Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

3. Systèmes agraires, technologies et changements

Biodiversité et gestion féminine des semences dans l’Inde rurale du Deccan

Carine Pionetti

Note de l’éditeur

Référence : Vatturi-Pionetti, Carine. “Biodiversité et gestion féminine des semences dans l’Inde rurale du Deccan” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 265-279, DOI : 10.4000/books.iheid.5276 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1[…] Les perceptions des paysannes, leurs savoir-faire et leurs pratiques ne sont généralement pas reconnues à leur juste valeur. Les agronomes et planificateurs se sont peu souciés du rôle des plantes sauvages dans le régime alimentaire des populations rurales défavorisées. Les instances de développement agricole et les institutions de gestion des ressources phytogénétiques ont quant à elles largement ignoré les connaissances et les pratiques spécifiques des femmes en matières d’agriculture et de gestion de la diversité des variétés végétales au sein des écosystèmes cultivés. […]

2L’agriculture est une activité extrêmement diversifiée eu Inde, allant des rizicultures irriguées aux systèmes de culture pluviale des régions semi-arides, en passant par l’horticulture, la floriculture ou l’aquaculture intensives dont les productions sont essentiellement destinées à l’exportation. La participation des femmes aux travaux agricoles varie selon les régions et les systèmes de production. Elle est très élevée dans les zones de culture sèche où les femmes assurent une grande partie des travaux des champs, depuis les semis jusqu’aux moissons, sans oublier le sarclage dont elles sont seules responsables. Il en est de même pour la transplantation du riz dans les régions rizicoles irriguées. Les travaux de transformation du grain et de préparation des semences sont exclusivement entrepris par les femmes. L’appartenance sociale des paysannes influe aussi sur leur participation aux travaux agricoles et aux prises de décision. Tandis que les femmes des castes élevées sont généralement tenues à l’écart de l’agriculture (excepté pour les productions agricoles et alimentaires réalisées à l’intérieur du foyer), les paysannes appartenant aux classes moyennes et pauvres sont entièrement impliquées dans les activités agricoles, qu’elles conduisent d’ailleurs seules dans les régions où la plupart des hommes ont quitté la campagne pour gagner un salaire en ville.

3Les rapports de « genre » dans l’agriculture indienne ont fait l’objet de divers travaux réalisés par des féministes indiennes. Les écrits de Vandana Shiva sur la « violence » de la révolution verte et l’impact de l’agriculture intensive sur la relation des femmes à la nature sont bien connus (Shiva 1988). Les recherches menées par l’économiste féministe Bina Agarwal (1994) apportent un éclairage important sur le problème de l’accès à la terre pour les femmes en Asie du Sud. D’autres études portent sur les écarts de rémunération entre travailleurs et travailleuses agricoles à travers tout le pays et sur les liens entre la libéralisation économique et la féminisation de l’agriculture.

4Notre recherche s’attache quant à elle à décrire et analyser les perceptions, les pratiques et les stratégies des agricultrices du Plateau du Deccan dans deux domaines distincts mais interconnectés : la diversité des cultures qui caractérise le système pluvial traditionnel du Deccan d’une part, et la production de semences d’autre part. Cette étude vise en premier lieu à mettre en lumière les spécificités des stratégies des petites paysannes dans leur approche de l’agriculture et dans leur gestion des semences au niveau du foyer et de la communauté. Il s’agira en second lieu de déterminer en quoi la commercialisation de l’agriculture et l’industrialisation des semences influent sur les représentations et les pratiques des paysans et des paysannes et à quelles nouvelles stratégies agricoles et semencières ces tendances conduisent. L’analyse des rapports de « genre » au sein de la société agricole étudiée occupera une place centrale dans chacune de ces deux parties.

  • 1 Les enquêtes ont été menées dans deux districts de l’Andha Pradesh, pour une large part avec des pe (...)

5Cette étude est basée sur une série d’enquêtes de terrain réalisées durant les années 2001 et 2002 dans la région Telangana de l’Andhra Pradesh1, dans le cadre d’une recherche doctorale en écologie politique. Les entretiens individuels et collectifs et les exercices participatifs, en veillant à prendre en compte les catégories paysannes dans l’élaboration des paramètres de l’enquête, ont été menés séparément auprès de femmes et d’hommes ruraux, afin d’éviter les dires sous contraintes. Cette méthodologie fait aussi intervenir la capacité d’analyse propre aux participants qui évaluent eux-mêmes, à l’aide de diverses méthodes de représentation, leurs systèmes de savoirs et de pratiques.

La diversité agricole sur le Plateau du Deccan : perceptions, pratiques et stratégies des femmes

6Le Plateau du Deccan est une vaste étendue semi-aride située en Inde du Sud, s’étendant du nord du Karnataka au sud du Madhya Pradesh, et comprenant les deux tiers de l’Andhra Pradesh ainsi qu’une partie du Maharashtra. Cette région est caractérisée par des taux de précipitation faibles (compris entre 800 et 1200 mm par an), des variations inter-annuelles importantes, et par des sols pour la plupart peu fertiles. Ces données agro-climatiques représentent des contraintes majeures pour l’agriculture pluviale. Seules quelques régions bénéficiant d’aménagements hydro-agricoles se trouvent à l’abri du risque lié aux aléas climatiques.

