Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Amérique latine et centrale

Menuisières, charpentières, maçons… la cooperative de Mulukuku au Nicaragua

Grethel Sequeira Montoya

Note de l’auteur

Ce texte a été élaboré à partir
– des interventions de Grethel Sequeira Montoya au Colloque "Femmes, villes, environnement" (objet de la présente publication),
– des interviews avec Olivia Heussler, photographe, Suzanne Lerch, architecte, Yvonne Preiswerk, anthropologue,
– de l'article de Catherine VUFFRAY et Olivia HEUSSLER dans Entwicklung Développement n° 46/1995 de la Direction de la coopération au développement et de l'aide humanitaire (DDA) Suisse et
– des archives et rapports de l'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO), partenaire du projet.

Texte intégral

1“Nous avons décidé de travailler ensemble. Nous rêvions d'avoir une maison à nous, pour être indépendantes des hommes et décider ce que nous voulions faire ; nous ne voulions plus être maltraitées. Nous ne supportions plus la violence. Autour de nous c'était la guerre. A cette époque de la révolution sandiniste, on parlait beaucoup de coopératives, de collectifs, de solidarité, de faire les choses ensemble. C'était un projet révolutionnaire. Ce fut notre projet.

2Après le passage de l'ouragan tout était détruit. Nous n'avions plus rien : plus de maisons, plus de revenus, aucun appui économique. Beaucoup de femmes étaient chefs de famille. Il nous fallait une réponse urgente aux premières nécessités, celles de reconstruire des maisons pour nous et pour les autres membres de la communauté. Il nous fallait prouver aux hommes qui nous étaient hostiles que nous pouvions nous organiser. Ils se moquaient de nous, disaient que nous n'y arriverions pas, que les briques de ciment que nous faisions étaient inutilisables. Certains interdisaient à leur femme de participer, d'autres nous traitaient de folles, de sales, de "mangeuses de ciment" plutôt que d'être de bonnes ménagères… Nous avons dû apprendre à faire des choses auxquelles nous n'avions jamais pensé : de la menuiserie, des briques, des portes et des fenêtres, manier de lourdes machines électriques, utiliser des clous et des vis, conduire des camions, faire des maisons solides qui ne s'écrasent pas au premier coup de vent. Et puis nous avions des enfants, beaucoup d'enfants qui manquaient de soins, qui n'allaient pas à l'école. Nous devions aussi nous défendre des mauvais traitements des hommes, de l'abandon des pères de famille, de la guerre…” Ainsi parlent les femmes de la coopérative de Mulukuku.

Mulukuku, une ville qui va de l’avant

3Mulukuku se situe sur l'une des deux grandes routes nicaraguayennes qui mènent à la côte atlantique, sur la frontière entre la région de Matagalpa et celle d'Atlantico Norte. Le pont sur le Rio Tuma à Mulukuku – le seul qui supporte le passage de véhicules – joue un rôle essentiel dans le développement de la localité. Pendant la guerre civile qui débuta en 1983 contre la contra, Mulukuku a souvent été le théâtre d'affrontements armés. C'était alors un petit village d'une vingtaine de familles. En 1985 Mulukuku est devenu une des quinze implantations que le Gouvernement avait décidé d'établir pour les déplacés de la guerre. Nombre d'habitants, surtout des femmes avec leurs enfants, qui avaient jusqu'alors vécu dispersés dans la région sont ensuite venu chercher refuge à Mulukuku. C'est avec des moyens extrêmement modestes que ces femmes ont tenté de se forger une nouvelle existence. En raison de la proximité d'une caserne et du nombre de chauffeurs faisant halte à Mulukuku sur la difficile route vers la côte atlantique, la prostitution a été florissante. Pour nombre de femmes, elle représentait le seul moyen de survivre. Le maire de l'époque et sa femme ont été très préoccupés par cette évolution et ont commencé à organiser les femmes. Parmi les premiers projets productifs, on note la construction d'un moulin à maïs et d'une boulangerie.

  • 1 ONG nationales : Institut Jeau XXIII, Projet Cristo Rey. ONG internationales : Agriculteurs pour la (...)

