Version classiqueVersion mobile

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

1. Les silences de l'économie politique des changements agraires

Les conséquences du développement sur les femmes et sur les politiques alimentaires

Jeanne Bisilliat

Note de l’éditeur

Référence : Bisilliat, Jeanne. “Les conséquences du développement sur les femmes et sur les politiques alimentaires” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 89-102, DOI : 10.4000/books.iheid.5250 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Le document de synthèse provisoire établi à partir des 29 communications reçues avant le séminaire montrait la concordance des effets négatifs des modèles de développement, en vigueur depuis 20 ans, sur les femmes et cela, malgré les spécificités régionales, nationales, politiques, culturelles et économiques.

2Cette concordance que les participants ont confirmée tout au long de leurs travaux fut renforcée par les résultats de l’enquête menée auprès de 30 pays par le Conseil mondial de 1’alimentation qui nous furent communiqués lors de la séance plénière du premier jour.

3Dans la mesure où les principaux éléments de cette synthèse sont l’objet des communications, nous nous bornerons, ici, à les énumérer.

  • L’absence de statistiques fiables sur le rôle économique des femmes que ce soit dans le secteur rural ou dans le secteur urbain, absence qui interdit tout effort de planification précise et efficace.

  • L’ignorance des moyens de production (superficie des terres cultivées par exemple) et des productions des femmes (nature et quantité).

  • Le non accès des femmes à la terre dans les grands projets ou projets de colonisation contrairement aux lois coutumières qui leur assurent l’usufruit de certaines terres.

  • La non reconnaissance du secteur informel alimentaire, rural et urbain, grâce auquel les villes sont, en grande partie, approvisionnées.

    • 1 Introduction en milieu paysan de variétés à haut rendement, notamment pour le blé et le maïs.

    Les relations directes entre les grands projets, les révolutions vertes1, avec la diminution des productions et des revenus féminins, mais aussi avec l’augmentation du temps de travail créant des goulots d’étranglement particulièrement nocifs dans la phase après récolte (stockage, conservation, transformation, commercialisation).

  • L’accroissement de la migration féminine.

  • L’absence de recherche agronomique sur les cultures faites par les femmes.

  • L’intensification des systèmes de monoculture au détriment des systèmes de cultures associées si bien maîtrisées par les femmes.

  • Le non accès des femmes au crédit, aux intrants, aux coopératives, à la vulgarisation agricole.

  • La constatation que les revenus féminins ne sont pas des revenus d’appoint mais des revenus absolument essentiels à la survie des familles.

  • Les trop fortes contraintes qui alourdissent le temps de travail des femmes (eau, énergie domestique, absence de technologies appropriées) et pèsent lourdement sur leur santé, leur éducation et celle de leurs enfants.

  • L’importance des groupements ou associations de femmes qui leur permettent, par ces nouveaux types de solidarité, de mieux faire face à leurs obligations mais aussi de se constituer en groupe de pression pouvant agir auprès des autorités.

  • Les relations entre l’accroissement démographique, la non autonomie économique des femmes, la santé maternelle et infantile.

  • Les relations entre la diminution des revenus féminins en nature et en espèces, et l’accroissement de la pauvreté, des déstructurations familiales, du travail des enfants.

4La généralisation est, en elle-même, porteuse de sens et qui plus est, d’un sens précis : les politiques de développement ont été, sont et resteront un échec – du point de vue de l’efficacité économique et des équilibres sociaux – tant que les femmes ne seront pas considérées comme faisant partie, à titre égal avec les hommes, de l’ensemble des processus de changement qui transforment les sociétés.

Les politiques alimentaires

5Les travaux des trois ateliers se sont interrogés sur les notions complémentaires de crise – dont la crise alimentaire – et de stratégies alimentaires.

6Tout d’abord une constatation : l’absence de cohérence des diagnostics sur la crise alimentaire. Si, pour la FAO, 27 des 36 pays les plus pauvres se trouvent en Afrique, pour le Programme alimentaire mondial il n’y en a que 12 et pour l’Oxfam, 5. Quels sont les critères utilisés par les donneurs qui autorisent de si grandes variations ?

7La crise alimentaire est, dans la plupart des cas, le résultat d’un certain nombre d’orientations plus générales prises par les pays. Les participantes ont dégagé deux modèles principaux :

  • La concentration vers la promotion et l’exportation de certaines cultures justifiées par la théorie des avantages comparatifs et impliquant en même temps le recours à l’aide alimentaire. Dans ces conditions les efforts pour mettre en œuvre une politique alimentaire sont déviés par un ensemble de pressions, nationales et internationales, qui accentuent la situation de dépendance des pays en développement : par exemple les grands lobbies céréaliers qui en s’opposant à la construction de capacités nationales de stockage ou en permettant une concurrence sur les prix acculent les pays les plus démunis à des situations de catastrophe.

