Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

3. Mouvements urbains et environnementaux : mise en scène des identités de genre, luttes pour les droits

Transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye-sur-Mer

Mohamadou Abdoul

Note de l’éditeur

Référence : Abdoul, Mohamadou. “Transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye-sur-Mer”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 205-214, DOI : 10.4000/books.iheid.5819 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

  • 1 Le présent texte reprend largement certaines parties de textes rédigés pour être présentés dans dif (...)

1Ce texte1 traite des dynamiques de changements sociaux en cours dans la Commune d’Arrondissement de Thiaroye-sur-Mer située dans la Ville de Pikine, au Sénégal, qui, à plusieurs égards, présente des similitudes avec bien d’autres contextes urbains africains. Une présence de près de huit ans sur ce terrain en interaction avec différents acteurs – en soutenant des processus de transformations dans une perspective d’équilibre de genre et en accompagnant des initiatives notamment celles entreprises par les femmes dans le sens de leur empowerment – nous a mis dans une position privilégiée d’observation des transformations urbaines dans un contexte de réformes administratives et d’impact des déterminants économiques et politiques internationaux sur un espace public local.

2Le territoire de la commune d’arrondissement a connu durant cette période d’importants travaux d’aménagement de l’espace et de construction d’ouvrages collectifs. En attestent l’amélioration de la voirie, l’édification d’une infrastructure sociale (la Case des Tout Petits), la réhabilitation du Foyer des Jeunes et de la Culture, la construction du siège de la mairie, etc. Des structures et initiatives nouvelles ont vu le jour. La mobilisation de l’épargne locale s’est développée. Le secteur social notamment l’éducation et la santé ont pris de l’envergure. Le volet économique dans les secteurs pêche et agriculture se sont également révélés d’un dynamisme certain. A ces initiatives locales s’ajoute la mise en route de divers programmes nationaux dans lesquels la Commune d’arrondissement est concernée en tant que terrain de réalisation. Le Programme de Lutte Contre la Pauvreté (PLCP) prévoit l’accès au crédit, la réalisation d’infrastructures et la formation dans cinq quartiers de Thiaroye-sur-Mer. Le programme d’appui au développement local urbain (PADELU) envisage la construction d’infrastructures (une maison de la femme, un Centre d’Enseignement Moyen, et la réhabilitation du Centre d’Enseignement Technique Féminin). Le projet d’appui aux quartiers urbains et périurbains de Dakar (PAQPUD) se matérialisera par la construction d’ouvrages tels que des bacs à laver, des puisards, des latrines, des édicules publiques. Le programme de renforcement nutritionnel (PRN) en cours de réalisation bénéficie aux enfants de 0 à 5 ans, aux femmes enceintes et accouchées récentes.

  • 2 Le présent texte reprend largement certaines parties de textes rédigés pour être présentés dans dif (...)

3Notre position privilégiée nous a permis de mener des investigations sur la problématique environnementale urbaine en relation avec les rapports sociaux hommes-femmes et leurs évolutions tant dans la sphère privée que publique2. Nous analysons ici les processus de changements sociaux et des rapports de genre sous l’angle des jeux d’acteurs et des enjeux de pouvoir. Cette entrée par le politique comme lieu d’exploration des mutations en œuvre dans le procès de la gestion environnementale urbaine pose en définitive la question du devenir de l’espace public local en ces temps où le global et le tout marché imposent leur diktat sur les Etats, l’économie, le politique et voire le culturel.

4L’article revisite ce processus au long cours dans ses dimensions méthodologique (processus de la recherche-action), contextuelle (mode d’appréhension d’une forme d’urbanité à l’œuvre) et interactorielle et ses traductions sociales et politiques (rapports entre acteurs, jeux de pouvoir et reconfiguration de l’espace public local). Toutes ces dimensions sont analysées dans une perspective de genre qui en est le fil d’Ariane.

5La recherche-action mise en pratique est ici envisagée comme modalité de construction de savoirs mais aussi comme processus d’apprentissages sur un environnement particulier de la part de tous les acteurs. Elle a ainsi induit la construction/appropriation de savoir-faire, l’acquisition de positions fortes dans le procès du développement local.