7Comme tous les agriculteurs des régions semi-arides, les paysans du Deccan ont élaboré des pratiques agro-pastorales adaptées aux conditions locales, permettant le renouvellement de la capacité productive des agro-systèmes dans un milieu peu propice à la culture. Les paysans possèdent des connaissances précises sur le climat, les sols, les plantes cultivées et sauvages, les insectes ravageurs et les animaux domestiques qui font partie de leur environnement. Leurs pratiques agricoles reposent sur une utilisation mesurée de l’eau et sur une planification ingénieuse des cultures dans l’espace et dans le temps. L’intégration du bétail (ovins et bovins) dans ce système agraire procure une source essentielle de fumure organique, assurant l’entretien de la fertilité des sols.

8L’un des éléments clés de l’agriculture vivrière du Deccan est l’utilisation d’une grande diversité de plantes cultivées mais selon des perceptions différentes entre femmes et hommes, celles-ci percevant plus finement les liens qui se tissent entre les plantes cultivées, la sécurité alimentaire du foyer et leur savoir-faire culinaire.

Plantes vivrières, sécurité alimentaire et savoir-faire culinaire

9Paysans et paysannes connaissent les particularités de chacune des plantes cultivées et les bénéfices de leurs interactions au sein du système de culture. Ceux qui élèvent du bétail veillent à produire sur leurs terres des cultures produisant du fourrage de bonne qualité comme le sorgho. Les femmes possèdent un savoir-faire spécifique sur la transformation du grain récolté et la production de semences à partir des meilleures graines. Parmi les multiples valeurs attribuées par les agricultrices aux plantes cultivées à Sattmoori, trois méritent quelques précisions : la rusticité (selon le degré d’exigence en eau et le coût de production), l’utilité et la diversité alimentaire (pour les hommes et les animaux) et la valeur rituelle de certaines cultures.

Mélanges tous azimuts de cultures et de variétés

10Pratiquées par les agriculteurs de toutes les catégories, aussi bien dans les systèmes vivriers que dans l’agriculture à caractère marchand, les rotations et les associations de cultures font partie intégrante des systèmes agricoles des régions semi-arides de l’Inde (avec des formes d’associations simples pour les champs alloués aux cultures de rente et plus complexes sur ceux consacrés aux cultures vivrières). Les associations de cultures ne se limitent pas à la diversité d’espèces, mais elles s’étendent aussi à la diversité variétale, les paysannes jouant sur la morphologie et les aptitudes agronomiques diverses (longueur du cycle, degré de résistance à la sécheresse ou aux insectes).

11La performance d’une variété semée dans un mélange de cultures est un facteur décisif pour les femmes qui sont réticentes à cultiver des variétés améliorées (issues de programmes de sélection) lorsqu’elles ne se prêtent pas aux associations culturales complexes. Les paysannes s’opposent ainsi à une conception de l’agriculture qui favorise le rendement d’une culture donnée, aux dépens du rendement global du système vivrier qui englobe les récoltes de grain mais aussi la production fourragère et l’entretien du potentiel productif de la terre (Pimbert 1999).

Stratégies des femmes dans la recherche de l’équilibre vivrier

12Les stratégies vivrières mises en œuvre par les agriculteurs du Deccan varient selon le mode de culture pratiqué mais aussi selon le « genre ». Nous verrons plus loin qu’avec l’essor de la logique marchande, les cultures vivrières se trouvent remises en cause, et l’achat de nourriture prend alors plus d’importance dans les stratégies alimentaires des agriculteurs.

13L’étude approfondie des motifs présidant à la diversité des cultures (Satheesh 2002) révèle que les paysannes vont plus loin que les hommes dans les stratégies de valorisation de la diversité en tentant de semer un plus grand nombre de variétés d’une même culture. Elles invoquent des critères d’ordre agronomique (selon les niveaux d’exigence en eau ou l’arrivée à maturité comparée aux autres variétés), mais aussi des motifs d’ordre nutritionnel et esthétique.

14L’ensemble de ces observations semble indiquer qu’il existe bien une approche de la diversité spécifique au « genre » féminin. Ancrées dans leurs réalités quotidiennes, leurs stratégies agricoles visent avant tout à consolider la sécurité alimentaire de leur foyer. Pour une petite paysanne du Deccan, l’équilibre alimentaire passe par la constitution de réserves de céréales, de légumineuses et de graines oléagineuses en diversité, en qualité et en quantité adéquate, et par un apport fourrager suffisant pour nourrir le bétail. […]

L’autonomie semencière du foyer : savoir-faire et stratégies des paysannes

15Dans la plupart des sociétés agraires, la production des semences nécessaires à la mise en culture des terres est assurée par les femmes. Les paysannes sont aussi les principales actrices de la gestion de la diversité végétale et de la préparation des semences dans le sous-continent indien […]. Les hommes ne se préoccupent réellement des semences qu’au moment des semis.