  • Les révolutions vertes qui ont gagné la bataille de la production de céréales en concentrant l’apport des ressources sur les régions et sur les paysans les plus riches mais qui n’ont pas résolu les problèmes de distribution, laissant stagner ou régresser la production des régions déshéritées accentuant ainsi, encore plus, les déséquilibres régionaux et renforçant les poches de pauvreté en augmentant le nombre de paysans sans terre, sans emploi et sans revenu.

8Productivité, malnutrition et misère, ce triptyque que l’on rencontre désormais si souvent dans le cadre des projets peut-il être considéré comme un modèle possible de développement ? L’analyse économique doit, de façon urgente, apprendre à intégrer les coûts sociaux. Dans ces deux modèles les participantes ont souligné que l’on se trouve devant un ensemble de phénomènes d’interdépendance nord-sud qui surdéterminent, dans les faits, les politiques ou stratégies alimentaires : le pays qui accepte l’implantation d’une base armée contre l’assurance d’une aide alimentaire illimitée ne peut, réellement, être intéressé par le développement de sa production vivrière ; les pays doivent également veiller à ne pas mécontenter leurs populations urbaines sous peine de voir éclater, à court terme, des problèmes sociaux importants, enfin la dépendance des pays ne fait qu’accentuer la corruption : toute crise a ses profiteurs.

9Pour les participantes le phénomène de la famine permet de montrer l’inanité d’une conception qui place le politique dans un espace abstrait. Ce que nous appelons avec pudeur « sécheresse » par exemple n’est bien souvent que l’aboutissement d’un long processus de dégradation climatique, bien sûr, mais aussi économique et biologique conditionné par des choix politiques relevant du court terme. Le séminaire a condamné le phénomène qui consiste à considérer la famine dans sa phase ultime, la phase médiatique où l’appel aux bons sentiments cache l’incapacité et/ou le refus politique de faire face aux problèmes dès leur émergence. Cela implique que l’on se dote d’un système efficace permettant de mesurer les indicateurs de vulnérabilité avant que les effets de la famine ne soient devenus irréversibles et de prendre les mesures nécessaires. Le fait que notre terminologie ne soit pas adaptée n’est pas innocent ; il permet de justifier les décisions passées, présentes et à venir. Il conforte un système de dépendances réciproques dont beaucoup savent tirer profit et montre, de manière tragique, la complète inadéquation d’un développement pensé seulement en termes productivistes et non orienté vers les populations.

10Cette interface entre les contraintes internationales et nationales réduit la marge de manœuvre des pays tout en les renforçant dans le maintien du statu quo. Dans cette perspective le pouvoir paysan – dont l’existence selon les participantes, reste à prouver dans bien des pays – ne peut constituer une alternative sérieuse à l’échec précédent et généralisé du développement. On doit cesser de penser le développement au neutre : les « stratégies » paysannes existent, elles ont permis, en dépit de tout, que les économies ne s’effondrent pas, mais leur dynamique repose de manière privilégiée sur les femmes, qu’elles soient productrices, main-d’œuvre familiale ou salariées.

Développement, femmes et crises familiales

11Et pourtant, malgré leurs apports – de mieux en mieux connus et analysés – les femmes restent absentes des politiques de développement et des stratégies alimentaires. Bien que l’on parle de plus en plus de leurs rôles, ni le Plan de Lagos, ni le Rapport Berg, ni les nouveaux accords de Lomé III pour n’en citer que quelques-uns, ni les différentes stratégies alimentaires nationales ne prennent sérieusement les femmes en compte comme agents économiques pertinents. Cécité culturelle, ou cécité politique ?

12Le rapport d’invisibilité qui lie les femmes à l’État doit être explicité. La domination du Nord sur les pays du Sud favorise et renforce leur occultation et le potentiel d’organisation des femmes est encore trop faible pour qu’il puisse être reconnu par les États comme une force à considérer. Deux constats qui mettent en lumière la nécessité, pour les femmes, de constituer aux niveaux international et national, des groupes de pression plus efficaces qui puissent enfin se faire entendre lors des débats sur l’élaboration et la mise en œuvre d’un autre développement.

