Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

3. Systèmes agraires, technologies et changements

Les conséquences des mutations technologiques pour les femmes rurales : revue de l’analyse et des concepts

Ann Whitehead
Traduction de Catherine Pizani

Note de l’éditeur

Référence : Whitehead, Ann. “Les conséquences des mutations technologiques pour les femmes rurales : revue de l’analyse et des concepts” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 313-329, DOI : 10.4000/books.iheid.5283 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Introduction

1On affirme souvent que, dans l’abstrait, les mutations technologiques pourraient avoir des effets à la fois positifs et négatifs sur le statut des femmes rurales. On dénombre malheureusement peu de recherches sur ce sujet mais nous allons voir dans ce chapitre que les résultats des études empiriques montrent des tendances générales nettement moins contradictoires et ambiguës que cette approche neutre ne le laisse penser. Ces dernières années, de nombreux auteurs ont montré de quelles façons les femmes souffrent des changements technologiques et socioéconomiques déclenchés par les processus de développement (Dey 1975 ; Palmer 1975 ; Germain 1975 ; 1976 ; Olin 1977 ; Zeidenstein 1975 ; UNRISD 1977). Le but de [cet article] est d’analyser quelques-unes des raisons pour lesquelles, en dépit des bénéfices potentiels que les femmes rurales auraient pu tirer de l’innovation technologique planifiée et non planifiée, l’impact de ces innovations a été amplement « défavorable ».

Les résultats de la révolution verte

2Palmer (1978) résume les conséquences de l’introduction de la technologie des variétés à haut rendement (VHR) pour les femmes afin d’étudier les processus d’aggravation des inégalités de genre déclenchés par cette innovation, et d’expliquer pourquoi de nombreuses études s’inscrivant dans l’ancien paradigme n’ont pas relevé des différences de genre importantes. L’auteure montre que les innovations liées aux VHR affectent toutes les étapes du cycle d’une culture, ce qui inclut les tâches se rapportant à la préparation de la terre, à l’avant récolte, à la récolte et à l’après récolte, dans lesquelles les hommes et les femmes s’investissent à différents niveaux. À partir d’un certain nombre de recherches, dont celles de l’Institut de recherche des Nations unies pour le développement social (Pearse 1974 ; Palmer 1976), elle synthétise les exigences de la technologie VHR et montre que celle-ci demande davantage de travail dans les tâches suivantes effectuées par les hommes et les femmes : pour les hommes – une préparation de la terre plus minutieuse et plus fréquente ; la récolte d’une culture plus dense ; pour les femmes – une augmentation du travail de repiquage des semis et de désherbage ; l’application de produits chimiques ; une augmentation des activités liées à la récolte et à la transformation des produits agricoles. Palmer fait remarquer que, même si les femmes en général prennent en charge les travaux quotidiens liés à la culture et participent à la récolte, les durs travaux saisonniers de l’après récolte, dont elles sont largement responsables, reviennent aux femmes sans terre et à celles qui sont prêtes à accepter des emplois salariés temporaires.

3Mettant en exergue certains problèmes de définition relatifs aux mesures de la productivité, Palmer insiste sur l’importance de l’unité de temps utilisée pour la calculer. Les effets de l’augmentation de la demande de main-d’œuvre sur le bien-être d’un travailleur rural ne sont pas les mêmes selon qu’elle/il doit travailler plus intensément pendant la saison agricole ou durant une plus longue période sur l’année. Son analyse touche aussi implicitement le problème largement reconnu de la mesure du travail des femmes dans la famille. Elle affirme que la façon dont les demandes croissantes de main-d’œuvre accompagnant les changements technologiques se traduisent sur la distribution annuelle de travail ou sur l’intensité de l’effort quotidien, mais aussi sur les créations ou les suppressions d’emploi, dépendent de différents facteurs – par exemple, de la mécanisation ou non de la tâche, et de la durée de l’accroissement de la demande. Elle insiste aussi sur le fait que les conditions d’emploi dépendent de la classe sociale à laquelle appartient la femme.

4Palmer affirme que la préparation de la terre, de la récolte, et certains travaux de transformation font partie des tâches les plus faciles à mécaniser, et que, lorsque la mécanisation est introduite dans l’agriculture, les tâches féminines deviennent des tâches masculines. Au Sri Lanka, dans le sud de l’Inde, au Bangladesh et à Java, la préparation du riz employant une main-d’œuvre masculine remplace désormais le pilage à la main, ce qui entraîne une baisse d’emploi pour les femmes sans terre. (Le déplacement de la main-d’œuvre féminine suite à l’introduction de la mécanisation de l’agroalimentaire est un problème important dans d’autres pays – pour Java, voir Collier et al. 1974 ; Timmer 1973 ; pour le sud de l’Inde voir B. Harris 1977). La technologie VHR impose objectivement un surcroît de travail aux femmes dans toutes les tâches qu’elles accomplissent et ne crée pas d’emplois pour elles. En effet, si la mécanisation ne peut pas apporter de solution au surcroît de travail, les classes paysannes recourent essentiellement à une utilisation intensive de la main-d’œuvre féminine « familiale ». Palmer fournit des données sur l’augmentation de l’utilisation de la main-d’œuvre familiale et affirme (1978, 7) qu’on trouve là une démonstration de « la capacité de l’autorité patriarcale au sein du ménage paysan à extraire davantage de travail des membres de sa famille ».