16Il revient ainsi aux femmes de constituer des stocks de semences pour chacune des variétés cultivées sur les terres de la famille. Loin de se résumer à une simple activité manuelle, cette responsabilité présente des dimensions multiples. Tout d’abord, la relation des paysannes à leurs semences est empreinte d’un sens symbolique donnant lieu à des pratiques rituelles. Ensuite, la préparation des semences implique non seulement un ensemble de savoir-faire et de gestes précis mais aussi un engagement moral des paysannes vis-à-vis de leurs semences, auxquelles elles attachent une grande valeur. Enfin, les paysannes élaborent des stratégies diverses pour compléter leurs stocks de semences en cas d’insuffisance, mais aussi pour le faire fructifier, ce qui donne à penser que les semences constituent, dans certains cas, un véritable capital.

Perceptions culturelles et symboliques des semences

17Pour les paysans du Deccan, ni les bœufs de trait, ni les instruments de culture, ni les semences ne sont considérés comme de simples « moyens de production ». Chacun de ces éléments est digne d’une considération particulière qui s’exprime notamment au travers de rites religieux (puja) et de règles de conduite observées par les paysans. […]

18Dans les sociétés agraires, la terre et les semences sont généralement considérées comme des êtres vivants, doués de qualités particulières. Dans le Deccan, les paysans distinguent par exemple les terres rouges « féminines » des terres noires « masculines », constituées d’argiles plus fertiles que les sols latéritiques rouges. De même, il existe dans l’esprit de certaines paysannes un lien entre la fécondité des semences et celle d’une femme. Ainsi, lorsqu’elles voient leurs sacs contenant les semences de sorgho augmenter de volume avec l’arrivée des premières pluies de juin, les cultivatrices déclarent que « les semences sont enceintes ». Cette métaphore qui se réfère sans doute à la venue imminente des pluies (que l’on perçoit en raison de l’accumulation d’humidité dans l’air) et donc à l’approche du moment des semis, traduit aussi un lien de proximité entre les paysannes et leurs semences.

Les atouts de l’auto-suffisance semencière

19A l’échelle de l’Inde, l’on estime que les deux tiers des agriculteurs produisent leurs semences à partir de leurs propres récoltes (Sahai 2000). Cette moyenne pour le pays ne fait pas état des différences qui existent selon le type de systèmes agricoles et de variétés cultivées. La production paysanne de semences demeure élevée dans les systèmes pluviaux où les cultures vivrières dominent et où les variétés locales n’ont pas été remplacées par des variétés améliorées (diffusées dans le cadre de la révolution verte). Elle est en revanche très faible dans les zones de cultures commerciales où les agriculteurs cultivent essentiellement des variétés hybrides achetées annuellement. Les variétés améliorées sont à distinguer des variétés hybrides dans la mesure où elles sont reproduites par les paysans pendant deux ou trois cycles de culture avant d’être renouvelées.

20Dans le contexte du Plateau du Deccan où les paysans sont sans cesse confrontés aux contraintes et aux risques de l’agriculture sèche, l’autoproduction de semences revêt de nombreux attraits. Les paysannes distinguent cinq grands motifs les incitant à opter pour l’auto-suffisance semencière à l’échelle de leur foyer. Il s’agit de considérations d’ordre alimentaire, agronomique et économique, considérations que l’on ne peut réellement saisir qu’à la lumière des rapports de genre qui les sous-tendent.

Diversité des cultures et sécurité alimentaire du foyer

21En produisant elle-même des semences pour 10 ou 12 variétés différentes, une petite paysanne augmente les chances de voir cette diversité de cultures reconduite sur ses terres, y compris dans l’éventualité où les hommes du foyer se montreraient peu favorables à un tel schéma de cultures. C’est ainsi qu’une paysanne de Pipri confie : « Si je veux semer des haricots en plus du sorgho sur une parcelle et que mon mari n’est pas tout à fait d’accord, je l’envoie s’occuper d’une autre parcelle pendant que je vais discrètement semer mes haricots ». Sans semence, une telle stratégie devient impensable.

Maintien des pratiques de sélection paysannes

22Lors de la sélection du grain qui servira à produire des semences, les agriculteurs les plus zélés cherchent à accentuer certains traits d’une variété donnée. Ainsi, lorsqu’il sélectionne des épis de sorgho dans ses champs juste avant la récolte, le paysan prend soin de choisir les plantes les plus résistantes aux maladies.

