Version classiqueVersion mobile

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Afrique

Répartition des rôles entre hommes et femmes en zone périurbaine au Mozambique

Margarita Mejia

Texte intégral

  • 1 Le Centre d'Etudes Africaines de l'Université E. Mondlane poursuit des activités de recherche depui (...)

1Au sein de notre institution1, les enjeux concernant les questions liant genre et environnement sont traités au sein d'un programme intégré sur le développement durable, commencé en 1992. Dans ce cadre, des consultations ont été réalisées, en particulier une étude d'impact social et environnemental dans le cadre du Plan national de Reconstruction. Nous avons également réalisé des évaluations portant sur les infrastructures, les services urbains et la dimension de genre, dans des zones périurbaines.

2Notre Département a aussi été impliqué dans des missions de formation sur les méthodes de planification de genre, d'abord à Maputo puis dans les Provinces du nord et du centre. Ces cessions ont mêlé apprentissage théorique et travaux de terrain, pour élaborer des diagnostics sur la situation des femmes, en particulier en ce qui concerne l'accès aux ressources.

3Notre dernière recherche en date porte sur "Prognostic on environmental managment in intermediate cities, public policies and local dynamics". Ce projet fait partie d'une recherche plus large sur "Villes en développement" de l'Institut universitaire d'études du développement à Genève, financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNRS). Un certain nombre de résultats montrent, en zone périurbaine, la modification des rôles des hommes et des femmes et les liens entre zones rurales et urbaines, maintenus surtout à travers l'agriculture de subsistance des femmes. Il ne s'agit pas ici d'en faire une description détaillée ou chiffrée.

Femmes et environnement au Mozambique

4Nous aimerions décrire les efforts de femmes et d'hommes pour survivre et assurer un développement minimum en zone périurbaine, dans l'un des pays les plus pauvres du monde. Le Mozambique est en effet un pays en transition, passé du statut de colonie à celui de pays indépendant, d'un système socialiste et centralisé à une économie de marché, au multipartisme et à la décentralisation, de la guerre à la paix. Nous voudrions analyser comment les rôles et les relations entre femmes et hommes ont évolué dans ce processus, et en particulier ce qui s'est passé au sein de la population la plus vulnérable, dans ces espaces particulièrement fragiles que sont les zones périurbaines.

5Pendant la colonisation portugaise qui s'est terminée en 1975, les caractéristiques des relations de genre se présentaient de façon différente dans des zones géographiques où ressources humaines et naturelles étaient exploitées de façon variable :

  • dans le nord, les femmes coloniales recrutaient la force de travail masculine, et parfois les femmes devaient produire les cultures intensives (coton, noix de cajou, thé pour l'exportation) à l'intérieur du champ familial ;

  • dans le centre du pays, le recrutement de la force de travail masculine était effectué par les multinationales agroindustrielles, par exemple dans les exploitations de canne à sucre, ce qui obligeait les familles à déménager dans des camps isolés. A la même époque fut créée la "Compagnie du Mozambique" qui devint une très grande entreprise. Son activité principale était le transport, de l'intérieur vers la province de Beira, et elle avait son propre territoire, son économie, ses lois, en concurrence avec le pouvoir portugais ;

  • au sud, la force de travail masculine était vendue par le gouvernement portugais, presque à la façon des esclaves ; les hommes allaient ainsi travailler dans les mines d'or sud-africaines.

6Tous ces faits conduisirent à une évolution des relations de genre par rapport à la société africaine. Dans presque tous les cas, les femmes durent étendre leurs responsabilités à l'ensemble des tâches concernant la famille, tandis que le rôle des hommes était cantonné à la production.

7L'indépendance, dans un contexte d'influence soviétique, apporta l'émancipation des femmes. A vrai dire, les femmes avaient largement participé au combat pour l'indépendance non seulement sur le plan logistique et de la nourriture mais aussi en combattant aux côtés des hommes.

