Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Afrique

Réseaux et accès à la décision : l’exemple des groupements féminins au Sénégal

Cheikh Badiane

Texte intégral

La problématique

1Si près de dix ans après la déclaration de la Décennie de la Femme par les Nations Unies, la problématique de la participation des femmes au développement est toujours d’actualité, les termes du débat ont, quant à eux, connu de profondes modifications. L’introduction ces dernières années de l’analyse de genre et la mise en exergue de la question de l’accès des femmes à la décision constituent des données « récentes » qui apportent une tournure nouvelle au débat. Il est apparu en effet que l’intégration de la femme dans le développement, l’un des principaux objectifs de la décennie, ne s’est en définitive matérialisée que par de biens timides actions et une approche stratégique qui n’ont pas été à même de modifier la situation de dépendance des femmes sur les plans économique et social.

2Avec le recul, et pour autant qu’on puisse apprécier de manière globale les actions initiées en faveur des femmes, il apparaît que la problématique de l’intégration des femmes dans le développement n’est pas une simple question de participation passive à des initiatives conçues ailleurs. L’on admet de plus en plus qu’elle relève davantage du domaine de l’accès à la décision et de l’instauration d’autre formes de rapports sociaux entre les hommes et les femmes. Or, très souvent, ces questions sont liées aux domaines du pouvoir et du changement des mentalités où les réticences sont encore vivaces.

3Au Sénégal, c’est à travers l’organisation de leurs groupements en réseaux, dont la mise en place a été facilitée par l’appui de l’Etat, que les femmes rurales tentent d’impulser le changement. Quelle est l’origine de ces groupements et quelles fonctions remplissent-ils ? En quoi ces réseaux permettent-ils aux femmes de mieux négocier leur accès à la décision ? Les lignes qui suivent, fondées pour l’essentiel sur des données d’une recherche en cours, tentent d’apporter quelques éléments d’appréciation d’une réalité au demeurant fort mouvante et complexe.

Les groupements de promotion féminine

4Née dans le sillage de la Décennie de la Femme, l’organisation des femmes en groupements de promotion féminine est apparue comme une innovation majeure dans les stratégies jusqu’alors poursuivies au Sénégal en matière d’intégration des femmes dans le développement. Faute d’une prise en compte de leurs préoccupations dans les plans nationaux de développement, les autorités ont préconisé l’organisation des femmes en groupements de promotion féminine (GPF) en liaison avec les autorités socio-économiques. L’idée était qu’il serait plus facile pour elles de développer et de gérer des activités communes, de trouver des financements en groupe qu’individuellement.

5Les GPF ont été constitués le plus souvent à partir d’organisations traditionnelles des femmes préexistantes dans les villages. Celles-ci remplissaient diverses fonctions : sociales, culturelles, religieuses, d’entraide financière, matérielle et morale. Mais, contrairement à ces organisations traditionnelles dont la finalité ne semblait pas s’attacher à la réalisation d’activités collectives de développement économique, la spécificité des GPF réside dans le fait que c’est à travers eux que les femmes rurales sont entrées en contact avec les structures d’aide et qu’elles ambitionnent de promouvoir leur développement, particulièrement en milieu rural.

6Avec l’émergence des groupements féminins, l’allégement des travaux domestiques est apparue comme une condition préalable à la mise en oeuvre de toute action de développement. Les organismes d’aide l’ont ainsi adopté comme stratégie dans le but de permettre aux femmes de gagner du temps sur les travaux domestiques. Depuis lors, les groupements féminins réalisent en effet une gamme élargie d’activités qui vont de la pratique du crédit à l’alphabétisation, en passant par la mise en place d’infrastructures collectives (boutique communautaire, banque de céréales villageoise, case de santé), l’exploitation de champs collectifs et de jardins maraîchers qui sont autant d’activités qui contribuent, somme toute, à l’amélioration des conditions d’existence des femmes et de leur famille.

7Réalisées au coup par coup, et au gré des financements, les actions en direction des femmes n’ont cependant presque jamais fait l’objet d’une planification. La plupart des actions semblaient viser chez la femme non pas l’actrice de développement, mais plutôt la mère/ménagère responsable des activités domestiques.