4En 1988, les inondations provoquées par l'ouragan " Joan " ont détruit une grande partie de Mulukuku, ainsi que le pont sur le Rio Tuma ; 207 familles (environ 1500 personnes) ont tout perdu. Des habitants motivés ont alors fondé le "Comité de Reconstruccion" et ont émis l'idée de reconstruire Mulukuku sur l'autre rive du fleuve, sur un emplacement plus élevé et plus sec. Les organisations féminines ont joué un rôle actif dans ce processus. Soutenues par des organisations nationales et internationales1, les femmes ont construit une briqueterie et une menuiserie, afin de produire elles-mêmes le matériel nécessaire à la construction de leurs maisons. De plus, une école et un centre de santé pour femmes ont été ouverts. Le nouveau pont a pu être inauguré en 1991 et, depuis lors, le développement de Mulukuku va bon train. Le nouvel emplacement, plus élevé, accueille toujours plus de nouveaux habitants. On voit fleurir partout des petits magasins et des entreprises.

Le pont qui divisa Mulukuku en deux (photo : Olivia Heussler)

5Pourtant, malgré toutes ces activités, les revenus de la plupart des habitants leur suffisent à peine pour survivre. Comme par le passé, des affrontements armés secouent cette région périphérique. Le taux de criminalité est élevé et les catastrophes naturelles, tel l'ouragan "Gert" qui a provoqué d'importants dégâts en 1993, rendent encore plus difficiles les conditions de vie de la population.

La coopérative des femmes « Maria Luisa Ortiz »

6Dans le sillage du "Comité de Reconstruccion" naît le collectif "Maria Luisa Ortiz" fondé alors par une quarantaine de femmes. Nous avons organisé quatre brigades de dix femmes pour construire dix maisons. Dans chaque brigade, une femme s'occupait des enfants, à tour de rôle. Nous avons appris à faire des briques avec du sable, de la terre et un peu de ciment. Un formateur nous a montré comment utiliser une machine, très lourde à manipuler que nous avions trouvée grâce à une organisation jésuite. Un organisme canadien a mis à disposition des maçons pour diriger le travail. Les femmes qui comprenaient plus vite aidaient les autres. Nous avons vendu des briques aux autres organismes qui construisaient des maisons. Nous pouvions faire de 70 à 100 briques par jour. Comme il fallait construire des toits, des portes, des fenêtres et des meubles, il a fallu créer une menuiserie gérée elle aussi par les femmes. Ainsi sont nées les menuisières et la menuiserie.

7Au début les travaux du bois nous ont semblé particulièrement difficiles. Nous n'avions que des outils artisanaux courants pour scier, façonner et travailler le bois. Le travail à la menuiserie a été bien plus laborieux que la fabrication assez simple des briques. En effet, sans connaissances particulières des métiers du bois, nous avons non seulement dû inventer nos propres techniques mais encore nous adapter aux difficultés qui surgissaient de jour en jour. Lorsque nous avons reçu des machines, nous avons tenté de passer du travail proprement manuel à un outillage qui nous semblait sophistiqué et difficile. Peu à peu il a fallu amadouer ces techniques mécaniques et industrielles nouvelles. Ce fut là pour nous une révolution dans notre art de travailler le bois et de produire les éléments essentiels à la construction des maisons. Nous nous réjouissons de dire que ce fut une expérience difficile mais hors du commun. Et, comme pour les briques, notre travail à la menuiserie nous a permis de vendre nos produits à Mulukuku de même qu'à Matagalpa et de nous introduire ainsi sur le marché des articles du bois et des briques.

Les menuisières (photo : Olivia Heussler)

Fabrication de briques (photo : Olivia Heussler)

8La briqueterie et la menuiserie offrent des postes de travail à une vingtaine de femmes et génèrent de petits profits qui servent à financer d'autres projets productifs.

9En 1989, le terrain de ce qui n'était pas encore un véritable village a été vendu, par l'intermédiaire de la mairie, au gouvernement régional de Matagalpa. Les hommes et les femmes de la coopérative de Mulukuku ont ensuite obtenu leur titre de propriété. Mais comme nous, les femmes, voulions être les propriétaires des maisons, nous ne voulions pas que les hommes, en nous aidant et en y investissant du travail, disent par la suite que la maison leur revenait. C'était difficile, c'était une lutte. Un temps, il était interdit aux hommes d'entrer à l'atelier, parce qu'ils étaient agressifs ou moqueurs. A présent, ils viennent quelquefois nous aider ; mais on ne les accepte toujours pas quand il s'agit de prendre des décisions.

