Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

5. Politiques et droit à l'alimentation, organisation et luttes agraires

Pourquoi existe-t-il encore des famines ?

Stephen Devereux

Note de l’éditeur

Référence : Devereux, Stephen. “Pourquoi existe-t-il encore des famines ?” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 377-390, DOI : 10.4000/books.iheid. 5295 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Au cours du XXe siècle, les famines ont provoqué la mort de plus de 70 millions de personnes, dont plus de 90 % en Asie (Chine, Inde, Bangladesh) et en Europe orientale (Union soviétique) et plus de 85 % durant les cinq décennies 1920-1960. Au moment de la « grande famine éthiopienne » de 1984-1985, ce fléau avait été éradiqué de l’Europe et de la majeure partie de l’Asie. Si on compare les famines selon le nombre de morts, celles qui ont lieu en Afrique sont généralement d’une ampleur bien moindre (moins d’un million d’Éthiopiens sont morts entre 1984 et 1985, contre quelque 30 millions de Chinois lors de la famine consécutive au « Grand bond en avant » en 1958-1962). Après la gigantesque réaction publique suscitée par le drame éthiopien en 1985, on pouvait croire que les famines étaient maîtrisées et qu’elles seraient bientôt reléguées aux archives de l’histoire.

2Or, depuis les années 1980, le monde a été frappé à plusieurs reprises, principalement en Afrique, (Éthiopie, Malawi, Mozambique, Somalie, Soudan, Ouganda), mais aussi en Asie (Corée du Nord). Même si ces famines ont généralement été moins graves que celles qui ont marqué l’histoire, elles n’en sont pas moins persistantes – l’Éthiopie et le Soudan, par exemple, ont chacun été touchés quatre fois depuis 1980. Par ailleurs, certaines famines se sont récemment déclarées dans des pays comme le Malawi en Afrique australe, qui n’avait jamais connu ce phénomène auparavant.

3Pour comprendre ce fléau, cet article se propose d’étudier l’évolution de la nature des famines au fil du temps. Il analyse plusieurs théories qui tentent d’en expliquer les causes : démographiques, économiques et politiques. Malgré les considérables progrès accomplis au XXe siècle, qui a vu la réduction de leur nombre et de leur gravité, les famines persistent et la vulnérabilité des populations demeure élevée, en particulier en Afrique subsaharienne.

Les trajectoires historiques des famines

4Avant le XXe siècle, la plupart des famines étaient provoquées par des catastrophes naturelles ou des phénomènes météorologiques exceptionnels – sécheresse, vague de grand froid, invasion de sauterelles, maladies touchant les récoltes ou le bétail – qui détruisaient les moyens de subsistance des populations agricoles et les privaient de la nourriture nécessaire à leur survie. La vulnérabilité de ces individus se trouvait aggravée par le sous-développement économique : marchés fragiles, dispositifs de stockage limités, manque de diversification des moyens de subsistance, moyens de transport et de communication médiocres, absence d’une administration centralisée ou d’organismes donateurs internationaux susceptibles d’intervenir par une aide alimentaire. On vante souvent les sociétés précapitalistes pour leurs principes égalitaires et leurs systèmes d’entraide, mais ces sociétés sont souvent incapables, du fait de la modicité de leurs ressources, de faire face aux conséquences de défaillances graves ou prolongées de leurs modes de subsistance.

5Au cours des premières décennies du XXe siècle, la transformation rapide des infrastructures de transport et de communication a contribué à intégrer des populations isolées à un environnement économique plus vaste, ce qui a eu pour effet de réduire leur vulnérabilité. On a pu notamment observer ce phénomène dans des régions isolées, comme le nord-ouest de la Chine, l’est de l’Union soviétique et une grande partie de l’Inde rurale. Dans ces territoires, la construction du chemin de fer, capable d’acheminer les denrées des zones excédentaires vers les régions moins favorisées, a permis aux pouvoirs publics et au secteur commercial de parer plus rapidement et plus efficacement aux crises alimentaires, dès leur apparition. En Afrique, les réseaux ferroviaires et routiers se sont développés plus lentement, sans s’étendre aux zones rurales aussi profondément qu’en Inde. Aujourd’hui encore, certaines régions des hauts plateaux éthiopiens ou du Soudan méridional ne sont pas accessibles aux véhicules motorisés. En Afrique de l’Ouest, en revanche, des routes et des chemins de fer ont été construits pendant la période coloniale.