8Le mouvement de libération mozambicain (FRELIMO), créa l'Organisation des Femmes Mozambicaines (OMM) qui assura la promotion de la participation des femmes au niveau politique et communautaire. Les objectifs de l'OMM étaient de permettre aux femmes de s'émanciper de pratiques traditionnelles telles que les rituels d'initiation et la dot (lobolo), et d'obtenir un accès égalitaire à l'éducation et la reconnaissance constitutionnelle de droits égaux pour les hommes et les femmes.

9La guerre civile, qui a commencé en 1980, était à l'origine une lutte pour le pouvoir et devint, à cause des intérêts extérieurs, une guerre de déstabilisation. Son objectif principal était la destruction des infrastructures économiques et sociales en zone rurale. Cela entraîna un exode dans des zones plus sûres autour des villes : les zones périurbaines s'étendirent donc de façon incontrôlée, occupant en général des terrains impropres à la construction. Il en résulta une profonde cassure des structures familiales et du tissu social. L'état d'urgence fut proclamé et de nombreux camps de réfugiés furent créés. Hommes et femmes devinrent dépendants de l'aide humanitaire pour leur survie.

10Finalement le FRELIMO, désirant la paix, a renoncé à sa philosophie et à sa ligne politique en acceptant les principes du multipartisme, le programme d'ajustement structurel, l'économie de marché et la décentralisation. Le rôle social de l'Etat a ainsi perdu de son importance et la priorité est maintenant à l'efficacité dans le remboursement de la dette.

11L'éducation, la santé et les services urbains doivent être privatisés. Au niveau de la communauté en périphérie urbaine, ils sont encore sous la responsabilité de la structure communautaire qui a été créée dans un contexte socialiste par le FRELIMO, lequel a désormais perdu son statut avec l'introduction du multipartisme. Du fait que les services sociaux sont considérés comme non productifs (parts d'une fonction "reproductive"), ce sont les femmes qui en assument la responsabilité.

12Le Plan d'ajustement structurel, dans son effort pour créer un système économique efficace, a une ligne de conduite visant à utiliser aussi peu de force de travail que possible, sans alternative face à une situation de chômage qui affecte principalement les hommes et qui est encore amplifiée par le processus de démobilisation. Les femmes sont tout aussi affectées mais moins directement puisqu'elles doivent assumer leur rôle productif à travers le marché informel.

13Cette situation tend à se généraliser au Mozambique avec les caractéristiques suivantes : la relation de parenté, le système matrilinéaire ou patrilinéaire et cette tendance nouvelle, "post-moderniste", à vouloir retourner au système traditionnel. Ce dernier comprenait une bonne dose de discriminations de genre, qu'il s'agisse de la participation des femmes dans le processus de décision ou de l'utilisation et de l'accès aux ressources (travail productif, crédit, éducation et technologie).

14La question de l'égalité des hommes et des femmes est abordée dans la Constitution mozambicaine mais, dans la pratique, au moins 80 % de la population mozambicaine ignore ce fait et agit selon la loi coutumière.

15Les zones périurbaines présentent une situation bien particulière du fait des influences que le contexte politique volatile entraîne dans un espace sensible et vulnérable ; il s'agit d'une population de migrants des origines régionales et des traditions diverses, avec des conditions environnementales spéciales, des rôles et des relations de genre différents qui créent leurs propres dynamiques de survie et mécanismes de sécurité.

16Nous désirons présenter ici trois cas montrant trois zones périurbaines, au nord, au centre et au sud du pays.

Obispois

17Obispois est un district à la limite de la ville de Nacala, dans la province de Nampula au nord du Mozambique. Le système est matrilinéaire mais il faut souligner que matrilinéaire ne signifie pas matriarchie : les décisions sont toujours prises par les hommes. C'est plutôt une relation de genre différente avec moins de discriminations pour les femmes, en particulier en ce qui concerne l'accès à la terre, et une meilleure relation entre hommes et femmes, faits qui donnent l'impression, vu d'autres régions, que les femmes ne travaillent pas à la maison selon la coutume.

