Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Afrique

L'éducation socio-familiale : la place du couple

Pape Diouf

Texte intégral

Rappel méthodologique

1Il est convenu, de nos jours, de retenir la catégorie "femmes" en la rattachant souvent au concept "développement". Mais il reste entendu que, du point de vue sociologique, on ne peut pas se limiter à cette catégorie trop vaste, molle et peu analytique. En particulier, en milieu urbain, il est important de garder à l'esprit la grande disparité parmi cette catégorie des femmes. Par exemple à Dakar, Harare, Abidjan, Nairobi ou dans d'autres grandes villes des pays en développement, il existe généralement une large différence dans le comportement des femmes mais aussi dans leurs rapports avec les hommes, suivant des critères comme l'âge, le niveau d'instruction, le type d'activité professionnelle, la religion, etc. Toutefois, nous utiliserons cette catégorie par commodité. De même utiliserons-nous la notion de ville, distinctive du monde rural, sans ignorer qu'il s'agit là de notions dont l'analyse montre la complexité des interrelations et flux de tous ordres, y compris sur le plan environnemental mais également culturel.

2Le séminaire ayant retenu ces catégories, nous allons les employer dans cette modeste contribution à la réflexion.

De la pertinence du couple femmes-environnement

3L'observation et l'analyse des activités des femmes dans toutes les sociétés rurales débouchent clairement sur les interactions permanentes entre les femmes et les ressources naturelles et l'environnement, cela de manière générale. Elles jouent un rôle de premier plan dans la gestion de l'eau et de la forêt et sont chargées de la salubrité de l'environnement immédiat. Même si cette fonction n'est pas valorisée dans tous les groupes sociaux, elle est reconnue et procède même de la division sexuelle du travail. Les relations de ces femmes avec leur environnement dépassent largement la dimension utilitaire et relèvent des domaines de l'affectif et du symbolique. Ce rapport à l'environnement est transmis par l'éducation socio-familiale traditionnelle, intégrant à la fois les savoirs et les comportements nécessaires à la bonne gestion de l'environnement dont les femmes sont en fin de compte les gardiennes et les protectrices. C'est ainsi qu'elles définissent par des règles précises l'utilisation des ressources entre elles, y compris des sanctions sévères aux contrevenantes. Par exemple on retrouve les mêmes formes de sanctions dans des contrées aussi éloignées que le Sénégal et le Tchad, qui consistent pour le groupe de femmes à mettre en quarantaine toute femme ne respectant pas les règles établies pour la gestion collective d'un puits. Une telle punition est un des pires sévices qui puissent exister et décourage valablement toute velléité de ne pas observer le règlement établi.

4Les espaces humains en question sont d'échelle réduite, facilitant le contrôle social, avec des rapports sociaux plus disciplinés que dans des établissements humains de plus grande envergure. La responsabilité des femmes dans le domaine de l'environnement est claire et acceptée par le reste de la société, dans la plupart des sociétés rurales africaines. Quel que soit le système de propriété foncière, l'accès et le contrôle des ressources de l'environnement sont assurés par les femmes qui jouent un rôle essentiel dans l'éducation à l'environnement aussi bien des filles que des garçons, voire des adultes. Selon les classes d'âge et le sexe, il s'agit de connaissances précises et de comportements véhiculés, notamment par les femmes, au plan familial comme sociétal. C'est ainsi que l'on retrouve les dimensions environnementales physiques et spirituelles dans la plupart des rites de passages chez les garçons comme chez les filles.

L'urbanisation comme remise en cause du paradigme

5Les processus d'urbanisation, principalement en Afrique, ont complètement bouleversé le paradigme des relations entre femmes et environnement analysé ci-dessus. Les transformations se sont opérées suivant deux phénomènes essentiels dans le développement des villes, à savoir :

  • la massification qui accompagne l'urbanisation,

  • la scolarisation.

6Avec la massification, le couple femmes-environnement n'a pas pu résister. L'augmentation drastique des besoins dans la cité (contrairement au village) a provoqué un accroissement trop rapide de l'exploitation des ressources naturelles, et donc une augmentation des besoins de salubrité. Avec une telle évolution, les limites des femmes à assurer leur rôle traditionnel ont été vite atteintes. Les bouleversements importants nés de cette évolution ont conduit à des mutations profondes des modes de production et de consommation dans les villes. Les relations avec l'environnement en particulier connaissent des changements profonds.

7La scolarisation, devenue mode d'éducation et de formation dominant, n'intègre que très peu les dimensions environnementales, ni pour les filles, ni pour les garçons.