8Or, du fait de leur diversité et de leur imbrication dans l’économique et le social, ces activités réalisées par les femmes se situent dans un champ qui dépasse largement la sphère domestique ; en outre, ces dernières années, devant la crise financière et institutionnelle que traverse le pays et face à l’incapacité de l’Etat à satisfaire les demandes sociales, les femmes ont franchi un palier supplémentaire en inscrivant de plus en plus leurs actions dans un domaine qui relève du service public. C’est notamment le cas lorsque, par leurs initiatives, elle suppléent aux carences des pouvoirs publics et des collectivités locales, en mettant en place au niveau communautaire des structures éducatives, sanitaires, sociales, etc. A travers ces actions, elles affirment davantage leur rôle dans le développement et renforcent en même temps leur légitimité. Contrairement à la sphère domestique où leurs actions n’ont pas besoin d’être extériorisées pour leur conférer du pouvoir, dans le contexte des réseaux officiels c’est à partir de la visibilité de leurs actions que les femmes se donnent les moyens de se faire entendre.

9Actuellement, il existe plus de 3 600 groupements officiellement reconnus, qui mobilisent plus de 400’000 adhérentes sur l’ensemble du pays. Ces groupements ont été au cours de ces dernières années et demeurent à l’heure actuelle les structures qui cristallisent l’essentiel des interventions des organisations gouvernementales et non gouvernementales. Compte tenu de leur importance à l’échelle du pays et de leurs capacités de mobilisation, ils constituent plus que jamais un réel enjeu. C’est sans doute ce qui a motivé les pouvoirs publics à les structurer sous forme d’unions de groupements à travers le pays.

10L’objectif officiel est de mieux les appuyer et permettre leur renforcement. D’un point de vue stratégique et politique cependant, le but peut être d’exercer un contrôle sur ce réseau et le cas échéant de l’utiliser, d’autant que les groupements qui le composent sont pour l’essentiel d’origine et d’utilisation gouvernementales. Quelles que soient les intentions des pouvoirs publics, le réseau des groupements féminins est un ressort important que les femmes font jouer, contre toute attente, pour négocier leur accès à la décision.

Le réseau des groupements : un enjeu de pouvoir multidimensionnel

11En 1987, avec l’appui des services de l’administration, une structure fédérative (la Fédération Nationale des Groupements de Promotion Féminine) a été mise sur pied avec pour objectif de :

12permettre aux GPF de se doter d’une instance dirigeante à même de les représenter et de défendre leurs intérêts ;

13apporter un appui multiforme aux GPF, et jouer si nécessaire un rôle de relais entre les groupements de base et les autres acteurs (Etat, bailleurs de fonds, ONG, etc.).

14Cette fédération constitue à ce jour le plus vaste réseau d’organisations de femmes au Sénégal qui met en liaison des femmes rurales à des femmes du milieu urbain. Organisé en unions suivant le découpage administratif du Sénégal, le réseau des groupements féminins a donné naissance à une structure pyramidale qui va des unions locales (situées au niveau des arrondissements) à la fédération nationale, en passant par les départements et régions.

15Par exemple, en région de Louga, il existe 593 GPF dont 475 sont affiliés à la fédération nationale. La structuration de ces groupements a permis la mise sur pied à l’échelle de la région de onze unions d’arrondissement, trois unions départementales et une union régionale. Ainsi, la fédération nationale, conçue à partir des unions des différentes régions, est une structure faîtière qui remplit diverses fonctions : représentation, négociation, prestation de services. L’instauration de la fédération des groupements féminins a permis dores et déjà de :

  • rompre l’isolement des groupements féminins ;

  • élargir leur horizon et leur rayon d’action ;

  • accroître dans une certaine mesure leurs moyens financiers et/ou leurs possibilités d’accès aux moyens financiers et matériels.

16C’est à travers la fédération que les femmes rurales et leurs leaders négocient désormais leur accès aux décisions, en particulier dans les domaines politique, économique et social, avec des résultats variables.

Sur le plan politique

17Il existe à ce niveau une sorte de contradiction entre le rôle actif et décisif que jouent les femmes sur l’échiquier politique (au Sénégal les femmes ont toujours joué un rôle déterminant dans la désignation des responsables politiques) et la faiblesse de leur influence sur les décisions politiques, une fois le pouvoir en place. Cette faiblesse apparaît d’une part dans leur représentation minoritaire au sein des instances de prise de décision, ainsi que les statistiques en annexe le font apparaître ; elle se manifeste d’autre part dans l’insuffisante prise en compte de leurs rôles dans le développement (accès aux ressources et aux moyens de production, contraintes, etc.).

