Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

3. Systèmes agraires, technologies et changements

Révolution verte, révolution doublement verte. Quelles technologies, institutions et recherche pour les agricultures de l’avenir ?

Michel Griffon

Note de l’éditeur

Référence : Griffon, Michel. “Révolution verte, révolution doublement verte. Quelles technologies, institutions et recherche pour les agricultures de l’avenir ?” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 331-334, DOI : 10.4000/books.iheid.5285 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

La révolution verte : succès et limites

1[…] La révolution verte a démarré en Inde en 1966. À la demande de la Fondation Rockefeller, des chercheurs nord-américains avaient préalablement essayé d’acclimater des blés d’Amérique du Nord aux climats tropicaux. La création de ces blés dits « à haut rendement » a valu un prix Nobel à l’un d’entre eux, Norman Borlaug. Presque simultanément, en Inde, le généticien M. S. Swaminathan (1996 ; 1999) mettait au point des riz améliorés. Blé et riz à haut rendement ont rapidement été cultivés en Inde. L’extension des surfaces semées avec ces variétés et leur succès auprès des producteurs ont été extraordinairement rapides dans les périmètres irrigués du Punjab. Cette extension a suivi le développement de l’irrigation dans la vallée du Gange, puis dans toutes les basses vallées irriguées de l’Inde.

2Ce succès s’explique certes par les performances de ces blés et de ces riz en termes de rendements, mais il provient aussi – et peut-être surtout – des politiques agricoles qui ont été appliquées. Tout d’abord, les semences étaient subventionnées, ainsi que les engrais et souvent les produits phytosanitaires. Ensuite, les prix agricoles étaient garantis et stables ; l’achat des récoltes était assuré par l’État qui contrôlait ainsi les circuits des céréales et revendait celles-ci dans des boutiques où les prix étaient eux aussi subventionnés. Par ailleurs, les agriculteurs avaient accès à un crédit pour l’achat des semences et fournitures, ainsi que pour les investissements (motoculteurs, creusement de puits et achat de pompes). Enfin, l’État finançait la vulgarisation agricole. Cette politique puissamment incitative est à l’origine d’un accroissement exceptionnel de la production. Ce même modèle s’est diffusé peu à peu dans toute l’Asie : Taïwan, Indonésie, Philippines, Thaïlande puis Vietnam. La Chine a pratiqué peu ou prou la même politique.

3En Amérique latine, le modèle a été adapté à la culture du maïs et au développement de l’élevage à viande et laitier (amélioration génétique, amélioration sanitaire, amélioration des pâturages). Il a permis surtout aux agriculteurs de taille moyenne d’améliorer leurs revenus. Presque simultanément, au Zimbabwe, les producteurs africains de taille moyenne adoptaient les maïs hybrides issus de la recherche locale et bénéficiaient de politiques équivalentes.

4Ce modèle de progrès technique et de développement agricole (quelquefois qualifié de « développementiste ») a été enseigné de manière universelle. Il puisait ses sources dans le modèle technologique du progrès agricole nord-américain et européen (amélioration génétique, engrais) mais n’en retenait pas l’aspect motorisation agricole car les agricultures pauvres des pays en développement disposaient d’assez de main-d’œuvre pour ne pas nécessiter la motorisation.

5Seules quelques voix, dont celle de René Dumont, ont mis en cause la révolution verte pour les risques qu’elle pouvait entraîner de ne s’adresser qu’à une fraction de la paysannerie, laissant une grande partie des plus pauvres sur le bord du chemin et contribuant par là même à créer de nouvelles inégalités. […]

6En 1994, alors que la grande majorité des spécialistes de la production agricole tropicale comptaient toujours sur la révolution verte pour faire face aux besoins du futur, une nouvelle a profondément modifié les réflexions : dans le Pendjab, là où la révolution verte avait commencé 20 ans auparavant, des signes inquiétants de plafonnement des rendements étaient visibles. Très vite, les causes en ont été analysées : salinisation des sols due à l’excès d’utilisation des eaux d’irrigation issues des nappes phréatiques, réduction des doses d’engrais due à l’accroissement des prix (résultant lui-même de la baisse des subventions aux engrais imposée par les politiques d’ajustement et de libéralisation). Par ailleurs, deux grands problèmes environnementaux apparaissaient : la baisse rapide et généralisée des nappes phréatiques entraînant la nécessité de recreuser les puits et d’acheter des pompes plus puissantes, et les niveaux élevés de pollution des eaux par les intrants chimiques.