Réalisation des semis au moment opportun et autonomie de gestion

23Les paysans affirment qu’il est indispensable de disposer de ses propres stocks de semences pour réaliser les semis au moment optimal, dès l’arrivée des premières pluies, et ainsi assurer son indépendance. En effet, aussi bien l’emprunt que l’achat de semences – les deux alternatives à l’auto-production – comportent un degré d’incertitude et un coût économique que les paysannes les plus pauvres ne peuvent envisager. L’emprunt place le demandeur à la merci du bon vouloir d’autres agriculteurs, qui ne prêtent généralement pas avant d’avoir fini leurs propres semis, ce qui peut prendre plusieurs jours. L’achat de semences est quant à lui conditionné par l’état de la bourse du foyer (à une période de l’année où les rentrées d’argent sont très limitées) et par les lois du marché (approvisionnements tardifs, prix élevés…). Un ensemencement tardif n’est pas sans conséquence sur les rendements : retardées dans leur cycle végétatif, les cultures sont plus exposées aux risques d’insectes et de maladies. De plus, si la floraison coïncide avec une période d’averses, la récolte peut être en partie compromise.

On ne trouvera nulle part ailleurs qu’aux Indes un meilleur exemple de terres scrupuleusement entretenues, débarrassées des mauvaises herbes, une telle ingéniosité dans les techniques d’irrigation, une telle connaissance des sols et de leurs possibilités, un savoir aussi exact des époques propices aux semailles et aux moissons. Il est merveilleux de constater la grande expérience qu’ont les paysans de la rotation des cultures, des techniques de polyculture et de jachère… Pour ma part, je n’ai jamais vu une façon plus parfaite de mettre les terres en valeur.
A. J. Voelker, expert agricole britannique en Inde pendant les années 1890, traduit et cité dans Moore Lappé, F. et J. Collins. 1978. L’industrie de la faim. Par-delà le mythe de la pénurie. Montréal : Éditions de l’étincelle.

Valorisation du capital semencier

24Nettoyées et stockées, les semences deviennent un véritable capital aux mains des paysannes. Un surplus de semences peut faire l’objet d’un prêt, qui sera remboursé après la moisson, additionné d’un intérêt. Les petites paysannes qui parviennent à une bonne gestion de leurs stocks de semences fournissent volontiers des prêts de semences, même pour de très petits volumes. Ainsi, à la question « Vous arrive-t-il de refuser de prêter de la semence [dans la mesure où vous disposez d’un surplus] », plusieurs paysannes répondent « Et pourquoi donc, puisque l’on nous rend le double en grain ? ! » Le prêt de semences revêt un attrait particulier pour certaines familles possédant très peu de terre et pour qui chaque mesure de grain a son importance : cette activité constitue une source de subsistance supplémentaire pour elles.

Savoir-faire féminins dans la production de semences

25La constitution de stocks de semences représente, pour une petite paysanne du Deccan, une sécurité hautement valorisée, celle de pouvoir ensemencer ses terres. Ceci explique l’existence de dictons, de proverbes et de tabous servant à ancrer dans l’esprit des femmes un sens de responsabilité vis-à-vis de leurs semences. Ils permettent aussi aux filles de comprendre, dès le plus jeune âge que la préservation des semences est une responsabilité importante, qui exigera un engagement moral de leur part. Les jeunes filles apprennent aussi très tôt à manier les instruments nécessaires à la préparation des semences. Ce processus comporte plusieurs étapes depuis la sélection des épis dans les champs, les travaux de battage et de vannage effectués de manière collective sur l’aire de battage, jusqu’au tri, au nettoyage et au stockage des semences réalisés individuellement par les femmes dans leurs demeures. Les savoir-faire nécessaires à la réalisation de ces travaux sont transmis de mère en fille. « On apprend à cultiver la terre avec son père, et à préserver les semences avec sa mère » dit un proverbe.

26La sélection des semences n’est pas seulement la première étape dans la préparation des semences, c’est aussi l’une des plus cruciales. Lorsqu’elles sélectionnent des grains pour la semence, les paysannes veillent aux caractéristiques de la plante, des épis et des grains. Une gamme variée de techniques, d’instruments, de matériaux et de savoir-faire intervient ainsi dans la production de semences qui dépend aussi du bon sens et du sérieux des paysannes. Comme elles le disent volontiers elles-mêmes, il faut aussi du talent pour « réussir » à coup sûr ses semences, un talent qui n’est pas donné à tout le monde.

Stratégies des femmes dans la recherche de l’autonomie semencière

27Les petites paysannes préparent des semences non seulement à partir du grain récolté sur leurs propres terres, mais aussi à partir du grain reçu comme salaire. Si le propriétaire chez qui elles travaillent leur donne le choix d’un paiement en épis entiers de sorgho ou en grain décortiqué, elles optent pour les épis afin de pouvoir opérer une sélection de graines sur épi pour la préparation de semences. De plus, lorsqu’une paysanne sait qu’il va lui manquer des semences d’ambérique par exemple, elle s’efforce d’effectuer des travaux de récolte dans un champ d’ambérique où elle sera payée en grain, ce qui lui permettra de compléter ses stocks de semences.

