Version classiqueVersion mobile

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Afrique

De la nécessité de réinventer de nouveaux rapports hommes-femmes en Afrique aujourd'hui

Aminata Traore et Fatima Meité

Texte intégral

1Ce libellé – Ville, genre et environnement – renvoie à l'un des défis majeurs auxquels le Tiers Monde est actuellement confronté. Tentons d'en cerner les contours en Afrique subsaharienne.

2Cette région du monde est caractérisée, en cette aube du XXIe siècle, par une crise sans précédent, aux causes multiples, dont les principaux aspects se laissent saisir d'emblée dans les villes : chômage et sous-emploi malgré un secteur informel particulièrement dynamique, une population jeune, l'insuffisance des infrastructures et équipements de base, le manque d'eau potable, de source d'énergie domestique et les difficultés d'évacuation des ordures ménagères. Les femmes y sont particulièrement confrontées à une pauvreté croissante.

3Il en est ainsi parce que, contrairement à l'Europe où l'histoire de l'urbanisation se confond avec celle de l'industrialisation, les villes africaines, qui sont de création récente, ne sont pas des pôles de développement, créateurs et promoteurs d'emplois.

4Elles absorbent, saisonnièrement ou définitivement, l'essentiel des forces vives de la campagne et hypothèquent ainsi, dans une large mesure, les chances de développement de l'arrière-pays et surtout de l'agriculture, qui constitue l'épine dorsale des économies nationales. Mais les villes africaines n'en sont pas moins dynamiques parce que tirées par des acteurs sociaux qui y développent chaque jour leurs propres stratégies et, en fait, réinventent les villes à leur manière. Les ménages en sont devenus des microcosmes où hommes, femmes adultes et jeunes développent de nouveaux types de comportements et des rapports interpersonnels qui sont autant de réponses à un projet de société improvisé, non concerté et non explicité.

5Cette situation revêt des dimensions qui ne se prêtent pas facilement à l'analyse, tant les changements sont rapides et complexes. Les variables telles que l'âge, l'ethnie, la religion, l'origine géographique et le niveau d'instruction influent sur la manière dont les rapports hommes-femmes se structurent.

Hommes et femmes en ville

6Les termes de la problématique de l'urbanisation ont considérablement changé en Afrique subsaharienne ces dix dernières années. Dans les années 60 et 70, on déplorait le caractère déséquilibré des investissements entre villes et villages, l'exode rural qui en résultait, la délinquance, etc.

7La situation s'est détériorée davantage tout le long des années 80 avec la mise en oeuvre des Programmes d'ajustement structurel. La compression de l'emploi salarié, le gonflement du secteur informel, la détérioration des infrastructures et équipements de base, voire leur inexistence, le développement de l'habitat spontané en zone périurbaine… sont autant de caractéristiques des villes de la fin des années 90 en Afrique. Cet ensemble de facteurs a agi sur les rapports hommes-femmes, pas nécessairement dans le sens d'une plus grande exclusion des femmes mais aussi par leur entrée dans des secteurs nouveaux et parfois le renforcement des liens de solidarité entre conjoints. En réalité, et on ne le souligne pas assez, la pauvreté urbaine touche autant les chefs de famille, qui assistent à une baisse de leur pouvoir d'achat (synonyme d'autorité), voire à la perte pure et simple de leur emploi. Les femmes sont alors condamnées à subir seules les contrecoups des réformes économiques en termes de participation financière au coût des services urbains : approvisionnement en eau potable, enlèvement des ordures ménagères, soins de santé.

8Les explosions socio-politiques qui embrasèrent la plupart des capitales africaines entre 1990 et 1993, et qui débouchèrent sur une certaine ouverture politique, appelée démocratie, étaient d'abord l'expression du mécontentement des gens de la ville, hommes, femmes et jeunes. La majorité des manifestants étaient des citadins et surtout des citadines excédées par trente années d'essais du développement, dont dix années d'ajustement, sans résultats probants. Ce sont, en plus des syndicalistes, des mères de famille et des élèves qui acculèrent les régimes politiques en place et prirent d'assaut les symboles du pouvoir : bâtiments publics et autres biens matériels mais aussi des personnes physiques.

9La situation ne s'est pourtant pas améliorée avec l'aide du pluralisme politique. Au contraire, les 14 pays de la zone franc ont assisté à la détérioration de 50 % de leur pouvoir d'achat avec le changement de parité survenu en janvier 1994.

10L'un des traits particuliers de la situation des villes africaines et des rapports homme et femme qui y ont prévalu est la prise en charge du coût social des réformes économiques et monétaires par les femmes dans les couches sociales défavorisées. Les dynamiques urbaines qui s'instaurent révèlent, d'une part que les rôles féminins et masculins ne sont pas systématiquement conflictuels dans les sociétés non industrialisées d'Afrique, et d'autre part que les femmes jouissent, dans le contexte de crise qui prévaut, d'une marge de manoeuvre importante.

11Elles ont la latitude d'exercer leurs talents et leur créativité surtout dans le secteur informel qui échappe pour l'instant à la comptabilité nationale. Et quand elles parviennent à s'insérer dans des secteurs initialement contrôlés par les hommes, elles sont confrontées à des contraintes qui sont plus liées à l'incapacité des Etats à repenser les politiques urbaines qu'à une inégalité de chance entre homme et femme, comme l'atteste l'expérience d'un groupe de femmes qui sont exploitantes de matériaux de construction.