5Après avoir décrit les pertes d’emplois et de revenus pour les femmes sans terre, Palmer décrit en ces termes les conséquences de l’introduction de la technologie VHR pour les femmes en comparaison avec les hommes (1978, 8) :

La nouvelle technologie a probablement demandé aux hommes davantage de jours de travail dans l’année – ce qui représente une baisse du chômage saisonnier ou une baisse du sous-emploi sur une base annuelle. Ainsi, un plus gros effort de travail des hommes entraînerait une répartition du travail plus égale dans l’année sans entraîner de contrainte physique supplémentaire. Sur une base annuelle, les hommes actifs augmenteraient leur productivité et, avec l’utilisation des machines, ils l’augmenteraient sur une base horaire.
Les femmes issues des ménages paysans travaillent davantage et ce surplus se traduit en heures supplémentaires passées dans les champs les jours où elles doivent y aller, ce qui veut probablement dire plus de jours dans la semaine que prévu. Si l’on ajoute leurs tâches domestiques, les paysannes ne vivent généralement pas de chômage saisonnier (voire pas du tout de chômage) et les travaux supplémentaires dans les champs signifient probablement des journées de travail plus longues ou davantage de suremploi. Il est certain que leur productivité annuelle augmenterait, en même temps que celle des hommes, mais ce serait grâce à un effort de travail plus intense. Sur une base horaire, il n’y a pas de raison de penser qu’il y a une augmentation de la productivité féminine.

6Trois conclusions importantes se dégagent de l’analyse générale de Palmer et des études dont il s’inspire. Tout d’abord, les changements technologiques les plus déterminants pour les femmes ne sont pas ceux qui leur sont directement destinés ; ce ne sont pas forcément les changements prévus aux premières étapes des grands projets de développement. La problématique de l’évolution technologique et des femmes ne peut pas se circonscrire aux développements planifiés des interventions qui ciblent clairement le travail et les méthodes de travail des femmes. Pour un grand nombre de femmes rurales, les mutations technologiques les plus significatives se situent plutôt dans les conséquences indirectes des innovations planifiées et non planifiées de l’agriculture en général. Dans nombre de cas, c’est la tendance de fond à commercialiser les secteurs les plus rentables du travail des femmes qui a les effets les plus importants sur le travail féminin. Des innovations technologiques non planifiées opérant de façon continue et à une large échelle accompagnent souvent la modernisation agricole, ainsi que de vastes changements du système socio-économique. Toute situation empirique met en jeu des questions conceptuelles dont la portée et la complexité varient selon que le changement technologique provient d’un type d’innovation technique unique modifiant directement la façon dont une tâche particulière est accomplie, ou qu’il s’inscrit dans une gamme de changements technologiques connexes, ou encore selon qu’il est ou non catalysé par des projets concrets de développement.

7Le texte de Palmer dégage une deuxième idée générale qui souligne l’importance d’une conceptualisation fine du mode de travail des femmes et, en particulier, des rapports sociaux régissant ce travail. C’est devenu un lieu commun de décrire le travail des femmes comme s’inscrivant typiquement dans une division du travail où la différenciation de genre détermine la répartition des tâches et des modes de travail entre les agents sociaux (pour plus d’informations voir Whitehead 1980). On dit moins souvent que ces divisions du travail par sexe montrent des différences importantes. Parmi celles-ci, la forme des rapports sociaux régissant le travail. On ne peut pas dire que le travail des femmes est toujours caractérisé par le même ensemble de relations de travail, ni que les rapports sociaux de travail des femmes sont les mêmes que ceux des hommes. Cet aspect de la division sexuelle du travail crée des différences importantes dans les effets des mutations technologiques sur les femmes et les hommes, et sur diverses catégories de femmes rurales. Ainsi, tout au long de son analyse, Palmer étudie les écarts démontrables empiriquement dans les effets sur le travail des femmes, selon que ce travail est salarié ou effectué au sein de la famille. Palmer écrit que les débats sur les effets des VHR sur l’emploi ont surtout porté sur l’emploi masculin car le travail féminin dans le cycle des cultures est resté invisible de deux façons : d’abord parce que le travail salarié des femmes était considéré comme économiquement insignifiant, tant pour leur propre bien-être que dans la totalité des revenus et des budgets des familles sans terre. Ensuite parce que le travail d’une femme appartenant à un ménage paysan – en tant que « main-d’œuvre familiale » – est socialement et politiquement invisible ; dans la mesure où il fait partie intégrante de ses responsabilités d’épouse et où il n’est pas rémunéré, il n’a pas de conséquences sur l’emploi, et l’intensité de ce travail ne dépend pas d’un critère économique.

  • 1 Pour des descriptions plus détaillées de cette technique, voir Martius Von Harder (1975) ; Khatun e (...)

