Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, mouvements populaires urbains et environnement

 | 
Christine Verschuur

3. Mouvements urbains et environnementaux : mise en scène des identités de genre, luttes pour les droits

Un fleuve dans lequel nous avons appris à nager. Les femmes dans l’environnement urbain à Bogotá

Marie-Dominique de Suremain

Note de l’éditeur

Référence : de Suremain, Marie-Dominique. “Un fleuve dans lequel nous avons appris à nager. Les femmes dans l’environnement urbain à Bogotá”, in Christine Verschuur et Fenneke Reysoo, Genre, mouvements populaires urbains et environnement. Genève, Cahiers Genre et Développement, n°6, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2007, pp. 177-192, DOI : 10.4000/books.iheid.5815 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1[…]

Les femmes dans les mouvements populaires urbains1

  • 1 Cette partie est extraite de : Rapacci María Lucía, de Suremain Marie-Dominique, 1995, Un rio en el (...)
  • 2 On peut citer les micro entreprises, les groupes de santé, d’éducation, les boutiques communautaire (...)

2Il est intéressant d’observer que, parmi les différentes organisations de femmes des quartiers populaires urbains2, peu d’organisations à part les crèches et les mères communautaires ont montré une capacité à négocier avec l’Etat, même si ces négociations sont encore difficiles. Cet exercice de citoyenneté est nouveau dans le contexte actuel, et il est important à relever. Pour autant, on ne peut pas affirmer que ces organisations sont visibles au sein de ce mouvement populaire urbain puisque celui-ci ne les intègre pas consciemment, ou bien n’a qu’une vision partielle des éléments de la reproduction sociale dans le climat urbain. Au mieux, on peut dire que quelques indices montrent une évolution dans ce sens. Les mouvements civiques qui luttent pour le logement et les infrastructures physiques n’ont pas de procédure claire de concertation avec les groupes qui s’occupent des questions de santé, les cantines populaires ou les crèches, même si, parmi les membres de certaines Fédérations de logement, on trouve une ou deux crèches communautaires (qui s’occupent de 60 à 150 enfants et sont gérées collectivement).

3Dans certaines localités de Bogotá, comme dans d’autres villes du pays, les mères communautaires se sont présentées en octobre 1994 aux élections des Conseils administratifs communaux, pour défendre leurs droits et les programmes sociaux. Certaines d’entre elles étaient déjà des dirigeantes communautaires, elles s’étaient occupées d’activités culturelles, de santé ou de logement, avant de devenir mères communautaires. Cette dernière expérience leur a donné des éléments nouveaux, et dans le contexte naissant de la gestion locale, elles ont acquis un statut inédit. Dans d’autres quartiers, se sont présentées des responsables de crèches qui avaient fondé des Centres communautaires locaux dans le prolongement de crèches communautaires. Elles avaient peu à peu élargi l’étendue de leurs activités, par exemple en créant un centre de santé, des services d’odontologie, un restaurant scolaire, des « journées d’échange » pour les élèves, des groupes de musique, de danse et d’écologie, etc. Ces dirigeantes ont acquis au cours des quinze dernières années une formation très complète, et ont été reconnues par leurs communautés. Leur capacité de décision et leur énergie ont fait d’elles des candidates à la gestion locale d’un style nouveau, capable d’être élues à certains postes à la place des responsables des partis traditionnels libéraux et conservateurs.

4C’est dans d’autres circonstances, comme dans les « grèves générales », que se manifeste le plus nettement l’intégration des organisations de femmes dans des problématiques plus globales. Au cours des grèves menées en 1993 et 1994 dans différents quartiers de Bogotá par exemple, on a constaté la participation massive de toutes les organisations et associations de quartier, en particulier féminines, dont les revendications ont été intégrées dans les revendications générales négociées avec le gouvernement de district et le gouvernement national. Ces grèves ont été analysées par les politologues comme les premières manifestations de la territorialité et du sentiment d’appartenance à la ville, de la part de la population urbaine de la périphérie. Les individualismes de quartiers ou de sous-secteurs de quartiers ont été dépassés, de même que les clientélismes traditionnels, les réclamations thématiques sectorielles, et l’emprise de l’Etat sur la réalité populaire, afin de pouvoir défendre de manière globale la qualité de vie – et le droit à la vie même – d’une vaste zone de la ville.

Les femmes dans l’environnement urbain3

  • 3 Cette partie est extraite de : de Suremain Marie-Dominique, 1997, « Les femmes dans l’environnement (...)

5Parler de développement durable des villes colombiennes ou de protection de l’environnement urbain peut paraître paradoxal et même impossible. Leur croissance rapide, conflictuelle et désordonnée est tout le contraire d’un développement contrôlé et durable. Il ne s’agit donc pas de « plaquer » un terme à la mode sur une réalité chaotique, pour la teinter de « vert », mais de discerner au milieu d’un tableau apparemment sombre, les germes d’une alternative possible.

6Nous avons montré […] l’importance du travail des femmes des quartiers populaires dans l’adaptation de leurs familles et d’elles-mêmes à la ville. Le rôle qu’elles ont joué et qu’elles continuent à jouer est déterminant comme facteur d’atténuation de la crise urbaine et environnementale, dans un contexte où l’Etat se décharge de ses responsabilités politiques et sociales de construction et de maintenance des services urbains, en les faisant effectuer par les communautés, les autorités locales et en particulier par les femmes.