28Une fois les semences réunies et stockées, les petites paysannes se trouvent face à un défi d’un autre ordre, celui de conserver les stocks de semences intacts jusqu’à la saison des semis. En effet, pour les nombreuses familles qui ne produisent pas sur leurs terres de quoi subvenir à leurs besoins alimentaires annuels, la tentation de se nourrir de ses semences peut être très forte lorsque le grain vient à manquer. Mais l’acte de consommer ses propres semences est considéré par les paysannes comme dénué de bon sens, voire irresponsable, dans la mesure où il expose la famille à des difficultés futures.

29Quel que soit leur rang socio-économique, le fait de porter la responsabilité du grain et des semences renforce le statut des femmes dans leur foyer et dans leur communauté. En effet, elles sont respectées pour cette contribution majeure à l’économie familiale, qu’elles gèrent de manière plus ou moins autonome. Les semences sont l’une des rares ressources sur lesquelles elles exercent un contrôle direct, et qui constituent pour elles un atout dans la négociation intra-familiale que suscite la prise de décision concernant les cultures à semer sur les terres du foyer. D’ailleurs, les paysannes les plus pauvres ne tiennent pas toujours au courant leur mari des stocks constitués afin de gérer en toute discrétion ce capital semencier. L’ensemble de ces stratégies semencières individuelles donne lieu à une économie paysanne des semences (cruciale pour les foyers les plus pauvres) dont nous allons à présent examiner la portée.

L’économie paysanne des semences

30L’objectif d’autonomie semencière des paysannes du Deccan se conjugue avec une dynamique locale d’échanges de semences. Les échanges de semences prennent la forme de dons (entre parents ou voisins) ou d’emprunts selon des règles de réciprocité socialement édictées. Ce système de transactions semencières procure aux petits paysans une source locale d’approvisionnement en semences n’impliquant aucun paiement en argent.

31Trois raisons majeures peuvent être à l’origine d’échanges de semences entre agriculteurs : la pénurie de semences due a une mauvaise récolte, la dégradation des semences préservées (par des insectes ravageurs) et l’intérêt pour une nouvelle variété que l’on désire cultiver. Bien que les petits paysans soient les plus concernés par la pénurie de semences, il arrive aussi que de grands propriétaires manquent de semences pour une variété qu’ils veulent semer sur une large superficie. Dans ce cas, ils sollicitent eux aussi des prêts de semences d’agriculteurs plus petits qu’eux. Les prêts de semences concernent généralement des petites quantités comprises entre 3 kg et 12 kg de semences, excepté pour les prêts de semences de pois chiche qui atteignent souvent les 25 kg.

32Les prêts et emprunts de semences dans les villages de Kalmela et Shamshuddinpur concernent environ les deux tiers des familles travaillant la terre. Les paysannes en quête de semences s’adressent en premier lieu à leurs amies ou voisines, mais elles se tournent aussi vers des cultivatrices appartenant à d’autres castes ou catégories. Il est très fréquent que les petites paysannes empruntent des semences aux propriétaires de caste plus élevée pour lesquels elles travaillent occasionnellement comme ouvrières journalières. Plus que la caste, c’est donc le tissu de relations sociales existant dans la communauté qui définit les bases de ce système d’échanges fondés sur la réciprocité.

Règles de réciprocité dans les échanges de semences

  • 2 Selon nagu, pour chaque mesure de semences empruntée, deux mesures de grain (et non pas de semences (...)

33Les échanges de semences font l’objet de règles transmises oralement, que la majorité des paysannes respecte scrupuleusement. Deux protocoles d’échanges nommés nagu et deedi en Télugu se distinguent l’un de l’autre2.

34Si l’emprunt ne peut être rétribué à la fin de la saison, la dette grossit : dans le cas de nagu, ce ne sont plus deux mesures mais quatre qui devront être rendues à la fin du cycle de culture suivant. Une succession de mauvaises récoltes peut ainsi conduire à une situation critique, les dettes de semences devenant de véritables fardeaux pour les petits paysans. Conscients de ce danger, les petites paysannes tentent, du mieux qu’elles peuvent, de rembourser leurs prêts en temps voulu, quitte à travailler une ou deux journées supplémentaires auprès d’un propriétaire (qui les paiera en grain), ou à acheter quelques kilos de grain au marché. Aussi contraignants soient-ils pour les petits paysans, les protocoles d’échanges de semences édictés par les règles nagu et deedi contribuent indéniablement à entretenir la dynamique de ce système de transactions, puisque les prêts « rapportent » à ceux qui les octroient.

Prêts et emprunts de semences : complémentarité des stratégies semencières

35La participation éventuelle d’un foyer à l’économie semencière du village dépend essentiellement, mais pas seulement, de sa situation économique. Les petits paysans sont certes les plus gros débiteurs mais l’économie semencière d’un village ne peut se résumer à cette donnée. Certains foyers contribuent à cette économie par la mise à disposition de prêts de semences, d’autres empruntent régulièrement des semences, et d’antres encore participent aux deux pendants de ces transactions. Le recours fréquent aux emprunts de semences parmi les petits paysans n’est pas un phénomène récent (Voelcker 1895, 236). Aujourd’hui encore, de nombreux petits paysans sont confrontés à une pénurie de semences qu’ils solutionnent en s’adressant à d’autres agriculteurs de la communauté.