6L’analyse contextuelle se penche sur les transformations urbaines à travers la lecture qui en est généralement faite, c’est-à-dire sous le prisme de la crise et de l’informalité qui, par-delà la survie des populations, est, de notre point de vue, créatrice de sens parce que renvoyant à une certaine forme d’urbanité qui imprime son sceau aux changements urbains en cours.

7Ces changements sont fondés en grande partie par le jeu d’acteurs et de pouvoir qui se traduisent par un impact direct sur l’espace public local. C’est à ce niveau que nous analyserons de façon plus systématique les rapports sociaux hommes-femmes dans les sphères privée et publique et les interrelations entre les deux. Ceci nous conduira à nous interroger sur la (re)construction de l’espace public qui, peut – être, préfigure la mise en place de nouvelles formes de gouvernance urbaine. Celle fondatrice d’une véritable démocratie participative qui procéderait d’ajustements entre différents intérêts et acteurs transformants l’espace public.

La recherche-action comme modalité d’acquisition de savoir-faire

8A l’entame de la seconde phase du réseau de recherche sur la problématique « villes, environnement et rapports sociaux hommes-femmes », nous définissions la recherche-action comme une méthodologie d’investigation qui allie, dans un même processus, la production de connaissances et la transformation d’une réalité sociale par l’action. Nous ajoutions qu’elle est une situation qui favorise des apprentissages et la mise en relation dynamique entre plusieurs acteurs engagés en toute conscience et en toute liberté dans l’élucidation d’un objet de recherche et dans l’intervention directe sur l’enjeu et/ou le problème que révèle cet objet.

9Elle procède de principes selon lesquels un groupe formé d’une diversité d’acteurs mettent en place un mécanisme participatif de réflexion et d’action en adoptant une posture d’écoute des besoins concrets des terrains et sur les situations et les pratiques qui influent directement et quotidiennement sur la vie des populations. Le postulat sous-jacent à la démarche de recherche-action est que ces populations sont les acteurs et actrices capables de transformer leurs situations et de promouvoir les transformations sociales. En cela, la recherche-action balise l’accompagnement des populations (groupe de jeunes, femmes, etc.) dans la conduite articulée et collectivement pensée de la réflexion et de l’exécution des activités. Cette idée est sous-tendue par une hypothèse d’action qui consiste en l’identification et la levée des contraintes et blocages de la participation des femmes au débat public et à la décision. C’est en cela que la recherche-action menée participe de l’élargissement de la démocratie participative.

10Sur la base de cette orientation méthodologique et stratégique, notre recherche-action a été animée par une équipe de quatre membres. Un chercheur principal, membre d’une Organisation Internationale Non Gouvernementale appuyant depuis quelques années les activités de développement menées dans cette commune d’arrondissement. Trois chercheurs associés, animateurs de terrain et leaders associatifs habitant la commune d’arrondissement. Ces chercheurs associés, comme le chercheur principal, sont très impliqués dans les différentes initiatives à caractère communautaire initiées dans la commune d’arrondissement. Cette équipe interagit étroitement avec les différentes familles d’acteurs en présence dans la commune d’arrondissement (autorités municipales, représentants du pouvoir traditionnel, services déconcentrés de l’Etat, associations de jeunes, organisations professionnelles, etc.).

11La recherche-action a privilégié quatre sites d’observation et niveaux divers d’interaction que sont :

  • un site de transformation et de commercialisation des produits halieutiques : Pencum Sénégal, occupé par des femmes qui interagissent entre elles et avec les hommes (responsables du service déconcentré de l’Etat en l’occurrence le Service départemental des pêches ; les mareyeurs/fournisseurs des produits halieutiques pour les femmes, les employés des femmes, les décideurs, etc.)

  • un projet de pré-collecte des ordures ménagères géré par un Comité des femmes de Santhiaba ;

  • un projet de mise en place d’une mutuelle de santé qui connaît une forte divergence entre deux structures représentatives de la commune : l’Union locale des GIE de pêche (structure mixte dominée par les hommes) et le réseau Lebougui (structure fédérative de plusieurs associations féminines).

  • un processus de redynamisation du réseau Lebougui qui regroupe plusieurs associations de femmes travaillant dans le secteur de la transformation des produits locaux et le commerce.