7Mais peut-on déduire du fait que les femmes ont assumé ce rôle de soutien que leur vocation est de continuer à le faire pour rendre durable le développement urbain actuel ? Ou pire encore, monter des politiques et programmes qui partent du fait que les femmes résolvent dans la pratique – tant bien que mal – les grandes contradictions du modèle actuel d’urbanisation, sans prétendre rien y changer ? Ce serait contribuer à leur écrasement et à leur instrumentalisation par un système qui les utilise et les nie à la fois. En raison de leur surcharge croissante, ce ne serait certainement pas un modèle de développement durable (en espagnol « sustentable »). Il est donc nécessaire d’étudier la division du travail entre hommes et femmes et le partage des responsabilités, des ressources et du pouvoir entre les différents niveaux de l’Etat et de la société civile.

8Qu’apporte de plus une vision féminine et environnementale aux problèmes du développement urbain ? Probablement un regard moins sectoriel, plus intégré et également plus profond des problèmes de la ville, en ce sens qu’il relie les espaces privés et les espaces publics, la culture, les imaginaires, les relations humaines et les conditions physiques de la vie urbaine, le changement et la protection, la gratuité et la rentabilité.

9Ce n’est donc pas seulement en fonction du rôle traditionnel des femmes dans la reproduction sociale, rôle protecteur de la vie et rôle de maintien et d’entretien du tissu social, que nous pouvons définir leur participation face aux défis du développement urbain durable, mais à partir des profondes mutations de la société urbaine, qui leur ont fait assumer de multiples activités. Alors que leur rôle traditionnel dans la reproduction les poussait apparemment à assumer une attitude fondamentalement conservatrice face aux changements culturels, les femmes ont davantage changé d’horizon que les hommes, en entrant dans la logique du travail rémunéré et du contrôle de leur fécondité.

10Les femmes urbaines, en particulier les femmes des quartiers populaires font dans la pratique, et de plus en plus conceptuellement, le lien entre leurs différents secteurs d’activité, entre la sphère privée et la sphère publique, entre travail rémunéré et travail gratuit, entre les générations, entre le monde des hommes et le leur propre. Ce changement culturel majeur et ses conséquences sont perçus de diverses façons par les chercheuses se penchant sur la question. Nous en citerons trois exemples.

11L’identité des femmes est en expansion, dit la Mexicaine Marcela Lagarde, tandis que celle des hommes a peu changé. Les contradictions qu’elles vivent sont des conflits entre leurs différents rôles autrefois appropriés par chacun des sexes et structurellement compatibles dans la société traditionnelle, tandis que d’autres conflits surgissent, dus à la résistance des hommes face aux « progrès » des femmes.

12Les femmes ont gagné en autonomie, mais la division fondamentale entre sexes n’a fait que se déplacer, disent des Canadiennes, qui étudient l’évolution du travail domestique et montrent que sa répartition a bien peu changé et que les professions de pointe et les espaces de pouvoir restent très masculins.

13L’identité des hommes est en crise, dit Elisabeth Badinter, car les femmes sont entrées dans tous les espaces qui étaient spécifiquement masculins. Les hommes, loin d’être aussi autonomes que l’on croit, structurent leur identité dans la différenciation culturelle difficile et continuelle avec les femmes, à partir de leur fusion originelle avec leur mère. Dans le contexte actuel de changement et d’élargissement de l’identité des femmes, ils n’ont plus de point de référence absolu et se sentent perdus. A l’avenir ils n’ont d’autre alternative que la reconnaissance de leur part de féminité, car l’évolution de l’humanité nous oriente vers un être androgyne.

14L’expérience sociale colombienne nous montre que les femmes ont changé l’univers et l’horizon de leurs activités et doivent gérer et aménager leur temps d’une nouvelle manière, qu’il s’agisse de faire place au travail rémunéré ou au travail communautaire. Le lien entre ces deux espaces, le public et le privé, est vécu et décrit habituellement comme conflictuel, contraignant ou limitatif : on dit par exemple que les femmes sont « sous-employées », « sous qualifiées » ou « empêchées de participer » à cause de leurs obligations domestiques et familiales. Cependant si l’objectif devient celui de changer le modèle de développement dans lequel elles seraient toujours perdantes, cette ubiquité des femmes peut devenir un atout et un facteur d’intégration.

15A partir de leur expérience, les femmes développent des concepts et des propositions politiques intégratrices. En particulier les femmes des secteurs populaires urbains parlent de lutter pour la « qualité de la vie », ce qui ne se réfère pas dans leur idée aux espaces verts du quartier, mais au fait que vivre mieux suppose des solutions dans de nombreux domaines : l’emploi, l’habitat, les services urbains, la vie personnelle, la santé, les relations familiales, la dignité, etc.