8Dans ce contexte les femmes ont perdu à la fois l'accès et la reconnaissance de leur rôle sur les ressources naturelles. De nouveaux acteurs se sont positionnés pour l'exploitation tous azimuts de ces ressources que l'urbanisation-massification a transformée en biens d'échange, contrairement à leur statut de biens d'usage qu'elles ont en milieu rural. Dès lors la gestion et le contrôle des ressources de l'environnement sont devenus un enjeu de taille dont les conséquences ne se limitent pas seulement aux villes. L'exemple de la forêt est typique quant on sait la pression et la dégradation dont elle fait souvent l'objet de la part d'exploitants, généralement installés en ville et dont les revenus profitent presque exclusivement au milieu urbain au détriment du monde rural environnant, et de la société dans son ensemble. Les femmes rurales paient un lourd tribut à ce sujet, car elles doivent souvent parcourir de longues distances pour chercher le bois de chauffe devenu très rare dans certains pays comme en ceux de la zone sahélienne.

9Dans le modèle rural, c'est au moins la moitié de la société qui est responsable des problèmes d'environnement, en l'occurrence les femmes. En ville, cette responsabilité s'estompe et la régulation entre la société et l'environnement, au sens large, n'est pratiquement plus assurée. D'autres types de rapports sociaux se sont tissés dans le cadre de l'exploitation et de la protection de l'environnement. La structure de ces nouveaux rapports n'intègre pas le rôle traditionnel des femmes dans les sociétés rurales, et tend à renforcer l'intervention de l'Etat. Comme c'est souvent le cas dans les pays en développement, l'Etat est mal préparé à cette fonction et les politiques et stratégies qu'il met en place sont peu efficaces.

10L'urbanisation dans les pays en développement rime souvent avec insalubrité, désertification et problème d'eau, autant de domaines où les femmes sont directement concernées, mais ne sont plus responsabilisées, ni par le biais de la scolarisation, ni par les structures sociales en place.

Deux pistes d’analyses se dégagent

11Pour récapituler sur cette brève intervention tendant à susciter la réflexion quant aux effets de l'urbanisation sur le couple femmes-environnement, nous allons dégager deux pistes qui nous paraissent intéressantes à continuer d'explorer :

  • Le couple femmes-environnement a fonctionné et a fait ses preuves en milieu rural grâce notamment à l'éducation socio-familiale traditionnelle permettant une responsabilité particulière des femmes dans le domaine de l'environnement. Il est essentiellement fondé sur une logique non marchande et les rapports entre société et environnement sont régis par des valeurs d'usage, favorables à l'équilibre de ces relations.

  • L'urbanisation accélérée dans les pays en développement a provoqué une massification qui a conduit à une déresponsabilisation des femmes sur les questions d'environnement et une sorte de démission de la société, fléaux contre lesquels la scolarisation apporte peu de solutions. Ni l'Etat, ni la société n'ont pu donner de réponse efficace à cette situation qui a complètement bouleversé les rapports à l'environnement ; ceux-ci sont fondés en ville surtout sur une logique marchande marquée par des valeurs d'échanges provoquant des déséquilibres inquiétants qui ne se limitent pas aux frontières de la ville mais affectent l'ensemble des pays concernés.

12Enfin la réflexion menée ici ne se réclame ni du dualisme théorique ville-campagne, ni d'un passéisme forcené. Elle s'inspire de quelques années d'expérience vécue dans de nombreux pays d'Afrique où se pose avec acuité la question de la gestion de l'environnement. Face à ce constat, il nous paraît opportun, dans la recherche de solutions, de partir des réalités en place et de s'interroger systématiquement sur le rôle que les femmes pourraient certainement jouer dans les politiques et les stratégies de gestion de l'environnement. Il ne s'agit pas, dans notre entendement, de retourner au passé et au modèle rural, mais d'associer étroitement les femmes dans la recherche d'alternatives adaptées au contexte actuel, et de fixer avec elles les nouveaux rôles qu'elles pourraient jouer, aussi bien dans la définition que la mise en oeuvre des politiques et des stratégies environnementales. A l'heure où les Plans d'Action pour l'Environnement (PAE) constituent un instrument privilégié des politiques des pays africains, il serait intéressant de voir la place réservée aux femmes – des villes comme des milieux ruraux – dans l'élaboration de ces plans. Espérons qu'une meilleure prise de conscience s'opère au niveau des autorités, particulièrement en Afrique.

Auteur

Socio-pédagogue, IUED, Genève.

Lire

Open access

Acheter