Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

3. Systèmes agraires, technologies et changements

Du travail à main nue au contrôle des outils mécanisés. Transformations de la noix de karité et des rapports de genre au Burkina Faso

Magalie Saussey

Note de l’éditeur

Référence : Saussey, Magalie. “Du travail à main nue au contrôle des outils mécanisés. Transformations de la noix de karité et des rapports de genre au Burkina Faso” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 253-263, DOI : 10.4000/books.iheid.5274 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Changement technique, appropriation sociale et rapport de pouvoir en milieu rural burkinabé

1La collecte des fruits du Vitellaria paradoxa, le traitement des noix, des amandes et la fabrication du beurre de karité sont des opérations mobilisant des savoirs anciens détenus par les femmes rurales burkinabè. La transmission des connaissances pour ces opérations et gestes s’inscrit dans des dynamiques intergénérationnelles d’apprentissage des techniques du corps. Les savoirs des femmes incluent la façon d’utiliser son corps, la beauté du geste technique tout comme son efficacité.

2Au Burkina Faso, la fabrication du beurre de karité constitue un système technique particulier défini par des savoir-faire, une organisation du travail, des outils et procédés spécifiques qui permettent d’obtenir un produit dont l’aspect, la texture et le goût varient selon l’origine technique et culturelle.

  • 1 Les produits à base de beurre de karité représentent une part importante dans le développement des (...)
  • 2 Le cas de l’huile d’argan au Maroc est assez proche : pour commercialiser le produit, on « naturali (...)

3Si le karité est depuis longtemps échangé à travers des circuits commerciaux africains, c’est dans la période coloniale et encore plus depuis le milieu des années 1990 que ce produit acquiert une nouvelle réputation sur le marché mondial. Ce succès1 industriel et commercial s’explique en partie par des attentes croissantes en produits cosmétiques à base de ressources pensées comme naturelles. La promotion du beurre de karité est d’ailleurs aussi associée à une vision « naturalisante » du travail des femmes2 : leurs savoir-faire pour fabriquer le beurre sont considérés comme « naturels » puisqu’« être femme semble suffisant pour être capable de les réaliser » (Dussuet 2005, 75).

4Pour permettre aux femmes de s’insérer dans ces marchés internationaux, l’État burkinabè et de nombreuses institutions de développement (ONG, organisations internationales et locales) se sont prononcés en faveur d’une professionnalisation des productrices. Dans cette perspective, les femmes doivent d’abord s’organiser en collectifs repérables par les acteurs qui les appuient (unions de groupements et/ou groupements). Elles sont alors encouragées à acquérir de nouvelles connaissances pour être capables de produire un beurre de qualité standard et homogène sur tout le territoire burkinabè. Des formations leur sont proposées pour confectionner collectivement du beurre au sein d’unités de production équipées d’outils techniques spécialisés. Ces dispositifs conçus par une expertise externe, relevant de normes et de valeurs occidentales, ont nécessairement des effets « sur la configuration des savoirs techniques populaires » (Olivier de Sardan 1995, 152).

  • 3 Les autonymes sont écrits en italique.

5Cette étude de cas s’appuie sur des données d’entretiens réalisés avec différents acteurs et actrices de la filière karité au Burkina Faso notamment avec des productrices engagées dans des groupements de production rattachés à l’Association Afd/Buayaba, présente dans deux provinces : celle du Gourma où vivent majoritairement les Gulmanceba3 et celle du Kadiogo où réside la majorité des Moose.

Genre, savoirs et pouvoir

  • 4 Il ne faut toutefois pas considérer les hommes comme une catégorie unique possédant le pouvoir écon (...)

6La société burkinabè et plus particulièrement les Moose et les Gulmanceba distinguent des espaces socialement construits, marqués par des rapports de pouvoir entre hommes et femmes et/ou entre personnes de même sexe. Si ce qui relève du public, du formel et des activités spécialisées et/ou mécanisées est le plus souvent attribué aux hommes4, les femmes sont définies par une sphère privée, domestique et manuelle, socialement peu valorisée. Le travail domestique qui a fait l’objet d’une théorisation importante par des recherches féministes (Delphy 1998) est défini comme du travail non rémunéré et non reconnu en tant que tel. Les différentes activités et tâches que les femmes y accomplissent sont largement considérées comme relevant de la « tradition », pour autant, l’acquisition et la maîtrise de savoirs anciens qualifiés de « féminins » ne sont pas socialement valorisées.