16Dans d’autres cas, relevés dans des séances d’évaluation de programmes sociaux, elles utilisent un seul terme, mais lui donnent un sens complexe : par exemple, elles expliquent leurs motivations pour participer à des programmes de compostage d’ordures, de restaurants communautaires et de plantes médicinales, par une seule raison : l’amélioration de la santé. Elles participent à la lutte contre la contamination et contre la pollution, pour préserver la santé, aux programmes de distribution d’aliments, pour améliorer la santé des enfants ; elles développent la culture organique et la transformation des plantes médicinales en crèmes et onguents, pour contrôler les maladies sans utiliser des produits chimiques et donc jouir d’une meilleure santé. La diminution du travail domestique, c’est pour être soi-même en meilleure santé (plus reposée, moins stressée), améliorer les relations de couple, c’est améliorer sa santé mentale, physique et psychique… Loin d’être un concept simplifié, la santé est pour elles un fil conducteur complexe, qui les mène à s’intéresser à de nombreux thèmes, qui, pour les agents de développement, concernent des spécialités techniques extrêmement différentes…

17C’est à partir de la reconnaissance de cet apport de la vision des femmes que démocratiser ou humaniser le monde équivaut d’une certaine manière à le féminiser, puisqu’il s’agit que les situations et valeurs pratiquées par les femmes soient adoptées socialement de façon plus générale comme nouvelle forme de vie et modèle de développement durable.

Les « mères communautaires », foyer de contestation
Sur le papier, l’idée est bonne : créer une multitude de crèches à domicile pour le bien-être des enfants, en particulier dans les quartiers pauvres, et autant d’emplois de « mères communautaires ». Mais ces dernières sont souvent surexploitées. Lancé il y a une dizaine d’années par l’Etat colombien, le programme de création de crèches à domicile (hogares de bienestar ou hobis), a connu un succès certain, du moins si l’on en juge par le nombre des structures d’accueil qui ont vu le jour. Aujourd’hui, 70 000 mères communautaires, vivant principalement dans les quartiers populaires, perçoivent la moitié du salaire minimum pour accueillir chez elles à la journée une quinzaine d’enfants chacune. Le coût du repas de midi des enfants est pris en charge par l’Etat, l’objectif de ce programme, géré par les associations de parents, étant surtout de lutter contre la malnutrition.
De fait, ce sont les femmes les plus pauvres qui se proposent de prendre en charge ce travail mal payé et difficile. Elles doivent s’occuper seules toute la journée d’une quinzaine d’enfants et nourrissons, leur faire la cuisine, leur proposer des activités éducatives… Outre leur modeste salaire, elles bénéficient de quelques compensations, en particulier un crédit leur permettant d’améliorer et d’adapter leur logement à cette fonction d’accueil.
Cependant, les moyens mis à la disposition des mères communautaires sont très insuffisants. Chaque hobi est utilisé en moyenne par vingt-deux personnes : les membres de la famille plus les quinze enfants. Un surpeuplement critique, auquel s’ajoute l’inadaptation des installations sanitaires et de la cuisine. Le meilleur espace de la maison est consacré aux enfants. Il faut souvent déménager les meubles matin et soir pour faire de la place. Dans ces conditions, la vie familiale est soumise à rude épreuve. Appliquant les normes officielles des équipements scolaires, les autorités sanitaires menacent souvent les hobis de fermeture. Ainsi les mères communautaires voient-elles leur pauvreté inspectée par des bureaucrates au lieu de recevoir de l’aide. S’il existe des crédits spécifiques destinés aux hobis (pour l’amélioration sanitaire, etc.), l’usure de l’habitation convertie en crèche n’est pas prise en compte. Par ailleurs, les subventions pour l’amélioration du logement populaire, dont les mères communautaires peuvent également bénéficier, sont peu accessibles en raison des méandres administratifs.
Une forte proportion de mères communautaires sont propriétaires de leur logement, avec des variations régionales importantes. A Buenaventura, port du Pacifique caractérisé par sa population d’origine africaine, 90 % des femmes interrogées sont propriétaires, tandis qu’à Bogotá, de culture andine, elles ne sont que 20 %. Dans bien des cas, ce sont elles qui ont pris l’initiative d’acheter ou de participer à l’invasion collective d’un terrain. Dans d’autres cas, les hommes demandent à ce que la maison soit au nom de leurs compagnes. A Cali, nombre de mères communautaires affirment que leurs maris ont ainsi « acheté leur liberté », cessant d’investir dans la maison et s’absentant plus souvent.
Les institutions de tutelle ont une vision utilitariste des mères communautaires. Elles considèrent celles-ci comme de simples instruments au service des enfants et du quartier, en limitant leurs droits et en décourageant toute velléité de revendication. Les mères communautaires sont censées mettre leur capital humain au service de l’Etat et leurs réclamations sont perçues, notamment par l’administration, comme une forme d’égoïsme qui va à l’encontre de l’intérêt des enfants et des parents.
L’organisation des mères communautaires est un processus difficile, car celles-ci sont isolées et surveillées. Les autorités font leur possible pour éviter la formation de syndicats et exercent un contrôle tatillon. Les femmes qui s’absentent de leur hobi et se font remplacer pour aller à des réunions peuvent être menacées de renvoi. Pourtant, dans tout le pays, des associations et syndicats de mères communautaires ont pu se constituer. Ils sont parvenus à constituer un mouvement dynamique, porteur de propositions et de revendications pour améliorer non seulement les conditions de travail, mais également la conception de ce programme de crèches à domicile.
De Suremain M. -D. 1996, « Les “mères communautaires”, foyer de contestation », Vivre Autrement n° 6, jeudi 6 juin

18Ceci est très différent d’une proposition basée sur l’augmentation des responsabilités et du travail des femmes. L’extension du pouvoir des femmes doit viser non seulement à les prendre en compte, en tant qu’êtres humains, mais à valoriser socialement leurs apports.