13Les participantes ont mis en évidence et exprimé leur inquiétude devant les interrelations entre la crise globale et alimentaire, les risques de démantèlement du corps social, les dysfonctionnements de la reproduction sociale. Dans ces conditions ne pas donner aux femmes l’accès à des ressources économiques suffisantes – phénomène aggravé par l’ensemble des phénomènes de migration – les pousse à refuser les modèles familiaux au sein desquels les hommes assument de moins en moins leurs responsabilités (instabilité des mariages, augmentation des taux de divorce, des femmes chefs de famille, accroissement de la fécondité des adolescentes, féminisation des villes, etc.) mais aussi à refuser les anciennes divisions sexuelles du travail et à élaborer d’autres systèmes de réponse. La crise de la famille est donc au cœur de la crise et, là encore, les participantes ont souligné une contradiction fondamentale : l’État, les décideurs pensent – ou bien affectent de penser – que l’institution familiale permet toujours d’atténuer et d’amortir les effets de la crise, ce qui leur permet de repousser la mise en œuvre des politiques sociales dont le besoin est si crucial pour les couches pauvres des populations. Mais la famille n’est plus – pour des raisons évidemment liées au choix de politiques économiques technicistes – « cette merveilleuse institution capable de s’adapter » à toutes les situations. Une fois de plus le décalage entre le politique et la réalité sociale apparaît clairement. Les participantes ont également souligné que dans les moments d’extrême difficulté, des phénomènes de régression sociale et culturelle apparaissent qui pénalisent les femmes : repli sur des valeurs religieuses oubliées, réactivation des idéologies sanctionnant les déviations de comportement, appel aux extrémismes, aux intégrismes… Le changement s’inscrit dans ces ambiguïtés et dans cette bataille, perdue à plus ou moins long terme, du retour aux sources. Les stratégies de survie, de par la force des choses, sont de moins en moins familiales et de plus en plus individuelles, ou réduites à la cellule nucléaire femme-enfants. C’est dans ce cadre général de bouleversements structurels qu’il faut considérer, par exemple le fait suivant : l’augmentation inquiétante du travail des enfants – ce seul recours offert aux familles et aux femmes les plus démunies conduit trop souvent à une exploitation éthiquement inacceptable – avec en corollaire, des taux stagnants de scolarisation malgré l’accroissement démographique. Pour survivre avec leurs enfants, les femmes doivent trop souvent abandonner leur fonction d’éducatrice, phénomène dont nous sommes encore incapables de mesurer les effets à long terme.

Les leçons du passé : vers une prospective

  • 2 Traduction de « gender », se réfère au processus complexe par lequel les mâles et les femelles devi (...)

14Une triple certitude : d’une part, les stratégies ou politiques alimentaires telles qu’elles sont conçues actuellement ne peuvent constituer une réponse adéquate à la crise alimentaire puisqu’elles reproduisent, avec un autre langage, les mêmes distorsions et la même absence des femmes ; d’autre part, si les systèmes socio-économiques fonctionnent encore, c’est bien grâce à l’acharnement et au courage des femmes – enracinées dans leurs responsabilités biologiques – que l’on appelle stratégie de survie, terme dont les participantes ont dénoncé la connotation positive. Enfin, on ne peut envisager des alternatives qui ne prendraient pas en compte, dès le départ, l’ensemble des problèmes liés au « genre »2, ceci au niveau social comme au niveau économique.

15Des orientations et des actions précises se dégagent en faveur d’un développement plus juste mais aussi plus efficace que l’on trouvera ci-après dans les recommandations politiques. Mais, d’ores et déjà, quelques points peuvent être soulignés.

16À partir de leurs connaissances sur les rôles des femmes dans les différents systèmes alimentaires nationaux et régionaux, les participantes sont tombées d’accord pour souligner l’importance qu’il y a à poursuivre des stratégies de développement favorisant la diversification dans les économies alimentaires du tiers-monde. Ces politiques apportent en effet des bénéfices évidents pour le bien-être, l’équilibre nutritionnel et l’emploi des populations, en même temps qu’elles fournissent une utilisation des sols plus équilibrée et plus appropriée aux conditions écologiques. Ces politiques doivent être distinguées des stratégies qui se concentrent soit sur des importations à grande échelle en provenance des pays industriels du Nord, soit sur un choix restreint de cultures et de technologies promues dans les plans nationaux de production.