7Les sociétés moaga et gulmance assignent aux filles l’apprentissage de techniques dites « féminines ». La transmission des connaissances pour les opérations et les gestes traduit d’ailleurs une dimension symbolique importante dans les dynamiques intergénérationnelles d’apprentissage des techniques du corps : « la mère imprime dans le corps de sa fille son identité en lui transmettant toute une gestuelle du travail et, plus largement, l’ensemble des techniques féminines du corps » (Vinel 2005, 106). Si les techniques du corps sont d’une grande importance, c’est que, pour les travaux domestiques, les opérations à main nue y sont prépondérantes (Tabet 1998), les femmes devant se contenter d’outils de production simples, peu diversifiés, accessibles sur le marché local (pierre, pilon, mortier, bassine, marmite) à l’inverse des hommes qui exercent un contrôle sur les outils mécanisés. Dans l’artisanat comme dans le traitement des produits végétaux, le tissage ou la poterie, ces activités se « réduisent à la manipulation », les femmes « ne peuvent utiliser d’outils complexes qu’il s’agisse de machines manuelles ou surtout d’outils actionnés par la force des animaux, de l’eau, du vent… » (Tabet 1998, 63). L’attribution des activités domestiques caractérisées par la pauvreté de l’outillage ou la prépondérance des opérations à main nue définit donc la nature du travail des femmes moose et gulmanceba et traduit les modalités inégalitaires et hiérarchisées de la division sexuelle du travail.

  • 5 Pour une analyse de l’ambiguïté des programmes d’« empowerment », voir Guérin et Kumar (2011).

8Dans le cadre de dispositifs de valorisation des produits locaux, portés en général sous la forme de projets de développement au Burkina Faso, le changement technique est présenté comme un moyen privilégié pour favoriser l’empowerment des femmes5. La technique paraît constituer le meilleur support pour évaluer l’efficacité des interventions de développement qui reposent encore sur des critères mesurables, observables. C’est pourquoi « le souci de répondre aux besoins des populations se limite souvent à une réponse technologique sans analyse des conditions de l’appropriation sociale et des rapports de pouvoir que tout transfert de technologie, même approprié, comporte » (Ryckmans 1997, 214).

9Les rapports de pouvoir dans ces contextes de changement se situent généralement à deux niveaux : l’acquisition d’un savoir nouveau pour les femmes peut être perçue comme un pouvoir qui rompt avec les normes de genre en vigueur, certaines innovations techniques entrant en contradiction avec le système de représentation locale de la division sexuelle du travail (Nadal 2003) ; les « savoirs populaires » (techniques et non techniques) des femmes (« population cible ») sont généralement présentés en opposition aux « savoirs techniques » (issus d’un système de savoirs technico-scientifiques cosmopolites ou d’origine occidentale) des « experts du développement » (généralement des hommes) (Olivier de Sardan 1995, 141-152). Or, tous les savoirs circulent, s’échangent et font l’objet de processus d’hybridations, de co-construction de nouvelles connaissances, qu’il convient d’étudier finement.

Pratiques sociales sexuées dans la circulation des produits du karité

10Le Vitellaria paradoxa ou arbre à karité est un arbre typique des zones semiarides et subhumides de l’Afrique de l’Ouest. Il fait partie des espèces ligneuses dites « utiles », comme le néré (Parkia biglobosa), le tamarinier (Tamarindus indica), ou le kad (Faidherbia albida), qui sont sélectionnées et préservées au moment du défrichage des parcelles pour la production des cultures. La conservation des arbres à karité sur les champs et l’accès aux fruits sont d’une grande importance pour les femmes (De Beij 1985 ; Carney et Elias 2006 ; Saussey 2009). Ces ressources dépendent de maîtrises foncières complexes et variables suivant les régions et les cultures. Mais la propriété des arbres est généralement distincte de la propriété de la terre sur laquelle ils poussent (Boutillier 1964). Ce sont les rapports sociopolitiques entre hommes et femmes, suivant leur place dans le lignage, leur statut matrimonial, leur statut de résidence (autochtone/allochtone), qui orientent les droits fonciers et plus largement les droits d’accès aux ressources naturelles (Godelier 1979).

  • 6 La réorganisation foncière a été adoptée en 1984, revue en 1991 et réactualisée en 1996, loi n° 014 (...)

