Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Apports théoriques

Migrer c'est résister : à propos des femmes en migration

Laurent Monnier

Texte intégral

1Pour Gail Pheterson, les femmes qui migrent le font souvent en tant que groupe systématiquement exploité, dont les conditions économiques sont étroitement liées à l'oppression politique. Cette auteure définit l'oppression sexiste "comme étant l'exploitation par les hommes du travail privé et public des femmes et l'imposition de cette exploitation par la violence ou la menace de la violence de la part des hommes" (Pheterson, 1994 : 59). Ainsi, comme la nature de l'oppression sexiste est associée à un mécanisme d'exploitation domestique, il est pertinent, du point de vue des femmes, de considérer que toutes les formes de migration sont des actes signifiants sur le plan politique.

Thèse

2La réflexion de Gail Pheterson s'organise à partir d'un constat : sauf cas exceptionnel, affirme-telle, les gouvernements continuent à refuser de reconnaître les persécutions fondées sur l'oppression de genre comme un motif légitime pour accorder l'asile, en dépit des prises de position favorables de certaines instances internationales, tels le Parlement européen ou le Comité exécutif du HCR.

3Les femmes qui transgressent les codes discriminatoires en matière de genre, et celles qui s'émancipent, économiquement ou sexuellement, sont soumises à des sanctions sociales ou légales ; elles ne peuvent espérer aucune protection. L'auteure donne de nombreux exemples où le stigmate lié à l'avortement, à la prostitution ou à l'homosexualité (alors qu'il s'agit pour les femmes de la liberté de disposer de leur corps) est suffisant pour les discriminer ou les criminaliser.

Le statut d'infériorité des femmes

a) Pratiques sexistes

4En matière d'asile, on refuse aux femmes ce qu'on accorde aux hommes, car les pratiques administratives de la justice et de la police sont sexistes. Ainsi, en Allemagne, il est difficile pour une femme exilée d'être reconnue en tant que militante politique alors qu'on admettra sa qualité d'épouse de militant, comme si toute existence sociale autonome était déniée aux femmes.

b) Pratiques discriminatoires

5Paradoxalement, la discrimation de genre conduit les fonctionnaires des pays occidentaux à rejeter les demandes d'asile de militantes parce que "pas assez politiques" alors que leurs activités dans leur pays d'origine sont considérées comme "trop politiques". L'auteure se réfère ici à des femmes du Kurdistan turc, faisant partie d'organisations nationalistes, qui ont été torturées et violées en prison par des militaires pour les punir de leur défaillance à l'égard de leur rôle traditionnel de femmes. Ces femmes, une fois libérées, sont rejetées par leur propre réseau partisan pour le même motif de transgression des impératifs de genre. Ensuite, quand ces mêmes femmes demandent l'asile dans des pays du Nord, elles se voient opposer une fin de non-recevoir, car le viol subi n'est pas considéré comme un cas de violence exceptionnelle et ne justifie donc pas l'octroi de l'asile.

Migrer c'est résister

6La majorité des femmes qui cherchent à entrer dans un pays étranger ne le font pas pour fuir un système de persécution contre lequel elles se sont dressées. La plupart des migrants, hommes ou femmes, sont principalement en quête de travail et de revenus. Cependant, Gail Pheterson relève subtilement que les femmes qui migrent remettent en question plus ou moins implicitement les normes du contrôle patriarcal.

7Etant donné le fondement économique – donc politique – de l'oppression de genre, il en découle que toute migration féminine a des implications politiques. Migrer est peut-être alors la forme la plus courante de résistance à une telle exploitation.

8A l'échelle mondiale, l'augmentation des migrations féminines est l'amorce d'un processus de remise en question de la domination de genre : celles-ci représenteraient près de la moitié des migrants, alors que la population globale des réfugiés est composée à 75 % de femmes et que plus de 60 % des familles réfugiées ont à leur tête une femme.

