjudices liés à leur classe, à leur appartenance et à leur genre.

8Dans un premier temps, les survivants ont créé des organisations de masse luttant à la fois pour obtenir des moyens de subsistance, des indemnités, une protection sociale et des soins de santé. Plus tard, des mouvements populaires féminins sont nés, pilotés principalement par les survivantes elles-mêmes afin de continuer à revendiquer leurs droits. Selon l’une des dirigeantes, Rashida Bi, « au début les hommes ont dirigé, parce qu’ils étaient éduqués et savaient parler, et parce qu’ils avaient déjà acquis de l’expérience dans d’autres campagnes. Mais… très vite ils se sont désintéressés du mouvement. Les femmes, elles, ont persévéré… dans (notre organisation), ce sont les femmes qui prennent les décisions politiques ».

Les femmes transformées

  • 1 Son nom a été changé.
  • 2 Bhopal Gas Peedit Mahila Udyog Sangathan – BGP MUS (Organisation des travailleuses des zones touché (...)
  • 3 Bhopal Gas Peedit Mahila Stationery Karmchari Sangh – BGP SKS (Syndicat des travailleuses fabriquan (...)

9Les gaz mortels qui ont envahi les ruelles du vieux Bhopal le 3 décembre 1984 allaient avoir d’autres effets inattendus – ils allaient bouleverser la vie de nombreuses femmes au-delà de l’imaginable. Par exemple, Rashida Bi appartenait à la minorité musulmane et n’avait pas reçu d’éducation officielle. Elle avait été mariée à 13 ans et roulait des cigarettes à la main (des beedis), travaillant à domicile et respectant le purdah (elle était voilée). Shabana1 était une jeune veuve musulmane résidant dans le quartier 36, la zone la plus touchée, avec ses deux très jeunes enfants au moment de la fuite. Jusqu’en décembre 1984, aucune d’entre elles n’était sortie au-delà de la ruelle dans laquelle elle résidait. Aujourd’hui, elles sont toutes devenues des militantes actives qui dirigent ou ont dirigé les organisations de survivants les plus puissantes telles que BGP MUS2 et BGP MSKS3. Ces organisations ont pu défier le gouvernement indien ainsi que la puissance des sociétés transnationales.

10Immédiatement après la catastrophe, les femmes des communautés touchées ont dû choisir entre s’appauvrir et sortir pour aller chercher des moyens de subsistance. Une fois à l’extérieur, elles se sont impliquées dans de nombreuses luttes pour faire valoir leurs droits tout en s’accrochant à leurs moyens de subsistance. Au niveau professionnel, ces femmes ont revendiqué leurs droits de travailleuses, et, dans le domaine public, elles ont participé aux grands mouvements de manifestation contre l’insuffisance des secours, des programmes de réhabilitation, des indemnisations et de la justice. Pendant cette même période, ces femmes sont également devenues de ferventes militantes écologistes car c’étaient elles qui étaient le plus durement touchées par les gaz sur le long terme : des générations de jeunes filles et de femmes ont continué à subir des cycles irréguliers, à faire des fausses couches, à donner naissance à des bébés malformés et à les nourrir d’un lait maternel empoisonné. On raconte même que des familles sont réticentes à l’idée d’accueillir chez elles des jeunes mariées provenant des zones touchées.

11Au début, les femmes en savaient très peu sur ce que l’usine produisait, et c’est après l’horrible catastrophe de la fuite de gaz qu’elles ont compris qu’il s’agissait d’une substance toxique potentiellement mortelle. Peu à peu elles ont été informées des multiples effets nocifs de l’exposition à ces produits chimiques, effets qui non seulement allaient se faire sentir toute leur vie mais allaient également toucher leurs enfants à naître et ceux qui étaient déjà nés. Les déchets toxiques répandus autour de l’usine ont également eu des conséquences visibles pour les communautés alentour, leurs enfants, leur sol, leur eau. Après la fuite de gaz, le slogan était : « Union Carbide a commis un crime à notre encontre », mais les femmes ont ensuite compris que « toutes les multinationales ont répandu tellement de poison dans notre pays qu’elles nous tuent à petit feu sans armes ».