11Aujourd’hui, bien que le gouvernement ait établi une législation égalitaire6, les hommes détiennent toujours des droits prééminents sur le foncier et, avec l’augmentation croissante de la valeur marchande des noix et des amandes, ils revendiquent la propriété exclusive de l’arbre à karité dans les champs familiaux. Une partie importante des noix ramassées sur les terres familiales peut désormais être appropriée par l’homme chef de famille, les tâches de ramassage et de traitement des noix incombant toujours aux femmes. S’il encourage la vente des amandes par les femmes, ces dernières doivent lui reverser une partie de leurs bénéfices. Dans cette logique de division sexuée des tâches et dans ce contexte de demande croissante des marchés, l’amande devient un objet de compétitions. Les hommes ont ainsi développé des stratégies commerciales en défaveur des femmes : en cherchant à vendre le maximum d’amandes à des collecteurs, ils contraignent (en termes de prix) et limitent (en quantité) l’accès des femmes à cette matière première qui leur est pourtant essentielle.

12Dans ce contexte compétitif, les femmes peuvent dans une certaine mesure encore s’appuyer sur leurs réseaux d’entraide et d’obligation (mères/filles, aînées/cadettes) d’autant plus importants que les logiques exogames et virilocales chez les Moose et les Gulmanceba éloignent les jeunes épouses de leurs villages d’origine. C’est d’ailleurs dans son village d’origine qu’une nouvelle épouse s’approvisionne en général en amandes (Biquard 1992). Ces réseaux de femmes peuvent permettre de pallier les manques de matière première liés à une saison médiocre (la production de l’arbre à karité est variable d’une année à l’autre et d’une localité à l’autre) mais ils permettent aussi de tisser ou de réactiver, à travers la circulation des amandes, des liens étroits entre femmes. Ces transactions non marchandes traduisent donc, à travers la circulation d’une ressource, l’importance des liens de solidarité pour les femmes. […]

Les groupements de femmes au cœur du projet politique et économique de valorisation du beurre de karité

13Deux méthodes industrielles d’extraction permettent d’obtenir le beurre de karité : la pression mécanique et l’extraction chimique par solvant. Pour des raisons de coût (ce procédé permet notamment d’obtenir un pourcentage de corps gras maximum et donc un rendement optimum), l’extraction chimique est privilégiée dans l’industrie agro-alimentaire, ce qui explique pourquoi celle-ci importe le karité principalement sous forme d’amandes. En revanche, dans l’industrie cosmétique, deux méthodes d’extraction sont préconisées pour conserver les principes actifs du karité (les rendements sont pourtant plus faibles et le prix du beurre obtenu plus élevé) : la première, dite méthode par pression mécanique, relève de savoirs et procédés techniques industriels ; la seconde au contraire, dite méthode artisanale, repose en théorie sur le savoir-faire des femmes africaines.

14Devant les perspectives de développement du marché du beurre de karité pour répondre à la demande croissante des industries cosmétiques (par exemple L’Occitane ou Nature & Découvertes en France), plusieurs organismes d’aide bilatérale et multilatérale ont conçu des projets, standardisés sous l’appellation « femmes et karité », pour améliorer la commercialisation internationale du beurre de karité jugée favorable aux femmes.

15Cette logique de soutien se traduit par une double injonction faite aux femmes, comme condition d’un octroi financier : se regrouper en unions ou groupements officiels et adhérer à de nouveaux cadres réglementaires et techniques en suivant des formations. Les acteurs des projets de développement de la filière prétendent ainsi d’une part les aider à améliorer les techniques d’extraction et de fabrication de beurre pour mieux répondre aux exigences de qualité des marchés internationaux, d’autre part promouvoir un changement global des relations de genre au travers d’un accroissement des revenus et du pouvoir économique des femmes.

16Dans les discours des organismes de développement qui s’égrènent au fil des documents de programmes ou d’évaluation tout comme dans les principaux médias, les femmes sont présentées comme des individus passifs qui, grâce aux nouveaux collectifs de production dans lesquels elles seront formées, prendront enfin leur destin en main. Autrement dit, les femmes doivent « rattraper leur retard », accéder à la « modernité » des standards de production ou de qualité attendus des marchés internationaux.

