Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Apports théoriques

La ville au féminin et au masculin

Rodrigo Vidal-Rojas

Texte intégral

1L'histoire de l'urbain révèle de manière flagrante la permanence d'un rapport de domination de la femme par l'homme. A des degrés différents et dans des modalités qui varient selon l'époque et les cultures, les villes ont été construites et ont vécu jusqu'à aujourd'hui dans un rapport de domination et de soumission plus ou moins cruel pour les femmes. Cela reste un fait incontestable.

2Pourtant, les explications données par les sciences sociales, et particulièrement par la sociologie, bien que clarificatrices quant aux mécanismes observables de cette domination, restent insuffisantes pour en expliquer les racines profondes. Cela, tout simplement, parce que ces racines trouvent leurs origines au coeur même des êtres humains. Ces origines, individuelles et collectives, sont explorées, parmi d'autres, par la psychologie, la mythologie et l'anthropologie culturelle.

3L'intégration à l'analyse urbaine des concepts et des méthodes scientifiques, nouveaux ou déjà connus, mais qui n'ont pas encore été suffisamment exploités dans la recherche urbaine, peut constituer une véritable contribution au progrès de la connaissance scientifique afin d'expliquer la complexité de la ville en allant au-delà des approches urbaines traditionnelles.

4Bien que la science ne soit pas cumulative, les concepts et les méthodes mis à jour par une discipline ne sont jamais perdus pour autant. Ils peuvent en tout temps être "re-visités" scientifiquement, c'est-à-dire actualisés et contextualisés.

5A cet égard, l'approche junguienne n'a pas véritablement été l'objet d'une "re-visitation" par des disciplines scientifiques favorisant les études urbaines. Cela s'explique en partie par la faible importance attribuée, à tort, à la psychologie dans la compréhension de l'urbain. L'étude du phénomène urbain, objet par excellence de la sociologie, de l'histoire et de la mythologie collective, a quasiment négligé les racines psychologiques et spirituelles des comportements sociaux.

6Ce texte n'est pas interdisciplinaire ; il n'exclut pas pourtant des explications apportées par d'autres disciplines. Il constitue un effort scientifique pour mieux comprendre la dynamique urbaine dans la perspective du féminin et du masculin.

La polarité féminin/masculin en psychologie des profondeurs

7L'approche féminin/masculin nous permet, d'une part, de prendre comme point de départ de cette réflexion l'être humain lui-même en tant qu'objet et sujet de la production de la ville.

8D'autre part, cette approche, avec sa polarité paradoxale et complémentaire à l'intérieur de l'inconscient humain en psychologie des profondeurs, permet de dépasser le conflit culturel homme/femme et de le réinterpréter en le plaçant dans un rapport dialectique de complémentarité.

9Selon C.G. Jung, "chaque homme porte en lui une femme" ; il l'appellera anima. Il ajoute que l'animus, personnification masculine de l'inconscient chez la femme, se manifeste spontanément à travers les 'convictions' rigides et 'sacrées' ou l'obstination butée de la femme.

10Nous pouvons ainsi préciser que l'animus correspond à la part psychique complémentaire masculine dans l'inconscient de la femme et que l'anima correspond à la part psychique complémentaire féminine dans l'inconscient de l'homme, selon la psychologie des profondeurs de Jung.

11Toujours selon C.G. Jung, "l'inconscient (individuel) contient tout ce qui a été acquis au cours de l'existence personnelle… par conséquent, ce qui est oublié, refoulé, les perceptions subliminales, les pensées et les sensations" ; l'auteur s'éloigne ainsi de la théorie freudienne qui "considère l'inconscient comme étant uniquement le lieu où sont déposées toutes les manifestations désagréables, indésirables ou inutilisables d'une manière quelconque" (Emma Jung et James Hillman, 1981 : 65).

12L'inconscient collectif est une instance de la psyché commune à tous les individus, faite de la stratification des expériences millénaires de l'humanité. Selon C.G. Jung : "L'être humain est en possession de bien des choses qu'il n'a jamais acquises par lui-même, mais qu'il a héritées de ses ancêtres. Il ne naît pas tabula rasa mais simplement inconscient… Les systèmes hérités correspondent aux situations humaines qui prévalent depuis les temps les plus anciens" (C.G. Jung, 1963 : 230, 231).

13Toujours selon C.G. Jung, les qualités féminines chez l'homme et masculines chez la femme sont présentes en chacun de nous mais ne peuvent pas toujours s'exprimer parce qu'elles gênent notre adaptation à notre milieu ou à l'idéal culturel établi.

