Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Afrique

Les femmes algériennes : spectatrices ou actrices dans la ville ?

Fadela Chaib

Texte intégral

1Aborder le thème de la participation des femmes algériennes à la gestion de la ville et de l'environnement dans le contexte actuel n'est pas chose aisée. En effet, la crise multiforme qui secoue l’Algérie actuellement interpelle les Algériens sur les multiples raisons qui ont conduit leur pays à cette impasse. La situation des femmes depuis l'indépendance en 1962, est sans nul doute un de ses éléments clés.

Espace public, espace privé : une cohabitation conflictuelle

2Depuis les émeutes d'octobre 1988, date fondatrice de l'ouverture de l'Algérie au pluralisme politique, les femmes ont investi la scène politique en dénonçant leur mise à l'écart politique et sociale durant trois décennies sous le régime du parti unique, le FLN. Les plus militantes d'entre elles redoutent également de voir la mouvance islamiste gagner du terrain et imposer un projet de société qui repose essentiellement sur la négation de leurs droits.

3L'Algérie s'est rapidement engagée sur la voie de la modernisation, pressée de rejoindre les autres nations après un siècle et trente ans de colonisation. La transition d'un modèle de société traditionnel à un autre moderne ne s'est pas fait sans tensions. En effet, la division spatiale des territoires entre les espaces privé et domestique traditionnellement dévolus aux femmes et l'espace public réservé aux hommes ne tient plus à cause notamment de la forte scolarisation des filles et leur accès au marché du travail. La rapide urbanisation du pays a élargi les opportunités du passage de l'élément féminin dans la ville. Cela ne s'est pas fait sans heurts. La violence contre les femmes prend de multiples visages : violence verbale et physique, injures, obstacles institutionnels et administratifs. Leur présence dans l'espace public a engendré des résistances au sein de la société.

4Ces changements intervenus en l'espace d'une génération ont été d'autant plus rapides qu'ils ont provoqué des résistances. La rupture de l'équilibre de cette organisation spatiale entre l'espace privé et l’espace public a mis à nu des tensions sociales qui se sont manifestées en particulier par une violence à la fois diffuse et explicite. La rue est devenue pour les femmes un lieu de transit qu'il faut traverser à la hâte sans s'y attarder. Elles sont souvent l'objet d'injures, de harcèlements et même de violence physique. Il est courant que les auteurs de ces actes justifient de tels comportements en disant qu'une fille de bonne famille n’a rien à faire dehors, celles qui s'y hasardent en assumant donc les conséquences.

5Le contrôle social et le cantonnement des femmes dans la sphère domestique et privée traduisent la peur de la fitna, ce fameux désordre sexuel et cette perturbation de l'ordre social que véhicule la présence des femmes dans les territoires masculins. Notre propos consiste à débattre des conséquences de cette transition vers la modernisation sur les représentations et les pratiques des femmes et des hommes quant à la gestion de la ville et de l'environnement. Indiscutablement le fait urbain a bouleversé le mode d'organisation de l'espace en faveur des femmes. L'espace domestique n'est plus l'unique univers pour des millions de femmes. Mais nous verrons que la rue – l'extérieur – reste toujours un espace "utilitaire" qu'il faut traverser sans s'y attarder.

6En fait, l'Algérie fonctionne selon un double schéma : d'un côté elle aspire à la modernité sur le plan économique par le biais du développement et le passage vers une société de consommation, de l'autre la prégnance d'un système de type patriarcal et religieux, en définitive les résistances mentales traditionnelles à l'autonomisation des femmes, fragilisent la société et paralysent les efforts faits en amont pour arrimer le pays à la modernité. Le code de la famille est une illustration éclatante de cette schizophrénie.

Le code de la famille : l’institution de l’infériorité des femmes

7Voté en 1984 par une assemblée conservatrice malgré la lutte difficile – en ces temps de pensée unique, d'absence de démocratie et de liberté de la presse – de quelques collectifs de femmes montre la victoire du courant traditionaliste. Ce code, anticonstitutionnel, est largement inspiré de la charîa. Il institutionnalise le statut inférieur de la femme et formalise la domination masculine sur les femmes dans pratiquement tous les domaines.