Le capital semencier des petites paysannes

36Certaines familles parmi les plus pauvres possédant tout au plus un tiers d’hectare tirent une partie de leur subsistance des prêts de semences. Les paysans de Shamshuddinpur estiment que 20 % des foyers de très petits paysans de leur village, soit une dizaine de familles, sont concernés par ces activités de capitalisation de grain.

37Si l’économie paysanne des semences procure des bénéfices individuels aux deux parties concernées par les transactions, elle produit aussi des bénéfices collectifs moins apparents mais de grande valeur sur le plan écologique. Car le transfert de semences d’un foyer puis d’un champ à l’autre assure la circulation des ressources génétiques au sein de la communauté. Les échanges ou les dons occasionnels de semences en provenance d’autres villages (don d’une mère à sa fille par exemple) entretiennent aussi des flux de gènes qui enrichissent la diversité variétale d’une région donnée. Cette dynamique de ressources génétiques renforce la stabilité des agrosystèmes traditionnels et augmente les capacités d’adaptation des populations végétales à des conditions environnementales en perpétuelle évolution. De plus, les échanges de semences constituent un rempart contre l’érosion génétique qui touche aujourd’hui de nombreuses régions du monde.

38Sur le plan social, les échanges de semences, qui s’apparentent à une forme d’entraide, renforcent la cohésion sociale entre villageois. Les paysannes qui prêtent des semences agissent dans un souci de solidarité mais aussi selon une logique économique, puisque le prêt de semences est une manière d’augmenter sensiblement le volume de leurs stocks de grain. Cependant, elles remplissent une fonction importante qui leur vaut une reconnaissance sociale dans le village, ainsi qu’un pouvoir de négociation accru au sein de leur propre foyer. […]

  • 3 Les « centres Vavilov » sont onze centres géographiques de haute diversité génétique identifiés par (...)