17La réussite des politiques alimentaires fondées sur la diversification, de l’avis des participantes des trois sous-régions (Afrique, Asie, Amérique Latine), dépend néanmoins de la volonté politique de favoriser l’esprit d’entreprise des femmes qui, jusqu’à présent, a été d’une importance extrême dans les mécanismes d’adaptation à la crise et à la crise alimentaire.

18Au-delà des spécificités régionales actuelles, l’accord s’est fait sur la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour que les femmes – en tant que consommatrices – puissent répondre aux besoins de leur famille par leur production ou par leurs revenus, salariés ou non. En même temps l’idée que la crise alimentaire doit être pensée à long terme a été souvent discutée. En effet les bouleversements globaux qui ont déjà commencé peuvent laisser prévoir que les recommandations d’aujourd’hui – si nécessaires soient-elles pour le court terme – risquent de n’être plus opérantes dans dix ou vingt ans. Il faut donc également réfléchir sur ce que feront ou pourront faire les femmes à cette époque-là et construire, avec elles, des choix et des alternatives. Par exemple, qui peut assurer que, dans deux décennies, les femmes conduites à privilégier le commerce plutôt que la production, ne se retrouveront pas à nouveau spoliées par la mise en place des grands circuits de distribution qui risque finalement d’éliminer le secteur informel alimentaire ?

19D’autre part, les participantes ont attiré l’attention sur les interrelations entre la production, l’eau et l’énergie qui appellent des solutions à long terme si l’on veut que les populations puissent, à nouveau, maîtriser leur environnement.

20Or, des situations de découragement existent déjà – impossibilité de cuire ce que l’on produit – et doivent recevoir des réponses rapides. Les problèmes de l’énergie domestique ne sont pas des problèmes annexes, ils font de plus en plus partie de la crise énergétique globale requérant, de manière urgente, des recherches sur les énergies de substitution et leur utilisation.

21L’atelier a longuement discuté de l’incitation à la production par des politiques de prix adéquates en soulignant leurs limites. Par contre, favoriser les cultures associées, les cultures secondaires, les tubercules, mais aussi les cultures de disette, constitue une alternative dans le court et le long terme. Cela suppose que la recherche agronomique réoriente ses efforts en les investissant sur ces produits délaissés et en adaptant ses méthodes d’expérimentation aux besoins et aux connaissances des femmes.

22Produire pour exporter ou produire pour nourrir est un choix qui suppose, en aval et en amont, des politiques macro-économiques radicalement différentes. Pour obtenir l’autosuffisance au niveau national il faut, avant tout, réunir les conditions débouchant sur la sécurité alimentaire dans les zones rurales.

23Il s’ensuit que la théorie des avantages comparatifs doit être envisagée non seulement entre le Nord et le Sud mais aussi au niveau des zones urbaines et rurales, des ménages, des hommes et des femmes. Donner la possibilité à ces hommes et à ces femmes de choisir entre telle ou telle culture, entre telle ou telle activité rémunératrice – on voit de plus en plus de femmes préférer acheter plus cher des aliments préparés pour épargner leur temps et l’investir dans des tâches productives – de choisir entre la vente immédiate ou différée des produits périssables grâce à l’amélioration des techniques de transformation et de conservation, multiplier les possibilités et donc diminuer les risques, leçon que les femmes maîtrisent dans leur gestion de la vie quotidienne, puisqu’elles sont toujours acculées à accomplir une diversité de tâches productives pour pallier les difficultés saisonnières ou autres, auxquelles elles sont confrontées tout au long de l’année.

24Il faut donc élargir l’espace dans lequel les femmes peuvent agir et peuvent élaborer, avec les hommes, les réponses à leurs besoins et ceux de leurs enfants. Il s’agit d’un autre développement, d’une alternative construite sur les bases de négociations avec tous les acteurs sociaux.

25De par leurs responsabilités dans la reproduction de la famille et de par leur position de subordination, les femmes sont, il est vrai, éminemment conservatrices. Mais, paradoxalement, ce rôle de « gardienne du foyer » leur donne justement la force de contester l’ordre établi par le biais de l’innovation et de l’imagination sociales qu’elles savent mettre en œuvre. Pensons à tous les groupements informels, à ces mouvements de revendication sociale et politique qu’elles animent dans le monde entier. Selon les situations, avec ténacité, elles élaborent des stratégies de résistance ou de transformation. Pour les participantes, tout doit être fait pour les aider à renforcer les secondes, et à occuper, dans le politique comme dans l’économique, la place qui leur revient.