6Pourtant, la colonisation n’a pas entraîné l’éradication de ce fléau car l’arme de la faim a parfois été utilisée pour briser des amorces de résistance à la domination européenne (en Namibie et en Tanzanie par exemple). Pour d’autres raisons, la vulnérabilité à la famine s’est même souvent aggravée au cours de cette période. En Inde, les « Famine Codes » (Codes sur la famine) ont été promulgués par le pouvoir britannique dans les années 1880, après que dix millions d’Indiens ont péri au cours de la terrible famine de 1876-1879. Les Britanniques voyaient dans la prévention de ce fléau un moyen de légitimer leur emprise coloniale et ils mirent au point le premier « système d’alerte rapide ». Néanmoins, dans les années 1890, une autre famine s’avéra catastrophique, coûtant à l’Inde autant de vies, sinon plus, que les crises précédentes.

7Le colonialisme était lié à l’exploitation de denrées agricoles et de ressources minérales. Il accéléra également l’intégration dans l’économie mondiale de populations auparavant isolées, ce qui eut des conséquences diverses en matière de pauvreté et de sécurité alimentaire. Dans les années 1970, des auteurs marxistes ont avancé que la pénétration du capitalisme dans les économies de subsistance – marchandisation de la nourriture et essor des cultures commerciales – a accru la vulnérabilité des paysans face aux catastrophes naturelles et aux crises économiques. Analysant la famine survenue en Afrique, dans l’ouest du Sahel, dans les années 1970, les universitaires français Claude Meillassoux et Claude Raynaut ont mis en cause le développement de la culture de l’arachide au cours de la période coloniale, qui a réduit la production agricole vivrière et empiété sur les pâturages pastoraux. Rétrospectivement, cette plus grande vulnérabilité semble avoir été transitoire. De manière générale, les avantages économiques apportés par l’intégration dans les marchés nationaux et mondiaux ont largement compensé les risques induits. Pourtant, à l’heure actuelle, le processus de mondialisation crée de nouvelles menaces comme l’effondrement des prix des produits de base. Il entraîne aussi la marginalisation de certains groupes, mis à l’écart de l’économie mondiale.

8Après les indépendances, les pays historiquement touchés par la famine se sont engagés sur deux voies différentes. Certains, comme l’Inde, ont continué à réduire les facteurs de vulnérabilité, grâce à une plus grande responsabilité politique vis-à-vis de la prévention des famines ; grâce aussi aux accroissements de production vivrière issus de la révolution verte. Après l’échec de l’administration britannique à prévenir la « grande famine du Bengale » en 1943, le gouvernement indien a empêché plusieurs crises alimentaires potentielles. En outre, même si une famine de grande ampleur s’est abattue sur le Bangladesh en 1974, peu après l’accession de ce pays à l’indépendance, d’autres y ont par la suite été enrayées en 1984, 1988 et 1998. Il n’y a pas eu de grande famine en Asie du Sud depuis 1974, ce qui est un progrès remarquable au regard de l’histoire de cette région.

9Loin des succès remportés par l’Asie dans l’éradication des « famines qui tuent » au cours du XXe siècle, en Afrique, les indépendances se sont accompagnées d’une instabilité politique aggravée et de famines où la militarisation et la guerre civile ont joué des rôles de premier plan. Dans les pays où la domination coloniale paternaliste a cédé la place à des dictatures militaires, la responsabilité politique et les moyens d’intervention de l’État central se sont nettement réduits. Ce processus a parfois fait le lit de la famine. Il a aussi érodé la faculté ou la volonté politique d’intervenir efficacement lors de l’apparition des conditions propices à ce fléau. À la fin des années 1960, la région du Biafra, au Nigeria, offre le premier exemple significatif d’une famine déclenchée par une guerre à l’époque moderne, alors même que cette zone n’avait jamais été touchée par ce phénomène auparavant et ne l’a plus été depuis. Au cours des années 1980 et 1990, divers pays africains qui n’étaient pas historiquement touchés par les famines ont connu des crises alimentaires liées à des conflits et à l’instabilité politique : l’Angola, le Mozambique, le Liberia, la Sierra Leone, l’Ouganda et le Zaïre (République démocratique du Congo). Dans la Corne de l’Afrique, des pays comme l’Éthiopie, la Somalie et le Soudan, qui avaient été exposés par le passé à des famines consécutives à des sécheresses, ont subi au cours de ces dernières décennies les effets combinés de guerres civiles et de sécheresses, qui ont contribué à faire perdurer ce fléau.