19[…]

20Les femmes ne sont pas les seules à proposer l’humanisation de la société et le frein à la modernisation occidentale homogénéisante. Les mouvements environnementaux, tiers-mondistes et ethniques le réclament également, de leur point de vue fondé sur la critique du modèle dominant de développement. Les alliances stratégiques entre ces mouvements sont encore peu opérantes, chacun d’entre eux prétendant atteindre l’intégralité à partir de la transversalité de son approche. Il est certain que la question des relations hommes-femmes affecte toutes les activités humaines, que l’environnement est transnational, que les relations Nord-Sud conditionnent les conditions de vie de toute l’humanité et que l’appartenance à une culture ou une ethnie est un facteur fondamental d’identité et/ou de discrimination. La combinaison de toutes ces dimensions tend vers l’intégralité, mais personne n’a encore formulé et encore moins appliqué un modèle qui inclue toutes les dimensions à la fois, aussi bien dans les pratiques sociales que dans les conceptions, les discours et les projets. Les énumérer est facile, mais une politique réellement intégratrice est une « utopie créatrice », une démarche, plus qu’un produit fini, palpable et concret.

Les femmes, les hommes et l’appropriation de l’espace urbain public et privé

21Le logement, espace privé par excellence, a une importance socio-psychologique différente pour les hommes et pour les femmes, et le passage de la campagne à la ville a modifié le rapport traditionnel des unes et des autres à la production (dans le processus d’autoconstruction) et à l’appropriation de cet espace.

22Le rôle que les femmes ont assumé, tel que nous l’avons décrit brièvement plus haut, s’explique par la nécessité vitale pour elles de disposer d’un lieu stable de reproduction sociale. Les femmes développent dans les quartiers une stratégie d’enracinement tandis que les hommes se caractérisent par une stratégie de mobilité. Les femmes manifestent le désir de ne plus changer de quartier, après avoir constitué à grand peine un tissu de relations sociales et avoir contribué à la construction lente et difficile du logement. Les hommes voient à priori au contraire dans le logement un capital susceptible d’être vendu à tout moment pour être réinvesti dans une autre affaire, quitte à changer de quartier et vivre de nouveau le processus de construction de la maison depuis le début.

23Les femmes s’investissent activement dans le processus de construction, à partir de leur rôle traditionnel (elles préparent les aliments des hommes), mais surtout en élargissant notablement leurs activités : elles participent en général à toutes les tâches non qualifiées, portent l’eau, les matériaux, font les mélanges de ciment et, souvent, accomplissent le travail qualifié, surtout dans les programmes d’autoconstruction associative. Dans ces derniers, le règlement est le même pour tous. Les femmes assurent fréquemment la représentation de la famille dans le travail communautaire obligatoire, quand il est plus rentable pour la famille que le mari consacre son temps à une activité mieux rémunérée. Elles vont alors sur le chantier réaliser toutes les tâches définies par l’organisation de l’association. Les dirigeants des programmes d’autoconstruction se trouvent alors confrontés au fait de devoir employer sur le chantier une main d’œuvre non qualifiée. Dans certains projets, les femmes sont formées aux mêmes tâches que les hommes et les différences de force physique sont compensées par des innovations techniques. Souvent elles montrent une habileté et une constance qui suscitent l’admiration et stimulent le travail. Dans d’autres projets, l’entrée des femmes sur le chantier engendre des conflits, des rivalités et des problèmes familiaux qui peuvent être discutés ouvertement ou au contraire restent latents ou sont gérés de façon souterraine. On a signalé des cas où la violence familiale s’est accrue du fait du nouveau rôle des femmes et d’autres où les femmes ont gagné en confiance personnelle et se sont attiré le respect des hommes.

24[…]

25Un élément doit être pris en compte pour analyser les décisions d’amélioration du logement et ses résultats, c’est celui des changements qui interviennent dans la propriété du logement populaire. Comme nous l’avons signalé plus haut, les femmes ont acquis un contrôle grandissant de la propriété ou possession du logement populaire dans les quartiers spontanés. [Une] enquête […] datant de 1987-1988 montrait que 45 % des femmes sont propriétaires, chiffre montant à 70 % en additionnant les cas où la propriété est partagée par l’homme et la femme. Cependant la propriété des femmes seules était le plus souvent associée à la précarité du logement les femmes les plus pauvres apparaissant comme propriétaires des logements les plus pauvres, par suite de leur abandon par leur mari ou compagnon. Comme dans le cas des femmes chefs de famille, il ne s’agissait pas d’un choix, d’une décision d’autonomie ou de contrôle d’un espace vital, mais du résultat de l’abandon par l’homme d’une responsabilité traditionnelle attribuée à son sexe. L’investissement monétaire et non monétaire étant réduit à celui d’une seule personne, la plus pauvre, le résultat montre une grande difficulté de consolidation du logement. En revanche, le partage du titre de propriété entre l’homme et la femme mène à une plus grande consolidation matérielle du logement.