9Or, comme l'ont relevé Laura Oso et Christine Catarino, la migration féminine est un phénomène invisible. Cette "invisibilité de la migration féminine a été créée par le stéréotype de la femme considérée économiquement inactive et dépendante de l'homme" (Oso & Catarino, 1994 : 1).

10La littérature courante et les statistiques déficientes contribuent à cette relégation des femmes dans des rôles passifs, alors qu'elles sont au contraire les véritables actrices de la migration, soit comme femmes qui restent, soit comme femmes qui partent (ibid.).

11La thèse de Gail Pheterson met bien en évidence les mécanismes paradoxaux de l'oppression de genre, qui s'expriment "dans des situations de double contrainte inextricables".

12Les femmes peuvent être punies pour être parties, alors que dans une large mesure ce départ leur a été souvent imposé. Or, l'autonomie que représentent pour des femmes le voyage ou l'initiative économique – que cette autonomie corresponde à des actes d'obéissance ou au contraire de résistance – implique la transgression des rôles féminins traditionnels. En effet, l'action initie le changement qui est la négation même de la passivité. Les réactions à cette autonomisation des femmes, perçue comme une transgression, tendent à les criminaliser, que cela soit dans leur propre pays, aux frontières ou dans le pays où elles se rendent.

13Comme le dit l'auteure, "il y a de fortes chances pour que le stigmate et le chef d'accusation auxquels la femme migrante par besoin économique va être confrontée seront la prostitution" (Pheterson, 1994 : 60).

14On pourrait donc articuler la réflexion de Gail Pheterson à des interprétations qui envisagent les migrations comme capables d'affaiblir le rôle traditionnel de l'Etat-nation (Badie & Withol de Wenden, 1994 : 11 ss). De nos jours, l'Etat n'est plus l'acteur unique et dominant des relations internationales. Le monde n'est plus exclusivement celui des Etats, car ce champ est investi de pratiques nouvelles associées aux notions de flux religieux et de flux migratoires impliquant d'autres formes originales de solidarité.

15A un monde des Etats vient progressivement se superposer un système de réseaux, indépendant de l'espace territorial national. En d'autres mots, les migrations remettent en question les règles traditionnelles de conduite inter-étatique.

16En effet, par contraste avec l'Etat, sujet des relations internationales, "il est en revanche, pratiquement impossible de traiter avec des flux qui résultent de la seule agrégation de choix individuels ou, en tout cas, de micro-stratégies" (ibid., 13).

17Il n'est donc pas indifférent de savoir que ces micro-stratégies sont principalement le fait de femmes. Dès lors, la tension entre logique d'Etat et logique migratoire, qui contribue à dramatiser voire diaboliser cette dernière, s'inscrit dans une perspective de lutte contre l'oppression de genre.

18Ne plus miser sur l'Etat en appuyant ces formes de mouvements sociaux en gestation, c'est aussi contribuer à la visibilité des femmes comme nouvelles actrices urbaines qui préparent par un patient travail de fourmis un environnement libéré et solidaire où l'Etat-nation, symbole de la violence "machiste", sera définitivement évacué dans les poubelles de l'histoire.

Bibliographie

BADIE Bertrand et WITHOL DE WENDEN Catherine (sous la direction de), Le défi migratoire, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, Questions de relations internationales, 1994, 185 p.

OSO Laura et CATARINO Christine, "Femmes-Chefs de ménage et migration", Au Nord et au Sud, les femmes du tiers monde face à la monoparentalité, Paris, Colloque international ORSTOM-AFED, 28-30 novembre 1994, 33 p.

PHETERSON Gail, "Droit d'asile, migration et prostitution", in Caloz-Tschopp Marie-Claire et al. (eds.), Asile, Violence, Exclusion en Europe. Histoire, analyse, prospective, Genève, Cahiers de la Section des Sciences de l'Education de l'Université de Genève et Groupe de Genève "Violence et droit d'asile en Europe", 1994, pp. 57-66.

Lire

Open access

Acheter