Des cadres théoriques

Le « malthusianisme » : famines et régulation de la croissance démographique

10La plus célèbre théorie sur la famine a été écrite il y a plus de deux siècles par le révérend anglais Thomas Malthus qui, dans son ouvrage intitulé Essai sur le principe de population (1798), soutenait que la croissance démographique ne pouvait se poursuivre indéfiniment dans un monde aux ressources naturelles limitées. Selon lui, les besoins alimentaires des personnes finissant par surpasser la capacité du monde à produire des aliments, des famines surviendraient et réguleraient la croissance démographique en équilibrant l’offre et la demande d’aliments.

11L’influence du malthusianisme a été immense. On lui doit notamment le « déterminisme environnemental », qui est au fondement des débats actuels sur la raréfaction des ressources. Comme théorie de la famine, il présente pourtant plusieurs faiblesses. Malthus a élaboré cette théorie en Angleterre, avant que la révolution industrielle ne déplace la majorité de la population du secteur agricole, vulnérable, vers les villes et les zones urbaines. Il a aussi développé ses idées avant que la modernisation des transports et des communications ne permette d’envoyer des denrées d’un bout à l’autre du monde pour pallier les déficits alimentaires, et avant que les progrès de la recherche scientifique en agriculture ne donnent lieu à des accroissements spectaculaires des rendements – par exemple avec la « révolution verte » en Inde et le développement de l’usage des variétés hybrides, des engrais chimiques et des pesticides.

12Même en matière de démographie, il semblerait que Malthus se soit trompé. Après chaque famine, on observe par exemple une forte poussée de la natalité, un « baby-boom » local, et la population continue à s’accroître. Peuplée de plus d’un milliard d’individus, la Chine est aujourd’hui moins vulnérable à la famine qu’il y a quarante ans, lorsqu’elle comptait 650 millions d’habitants et que 30 millions de personnes pouvaient périr à l’occasion d’une seule famine. Malthus n’a pas davantage su prévoir la « transition démographique », étape où le nombre des naissances baisse suite à une diminution des décès. Ce phénomène a déjà eu lieu dans les pays riches d’Europe, où la population se stabilise. Dans les pays pauvres, en revanche, le taux de fécondité élevé et la croissance démographique rapide demeurent un facteur d’aggravation de la vulnérabilité à la famine. En effet, le « taux de dépendance économique » (c’est-à-dire le rapport du nombre de consommateurs au nombre de travailleurs) est trop élevé. Ainsi, au Malawi, les communautés les plus durement frappées par la famine en 2002 furent celles qui avaient beaucoup d’enfants (orphelins compris) et où les adultes étaient malades et mouraient du sida. À terme, même des pays pauvres comme le Malawi connaîtront la transition vers une croissance démographique nulle. Selon les projections des Nations unies, la population mondiale devrait se stabiliser au cours du XXIe siècle entre 9 et 11 milliards d’habitants, que la planète devrait être en mesure de nourrir compte tenu de ses capacités de production.

L’économie des famines : la théorie de la « capacité d’accès à la nourriture »

13Amartya Sen, lauréat du prix Nobel d’économie en 1998, est l’auteur de l’ouvrage sur la famine le plus marquant depuis Malthus, Poverty and famines (Fery et Pichon-Mamère n. d.), où il introduit la notion de « entitlement to food » (capacité d’accès à la nourriture). Il y soutient que les personnes se procurent de la nourriture de plusieurs manières : production, commerce, travail, cadeaux ou transferts. Il démontre que la famine n’est pas déterminée au premier chef, par des problèmes de disponibilité en nourriture ou par de mauvaises récoltes au plan régional ou national, mais plutôt par des défaillances dans la capacité d’accès individuel à la nourriture. Par exemple, même lorsque la sécheresse est à l’origine d’un effondrement des récoltes, seuls certains groupes sont touchés par la famine. Les citadins le sont rarement. Paradoxalement, les personnes qui produisent des aliments (les agriculteurs) sont souvent les plus exposées, car leur capacité d’accès à la nourriture dépend d’une source unique (la production), qui est très vulnérable et aléatoire. Sen a également démontré que nombre de famines se sont déclarées alors même que les disponibilités alimentaires n’étaient pas en baisse. Au Bangladesh, en 1974-1975, c’est la hausse rapide des prix alimentaires, provoquée par des prévisions de mauvaises récoltes, qui a privé les ouvriers agricoles sans terre, ainsi que des personnes appartenant à d’autres groupes à faibles revenus, des moyens de se nourrir. En effet, les commerçants et les personnes les plus riches avaient constitué des réserves de riz, par crainte du manque. Cette attitude a engendré une pénurie artificielle, provoquant la mort d’un million et demi de personnes, alors même que le pays était doté de réserves alimentaires supérieures à celles de l’année précédant la famine.

