Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

3. Mouvements urbains et environnementaux : mise en scène des identités de genre, luttes pour les droits

Associations féminines et entreprises privées dans la filière de gestion des déchets à Ouagadougou : un empowerment laborieux

Kadidia Tall et Mouniratou Tangara

Note de l’éditeur

Référence : Tall, Kadidia, et Mouniratou Tangara. “Associations féminines et entreprises privées dans la filière de gestion des déchets à Ouagadougou : un empowerment laborieux”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 193-204, DOI : 10.4000/books.iheid.5817 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1[…]

2Dans cet article, nous nous intéresserons notamment à montrer les incidences de l’économie néolibérale et de la privatisation des services publics sur la situation des femmes et sur les rapports entre hommes et femmes. Du fait que les femmes sont davantage présentes dans la sphère productive et plus actives dans les associations de base, leurs capacités d’organisation et de résistance augmentent (Afshar, 1996, Kabeer, 1994, citées par Steenbeek e.a., 2002 : 16). Nous ne pouvons donc considérer les femmes seulement comme des victimes de la mondialisation, même si celle-ci accroît les inégalités sociales. Nous nous demanderons quel est l’impact de l’engagement des femmes sur le processus d’élaboration des politiques publiques, notamment en ce qui concerne la protection de l’environnement.

3L’analyse que nous faisons dans ce travail porte essentiellement sur l’expérience de la recherche-action menée depuis 1997 à Ouagadougou, initialement, auprès de l’association Lagem Yam. Celle-ci est une des associations pionnières en matière de ramassage des ordures et de sensibilisation des habitants des quartiers aux questions environnementales. Elle a intégré par la suite un collectif, la CAVAD (Coordination des Coopératives et des Associations pour l’Assainissement et la Valorisation des Déchets), qui regroupe de nombreuses associations de Ouagadougou. Ce collectif s’est ensuite réorganisé en deux Groupements d’Intérêt Economique (GIE), pour tenter de répondre aux restructurations décidées par la municipalité, dans la mise en œuvre du « Projet de Développement Urbain » financé par la Banque mondiale.

4Cette recherche-action constitue un travail de questionnement, de compréhension et d’analyse des rapports entre les hommes et les femmes mais aussi entre la société civile et les gouvernants, dans le cadre de la coopération internationale. Quelles sont les limites à l’empowerment des femmes dans le cadre des transformations des rapports hommes-femmes dans les villes en Afrique ? L’amélioration de la situation des femmes dépend de l’évolution vers plus d’égalité et d’équité entre les hommes et les femmes au sein des familles et des communautés. Cependant, cette évolution ne s’effectuera pas sans difficulté, et toutes les parties prenantes (associations de base, GIE, pouvoir central et local, partenaires techniques et financiers) devront y contribuer s’ils entendent réellement atténuer voire mettre fin à l’inégalité entre hommes et femmes. Pour transformer le système qui organise la subordination des femmes, il faudrait commencer par supprimer les stéréotypes sexistes et effacer l’image dévalorisée que les femmes ont d’elles-mêmes, renégocier la division sexuelle du travail et questionner les rapports entre la sphère privée et la sphère publique.

L’engagement des femmes dans des associations et dans des GIE : vers un empowerment ?

5L’urbanisation des villes au Burkina Faso, et plus particulièrement celle de Ouagadougou, est, avec l’accroissement démographique, le changement le plus spectaculaire du pays au cours de ces vingt dernières années. Cette situation se traduit par un changement de modèles de vie des populations qui engendre une dynamique sociale agissant sur les rapports hommes-femmes. La forte urbanisation entraîne différents problèmes économiques et environnementaux, surtout dans la conjoncture économique mondiale très défavorable aux pays du Sud, auxquels s’ajoutent les effets des politiques d’ajustement structurel. Ceux-ci affectent différemment les hommes et les femmes.