Riz doré et margousier : brevets sur le vivant et appropriation des savoirs environnementaux des femmes
Vandana Shiva
Dans le nouvel ordre économique et politique issu de la globalisation, les systèmes légaux internationaux changent et traduisent la prédominance des droits des sociétés sur ceux des individus. Plus particulièrement, la déréglementation de l’environnement crée de nouvelles menaces contre les droits des femmes quand, parallèlement, les derniers domaines contrôlés par ces dernières – la biodiversité, l’alimentation et l’eau – sont marchandisés, privatisés et appropriés par les entreprises.
On connaît déjà de nombreux exemples de cette appropriation. Le riz basmati cultivé depuis des siècles par les agriculteurs de ma vallée est présenté comme « une invention créant une nouvelle variété de riz » par une société étatsunienne du nom de RiceTec (brevet n° 5 663 454) (Shiva 1998a). Le « margousier » (ou l’huile extraite des graines du margousier) que nos mères et grand-mères utilisent depuis des siècles comme pesticide et fongicide, a été breveté pour ces usages précisément par W. R. Grace, une autre société étatsunienne. Nous avons [réussi à] contester le brevet de Grace, avec le soutien du Parti vert, devant le Parlement européen et l’Office européen des brevets. […]
Droits de propriété intellectuelle et menace contre les savoirs des femmes et les droits à la biodiversité
Les nouveaux régimes des droits de propriété intellectuelle imposés par les Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sont, en réalité, des mécanismes qui aliènent les femmes de leur savoir et de leurs droits à la bio diversité.
En Inde, les femmes ont longtemps été les expertes de la biodiversité de par leurs rôles de gardiennes des semences ou de guérisseuses : les savoirs sur les plantes et sur leurs usages étaient ceux des femmes. Ces savoirs sont actuellement appropriés et piratés, comme le montrent les brevets sur le margousier, le haldi ou curcuma, le gingembre, la margose, le basmati, le kumari et d’autres plantes à valeur médicinale ou nutritionnelle.
Les droits de propriété intellectuelle, comme les brevets et les droits d’obtention, sont des droits exclusifs attribués pour l’invention de quelque chose qui n’existait pas. Ces droits exclusifs empêchent d’autres personnes de fournir, utiliser, distribuer ou vendre le produit sous brevet ou « protégé ». Étendus à la biodiversité et aux ressources vivantes, comme ils l’ont été par les ADPIC, les droits de propriété intellectuelle deviennent un instrument de dépossession des femmes.
Les nouveaux droits de propriété intellectuelle sur les semences et l’utilisation des plantes ont les conséquences suivantes :
1. La créativité, l’innovation et les savoirs des femmes sont niés.
2. Les femmes se voient interdire l’accès et l’utilisation libre de ressources et de savoirs qui leur reviennent de droit.
Du fait de l’extension des droits de propriété intellectuelle aux semences, garder et échanger des semences est devenu un acte criminel. Avec les droits de propriété intellectuelle sur les propriétés médicinales des plantes, on peut empêcher les femmes de cueillir ces plantes et de les utiliser. Un texte général empêchant l’accès à la biodiversité existait déjà : la Loi sur la biodiversité était censée créer une protection pour la biodiversité et les savoirs indigènes des peuples. Au lieu de quoi elle garantit aux sociétés multinationales un libre accès aux ressources naturelles, accès dont les dépositaires et propriétaires originaux de la biodiversité et des savoirs liés sont, eux, privés.
Ce phénomène, que j’ai décrit dans La biopiraterie ou le pillage de la nature et du savoir (Shiva 2002), permet aux entreprises occidentales de voler des siècles de savoirs collectifs et d’innovations produits par les femmes du tiers-monde, et prend une ampleur croissante. Cette biopiraterie est maintenant justifiée au titre d’un nouveau « partenariat » entre l’agrobusiness et les femmes du tiers-monde. Nous ne pensons pas que le vol puisse être au fondement d’un partenariat. Celui-ci implique égalité et respect mutuel. Pour qu’un partenariat puisse être mis en place avec les femmes du tiers-monde, les accords ADPIC doivent être modifiés car ils protègent les pirates et punissent les innovateurs originaux, comme on le voit dans le conflit entre les États-Unis et l’Inde au sujet de ces accords (Shiva 1998b). La loi étatsunienne sur les brevets doit elle aussi être modifiée car elle permet une piraterie rampante de s’exercer sur nos savoirs sur la biodiversité. La Convention sur la diversité biologique doit être renforcée et les femmes doivent davantage participer à ce texte. […]. Ces modifications sont essentielles pour garantir la protection de nos savoirs collectifs et de notre innovation, ainsi que la reconnaissance et le respect des femmes comme détentrices de savoirs et expertes de la biodiversité (Shiva et al. 1997).
Depuis des millénaires les paysannes sont les gardiennes et les créatrices des semences. Le riz basmati n’est que l’une des 100 000 variétés de riz améliorées par les paysannes indiennes. La diversité et la pérennité fondent notre culture des semences. Dans le centre de l’Inde, qui est le centre Vavilov3 pour la diversité rizicole, au début de la saison agricole, les agriculteurs se rassemblent devant la déité du village, font offrande de leurs variétés de riz puis se partagent les semences. Cette fête annuelle de l’Aki entretient l’obligation de sauvegarde et de partage des semences dans les communautés agricoles. Elle établit un partenariat entre les agriculteurs et avec la terre.
À l’opposé, les droits de propriété intellectuelle sur les semences criminalisent ce devoir que nous avons envers la terre et envers autrui en rendant illégaux le fait de garder des semences et de les échanger. Mais les nouveaux textes sur la propriété intellectuelle ne sont pas les seuls à tenter d’empêcher les paysans de garder des semences. Les nouvelles technologies du génie génétique servent aussi cet objectif. La Delta and Pine Land Company (qui appartient désormais au groupe Monsanto), ainsi que le Département étatsunien de l’agriculture, ont créé un nouveau partenariat autour d’un brevet commun sur une semence (n° 5 723 785) qui a été génétiquement modifiée pour s’assurer qu’elle ne germait pas après récolte, obligeant ainsi les agriculteurs à racheter des semences à chaque saison. L’arrêt de la germination sert l’accumulation du capital et l’expansion du marché. Mais l’abondance présente dans la nature et à la disposition des agriculteurs se réduit à mesure que les marchés s’ouvrent pour Monsanto. Quand nous semons, nous prions : « Que cette semence ne s’épuise pas ». Monsanto et le Département de l’agriculture, de leur côté, déclarent : « Pourvu qu’il ne reste bientôt plus de cette semence pour que nos bénéfices et notre monopole ne s’épuisent pas ».
Les paysannes du tiers-monde sont pour la plupart de petites agricultrices (Shiva 1991). Elles apportent les bases de la sécurité alimentaire et elles assurent la sécurité alimentaire en partenariat avec d’autres espèces. Le partenariat noué entre les femmes et la biodiversité a nourri le monde dans l’histoire et jusqu’à aujourd’hui, et il continuera de le faire à l’avenir. C’est ce partenariat qui doit être préservé et privilégié pour garantir la sécurité alimentaire.
Pour le prochain millénaire, une politique agricole centrée sur les femmes doit redéfinir ce qu’est la productivité – assurant la transition, des monocultures vers une gamme variétale, de la linéarité vers la régénération des sols, de l’eau et de la biodiversité. L’agriculture fondée sur la diversité, la décentralisation, et l’amélioration de la productivité des petites exploitations par des méthodes écologiques est une agriculture centrée sur les femmes et favorable à l’environnement. Dans cette agriculture centrée sur les femmes, le savoir est partagé ; les autres plantes et espèces sont des proches, non des « biens » ; et la durabilité se fonde sur le renouvellement de la fertilité de la terre et la régénération de la biodiversité et de la richesse des espèces dans le périmètre même des exploitations pour leur permettre de trouver leurs propres intrants. Nos paradigmes ne laissent pas de place aux monocultures d’organismes génétiquement modifiés et aux monopoles des droits de propriété intellectuelle sur les semences.
Références bibliographiques
Shiva, V. 1991.
Most farmers in India are women. Rome : Food and Agriculture Organization.
–––. 1998a. Biodiversity and IPRs : lessons from basmati biopiracy ? et The basmati patent : what does it imply ? How should India respond ? Briefing papers prepared for the Conference of parties to the Convention on biological diversity. Bratislava, Slovakia.
–––. 1998b. WTO rules against democracy and justice in the US-India TRIPs dispute. Briefing paper prepared for the Conference of parties to the Convention on biological diversity.
Bratislava, Slovakia.
–––. 2002. La biopiraterie ou le pillage de la nature et du savoir. Paris : Alias.
Shiva, V., A. H. Jafri, G. Bedi et R. Holla-Bhar. 1997. The enclosure and recovery of the commons. New Delhi : Research Foundation for Science, Technology and Ecology.
Shiva, V., K. Vijayalakshmi et K. S. Radha. 1995. Neem : a user’s manual. New Delhi ; Madras : Research Foundation for Science, Technology and Ecology (RFSTE) ; Centre for Indian Knowledge Systems (CIKS).
Shiva, V. 2001. Special report : golden rice and neem : biopatents and the appropriation of women’s environmental knowledge.
Women’s Studies Quarterly. 1-2 :12-23. 2001.
Traduit de l’anglais par Emmanuelle Chauvet