12Ces sites d’observation sont complétés par des analyses des rapports de genre dans cet espace public local à quelque niveau que ce soit (maraîchage, gestion du marché, etc.) du moment que notre observation de ce qui se passe dans la zone est quasi quotidienne.

13La recherche-action a consisté à faire un travail de repérage des contraintes, blocages et obstacles à la participation des femmes dans le débat public et à la prise de décision. Mais nous nous sommes intéressés également aux manières de participer des femmes à ces débats et prises de décisions, notamment leur influence sur les élus et décideurs locaux, leur implication effective et directe ainsi que leurs stratégies de plaidoyer et de lobbying. Au cours de la recherche-action, l’équipe a identifié avec les concernées, les moyens de lever les obstacles et de promouvoir leur implication dans la décision et la gestion du cadre de vie.

14C’est là un processus exigeant en terme de temps et qui requiert disponibilité et patience de la part de l’équipe de recherche. Il faut savoir s’adapter aux rythmes tantôt lents et poussifs, tantôt accélérés des uns et des autres. Si le consensus existe autour de la recherche-action, son opérationnalisation ne va pas, à divers niveaux, sans difficultés. Au sein de l’équipe de recherche d’abord où les décisions, en dépit de la proclamation de la gestion commune, sont le plus souvent le fait du chercheur principal. Les chercheurs associés, dits également populaires ne se privent pas, à l’occasion, de contester cet état de fait. En leur sein aussi, les chercheurs populaires ont souvent eu des contradictions et plus spécialement entre les deux hommes et la femme. Au sein du groupe, la tension est perceptible notamment lorsque les questions financières émergent. Ayant accédé à des statuts sociaux à responsabilité sociale, les exigences, légitimes du reste, de rétribution du travail effectué se sont faites de plus en plus fortes. De sorte que chaque exercice de programmation donne lieu à d’âpres et difficiles négociations. Ensuite, entre l’équipe de recherche et les organisations avec lesquelles est réalisée la recherche-action, les rapports furent par moment heurtés. Ainsi avec cette organisation professionnelle féminine à propos du montant des frais de transport lors d’un atelier de formation. Cela eut pour résultat que la dynamique fut interrompue pendant quatre mois. De plus, l’équipe a été souvent accusée de favoriser telle structure au détriment de telle autre comme elle a par ailleurs été invitée à prendre position dans un conflit autour d’un projet de mutuelle de santé.

15Les enseignements tirés de cette expérience montrent qu’il est difficile d’être neutre dans une recherche-action qui met en vis-à-vis plusieurs catégories d’acteurs. D’une manière où d’une autre on est au cœur de l’impulsion de l’intervention sociale. De fait, la recherche-action a mis en évidence le renforcement de la position et du rôle de l’équipe dans la commune d’arrondissement au point d’être incontournable dans toutes les initiatives.

  • 3 Cet espace s’est matérialisé par l’attribution au Comité de Développement Intégré de Santhiaba (COD (...)

16De part ses ateliers, ses fora, ses appuis aux projets des femmes, ses méthodes d’information, de communication et autres médiations entre structures, la recherche-action a progressivement permis la création d’un lieu où les hommes et les femmes trouvent un espace de discussion3. La position sociale et politique de ces chercheurs s’en est trouvée raffermie au point d’être régulièrement sollicités par les autorités communales. La recherche-action a favorisé la formation des différentes parties prenantes (l’équipe de recherche, les structures féminines et leurs partenaires). Des métiers et savoir-faire se sont ainsi créés dans les domaines de ce que les populations appellent le « développement ». Elle a également fortement contribué à la conscientisation citoyenne plus particulièrement en soulignant l’importance de la promotion politique des femmes qui sont discriminées dans les mécanismes de prise de décision, tant dans les espaces privés que publics. Cette posture méthodologique caractérisée par une très grande osmose avec le terrain a permis, grâce à l’information, la conscientisation et l’appui-conseil, de renforcer la confiance mutuelle qui a joué un rôle non négligeable dans les résultats obtenus.