7Pour ces raisons, les interrogations sur la capacité d’accroître la production dans les agricultures pauvres sont revenues sur le devant de la scène. Comment en effet, sachant que les gains en surfaces nouvelles seront de plus en plus difficiles, pourra-t-on accroître significativement les rendements – c’est-à-dire, en Afrique, les doubler ou les tripler – si les techniques de la révolution verte ne sont plus rentables et si, de surcroît, elles posent de difficiles problèmes environnementaux ?

8Ces inquiétudes sont aussi alimentées par la prise de conscience de problèmes environnementaux peut-être plus graves encore :

  • les risques de changement climatique, avec des épisodes extrêmes (sécheresses, intempéries plus fréquentes et plus intenses) ;

  • les risques de perte de diversité biologique liés à la destruction irréversible de milieux et d’espèces qui pourraient receler des ressources utiles ;

  • les risques de pollution grave due aux agricultures périurbaines utilisant intensivement les engrais chimiques et les pesticides. […]

La révolution doublement verte : les approches écologiquement intensives

9[…] S’il faut accroître les rendements, il faudra le faire avec des techniques moins polluantes et moins onéreuses, car les subventions à l’agriculture disparaissent et on ne reviendra sans doute pas facilement en arrière.

10Dès lors, la solution qu’il convient d’explorer est celle d’une approche où l’on a recours à une intensification des fonctions naturelles des écosystèmes, afin d’en tirer le meilleur parti : intensification des fonctions permettant d’améliorer la fertilité, de mieux conserver l’eau dans les écosystèmes cultivés, ou de mieux contrôler les maladies et les ravageurs. C’est une approche écologique et environnementale de la production. […]

11Au total, penser une agriculture qui soit plus productive, plus économe en intrants chimiques, et utilisant les fonctionnements des écosystèmes comme base pour les techniques de production, amène à avoir recours à une véritable ingénierie écologique, domaine technique qui intègre les apports de l’agronomie, science à partir de laquelle s’était construite l’agriculture moderne pendant le XXe siècle.

12Ce grand changement est lié à l’évolution des sciences, en particulier de l’écologie qui permet de mieux comprendre la complexité des écosystèmes. Et la compréhension de cette complexité est permise par les progrès dans le domaine de la modélisation mathématique et de l’imagerie scientifique. Parallèlement, la connaissance du vivant progresse rapidement. La connaissance des gènes, de leurs fonctions et des mécanismes d’expression de leurs fonctions, permet déjà d’aller beaucoup plus vite pour améliorer les plantes et leur conférer les caractères dont on a besoin.

13Mais en même temps que progresse la connaissance scientifique doit s’organiser le recueil de l’expérience ancestrale des producteurs. En effet, qui mieux que les producteurs connaît aujourd’hui les caractéristiques spécifiques des milieux dans lesquels ils vivent et les caractères utiles des plantes qu’ils cultivent et des animaux qu’ils élèvent ? La révolution doublement verte étant fondée sur une approche écologique, et la diversité des écosystèmes et des usages qu’on en fait étant immense, il faudra donc inventer une grande diversité de solutions afin qu’elles soient adaptées aux situations locales. Dans ces conditions, l’apport des connaissances autochtones sera décisif. La recherche doit donc elle aussi entreprendre une révolution : mieux se nourrir des connaissances locales, travailler de concert avec les producteurs, et apprendre à hybrider les savoirs et les méthodes de l’expérience paysanne et les pratiques scientifiques. […]

Source du chapitre : Mondes en développement. I(117) : 39-44. 2002.

Bibliographie

Conway, G. 1999. The doubly green revolution. Food for all in the 21st century. Londres : Penguin Books.

Griffon, M. 1995. Towards a doubly green revolution. Proceedings of a seminar. Poitiers : Futuroscope ; Paris : CIRAD-FPI.

Griffon, M., E. Sabourin et G. Conway. 1994. Une agriculture durable pour la sécurité alimentaire mondiale. Paris : CIRAD-URPA/ECOPOL.

Swaminathan, M. S. 1996. Sustainable agriculture, towards an evergreen revolution. Dehli : Konark Publishers.

–––. 1999. Ecotechnology and sustainable food security. Planetary Garden. March 14-18 : 5-21.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search