8L’importance des rapports sociaux régissant le travail des femmes est une évidence au regard du développement de la transformation du riz paddy par des décortiqueuses construites sur mesure au moment de l’introduction des VHR dans certaines régions du Bangladesh. La transformation du riz paddy incombe aux femmes, elle est effectuée au sein de la ferme (bari) à l’aide d’un dheki – une technique utilisant un pilon modifié et un mortier1. Les femmes travaillent recluses dans le bari et, tandis que les ménages à revenus intermédiaires recourent à la main-d’œuvre féminine dans leur propre famille, les ménages plus aisés emploient des femmes plus pauvres pour effectuer ce travail ardu. Un rapport récent du gouvernement bangladais a révélé que les innovations VHR menaient au développement informel accéléré (voire clandestin) de la décortiqueuse. Dans ce contexte, la décortiqueuse construite sur mesure peut être considérée comme une forme de technologie appropriée, car il existe deux autres technologies de transformation du riz disponibles qui travaillent à plus grande échelle et font appel à des investissements beaucoup plus importants. Ce rapport a estimé que, bien que 90 % des procédés de pré-transformation du riz soient encore exécutés par des femmes dans le bari, seulement 65 à 75 % du riz paddy étaient décortiqués selon la méthode dheki tandis qu’une quantité croissante était envoyée à la rizerie. On estime que sur une base horaire, la décortiqueuse moyenne est 33 fois plus productive que le dheki. Promettant des gains très élevés (« une décortiqueuse moyenne est amortie en un an et quatre mois »), les rizeries ont le vent en poupe. Le coût différentiel entre la technologie dekhi et la technologie mécanique est de l’ordre de 12 à 1, il est donc tout à fait logique pour une famille de paysans disposant de liquidités, d’avoir recours à la rizerie mécanisée dès que c’est possible.

9Cependant, le rapport relève quelques points importants et pertinents quand on aborde les différences de genre. Premièrement, les écarts de productivité entre les deux techniques mènent à des déplacements massifs de la main-d’œuvre. Le décorticage du riz paddy requiert moins de travail et les nouveaux emplois qu’il crée sont destinés aux hommes – la rizerie emploie un conducteur et parfois un assistant. Deuxièmement, les conséquences de la baisse de la demande de main-d’œuvre pour les Bangladaises rurales varient selon que celles-ci sont salariées ou travaillent pour leur famille. Lorsque la plupart des technologies à domicile sont utilisées par des femmes travaillant comme membres de la famille, elles entraînent une baisse considérable de travail féminin non rémunéré ; mais pour celles qui travaillent sur commande au sein du bari, elles causent une perte d’emploi. On peut penser que l’emploi salarié lié au traitement du riz dans le bari est un moyen de subsistance et une source de revenus fondamentale pour les femmes issues de ménages paysans pauvres et sans terre, d’autant plus que ce type de travail n’exige pas des femmes qu’elles se montrent en public. Le rapport, suggérant qu’il y a eu des déplacements massifs de cette catégorie de main-d’œuvre féminine, a anticipé un travail de recherche plus récent qui a souligné la contribution de cette main-d’œuvre féminine au budget général des familles pauvres du Bangladesh (Greeley 1981).

  • 2 Pour Ellickson (1975) et Halpern (1978), la croissance du nombre de femmes sans logement et paupéri (...)

10Le fait que les retombées des innovations varient selon que les femmes sont des agricultrices payées (par un client) ou qu’elles travaillent pour leur famille entraîne de profonds dilemmes politiques qui ressortent bien de la littérature sur le Bangladesh. Puisque ce sont les femmes employées dans des rizeries artisanales au sein des bari2, et qui n’ont pas d’autres alternatives de revenu, qui sont contraintes de partir en nombre, des discussions politiques importantes préconisent une réduction du nombre de rizeries mécanisées (voir par exemple MacCarthy 1974 ; Lindenbaum 1974 ; Germain 1976 ; Chen et Ghuznavi 1978 ; Zeidenstein et Zeidenstein 1973 ; Halpern 1978). Par ailleurs, la transformation du riz paddy au sein du bari requiert beaucoup de travail, absorbe un temps déjà surchargé et fournit des revenus pitoyables. Elle est donc tout à fait éligible aux innovations technologiques mises en place pour augmenter les revenus des femmes rurales et améliorer leur bien-être. Surtout, cet exemple montre que nous devons avoir bien conscience que les femmes rurales n’appartiennent pas à une catégorie indifférenciée quant aux effets des changements technologiques (ce point est abordé dans Whitehead 1984).

11La troisième perspective qui se dégage de l’approche de Palmer porte sur les conceptualisations idéologiques des relations homme-femme. Palmer ne pense pas que les intérêts de tous les membres de la famille et, particulièrement ceux du mari et de la femme, coïncident. Au contraire, […] elle conçoit la relation conjugale comme une relation de travail potentiellement abusive. Palmer fait également remarquer que le fondement de paquets de VHR est d’augmenter sans commune mesure la position dominante de l’homme chef de famille puisque la monétisation implique l’intégration dans les circuits du marché et du crédit et favorise le développement de nouvelles institutions comme les coopératives ou les agences de commercialisation. Pour étudier le travail des femmes, il est très important de décomposer la famille ou le ménage pour en distinguer les différents membres.

Innovations technologiques et intensification du travail des femmes au sein du ménage paysan

12Le manque d’études empiriques et conceptuelles sur les conséquences des mutations technologiques pour les femmes rurales provient en partie du fait que les femmes effectuent la majeure partie du travail productif en tant que membres de familles paysannes dans lesquelles le ménage est une entreprise agricole produisant certains de ses moyens de subsistance et commercialisant aussi sur le marché. Les processus accompagnant la plupart des innovations technologiques et qui affectent les femmes rurales sont en grande partie déterminés par les objectifs de la politique de développement globale appliquée à la production des ménages. Tout ceci est résumé dans l’expression « accroître leur productivité ». La volonté d’augmenter la productivité des ménages a deux buts : accroître à la fois les revenus réels des producteurs ruraux et la quantité de produits agricoles qu’ils commercialisent.

Quelques caractéristiques de la main-d’œuvre non rémunérée au sein du ménage paysan.