17Au total, cette démarche volontariste a exploré la possibilité d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine dans laquelle les femmes sont équitablement impliquées. Nous avons en effet essayé non seulement de travailler en terme de recherche, mais aussi de promouvoir en terme d’empowerment des femmes et donc d’action dans un contexte d’évolution culturelle importante.

18[…]

Hommes et femmes dans l’environnement urbain

19La phase I (1997-2000) de la recherche de l’équipe sénégalaise du réseau MOST – UNESCO sur « villes, environnement, rapports sociaux hommes-femmes » avait trait aux « rapports sociaux hommes-femmes à travers les activités économiques féminines et la gestion du cadre de vie : cas de Santhiaba (Thiaroye-sur-Mer) ». Elle avait montré que le respect de l’autorité masculine dans les rapports conjugaux est une réalité à Santhiaba et dans la commune d’Arrondissement de Thiaroye-sur-Mer en dépit des mutations intervenues dans le paysage urbain et dans les rapports de genre. Cet état de fait est très fortement sous-tendu par les référents socioculturels et l’invocation de la tradition et de la religion qui tempèrent la « crise de la dette familiale » c’est-à-dire le fait que l’homme n’assure plus seul la subsistance du ménage et par conséquent son droit régalien sur la famille s’est quelque peu émoussé. La crise de la « dette familiale », fondement matériel de la domination masculine dans le foyer, se manifeste par une irruption des femmes dans la sphère publique, notamment à travers les activités génératrices de revenus. Ce faisant, elles participent de façon très déterminante aux dépenses des ménages en même temps qu’elles subviennent à leurs besoins propres.

20L’autorité masculine n’en est pas pour autant directement remise en cause même si les femmes gagnent quelque pouvoir dans le foyer et une reconnaissance sociale dans la communauté. La crise de la « dette familiale » entraîne cependant une crise de l’identité masculine. Cette dernière ouvre aux femmes des brèches dans la sphère publique où elles participent à la gestion de l’environnement et du cadre de vie. Aussi, l’étude a également révélé que les femmes sont effectivement impliquées dans bien des activités à caractère communautaire et d’intérêt général. Même leurs organisations professionnelles, à orientation économique, recèlent une dimension de service public. Mais cette présence dans la sphère publique si elle est socialement valorisée n’est pas pour autant reconnue politiquement. Ce faisant, les femmes sont, dans l’espace public, frappées d’invisibilité et par conséquent participent peu ou pas du tout à la décision. Même si elles en ont la volonté, leur participation à la décision souffre de plusieurs contraintes et de blocages.

21La phase II portant sur « Femmes et hommes dans l’espace public local : la participation au débat public et à la décision politique (Commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-Mer) », survient dans un contexte politique nouveau. En effet depuis mars 2001, le Sénégal vit sous un régime politique dit de l’alternance. Cela est en soi historique : le parti socialiste qui a dirigé le pays pendant 40 ans a été battu aux élections présidentielles par une coalition de partis d’opposition. Par ailleurs, des élections locales ont été organisées en mai 2002. Le nouveau régime a gagné la quasi-totalité des sièges dans les collectivités locales.

22Tout au long du processus de recherche-action, il a été loisible d’observer les rapports sociaux hommes-femmes dans l’espace public relativement à la prise de décision. Les lieux d’observation ont amplement montré la très faible implication et dans certains cas l’absence des femmes dans les organes de décisions des structures locales. De par leur présence dans l’espace public, elles sont néanmoins consultées notamment à certaines occasions telles que les visites entre structures et lors des ateliers, fora et autres rencontres à dimensions ou connotations sociales (baptêmes, mariages, etc.).

23En ces occasions, la coopération entre les hommes et les femmes prend la forme d’une relation d’échange, de complémentarité et de négociation dans les dynamiques de la gestion et de la régulation urbaines, c’est-à-dire dans les débats publics, la prise de décision, l’élaboration, la mise en en œuvre et le suivi de projets, dans la production des biens et des services, et dans l’organisation de la vie collective dans l’espace public.