18Nacala dispose des meilleures conditions naturelles pour un port, sur l'ensemble de la côte est de l'Océan indien. Par contre, la ville n'offre pas de bonnes conditions pour la construction de logements, les terrains étant très pentus tout autour des installations portuaires. Les familles des travailleurs et tous ceux qui se trouvaient associés au trafic portuaire ont construit leurs logements dans des zones peu propres à la construction, une forte érosion ayant provoqué un désastre pendant l'hiver 1988. Ces événements, de même que le cyclone "Nadia" en 1994, ont obligé les femmes à s'impliquer dans les activités de construction qui relevaient, traditionnellement, des hommes. Une autre activité touchant à la gestion de l'environnement, assumée à la fois par les femmes et par les hommes, est la participation toujours bénévole au programme de contrôle de l'érosion des sols.

Beira

19Au centre du pays, Beira est la capitale de la province de Sofala, dont certaines zones sont endessous du niveau de la mer. Elle a été créée à cause de l'importance stratégique du port et du corridor qui relie le Zimbabwe à l'Océan indien. Pour cette raison, pendant la guerre, ce corridor était protégé par une force spéciale de sécurité, ce qui constituait un élément très attractif pour des populations civiles fuyant des territoires ravagés par les combats.

20Les moyens de transport, principalement le chemin de fer, rendaient relativement facile l'arrivée de ces populations déplacées à Beira, et plus spécifiquement, à sa périphérie. Il faut comprendre que ces familles déplacées n'étaient en général pas au complet. Les groupes arrivaient de la même région, mais les familles se trouvaient écartelées, certains de leurs membres étant captifs, perdus ou morts.

21Cette situation sociale très complexe a été le lot commun des habitants de la périphérie de Beira ; mais quelles sont les caractéristiques physiques de ces zones d'habitat ? Mis à part l'absence d'infrastructures et l'occupation non contrôlée, les zones périphériques de Beira city ne sont pas propres à la construction de logements car l'eau affleure partout. La "ville en dur (ville de ciment)" a pu être construite, à l'époque coloniale, grâce à des travaux de remblaiement ; mais les zones périurbaines sont trop basses pour qu'on puisse envisager de construire la moindre infrastructure, et même des latrines de fortune contamineraient l'ensemble de la nappe.

22Le quartier de Munhava constitue un exemple typique dont il est important de considérer l'impact sur les relations hommes-femmes. Comme nous l'avons vu plus haut, la composition de la population rendait difficile l'adaptation à ce contexte nouveau et une telle adaptation n'apparaissait pas possible sans une modification des rôles traditionnels des hommes et des femmes.

23A cause de la guerre, l'homme de la famille était le plus souvent absent et la femme devait assumer des rôles qui dans la tradition n'étaient pas les siens, tels que construire la nouvelle maison ou assumer les dépenses quotidiennes. Cela venait en plus des devoirs habituels : chercher l'eau, trouver et préparer la nourriture. Même ces tâches ont été rendues très difficiles à cause de la contamination de l'eau, de la difficulté de trouver un champ et de la nécessité de tout apprendre d'un environnement nouveau.

24La seule façon de survivre était d'entrer dans l'économie informelle. Cette stratégie du minimum vital consiste à vendre un peu de bois ou de charbon ou des pierres pour la construction, revendre des produits agricoles achetés au marché de la ville, etc., presque toutes ces activités étant assurées par des femmes. Dans cette lutte pour la survie, les gens ont recherché des quartiers plus proches des marchés, tel que Gotto. Il s'agit d'un quartier périphérique impropre à la construction car situé sur des basses terres, mais proche du centre de la ville, de ses services et des opportunités d'emploi pour les hommes et des marchés informels pour les femmes.