14Le second message central de la psychologie des profondeurs est que tout ce qui est inconscient en nous peut resurgir par des projections. Les mythes, les légendes, les contes que l'on trouve dans toutes les cultures et à toutes les époques sont "l'expression des réalités psychiques internes" en psychologie des profondeurs. L'analyse de ces représentations culturelles démontre de manière étonnante la présence de la figure de l'anima. Tous ces contes et légendes soulignent l'importance pour l'homme de donner une place au principe féminin qui fait aussi partie de son être.

15Le refus ou la non-acceptation/assimilation de cette composante féminine chez l'homme provoque en lui un refus des projections externes de ce principe et donc le refus et le mépris des femmes, de la nature (mère-terre) et de la ville.

16C.G. Jung estime que les figures de l'anima, chez l'homme, et de l'animus, chez la femme, "sont des dispositions à la relation avec l'autre sexe qui ont pris forme avec l'humanité elle-même" (Humbert, 1983 : 63) et qu'il s'agit donc de dispositions innées chez les individus.

17Nous transposons nos conflits réels internes vers des situations, objets ou personnes réels externes. Les images que nous aurons de notre mère conditionnent nos rapports et nos images des autres femmes et de tout ce qui représente le féminin. Ces projections externes de nos images internes vont finalement marquer nos comportements sociaux et influencer nos perceptions cosmiques.

Le féminin/masculin comme forme de conception et de perception des villes antiques

18Les historiens des villes ne sont pas toujours d'accord sur l'origine de la ville. Pour les uns, les cavernes pré-typifient la ville. Pour les autres, ce rôle annonciateur est incarné par l'arche de Noé. Cätal Hüyäk, dans l'ancienne Turquie, constitue encore le début de l'ère urbaine pour un bon nombre d'historiens. Il y a les contestataires qui lui préfèrent Ur des Chaldéens.

19En ce qui concerne la ville occidentale, la Grèce, et notamment Athènes, est la référence obligatoire bien que Rome soit encore considérée comme le berceau de notre civilisation urbaine.

20Pour notre réflexion, l'origine exacte de la civilisation urbaine reste secondaire. Quoi qu'il en soit, l'essentiel est de dévoiler les formes et les récits de cette origine. Un récit est une relation, une narration, une histoire, une fable d'événements réels ou imaginaires dont peu importe la véracité historique. Son but est de nous informer sur les liens (relations) existants entre un acte accompli et l'idée fondatrice de cet acte. Un récit est un enjeu de valeurs et normalise le passé.

21L'histoire cherche l'objectivité scientifique dans la relation des faits cités et c'est la raison pour laquelle elle est l'objet d'une mise en question permanente. Le récit, lui, n'est jamais vrai ou faux et son importance, pour notre analyse, tient au fait qu'il n'exprime pas nécessairement les événements qui se sont succédé au cours de l'histoire, mais, et surtout, la manière dont les individus pensent ou veulent que les choses eussent pu se passer. C'est une idéalisation historique.

22Les récits de fondation de villes se trouvent à mi-chemin entre l'histoire et la mythologie. Une de leurs caractéristiques essentielles est qu'ils sont post-factum ; ils apparaissent après la fondation des villes afin d'expliquer cette fondation. Certains récits nous permettent, d'un côté, de connaître l'image qu'un groupe social, à un moment donné de son histoire, a de lui-même et la manière dont il conçoit sa reproduction. D'un autre côté, si l'on s'en tient à l'idée selon laquelle l'organisation de l'espace est un reflet de l'organisation d'une société, ces récits reflètent l'image-type que ce groupe se faisait du lieu où il devait résider.

23"Aussi la fondation d'une ville était-elle toujours un acte religieux" dans l'Antiquité (Fustel de Coulanges, 1984 : 151). La ville constituait le sanctuaire majeur de la réunion éternelle des hommes et de leurs dieux (croyances) sur un même site. Aux origines, un foyer central (une fosse où chacun avait déposé un peu de terre de son lieu d'origine dans la tradition romaine), une enceinte sacrée et, plus tard, les murailles, les portes et le pomoerium constituent la ville.