14L’approche par la capacité d’accès à la nourriture explique très bien les famines engendrées par la pauvreté et les défaillances du marché. Quand la production vivrière ou l’offre sur le marché chutent, les prix augmentent. Dès lors, ceux qui ne peuvent acheter la nourriture essentielle à leur survie sont exposés à la famine, à moins que leurs besoins ne soient compensés par des apports d’une autre origine (comme l’aide alimentaire). En tant que cadre analytique, la « défaillance de la capacité d’accès à la nourriture » est utile pour cerner avec précision l’identité des personnes les plus sujettes au risque de famine dans des contextes de marchés fragiles ou défaillants, à savoir celles qui sont en situation chronique de pauvreté et de vulnérabilité aux crises de production alimentaire. Cette approche, qui s’intéresse aux aspects économiques des famines, est en revanche moins satisfaisante pour expliquer celles qui sont le résultat de politiques gouvernementales ou qui surviennent en cas de guerre.

Les facteurs politiques : la famine comme « acte humain »

15On ne voit plus à présent les famines comme des « actes divins » mais comme des « actes humains ». On admet d’ailleurs de plus en plus la part des facteurs politiques dans l’apparition des famines ou dans l’échec de leur prévention. Cette idée remet en question les théories relatives aux « catastrophes naturelles » (accidents climatiques) et aux causes démographiques qui expliquent les famines par une production insuffisante. Elle récuse aussi les théories économiques qui analysent les famines sous l’angle de la pauvreté et des défaillances du marché. Quand une catastrophe naturelle, comme une sécheresse ou une inondation, s’abat sur un pays riche comme les États-Unis ou le Japon, aucune famine ne s’ensuit. Ce phénomène se déclare dans des pays économiquement ou géopolitiquement modestes : Éthiopie, Soudan, Malawi, Corée du Nord. En outre, si un pays est touché par une famine, l’ensemble de la population n’est jamais menacé. Invariablement, ce sont les groupes ethniques minoritaires et les personnes pauvres vivant dans des zones rurales isolées et n’ayant guère de poids politique qui sont les plus vulnérables.

16En deuxième lieu, les famines sont liées à une carence de démocratie. Outre son approche par la « capacité d’accès à la nourriture », Amartya Sen a apporté une contribution inestimable à l’analyse politique de ce phénomène. Pour lui, plusieurs caractéristiques propres au régime démocratique sont un rempart contre la famine. En particulier, une presse libre et vigilante, qui n’ignore ni n’occulte les crises alimentaires qui s’annoncent, mais qui, au contraire, en rend compte en détail et en fait une question politique. Sen met aussi l’accent sur la tenue d’élections libres et équitables, qui garantissent la responsabilité de l’État vis-à-vis des citoyens, car un gouvernement qui manque de servir le peuple peut être désavoué par l’électorat. Pour illustrer cet argument, Sen a mis en regard les expériences indienne et chinoise. Depuis son accession à l’indépendance en 1947, l’Inde a prévenu les disettes avec plus d’efficacité que jamais auparavant. De son côté, la Chine a connu entre 1958 et 1962, la pire famine de l’histoire, engendrant 30 millions de morts. Pour Sen, le succès de l’Inde découle en grande partie des institutions et des pratiques démocratiques telles qu’un journalisme engagé et une opposition politique, toutes deux absentes de la Chine communiste. Le phénomène tragique du « Grand bond en avant » n’a été « découvert » par les démographes que bien plus tard et, à cause du manque d’information disponible à l’époque, la famine n’a été ni prévue ni empêchée. Par ailleurs, l’absence de responsabilité de l’État a assuré une totale impunité à la classe politique.