  • 4 Rashida Bi citée dans Mukherjee 2002.

12Avec le temps, elles ont également compris que l’Etat était lui aussi responsable parce qu’il avait invité une entreprise productrice de gaz toxiques et de matières dangereuses dans leur ville, et qu’elles allaient également devoir se battre contre lui. Dès que les femmes comprirent les intérêts politiques et économiques des entreprises productrices de pesticides, elles furent déterminées à empêcher leur pénétration dans le pays. Les militantes manifestèrent localement, à l’échelle nationale, dans les tribunaux, au sein même des entreprises à l’échelle internationale. Des survivantes débarquèrent dans les bureaux de DOW à Mumbai brandissant des balais en scandant le slogan « DOW du balai ! » (jhaadu maro DOW ko). Elles se rendirent dans les bureaux de DOW dans le monde entier, rencontrèrent de hauts responsables de DOW en Europe et aux Etats-Unis, et remirent un balai à chacun et en disant : « Venez nettoyer notre sol et notre eau car le lait de nos mères est contaminé et nous donnons encore naissance à des monstres dix-huit ans après le drame. »4

  • 5 Un mouvement contre les barrages géants, les déplacements de population et le manque de réinsertion

13Le sentiment de plus en plus fort d’avoir été « traitées injustement » eut pour effet de libérer les énergies au sein de la population et de faire prendre conscience des injustices sociales qui existaient ailleurs. Par conséquent, les survivantes de Bhopal exprimèrent sans hésitation leur solidarité avec les autres mouvements écologiques tels que le mouvement contre le barrage géant de Narmada Bachao Andolan5. En même temps, sur le plan personnel, elles luttaient en permanence contre des conceptions culturelles qui déterminaient ce qu’elles pouvaient et ne pouvaient pas faire en tant que femmes. Au même moment, elles ont dû gérer des crises dans leurs relations personnelles et dans leurs vies privées. Par cet enchevêtrement complexe d’aspects personnels et d’aspects politiques dans le processus de revendication des droits, les femmes ont pu aller bien au-delà du rôle qui leur était attribué en tant que femmes dans la société, comme le montrent les histoires qui suivent.

La longue marche du syndicat des fabricantes de fournitures de bureau

14Dans le cadre de programmes de réhabilitation après la fuite de gaz, le gouvernement créa en 1985 des ateliers afin de former les populations et de leur donner de nouvelles compétences génératrices de revenu. Deux ateliers regroupant 50 hindoues et 50 musulmanes des communautés gravement touchées par la fuite formèrent les femmes à la production de fournitures de bureau. Après la formation, le gouvernement leur demanda de partir mais elles considéraient que l’Etat « leur devait un emploi stable puisqu’elles avaient été exposées aux gaz et que de nombreuses innocentes étaient mortes sans raison ». Elles décidèrent de former un syndicat appelé le BGP MSKS (voir ci-dessus), et elles entamèrent une lutte interminable pour obtenir une reconnaissance en tant que travailleuses et des emplois stables. Leurs revendications évoluèrent et elles réclamèrent de meilleurs salaires, plus de travail, des congés réguliers, et une protection juridique dans le cadre du Factories Act.

15A partir d’avril 1989, les femmes entamèrent un sit-in (dharna) pour exiger du gouvernement du Madhya Pradesh le respect du principe « A travail égal, salaire égal ». Après trois mois de manifestations devant les bureaux du Ministre en Chef de l’Etat, en juin 1989, les femmes décidèrent de présenter leurs revendications au Premier Ministre du pays. N’ayant pas de quoi se payer les billets de train, elles se mirent en route à pied en direction de New Delhi avec leurs enfants dans les bras. Elles partaient pour 750 km de marche à travers des forêts, des vallées pleines de voleurs et des terrains difficiles, le tout au plus fort de l’été.