18Ainsi l’accès à la décision, notamment sur le plan politique, est assez timide au regard du rôle et de l’importance des femmes sur la scène politique. Au niveau rural, le non-accès des femmes au conseil rural est une illustration éloquente de ce déphasage, quand on sait à quel point leur contribution est importante dans le développement rural.

19Cependant, c’est à travers le réseau des groupements féminins que les femmes tentent actuellement de faire introduire le système de quota dans les instances de décision, de même qu’elles exercent une pression pour une révision des modes électoraux au niveau des conseils ruraux de manière à faire émerger les femmes.

20Il faut noter également que les représentantes des GPF participent aux instances des conseils locaux, départementaux et régionaux de développement (CLD, CDD et CRD). Plus que l’efficacité de cette participation qui n’a pour l’instant aucune influence sur les grandes décisions, il convient de considérer ce principe comme une avancée née de la revendication des femmes et aussi comme une formidable opportunité d’apprentissage et de formation qui sont de étapes nécessaires vers la maîtrise des voies d’accès à la décision.

Sur le plan économique

21L’absence d’une politique volontariste de prise en compte des préoccupations des femmes en matière de développement a pour conséquence une difficulté pour celles-ci d’accéder aux ressources, à la technologie, à la formation et au crédit, qui passent notamment par le canal des pouvoirs publics. Aussi la FNGPF devenue ONG permet-elle d’élargir le champ d’action des femmes qui cherchent désormais à se connecter sur le réseau international en sollicitant notamment le financement d’organismes comme la Banque mondiale et le FIDA par exemple.

22Sur le plan national, la seule mobilisation des droits d’adhésion des groupements de base à la fédération a permis de disposer de moyens suffisamment importants pour déposer un fonds de garantie à la banque (la Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal), et mettre en place au niveau de chaque région un fonds géré directement par les responsables locaux des GPF. Ce fonds vise essentiellement à autofinancer des micro-réalisations.

23Au-delà des aspects financiers, la gestion décentralisée du fonds donne confiance et légitimité aux leaders locaux et contribue à l’émergence ou au renforcement d’un espace social orienté vers la solidarité, les alliances et les innovations.

24Quant à l’impact sur les femmes membres à proprement parler, il peut s’illustrer à travers les possibilités d’accès au crédit offertes aux femmes rurales grâce au réseau des groupements féminins. En effet, l’organisation collective des femmes rurales est un moyen d’obtenir des crédits auprès des institutions de développement. Tandis que la femme en tant que productrice individuelle n’est pas encore reconnue comme bénéficiaire potentielle en raison de son manque de garantie, les groupements sont des partenaires reconnus. Aussi, c’est grâce à eux que les femmes parviennent à obtenir des moyens auprès des ONG ou des projets qui interviennent en milieu rural. Tout cela fait partie des potentialités économiques des groupements de femmes.

25En outre, les changements sur le plan économique en entraînent d’autres sur le plan social, qui concernent, d’une part, les femmes elles-mêmes, et d’autre part, les rapports sociaux entre les hommes et les femmes au sein des villages.

Sur le plan social

26En tant que lieu d’apprentissage, de formation et de conscientisation, le réseau des GPF est avant tout un cadre d’affirmation de la personnalité. En effet, à travers lui, les femmes augmentent leurs possibilités de communiquer ensemble et d’échanger des idées, de trouver des solutions, de réaliser des projets, etc. Par ailleurs, le degré d’ouverture sur l’extérieur semble plus élevé chez les femmes membres des groupements féminins affiliés au réseau que chez les non-membres. C’est que ces groupements offrent de nombreuses possibilités de contacts et de collaboration, en particulier avec des acteurs sociaux et institutionnels extérieurs au village, ce qui fait avancer les savoirs et savoir-faire des femmes et renforce leur confiance en elles-mêmes. Grâce à la médiation de la fédération, des opportunités naguère inexistantes s’offrent maintenant. Tandis qu’il y a quelques années encore, aller au marché hebdomadaire du village voisin pour y vendre quelques produits constituait pour nombre de femmes rurales une des rares possibilités de quitter le village et d’entrer en contact avec d’autres femmes (et ceci juste le temps d’un échange marchand), l’avènement des GPF a bousculé les traditions et ouvert les femmes sur l’extérieur. De nouvelles attitudes et pratiques, difficiles à réaliser naguère, sont dorénavant courantes : absence des femmes du village pendant quelques jours pour assister à un séminaire (portant de surcroît sur la planification familiale par exemple), gestion par les femmes d’activités communautaires génératrices de revenus, prise de parole publique dans des assemblées mixtes, etc. sont autant de choses rendues possibles par les GPF qui disposent de plus en plus de légitimité et agissent comme force de négociation au profit des femmes.