17Alex de Waal (2000), éminent théoricien de la famine, soutient l’idée que les famines sont provoquées par le fait que les responsables politiques n’ont pas l’obligation de rendre des comptes. De Waal se sert du concept rousseauiste de « contrat social » pour faire valoir que les gouvernements indiens, dans les premières années qui ont suivi l’indépendance, ont passé avec la population un à « contrat anti-famine ». Si on développe cet argument, on pourrait expliquer la persistance de ce fléau, dans d’autres pays, par l’absence ou l’échec d’un tel « contrat ». Quand le respect des droits fondamentaux de l’homme fait défaut, l’État est confronté à une moindre pression morale ou politique pour donner la priorité aux besoins de base de ses citoyens.

18Ainsi, il est plus probable qu’une famine se déclare sous un régime autoritaire (l’Union soviétique de Staline, la Chine de Mao, le Cambodge de Pol Pot, l’Éthiopie de Mengistu) ou en temps de guerre, plutôt que dans des démocraties stables dotées d’institutions devant rendre des comptes et d’une société civile active. Les famines qui ont touché la Russie puis l’Union soviétique dans les premières décennies du XXe siècle sont entièrement imputables à la rigueur des politiques gouvernementales – dont des réquisitions excessives de céréales – et aux mesures dévastatrices décidées par Staline à l’encontre de l’Ukraine. En Éthiopie la famine de 1984-1985 a été sciemment dissimulée par le gouvernement avant d’être mise au jour par les médias étrangers. À cette époque, la dictature militaire était aux prises avec une guerre civile dans le Tigré, frappé par la sécheresse. Plus récemment, la famine en Corée du Nord dans les années 1990 a eu pour toile de fond un régime répressif qui ne respectait pas les droits fondamentaux et restait sourd à la pression internationale.

19Un troisième facteur politique découle paradoxalement du rôle pris par les organismes d’aide humanitaire. Certes, leur avènement depuis la Seconde guerre mondiale a joué un rôle considérable dans la réduction de la mortalité par famine, mais il a également conduit certains gouvernements à négliger leur devoir de garantir la sécurité alimentaire des citoyens. Quand une crise alimentaire se fait jour et que l’aide n’est pas livrée à temps, le gouvernement concerné en attribue la responsabilité aux organismes d’aide internationaux, qui à leur tour la rejette sur lui. En fin de compte, personne n’est tenu responsable, alors que la plupart des famines récentes auraient pu et dû être évitées.

20Les tensions politiques entre les organismes d’aide humanitaire et les États bénéficiaires ont souvent contribué à des échecs dans la prévention des famines, et il est arrivé que l’aide alimentaire soit utilisée comme une arme politique. Au cours de la famine de 1974 au Bangladesh, les États-Unis ont suspendu leur aide alimentaire à ce pays parce qu’il entretenait des échanges avec Cuba, alors que le gouvernement nord-américain avait imposé des sanctions commerciales à l’encontre du régime castriste. En 1984, ils ont retardé volontairement l’envoi d’une aide alimentaire en Éthiopie pour tenter d’affaiblir le régime marxiste de Dergue, conscients que l’empereur Haïlé Selassié avait été renversé au cours d’une famine dix ans auparavant. En vertu de la « doctrine Reagan », dans les années 1980, les États-Unis ont suspendu leur aide alimentaire aux pays alignés sur l’Union soviétique (dont l’Éthiopie). Ils ont en revanche accru l’aide militaire destinée à leurs clients « anticommunistes », à l’instar de la Contra au Nicaragua.

Les famines en temps de guerre : des « urgences politiques complexes »

21Les années 1990 d’après la guerre froide ont vu l’apparition de famines marquées par des conflits armés et qualifiées selon la nouvelle terminologie d’« urgences politiques complexes ». Mais ce rapport étroit entre guerre et famine n’est pas nouveau. Depuis le Moyen-Âge et même l’Antiquité, on pratique le siège des villes jusqu’à la reddition ou la mort des habitants. Pendant la Seconde guerre mondiale, aux Pays-Bas, l’armée allemande a imposé un blocus dans plusieurs zones, réquisitionné les stocks alimentaires et interdit toute importation dans des villes comme La Haye ou Leyde. Ces mesures auraient coûté la vie à 10 000 personnes, coupées de tout accès aux produits alimentaires. À la différence des victimes actuelles, celles de l’hiver 1944, « l’hiver de la faim » aux Pays-Bas, étaient relativement riches et vivaient en milieu urbain. Plus récemment, au cours d’une guerre civile au Soudan dans les années 1980, la ville de Juba a été soumise à une tactique analogue visant à l’affamer. La plupart des famines qui ont touché l’Afrique au cours de ces vingt dernières années ont été marquées par des conflits armés qui en ont été soit la cause directe, soit l’un des facteurs déclencheurs : ce fut le cas en Afrique de l’Est (Éthiopie, Somalie, Soudan), de l’Ouest (Liberia, Sierra Leone), centrale (Congo, Ouganda) et australe (Angola, Mozambique).