6Les deux principales villes du Burkina Faso, à savoir Ouagadougou, capitale politique, et Bobo-Dioulasso, capitale économique, sont concernées de plein fouet par la très forte croissance de leurs populations et l’extension de plus en plus importante de leurs superficies. Cela s’accompagne d’une demande grandissante des services sociaux de base alors que la capacité de couverture en services sociaux des autorités est dépassée. La fourniture des services de base devient alors inégale. Dans les deux cas, le centre ville concentre non seulement la majorité des investissements mais aussi les services collectifs, au détriment des quartiers économiquement faibles et souvent périphériques. Pour remédier à cette distribution injuste des services, les populations défavorisées « mettent la main à la pâte » en déployant toutes sortes d’initiatives. Leurs principales préoccupations concernent l’insalubrité de l’eau et de l’espace urbain qui est à l’origine de nombreuses maladies infectieuses et/ou parasitaires. Les femmes, dont il est assumé qu’elles sont responsables de la propreté et de l’assainissement, s’investissent dans ce domaine. Dans un ouvrage antérieur (Hainard et Verschuur 2002), il a déjà été dit que les hommes et femmes entretiennent des rapports différents avec l’environnement et que ces dernières sont plus concernées par les problèmes de santé y afférents, qu’il s’agisse de l’eau, de l’assainissement ou de la pollution ambiante. De même, ce sont généralement les femmes qui « gèrent » l’économie du ménage, elles se considèrent les premières concernées par la santé des enfants et des autres membres de la famille. Ainsi, de fait, les tâches d’entretien du ménage, l’apport d’eau potable, d’aliments sains et l’entretien (propreté, salubrité) du milieu environnant leur sont d’office imputés.

L’association féminine Lagem Yam1

  • 1 Extraits du chapitre 3 de Hainard F. et Verschuur, Ch., 2004, Femmes et politiques urbaines, Ruses, (...)

7Pour l’ensemble de la ville de Ouagadougou, sur une production annuelle de déchets ménagers estimée à plus de 500 tonnes par jour, seulement 42 % sont évacués, 34 % par les opérateurs publics et 8 % par le secteur privé et les associations. Le reste, soit plus de la moitié, est en partie récupéré pour être recyclé (bouteilles, verre, ferraille, aluminium…), pour la plus grande partie déversé dans les caniveaux et les dépôts sauvages à travers la ville, parfois brûlé.

8Dans le secteur 10, actuellement seule l’association Lagem Yam (« Unissons nos intelligences ») est active en matière de gestion des déchets, la Municipalité n’assurant que le nettoyage d’une avenue deux fois par semaine.

  • 2 CREPA : Centre Régional pour l’Eau Potable et l’Assainissement à faible coût.

9Au démarrage, il s’agissait d’un projet pilote lancé par le CREPA2, qui a démarré en 1993 par la collecte des ordures ménagères. Un an après, les activités ont été étendues au compostage et à la commercialisation de la fraction organique des ordures. A partir de 1995, un programme de diffusion de latrines, de puisards et de points d’eau potable a été entrepris.

10Des problèmes sont nés entre les membres du groupe, ceux de sexe masculin se considérant de facto comme les patrons des membres féminins car lettrés et chargés des affaires administratives. Ils ne participaient pas au travail de ramassage des ordures, de distribution de fiches d’abonnement et de recouvrement des redevances. Des conflits ont éclaté entre hommes et femmes. L’intervention des représentants de la Commune, du CREPA et des autorités coutumières et religieuses du quartier a permis la création de l’association Lagem Yam, qui regroupe uniquement des femmes et emploie des hommes comme gardiens et charretiers.

11Les membres de l’association sont des femmes de 30 à 60 ans, les aides sont des hommes de 17 à 45 ans. Les femmes sont les responsables de l’association, les décisions étant prises au sein d’un comité de gestion, et participent toutes aux équipes de travail. Les hommes et les femmes de l’association perçoivent des salaires mensuels. Les membres de l’association ont bénéficié de formations diverses (en gestion, en administration et en animation/sensibilisation).

12La collecte des déchets est réalisée à l’aide de charrettes à traction asinienne. Les autres activités menées par l’association sont le compostage de la fraction organique des ordures et la commercialisation du compost ; la diffusion et réalisation d’ouvrages d’assainissement ; des activités de sensibilisation auprès de la population sur l’hygiène et d’assainissement.