17Le changement de situation et de statut pour ces productrices organisées passerait ainsi par l’acquisition de nouveaux savoir-faire, l’adoption de nouveaux procédés technologiques, l’adhésion à de nouveaux repères, critères et valeurs associées. Autrement dit, c’est au travers des projets portés et financés par les acteurs du développement que le savoir-faire et le produit de sa mise en pratique jusque-là spécifiques au « monde domestique », sont en mesure de se transformer pour relever du « monde industriel » symbolisé et matérialisé par des techniques standardisées et la mobilisation d’équipements. […]

Maîtrise et usages des nouveaux outils : une transgression des normes de genre ?

18Dans la production du beurre de karité au sein de groupements de travail, le changement technique porte sur certaines opérations et sur l’introduction de « machines » notamment pour le concassage (concasseur), la torréfaction (torréfacteur), la mouture (moulin), le barattage (presse). Le concasseur, le torréfacteur et la presse constituent de nouveaux outils pour les femmes. Dans un premier temps, l’apprentissage de leur maniement procure de la fierté et du prestige à leurs utilisatrices d’autant plus que, sans l’intermédiaire du groupement, les femmes n’auraient pu apprendre à les utiliser. Cette reconnaissance entre pairs qui passe par la maîtrise d’un outil mécanique se trouve cependant vite estompée par les difficultés objectives d’utilisation. En effet, ces femmes estiment que la concasseuse consomme trop de gasoil mais aussi que le torréfacteur ne permet pas de bien observer la manière dont les amandes grillent. En ce qui concerne la presse à karité, une seule unité de production en possède une et elle n’a jamais fonctionné. Après de longs mois d’attente pour la réparation d’une pièce motrice, les femmes ont totalement abandonné cet outil. Ce constat de délaissement des presses à karité n’est pas nouveau (Compaoré 2000).

  • 7 La mécanisation de la mouture des grains a impliqué le passage d’un outil manuel féminin, le pilon, (...)

19D’après nos observations, un seul des outils promus est encore perçu comme un changement significatif aux yeux des femmes : le moulin7. Pourtant, dans l’histoire des transferts technologiques en Afrique de l’Ouest, il ne constitue plus vraiment une nouveauté. Les femmes savent comment et pourquoi le mobiliser, que ce soit pour le karité ou d’autres matières premières « bonnes à moudre ». Dans la mesure de leurs moyens financiers (pour payer la mouture) et de leur possibilité de déplacement, certaines productrices individuelles ont d’ailleurs systématiquement remplacé l’opération de laminage des amandes sur meules individuelles ou collectives par le broyage au moulin. De l’avis de toutes, le moulin améliorerait réellement la qualité finale du beurre : « Lorsque l’on écrase les amandes au moulin, après le beurre n’a pas d’odeur […] c’est plus facile de baratter parce que la pâte est fine » (entretien le 15/11/06).

20Le moulin, directement affecté à certaines unités de production collectives, constitue en fait un changement important pour les femmes dans la mesure où elles dépendaient jusqu’alors d’un meunier pour effectuer une mouture de leurs amandes. Grâce à l’union de groupements et au groupement, les femmes peuvent revendiquer la maîtrise de l’activité de mouture vis-à-vis d’autres femmes du voisinage qui viennent désormais dans l’unité dotée d’un moulin pour faire moudre leurs grains ou leurs amandes.

21Néanmoins, cette nouvelle autonomie technique ne signifie pas qu’elles en ont nécessairement le contrôle tout entier. Car dans certaines unités de production, les hommes ont finalement « récupéré » cette activité rentable. C’est le cas dans l’une d’entre elles où la présidente du groupement, qui avait la responsabilité de la gestion du moulin, s’avère en fait être la femme du seul meunier (détenteur de son propre moulin) de ce quartier du village. Ce dernier, constatant la régression de ses bénéfices depuis que les femmes du quartier se rendent au moulin du groupement, a interdit à son épouse de poursuivre la gestion du moulin qui lui fait concurrence. Elle n’a eu d’autre choix que d’accepter, les femmes du groupement de même. Mais le bailleur de fonds constatant que le moulin de l’unité de production ne fonctionnait plus, comprenant qu’il ne s’agissait pas de panne mais bien d’une compétition d’outils et d’acteurs, a exigé que « le moulin des femmes » reprenne son activité. Celui-ci fonctionne à nouveau, de manière occasionnelle mais c’est un jeune homme qui le manipule. De cette manière les femmes ne transgressent plus les normes de genre : aux hommes le contrôle, aux femmes le seul usage. Ce contrôle sur les outils techniques apparaît bien ici « comme un des éléments du rapport de classe entre hommes et femmes » (Tabet 1998, 20), le changement technique ne permettant pas une transgression des normes de genre.