22Les luttes armées peuvent également engendrer des famines, de manière accidentelle. Dans ce qu’on appelle les « cas d’urgences politiques complexes », la guerre provoque une paralysie de la production vivrière, des systèmes de commercialisation et des interventions humanitaires. Elle bouleverse d’abord l’activité agricole : les paysans sont déplacés, enrôlés dans l’armée, rendus infirmes par les mines terrestres ou tués ; les récoltes et les greniers sont détruits ; le bétail est pillé ou abattu. Puis, la guerre fragilise le commerce des denrées car les routes commerciales sont coupées, les marchés bombardés et les commerçants, craignant pour leur sécurité, interrompent leur activité. Ensuite, les secours peuvent eux aussi être perturbés par des contraintes logistiques et des problèmes de sécurité. Les gouvernements interdisent généralement aux organismes humanitaires d’intervenir dans les zones de conflit où les convois d’aide alimentaire sont attaqués et d’où les organisations humanitaires pourraient retirer leur personnel. Dans ces circonstances, les personnes qui se trouvent dans ces zones de conflit sont complètement coupées de toute source de nourriture et, inévitablement, la famine s’installe.

23Dans un contexte de guerre, les interventions humanitaires deviennent extrêmement politisées, car elles touchent à la souveraineté nationale. Dans quelles conditions la communauté internationale a-t-elle le droit – ou la responsabilité – d’intervenir pour protéger des vies quand un État soumet sa population à une situation de famine ? Les organisations humanitaires sont confrontées à un dilemme analogue lorsqu’elles doivent décider quand et comment intervenir, et quand se retirer ou rester à l’écart. Dans certaines circonstances, le retrait de l’aide peut contribuer à une famine de grande ampleur mais, dans d’autres cas, la livraison de nourriture à des groupes en guerre revient à nourrir les combattants et à entretenir les conflits, sans empêcher pour autant la mort des civils.

Les famines à venir

24Les famines sont aujourd’hui moins étendues et moins rigoureuses que celles du passé – moins de pays y sont exposés et moins d’individus en sont victimes. C’est une réussite partielle. Pourtant, ce fléau n’a pas été éradiqué de la planète et il est probable qu’il persistera pendant de nombreuses années. Les crises récentes, en Afrique notamment, ont été sensiblement aggravées par un certain nombre de facteurs nouveaux : l’échec des politiques de libéralisation économique et de démocratisation, la croissance du nombre d’individus touchés par le virus du sida, des relations difficiles entre les États, les organismes d’aide internationaux et les intérêts commerciaux des entreprises multinationales. Au Soudan par exemple, la divergence d’intérêts entre l’État et les compagnies étrangères au sujet de l’exploitation pétrolière dans le sud du pays a prolongé la guerre civile et engendré des famines dans les années 1980 et 1990. Ces crises sont également plus complexes qu’auparavant. Quand une famine se déclare, toutes les sources d’alimentation se tarissent en même temps : production vivrière, marché et aide alimentaire. Les « stratégies d’adaptation » auxquelles chacun a recours pour essayer de survivre s’avèrent inopérantes. Les famines modernes sont provoquées par des dérèglements ou défaillances multiples : climat, économie locale, appareil d’État et communauté internationale.