13L’une des principales caractéristiques du ménage paysan, en tant qu’entreprise, est l’incorporation du travail des membres de la famille dans les objectifs de production. C’est ce que nous avons l’habitude de classer dans la catégorie de la « main-d’œuvre familiale » utilisée par les économistes pour décrire le travail informel que les membres d’un foyer accomplissent pour l’entreprise familiale. La formule des économistes, « main-d’œuvre familiale », suppose tacitement une structure de ménage comprenant le chef du ménage ou de la famille (le paysan ou le métayer) qui travaille dans la ferme et des personnes à charge qui fournissent le travail « supplémentaire ». Il serait plus approprié d’utiliser le terme « travail non rémunéré des membres de la famille » pour décrire le travail effectué pour d’autres membres de la famille dans un contexte où aucune récompense directe n’est calculée et où la possession réelle du produit ou des bénéfices du travail reviennent à celui qui utilise la main-d’œuvre familiale.

14Parmi les exemples les plus évidents, celui du travail effectué par les dépendants du ménage. Le travail des femmes et des enfants pour le mari/père est souvent très important dans le ménage, mais il existe d’autres rapports de travail importants, par exemple le travail des filles pour leurs mères. Une idéologie basée sur l’intérêt collectif et le désintéressement marque la relation entre les membres de la famille, et on la retrouve tout particulièrement dans la relation, normativement définie, du mariage. Parmi les obligations inhérentes au rôle de la femme dans le mariage, figure souvent celle de travailler pour son mari sans en recevoir de bénéfices directs, mais on ne doit pas considérer cette obligation comme sans limite et identique dans les différentes cultures.

15De très nombreuses femmes du tiers-monde voient leur travail entrer dans la catégorie du travail non rémunéré au sein de l’entreprise agricole du ménage. Dans cette catégorie, on trouve entre autres la cueillette du café effectuée par des femmes au Mexique, le travail dans les plantations de cacao fait par les femmes yoruba et beti, ainsi que le vaste groupe des femmes qui travaillent sans rémunération pour la culture et la transformation du riz et qui ont subi la révolution verte. Il serait juste de dire que, dans de nombreux cas (mais pas tous), lorsque la littérature sur le développement souligne la contribution économique souvent non reconnue (« invisible socialement ») mais productive des femmes, il s’agit du travail non rémunéré effectué pour les membres de la famille. La disponibilité de cette main-d’œuvre est déterminante, comme le montrent Abdullah et Zeidenstein (1975) qui ont constaté que les fermiers du Bangladesh prenaient de nouvelles épouses quand les récoltes augmentaient suite aux innovations technologiques.

16Une autre catégorie importante du travail féminin non salarié est celui que les femmes effectuent en tant que dépendantes de leur mari, dans le cadre du travail que celui-ci doit fournir en dehors du ménage. On pense par exemple au travail effectué spécifiquement par les femmes au titre des obligations du métayer au Pérou (Deere 1977) ou au travail des femmes dans les plantations de café au Brésil (Stolke 1981). Le travail sur les plantations implique de facto le devoir de toute la famille du travailleur de participer, surtout pendant les périodes de forte demande de main-d’œuvre saisonnière (Caulfield 1974). Un rapport du Bureau international du travail (1966) portant sur une enquête menée dans 12 pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine montre que l’emploi des épouses dans les plantations des travailleurs est très répandu en Asie et particulièrement au Sri Lanka, en Inde et en Malaisie, où leur revenu représente une part significative du revenu familial. Palmer (1976) affirme que le terme de « métayage » est resté pendant longtemps un euphémisme pour désigner les arrangements entre les propriétaires et les sans terre endettés de Java concernant la main-d’œuvre familiale. Des exemples que l’on retrouve aussi beaucoup dans l’Angleterre du XIXe siècle (Hostettler 1978). Aussi, le présupposé de la disponibilité illimitée du travail des membres de la famille, et en particulier de celui des épouses, est tellement courant que les publications en parlent très peu.

17La plupart des auteurs pour lesquels la famille est une « boîte noire » n’ont pas considéré « la main-d’œuvre familiale » comme une question analytique ou empirique. Pourtant Jain (1976) pense qu’en ne tenant pas compte de la contribution de la main-d’œuvre familiale dans la production du ménage au moment d’introduire de nouvelles technologies, l’on crée souvent un chômage effectif pour certains membres du ménage et une baisse significative du revenu des ménages. En outre, on peut supposer que, dans la mesure où les droits de la femme à la subsistance sont fondés sur son travail, lui enlever ce travail reviendrait à la priver de la possibilité de demander un accès aux revenus du ménage.