16Les femmes n’avaient pas de nourriture et durent s’en remettre à la bienveillance des villageois, des responsables et dirigeants locaux pour obtenir du lait ou des aliments. Elles dormirent par terre ou dans des abris fournis par des personnes émues par la catastrophe de Bhopal. Les femmes ne savaient pas où se trouvait Delhi, mais elles marchèrent les unes derrière les autres pendant cinq semaines, jusqu’à ce que leurs sandales soient complètement usées et qu’elles doivent envelopper leurs pieds blessés dans des feuilles d’arbres. Elles marchèrent parfois toute la nuit avec leurs enfants endormis dans les bras : « Nous pensions que puisque nous étions parties nous allions bien arriver à quelque chose ». Lorsqu’elles parvinrent enfin à Delhi le premier Ministre était trop occupé pour leur accorder un entretien.

17Mais elles ne se sont pas laissées décourager par cet échec : depuis, elles ont manifesté devant l’Assemblée législative, devant plusieurs Secrétaires d’Etat, devant plusieurs Premiers ministres mais on ne leur a jamais accordé d’audience. « Nous étions jeunes et maintenant nous sommes vieilles (jawan se budhey ban gaye), mais nous n’avons rien obtenu » disent-elles. La plupart des femmes qui font partie de ce syndicat étaient au début analphabètes, elles ne connaissaient pas le fonctionnement du gouvernement et ignoraient leurs droits. Champa Devi Shukla, l’une des dirigeantes du groupe, se souvient : « A l’époque, nous ne connaissions même pas nos droits ; pas même le fait que nous avions droit à une indemnisation, ou que l’entreprise pouvait être tenue pour responsable ».

18Le processus de revendication des droits des fabricantes de fournitures de bureau montre une évolution dans leur compréhension des droits. « Plus nous allons de l’avant, et plus les choses deviennent claires » déclarent les femmes, « nous voyons de plus en plus de problèmes pour lesquels nous devons nous battre ». Ces femmes font également partie d’un mouvement plus vaste des survivants de Bhopal réclamant justice et indemnisations. Elles ont exigé de recevoir de meilleurs soins de santé en tant que survivantes de la fuite et ont en même temps lutté contre la corruption qui gangrenait le système de santé. Elles ont participé au mouvement pour obtenir une eau potable pour les populations résidant près des sites de décharge des déchets toxiques. Elles ont participé à d’autres luttes contre les dégâts écologiques provoqués par la construction de barrages géants.

19Mais elles voient dans cette lutte sans fin pour revendiquer leurs droits un enrichissement personnel : « C’est seulement en se battant que l’on obtient quelque chose, et ces luttes nous ont donné plus de force. Si les femmes du monde connaissaient vraiment leur force, elles déplaceraient des montagnes. Inutile de se décourager et de déprimer » (Ladne se hi milta hai, ladai mein taqat hai. Aurat agar apni taqat pehchan le to puri duniya ko hila sakti hai. Mayusi se kuch nahin hoga). Rashida Bi, l’une des dirigeantes du BGP MSKS, se souvient que : « Les femmes qui étaient tenues au silence peuvent maintenant s’exprimer sur des problèmes devant le monde entier. »

  • 6 Rashida Bi, lors d’un entretien le, 18 août 2004.

20Rashida Bi est au premier plan du combat des survivantes pour la justice, les soins sanitaires, les indemnisations et le droit à des moyens de subsistance depuis presque deux décennies. Lorsqu’on a demandé à Rashida Bi ce qui avait donné aux femmes la force de continuer à revendiquer leurs droits pendant vingt ans, elle a déclaré : « Nous-mêmes ne savons pas d’où vient cette énergie. Mais nous gardons bien en mémoire cette nuit fatidique… »6. L’image terrible de toutes ces morts violentes a marqué la mémoire collective des survivantes de façon indélébile, et leur sert de moteur dans cette lutte pour la justice.