25En 2001 et 2002, par exemple, l’Afrique australe a connu des accidents climatiques (inondations et sécheresses localisées) qui ont donné lieu à de médiocres récoltes dans toute la région. Le pays le plus durement frappé a été le Malawi. Les agriculteurs n’y avaient pas les moyens d’acheter des engrais ou des semences, à la suite des réformes « d’ajustement structurel » qui prévoyaient notamment la suppression des subventions et du soutien parapublic au commerce des produits agricoles. Les commerçants privés n’apportant pas de denrées sur les marchés ruraux où les villageois étaient extrêmement pauvres, les produits alimentaires ont connu une flambée des prix de 700 à 900 % par rapport au niveau normal. L’État avait vendu ses réserves nationales de céréales sur les conseils d’institutions internationales selon lesquelles un pays pauvre comme le Malawi ne pouvait se permettre de stocker d’importants volumes de céréales. La communauté internationale a mis du temps à réagir à cette crise à cause d’une mauvaise transmission de l’information. Quand l’aide alimentaire est arrivée au Malawi, des milliers de personnes étaient déjà décédées. De nombreux autres pays d’Afrique sont vulnérables à ce type de famines, en particulier quand ils réunissent les conditions suivantes : précipitations irrégulières, pauvreté chronique, prévalence élevée du VIH, marchés sous-développés et appareil d’État fragile.

26Dans le passé, les famines étaient localisées. À présent, elles sont mondialisées. Grâce à l’amélioration des technologies de l’information – dont les « systèmes d’alerte rapide sur les famines » – et des transports internationaux, ainsi qu’aux excédents alimentaires dus aux progrès de la biotechnologie et aux subventions agricoles en Europe et en Amérique du Nord, il n’y a aucune raison technique pour qu’une famine se produise où que ce soit dans le monde moderne. Toutes les famines contemporaines sont fondamentalement politiques, car ce sont des décisions politiques qui contribuent directement à en créer les conditions, ou qui font échouer les interventions préventives. Les pouvoirs publics, les organismes d’aide internationaux et les organisations humanitaires doivent assumer collectivement cette responsabilité des famines. La prise en compte du rôle crucial des facteurs politiques est un tournant important dans la réflexion sur la famine. Elle rompt avec les théories précédentes fondées sur des catastrophes naturelles, des mécanismes démographiques ou sur la logique insensible des lois du marché.

27La volonté politique est essentielle pour prévenir la famine, tant au plan national qu’international. D’ailleurs, le droit à une alimentation suffisante est inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, ainsi que dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966. Pourtant, peu de progrès ont été réalisés pour le faire respecter, malgré les engagements formulés par les gouvernements et les organisations internationales à la Conférence mondiale de l’alimentation en 1974 et au Sommet mondial de l’alimentation en 1996, et malgré l’adoption en 2004 de « directives volontaires » sur le droit à l’alimentation. Décidés à aller plus loin, certains auteurs estiment que le droit pénal international doit condamner la famine, tout comme le génocide en tant que crime contre l’humanité. Or aucun gouvernement n’a été démis suite à des famines récentes, aucun responsable d’organisme donateur international ou d’agence officielle d’aide au développement n’a été révoqué. Tant qu’un « contrat anti-famine » n’aura pas été établi au plan mondial, que ce soit de manière volontaire ou par une application contraignante du droit international, les famines continueront à être tolérées au lieu d’être éradiquées.