26Les enquêtes réalisées en 1992-1993 auprès de mères communautaires, non seulement confirment cette tendance, mais l’accentuent. Les chiffres augmentent sensiblement et font apparaître de nouveaux phénomènes, en particulier dans le cas de personnes vivant en couple. Le mari considère dans un certain nombre de cas que la maison est destinée essentiellement à servir de protection à la femme et aux enfants, tandis que lui, « qui sait où il sera demain ? »… Allusion aux incertitudes dues à la violence quotidienne et à la violence socio-politique mais également à la mobilité des hommes qui abandonnent leurs responsabilités. Cette interprétation de la décision des hommes de mettre la propriété au nom de leur femme se retrouve de plus en plus fréquemment. Certaines mères communautaires de la ville de Ca1i en arrivaient même à l’analyse suivante : « Mon mari me dit que j’ai l’alimentation des enfants assurée et la maison à mon nom. Que demander de plus ? En mettant la maison à mon nom, il a acheté sa liberté. Maintenant il s’en va de plus en plus souvent pour 10 ou 15 jours, sans se préoccuper et sans laisser d’argent ».

27Ces témoignages reflètent une tendance nouvelle que l’on peut analyser de plusieurs points de vue. Dans les quartiers populaires, les femmes disent souvent que les hommes sont « irresponsables », peu intéressés, qu’ils abandonnent facilement leur femme et leurs enfants qui leur pèsent. Le fait que des hommes, même s’ils sont encore minoritaires, abandonnent la possession du logement comme investissement principal de leur vie afin d’obtenir plus de liberté, est un fait préoccupant, en ce sens qu’il montre une fissure profonde tant au niveau pratique que symbolique. A la fois cause et conséquence de la surcharge des femmes, c’est d’un profond déséquilibre qu’il s’agit et auquel il convient de porter attention.

28Ces analyses montrent la limite de propositions visant à donner aux femmes la propriété des logements sociaux, au lieu de l’actuelle formule juridique du « patrimoine familial », inaliénable et non susceptible de saisie pour dette jusqu’à la majorité du dernier des enfants. Ce statut retire pratiquement le logement du marché foncier et lui ôte la possibilité d’être considéré comme la garantie d’un emprunt. Cette formule fut conçue dans les années 1920 comme protection de la femme et de la famille dans les programmes sociaux puis appliquée pour la légalisation de quartiers spontanés. Protectrice mais fortement limitative, en particulier quand le logement est le seul capital et la seule garantie – même non hypothécaire – qu’une famille peut offrir pour accéder à un prêt formel ou informel, cette formule est basée sur l’idée que la femme est mineure ou n’a aucune possibilité d’influence dans les décisions familiales et doit donc être protégée des éventuelles dettes acquises par le mari, ou d’une vente impromptue.

29Dans certains pays latino-américains, comme le Costa Rica, des réformes en cours considèrent au contraire que la femme est la meilleure garantie pour que la famille conserve son logement de façon stable, et qu’en cas de séparation le logement doit rester à celui qui a la garde des enfants, et par conséquent presque toujours à la femme. Le logement serait donc titularisé au nom de la femme seulement. Cette proposition présente des avantages, mais aussi des inconvénients dans le sens d’un désengagement croissant des hommes, car si les femmes contribuent activement à la consolidation du logement quand la propriété appartient à l’homme, l’inverse ne se produit pas. Dans une société en mutation constante et profonde, dans laquelle les accords entre sexes se recomposent de façon partielle et fragmentée, il est difficile de proposer une formule unique et structurante. Il est probablement plus efficace de proposer différentes possibilités, adaptables à chaque famille en fonction des relations concrètes et réelles qui y règnent et d’aider à la prise de décision, plutôt que de généraliser.

30Quand la femme n’a pas de relation stable, il est plus sûr pour elle d’être la titulaire directe du logement, mais dans le cas où un accord est possible avec son compagnon, il est évidemment beaucoup plus productif et sécurisant de partager avec lui la propriété du logement et d’engager les deux à un effort commun.

Les « sans terre de la ville »
Vivre dans une favela crée un sentiment d’exclusion. Tout y est plus difficile : trouver du travail, accéder aux écoles et aux centres de santé, se ravitailler… Pour les femmes, cette situation est d’autant plus critique que la plupart des tâches reproductives leur incombent. L’espace privé est en outre perçu différemment par les femmes et les hommes : les femmes y passent une grande partie de leur temps, tout comme dans le quartier, dans lequel elles construisent une stratégie d’enracinement. Si le logement est le lieu pour tisser des réseaux d’entraide pour les femmes, il est, pour une proportion importante des hommes, un simple investissement, un capital que l’on peut échanger. Un des soucis majeurs des femmes est donc celui de ne pas être évincée du logement, pour cause de non-paiement du loyer, d’installation illégales ou d’éviction par un mari.
C’est notamment le cas des femmes de la Favela Gamboa II de la ville industrielle de Santo André au Brésil. Ce quartier, implanté sur un terrain de la Compagnie d’électricité de Sao Paolo, fait l’objet d’un programme municipal visant à transférer sa population sur des terrains plus appropriés.
Un programme de recherche-action mené avec une équipe de chercheurs-euses brésilien-ne-s dans le quartier a consisté à travailler avec les différents acteurs en présence, en particulier avec les associations de quartier et la municipalité. Malgré des traditions de lutte ouvrière et politique et la présence d’une municipalité sensible aux questions de genre, la participation des femmes dans la revendication de droits était dans un premier temps très réservée. Au fur et à mesure des réunions, elles comprennent qu’il leur est nécessaire de maîtriser les espaces en dehors de la sphère familiale et qu’elles deviennent, dans le processus de négociation de nouveaux espaces, des sujets de leur propre histoire. Elles soulèvent alors des questions clefs, comme l’attribution des titres de propriété aux femmes lors du transfert de la favela. Pour la municipalité, cette revendication est accueillie avec intérêt car cela facilite la continuité dans les programmes sociaux mis en œuvre. L’attribution des titres de propriété aux femmes pose plusieurs questions non résolues, que ce soit du point de vue juridique ou parce que cette option ne remet pas en question la division sexuelle des tâches. Mais le fait de prendre conscience et de revendiquer le « droit au logement » contribue à remettre en question leur rapport de soumission à l’homme. En jouant avec leur identité féminine de « gardienne stable du foyer », elles ont renforcé leur pouvoir de négociation auprès des municipalités et obtenu des avantages.
Christine Verschuur