8Une femme, qu'elle ait 18 ans ou 40 ans, ne peut se marier sans l'accord d'un tuteur, père, frère, oncle ou à défaut un juge. La polygamie, la répudiation, le divorce et l'héritage sont en faveur des hommes. La femme a seulement des devoirs, comme celui d'avoir des égards pour son mari en tant que chef de famille et pour les parents de celui-ci, la réciproque n'étant pas exigée. Le choix d’un travail salarié est soumis à l'autorisation du mari. La bataille autour de l'abrogation du code de la famille est le souci majeur des femmes aujourd'hui. Elles demandent le retour à des droits civils. Ce code fait des femmes des citoyennes de seconde zone. Comment peuvent-elles légitimement revendiquer le droit de participer à la gestion de la cité alors qu'elles n'ont que deux droits aux termes de cette loi : celui de gérer leurs biens et de rendre visite à leurs parents ?

9Les années 60 et 70 qui ont suivi l'euphorie de l’indépendance ont permis l’émergence des femmes sur la scène sociale et professionnelle. La situation a commencé à se dégrader au début des années 80 à cause du retour en force du discours religieux et des concessions des autorités de l'époque en manque de légitimité. Le cadeau royal offert aux islamistes a été le code de la famille. La crise économique qui a suivi la chute de la rente pétrolière et son corollaire le chômage ont constitué un cheval de bataille pour le Front islamique du salut (FIS). Ce dernier a en effet préconisé de renvoyer les femmes à leurs fourneaux et de libérer ainsi des postes de travail.

10Malgré la scolarisation massive des filles, les femmes ne représentent que 8 % de la population active du pays et 30 % d'entre elles sont de niveau universitaire. Les secteurs de l'éducation et de la santé seraient pourtant complètement paralysés si elles ne travaillaient plus car elles représentent plus de 80 % des effectifs de ces secteurs.

11Le discours des islamistes a trouvé un écho favorable auprès de la société conservatrice qui reste sensible au propos religieux et démagogique. Certes, la présence féminine a opéré des fissures dans l’espace public ; mais la femme a-t-elle pour autant acquis le droit de dire son mot et de participer à la gestion de son cadre de vie ou est-ce un domaine exclusivement masculin ? Nous verrons que, contrairement à l'idée qui paraît à première vue évidente, la question n’est pas tranchée. Cela tient aux pesanteurs des traditions mais aussi aux politiques de l'après-indépendance.

Le voile islamique : un autre rapport à l’urbanité ?

  • 1 BUCAILLE L., "L’engagement islamiste des femmes en Algérie", Maghreb-Machrek, n° 144, 1994, p. 108.

12Les femmes qui optent pour le voile ou le hidjab sont, à notre avis, au-delà de significations religieuses, révélatrices d'un autre rapport à l'extérieur. Elles clament leur droit d'accéder à l'espace public. En endossant cet habit, elles endossent aussi la foi et la vertu. Il leur sert de mur de protection. Elles érigent ainsi une barrière entre elles et les hommes. Elles prolongent l’espace domestique et veulent forcer le respect et renforcer l'acceptation de leur présence à l'extérieur des murs de la maison. Ce serait un sacrilège de manquer de respect à une "soeur musulmane". Certes, la première fonction de la femme dans l'esprit et la lettre de l’islamisme est d’être une épouse et une mère – cette exigence est aussi celle de la société traditionnelle – mais elle a également le droit et le devoir de s'instruire afin de transmettre le message religieux. Elle se doit donc pour ce faire de mener des activités sociales, politiques et professionnelles, ce qui n’est pas prévu dans le contrat sociétal traditionnel. Elle a accès à la modernité par le biais de la religion dans sa version engagée. Pour paraphraser L. Bucaille : en se voilant, elle a payé une sorte de droit d'entrée à la vie extérieure et débouche sur une émancipation relative1.

13Le voile permet un autre rapport à la société patriarcale. En fait, ces femmes clament "que leur soumission à Dieu est plus forte que la soumission au père". C'est aussi une forme de contestation, la remise en cause de la toute-puissance parentale et la production de nouvelles valeurs. Grâce au voile, elles renversent les rapports de force et de domination. Ainsi habillées, possédant la connaissance coranique, soumises à Dieu et moralement irréprochables, elles deviennent des interlocutrices incontournables et écoutées. La recherche de l'autonomie est concomitante avec cette affirmation identitaire. La femme ou la fille n'est plus cette personne éternellement soumise au contrôle de la famille. L’islamisation bouscule les réseaux de solidarité traditionnelle au profit de structures de nouvelles communautés : celles des frères et des soeurs.