18Dans les quelques études qui ont cherché à savoir ce que devenait la main-d’œuvre familiale en cas de changement dans le contexte ou en fonction du niveau socioéconomique de la famille, cette main-d’œuvre apparaît comme une ressource importante du fait de sa flexibilité. Par exemple, dans une étude faite dans un village de l’ouest de Java, on a trouvé que « la moyenne des journées de travail par famille était plus basse dans le groupe des foyers de taille importante et disposant d’une bonne trésorerie. Les gros fermiers disposent de la main-d’œuvre familiale la plus abondante mais ce sont ceux qui l’utilisent le moins » (Alexander et Saleh 1974, cités dans Hart 1978, 6). Les recherches de Palmer montrent « qu’avant l’arrivée des nouvelles technologies, on savait que les métayers avaient de meilleurs rendements que les propriétaires parce qu’ils utilisaient une technique de travail plus demandeuse en main-d’œuvre (familiale) pour pouvoir rapporter un revenu couvrant le loyer » (1976, 86). Sous l’effet des nouvelles technologies, « les métayers utilisent la main-d’œuvre familiale comme substitut aux intrants à acheter sur le marché tels que les herbicides » (1976, 86). On a aussi noté qu’aux Philippines, l’utilisation de la main-d’œuvre familiale augmentait avec les nouvelles technologies : « On s’aperçoit donc que la relation de dépendance pour cause de dette imposée par le propriétaire au métayer décourageait jusqu’ici l’utilisation de la main-d’œuvre familiale dans la ferme du métayer et favorisait la vente de ses services hors exploitation » (Palmer 1976, 83). Tout ceci sous-entend que les membres de la famille travaillent plus ou moins durement pour le « ménage » selon les fluctuations de la demande de travail, la disponibilité du capital, etc., et que les membres de la famille peuvent constituer une main-d’œuvre supplémentaire non salariée quand l’introduction des innovations entraîne un changement dans la demande de main-d’œuvre destinée à l’entreprise du ménage. On l’a vu au moment où la révolution verte a imposé aux agricultrices de prendre en charge des tâches différentes […].

19Les modèles traditionnels d’emploi n’étudient pas les processus déterminant les conditions de travail et les charges de travail de la main-d’œuvre familiale, pour deux raisons : tout d’abord parce qu’il leur manque un modèle sur la propension au travail de la main-d’œuvre issue du ménage ; ensuite parce qu’ils ne veulent pas (ou ne peuvent pas) prendre en compte le fait que le travail familial est avant tout celui des épouses et des enfants. Ainsi, les commentaires (très représentatifs) de Bartsch (1977) affirment que les hausses de la demande saisonnière peuvent intégrer ceux qui sont par ailleurs sans emploi (par exemple les femmes et les enfants) dans des activités économiques. En assignant à la catégorie des sans emploi les femmes et les enfants qui n’ont pas un emploi rémunéré, on occulte l’existence bien réelle de ce travail quand il n’est pas rémunéré et qu’il est effectué en même temps qu’un grand nombre d’autres activités économiques féminines essentielles au bien-être et à la subsistance du ménage. Les « sans emploi » de Bartsch sont précisément les « suremployés » et « surchargés de travail » de Palmer (1978) et I. Ahmed (1978). La tendance à utiliser les femmes comme main-d’œuvre domestique sans réduire le fardeau des autres activités économiques générera probablement des charges de travail intolérables.

20Il est évident qu’une grande partie des questions importantes qui se posent lorsque l’on étudie les conséquences des mutations technologiques pour les femmes rurales ont à voir avec l’utilisation des femmes comme main-d’œuvre familiale. […]

Hiérarchie de genre et système de production rurale : les femmes et l’accès aux ressources

Comment conceptualiser les femmes dans le système de production rurale ?

21[…] Dans cette partie, je voudrais porter mon analyse au-delà des rapports internes du ménage paysan et aborder l’interaction des femmes avec le système agraire dans son ensemble. La raison d’être de ma démarche vient de la persistance avec laquelle les processus du changement socioéconomique ayant lieu à la campagne semblent à la fois affecter différemment les hommes et les femmes et favoriser un « fossé » plutôt que l’égalité de genre. Cela implique que l’on essaie au moins de mettre en théorie le genre en tant que système de rapports sociaux dans tout le dispositif appliqué à la production rurale. Cette notion du genre comme système de hiérarchies n’étant pas très courante dans les textes traitant des politiques publiques, je vais dans un premier temps explorer plus en détail ce que peut signifier cette approche en me référant, par analogie, aux analyses de la classe comme système de hiérarchies qui sont parues dans certaines publications relatives à la révolution verte.

22Les modèles d’emploi, de productivité et de distribution du revenu liés au changement technologique se caractérisent entre autres par le fait qu’ils ne prennent pas en considération les processus historiques particuliers des contextes locaux ou les formes d’économie rurale de chaque pays où ils vont être installés. La révolution verte montre combien cette définition assez stricte des critères de pertinence limite leur valeur prédictive. Si, techniquement, la technologie VHR semblait pouvoir créer le type d’emplois nécessaires, elle a lourdement favorisé les inégalités, la dépossession des terres et la prolétarisation – autant d’effets non recherchés – là où elle a connu un certain succès (Pearse 1974). Il est communément admis que les problèmes d’emploi et de distribution du revenu imprévus sont apparus suite à l’utilisation des nouvelles technologies (voir Griffin 1974).

23Il est frappant de voir que le travail empirique mené actuellement sur les effets et la diffusion des technologies de la révolution verte se limite surtout à l’analyse des inégalités de classes et n’aborde pas les questions de genre. Notamment, il ne se demande pas pourquoi les femmes n’ont pas profité de l’augmentation de la production, ne parle pas des problèmes d’assimilation des technologies ni des difficultés rencontrées pour impliquer les femmes, ni de l’apparente impossibilité de réduire les différentiations croissantes entre les hommes et les femmes dans les secteurs modernes de l’économie. Pour conceptualiser ces questions, nous devons voir les femmes comme de potentielles productrices indépendantes plutôt que comme des membres de la famille.

Hiérarchies de genre dans l’accès aux ressources productives : la terre.