24La plupart des récits insistent sur les rapports conflictuels entre la ville et son territoire. Dans la tradition étrusque, la cérémonie de fondation d'une ville commençait par la constitution du foyer central autour duquel devait s'élever la ville. Le prêtre, la tête voilée et revêtu du costume sacerdotal, traçait le sillon sacré, enceinte symbolique de la ville qui devient inviolable. Pour ce faire, il se servait d'une charrue tirée par un taureau blanc et une vache blanche. Le prêtre tenait lui-même le manche de la charrue qu'il portait à certains intervalles afin d'interrompre le sillon et de créer des portes. Les mottes de terre (sacrée) soulevées par la charrue étaient jetées soigneusement à l'intérieur de l'enceinte. Lorsqu'il avait fini de tracer le contour de la ville, la vache restait à l'intérieur du sillon et le taureau à l'extérieur. Cette enceinte était sacrée ; la toucher ou la traverser était considéré comme un sacrilège, un acte d'impiété.

25Dans cette procédure d'individualisation d'un lieu sur un territoire, la vache représentait dans l'imaginaire des fondateurs le principe féminin, le taureau symbolisant le principe masculin. L'enceinte créait un intérieur et un extérieur, un familier et un étranger, un local et un global, un connu et un inconnu.

26Cet intérieur, familier, local, connu, est sacré et inviolable. C'est là que règne le principe féminin, lequel cherche à "unifier et à unir", comme l'anima chez C.G. Jung (cité par Humbert : 66). Cet extérieur, étranger, global et inconnu, c'est le territoire à conquérir et à dominer. Ici règne le principe masculin ou animus qui cherche à "distinguer et à connaître" (ibid.). L'impureté habite l'extérieur, la pureté sacrée, l'intérieur.

27L'étude de la cité de Catal Hüyäk, en Turquie méridionale, riche en images, montre comment dans d'autres cultures et civilisations le féminin organise symboliquement, spatialement et fonctionnellement les lieux. Ici, le féminin s'exprime à travers l'image de la femme et la présence de la mère-terre. La figure de la femme, symbole de fécondité et de reproduction de la vie, apparaît sous forme d'un corps de déesse, bras et jambes levés en signe d'accouchement, et à travers des images de seins.

28"La place du mâle est tenue par des taureaux et des béliers, expressions les plus fortes de la virilité" (Mellart, 1971 : 101). Mais le taureau et le boeuf représentent aussi le fort attachement et la dépendance vis-à-vis de la mère-terre. Il est le premier animal apprivoisé pour le travail, notamment pour les activités agricoles dont dépendaient les habitants. En effet, ces derniers avaient de grandes connaissances en agriculture et une bonne technique pour conserver efficacement les aliments.

29Mais la terre était aussi leur foyer. Catal Hüyäk est une ville souterraine située dans une colline. Elle existe par et dans la terre. Leur rapport à celle-ci ainsi que leur attachement était si grand que les habitants de Catal Hüyäk enterraient leurs morts dans le sol de leurs maisons.

30Dans cette ville il n'y a ni places, ni parcs, ni rues, toutes les maisons étant collées les unes aux autres. L'on sort par des trous pratiqués dans le plafond. L'intérieur des maisons est multifonctionnel : c'est le lieu sacré, le lieu de toutes les activités quotidiennes et du repos éternel. Tout se réalise à l'intérieur, à l'exception des activités de subsistance. L'extérieur est monofonctionnel : c'est le lieu du travail agricole et, dans une moindre mesure, de la chasse d'animaux.

31La reproduction est le fruit du sacré familial, intérieur. La préservation est le fruit du travail extérieur.

32Dans beaucoup de récits, la fondation d'une ville est attribuée à une déesse ou à une femme qui deviendra une déesse après la fondation. C'est le cas pour la ville sumérienne d'Akkad dont l'instauration a été prise en charge par la déesse Inanna ou encore pour la grande Carthage dont la fondatrice est Elyssa, vierge de grande beauté, soeur de Pygmalion, roi des Tyriens.

33La ville est très souvent associée à la maison, lieu sacré du lien entre les dieux et les hommes. En Mésopotamie, et notamment à Babylone, les ziggourats représentent le trait d'union entre la terre et le ciel. En construisant la tour de Babel, les hommes ont voulu "toucher le ciel" et sortir du cadre terrestre de la ville : le ciel est le sacré suprême. Cela ne leur a pas été permis. C'était l'utopie masculine qui voulait s'imposer au possible féminin du sacré sur terre.

34"Militaire ou religieuse, administrative ou marchande, la ville antique est avant tout imprégnée de religiosité, et le sacré imbibe chaque brique de chaque maison, chaque pierre de chaque route" (Paquot, 1990 : 23).