21Aujourd’hui Rashida Bi est la co-lauréate de deux prix internationaux pour son engagement écologiste, elle participe à des comités d’état pour faciliter la répartition des indemnisations, et a représenté la cause de Bhopal dans de nombreux pays du monde. Avec sa co-lauréate Champa Devi Shukla, elle dirige l’organisation Chingari Trust qui œuvre pour que les populations touchées par le gaz reçoivent un soutien médical. Rashida Bi déclare, « Rien n’est aussi puissant que le pouvoir du peuple (insaani taaqat ke aagey koi taaqat nahi) – nous devons lutter, la puissance naît de la lutte (ladai se taaqat milta hai) ».

L’histoire de Shabana : « Le voile ne peut pas nous nourrir »

22L’histoire de Shabana suit un modèle similaire de revendication des droits, mais elle a en plus une dimension personnelle importante. Shabana était une jeune veuve qui vivait au moment de la fuite avec ses deux très jeunes enfants dans le quartier 36, qui se trouve dans la zone la plus touchée par la fuite. Les membres de sa famille étaient très malades et elle voulait absolument gagner de l’argent, mais elle n’avait jamais quitté son quartier. Elle raconte qu’elle s’est inscrite dans un Centre de Couture créé par une responsable du gouvernement et qu’elle a encouragé d’autres femmes à s’inscrire comme elle. Plus de 2 000 femmes étaient employées dans le centre et elles gagnaient 350 roupies par mois.

23En 1986, le gouvernement décida soudain de fermer le Centre, et Shabana et ses voisines, avec leurs burqas (voiles) et des pancartes à la main, allèrent rejoindre une manifestation organisée par un groupe politique. Le Centre rouvrit et l’organisation de femmes survécut et se développa. En 1987, les femmes s’associèrent à un militant qui s’occupait des demandes d’indemnisation. Avec d’autres femmes de son groupe, Shabana parcourut toute la ville pour recruter de nouvelles militantes pour son organisation et pour regrouper 10 000 plaintes ou revendications de femmes. Elles défilèrent avec des slogans indiquant leurs revendications. De nouveau en 1989, l’Etat ferma leur Centre. Les femmes continuèrent de se réunir dans un parc public chaque semaine. Shabana se souvient d’avoir eu faim pendant cette période d’extrême pauvreté : « Nous avons nourri notre organisation de notre sueur et de notre sang (khoon pasiney se seencha hai) ».

24Leur organisation déposa une pétition auprès de la Cour Suprême pour obtenir une allocation de survie, mais la lutte pour obtenir des moyens de subsistance pour chaque famille touchée fut longue et difficile : « On n’obtient rien du gouvernement sans lutter, que ce soit des emplois, des soins de santé ou des indemnisations » déclare Shabana. « Nous avons dû nous battre avec chaque gouvernement successif et taper du pied. Aucun des gouvernements n’a fait quoi que se soit spontanément pour les personnes touchées par les gaz. Jamais aucun ministre n’a tenu ses promesses ». Elle éprouve de la rage contre le gouvernement de l’Inde qui n’a pas su rétablir la justice, et elle soupçonne des malversations qui auraient permis à Warren Anderson de ne pas être jugé à Bhopal : « Il est coupable, il faut le ramener ici et le punir ».

25A l’époque, des représentants des survivants devaient se rendre dans d’autres pays pour y rencontrer les survivants d’accidents similaires dans le secteur chimique. Shabana fut sélectionnée, mais sa famille, paniquée à l’idée de ce voyage, refusa de la laisser partir. Grâce au soutien de l’organisation, elle put partir et passer deux mois en Thaïlande, en Angleterre et aux Etats-Unis à raconter l’expérience de Bhopal aux médias, à des étudiants et à d’autres groupes de survivants, y compris à des survivants des usines de Union Carbide Canada.