31Les relations des femmes et des hommes avec les espaces urbains publics sont également marquées par la différence des rôles. Les femmes se déplacent pour des motifs davantage liés aux enfants, à l’approvisionnement du ménage et le font davantage à pied et en transports publics que les hommes. Dans le contexte de Bogotá, caractérisé par l’augmentation constante – sauf en 1994 – des agressions et de l’insécurité quotidiennes, les femmes se sentent particulièrement vulnérables, même si du point de vue des statistiques, elles ne sont pas plus agressées que les hommes, mais différemment. Elles réduisent donc leur mobilité, sortent peu dès la nuit tombée (vers six heures), ce qui semble avoir une incidence par exemple sur leurs possibilités d’études en cours du soir. Il n’est pas rare en effet qu’une jeune fille vivant dans des quartiers périphériques renonce à des cours en horaires nocturnes, à cause de l’insécurité d’une arrivée tardive chez elle. La vie en périphérie lointaine et la dépendance d’une succession de transports en commun se terminant par des jeeps brinquebalantes dans des encombrements sans fin dus au mauvais état des rues, aux véhicules en panne et au manque de voies autres que celles des artères principales, limitent certainement les possibilités de circulation des femmes, leur relation à la ville et au monde qui les entoure.

32Dans les quartiers, les rares espaces publics aménagés le sont pour des équipements sportifs de proximité, comme des terrains de football ou de basket plus ou moins sommaires. Quand il s’agit de sport masculin, les filles n’ont guère d’alternatives pour des activités en plein air, mais quand il s’agit d’un terrain de basket ou de volley, leur usage est en général mixte. Il existe peu d’espaces de promenade dont les mères et leurs petits enfants puissent profiter.

33Les femmes des quartiers populaires utilisent les espaces publics de proximité davantage que les femmes des quartiers de classe moyenne et aisée. En raison des difficultés de la vie quotidienne, elles connaissent leurs voisines et entretiennent des relations de solidarité plus étroites que les femmes qui reçoivent tous les services à domicile.

34Leurs maris, par contre, font un usage différent de l’espace du quartier. Absents en semaine, ils passent souvent le dimanche avec des amis, au café ou chez eux. Leur distraction consiste à boire de la bière et à bavarder ou jouer au billard, au football ou à un jeu de « tejo », sorte de pétanque colombienne dans laquelle on lance un palet sur un but sur lequel sont placées des amorces.

35Quand les exigences du travail communautaire sont plus pressantes, les hommes vont faire le travail de « pelle et de pioche » demandées par le conseil de quartier, ouvrent des tranchées ou construisent un équipement collectif. Leurs épouses et leurs enfants participent le plus souvent, comme aides, et/ou comme cuistots mais plus d’une femme manie aussi la pelle et la pioche.

36Il est donc difficile de stéréotyper les relations des hommes et des femmes avec le « dedans » et le « dehors ». Si les femmes sont plus liées en principe avec l’intérieur et l’espace privé, la réalité dément souvent ce mythe ou cette image. Et si les hommes travaillent effectivement plus souvent à l’extérieur du quartier, ceux qui sont au chômage, ceux qui ont des ateliers informels et ceux qui passent le dimanche enfermés chez eux ou sur des chantiers d’autoconstruction ou d’équipements du quartier sont plus liés aux espaces privés et domestiques que les préjugés ne le font croire. De même, les femmes ne peuvent rester aussi enfermées… que certains de leurs maris le voudraient. Pour répondre aux exigences de la reproduction, elles doivent s’associer avec d’autres et participer à de nombreuses activités qui supposent de sortir et d’être confrontées aux autres, aux autorités et aux organisations populaires. Leur univers s’en trouve transformé, elles commencent à parler « bizarrement » de thèmes et de sujets inhabituels avec des professionnels et des fonctionnaires, ce qui dans un premier temps déconcerte les maris. Certains d’entre eux se sentent infériorisés et réagissent agressivement, d’autres au contraire admirent les transformations et participent à l’élargissement du monde de leur compagne.