13Au départ, les activités de l’association étaient dévalorisantes aux yeux des autres femmes, qui ne manquaient pas de l’exprimer ; de leur côté, certains hommes étaient réticents à la mise en place de l’association parce qu’ils pensaient qu’à travers elle, les femmes allaient acquérir une indépendance économique et échapper à leur pouvoir. Aujourd’hui cette perception des choses par les femmes a évolué au vu des résultats atteints par Lagem Yam. En effet, les retombées économiques de l’association permettent effectivement aux femmes d’avoir une certaine indépendance économique. Le fait aussi d’investir les bénéfices de l’association dans la construction d’ouvrages d’assainissement au profit de la population, sous forme d’épargne-crédit, est apprécié dans le quartier.

14Le regroupement des femmes en association a favorisé l’organisation du travail de collecte et d’élimination des déchets liquides et solides et a permis aux femmes de renforcer leur capital de connaissances dans le domaine de l’environnement urbain ; il leur a permis d’accroître leur audience auprès des hommes, des autorités municipales et de l’ensemble de la population.

15Cependant les femmes ressentent la nécessité de développer leurs capacités de négociation tant auprès des autorités politiques que des habitants du secteur 10, ainsi qu’avec les autres associations qui mènent les mêmes activités. Elles ont en effet subi un premier revers, en 2000, car la mairie leur a ôté le lieu qu’elles utilisaient pour le compostage, mettant en jeu la survie économique de l’association. Un endroit éloigné leur a été attribué à la place, mais qu’elles ne peuvent utiliser sans acquérir de nouveaux moyens coûteux si elles veulent conserver une rentabilité économique.

Privatisation des entreprises de collecte des déchets

16Les activités de collectes des ordures, leur stockage et leur transformation ont pris aujourd’hui des dimensions économiques importantes et deviennent des enjeux politiques ; c’est ainsi que les hommes s’intéressent maintenant et s’investissent dans le marché de l’assainissement urbain. Certes, l’expérience a montré qu’il y a une nécessité pour les pouvoirs publics, les organisations de base et les micro-entreprises de mettre en place des stratégies communes pour faire face aux problèmes de salubrité dans les villes et surtout dans les quartiers périphériques. Mais cette tentative souffre de conflit de légitimité entre ces différents acteurs. Les communes reprochent aux micro-entreprises de ne pas les consulter, et celles-ci se plaignent du manque de soutien de la part des autorités. Dans ce débat, ni les intérêts des femmes, ni leurs voix ne sont pris en compte. Pourtant nul ne peut nier la popularité des organisations constituées en majorité de femmes et dont la créativité et les efforts dans la collecte des ordures ne sont plus à démontrer, particulièrement au sein des quartiers les plus décentrés.

17Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre du troisième Projet de Développement Urbain, les intérêts des femmes se retrouvent une fois de plus refoulés, et l’association Lagem Yam a subi un deuxième revers. La Banque mondiale, principal bailleur de fonds de ce projet, a en effet décidé de soumettre la gestion des ordures à un appel d’offres. Il s’agissait d’attribuer le marché aux entreprises qui sont les mieux organisées et disposant de meilleurs moyens matériels et humains pour effectuer le travail. La privatisation de cette activité consistait à attribuer les parts de marché aux entreprises disposant de gros moyens. Les organisations féminines de collecte de déchets ont été discriminées par le cahier de charges qui exigeait dans les zones centrales des équipements modernes, ce qui les écartait de fait puisque les moyens utilisés par les associations féminines étaient des charrettes à traction asinienne, tandis que les entreprises utilisent des tracteurs ou des camions benne. En décidant d’attribuer les parts de marché aux soumissionnaires les mieux équipés, les associations et groupements de quartiers étaient éliminés et, par conséquent, les femmes de ces associations étaient exclues. Cependant, les entreprises privées, et en particulier celles dirigées par des entrepreneuses aisées, ont établi des contacts pour sous-traiter aux associations de quartier. Les membres féminins des associations, présentes dans les quartiers, étaient sollicitées pour faire le porte-à-porte et recouvrer les redevances. Cet atout que représentait leur présence sur le territoire a été utilisé par les associations pour négocier avec les grandes entreprises.

18Si d’habitude les femmes sont perçues comme des victimes qui subissent les répercussions des processus sociaux, économiques et politiques, dans ce contexte précis de la privatisation de la gestion des déchets, elles ont lutté pour ne pas être totalement évincées de la filière.