26Shabana fut surprise de remarquer que les survivants des autres pays étaient bien mieux traités que ceux de Bhopal, de voir que leurs vies n’avaient pas été bouleversées par de graves problèmes de santé. Elle se rappelait avoir rencontré à Bhopal des femmes atteintes de tumeurs, de problèmes de cycle et de problèmes respiratoires que les médecins refusaient même d’examiner, et à qui ils refusaient encore davantage de remettre un certificat affirmant que la cause de leur maladie était la fuite de gaz. Une discrimination aussi flagrante renforça encore son sentiment d’injustice : « J’ai en permanence ce combat à l’esprit (woh sangharsh mere man mein jaari hai), c’est devenu une habitude maintenant. J’ai pris connaissance de mes propres droits ; et j’ai su que je devais me battre si je voulais que mes intérêts soient défendus. Je ne crains pas la police, si besoin, je peux même m’adresser directement au Ministre en Chef ».

27Shabana pense que cette lutte lui a fait prendre conscience de sa propre valeur : « Moi aussi j’ai un but, moi aussi je suis quelqu’un d’important (Apna bhi koi muqam hai, hum bhi kuch hain). Nous les femmes, pour nous battre, nous avons donné le peu d’argent que nous avions, nous avons mis nos bijoux en gage, nous avons donné nos petites contributions, notre temps, notre mobilisation et notre engagement ; si nous arrêtons de nous battre, nous n’obtiendrons jamais la justice ». Elle est consciente du fait que les luttes ont également permis de surmonter toutes les inhibitions : « Nous les femmes avons appris que nous pouvions tout faire, une fois que nous descendons dans la rue. Des plaintes ont bien été déposées contre nous, mais nous savions que la police ne nous toucherait pas. Nous les avons combattus, nous avons même attrapé le Chef de la Police par le col – nous nous sommes comportées comme de vrais bandits ! (puri badtamizi ki) ».

28Ce processus de revendication de ses droits a fait vivre à Shabana une véritable expérience de libération personnelle. Shabana se souvient que lors des premiers défilés, la plupart des femmes étaient voilées, mais maintenant les choses ont changé : « L’époque de l’oppression est révolue, nous nous sommes débarrassées de nos voiles. Lorsque nous luttons pour avoir de quoi manger, ce n’est pas le voile qui va nous nourrir. (Apne pet ki ladai mein burqa khaney ko nahin deti)… Nous sommes animées d’un tel feu que si quelqu’un ose se mettre dans notre chemin, nous allons l’attraper par le col. Ce sont les circonstances qui ont fait de moi ce que je suis : une femme toujours prête à se battre (Haalat ne mujhe itna jujharu banaya). Aujourd’hui je ne crains plus rien du tout ».

29Shabana a épousé l’un de ses collègues mais a fini par divorcer. Le cœur brisé par cette expérience, elle a quitté l’organisation. Mais elle a entamé des poursuites contre son ex-mari pour réclamer une pension alimentaire, « pour montrer que je n’avais peur de rien, pour lui donner une bonne leçon ». Sur un plan plus personnel et plus profond, la demande de pension alimentaire de Shabana au tribunal est une revendication d’égalité dans les relations intimes.

30Shabana déclare avec insistance que les femmes « n’ont plus besoin de rester à la maison et de tout endurer maintenant qu’elles savent qu’elle peuvent se rendre au commissariat… Je refuse de tolérer toute injustice, celle de l’Etat autant que celle du foyer familial ».