24D’un point de vue sociologique, la capacité des femmes à devenir des productrices indépendantes dépend d’un certain nombre de facteurs. Mais nombre d’économistes pensent que l’accès sans entrave et garanti aux ressources productives est une condition essentielle pour que les fermiers puissent bénéficier des mesures incitatives leur permettant d’investir dans la terre et dans d’autres biens afin d’en développer la capacité productive. Ainsi, la première variable à prendre en compte concernant la hiérarchie de genre devrait être l’accès à la ressource économique la plus importante : la terre. […]

25On dénombre peu de bonnes études sur l’accès des femmes à la terre et aux autres ressources productives, et sur les facteurs connexes, mais quelques généralisations à grands traits ressortent de celles qui existent et montrent que les terres des femmes représentent une surface moins importante que celles des hommes, que leur occupation est précaire et que la position sociale dominante des hommes est déterminante en cas de concurrence pour accéder à l’usage des terres. […]

Hiérarchie de genre dans les coûts et l’accès pour les femmes

26Quand j’affirme que l’accès des femmes à la terre et à d’autres ressources productives est non seulement limité mais qu’en plus n’est possible qu’indirectement du fait du statut de dépendante qu’ont les femmes dans le ménage, j’affirme en fait qu’il est important d’introduire les questions de genre dans les rapports économiques et sociaux agraires qui déterminent l’accès aux ressources. On constate alors des effets complexes sur le lien des femmes, en tant que productrices indépendantes, avec les changements technologiques. Là encore, la source d’informations la plus pertinente sur les effets des rapports sociaux et économiques agraires sur les coûts économiques réels de l’innovation et sur ce qui détermine l’accès aux ressources, se trouve dans les études portant sur la révolution verte. Celles qui se sont efforcées d’identifier les mécanismes économiques par lesquels l’inégalité s’est creusée dégagent des enseignements importants pour les femmes. N’ayant trouvé aucune analyse particulière qui attire l’attention sur les retombées de ces mécanismes sur le lien entre les femmes et les nouvelles technologies, je vais faire cette analyse ici.

27Le modèle d’innovation de la révolution verte était extrêmement inégal et les innovations ont bénéficié à ceux qui étaient les mieux placés dans la structure de classe dans les milieux ruraux. Les petits cultivateurs et les exploitants marginaux n’ont dans l’ensemble pas innové, tandis que les fermiers à la tête de grandes ou moyennes exploitations ont adopté les nouvelles technologies et ont vu leur prospérité s’accroître à mesure que leur rentabilité augmentait. Ceci était particulièrement important dans la mesure où la technologie de la révolution verte possédait, à première vue, un nombre de caractéristiques extrêmement attirantes. Révolution biologique et chimique plutôt que mécanique, elle était censée être applicable à toutes les échelles puisque les semences et l’eau sont presque indéfiniment divisibles.

28Un premier constat a révélé que les critères d’innovation VHR n’étaient pas aussi divisibles qu’on le pensait. Pour que les nouvelles technologies deviennent très rentables, il fallait davantage d’intrants comprenant des engrais, un approvisionnement en eau contrôlé et d’autres produits chimiques. Cette restriction a eu de nombreuses conséquences.

29Pour commencer, les fermiers individuels doivent avoir une source de revenu monétaire leur permettant d’acheter les intrants liés à l’innovation ; leur capacité d’innovation dépend donc de la quantité d’excédents déjà créés dans la ferme ou de l’existence d’une autre source de revenu monétaire. Plus le fermier est pauvre en liquidités moins il/elle est capable d’acheter des intrants. Il est souvent très difficile de comprendre (surtout pour quelqu’un qui est habitué à acheter pour satisfaire la plupart de ses besoins) que des montants infimes passent entre les mains d’une personne, en particulier une femme, dans une économie où la plupart des prestations sont faites de manière autonome. Il est également difficile de comprendre que ces toutes petites sommes d’argent ne s’obtiennent pas aisément, et de se rappeler que de nombreux produits de première nécessité (les vêtements par exemple) doivent être achetés. Par simple manque d’excédents monétaires nécessaires à l’achat de ces biens, les femmes peuvent être pratiquement incapables d’obtenir les quantités apparemment très modestes d’intrants qui composent une technologie améliorée. Roberts (1979), par exemple, mentionne un projet conçu spécifiquement pour fournir aux femmes des intrants nécessaires au type d’activités dont elles étaient responsables dans l’économie domestique. Les femmes n’ont pas pu acheter ces intrants (qui coûtaient peu d’argent) et ce sont les hommes de la communauté qui se les sont appropriés.

30Mais le problème de l’adoption inégale des technologies entre les hommes et les femmes a été bien davantage aggravé par le fait, qui n’avait pas été prévu, que le succès et la rentabilité des technologies VHR allait dépendre bien davantage du degré de développement de l’économie rurale que des revenus monétaires des fermiers individuels. Du fait du sous-développement de l’infrastructure rurale et des marchés ruraux, l’innovation n’a été possible, dans de nombreux endroits, que grâce à l’apport public de certains de ces intrants. Pour un certain nombre de raisons, ils se sont presque toujours inscrits dans des projets d’envergure tels que des plans d’irrigation massive ou des programmes de crédit, ou des programme de vulgarisation sur les engrais et les produits chimiques, ou encore des systèmes de prix garantis et d’accès aux marchés pour les produits. Plusieurs recherches ont conclu que c’est la combinaison du mode d’administration de ces politiques publiques et du système de classes en milieu rural (et, j’ajouterais, de la structure des rapports de genre) qui détermine la capacité d’un fermier à utiliser les innovations technologiques et à en profiter.