24Il apparaît, compte tenu des contraintes organisationnelles, des difficultés à accéder à l’information stratégique et des modes de structuration des différents organes, que les atouts et les ressources à la disposition des femmes sont très limités. Par exemple la prise de parole en public est très rare. Elle est généralement le fait des seules femmes leaders derrière lesquelles les autres font bloc. Elles aimeraient « apprendre à parler en public et regarder les gens dans les yeux ». Le désir de participation à la décision se manifeste à travers les demandes réitérées d’appui à l’organisation et de formations, notamment celles qui permettent l’accès direct et le contrôle de l’information. La maîtrise technique des outils de leur action collective et la connaissance des enjeux sont ainsi des ressources très utiles pour leur participation à la décision.

25Elles ont conscience de leur représentativité sociale et économique et de la reconnaissance dont elles jouissent en tant qu’acteur important du développement local. Cette position qui renforce leur auto-estime et leur rôle de premier plan les pousse à demander que les ONG travaillent directement avec elles sans l’intermédiation des structures techniques étatiques et/ou des associations de développement animées par les jeunes. Dans les discours, et généralement en aparté, transparaissent des critiques des modes de gestion des associations ou organisations professionnelles : irrégularité des renouvellements des instances, faible représentation des femmes, opacité de la gestion, direction des structures par les mêmes personnes à travers des stratégies d’adhésion multiple, etc.

26Ce faisant, les règles du jeu de la coopération sont très souvent brouillées et les régulations des rapports entre les acteurs, tant entre les femmes qu’entre celles-ci et les hommes se font, selon les cas sous forme de coopération, de négociation ou dans un climat de blocage ou de conflit généralement latent. Cette situation est souvent surdéterminée par des clivages politiques partisans. La maîtrise des enjeux de la relation sociale par les femmes est une réalité dans les différents lieux d’observation des rapports hommes/femmes. Les manifestations de désaccord avec les décisions, lorsqu’elles existent, sont cependant rarement exprimées par les femmes de façon explicite et claire y compris au sein de leurs propres structures où par exemple le refus de l’autorité de la présidente est le plus souvent tacite.

27Cette situation complexifie les processus de gestion urbaine et rend difficile la mise en place de larges fédérations d’acteurs qui, si elles sont créées, connaissent au bout de quelques années d’existence le phénomène de scissiparité. Dans ces conditions, l’articulation des différentes initiatives, la mutualisation des moyens et des compétences sont un exercice particulièrement délicat et long à mettre en place.

Conclusion

28Même si les tendances à l’approfondissement de la démocratie participative rencontrent encore des goulots d’étranglement, il est évident que la décentralisation telle qu’elle évolue actuellement donne beaucoup de raisons d’espérer. La mondialisation, les politiques publiques inspirées par la coopération internationale, l’ouverture d’interstices et des opportunités, la diversité des acteurs et la pluralité des légitimités en ces espaces, les balbutiements de la collaboration et de la co-gestion du domaine public local sont autant de phénomènes qui élargissent l’éventail des perspectives et qui ouvrent les champs des possibles.

29Sans nier que le chemin du développement local est semé d’embûches, il s’agira de parier sur l’avenir en travaillant au renforcement du scénario de la co-élaboration des normes et de la co-gestion des activités de développement local entre toutes les familles d’acteurs. C’est là tout le grand défi de la participation tant célébrée sous toutes les chapelles.

30Le rôle et la place des mouvements sociaux sont, dans ces conditions, très ambigus. Leur implication dans les processus de développement local oscille entre la maîtrise d’œuvre des projets financés par la coopération internationale aux Etats et une intervention et influence effective à la définition et conduite des politiques. Selon l’un ou l’autre cas, la participation est polysémique. Sa nature prend diverses formes et modalités selon les acteurs : pouvoirs publics, organismes bilatéraux et multilatéraux d’aide au développement, ONG et organisations communautaires de base. Elle est également une variable éminemment politique. Le mode et le niveau de participation et le partage des rôles assignent chacun des acteurs en présence à des positions de pouvoir et donc à des rapports verticaux. Cette tendance lourde ouvre des perspectives de recherche sur la question des rapports entre la démocratie représentative et la démocratie participative. L’intégration de la dimension de genre dans l’analyse est en définitive un baromètre d’appréciation de l’état d’avancement de cette démocratie qu’elle soit représentative ou participative.

