Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, villes et environnement

 | 
Isabelle Milbert
, 
Yvonne Preiswerk

Introduction

Yvonne Preiswerk

Texte intégral

1Les récentes conférences internationales avouent l'importance du mal-être et de l'injustice que rencontrent les femmes dans le monde : pour cette moitié de l'humanité, les inégalités sont tenaces. Il est urgent que non seulement les femmes soient entendues mais qu'elles aient accès aux droits des personnes les plus élémentaires accordés à tout être humain. Il serait toutefois inconvenant de ne parler que d'elles alors que la guerre, les crises, le mal-développement, la pauvreté, la maladie, frappent un peu partout les enfants, les hommes et les femmes de la planète davantage au Sud qu'au Nord, à l'Est qu'à l'Ouest. Jamais peut-être la puissance des uns n'a fait apparaître autant l'impuissance des autres. Pourtant, dans chaque village ou ville, dans chaque pays, les femmes et les hommes s'unissent pour affronter, avec courage et détermination, leurs difficultés d'exister. Ils devraient le faire ensemble, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. Or, dans ce partage et plus particulièrement dans celui de l'accès aux décisions, les femmes subissent l'inégalité ancestrale due à leur sexe ; elles sont le plus souvent en marge des événements qui déterminent leur vie quotidienne, même si elles font montre en permanence d'une extraordinaire vitalité pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, ceux de leurs familles, de leurs sociétés.

2Cet ouvrage veut faire écho aux paroles des femmes qui, dans l'expérience de la vie urbaine, doivent s'unir pour inventer, innover, se faire entendre, participer comme partenaires avec les institutions, donc avec les hommes, à un environnement souvent hostile, dégradé, malsain et inacceptable. La revendication d'une qualité de vie meilleure pour tous légitime une mobilisation sur tous les fronts. Mais, plus exposées dans les guerres, dans les crises, dans les situations difficiles, les femmes souffrent aussi de handicaps sociaux évidents : manque de droits, peu d'accès à l'éducation, violences physiques et morales. Elles restent souvent en marge des richesses, des ressources, de l'accès au sol, ce qui paralyse leur destin. En outre, les peuplements suburbains, la dislocation familiale, l'habitat de survie, les plans d'urbanisation ne permettent guère un partage des tâches entre hommes et femmes et entre les générations.

3Aborder le problème des villes et de l'environnement est somme toute assez classique. Analyser les rapports sociaux entre les sexes, les inégalités entre hommes et femmes est à l'ordre du jour dans les institutions et les études universitaires de tous bords. En revanche, mettre en perspective, comme hypothèse de travail, le couple ville/environnement lié à la question des femmes surprend doublement par son nouvel éclairage.

4D'une part, les inégalités de "toujours" entre hommes et femmes s'éclairent de façon originale dans le contexte urbain. On y perçoit comment l'un et l'autre sexe vit de manière différente, travaille différemment, agit ou subit différemment les problèmes urbains de l'environnement. Dans cette perspective, la ville est prise comme cadre de vie avec ses répercussions propres.

5D'autre part, en prenant la ville non plus comme contexte mais comme "productrice" de rapports sociaux et de sens, on perçoit comment l'urbain distille et reproduit de façon spécifique les inégalités entre hommes et femmes.

6Il serait fort heureux à l'avenir de pouvoir lier en une seule problématique la "ville contexte" et la "ville acteur". Cette synthèse est prématurée au stade actuel des recherches. Mais les matériaux révélés ici permettent d'augurer de passionnantes découvertes. Pour l'instant en tous cas, l'inventaire des questions se montre foisonnant.

7Lorsqu'il s'agit de développement urbain et d'environnement, tant au niveau micro (les ménages) que macro (la société), les rôles des hommes et des femmes devraient être interdépendants mais les structures reproduisent de fait les inégalités. En est-il de même au Nord qu'au Sud ? Peut-on réfléchir à partir de la même hypothèse ?