35Les protagonistes de ces oeuvres étaient-ils conscients de ces symboles et significations ? Assurément non. D'abord, pour une raison historique. Un grand nombre de ces significations nous sont dévoilées grâce à la mise en perspective historique (le recul du temps) et aux possibilités actuelles de comparer des situations historiques, possibilités dont les acteurs ne disposaient pas.

36Ensuite, pour une raison psychologique. Humbert, en paraphrasant C.G. Jung, explique que "un symbole est (donc) une expérience… le symbole est vivant… D'une façon générale, l'action du symbole est celle d'une représentation qui engendre un sens parce qu'elle fait se rejoindre des termes séparés. Le fait de sens qui accompagne une telle expérience s'impose et, cependant, il échappe à la raison… le symbole est caractérisé, en effet, par un certain rapport à l'inconnu" (Humbert, 1983 : 43, 44).

37Les peuples anciens avaient ainsi créé des images dont ils n'étaient pas toujours conscients. Aujourd'hui nous interprétons ces images et ces symboles et, bien qu'une bonne partie de leur sens nous échappe, ils nous permettent de saisir le mystère psychologique de la projection sur la réalité externe d'une réalité consciente/in-consciente interne.

Les catégories du féminin/masculin comme interprétation de la dualité ville/territoire

38Ces récits nous permettent de construire une première catégorisation que nous pouvons par la suite retrouver dans n'importe quel récit :

Féminin

Masculin

Ville

Territoire

Maison

Site

Local

Global

Connu

Inconnu

Intérieur

Extérieur

Prochain

Lointain

Fini

Infini

Multifonctionnalité

Monofonctionnalité

Unir

Distinguer

Réel

Utopique

Possible

Souhaitable

Mesuré

Mégalo

Reproduction

Préservation

Sacré

Profane

Familier

Etranger

39Aujourd'hui, dans l'ethnie Toucouleur qui appartient à la communauté linguistique Hal Pulaar, au Sénégal et au Mali, la Djom Soudou est la femme propriétaire de la chambre. Le Djom Gallé est l'homme propriétaire de la maison et de son enclos. Ainsi, avec des siècles de distance et dans des espaces géographiques et culturels différents, nous retrouvons les mêmes catégories intérieur/extérieur, maison/site, ville/territoire.

40Le symbole phallique, premier élément de structuration spatiale du territoire (menhir) traduit la domination de l'homme sur la femme et sur la mère-terre ; c'est le phallocentrisme ou la primauté du mâle. C'est aussi une volonté de domination sur les forces de la nature (parmi lesquelles, les animaux).

41Cette domination signifie contrôle. Cet imaginaire explique en partie le rôle assigné au mâle et à la femelle dans l'organisation sociale. Ainsi, la femme c'est le local/localisé, du latin locus, qui est aussi la racine latine de lieu, d'une partie déterminée de l'espace, un lieu précis. Le local est un lieu connu. La femelle reste dans un lieu connu, elle est locale. Le mâle, c'est le global, du latin globus la terre, le globe.

42Les récits de fondation reprennent cet imaginaire du féminin/masculin, local/global, passivité/activité dans la production de la ville. De cette manière, dans l'imaginaire ancien, le rapport féminin/masculin définit le rapport ville/territoire dans des sphères bien précises.

43Le mâle/masculin est monofonctionnel. Il sort soit pour chasser, soit pour faire la guerre, soit pour travailler, soit pour les trois choses, mais jamais en même temps. La division des fonctions dans les villes, à différentes époques, est masculine : prêtre, militaire, commerçant, producteur, politicien, etc. Le masculin/mâle c'est la spécialisation. Le territoire est divisé avant d'être exploité afin de lui assigner des rôles différents selon sa morpho-géologie.

44La femelle/féminin est multifonctionnelle. Elle reste pour nourrir, élever, protéger, guérir, nettoyer, attendre, organiser, etc., tout en même temps. Chez elle, il n'y a pas de spécialisation. La première définition de la ville découle de son caractère principalement multifonctionnel : lieu de relation, d'échange et d'information multiple.

45Selon Riccardo Mariani, au Moyen Age, la ville naît en Europe lorsqu'une multiplicité de fonctions ne sont plus exercées par l'Eglise mais autour d'elle. L'Eglise se reproduit et engendre la ville, mais sans éparpillement, comme les poussins autour de la poule. Le village devient ville.