26Rendre le rôle des femmes lisible à la société est, de l’avis de toutes, l’objectif premier de notre réflexion et de notre action. Pour cela, il faut réussir dans les années qui viennent à sensibiliser, former, mobiliser tous ceux qui, à des échelons et dans des domaines divers, s’occupent du développement. Transformer leurs mentalités, leurs comportements est la condition absolue pour que les femmes cessent d’être marginalisées et accomplissent leurs rôles sociaux et économiques aux côtés des hommes, rendant ainsi moins lointain un développement plus juste.

La recherche

27Si les connaissances sur la problématique du « genre » dans le développement ont augmenté ces dix dernières années, un travail très important reste à faire pour que les rôles des femmes au niveau micro et macro-économique soient mieux connus et pris en compte lors de la réflexion globale et de la planification. On trouvera ci-après l’ensemble des recommandations faites par les différents ateliers, et regroupées autour de quelques thèmes. Disposer de statistiques fiables, à partir d’indicateurs pertinents, pour mesurer les apports des femmes à l’économie familiale, villageoise, régionale et nationale est une des recherches prioritaires demandées par l’ensemble des participantes. Viennent ensuite un grand nombre de recherches destinées à mieux faire comprendre les interrelations entre politiques agricoles, revenus et emplois féminins, accès à la terre, crise de la famille, charge de travail, santé des mères et des enfants. L’accent a été mis également sur la nécessité de mettre au point avec les femmes de nouvelles technologies leur permettant de mieux maîtriser leur temps, d’augmenter leurs revenus, de bénéficier de la formation. Les recherches sur les femmes du secteur urbain dont la croissance ne cesse de s’amplifier ont, elles aussi, été jugées capitales en même temps que celles portant sur l’ensemble des phénomènes de déstructuration et de déstabilisation de la famille : les femmes chefs de famille étant un objet privilégié de la recherche pour la compréhension des futures transformations sociales et des phénomènes de régulation de la fécondité.

28De nombreuses discussions ont également abordé le problème des objectifs de ces recherches. Les fonctions essentielles de la recherche sur les femmes sont bien évidemment d’augmenter et d’améliorer les connaissances mais aussi – toutes les discussions l’ont montré – de les expliciter afin que les différents produits de la recherche puissent être utilisés à tous les niveaux de la réflexion et de l’action. Cette revendication pour une valorisation des produits de la recherche, si elle s’applique à toutes les recherches, est jugée particulièrement indispensable par les participantes. Il semble évident que les chercheures, plus que les autres, sont confrontées à la nécessité de convaincre. Quels que soient les facteurs historiques et culturels qui conditionnent cette demande. Ils pèsent et pèseront encore longtemps sur le développement de la recherche sur les femmes. C’est ainsi que les participantes marquent nettement leur préférence pour la recherche finalisée ce qui n’exclut pas la recherche fondamentale. Ce souci s’enracine dans la double perception de l’urgence des problèmes à résoudre mais aussi de la nécessité de les résoudre en tenant compte le plus possible des besoins exprimés par les femmes elles-mêmes. Le chercheur est donc vu, de manière privilégiée, comme le médiateur entre les populations et l’État – à ses différents niveaux – ayant pour rôle de décrypter les rôles et les besoins spécifiques des femmes en association avec ceux des hommes.

29Il est apparu d’autre part que la recherche sur les femmes s’inscrit d’emblée dans une analyse critique du développement tel qu’il continue à être mis en œuvre. Elle ne peut se couper d’une approche politique puisqu’elle doit, en même temps qu’elle se fait, s’interroger sur sa propre efficacité : un milliard et demi de femmes dans le tiers-monde dont 80 % constituent la partie la plus démunie des classes pauvres.

30Cette perspective orientée vers l’action rend compte des mises en garde qui ont été faites contre l’utilisation de la recherche au seul bénéfice des chercheurs. D’autre part, la nécessité et l’urgence d’accroître les capacités nationales de recherche sur les femmes ont été soulignées.

31Deux points, étroitement dépendants, ont été longuement discutés : celui de la documentation et celui de la communication. L’absence de centres de documentation sur les femmes et le développement a été invoquée comme une contrainte majeure pour les chercheurs du tiers-monde qui veulent travailler dans ce domaine. Une réponse possible serait de créer des unités documentaires au niveau sous-régional tout en développant et systématisant la communication et la circulation de l’information entre les pays, les régions, les chercheurs. Sur un autre plan les femmes-chercheurs du tiers-monde ont dénoncé le prix élevé des ouvrages de recherche qui les met hors de leur portée alors qu’ils sont des outils de travail absolument nécessaires. Il y a donc ici une grave situation de dépendance et de domination, de plus en plus inacceptable dans une perspective d’amélioration des relations nord-sud.