19Leurs associations, dont l’objectif initial est à but social, s’est progressivement transformé en groupement à caractère socio-économique. Elles ont développé les aspects politiques d’un domaine d’activité qui leur avait jusque là été réservé et qui était considéré comme une activité domestique dévalorisée et attribuée « naturellement » aux femmes. Les associations d’assainissement et de valorisation de déchets de la ville se sont fédérées et ont coordonné leurs actions (CAVAD), ce qui leur a permis d’accroître leur pouvoir de négociation auprès des autorités et de faire reconnaître leur rôle dans la gestion de l’environnement périurbain.

20Finalement, l’ensemble du collectif des associations féminines et des associations mixtes à prédominance femmes s’est divisé en deux GIE pour répondre aux appels d’offres et a obtenu trois des douze zones. Le fait d’avoir réussi à se maintenir dans la filière de la collecte des ordures dénote une forte capacité d’adaptation des associations féminines en termes d’organisation et de mobilisation de ressources financières et matérielles, alors qu’elles étaient désavantagées du point de vue des moyens. On peut également noter chez les femmes un esprit d’entrepreneuriat naissant à l’instar des hommes, sans doute favorisées par leur instinct de survie économique et leur volonté de sauvegarder leurs droits légitimes aux yeux de leurs concitoyens, de la municipalité et des bailleurs de fonds. Elles sont pionnières dans les initiatives locales d’activités « ville-propre » et sont expérimentées dans le domaine de la collecte des ordures ménagères et publiques. En somme, grâce à leur transformation en GIE mixtes, les associations ont su à la fois surmonter les stéréotypes sexistes et mettre ensemble leurs forces pour développer davantage leur pouvoir de négociation, de sorte à pouvoir s’asseoir à la même table que les intervenants hommes à la tête des entreprises et des municipalités.

21Les femmes, non seulement occupent de plus en plus de postes à responsabilité, mais elles participent aux grandes rencontres organisées par les autorités ministérielles et municipales au cours desquelles elles prennent la parole pour présenter des doléances communes aux hommes et aux femmes ; elles défendent leurs intérêts spécifiques, comme ce fut le cas de l’élaboration de cahiers des charges des appels d’offres pour l’assainissement de la ville de Ouagadougou. A leur corps défendant elles ont osé et ont réussi à influencer la préparation des textes et les conditions permettant aux associations de postuler en s’organisant en GIE en fonction de leurs moyens humains, matériels et financiers. Il est à noter que si aucune faveur ne leur a été faite, ce sont plutôt des consensus qui ont émergé grâce à leur nombre, leurs expériences, leurs acquis et leur popularité parce qu’elles ont toujours entretenu des relations avec les municipalités dans la recherche de solutions aux problèmes d’assainissement des villes, d’éducation et de sensibilisation des populations, surtout celles des secteurs périphériques. Le pouvoir de négociation des femmes et leur contribution à l’élaboration des stratégies nationales dans le système de collecte, de stockage et de transformation des ordures ménagères et publiques qui est en pleine évolution, prouvent qu’elles sont écoutées et prises en compte par les autorités publiques et ministérielles, à l’instar des hommes et les services techniques qui en étaient les seuls acteurs (décideurs). Leur mérite réside également dans le fait qu’elles aient initié des activités de collecte là où l’Etat et les municipalités étaient impuissants ou faisaient très peu de choses.

22Deux changements importants sont à noter pour les femmes : d’une part la coalition faite entre les associations pour former les GIE, et d’autre part les accords signés entre les GIE et les entreprises pour réussir à respecter leurs engagements. Cela montre que les femmes peuvent aller au-delà d’une organisation en GIE pour tendre vers des entreprises plus performantes, pour peu qu’elles soient soutenues par les politiques nationales et internationales soucieuses d’un réel empowerment des femmes.

23En effet, tout comme le concept de genre, celui de l’empowerment est aussi une construction sociale. D’abord situé dans un contexte de rapport de pouvoir, l’univers du développement est façonné par un discours qui véhicule des stéréotypes induisant une certaine notion de la féminité et qui légitime certaines pratiques discriminatoires à l’encontre des femmes. En considérant que la forme de production de plus en plus valorisée est celle qui s’intègre dans l’économie du marché, le fait que la collecte des ordures relève d’un travail (qualifié de domestique) jadis attribué aux femmes et qui était non rémunéré, affecte encore aujourd’hui le statut et le pouvoir des femmes. Paradoxalement, on note que les difficultés dues à la réduction des services publics par les programmes d’ajustement structurel sont atténuées par ces femmes qui s’organisent en groupes de solidarité pour tenter de trouver des solutions alternatives aux problèmes que pose la mondialisation. Celles-ci ne sont donc pas seulement des victimes ; certes, elles ont été contraintes d’accroître leurs rôles domestiques et d’élargir leur champ d’activités à travers des organisations de base et de quartiers ; mais elles se sont créé de nouvelles opportunités.