14En fait elles deviennent quelque part responsables d'elles-mêmes et de l'honneur de la famille. Elles réactivent cette obéissance aux lois et valeurs sociales en lui donnant un contenu islamique et individualisé. Les parents et les frères relâchent sensiblement la surveillance qu'ils exercent sur elles. La hiérarchie s'inverse dans la cellule familiale Ce sera la fille – être minorisé et dominé – qui va édicter un certain nombre de règles de conduite. Dans ce cas, le voile sert à renverser la hiérarchie des âges et à donner une légitimité morale aux filles par rapport aux mâles de la maison.

15Les femmes n'adoptent pas toutes les mêmes stratégies de contournement Elles rusent avec la société pour acquérir le droit à la ville et à l'extérieur. Celles qui se voilent acquièrent ainsi un droit de passage dans le territoire hostile des hommes. Celles qui refusent le port du voile clament au contraire qu'elles n'ont pas besoin de s'entourer des pans de leur voile pour se faire accepter. C'est à la société de s'adapter à leur présence et de les accepter comme êtres à part entière. La féminité n'est pas une tare qu'il faudrait voiler pour la neutraliser et éviter la fitna, estiment-elles.

La bataille autour de la mixité

16L’exigence de la non-mixité est très présente dans la société algérienne. Les écolières et les écoliers sont séparés sur les bancs de l'école et dans les cantines. Les administrations, les salles d’attente des hôpitaux ou des cabinets médicaux ne sont pas communes. Aux bureaux de poste ou aux guichets des services municipaux, il y a des files pour chacun des sexes. Les transports en commun restent le lieu de côtoiement par excellence. Les femmes obligées d'emprunter les bus deviennent les victimes expiatoires des frustrations sexuelles de leurs compagnons de voyage. Pincements et attouchements, favorisés par la proximité, sont le lot quotidien de milliers de femmes. Celles qui osent se rebiffer sont traitées de tous les noms avec l'assentiment quasi général de toute l'assistance masculine. Les hommes et les femmes se rencontrent et se côtoient dans des rapports de violence et de domination.

La naissance du phénomène associatif

17Si, à l'évidence, les hommes sont souverains dans la ville, ils ont été tenus à l'écart par l'Etat et ne participent pas à la gestion de leur ville. Avant 1988, aucune association politique ou sociale qui n'émanait pas des instances du FLN n'était autorisée à être active. Les autorités algériennes se sont toujours méfiées du fait associatif. La société était encadrée et contrôlée. La brèche est survenue avec les événements d'octobre 1988. On assiste alors à un extraordinaire foisonnement d'associations, de comités et d'organisations. Une véritable remise en cause des rapports entre l'Etat et la société s'instaure et englobe un débat plus large : celui des libertés publiques et de la démocratie.

18En quelques mois, plusieurs centaines d'associations ont vu le jour. Cette explosion du phénomène associatif a abouti à la prise en charge par la société de plusieurs créneaux qui étaient soit maintenus tabous par les autorités soit mal représentés : les mères célibataires, la condition féminine, les droits de l'homme, l'enfance abandonnée, l'éducation et les questions d'environnement. Ce phénomène est l'illustration de la faillite du système d'assistanat et de l'Etat-providence.

19Toutefois, la palme revient aux comités de quartiers qui ont fleuri en particulier dans les cités et les ensembles d'immeubles, le but étant l'amélioration du cadre de vie, le règlement de certains problèmes, en fait remédier à la démission des services publics et de la voirie. Ce sont souvent les femmes qui poussent les hommes de la famille à s'investir dans de telles actions. Ce sont elles qui s'inquiètent pour la santé et la sécurité des enfants. Il n'est pas rare de les voir leur donner des instructions du haut de leurs balcons.