Défis nouveaux et changements de rôles socio-économiques

12Il convient d'étayer les points de vue ci-dessus mentionnés à la lumière de faits tels que les femmes qui sont en situation l'interprètent elles-mêmes. Le cas des exploitantes de matériaux de construction, mentionné plus haut, est particulièrement riche d'enseignements que nous résumons ainsi :

La pauvreté

13"Je me suis lancée en 1971 dans ce secteur initialement réservé aux hommes à cause de la pauvreté. Par la suite trois autres femmes m'ont emboîté le pas. Mais nous avons été trahies par les politiciens qui se sont servis de nous en exhibant notre cas lors des cérémonies officielles sans jamais rien faire pour nous. A présent, nous sommes décidées à nous organiser sans rien attendre d'eux."

Rapports hommes-femmes

14"Nous avons affaire, en plus de nos maris, aux hommes qui travaillent dans le même secteur que nous. S'agissant des premiers, disons que la plupart d'entre nous sommes chefs de famille parce que veuves ou divorcées. Les autres ont des maris chômeurs qui ne leur posent pas de problèmes particuliers même si parfois ils déplorent le fait qu'on ait à côtoyer d'autres hommes à longueur de journée. Mais ces hommes que nous côtoyons dans le cadre de notre travail ne nous regardent pas. Parce que nous regardons tous dans la direction de l'argent… Au début nous avions même créé une coopérative avec les hommes. Mais les tensions commencèrent à se multiplier entre eux et nous à cause de la crise : il y a moins de travail. Alors certains nous rappellent que nous n'avons pas à nous mesurer à eux et que notre place est dans nos foyers."

Besoins ressentis

15"Aucune d'entre nous n'est instruite. Nous avons appris, pendant près de vingt ans, à nous battre seules ; mais nous avons besoin d'être éclairées sur bien des aspects de ce secteur qui nous échappent."

Contraintes familiales

16"Nous partons très tôt le matin en confiant la garde des enfants à une bonne qui repart le soir sans attendre notre retour. Il arrive qu'en rentrant nous trouvions les enfants sortis, sans trop savoir où ils sont passés."

Perception des rapports entre hommes et femmes

17"Ils (les exploitants masculins) sont des hommes et nous des femmes et notre pays a ses particularités. Si nous travaillons ensemble, hommes et femmes, nous trébucherons mais nous ne tomberons pas. Nous devons leur prouver l'envie de coopérer avec eux et non de les combattre."

18Ces propos sont suffisamment clairs quant à la nature des défis nouveaux que les nouvelles catégories socio-professionnelles offrent et que les femmes urbaines se proposent de relever.

Les effets de la crise du développement et de l’environnement

19Le développement, qui n'a pas tenu ses promesses en Afrique, a par contre réussi à démanteler les structures familiales et à détériorer considérablement l'environnement. La plupart des chefs de ménage sont des salariés de la Fonction publique, des ouvriers licenciés de quelques entreprises publiques restructurées, de petits commerçants et des artisans plus ou moins ruinés par la crise de la dette.

20Les systèmes de production dans lesquels ils s'étaient relativement bien intégrés avant la crise, ont donné lieu à une division sexuelle du travail qui est en pleine mutation.

21En effet, en l'absence des opportunités que le milieu rural offre ou offrait (ressources forestières, terres, eau, bois de feu…), les rapports entre citadins et citadines ont été restructurés sur une base selon laquelle le chef de famille s'acquitte des responsabilités qui lui incombent dans les économies agraires mais en achetant, par exemple, du riz et du mil. Pendant ce temps, sa femme est déchargée de la fourniture des condiments et autres denrées qu'elle achète sur le marché avec la part du revenu de son conjoint qui est consacré à ce poste de dépense. Si bien qu'en ville, les hommes utilisent généralement l'expression "courir derrière le prix du condiment" pour traduire l'effort qu'ils doivent fournir pour assumer pleinement leur rôle de chef de ménage. Telle était la situation avant la crise des années 80.

22En modifiant cette répartition des rôles entre hommes et femmes, les Programmes d'ajustement structurel fragilisent l'équilibre des familles. Un nombre croissant de femmes urbaines sont devenues des chefs de famille qui assument les rôles de l'un et de l'autre sexe.

23Mais même dans les unions stables où les maris sont compressés ou partants volontaires de la Fonction publique, ce sont les femmes qui s'attellent, de plus en plus, à toutes les activités qui peuvent permettre de colmater les brèches. Elle supportent ainsi le coût social des réformes économiques et monétaires imposées par les institutions internationales de financement aux pays surendettés d'Afrique.

24Les cadres analytiques, les méthodes et les outils de la recherche-action gagneraient à être repensés à la lumière de ces faits nouveaux.

Auteurs

Directrice de projet régional du PNUD er Centre Amadou Hampaté Bâ, Bamako, Mali

Sociologue, Centre Amadou Hampaté Bâ pour le développement humain et la qualité de la vie, Bamako, Mali

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search