31C’est pourquoi une question d’échelle s’est parfois posée très directement ; en effet, on a vu de gros fermiers bénéficier d’économies d’échelle et de petits fermiers souffrir de dés-économies d’échelle. Griffin (1974) affirme que c’est le cas des économies liées à l’usage de l’eau provenant de certains plans d’irrigation. Pearse (1974) parle des frais généraux, souvent négligés, liés au temps investi dans la gestion et la fourniture des intrants. Le temps étant une ressource rare pour les producteurs paysans, ceux-ci doivent chercher la meilleure façon de l’utiliser pour dégager des revenus supplémentaires. Si une journée en ville peut coûter cher au petit fermier, c’est encore pire pour son épouse. Étant donné que les exploitations des femmes sont limitées en taille par le type d’accords d’affermage […], cela ne présente pas forcément beaucoup d’intérêt pour la cultivatrice d’essayer d’exploiter sa parcelle en utilisant les outils de la modernité. Aussi, le temps des femmes tend à se réduire plus que celui des hommes car le travail de préparation des repas les limite à des activités qui peuvent être effectuées tout en faisant la cuisine ou en prenant soin des jeunes enfants. Les femmes voient leurs activités limitées d’une autre manière en ce sens que les déplacements en dehors du village peuvent être mal vus.

32Le système de classes crée d’autres inégalités d’accès :

Les petits cultivateurs ne disposaient pas du temps, de l’influence, du niveau d’alphabétisation et des relations… qui permettent d’accéder aux programmes et aux structures gouvernementaux et pour être réceptifs aux informations techniques. Les paysans peuvent se retrouver en concurrence pour le crédit ou pour les systèmes d’irrigation avec des agriculteurs détenteurs de maisons en ville et disposant de relations dans le monde politique ; pour accéder au crédit institutionnalisé, les villages pauvres sont parfois en rivalité avec l’élite locale composant les communautés villageoises allouant les crédits ; des paysans analphabètes et mal habillés doivent défendre leur cas dans des bureaux en ville et face à des fonctionnaires conscients de leur statut. (Pearse 1974, 77)

33Pearse parle de « l’infériorité contractuelle » du petit paysan sur le marché des facteurs de production. Là aussi, si cela est vrai pour les petits fermiers en comparaison avec les plus gros, que dire des femmes en comparaison avec les hommes ? Selon les statistiques mondiales, la probabilité d’être plus mal vêtu, analphabète et peu éduqué est plus forte pour une femme que pour son frère. Les femmes sont aussi confrontées à des institutions et des organismes décideurs peuplés d’hommes qui peuvent adopter une attitude pour le moins décourageante vis-à-vis de leurs activités indépendantes. Les femmes sont en général assignées à la sphère privée et non à la sphère publique, et cela se traduit, dans certains cas, par le fait qu’elles doivent se limiter à l’univers domestique et qu’on ne leur accorde pas de place dans les institutions publiques. Quels que soient les mécanismes qui entretiennent ce système, ces restrictions favorisent des situations « d’infériorité contractuelle » vis-à-vis des hommes. Si la femme a appris les comportements et les compétences propres à la sphère domestique, comment peut-elle savoir s’affirmer dans un bureau, un hôpital, une banque ou lors d’une réunion publique ? Aussi est-il parfois souhaitable que des programmes correctement financés, au profit des femmes, et liés à la production de produits destinés à un marché concurrentiel, soient mis en œuvre. […]

Conclusion

34Les changements technologiques n’agissent pas indépendamment des inégalités existantes et des systèmes de hiérarchie du système agraire. Nous devrions donc avoir conscience du fait que les classes créent un système inégal et hiérarchisé dans les campagnes, mais aussi que les rapports de genre s’inscrivent dans le même système. La hiérarchie de genre n’a pas les mêmes fondements analytiques que la hiérarchie de classe, mais elle compte bien une composante productive et distributive, avec ses propres fondements institutionnels, et c’est pourquoi les changements technologiques ont à voir aussi bien avec les questions de genre qu’avec les classes sociales. […]

35L’un des principaux objectifs de [cet article] était d’expliquer que nous en savons peu sur les facteurs qui déterminent la façon dont les femmes répartissent leur temps et leur travail, alors que ce sont deux sujets dans lesquels les changements technologiques entraînent précisément des transformations. Ceci ne veut pas dire qu’il faille davantage de recherches sur la « répartition du temps », lesquelles sont souvent inutiles parce qu’elles manquent d’analyse et sont presque entièrement descriptives ; ce chapitre suggère plutôt de mettre en place un travail qui analyse le fonctionnement de certains facteurs devenus potentiellement importants dans ce débat.

Source du chapitre : Traduit de l’anglais. Texte original: Effects of technological change on rural women : a review of analysis and concepts. In Technology and rural women. Conceptual and empirical issues. (Ed.) I. Ahmed. 27-64. Boston : George Allen and Unwin. 1985.

Ce chapitre est une version raccourcie et révisée de Whitehead (1981). Les thèmes sont abordés plus en détail dans Whitehead (1980).

Bibliographie

Abdullah, T. A. et Z. A. Zeidenstein. 1975. Socio-economic implications of introducing HYV rice production on rural women in Bangladesh. Paper n° 34 to the international seminar on Socio-economic implications of introducing HYV in Bangladesh. Bangladesh Academy of rural development. Dacca : Ford Foundation.

Ahmed, I. 1978. Technological change and the condition of rural women : a preliminary assessment. Geneva : World Employment Programme. Restricted document.