10Le travail est planifié et partagé. Maintenant, cent femmes au total ont leur maison à elles. Elles vivent avec leur compagnon ou bien seules. Cela n'étonne plus personne, dans la communauté, que les femmes soient propriétaires de leur maison ; c'est maintenant un fait accepté.

Les questions de santé abordées au dispensaire (photo : Olivia Heussler)

Une école et une clinique

11La clinique est importante parce que c'est la seule de la région ; mais elle n'a pas de médecin. Elle est aussi ouverte aux hommes. On s'y occupe surtout de contrôles gynécologiques et de grossesse, de planning familial, de médecine naturelle, de nutrition, etc. Il y a aussi un service d'ophtalmologie et de dentiste. Les consultations sont payantes pour ceux qui le peuvent (5 Cordobas pour un adulte, l Cordoba pour un enfant). A la clinique seulement, le travail des femmes est volontaire car il s'agit d'un travail social.

12Et puis, il faut parler de la stérilisation, car c'est une nécessité chez nous : certaines femmes ont 10, voire 13 enfants jeunes ; l'an dernier, une femme de 39 ans a mis son vingtième enfant au monde. Avant, nous allions en camionnette à Managua ; avec le déplacement, cela prenait une semaine en tout. Depuis mars 1994, une unité mobile vient deux à trois fois par an à Mulukuku ; les femmes qui viennent de la montagne pour l'opération peuvent ensuite se reposer à la clinique. Jusqu'à présent, 170 femmes environ se sont fait stériliser, mais seulement quatre hommes.

Et après

13Une fois le plus gros des travaux de construction terminés, la coopération s'est concentrée dès 1991 sur la formation et le perfectionnement des menuisières et le travail communautaire avec les femmes. Après s'être consacrées avec beaucoup d'engagement aux activités productives (menuiserie, transports avec le camion de la coopérative, fabrication de briques et moulin à maïs), elles ont mis sur pied un comité de parents et ont obtenu que le gouvernement envoie des enseignantes à Mulukuku. Cependant, le nombre des enfants s'étant accru, l'école a eu besoin d'occuper toutes ses salles. C'est pourquoi les femmes ont transformé une maison qui sert depuis 1993 de centre pour les femmes et offre suffisamment de place pour abriter le dispensaire et les autres activités.

14Depuis 1991, la coopérative de femmes organise aussi régulièrement des cours de formation et des rencontres pour débattre des droits des femmes, des mauvais traitements, de la discrimination, de la nutrition et du planning familial. Elle met en outre sur pied des cours de formation systématiques en matière d'administration, d'organisation, de planification du travail et d'alphabétisation ; un grand nombre d'entre elles sont semi-alphabétisées. Plus de 1 000 femmes ont ainsi pris part aux activités.

15Alors que la population, surtout les hommes, a fait, au départ, preuve de beaucoup de scepticisme, voire d'hostilité face à l'initiative des femmes, la coopérative est peu à peu parvenue à se faire accepter et même apprécier par la commune. Les femmes jouent aujourd'hui un rôle important dans l'organisation de l'entraide et dans la création de nouvelles sources de revenus. En organisant des rencontres sur la discrimination et la violence envers les femmes, elles ont lancé un processus de prise de conscience, également auprès de la population masculine, qui sert à promouvoir des valeurs telles que l'égalité des chances et le respect mutuel.