Des technologies appropriées pour les femmes rurales
Florence Lubwama Kiyimba
Masaka était autrefois le grenier de l’Ouganda, mais il fait partie des districts qui ont été ravagés par la guerre et les épidémies, entraînant une forte baisse de l’approvisionnement en vivres. Entre 1979 et 1985, la productivité agricole a été davantage affaiblie par la migration des hommes et des jeunes vers les centres urbains à la recherche d’un emploi et d’une éducation de qualité. Pour relever le niveau de production agricole du district, plusieurs ONG ont lancé des programmes de développement agricole visant à assurer la sécurité alimentaire et des revenus. De nombreux hommes étant absents, tous les efforts ont été orientés vers l’assistance aux femmes pour qu’elles génèrent des revenus agricoles sans pour autant négliger les nombreuses tâches ménagères et les activités de soins. L’une des actions a consisté à introduire des vaches exotiques ou de race croisée pour un objectif zéro pâturage. Les ONG, Send a Cow (SAC) et Heifer Project International (HPI) ont joué un rôle significatif dans le secteur de l’élevage dans le district de Masaka. Les initiatives sont dirigées par la Masaka Diocesean Development Organisation (MADDO), une organisation confessionnelle de l’église catholique.
Les bénéficiaires du projet zéro pâturage ont été sélectionnés parmi les membres des groupements d’agriculteurs. Les ménages pauvres et vulnérables ainsi que les femmes ont été ciblés. Le projet a choisi des génisses en raison du double avantage qu’elles peuvent offrir une fois qu’elles ont mis bas : source permanente de lait en plus du veau. L’élément crucial de l’intervention est cette notion de « faire suivre le don » qui consiste à passer le premier veau au bénéficiaire suivant. Le mécanisme de développement supposé de ce projet est le suivant : en mettant une ressource directement entre les mains des femmes, la situation économique de leur ménage s’en trouve renforcée. Elles pourraient générer des revenus grâce à la production accrue de lait et l’utilisation de la bouse de vache pour améliorer la fertilité des sols.
Fastidieux, long et dangereux
Traditionnellement, les femmes jouent un rôle clé dans les soins au bétail. Même lorsque les hommes sont les propriétaires de gros bétail, ce sont les femmes qui assument une grande partie du travail. Avec l’introduction des animaux soumis au zéro pâturage, les rôles des femmes dans le secteur de l’élevage se sont renforcés, car elles sont directement visées dans ce projet.
Le système de production du bétail zéro pâturage nécessite une main-d’œuvre importante. La transformation du fourrage pour les animaux passe par plusieurs étapes : culture du fourrage, récolte, transport à la maison, hachage et alimentation des animaux. Ces activités ont été principalement réalisées par des femmes, souvent aidées par leurs enfants. Les exigences élevées en terme de main-d’œuvre, conjuguées à un manque de terre pour la production fourragère, ainsi que la rareté du fourrage en saison sèche, poussent à rationaliser son utilisation. Généralement, les agriculteurs hachent le fourrage avec une panga (machette) en le coupant en petits morceaux pouvant être facilement consommés. Cette méthode est fastidieuse, longue, dangereuse et son rendement est faible. L’Organisation nationale de recherche agricole (NARO) a donc conçu une technologie de hachage économe en main-d’œuvre pour rendre cette tâche moins ardue : le hache-fourrage. En 2000, les agriculteurs participant au projet ont reçu huit hache-fourrage. L’on a recommandé à d’autres agriculteurs d’acheter les machines mais, en raison de leur coût élevé, beaucoup ont opté pour des alternatives telles que la fabrication des versions locales de la technologie NARO avec des matériaux moins chers, ou alors la construction et l’adaptation des machines par eux-mêmes.
En concevant le hache-fourrage, l’on a supposé que la technologie permettrait de gagner du temps et d’économiser de la main-d’œuvre pour les femmes en réduisant les corvées du hachage et en augmentant la productivité de leurs animaux grâce à une meilleure qualité des aliments. Ainsi, les femmes peuvent se consacrer à d’autres activités génératrices de revenus. Cette étude a examiné cette hypothèse en analysant l’efficacité de la technologie sur le travail des femmes.
Faciliter le travail pour qui ?