46L'intérieur est la ville, le féminin dans les anciens récits de fondation. L'extérieur est le territoire, le masculin selon ces récits. L'extériorité et la globalité du territoire, par rapport à l'intériorité et la localité de la ville, sont idéalisées dans ces récits et elles expriment le besoin de l'homme d'extérioriser son principe féminin.

47Relevons aussi que le souhaitable appartient au principe masculin tout comme le possible appartient au principe féminin. On entre ainsi dans l'idée de l'utopie.

48L'utopie (du latin ou=non ; topos=lieu) c'est le non-lieu. L'utopie est une construction rigoureuse et imaginaire de la société. Toute rigueur renvoie à une méthode, à une manière de faire. L'utopie est la capacité de construire mentalement sur le néant, à partir du néant, du non-lieu. Le possible est raisonnable (non pas rationnel, même si les deux mots ont la même racine étymologique, ratio=raison). Le raisonnable c'est agir conformément au bon sens, à partir d'une connaissance empirique. Le rationnel c'est déduire par le raisonnement et cela n'a rien d'empirique, ne dépend pas de la connaissance pratique du réel.

49La Charte d'Athènes a voulu universaliser le masculin/utopique interne dans l'inconscient collectif. Elle a voulu tout mettre en question et recommencer à zéro en faisant table rase de l'existant, une nouvelle création. Ce n'est pas possible. Chaque culture doit en fait s'exprimer, extérioriser de manière spécifique cette polarité paradoxale et complémentaire : utopie/réalité, raison/émotion, souhaitable/possible.

50Les Plans directeurs d'urbanisme, tout comme les récits, expriment post-factum l'idéal de ville à construire, la ville souhaitable ; une ville imaginaire conçue sur la table à dessin, hélas trop éloignée de notre malheureuse expérience quotidienne de la ville.

51La créativité n'est pas l'imagination effrénée, ni l'aménagement conformiste, mais l'effort de permettre au souhaitable de devenir possible et non l'imposition du possible comme souhaitable. Un des principaux problèmes de la planification urbaine et de la planification tout court est que l'on a voulu organiser le souhaitable sans considération du possible (féminin). En revanche, le pragmatisme actuel veut imposer le possible en négligeant le souhaitable, l'utopique.

52L'objectif est d'arriver à trouver une complémentarité accrue entre l'utopique, le rationnel, l'intellectuel et le souhaitable du masculin avec le réaliste, le sentimental, l'émotionnel et le possible du féminin.

Implication de l’approche féminin/masculin dans les rapports homme/femme en milieu urbain

53Au cours de notre histoire, nous avons à tort associé le principe féminin aux femmes et le principe masculin aux hommes. Il nous paraît ainsi impensable de voir une femme prenant la tête du bureau de planification territoriale d'une mégapole latino-américaine. Cette association est erronée.

54Le problème est que, en transposant les catégories du féminin et du masculin aux femmes et aux hommes, nous avons créé une nouvelle catégorisation :

Féminin

Masculin

Femme

Homme

Le foyer

La politique

La famille

La société

Elever les enfants

Faire la guerre

Reproduire

Conquérir

Rester

Partir

La communauté

La société

Le quartier

La ville-territoire

55Le féminin n'est pas la femme, le masculin n'est pas l'homme. La vie repose sur l'équilibre harmonieux des énergies masculines et féminines présentes dans l'action et dans l'inconscient de chaque être humain. La ville d'aujourd'hui exprime une rupture de cet équilibre (écologique, sociologique, biologique, psychologique et mythologique).

56La ville actuelle, en étendant sans cesse son territoire, afin de le maîtriser et de le soumettre à travers un processus couramment appelé "mégapolisation", a généré une dynamique inverse : elle a été modifiée dans sa structure profonde et a provoqué une énorme crise dans son fonctionnement, dans sa structure et dans son écologie.

57Le défi écologique, la protection de la mère-terre, est un défi féminin qui doit encore s'ouvrir un chemin à travers la méfiance de la masculinité du savoir scientifique.

58Un des grands obstacles à surmonter aujourd'hui est lié à l'image de la ville. La mégapolisation a produit une rupture de la frontière ville-territoire. Le principe masculin exprimé dans le désir de domination, de conquête, de mégalomanie a écrasé le principe féminin de maîtrise intérieure, de mesure, de contrôle des frontières du réel.

59En se mégapolisant, la ville dévore le territoire, l'urbain envahit la société et les efforts de décentralisation territoriale et de maîtrise de la croissance des villes se heurtent à un nouveau paradigme : la défiguration du local et du global. Le local se relocalise à l'intérieur d'une ville atomisée qui devient le global. La ville s'étend et devient territoire, ville diffuse. Le territoire s'urbanise. La ville-féminine se territorialise et donc se masculinise.