16Si l'on devait aujourd'hui énumérer les objectifs de la coopérative des femmes, ils seraient les suivants :

  • promouvoir l'égalité entre hommes et femmes et sensibiliser la population à la nécessité de faire participer les femmes à tous les aspects de la vie sociale et politique ;

  • encourager l'autodétermination et la collaboration parmi les femmes et renforcer la notion de solidarité entre elles ;

  • renforcer l'autogestion, accroître les connaissances administratives et professionnelles, dans le but de créer de nouvelles sources de revenus pour les femmes ;

  • poursuivre la formation continue des menuisières (stylisme, entretien des machines, diversification de la production, comptabilité et administration) ; dès 1995, les coûts de cette formation seront financés par les revenus de la menuiserie ;

  • organiser encore des cours d'alphabétisation pour les femmes, des cours sur les médecines naturelles et sur la nutrition, ainsi que le perfectionnement des agentes de la santé ;

  • mettre sur pied des manifestations et des rencontres destinées aux femmes, aux hommes et aux jeunes, pour débattre de thèmes tels que les relations entre hommes et femmes, la discrimination et la violence, la prévention pour les jeunes (loisirs, toxicomanie), la prise de conscience des problèmes liés à chaque sexe, les questions liées à la santé et à l'environnement ;

  • apprendre à évaluer le travail effectué mais aussi les méthodes d'enseignement et le matériel didactique.

Comment se vit cette expérience extraordinaire ?

17Il n'a pas été simple de négocier nos projets avec nos partenaires nationaux et étrangers qui, au début, ne comprenaient pas toujours nos propres idées, nos critères politiques. Personne ici n'est universitaire et on nous demandait des informations, des rapports, des évaluations que nous ne pouvions pas donner. Il fallait plus de confiance et nous souhaitions des interlocuteurs plus flexibles qui aillent sur le terrain au risque de se mouiller et de se salir. Nous ne voulions pas non plus imposer les politiques de ces organisations à nos populations alors qu'elles ne prenaient pas la peine de nous connaître, nous, nos rythmes, nos nombreuses activités paysannes, domestiques, familiales. Souvent c'était leurs projets, pas les nôtres.

18Nous avions besoin d'être valorisées, de pouvoir nous fixer des objectifs sans délais fixés. Pourtant il nous fallait de l'aide technique, de l'organisation. Peu à peu, on nous a pris au sérieux. On s'est rendu compte que nous oeuvrions au développement de la communauté et des familles de Mulukuku. Il faut souligner que c'est probablement grâce à une femme d'une ONG suisse que le courant a passé plus aisément. Elle a compris notre manière de travailler, elle nous a fait confiance, nos projets de solidarité entre femmes ont séduit. Il fallait absolument intégrer à nos projets, qui sont nombreux, la réflexion sur la violence entre hommes et femmes.

Questions de genre

19La charge domestique souffre de nos activités mais il est vrai que nous, qui travaillons à construire des maisons et qui oeuvrons dans les ateliers, avons davantage à faire. Nous démultiplions nos énergies mais nous nous organisons aussi. Nous insistons beaucoup sur le processus d'éducation avec les enfants. Dans le futur il y aura aussi davantage d'hommes qui participeront au travail domestique. Il faut dire avec le recul que nous ne sommes pas affligées et prises de mauvaise conscience lorsque les repas ne sont pas prêts à temps et que les hommes ne sont pas immédiatement satisfaits. Avant, nous avions beaucoup de remords :

20"Mon Dieu, le repas n'est pas prêt, les pauvres… les repas sont froids, le linge n'a pas été lavé à temps…

21Maintenant on s'en fiche. S'ils ne sont pas contents, personne ne les empêche de laver, de faire à manger…"

22Cette tranquillité qui nous est venue en travaillant ensemble, c'est l'une des choses les plus importantes qui nous soit arrivée.

23On dit souvent qu'en Amérique latine la lutte des femmes est plutôt bourgeoise et élégante mais ici ce sont des femmes paysannes qui se sont appropriées ces pouvoirs par nécessité et par lutte. La situation était très pratique. Dans les zones de guerre, les femmes, en plus d'avoir la responsabilité domestique parce que les hommes allaient se battre, ont investi l'espace laissé par les hommes. Nous avons été obligées de faire face aux situations de ce type d'urgence. En leur absence, nous devions tout affronter et quand ils revenaient, ils nous traitaient comme des fillettes qui ne pouvaient pas gérer les choses.