20Curieusement, les voisins ont commencé à se connaître et à se côtoyer à cause des antennes paraboliques pour capter les télévisions étrangères. En effet, la mobilisation des habitants pour l'achat et l'installation de ces antennes collectives, afin de rompre le conformisme de l'unique chaîne nationale, est à l'origine de la création de plusieurs syndicats d'immeubles. Cet achat important effectué, les voisins ont commencé à s'intéresser à d'autres problèmes tels que la création d'aires de jeux, les campagnes de nettoyage, et les cotisations pour payer des gardiens d’immeubles ou de parking. Les femmes ont commencé à se connaître et celles qui ne travaillent pas gardent les enfants de celles qui ont une activité au dehors. Cette aide est la bienvenue en l'absence de structures d'accompagnement comme les crèches et les jardins d'enfants.

21La prise de conscience de la société quant à l'importance de son implication dans la gestion de la ville est récente. Avant cela, on s'en remettait aux autorités publiques pour tout. Aujourd’hui, l’argent manquant, ces dernières sont contentes de se décharger de plusieurs tâches. Il faut dire que le pays ne possède pas des traditions de travail associatif et communautaire.

22La campagne fait exception parce que les intérêts y sont communs et les gens de la même origine tribale et géographique. L'entraide est indispensable pour effectuer certains travaux lourds comme les moissons, la construction de puits, de hangars ou de maisons.

23Les femmes algériennes s'investissent plus dans la création d'associations féminines et de protection de l'enfance. Les femmes islamistes ont créé des associations caritatives et font un travail de proximité. Elles luttent contre l'analphabétisme et proposent des formations aux jeunes filles dans la couture ou d'autres travaux. Elles préfèrent l'engagement culturel et social à la lutte politique.

Le mouvement féminin et la lutte pour les droits politiques

24La première manifestation des femmes le 8 mars 1989 après l'ouverture du pays au pluralisme politique a agi comme un électrochoc. Pour la première fois depuis l'indépendance, des milliers de femmes ont pris possession de la ville pour quelques heures. Elles ont exprimé leurs revendications comme la promotion de la femme, l'abrogation du code de la famille, la citoyenneté totale et la lutte contre les discriminations. Les hommes, étonnés de voir autant de femmes dans leur espace, ont découvert à cette occasion que la moitié de la population était mécontente de son sort.

25Depuis lors, les femmes dans la rue sont une réalité permanente. Aujourd'hui elles sont à l'origine des plus grands rassemblements sur la place publique malgré le climat de terreur et de violence qui règne. Elles manifestent contre le terrorisme, la violence, et n'hésitent pas à descendre dans la rue chaque fois que la nécessité de combat se fait pressante. Les hommes ont changé d'attitude à leur égard et reconnaissent volontiers que, si le pays n’a pas encore totalement sombré, c'est grâce à la résistance quotidienne des Algériennes. Elles savent qu'elles ont tout à gagner et plus rien à perdre. "Ce sont elles les hommes de l'Algérie", "femmes, on vous aime" titrent certains journaux indépendants.

26Les femmes algériennes ont conscience aujourd'hui que les droits politiques sont la pierre angulaire de toute émancipation. Elles savent que l'instauration d'un Etat islamique représente un danger évident pour l'acquisition du statut de citoyenne. Les islamistes n'ont jamais caché le sort et la place qu'ils leur réservent dans leur projet de société. C'est la lutte principale des Algériennes à l'heure actuelle puisque la plupart combattent le discours islamiste et ne font plus confiance au pouvoir politique en place.

27Il est évident que le mouvement des femmes est devenu incontournable sur la scène politique. Les femmes, de la génération de l'après-indépendance, veulent être les dignes filles des figures emblématiques de l'Algérie, celle de la Kahina, de Fatma n’Soumer, de Hassiba Ben-Bouali. Elles luttent pour que l'avenir ne se dessine pas sans elles et surtout qu`il ne se fasse pas à leur détriment. Les exemples historiques sur l'utilisation des femmes en temps de crise et la négation de leurs droits une fois la paix revenue ne manquent pas. L’Algérie, et par extension le monde arabo-musulman, doit régler le contentieux de la condition féminine qui étouffe la société entière. Les femmes ne se battent pas seulement pour elles, ni contre les hommes, mais pour une vie saine et policée. A l'heure où les murs et l’apartheid tombent, il devient indécent de nager à contre-courant de l'histoire et de la nature.

Notes

1 BUCAILLE L., "L’engagement islamiste des femmes en Algérie", Maghreb-Machrek, n° 144, 1994, p. 108.

Auteur

Journaliste, étudiante IUED et université de Genève.

Lire

Open access

Acheter