Analyse

31Les femmes touchées par cette fuite de gaz étaient au début inexpérimentées, naïves, elles ne quittaient pas leur foyer et, pour la plupart, portaient le voile. Pendant leurs années de participation au mouvement, ces femmes semblent avoir pris la mesure des injustices, au point qu’elles ont maintenant une analyse bien plus précise des enjeux politiques dans bien d’autres domaines. C’est comme si chaque lutte contre une violation leur apportait des connaissances et des expériences supplémentaires pour nourrir et renforcer leur combat pour la revendication suivante, comme dans un cercle vertueux. A l’époque de cette étude de cas, on a pu observer qu’on se situait à une « étape clé » de la prise de conscience de leurs droits par les femmes, un moment où elles résistent à toute violation de leurs droits, même dans leur vie privée.

  • 7 Shanti Devi lors d’un entretien.

32Le rôle clé joué par les femmes semble avoir provoqué la remise en question des rapports de pouvoir existants entre les sexes tant au niveau social que personnel. Lorsque les femmes enlevèrent leurs voiles, un arrêté religieux (fatwa) fut édicté contre elles, mais elles ne se laissèrent pas intimider ; comme Shabana le déclare : « Nous nous battons pour avoir à manger, et le voile ne peut pas nous nourrir ». Le sentiment général est que cette revendication de leurs droits a bouleversé irrévocablement la situation des femmes. Comme le déclare Shanti Devi de BGP MUS7 « Une fois que vous êtes sortie et que vous avez laissé vos peurs derrière vous, la vie ne peut pas vous retenir ; elle ne peut que vous faire avancer ». Parce qu’elles se sont soutenues mutuellement et ont été solidaires, les femmes ont non seulement pu mieux se faire entendre dans les décisions qui les concernent mais elles ont aussi pu surmonter leurs traumatismes et leurs pertes personnels.

33Les revendications au niveau interpersonnel sont souvent les plus difficiles, surtout pour les femmes. L’injustice dans une relation intime est immédiatement remise en question – Shabana refuse « de tolérer toute forme d’injustice, étatique ou domestique ». Lorsqu’on a demandé aux femmes du Groupe des fournitures de bureau comment elles avaient trouvé le courage de quitter leurs foyers pour défendre leurs droits, elles ont répondu : « Oui, on nous a battues, jetées contre le mur ; nos vêtements ont été jetés par la fenêtre ; mais cela ne nous a pas fait peur ». Au niveau personnel, cette revendication de leurs droits a provoqué une prise de conscience politique. Cela a aussi radicalement bouleversé l’image qu’elles ont d’elles-mêmes ; elles se voient maintenant comme des « ayant droit à des droits ».

34Les histoires de ces femmes montrent que le processus de revendication a libéré leur détermination, leur énergie et a permis une prise de conscience politique. Toutes ces forces ont inversé les relations de pouvoir entre les genres. Cela s’est produit dans le domaine domestique mais aussi vis-à-vis des diktats religieux. Le simple fait de descendre librement dans la rue et de se déplacer sans restriction a marqué une grande transformation, qui a son tour a fait sauter les inhibitions qui pouvaient empêcher les femmes de revendiquer leurs droits : « Nous les femmes, nous avons appris que tout était possible une fois que nous osions sortir dans la rue ». Elles sont conscientes de leur nouvelle force : demander à tout responsable de rendre des comptes. On voit que la revendication des droits peut être en soi une expérience qui renforce le pouvoir des femmes.

Conclusion

35Le mouvement des survivantes de Bhopal est devenu un processus de revendication des droits qui a été influencé par les considérations de genre même si la fuite de gaz n’était pas au début un accident touchant plutôt un sexe que l’autre. Les femmes sont devenues les soutiens de famille quand les hommes ont été trop diminués par les effets de la fuite de gaz ; mais, confrontées à des discriminations sexuelles et de classe au travail, et elles se sont impliquées dans des mouvements de revendication des droits plus vastes. Engagées dans un mouvement plus large, elles ont vécu des expériences libératrices aux niveau personnel et social.