Les femmes et la crise de l’eau potable

37Dans de nombreux quartiers populaires, la principale crise des services urbains signalée par les femmes est celle de l’eau : ou bien il n’existe pas d’approvisionnement par canalisations légales, ou bien le service est si irrégulier que les femmes sont obligées de faire la queue à des points de distribution et de la porter jusque chez elles ou d’attendre les horaires de fin de rationnement pour ouvrir les robinets et faire des réserves. Dans tous les cas la qualité du service est très déficiente. Si l’eau est distribuée, son coût indexé augmente très rapidement tandis que sa qualité est loin d’être satisfaisante. La contamination de l’eau provient de plusieurs causes : soit l’eau n’est pas traitée, soit son traitement est déficient, soit la dynamique même de croissance extrême des quartiers et des branchements pirates fait que se produisent de constantes infiltrations à cause des ruptures de tuyaux ou de leur ouverture pour faire de nouveaux branchements.

38Les femmes doivent faire des efforts constants pour assurer l’approvisionnement en eau de leur famille et résoudre les problèmes qui résultent de son manque ou de sa mauvaise qualité, en particulier les problèmes d’hygiène, de santé, d’alimentation, d’organisation du temps et du travail de chacun, des tensions familiales et des conflits entre voisins autour des branchements pirates.

39Les problèmes d’approvisionnement ne peuvent se résoudre au niveau de l’unité familiale. A Bogotá, ils sont liés à la gestion publique des bassins, des grandes infrastructures hydro-électriques, et des systèmes de distribution dans un contexte de croissance accélérée. Par contre la qualité de l’eau peut trouver des solutions au domicile dont les femmes ont la charge. La plus simple est celle qui consiste à la faire bouillir et à la décanter. Les campagnes de lutte contre le choléra ont introduit la chloration à domicile avec un succès relatif : les doses sont standardisées pour faciliter les instructions, mais cela présente des dangers, car la contamination de l’eau n’est jamais constante. Certaines ONG ont repris l’idée de filtres lents à sable destinés à des jardins d’enfants communautaires et des centres de santé. Cependant leur fonctionnement et leur contrôle nécessitent une bonne formation technique et sociale et une intégration dans le fonctionnement normal du jardin d’enfants, faute de quoi le filtre devient une charge additionnelle pour les jardinières d’enfants, et, dans certains cas, son entretien est relégué au niveau des bas travaux de nettoyage.

40Ces solutions posent toutes le problème de la division des responsabilités entre l’Etat, les communautés, les hommes et les femmes. Plus les solutions se situent au niveau domestique, plus elles surchargent les femmes de travail, mais plus leur appropriation est pour elle facteur de découvertes, d’apprentissages et d’autocontrôle sur leur vie et leur propre travail. Plus les solutions se situent au niveau collectif et général, plus les femmes perdent le contrôle sur les décisions et les solutions mises en œuvre et supportent les conséquences d’options auxquelles elles n’ont pas participé.

41La stratégie à long terme est naturellement celle qui pousse les femmes à participer aux instances de décision plus politiques et plus générales, mais en attendant elles formulent des demandes concrètes pour trouver, à l’échelle domestique, des solutions autogérables, constituant un apprentissage d’une thématique complexe, technique et socioculturelle. C’est sur cette base qu’il semble opportun d’élargir progressivement le niveau des problèmes et des solutions, vers une participation qualifiée et argumentée des femmes dans de nouvelles instances de décision.

42La relation des hommes et des femmes avec les techniques de potabilisation de l’eau est une relation de pouvoir visible même dans les microprojets : l’introduction dans un jardin d’enfants d’un « objet », le filtre à sable, confronte les femmes avec leurs peurs (de monter sur le toit par exemple, ou de se tromper dans le montage des canalisations) et leur insécurité face à la technique, alors que leurs maris se passionnent tout de suite et tentent de prendre les choses en main. Si les formateurs ne sont pas vigilants sur ces aspects, les femmes entrent dans une dépendance accrue, car elles substituent au fait de faire bouillir l’eau, (qu’elles contrôlent parfaitement) la non maîtrise d’une technologie qui requerra l’intervention de métiers masculins qu’elles ne dominent pas : soit un plombier ignorant de cette technologie, soit les techniciens de l’ONG promotrice, soit les maris qui ont assisté à la formation et l’interprètent sans la pratiquer.

43Les pistes explorées pour répondre à ces préoccupations sont de plusieurs natures. Il n’est pas question que les jardinières d’enfants deviennent des spécialistes de tous les corps de métiers, mais que leur formation leur donne suffisamment d’éléments pour résoudre des petits incidents quotidiens, assurer l’entretien courant et parler avec autorité aux ouvriers qualifiés qu’elles peuvent engager pour des travaux plus importants. Le problème n’est donc pas tant de faire acquérir des habiletés manuelles nouvelles, ce qui est néanmoins nécessaire, mais de faire comprendre la logique et le fonctionnement général du filtre qui permet de gérer le changement de relations personnelles et sociales que son usage entraîne. Gagner du temps est un premier bénéfice, mais gagner en compréhension du monde et en autonomie est un but beaucoup plus important ; c’est la base de toute aspiration à occuper un lieu significatif dans d’autres espaces de pouvoir. Dans certains jardins d’enfants, les femmes se sont posé concrètement toutes ces questions. On ne peut affirmer que toutes les ont résolues, mais le débat est ouvert et les gains en autonomie et capacité d’initiative de celles qui avaient la responsabilité de la surveillance du filtre sont indiscutables. Elles en tirent de plus la possibilité d’effectuer des réparations chez elles ou de promouvoir des activités dans le quartier sur les thèmes de l’environnement et de l’amélioration des réseaux. Les maris en tirent dans certains cas de la fierté, dans d’autres ils ne se mêlent de rien. Seulement exceptionnellement, ils entrent dans un dialogue sur les activités nouvelles ou proposent leur aide pour les journées de grand nettoyage des filtres qui requièrent la participation d’un grand nombre de personnes.