Bartsch, W. H. 1977. Employment and technology in Asian agriculture. New York : Praeger.

Bureau international du travail. 1966. Plantation workers : conditions of work and standards of living. Genève : Bureau international du travail.

Caulfield, M. D. 1974. Imperialism, the family and cultures of resistance. Socialist revolution (Oakland, Californie, New Fronts Publishing Co.). N° 20.

Chen, M. et R. Ghuznavi. 1978. Women in food-for-work : the Bangladesh experience. Oxford : Oxfam.

Collier, W. L, J. Colter, Sinarhadi et R. d’A. Shaw. 1974. Choice of technique in rice milling in Java : a comment. Research and training network reprint. New York : Agricultural Development Council.

Deere, C. D. 1977. Changing social relations of production and Peruvian peasant women’s work. Latin American Perspectives. 4(1-2).

Dey, J. 1975. Role of women in Third World countries. MA thesis for Agricultural extension and rural development centre. University of Reading.

Ellickson, J. 1975. Observations from the field on the conditions of rural women in Bangladesh. Comilla : Bangladesh Academy for rural development.

Germain, A. 1975. Women’s role in agricultural development. New York : Agricultural Development Council. Document provisoire.

–––. 1976. Women’s role in Bangladesh developemnt : a program assessment. Dacca : Ford Foundation.

Greeley, M. 1981. Rural technology, rural industries and the rural poorest : the case of rice processing in Bangladesh. Paper presented at the Post-harvest technology workshop. New Delhi : Indian Agricultural Research Institute. January.

Griffin, K. 1974. The political economy of agrarian change, an essay on the Green Revolution. London : Macmillan.

Halpern, P. 1978. Labour displacements among rural women in Bangladesh. Brighton : Institute of Development Studies, University of Sussex.

Harris, B. 1977. Paddy-milling : problems in policy and the choice of technology. In The Green Revolution ? Technology and change in rice-growing areas of Taminadu and Sri Lanka. (Ed.) B. H. Farmer. London and Basingstoke : Macmillan.

Hart. G. P. 1978. Labor allocation strategies in rural Javanese households. PhD dissertation. Ithaca, N. Y. : Faculty of the Graduate School of Cornell University.

Hostettler, E. 1978. A comparison of the sexual division of labour in Norfolk and Northumberland. Manuscrit non publié.

Jain, L. 1976. Measurement of household activities in India. Paper for the Agricultural development council workshop on Household studies. Singapour, Sonta.

Khatun, S. et G. Rhani. 1977. Bari-based post-harvest operations and livestock care : some observations and case studies. Dacca : Ford Foundation.

Lindenbaum, S. 1974. The social and economic status of women in Bangladesh. Dacca : Ford Foundation.

MacCarthy, F. 1974. The status and conditions of rural women in Bangladesh. Dacca : Ministry of agriculture.

Martius Von Harder, G. 1975. Women’s participation in rice processing with special reference to HYVs. Paper presented to the BARD-Ford Foundation seminar on The socioeconomic implications of introducing HYVs of rice. Comilla : Bangladesh Academy for Rural Development.

Olin, U. 1977. Integration of women in developement : programme guidelines. New York : United Nations Development Programme.

Palmer, I. 1975. Women in rural development. Genève : Bureau international du travail. Polycopié.

–––. 1976. The new rice in Asia : conclusions from four country studies. UNRISD Report n° 76. Genève : UNRISD.

–––. 1978. Women in Green Revolutions. Paper presented to the conference on The continuing subordination of women and the development process. Brighton : Institute of Development Studies. Polycopié.

Pearse, A. 1974. The social and economic implications of large-scale introduction of new varieties of food grain : summary of conclusions of the global research project. UNRISD Report N° 74. Genève : UNRISD.

Roberts, P. 1979. The integration of women into the development process : some conceptual problems. IDS Bulletin. 10(3).

Stolke, V. 1981. Women’s labours : the naturalisation of social inequality and women’s subordination. In Of marriage and the market. (Eds.) K. Young, C. Wolkowitz et R. McCullagh. London : CSE Books.

Timmer, C. P. 1973. Choice of technique in rice milling in Java. Bulletin of the Indonesian Economic Studies (Canberra, Australian National University). 9(2).

UNRISD (United Nations Research Institute for Social Development). 1977. Strategy and programme proposals. WP2/Rev. 1/Nov. Genève : UNRISD.

Whitehead, A. 1980. A conceptual framework for the analysis of the effects of technological change on rural women. Document provisoire.

–––. 1981. A conceptual framework for the analysis of the effects of technological change on rural women. World Employment Programme Research Working Paper, restricted. Genève : Organisation internationale du travail.

–––. 1984. Solidarity and division of interests among women. IDS Bulletin. April.

Zeidenstein, S. 1975. Socio-economic implications of HYV rice production on rural women in Bangladesh. Polycopié.

Zeidenstein, S. et L. Zeidenstein 1973. Observations on the status of women in Bangladesh. Dacca : Ford Foundation.

Notes

1 Pour des descriptions plus détaillées de cette technique, voir Martius Von Harder (1975) ; Khatun et Rhani (1977).

2 Pour Ellickson (1975) et Halpern (1978), la croissance du nombre de femmes sans logement et paupérisées, abandonnées par des parents de sexe masculin, provient de ces pertes d’emploi et d’autres pertes de revenu subies par les femmes rurales.

Auteur

Catherine Pizani (Traducteur)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search