24A travers l’évolution du collectif et de ses associations membres en GIE, on perçoit une professionnalisation grandissante des femmes dans leurs rôles et responsabilités traditionnelles. Malgré l’organisation des associations en GIE qui paraissent prometteuses quant au positionnement des femmes parmi les intervenants dans le domaine de l’assainissement de l’environnement urbain et auprès des autorités communales et des populations, les femmes cherchent des voies et des moyens pour concilier la forme associative initiale et la forme de GIE. Auparavant, face à de nouvelles situations impliquant de nouveaux enjeux politiques ou économiques complexes, elles avaient tendance à baisser les bras ou à se faire assister par des hommes ou parrainer par des ONG ; ici on constate qu’elles prennent les difficultés à bras le corps, même si cela est entaché d’un peu d’amertume et de désespoir. Elles entreprennent des réflexions et initiatives pour développer d’autres activités, parallèlement à la collecte des déchets ménagers et publics, afin de garantir la pérennité de leurs associations et des GIE tant sur le plan organisationnel que sur le plan économique. Toutefois, elles savent que leurs revenus sont faibles par rapport aux autres entreprises, qu’elles ont moins de champs que les hommes et qu’elles évoluent dans des conditions qui reproduisent les inégalités de genre. Cependant, elles considèrent la possibilité de s’organiser autour d’activités qui leur sont socialement attribuées comme un atout qu’elles peuvent utiliser pour revendiquer plus de reconnaissance.

25Récemment, elles se sont investies dans un programme d’alphabétisation politique, qui encourage la réflexion sur les inégalités de genre et les identités, inspirée des principes de l’éducation populaire, pour renforcer les capacités de négociation.

Les organisations de base : une alternative nouvelle pour un rééquilibrage des rapports hommes/femmes ?

26Pendant longtemps, prendre des risques était l’apanage des hommes. De nos jours, de nombreuses femmes s’organisent dans la société civile où elles s’insèrent dans de nombreux réseaux aux côtés de leurs collègues masculins, soit de leur propre initiative, soit par l’action des ONG ou de l’Etat et de ses partenaires. Ces initiatives, qui sont de différents ordres, permettent aux femmes de se valoriser au sein d’activités qui leur sont traditionnellement attribuées, mais aussi de rivaliser avec les hommes sur leur propre terrain, c’est-à-dire dans des activités jusque là occupées par eux. A ces propos, Claudia Roth écrit que : « L’accès au travail fonctionne encore selon la hiérarchie des sexes : une femme peut devenir chef d’entreprise, politicienne, etc., mais les hommes ont l’avantage institué de disposer de meilleures formations, d’accéder plus facilement au secteur formel, d’avoir un meilleur revenu et la socialisation spécifique à leur sexe, avec les prérogatives correspondantes. L’idéologie capitaliste définit le monde des hommes sans référence au sexe. Mais les hommes évitent de s’aventurer dans le monde dévalorisé des femmes, et s’il arrive qu’ils le fassent, il devient un domaine masculin. Dans la société industrielle, les rôles des femmes et des hommes peuvent être interchangés, mais, comme le remarque Ariès (1982 : 82), “le modèle unique est masculin” » (Roth, 1996 : 77-80).

27Dans tous les cas, force est de constater que les femmes sont astreintes à l’utilisation de technologies et d’équipements simples, qui reflètent leur position subordonnée au sein de la société. Dans le cas précis de collectes des déchets, les femmes n’utilisent-elles pas des charrettes à traction asinienne pendant que les hommes utilisent des tracteurs et des camions-bennes ? Il est donc important de noter dans notre analyse, l’impact de la répartition des tâches et des technologies utilisées selon le sexe. La catégorie des femmes n’est certes pas homogène, et certaines disposent de matériels lourds pour mener leurs activités, mais ces cas sont encore relativement isolés au Burkina Faso.