8En essayant d'appréhender de façon globale le thème croisé de "Femmes, villes, environnement", nous avons posé à nos interlocuteurs l'interrogation majeure suivante :

  • partant du principe que la ville est le lieu de transformations accélérées,

  • partant du constat que les franges les plus pauvres des populations urbaines vivent dans l'urgence, c'est-à-dire sans égard particulier pour la conservation à long terme du milieu ou de l'environnement (comme le faisaient les communautés rurales soucieuses de "visée écologique pour les générations futures"),

  • partant de la constatation presque générale que les femmes cumulent les fonctions domestiques et les fonctions de production des conditions de survie,

  • partant surtout du fait que l'urbain et l'environnement reproduisent des inégalités de sexe, est-il dès lors possible de porter un regard nouveau sur le lien femme/homme et environnement en zone urbaine ?

9Cette perspective nouvelle impose des questions plus pertinentes, plus approfondies et plus ponctuelles sur ce lien revisité. Les voici telles que nous les avons posées à nos partenaires de cette réflexion :

  • Comment les urbains pensent-ils leur environnement, la qualité de leur vie, quels sont leurs possibilités d'actions ? Y a-t-il une visée commune entre les hommes et les femmes, et comment s'articulent ces différences ?

  • De quelle manière l'environnement urbain agit-il sur le comportement de la femme – et des hommes ainsi que de la relation entre eux – individuellement et collectivement ? Assiste-t-on à de nouveaux types de violences (réelles ou symboliques) ? A cet égard y a-t-il des mentalités et des comportements nouveaux selon les générations ?

  • Dans les pays en guerre comment se répartissent les multiples rôles de survie entre hommes et femmes et qu'en est-il dans les périodes d'accalmie ou de retour à la paix ?

  • Quelle est l'image de la nature – quels mythes, quelles réalités – lorsqu'on habite en zone urbaine ? Existe-t-il des réminiscences par rapport à la nature au village, par exemple ressentir la nécessité de voir des arbres, des fleurs, d'avoir des animaux "non utilitaires" ?

  • Quelles sont les possibilités d'accès aux structures de décision ? Quelles sont les modalités de négociation avec le pouvoir que peuvent instaurer les femmes quant à l'environnement construit (quartiers, maisons, lieux de service, transports) ?

  • Quel est l'impact des femmes sur les prises de décisions pour gérer l'environnement au niveau des pratiques quotidiennes (recyclage, déchets, latrines, etc.) ?

  • Quels moyens ont-elles de prendre en charge des alternatives de productions de biens qui seraient respectueuses de l'environnement (économies parallèles, réseaux informels) ? Y a-t-il lieu de se poser cette question pour le Tiers Monde ? Quels sont les réseaux de solidarité qui s'instaurent ou peuvent s'instaurer pour améliorer le quotidien dans ce cadre ?

  • Quelle est leur marge de créativité et quel soutien ont-elles de la part des hommes pour des innovations qui améliorent leurs qualités de vie ? Qui procure l'argent nécessaire (les hommes ou les femmes elles-mêmes) ?

  • Comment les femmes conscientisent-elles leurs enfants à une gestion acceptable du milieu (qualité de vie, de l'eau, accès au marché, jardinage) ?

  • Y a-t-il une division des rôles sociaux de sexe dans les questions d'environnement ou est-ce une "question occidentale" ?

  • Les agences de coopération peuvent-elles mettre en oeuvre des projets qui donnent la priorité aux femmes et à l'environnement ? Et dans ce cas comment le partage des droits et devoirs entre hommes et femmes concernés peut-il être géré ?

10Cette liste longue et incomplète de questions très pratiques ouvre sur deux constats fondamentaux. Le premier est que la réalité transmise par les différentes expériences ponctuelles décrites dans cet ouvrage est infiniment plus riche et éclairante qu'on ne pouvait l'imaginer. La créativité humaine, poussée parfois dans ses retranchements, déborde de vitalité, d'inventivité et de détermination. Tous ces récits décrivant l'engagement et les liens de solidarité appellent l'admiration et notre soutien inconditionnel.

11Le deuxième constat prévaut plutôt pour les sociétés développées. Les réflexions théoriques qui jalonnent nos connaissances en matière d'histoire, d'urbanisme, de migrations, d'échanges économiques entre autres, ne tiennent pas assez compte des rapports sociaux entre hommes et femmes qui pourtant permettent de manière tout à fait novatrice de revisiter ces disciplines pour penser demain.

12Nous souhaitons par cet ouvrage enrichir le vaste débat d'idées, au Nord comme au Sud, sur les villes et l'environnement, et sur le rôle que les femmes peuvent y jouer.

Lire

Open access

Acheter