25Dans la plupart des maisons que nous avons visitées dans le cadre de notre recherche, nous avons trouvé des hommes au chômage, prenant soin de la maison tandis que les femmes étaient parties chercher de l'eau ou s'occupaient au chingamolo (nom du marché informel en langage local). L'état d'esprit à Gotto était et reste très agressif dans un contexte de lutte pour la survie. Ce fait inquiète le voisinage huppé car, ironiquement, Gotto est situé à proximité immédiate de l'une des banlieues les plus chics de la ville. Il en est résulté de nombreuses pressions auprès de la Municipalité pour obtenir l'évacuation du quartier. Si nous analysons les différentes raisons données par les habitants de Gotto pour demeurer dans un quartier où il semble que tout se ligue contre eux, les hommes parlent de possibilités d'emplois et les femmes des services d'éducation et de santé qu'elles trouvent dans le voisinage.

26De toute façon, les fortes tensions subies par les habitants les obligent à travailler ensemble pour surmonter leurs problèmes, en particulier par rapport à l'environnement. Il y a donc solidarité et partage des rôles pour trouver des solutions, par exemple combler les parties les plus basses du quartier envahies par l'eau ou gérer les ordures.

Mavalne et Hulene

27Cette zone suburbaine de Maputo est bien sûr très surpeuplée du fait qu'il s'agit de la capitale d'un système centralisé. Elle n'a pas les problèmes environnementaux habituels que rencontrent les autres régions, mais elle doit surmonter les conséquences de la surpopulation et de la croissance rapide, en l'absence d'infra-structures et de services urbains et sociaux.

28Nous avons été en contact avec les quartiers de Malavane et Hulene qui présentent une caractéristique commune dans la région sud du Mozambique : dans les familles à bas revenu, rurales ou périurbaines, une bonne proportion d'entre elles voit la femme devenir chef de famille en l'absence de l'homme parti travailler en Afrique du Sud. Cependant la contrainte principale réside dans la non-reconnaissance de ce fait ; les femmes ont donc la responsabilité de la maintenance sans l'autonomie de la prise de décision et sans accès aux ressources.

29Les femmes seules, veuves ou mères célibataires, participent volontiers aux projets communautaires pour améliorer les conditions de vie, ceci sur une base bénévole, après leur journée de travail.

30Certains enjeux sont communs aux trois régions énumérées :

  • Les femmes apportent des solutions quotidiennes et créent des liens entre zones rurales et périurbaines à travers la production agricole de subsistance, qui constitue 70 % de la production agricole totale du pays. Ceci n'est pas reconnu officiellement comme une production féminine, mais globalement comme "un secteur de production familiale".

  • Les hommes et les femmes des zones périurbaines sont les victimes les plus affectées par le plan d'ajustement structurel. Ils se trouvent dans des situations de vulnérabilité, telles la violence et l'insécurité générale, qui aboutissent à des phénomènes sociaux de marginalité.

  • Parallèlement, pour la même raison de lutte pour la survie, des réseaux de solidarité entre groupes de la même région apparaissent comme une stratégie sociale et introduisent des changements dans les relations entre hommes et femmes.

31Avec ces réflexions, formulées à un niveau encore bien superficiel, nous espérons avoir contribué à une meilleure compréhension de la modification des rôles de genre dans des situations de transition. Cela pourra peut-être contribuer à l'évolution des relations de genre et à une nouvelle approche politique du développement alors que jusqu'ici celui-ci est imposé à des pays d'une profonde diversité, sans prendre en compte leurs approches, leurs connaissances et leurs expériences.

Notes

1 Le Centre d'Etudes Africaines de l'Université E. Mondlane poursuit des activités de recherche depuis 1977. Le département d'études sur les femmes et les questions de genre a été créé en 1987. Depuis 1992, les questions de genre et d'environnement et leurs enjeux sont intégrés au sein d'un programme de recherche sur l'environnement durable.

Auteur

Chargée de recherche, associée au Department of Women and Gender Studies, Center of African Studies, University E. Mondlane, Maputo, Monzambique.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search