Source du chapitre : Empreintes et inventivité des femmes dans le développement rural. (Eds.) A.-M. Granié et H. Guétat-Bernard. 197-217. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail. 2006.

Bibliographie

Agarwal, B. 1994. A field of one’s own. Cambridge : Cambridge University Press.

–––. 2001. Le débat sur le « genre » et l’environnement. In Enjeux contemporains du féminisme indien. (Eds) D. Haase-Dubosc et al. 155-180. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Pimbert, M. 1999. Sustaining the multiple functions of agricultural biodiversity. FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). Backgroup paper series for the Conference on the multifunctional character of agriculture and the land of Maastricht, The Netherlands.

Pionetti, C. 1998. Semences et savoirs en Inde, diversités en péril. Paris : Éditions Cultures Croisées.

Sahai, S. 2000. Farmers’rights and food security. Economic and Political Weekly. March 11 : 878-880.

Satheesh, P. V. 2002. Crops of truth : farmers’perception of agrodiversity in the Deccan region of South India. International Development Research Center (Canada) ; Deccan Development Society. Hyderabad.

Shiva, V. 1988. Staying alive : women, ecology and survival. New Dehli ; Londres : Kali for women ; Zed Books.

Voelcker, J. A. 1895. Report on the improvement of Indian agriculture. Londres : Royal Agricultural Society of England. Cité dans The Madras Group. 1982. Indian agriculture at the turn of the century. Madras : Readings from PPST Bulletin.

Notes

1 Les enquêtes ont été menées dans deux districts de l’Andha Pradesh, pour une large part avec des petites agricultrices possédant moins de deux hectares de terre (les petits paysans représentent 77 % des agriculteurs dans cet État). Huit villages seront mentionnés dans le courant de cet article. Quatre d’entre eux (Chillamamadi, Kalmela, Shamshuddinpur et Pastapur) sont situés dans leur partie du district de Médak où domine l’agriculture sèche traditionnelle des zones semi-arides. Les quatre autres (Sattmoori, Pipri, Vaizhapur et Bhoraj) se trouvent dans le district d’Adilabad, où les cultures vivrières traditionnelles sont concurrencées par des cultures de rente, notamment par le coton. Sattmoori, Pipri et Vaizhapur sont des villages Adivasi, le terme « Adivasi » désignant les minorités ethniques de l’Inde, qui font partie des populations les plus défavorisées sur les plans économique et social. Ces villages possèdent une économie paysanne « mixte » : les pratiques agricoles traditionnelles y sont présentes, mais elles sont soumises aux influences de l’économie de marché.

2 Selon nagu, pour chaque mesure de semences empruntée, deux mesures de grain (et non pas de semences) doivent être retournées. Selon deedi, la mesure rendue équivaut à une fois et demi la mesure empruntée. La règle deedi s’applique aux cultures suivantes : pois chiche, pois carré, lentille, pois de jardin et blé, c’est-à-dire à la majorité des cultures de rabi, moins productives en moyenne que celles de kharif. Toutes les autres cultures répondent à la règle nagu.

3 Les « centres Vavilov » sont onze centres géographiques de haute diversité génétique identifiés par le botaniste russe N. I. Vavilov (1887-1943). Ces centres sont implantés là où historiquement les plantes destinées à l’alimentation s’étaient développées en grande variété.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search