32L’urgence de réfléchir sérieusement aux problèmes de méthodes liés à cette forme de recherche a été reconnue dans la mesure où elle doit constituer un processus d’interactions entre les chercheurs et les populations étudiées, les chercheurs et l’État, les chercheurs et les agences de développement. Un des buts de la recherche est donc de délimiter un champ possible d’interventions négociées, avec les femmes, et pour elles.

33Enfin, les participantes ont insisté sur le fait que les recherches sur les femmes – cela constitue un apport inestimable – permettent la mise en perspective et l’analyse critique de l’ensemble de la recherche sur le développement telle qu’elle a été menée, pensée, conceptualisée jusqu’ici. De nouveaux outils, de nouvelles méthodes s’élaborent permettant qu’une nouvelle déontologie puisse se constituer progressivement.

Le fossé hommes-femmes dans l’agriculture
Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture
Dans de nombreux pays en développement, l’agriculture n’est pas vraiment performante, pour toute une série de raisons et notamment parce que les femmes n’ont ni les ressources voulues, ni la possibilité d’utiliser le temps dont elles disposent de manière plus productive. Qu’elles soient agricultrices, travailleuses ou entrepreneuses, les femmes rencontrent presque toujours des difficultés plus grandes que les hommes pour accéder aux ressources productives, aux marchés et aux services. Ce fossé entre les hommes et les femmes freine la productivité des femmes et réduit leur contribution à la croissance du secteur agricole et à la réalisation d’objectifs plus généraux de développement économique et social. La société a donc tout à gagner à combler ce fossé, pour obtenir les résultats suivants : augmentation de la productivité agricole, réduction de la pauvreté et de la faim et promotion de la croissance économique.
Les gouvernements, les donateurs et les acteurs du développement s’accordent désormais à reconnaître que l’agriculture a un rôle central à jouer dans la croissance économique et la sécurité alimentaire, notamment dans les pays où une part importante de la population est tributaire du secteur agricole, mais ils accordent moins d’importance à l’égalité hommes-femmes dans l’agriculture. La plupart des plans nationaux et régionaux d’orientation générale concernant l’agriculture et la sécurité alimentaire mentionnent désormais les questions de parité hommes-femmes, mais celles-ci sont reléguées dans un chapitre séparé consacré aux femmes, au lieu d’être intégrées dans les politiques et les programmes. Nombre de documents de politique générale et de descriptifs de projet ne prennent pas encore en considération des questions fondamentales comme les ressources différentes mises à la disposition des hommes et des femmes, ainsi que leurs rôles, et ne se posent pas la question de savoir s’il convient de prendre en compte ces différences, et de quelle façon, dans les interventions proposées. On prend donc souvent pour hypothèse, à tort, que les interventions prévues dans des domaines comme les technologies, les infrastructures et l’accès au marché ont le même impact sur les hommes et les femmes. […]
La présente publication a pour objectif de susciter une meilleure prise de conscience du problème, en espérant que des politiques appropriées viendront encourager l’égalité entre hommes et femmes, dans un secteur agricole en pleine mutation. Ce secteur devient en effet de plus en plus complexe sur le plan technologique, plus axé sur le marché et plus intégré à l’échelle mondiale ; simultanément, les courants de migration et la variabilité du climat modifient le paysage rural, dans tout le monde en développement. Ces pressions posent des défis à tous les producteurs agricoles, mais leur offrent aussi des occasions à saisir ; les femmes sont néanmoins confrontées à des obstacles juridiques et sociaux supplémentaires, qui limitent leur aptitude à s’adapter et à tirer profit du changement. Les gouvernements et les donateurs ont pris de grands engagements pour redynamiser l’agriculture dans les pays en développement, mais leurs efforts produiraient de meilleurs résultats, plus rapidement, s’ils maximisaient le potentiel productif des femmes, en encourageant l’égalité entre les hommes et les femmes.
Les femmes, comme les hommes, peuvent être assimilées à des « ressources productives », mais elles sont aussi des citoyennes qui peuvent réclamer, au même titre que les hommes, les protections, opportunités et services offerts par les gouvernements et la communauté internationale. L’égalité des sexes est, à part entière, un Objectif du Millénaire pour le développement et il est directement lié à la réalisation des Objectifs du Millénaire ayant trait à la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim. Il existe, de toute évidence, des synergies entre les objectifs relatifs à l’égalité des sexes et à la réduction de la faim. Les responsables des politiques agricoles et les acteurs du développement doivent faire en sorte que les femmes participent pleinement au processus de développement agricole et en tirent profit. Par ailleurs, la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes dans l’agriculture peut aider à réduire l’extrême pauvreté et la faim. Assurer aux femmes l’égalité des chances, c’est bon pour le développement agricole ; de son côté, le développement agricole devrait aussi être bon pour les femmes.