Le hache-fourrage facilite effectivement l’activité de hachage, en la rendant plus sûre et en permettant aux femmes d’obtenir de l’aide dans leur famille pour le traitement du fourrage. Toutefois, l’introduction d’une technologie économe en main-d’œuvre ne signifie pas que les femmes exercent un contrôle sur le temps gagné au travail. Dans les ménages dirigés par des hommes, l’on constate fréquemment que les femmes passent plus de temps dans les champs pour aider ces derniers. En revanche, très rares sont les hommes qui aident leurs épouses dans les tâches relatives à la production laitière. De toute évidence, les décisions concernant les technologies ont des implications pour le pouvoir et les relations sociales, et les effets réels sont parfois aux antipodes de ceux visés par les concepteurs de la technologie. En outre, l’adoption de nouvelles technologie n’est pas un processus simple. Les nouvelles technologies sont souvent considérées comme une menace et un défi et doivent être « apprivoisées » avec succès avant de pouvoir être intégrées dans la vie des populations.
Pour le projet zéro pâturage, le hache-fourrage a fait l’objet d’un pré-test auprès des agriculteurs. Néanmoins, après plus de trois ans d’utilisation, il s’est révélé que le hache-fourrage devait être réadapté en fonction des milieux socio-économiques des femmes. Même si le modèle d’origine de NARO a fonctionné parfaitement bien du point de vue des concepteurs, les utilisateurs l’ont trouvé contraignant dans la conception et le coût. Les femmes ont estimé qu’il fallait du temps pour qu’il fonctionne : elles devaient régler la hauteur du hache-fourrage pour permettre à leurs enfants de les aider ; et le coût était trop élevé pour les agriculteurs de subsistance qui ne tirent presque aucun profit de ce type d’agriculture. La plupart des femmes ont enlevé toutes les pièces qui entravaient le fonctionnement de la machine, puis l’ont reconstruite en utilisant différents types de matériaux. Pour les modifications, il s’agissait, pour les utilisateurs, d’essayer d’adapter le modèle d’origine à leurs besoins. Avec la version améliorée du hache-fourrage des agriculteurs, bon nombre d’entre eux ont commencé à reproduire les technologies eux-mêmes, afin de faciliter le traitement du fourrage. Le traitement efficace du fourrage pour les animaux entraîne une augmentation de la production laitière pour la famille et la communauté et accroît la valeur de l’animal.
Comprendre les dynamiques avant de « lancer » les technologies chez les femmes
L’émancipation économique a été largement identifiées comme un facteur stratégique dans l’amélioration de la situation des femmes. Toutefois, il est nécessaire de bien comprendre le mode d’interaction de la technologie avec les besoins liés au genre. Cette étude a révélé que l’introduction d’une technologie est un processus dynamique qui déclenche d’autres mécanismes. Elle a également révélé qu’une technologie ne peut fonctionner de manière efficace à elle seule. Même si le travail des femmes a été simplifié, cela ne s’est pas traduit par une baisse de leur charge globale de travail, car elles devaient ensuite se livrer à d’autres activités définies par leurs conjoints. En outre, même si elles ont été impliquées dans la phase de pré-test, il leur a fallu plus de temps d’utilisation du hache-fourrage pour savoir comment l’exploiter de façon efficace (machine qu’elles ont, plus tard, réadaptée à leurs besoins).
Le processus de « domestication » d’une technologie grâce aux modifications, comme cela s’est produit avec le hache-fourrage, s’applique également au système de production laitière dans son ensemble. Pour faire « travailler » la génisse, l’apprentissage de nouvelles tâches et les changements dans la division du travail s’avèrent nécessaires. Les ingénieurs agronomes et les travailleurs humanitaires doivent, par conséquent, accorder une attention aux dynamiques qui se dégagent de l’introduction d’une technologie, plutôt que de « pousser » plus de technologies vers les femmes. Avec davantage de recherche, il est possible d’identifier les besoins réels des femmes au niveau des ménages. C’est alors seulement que les interventions pourront vraiment faire la différence au niveau social et politique pour optimiser le contrôle des femmes sur leur travail et leur permettre de réaliser une véritable souveraineté alimentaire.
Lubwama Kiyimba, F. 2009. Des technologies appropriées pour les femmes rurales.
AGRIDAPE. Revue sur l’agriculture durable à faibles apports externes. 25(3) : 24-25.