Femmes, sécurité alimentaire et commerce
Maria Mies
Bien que les mots « femme/femmes » ou genre (RAFI Translator 1996) figurent au moins vingt fois dans le Document préparatoire à la déclaration de politique et au plan d’action (FAO 1996) du Sommet mondial sur l’alimentation, ce texte, comme tous les autres documents techniques préparatoires, ne contient aucune analyse de la contribution essentielle qu’ont apportée et qu’apportent encore les femmes à la sécurité alimentaire. Pourtant, des sociétés entières crieraient famine sans le travail des femmes dans la production, la transformation et la conservation de l’alimentation au niveau local. On estime qu’en Afrique, les femmes effectuent 80 % du travail nécessaire à la production alimentaire locale ; en Asie, ce chiffre s’élève à 60 % et en Amérique latine à 40 %.
Dans les pays industrialisés, le pourcentage est bien sûr beaucoup plus bas. Cela est dû à la nature de l’agriculture capitaliste industrialisée, lourdement dépendante des intrants externes comme les machines, les engrais chimiques et les pesticides, ainsi qu’à la nature du commerce international. Les femmes des zones rurales d’Europe, des États-Unis et du Japon n’entrent plus dans la catégorie des « paysannes ». Elles se sont muées en femmes au foyer et ne doivent plus travailler aux champs ou aux étables, ce qui est un signe ostensible de progrès et de développement. Leur statut et leur mode de vie ressemblent à ceux des femmes au foyer des zones urbaines, dont les moyens de subsistance dépendent du revenu monétaire d’un mari rémunéré ou salarié.
Toutefois, dans les documents préparatoires au Sommet mondial sur l’alimentation, on ne trouve aucune analyse sérieuse de la contribution des femmes au foyer-consommatrices à la sécurité alimentaire. Aucune mention n’est faite du volume de travail non rémunéré que représentent l’achat, la préparation, la conservation et le service de la nourriture au niveau du ménage, ou du fait que, partout, les femmes se préoccupent de fournir à la famille une alimentation en quantité suffisante, saine et sûre. Le document ne fait pas non plus état du questionnement sur les effets de la globalisation des marchés des denrées alimentaires et sur son impact, positif ou non, sur la sécurité alimentaire, pour toutes les femmes. L’approche de la sécurité alimentaire repose entièrement sur le présupposé selon lequel le commerce international des aliments met à la disposition de tous une nourriture à prix décent.
Ce point de vue occulte le fait que, si les femmes au foyer des classes aisées et des pays riches ont à leur disposition de la nourriture bon marché, c’est parce que les travailleurs des classes défavorisées et des pays pauvres sont exploités pour qu’existe la production alimentaire d’exportation ; parce que ces travailleurs n’utilisent pas leurs terres et leurs ressources pour la production alimentaire locale et que les revenus monétaires qu’ils en retirent sont en général insuffisants pour leur permettre d’acheter la nourriture nécessaire pour eux-mêmes et pour leurs familles. La sécurité alimentaire pour toutes les femmes n’est pas possible dans une économie mondiale où la relation entre les producteurs et les consommateurs de nourriture est, schématiquement, polarisée et coloniale. En raison de cette structure inéquitable, la contribution des femmes à la sécurité alimentaire est invisible ; elle est marginalisée et dévalorisée.
Dans ce type d’économie, le travail ne se voit attribuer de valeur que s’il est effectué en contrepartie d’une rémunération monétaire et peut entrer dans le calcul du PIB. La dévalorisation du travail de subsistance des femmes – à l’intérieur et à l’extérieur du ménage – est le résultat d’une longue histoire patriarcale, durant laquelle la guerre, la conquête et la domination de la nature et des individus ont été considérées comme les modes de production les plus « productifs ». Ce mode de production de nature prédatrice donne à ceux qui possèdent les armes les plus efficaces le pouvoir de « s’émanciper » du travail de subsistance nécessaire à leur autosuffisance alimentaire et d’obtenir de la nourriture venant de loin, par l’intermédiaire de la piraterie ou du commerce. Étant menés par les détenteurs du pouvoir économique, cette piraterie ou ce commerce sont présentés comme étant plus productifs et plus progressistes que la production alimentaire de subsistance des femmes, des chasseurs, des cueilleurs et des paysans qui travaillent pour les marchés locaux ou régionaux.
Cette image projetée par le patriarcat, et la structure sous-jacente de celui-ci, persistent encore de nos jours, à l’heure du marché global. La production industrielle est considérée comme ayant plus de valeur que la production alimentaire ; les exportations et importations comme plus importantes que la production alimentaire visant à l’autosuffisance.
Références bibliographiques
FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). 1996. Draft of a Policy statement and plan of action. Sommet mondial sur l’alimentation. Version provisoire N° 1, première révision.
RAFI Translator. 1996. I (2). Juin.
Mies, M. 1996. No short-cut to food security. Monograph Series N° 2. Manille :
Isis International. 9-10.
Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud

Source du chapitre : La fracture agricole et alimentaire mondiale. Nourrir l’humanité aujourd’hui et demain. (Ed.) M. Mazoyer et L. Roudart. 61-76. Paris : Encyclopædia Universalis. Collection le tour du sujet. 2005.

Bibliographie

Faure-Soulet, J. -F. 2002. Mathusianisme et néo-malthusianisme. In Encyclopedia universalis. XIV : 255-257. Paris : Encyclopedia universalis.

Ferey, S. et F. Pichon-Mamère. n. d. Portrait d’Amartya Kumar Sen. Encyclopedia Universalis. Accessible en ligne sur http://www.universalis.fr/encyclopedie/amartya-kumarsen/

Waal (de), A. 2000. Democratic political process and the fight against famine. Working Papers. N° 107. Brighton, Sussex : IDS (Institute of Development Studies).

Auteur

Économiste, Institute of Development Studies, Sussex (Royaume-Uni).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search