Les rôles et le statut des femmes dans l’agriculture et dans les zones rurales varient fortement en fonction de la région d’appartenance, de l’âge, du groupe ethnique et de la classe sociale et évoluent rapidement dans certaines régions du monde. Les décideurs, les donateurs et les acteurs du développement doivent pouvoir s’appuyer sur des informations et des analyses reflétant toute la diversité des contributions des femmes et les défis spécifiques auxquels elles sont confrontées pour prendre, dans ce secteur, des décisions favorisant l’égalité des chances. Même si les rôles et le statut des femmes dans l’agriculture sont très variables, les données et les analyses présentées dans cette publication confirment qu’il existe un fossé constant entre hommes et femmes, en ce qui concerne l’accès aux avoirs productifs, aux intrants et aux services. Un riche corpus de données empiriques, provenant d’un grand nombre de pays différents, montre que les agricultrices sont aussi efficientes que leurs collègues masculins, mais qu’elles produisent moins, pour la simple raison qu’elles disposent de moins de terres et qu’elles utilisent moins d’intrants. La présente publication évalue les avantages que l’on pourrait obtenir, en termes de rendements agricoles, production agricole, sécurité alimentaire, croissance économique et bien-être social, si les femmes utilisaient autant d’intrants que les hommes.
Nombre des contraintes auxquelles les femmes sont confrontées peuvent être modifiées, étant donné qu’elles sont dictées par le contexte social. En outre, les pressions extérieures exercent souvent une action catalytique, poussant les femmes à assumer de nouveaux rôles et de nouvelles responsabilités qui les aideront à améliorer leur productivité et à élever leur statut, au sein de leur ménage et de leur communauté. Par exemple, la croissance de filières modernes d’approvisionnement pour les produits agricoles à haute valeur marchande ouvre des débouchés – et des défis – considérables pour les femmes, qu’il s’agisse d’emplois agricoles ou non agricoles. D’autres forces agissant en faveur du changement économique et social peuvent aussi créer des occasions à saisir pour les femmes.
Pour combler le fossé entre les hommes et les femmes, il faut appuyer les politiques favorisant la parité et concevoir avec soin les projets de développement. Compte tenu des inégalités actuelles, il ne faut pas se contenter d’adopter des politiques neutres sur le plan de la parité, car il faut bien plus pour surmonter les contraintes auxquelles sont confrontées les femmes. Des réformes visant à éliminer les discriminations et à favoriser un accès équitable des hommes et des femmes aux ressources productives permettront aux femmes, comme aux hommes, d’être prêtes à affronter les défis et à saisir les occasions découlant des changements affectant l’économie rurale. Les mesures prises pour combler le fossé entre les hommes et les femmes auront des effets bénéfiques sur les femmes, l’agriculture, le secteur rural et l’ensemble de la société. Ces effets bénéfiques varieront considérablement en fonction des circonstances locales et seront particulièrement élevés dans les situations où les femmes sont plus étroitement associées aux travaux agricoles et où elles sont en butte à de graves contraintes.
Il semble bien sûr évident que le fait de combler le fossé hommes-femmes a des effets positifs, mais on manquait jusqu’ici de données concrètes pour le confirmer.
La présente édition de La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture a plusieurs objectifs : présenter les meilleures données empiriques possibles sur les contributions des femmes et les obstacles qu’elles rencontrent dans des exploitations agricoles et rurales de différentes régions du monde ; montrer, sans l’ombre d’un doute, que le fossé hommes-femmes limite la productivité agricole, le développement économique et le bien-être humain ; évaluer de manière critique les interventions visant à réduire le fossé hommes-femmes et recommander des mesures pratiques, que les gouvernements et la communauté internationale peuvent adopter pour promouvoir le développement agricole, en donnant les moyens voulus aux femmes.