36Ce processus de revendication dure depuis deux décennies et il a permis aux femmes de mener leur propre analyse de genre de la situation et de mieux comprendre ou de remettre en question les rapports de genre existants. Le mouvement de revendication dans le domaine public a permis, dans ce cas, une prise de conscience accrue des droits des personnes dans le domaine privé. Cela semble être un changement de paradigme, puisque celles qui revendiquaient leurs droits ont pris conscience de leur simple « droit à avoir des droits », elles ont acquis la capacité d’identifier toute violation et de revendiquer de nouveaux droits. Il semble qu’en s’engageant dans de longues luttes pour revendiquer leurs droits collectifs, les femmes entraînent une redéfinition de leurs rôles de genre dans la société et puissent reconstruire leur propre espace en tant que femmes.

Source : Article inédit, Lucknow, 2007. Ce texte s’inspire du rapport Leaving our Fears Behind. Women’s Rights Claiming after The Bhopal Gas Disaster, étude de cas sur l’Inde rédigée dans le cadre du projet du Royal Tropical Institute (KIT) Développement de méthodologies pour des approches basées sur les droits selon la perspective des acteurs (Developing Methodologies for Rights-Based Approaches from An Actor Oriented Perspective).

Sources sur Internet :

AFP, 29 Nov. 2004, Victims of Bhopal gas leak still struggling to mend their lives, http://www.channelnewsasia.com/​stories/​afp_asiapacific/​view/​119581/​1/​.htm

http://www.bhopal.net

Remember-Bhopal @ lists.essential.org

Bibliographie

Alvares C., 1986, « A Walk through Bhopal », in Weir D., The Bhopal Syndrome : Pesticide manufacturing in the Third World, Malaisie, International Organization of Consumers’Unions, Regional Office for the Asia and the Pacific.

Chouhan T.R. et al., 2004, Bhopal The Inside Story, Goa et New York, Other India Press et Apex Press, édition mise à jour.

Commission on Human Rights, Sub-Commission on the Promotion and Protection of Human Rights, 2002, Economic, Social And Cultural Rights. Human Rights Principles and Responsibilities for Transnational Corporations and Other Business Enterprises, cinquante-quatrième session, session du groupe de travail sur les méthodes de travail et les activités des sociétés multinationales, document E/CN.4/Sub.2/2002/WG.2/WP.1 du 29 mai 2002.

Eckerman I., 2005, The Bhopal Saga. Causes and Consequences of the World’s Largest Industrial Disaster, Inde, Universities Press.

« Elusive Justice », Seminar, n° 544, décembre 2004.

Mukherjee S., 2002, Bhopal Gas Tragedy : A book for young people, Tulika Publishers.

Mukherjee S., 2002, Dancing in the Streets : Narratives of Resistance in Bhopal, India International Centre Quarterly.

Mukhopadhyay M., 2004, Rights Based Approaches in Development, Issue Paper, Amsterdam, KIT (Royal Tropical Institute).

Nyamu-Musembi C., 2002, Towards an actor oriented perspective on human rights, IDS Working Paper 169

Prajapati H.L., 2003, Gas Tragedy. An Eye Witness, Mittal Publications.

Sarangi S., 1995, « The Movement in Bhopal and its lessons », Social Justice, Vol. 23, no 4.

Notes

1 Son nom a été changé.

2 Bhopal Gas Peedit Mahila Udyog Sangathan – BGP MUS (Organisation des travailleuses des zones touchées de Bhopal).

3 Bhopal Gas Peedit Mahila Stationery Karmchari Sangh – BGP SKS (Syndicat des travailleuses fabriquantes de fournitures des zones touchées de Bhopal).

4 Rashida Bi citée dans Mukherjee 2002.

5 Un mouvement contre les barrages géants, les déplacements de population et le manque de réinsertion.

6 Rashida Bi, lors d’un entretien le, 18 août 2004.

7 Shanti Devi lors d’un entretien.

Auteur

Chercheuse et activiste, dirigeante de l’organisation Sahayog pour l’égalité entre les genres et la santé des femmes, Inde.

Nathalie Reichert (Traducteur)

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site