Source du chapitre : Le barattage des savoirs. Circulations des ressources et apprentissages des artisanes burkinabè dans la globalisation. Revue d’anthropologie des connaissances. 5(3) : 551-572. En ligne sur https://www.cairn.info/​revue-anthropologie-des-connaissances-2011-3-page-551.htm

Bibliographie

Biquard, A. 1992. Femmes et innovation technologique : pertes sans profit. L’exemple du beurre de karité. In Relations de genre et développement. Femmes et sociétés. (Ed.) J. Bisilliat J. 169-185. Paris : ORSTOM.

Boutillier, J. -L. 1964. Les structures foncières en Haute-Volta. Études voltaïques. 5 : 5-181.

Brown, R. 1998. The natural way in cosmetics and skin care. Chemical Market Reporter. 254(2) : 8-9.

Carney J. et M. Elias. 2006. Revealing gendered landscapes : indigenous female knowledge and agroforestry of African shea. Canadian Journal of African Studies. 40(2) : 235-267.

Compaoré, N. 2000. Femmes, développement et transfert de technologies. Le cas des presses à karité au Burkina Faso. Thèse de doctorat, Université de Montréal.

De Beij, I. 1985. Femmes et karité. L’importance du karité pour les femmes d’un village Gourounsi du Burkina Faso. Leiden : Université de Leiden.

Delphy, C. 1998. L’ennemi principal. 1. Économie politique du patriarcat. Paris : Syllepse.

Dussuet, A. 2005. Travaux de femmes. Paris : L’Harmattan.

Godelier, M. 1979. The appropriation of nature. Critique of anthropology. 4(17) : 17-27.

Guérin I. et S. Kumar. 2011. L’ambiguïté des programmes d’empowerment : entre domination, résistance et instrumentalisation. In : Femmes, économie et développement. De la résistance à la justice sociale. (Dir.) I. Guérin, M. Hersent et L. Fraisse. 129-154. Toulouse : Erès/IRD.

Olivier de Sardan, J. -P. 1995. Anthropologie et développement. Paris : Karthala.

Nadal, M. -J. 2003. Les programmes de développement pour les femmes autochtones au Mexique. In La formation continue. Perspectives internationales. (Dir.) C. Solar. 178-202. Paris : L’Harmattan.

Ryckmans, H. 1997. Les associations féminines en Afrique : une décennie d’ajustement après la décennie de la femme. In Face aux changements, les femmes du Sud. (Dir.) J. Bisilliat. 195-219. Paris : L’Harmattan.

Saussey, M. 2009. Les organisations féminines au Burkina Faso : limites et paradoxes des dispositifs de valorisation d’un produit local, le beurre de karité. Thèse de doctorat, EHESS.

Simenel, R., G. Michon, L. Auclair, Y. Thomas, B. Romagny, M. Guyon. 2009. L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème. Autrepart. 50 : 51-73.

Tabet, P. 1998. La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. Paris : L’Harmattan.

Vinel, V. 2005. Des femmes et des lignages. Paris : L’Harmattan.

Notes

1 Les produits à base de beurre de karité représentent une part importante dans le développement des cosmétiques naturels dont le marché est évalué à 2,5 milliards de dollars à la fin des années 1990 (Brown 1998).

2 Le cas de l’huile d’argan au Maroc est assez proche : pour commercialiser le produit, on « naturalise » l’arbre ressource, l’arganier (Simenel et al. 2009).

3 Les autonymes sont écrits en italique.

4 Il ne faut toutefois pas considérer les hommes comme une catégorie unique possédant le pouvoir économique et politique du monde extérieur. Seul un nombre restreint d’hommes possède un tel pouvoir mais reste majoritaire par rapport aux femmes qui, elles aussi, ne forment pas une catégorie homogène socialement et économiquement.

5 Pour une analyse de l’ambiguïté des programmes d’« empowerment », voir Guérin et Kumar (2011).

6 La réorganisation foncière a été adoptée en 1984, revue en 1991 et réactualisée en 1996, loi n° 014/96/ADP. 95 % des amandes exportées dans le monde sont à destination des industries agroalimentaires qui les triturent dans leurs propres usines, en Europe ou en Asie. Les 5 % restant d’amandes commercialisées dans le monde sont importés par les industries cosmétiques.

7 La mécanisation de la mouture des grains a impliqué le passage d’un outil manuel féminin, le pilon, à un outil mécanique masculin, le moulin.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search