24Par ailleurs la violence est un des facteurs marquants dans nos décisions. C'est vrai que nous sommes pratiquement parties de rien. Nous voulions une maison à nous pour nous permettre de décider si nous voulions vivre avec la violence ou si nous avions la possibilité de négocier pour subir moins de violence. Au fur et à mesure de la mise sur pied de notre coopérative, nous nous sommes rendu compte qu'il y avait d'autres groupes de femmes en Matagalpa, dont un qui travaillait sur les rapports entre femmes et hommes. Ainsi nous avons commencé à réfléchir sur ces rapports de pouvoir dans notre quotidien. Qu'allons-nous faire, nous les femmes ? Quelles sont nos charges ? Pourquoi devons-nous être aussi maltraitées ? Y a-t-il une raison de l'accepter ? Cela nous paraissait découler immédiatement de notre réflexion sur les rapports de pouvoir.

25Au début nous avions peur de parler de thèmes aussi ardus que les relations sexuelles, nous n'en avions pas le courage. Cela nous paraissait une question très difficile. Maintenant nous avons plus de sécurité et nous pouvons parler avec respect, avec solidarité de ces problèmes qui nous terrifiaient. Personnellement, j'ai trouvé que c'était difficile, mais nous devons continuer à porter notre réflexion sur ces libertés aussi. La pratique sur le terrain nous a donné une force incroyable pour affronter ces problèmes.

26Les années de la révolution sont dans le coeur de chaque Nicaraguayen ainsi que tous les concepts de collectivité, de propriété, de coopérative, d'égalité. Si nous les femmes parlons de propriété, d'égalité au niveau national, d'injustice, d'opportunités pour les paysans d'avoir accès à la terre, de financement pour l'éducation des paysans, pour qu'ils apprennent à lire, pourquoi ne pas le faire au nom des femmes ? Ainsi nous avons sollicité l'aide des autorités de la communauté de Mulukuku qui nous ont approuvées. Certains nous ont poussées à continuer. Nous nous sommes appropriées des concepts de la révolution pour obtenir des choses qui nous semblaient simples et fondamentales pour les femmes. C'était un acte important pour nous autres.

27Mulukuku a été détruite par l'ouragan. La première nécessité c'était de reconstruire les maisons. Nous nous sommes organisées. Nous devions travailler ensemble. C'est ainsi que nous avons grandi petit à petit.

28Actuellement nous pensons que Mulukuku a été un exemple car, après la transformation due au changement de pouvoir, on peut constater une dégradation générale. On nous a enlevé la banque, le médecin, les services agraires. Il ne reste que la Municipalité pour prélever des impôts sur les quelques têtes de bétail qui nous restent. Nous avions pourtant besoin de services de santé, de davantage de maisons ; cette année, nous avons terminé une quarantaine de nouvelles maisons pour des femmes et nous commençons une dizaine d'habitations supplémentaires. L'important n'est pas que les maisons servent seulement aux femmes. Mais nous étions prêtes pour les demandes administratives, nous savions comment gérer ; nous avons appris comment prendre en charge les situations.

29Cela nous ramène aux relations hommes/femmes. Il ne s'agit pas seulement que nous nous affirmions en tant que groupes de femmes pour le développement mais que nous oeuvrions aussi pour que la mentalité des hommes change envers nous. Nous jouissons de beaucoup de solidarité entre femmes, mais il importe que les hommes et surtout les jeunes hommes apprennent à négocier avec nous autant le travail que les relations de pouvoir et les décisions. C'est le début d'une prise de conscience de l'égalité des droits et des chances entre hommes et femmes.

Notes

1 ONG nationales : Institut Jeau XXIII, Projet Cristo Rey. ONG internationales : Agriculteurs pour la paix du Canada, Habitat pour l'Humanité, groupes de solidarité des USA et surtout l'OSEO, Oeuvre suisse d'entraide ouvrière, Zurich.

Table des illustrations

Légende Le pont qui divisa Mulukuku en deux (photo : Olivia Heussler)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Les menuisières (photo : Olivia Heussler)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fabrication de briques (photo : Olivia Heussler)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Les questions de santé abordées au dispensaire (photo : Olivia Heussler)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

Auteur

Coordinatrice du projet de la coopérative des femmes « Reconstruccion de Mulukuku », Nicaragua ; Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO), Zürich.

Lire

Open access

Acheter