28Malgré la présence et le rôle des femmes dans la gestion de l’environnement urbain, leur savoir-faire n’est pas considéré à sa juste valeur. De même, les tâches qu’elles effectuent sont de plus en plus nombreuses et dures physiquement, alors que la technologie dont elles disposent pour faire le travail demeure la même. Les aides et les services d’encadrement ne touchent pas les organisations de femmes au même titre que les projets initiés par les hommes. En effet, les premières ne peuvent obtenir les moyens nécessaires pour mener une action d’importance, contrairement aux seconds.

29[…]

Poids politique et empowerment des femmes au Burkina Faso

30Le fonctionnement de la société, comme nous l’avons souligné plus haut repose sur un principe patriarcal qui n’est que faiblement remis en cause par les politiques « modernes ».

31La politique actuelle au Burkina Faso semble offrir des opportunités qui encouragent les femmes dans leur combat socio-économique et politique et qui devrait déboucher sur de réelles conséquences d’autonomie et de pouvoir en leur faveur. De même, on constate que les femmes mobilisent de plus en plus leurs forces et leurs acquis dans des organisations de base et des réseaux de femmes. Cependant, les rapports inégaux entre hommes et femmes dans la répartition des rôles et des responsabilités dans nos sociétés évoluent lentement. Malgré les efforts entrepris par les femmes, on constate que l’affirmation de leur rôle d’actrices est difficile et pénible. Cependant est-il aisé pour les Etats africains d’échapper aux pressions des bailleurs de fonds, de les contrecarrer par des dénonciations ou par des actions déterminées entreprises par la société civile ? Tout dépend des rapports de domination, entretenus et légitimés, mais aussi de la non reconnaissance des savoirs et savoir-faire locaux. Selon Fatou Sow (Ayescha, Mama et Sow 2004), les connaissances des femmes sur l’environnement sont considérées comme empiriques et relevant du fétichisme, du fait qu’elles sont mesurées par les instruments de la technologie et de la science occidentale. Les tentatives récentes de revaloriser ces « savoirs traditionnels » n’ont pas été soutenues par la Banque mondiale. Et pourtant, cette dernière tient des discours en faveur de l’empowerment des femmes. De même, malgré les discours mystificateurs sur le renforcement du pouvoir des femmes, force est de constater que l’Indice de Potentiation du genre (adopté par la Nations unies) au Burkina Faso ne permet de rendre visible qu’une catégorie de femmes, très minoritaires et non représentatives des femmes burkinabé. Or celles qui sont oubliées représentent les femmes qui ont le plus besoin de soutien et de renforcement de leurs capacités. Elles sont dans leur grande majorité analphabètes, sans qualification professionnelle, elles sont très entreprenantes et contribuent le plus activement au processus de développement, alors qu’elles sont de plus en plus exclues du bénéfice. Le problème de la gestion de l’environnement est un des maillons de la chaîne sur laquelle s’expriment ces rapports d’inégalité.

32[…]

Source : Texte inspiré de « Associations féminines et entreprises privées dans la filière de gestion des déchets à Ouagadougou : un empowerment laborieux », in : Hainard F., Verschuur C. (Dir.), 2005, Mouvements de quartier et environments urbains. La prise de pouvoir des femmes dans les pays du Sud et de l’Est, Dakar-Paris, ENDA Diapol – Karthala pp. 250-259, 267-268, et de « Chapitre 3 : Réalités urbaines et relations de genre dans sept pays » in : Hainard F., Verschuur C., 2004, Femmes et politiques urbaines. Ruses, luttes et stratégies, Editions UNESCO/Karthala, pp. 43-72

Bibliographie

Ayesha I. M., Mama A., Sow F., 2004 [1997] Sexe, genre et société : Engendrer les sciences sociales africaines, Paris-Dakar, CODESRIA-Karthala.

Bard C., Baudelot C., Mossuz-Lavau J., 2004, Quand les femmes s’en mêlent : Genre et Pouvoir, Paris, La Martinière.

Commaille J., 2001, « Les injonctions contradictoires des politiques publiques à l’égard des femmes », in Laufer J., Marry C., Maruani M. (Dir.), Masculin-Féminin : Questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, pp. 129-147.