27Lors de la dernière conférence africaine sur les femmes (novembre 1994), une dizaine de représentations des groupements féminins de la région de Louga se sont rendues à Dakar. Le fait d’avoir contribué pour l’équivalent de 20 dollars chacune afin de pouvoir participer au forum des ONG n’est pas sans intérêt. Il traduit la prise de conscience des femmes et leur disposition à payer au besoin certains services qu’elles considèrent comme utiles pour leur accès au processus de décision.

Conclusion

28Les réseaux des groupements féminins sont donc à l’origine d’une nouvelle dynamique sociale. Ils contribuent aux changements dans les rapports sociaux qui s’opèrent progressivement au sein des villages. Ceux-ci sont certes plus difficiles à percevoir que les changements économiques qui sont davantage de l’ordre du mesurable. Les changements sociaux transparaissent dans les discours et les attitudes. Cependant ces changements dans les rapports entre les hommes et les femmes ont été rendus possibles, dans la plupart des cas, par les performances économiques des femmes et leur appartenance à un réseau de solidarité qui leur confère plus de poids.

Bibliographie

DIOUF M., SOW F., Femmes sénégalaises à l’horizon 2015, Population Council, Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dakar, 1993.

MIGNOT LEFEBVRE Y., « Les femmes dans l’économie, de l’invincibilité à de nouveaux modes d’organisation », Revue Tiers-Monde, t. XXVI, n° 102, avril-juin 1985.

Ministère du Développement social, Etude sur l’intégration de la femme dans les plans et programmes de Développement : cas du Sénégal, Dakar, 1988.

Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Rapport national sur les femme. Lutte pour l’égalité, le développement et la paix, Dakar, avril 1994.

REVEYRAND O., « Les associations féminines en Afrique noire : l’exemple de la Casamance », Le mois en Afrique, Etudes politiques, économiques et sociologiques africaines, 1987.

SAVANE M.A., Les projets pour les femmes en milieu rural au Sénégal, Genève, BIT, 1983.

SOW F., Enquête sociologique sur les groupements féminins autour de Nadadji-Civol (Département de Matam-Sénégal), janvier 1990.

Annexes

Annexe

Quelques statistiques sur les femmes au Sénégal

Nombre de femmes élues aux conseils municipaux

1984 : 117

1990 : 354 ; soit un triplement du nombre de femmes sur une législature. Mais en valeur relative, on constate que le nombre de femme ne représente en 1990 qu’environ 15 % du nombre total des conseillers municipaux dans les 40 communes du Sénégal.

Nombre de femmes élues aux conseils ruraux

1984 : 155

1990 : 425 ; ce chiffre ne représente que 5,6 % de l’effectif total des conseillers ruraux dans les 317 communautés rurales du Sénégal.

Ainsi, le pourcentage des femmes au sein des conseils municipaux et ruraux a marqué un certain progrès, passant en 6 ans de 272 à 779. Mais en réalité, la représentation des femmes à l’issue des dernières élections de 1990 demeure tout à fait dérisoire : 7,92 % sur l’ensemble des élus du Sénégal.

Par ailleurs, le Sénégal compte :

nombre de ministres femmes : 2 sur 29

nombre de femmes au Parlement (7e législature : 7 femmes pour 113 hommes)

nombre de femmes au Parlement (8e législature : 11 femmes pour 109 hommes)

une seule femme maire

Corps des magistrats : 27 femmes sur 218

Ordre des avocats : 10 femmes sur 256 avocats (3,9 %)

Source : Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Rapport national sur les femmes. Lutte pour l’égalité, le développement et la paix, Dakar, avril 1994.

Auteur

Etudiant IUED, Genève ; Ministère du développement social, Louga, Sénégal

Lire

Open access

Acheter