31Au sein des mouvements sociaux, la conscience de ces enjeux et la nécessité pour eux de dégager des stratégies de participation citoyenne (y compris dans les questions liées à l’autofinancement), reste encore difficilement perceptible. Il urge de documenter plus finement ces tendances dans une perspective de genre.

32Aussi devons-nous développer sur la base des résultats qui en découleront des orientations pour une nouvelle forme de gestion du développement local. Le but ultime en est que le pouvoir devrait réellement et effectivement être partagé entre les hommes et les femmes parce que basé sur une reconnaissance sociale et une valorisation politique des apports des différents acteurs qui construisent et donnent sens à leur « être » commun.

Source : Texte inspiré de « Transformations urbaines et rapports de pouvoir entre hommes et femmes : l’exemple de Santhiaba, Thiaroye-sur-Mer » in : Hainard F., Verschuur C. (Dir.), 2005, Mouvements de quartier et environnements urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Dakar-Paris, ENDA Diapol-Karthala, pp. 275-282, 294-300 (extraits)

Bibliographie

Abdoul M., 2002a, « La Gouvernance urbaine et les relations de genre : le cas du marché de la commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-Mer (Ville de Pikine, Sénégal) », communication présentée à l’Atelier de Bamako du 9 au 11 septembre 2002 organisé par Nordiska Afrikainstitutet dans le cadre du programme de recherche Gouvernance urbaine, Genre et marchés. Thème 1 : Relations de genre et Gouvernance, à paraître.

Abdoul M., 2002b, Production de la ville et informalités urbaines : l’exemple de la Commune d’arrondissement de Thiaroye-sur-Mer, ville de Pikine, Sénégal, Groupe Multinational de Travail du CODESRIA sur processus et mutations urbaines en Afrique, à paraître.

Abdoul M., 2001 « Les rapports sociaux hommes-femmes à travers les activités économiques féminines et la gestion du cadre de vie : cas de Santhiaba (Thiaroye-sur-Mer) », in Hainard, F., Verschuur C., (Dir.), 2001, Femmes dans les crises urbaines. Relations de genre et environnements précaire, Paris, Karthala-MOST UNESCO.

Appadurai A., 2001, « Deep democracy : urban governmentality and the horizon of politics », Environment & Urbanization, vol 13, N° 2, pp. 23-43.

Coquery-Vidrovitch C., 1991, « L’informel dans les villes africaines : essai d’analyse historique et sociale », in : Coquery-Vidrovitch C., Nedelec S., (Dir.), Tiers-mondes : l’informel en question ? Paris, L’Harmattan, pp. 171-196.

Gallissot R., 1991, « Société formelle ou organique et société informelle », in Coquery-Vidrovitch C., Nedelec S., (Dir.), Tiers-mondes : l’informel en question ? Paris, L’Harmattan, pp. 21-30.

Goita, M., 2003, « Jeux de pouvoirs entre les différents acteurs de la décentralisation en Afrique de l’Ouest », communication présentée au Colloque International Aménagement, Décentralisation et Gouvernance locale, aménagement sous-régional et dynamique de la relation rural-urbain, Dakar Sénégal, 10-11 avril 2003, organisé par L’université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’ENEA, Le Département de Géographie de l’Université de Conakry, Le Centre Interdisciplinaire de recherche Urbaine de l’Université de Toulouse le Mirail.

Maximy, R. de, 2000, Le commun des lieux. Cours et discours sur la ville, Paris et Sprimont (Belgique), IRD éditions et Pierre Mardaga éditeur.

Notes

1 Le présent texte reprend largement certaines parties de textes rédigés pour être présentés dans différents réseaux internationaux de recherche et recherche-action. Cf. références bibliographiques.

2 Le présent texte reprend largement certaines parties de textes rédigés pour être présentés dans différents réseaux internationaux de recherche et recherche-action. Cf. références bibliographiques.

3 Cet espace s’est matérialisé par l’attribution au Comité de Développement Intégré de Santhiaba (CODIS) d’un local qui sert de lieu de ralliement et de point de rencontre et de réunions. Le CODIS est une structure dirigée par les chercheurs populaires. Elle est née grâce au projet de recherche-action et elle va continuer, à la fin du projet, à animer le suivi et le développement des initiatives conduites tout au long de ces années de compagnonnage.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site