Daune-Richard A.-M., Devreux A.-M., 1992, « Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique », Recherches féministes, vol. 5, n° 2, pp. 7-30.

Delphy C., 2000, « Théories du patriarcat », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (Dir.). Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, pp. 141-146.

Delphy C., 1998, L’ennemi principal. Economie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, (première édition dans Partisans, vol. 54-55, 1970).

ENDA/WASTE, 1997, La participation de la communauté à la gestion des déchets solides à Ouagadougou : collecte des ordures ménagères à Ouagadougou, http://www.waste.nl/docpdf/CS_cp.pdf consulté le 22 février 2005.

Falquet J., « Genre et développement » : une analyse critique des institutions internationales depuis la Conférence de Pékin, http://www.penelopes.org/xarticle.php3?id_article=3358, consulté le 3 mars 2005.

Gougeon C., 1998, Gestion des déchets municipaux : une solution alternative à Ouagadougou-Burkina Faso, IEDES-DESS, validation de séminaire, http://claire.gougeon.free.fr/dechets_ouaga.html#p1, consulté le 19 février 2005.

Hainard F., Verschuur C., 2001, Femmes dans les crises urbaines : Relations de genre et environnements précaires, Paris, Karthala-MOST.

Hofmann E., Marius-Gnanou K., 2004, L’empowerment des femmes entre relativisme culturel et instrumentalisation dans les évaluations de la micro-finance en Inde (version provisoire), http://www.ced.u-bordeaux4.fr/GresPrg04/BAO4hofmann-marius.pdf, consulté le 3 mars 2005.

IDEA International, 2002, Les femmes au parlement : Au delà du nombre, Edition française, sous la direction de Ballington J. et Protais M.-J., http://www.idea.int/publications/wip/upload/full%20handbook.pdf, consulté le 3 mars 2005.

Kergoat D., 2000, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (Dir.). Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, pp. 33-54.

Moller Okin S., 2000, « Le genre, le public et le privé », in Ballmer-Cao T.-H., Mottier V., Sgier L., (dir.), Genre et politique : Débats et perspectives, Paris, Gallimard, pp. 345-390.

Nchama C.M.E., 1991, Développement et droits de l’homme en Afrique, Paris, Publisud.

Preiswerk Y., Milbert I. (Dir.), 1995, Femmes, villes et environnement, Actes du colloque de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Berne-Genève, UNESCO-DDC-IUED.

Reysoo F., Verschuur C. (Dir.), 2003, On m’appelle à régner, Actes du colloque de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Berne-Genève, UNESCO-DDC-IUED.

Rogers A., 2001, « Analyse de quelques tendances internationales actuelles de l’alphabétisation des adultes », Education des adultes et développement, n° 56, pp 21-32.

Roth C., 1996, La séparation des sexes chez les Zara au Burkina Faso, Paris, L’Harmattan.

Sow F., 2004, [1997], Les relations de genre dans l’environnement, in Sexe, genre et société : Engendrer les sciences sociales africaines, Paris-Dakar, CODESRIA-Karthala.

Steenbeek G., Ypeij A., Reysoo F., 2002, « Genre et mondialisation : exploration d’un débat », in Reysoo F., (Dir.), Economie mondialisée et identités de genre, Actes du colloque de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Berne-Genève, UNESCO-DDC-IUED.

Tall K., 1995, « Division sexuelle du travail et gestion de l’environnement : la valorisation de la femme », in Preiswerk Y., Milbert I. (Dir.), Femmes, villes et environnement, Actes du colloque de l’IUED, Collection Yvonne Preiswerk, Berne-Genève, UNESCO-DDC-IUED.

Tall K., 2003, Genre et sécurité sociale : cas des femmes de Lagem Yam, http://www.northsouth.ch/bilder/tall.pdf, consulté le 25 février 2005.

UNESCO, 1988, Compendium des statistiques relatives à l’analphabétisme, Paris, Office des statistiques.

Notes

1 Extraits du chapitre 3 de Hainard F. et Verschuur, Ch., 2004, Femmes et politiques urbaines, Ruses, luttes et stratégie, Editions UNESCO-Karthala, Paris, p. 55-59.

2 CREPA : Centre Régional pour l’Eau Potable et l’Assainissement à faible coût.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site