Le Chapitre 2 passe en revue les rôles et le statut de la femme dans le secteur agricole et les zones rurales de différentes régions du monde. Il présente les informations les meilleures et les plus détaillées sur un certain nombre de questions controversées, qui posent de multiples problèmes, sur le plan conceptuel et empirique. Il se concentre sur la contribution des femmes en tant qu’agricultrices et que travailleuses agricoles, examine leur statut, du point de vue de la pauvreté, de la faim et de la nutrition et se penche sur des questions de démographie rurale. Il étudie aussi la transformation de l’agriculture et l’émergence de filières de commercialisation de produits à haute valeur marchande, qui créent à la fois des défis et des chances à saisir pour les femmes. Le Chapitre 3 illustre les obstacles rencontrés par les femmes dans le secteur agricole, pour une série de facteurs : terres, bétail, main-d’œuvre agricole, instruction, services de vulgarisation, services financiers et technologies.
Le Chapitre 4 analyse les données économiques sur la productivité des agriculteurs et des agricultrices et donne une estimation des avantages que l’on pourrait escompter en comblant le fossé hommes-femmes en matière d’utilisation d’intrants. Il évalue ensuite les gains potentiels d’une telle mesure pour les rendements agricoles, la production agricole, la sécurité alimentaire et les questions plus générales de développement économique et de bien être social.
Le Chapitre 5 présente des politiques et des programmes susceptibles de contribuer à combler le fossé hommes-femmes dans l’agriculture et dans l’emploi rural. L’accent est mis sur les interventions qui atténuent les contraintes affectant la productivité agricole et le développement rural. Le Chapitre 6 présente des recommandations générales visant à combler le fossé hommes-femmes, pour soutenir le développement.
Messages-clés
• Les femmes fournissent une contribution essentielle à l’agriculture des pays en développement, mais leurs rôles varient considérablement d’une région à l’autre et évoluent rapidement dans certains endroits. En moyenne, les femmes représentent 43 % de la main-d’œuvre agricole, cette proportion variant de 20 % en Amérique latine à 50 % en Asie de l’Est et en Afrique subsaharienne. Leur contribution aux travaux agricoles est encore plus variable, selon les cultures et les activités spécifiques.
• Les femmes travaillant dans l’agriculture et les zones rurales ont une chose en commun : leur accès aux ressources productives et aux opportunités est inférieur à celui des hommes. Ce fossé hommes-femmes, qui existe pour toute une série d’avoirs, d’intrants et de services – terres, bétail, main-d’œuvre, instruction, vulgarisation, services financiers et technologies – impose des coûts au secteur agricole, à l’économie et à la société dans son ensemble, et enfin aux femmes elles-mêmes.
• En comblant le fossé hommes-femmes dans l’agriculture, on procure des avantages appréciables au secteur agricole et à l’ensemble de la société. Si les femmes avaient le même accès que les hommes aux ressources productives, elles pourraient augmenter de 20 à 30 % les rendements de leur exploitation, ce qui aurait pour effet d’accroître la production agricole totale des pays en développement de 2,5 à 4 %, hausse qui, à son tour, pourrait se traduire par une réduction de 12 à 17 % du nombre de personnes souffrant de faim dans le monde. Les bénéfices potentiels varieraient de région à région, selon le degré de participation des femmes aux travaux agricoles, la production ou les terres qu’elles contrôlent et l’importance du fossé hommes-femmes auquel elles sont confrontées.
• Il est possible, à l’aide de politiques, de combler le fossé hommes-femmes dans l’agriculture et sur les marchés ruraux du travail. Les réformes devront notamment porter sur les domaines suivants :
- Éliminer la discrimination à l’égard des femmes, pour ce qui concerne l’accès aux ressources agricoles, à l’instruction, à la vulgarisation, aux services financiers et aux marchés du travail ;
- Investir dans des technologies et des infrastructures réduisant l’effort physique et améliorant la productivité, pour permettre aux femmes de consacrer plus de temps à des activités plus productives ;
- Faciliter la participation des femmes à des marchés ruraux du travail souples, efficients et équitables.
FAO. 2012. La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2010-11. Le rôle des femmes dans l’agriculture. Combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement. Rome : FAO. 3-7.
Accessible en ligne sur http://www.fao.org/​docrep/​013/​i2050f/​i2050f02.pdf

Source du chapitre: Femmes et politiques alimentaires. Actes du séminaire international sur la place des femmes dans l’autosuffisance et les stratégies alimentaires. 23-33. Paris : ORSTOM-CIE. 1985.

Notes

1 Introduction en milieu paysan de variétés à haut rendement, notamment pour le blé et le maïs.

2 Traduction de « gender », se réfère au processus complexe par lequel les mâles et les femelles deviennent, socialement, des hommes et des femmes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search