44Dans les années qui viennent, le problème du rationnement et de la qualité de l’eau sera de plus en plus aigu. Si les femmes ne se forment pas, tant à des solutions gérables à l’échelle domestique (ce qui ne veut pas dire sans appui de l’Etat et de leurs maris) qu’à une vision plus générale et politique, et ne luttent pas pour des alternatives sociales et techniques, l’accentuation du déplacement des responsabilités vers elles sera inévitable.

Crise d’identité, crise de la famille et violence socioculturelle

45Tout ce qui a été dit auparavant sur le « désengagement » des hommes et leur désinvestissement personnel et collectif n’a pas fait encore l’objet de recherches approfondies, tandis que sur les progrès des femmes, souhaités ou obtenus, se concentrent tous les feux. Il s’agit de témoignages, d’intuitions et d’hypothèses que nous allons essayer d’éclairer dans les lignes qui suivent, tout en étant consciente qu’un travail systématique est nécessaire pour dépasser ce stade pragmatique.

46Nous avons cité plus haut la phrase de quelqu’un disant que dans les quartiers populaires, la surcharge des femmes contrastait avec le chômage des hommes. Rien n’est plus vrai, et c’est peut-être là une des clefs du problème.

47Les luttes que les femmes ont menées au coude à coude avec les hommes pour faire face à des crises qui les embarquaient tous dans une aventure définitive, les ont sorties du cadre étroit qui les maintenait dans l’ombre. Sans poursuivre au départ un objectif de changement personnel, mais au contraire de protection de leurs enfants et leurs familles, elles se sont formées et qualifiées à travers la création de multiples services. Ce qu’elles n’ont pu apprendre dans un cadre d’éducation formelle, elles l’ont inventé dans la pratique et ont appris à partir de leurs propres essais et erreurs. A travers des mécanismes différents de ceux des femmes de classes aisées qui ont pu faire des études supérieures, les femmes dirigeantes de quartiers populaires ont vu leur identité de femmes largement déborder le cadre de la reproduction ou de la conservation de la tradition. Non sans crises personnelles et retours en arrière, mais de façon maintenant absolument visible.

48Cet élan contraste avec la crise que traversent les hommes, touchés par le chômage, le sous-emploi, le déracinement et la remise en cause de leur rôle de « proveedores », maîtres du temps et des pensées de leur femme et de leurs enfants. Face aux difficultés réelles pour assurer la subsistance matérielle de leurs familles, certains s’obstinent à empêcher leur femme de travailler, puis, si elle trouve effectivement un emploi, ils réduisent alors leurs apports à l’économie familiale, tandis qu’elle met en commun tout son revenu.

49Les abandons sont fréquents, mesurables en partie par le nombre croissant de femmes chefs de famille. La violence familiale semble en augmentation, pour de multiples raisons, mais en partie par le fait que les hommes sentent que leurs femmes échappent à leur contrôle. Les groupes familiaux changent de configuration. La famille étendue prend des formes inusuelles : vivent ensemble des groupes de frères et sœurs, une grand-mère et ses petits-enfants, deux femmes adultes, leurs enfants et un lointain parent, etc. Dans ces nouvelles formes de famille, les femmes apparaissent comme les piliers de la permanence et les hommes deviennent des nomades. Où sont les hommes, demandent les femmes, quand on parle de redistribution des tâches domestiques… Avec qui faut-il partager ?

50[…]

51Le résultat de tant de contradictions et l’excès de responsabilité des femmes oblige donc à revoir les propositions qui tendent à « promouvoir la participation des femmes sur le marché du travail ou dans le travail communautaire » indépendamment de leurs charges actuelles. La voie la plus recommandable serait peut-être plutôt celle de la renégociation avec l’Etat et, au niveau familial, entre hommes et femmes, de la division du travail et de la socialisation du travail domestique. […]

Source : Un rio en el que aprendimos a nadar. Une mirada de mujer al medio ambiente urbano, (avec Rapacci María Lucía), Bogotá, ENDA América latina, 1995, pp. 25-26, dont des extraits ont été traduits et publiés in : de Suremain Marie-Dominique, 1997, « Les femmes dans l’environnement urbain » in : Bisilliat J., Face aux changements. Les femmes du Sud, Paris, L’Harmattan, pp. 172-187

Notes

1 Cette partie est extraite de : Rapacci María Lucía, de Suremain Marie-Dominique, 1995, Un rio en el que aprendimos a nadar. Une mirada de mujer al medio ambiente urbano, Bogotá, ENDA América latina, pp. 25-26. Traduit de l’espagnol par Saskia Velásquez.

2 On peut citer les micro entreprises, les groupes de santé, d’éducation, les boutiques communautaires, les bureaux de soutien juridique, de soutien personnel et des droits de la famille, les employées domestiques, les cantines, etc.

3 Cette partie est extraite de : de Suremain Marie-Dominique, 1997, « Les femmes dans l’environnement urbain » in : Bisilliat J., Face aux changements. Les femmes du Sud, Paris, L’Harmattan.

Auteur

Urbaniste, ENDA Amérique latine.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site