60Ainsi, la structure territoriale actuelle de la ville, atomisée, multilocalisée, fragmentée, empêche l'expression des valeurs féminines du local, connu, intérieur, mesuré. Avec la mégapolisation et la globalisation, la ville devient ouverte et perméable. La globalisation a cassé l'intérieur, l'intime, le prochain, elle a violé et traversé l'enceinte sacrée du local et profané la ville.

61L'étranger devient local, le familier global. Le prochain est profané, le lointain sacralisé. L'association erronée du féminin avec les femmes conduit ces dernières à un confinement vers un rôle jugé péjorativement comme secondaire. Par cette même association erronée, les hommes s'érigent une fois de plus en maîtres de cette violation du sacré intérieur de la ville. Ce sont principalement eux qui construisent une Europe de villes ouvertes et défigurées, centraliste et étrangère aux intérêts des citadins.

62En assumant son inconscient masculin, nombre de femmes latino-américaines construisent avec créativité le souhaitable à partir du possible et nourrissent leurs familles dans des contextes de crise économique. En assumant leur inconscient féminin, des hommes de partout reconnaissent l'importance vitale de la protection de la mère-terre souffrante et agonisante et s'engagent dans sa préservation.

63Mais en même temps, des millions de femmes en refoulant leur inconscient masculin renoncent à lutter pour conquérir un rôle complémentaire des hommes qui leur permette de sortir de la soumission actuelle. De même, en refoulant leur inconscient féminin, des millions d'hommes continuent à détruire la mère-terre, à profaner la ville par la mise en place de politiques qui n'empêchent pas sa défiguration territoriale ni l'exploitation et la domination des femmes.

64En conclusion, la question que l'on peut se poser est : Comment faire en sorte que notre conception de la ville et la ville elle-même devienne plus humaine, c'est-à-dire intégrative de la totalité de l'être humain dans ses composantes féminines et masculines ?

Bibliographie

AA. VV., 1983, La ville dans le proche-orient ancien, Leuven, Peeters, (Les Cahiers du CEPOA, Université de Genève, Actes du Colloque de Cartigny-1979), 310 p.

ANTOLINI André et BONELLO Yves-Henri, 1994, Les villes du désir, Paris, Galilée (Coll. Débats), 170 p.

BENEVOLO Leonardo, 1983, Histoire de la ville, Paris, Parenthèses (pour la version française).

COUSINEAU BRUTSCHE Diane, 1993, Le paradoxe de l'âme : exil et retour d'un archétype, Genève, Georg éditeur (Coll. "Etudes jungiennes"), 161 p.

DAGHINI Giairo, 1994, "Les mots de la ville", Les Cahiers de Philosophie, n° 17, "Le philosophe dans la cité", hiver 1993/1994, pp. 25-33.

FOUSTEL de COULANGES, 1984, La cité antique, Paris, Flammarion, 494 p.

HUMBERT Elie G., 1983, C.G. Jung, Paris, Editions universitaires (Coll. Agora ; Presse Pocket ; 85), 161 p.

JUNG Carl Gustav, 1963, Psychologie et éducation, Paris, Bouchet-Chastel.

JUNG Emma et HILLMAN James, 1981, Anima et Animus, Paris, Seghers (Coll. "L'esprit jungien" - traduction française), 221 p.

LE CORBUSIER, 1957, La Charte d'Athènes, Paris, Minuit (Coll. Points ; 25), 190 p.

MELLART James, 1971, Catal Hüyäk : une des premières cités du monde, Suisse, Jules Tallandier (pour la version française), 232 p.

PAQUOT Thierry, 1990, Homo Urbanus : essai sur l'urbanisation du monde et des moeurs, Paris, Edition du Félin (Coll. Essai), 178 p.

RACINE Jean-Bernard, 1993, La ville entre Dieu et les hommes, Genève, Presses Bibliques et Universitaires, 354 p.

RONCAYOLO Marcel et PAQUOT Thierry (sous la direction de), 1992, Villes et civilisation urbaine : XVIIIe-XXe siècle, Paris, Larousse (Coll. Textes essentiels), 688 p.

RONCAYOLO Marcel, 1993, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard (Coll. Folio/essais : 139 - nouvelle édition), 278 p.

Lire

Open access

Acheter