Versión clásicaVersión móvil

Genre, changements agraires et alimentation

 | 
Christine Verschuur

1. Les silences de l'économie politique des changements agraires

Inégalités de classe et de sexe et système agro-alimentaire en milieu rural en Amérique latine

Andrée Michel

Nota del editor

Référence : Michel, Andrée. “Inégalités de classe et de sexe et système agro-alimentaire en milieu rural en Amérique latine” in Christine Verschuur, Genre, changements agraires et alimentation, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°8, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2012, pp. 39-46, DOI : 10.4000/books.iheid.5243 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texto completo

1La croissance des inégalités régionales et sociales au sein des classes rurales d’Amérique latine entraîne une grande diversité de situations pour les femmes rurales. On peut déjà partir de deux constatations suivantes :

    • 1 Voir BIT (1975). Les comparaisons faites par le BIT sont données sous toutes réserves étant donné l (...)

    bien qu’étant « la plus grande zone industrielle des pays en voie de développement », l’Amérique latine avait en 1975 les taux d’activité des femmes les plus bas du monde : sur 169 millions de femmes, 12 % seulement étaient considérées comme « actives » contre 23 % en Afrique, 28 % en Amérique du Nord, 36 % en Asie, 30 % en Europe, 48 % en URSS et 28 % pour l’ensemble du monde1 ;

  • les recherches menées dans dix pays d’Amérique latine ont révélé que là où il y a eu croissance de l’emploi pour les femmes, soit en tant que travailleuses indépendantes, soit en tant que salariées, cette croissance a favorisé les femmes des classes moyennes et défavorisé les femmes des classes sociales sous privilégiées (Safa 1977).

2Le domaine dans lequel la dégradation du statut des femmes rurales est le plus visible est celui de l’emploi agricole. En effet, les statistiques révèlent que si l’emploi agricole a baissé pour les hommes, la chute s’est effectuée dans des proportions encore plus élevées pour les femmes latino-américaines. Selon le BIT, si 27 % de l’ensemble des femmes travaillaient dans l’agriculture en 1950, elles n’y étaient plus que 16 % en 1970, 17 % travaillaient dans l’industrie et 67 % dans les services. Si, au Brésil, les travailleuses agricoles constituent encore 20 % de la population active féminine, ce pourcentage tombe à 5 % en Colombie, à 7 % au Guatemala et à 11 % au Mexique (BIT 1975).

  • 2 Voir par exemple pour le Brésil, Vasques de Miranda (1977).

3Si la mécanisation agricole a joué contre l’emploi agricole, elle a défavorisé encore plus la main-d’œuvre féminine dans l’emploi agricole marchand, c’est-à-dire celui qui, recensé dans les statistiques, donne droit à un salaire et parfois à des avantages sociaux2. Les plans de développement rural n’ont jamais tenu compte des femmes ou, quand ils en tiennent compte, ils étendent aux familles paysannes la division traditionnelle des rôles économiques et des pouvoirs qui est celle de la bourgeoisie. Ainsi Clio Presvelou a noté qu’en Colombie les programmes de petit élevage de basse-cour en vue d’élever le niveau de vie des familles rurales consistent à faire du mari le propriétaire de l’équipement, même si celui-ci émigre ailleurs pour chercher du travail et que la production du travail d’élevage échoit uniquement à l’épouse (Presvelou 1981).

4Les thèses d’Ester Boserup (1970) sur les conséquences négatives pour les paysannes du développement technologique agricole sont encore vérifiées pour les femmes latino-américaines. Non seulement leur pourcentage dans l’emploi agricole salarié diminue mais elles sont aussi éliminées des emplois permanents de travailleurs qualifiés de l’agriculture. Une statistique révèle qu’elles ne constituent d’ailleurs que 7,5 % de l’ensemble des étudiants formés à une qualification agricole (UN 1980). Au sein de l’emploi agricole, elles constituent une partie des ouvriers agricoles temporaires ou saisonniers. Dans certaines régions, comme au Mexique, on leur donne la préférence aux hommes car leurs salaires sont très inférieurs à ceux des hommes (Gonçalves 1978). Très souvent, elles sont embauchées par des intermédiaires qui les louent chaque jour à des salaires très bas, au profit d’un gros propriétaire ou d’une multinationale, sans les faire bénéficier d’aucun droit social. De plus, quand elles se présentent avec leur mari, il arrive très souvent que seul le mari touche un salaire.

5Puisque les femmes rurales sont les premières licenciées en cas de mécanisation agricole, que font-elles ? Les recherches des sociologues latino-américaines révèlent que, si les femmes paysannes sont écartées de l’emploi qualifié permanent, c’est-à-dire de l’emploi formel marchand, leur charge de travail ne diminue pas pour autant : au contraire, lorsqu’elles sont éliminées de l’emploi formel qualifié permanent, leur charge de travail s’accroît, même si elles ne sont pas recensées dans les statistiques, soit parce qu’elles travaillent dans les minifundios avec le mari, soit parce qu’elles occupent un emploi dans le secteur informel (travail à domicile, travail dans une petite entreprise rurale de moins de cinq salariés, travail de domestique, ou indépendantes dans le petit commerce ou le petit artisanat).

6La plupart des paysannes travaillent avec leur mari sur le minifundio ; leur journée de travail, en période de récolte du café par exemple (durant trois mois par an), peut s’élever à dix-sept heures par jour. Il en est ainsi pour les paysannes de la région d’Oaxaca (Mexique) qui cueillent le café, le décortiquent, vaquent à leurs occupations domestiques en même temps qu’elles produisent les cultures vivrières pour l’alimentation quotidienne de la famille (Young 1978). D’une façon générale, les femmes paysannes qui travaillent sur les minifundios cumulent cinq sortes de production :

  • une production marchande quand elles « aident » le mari à la culture commerciale (café, etc.) ;

  • une culture vivrière non marchande destinée avant tout à fournir des valeurs d’usage, c’est-à-dire à être consommées directement par la famille ;

  • une production artisanale pour les besoins de la famille ;

  • une petite production marchande qui consiste à commercialiser le surplus de leurs productions artisanales et vivrières ;

  • une production domestique (corvées de bois et d’eau, cuisine, tâches ménagères, éducation des enfants) que personne (ni la science économique, ni le mari) ne considère comme un travail.

7[…] Les recherches à l’échelle de la famille du petit paysan expliquent la surcharge de travail des paysannes :

  • les prix agricoles sont insuffisants pour que la famille envisage de garder à la maison pour les aider les enfants devenus grands : ceux-ci émigrent en ville dès l’adolescence. La femme ne peut recourir qu’aux jeunes enfants pour se faire aider ;

  • les prix agricoles sont insuffisants pour que la famille puisse louer, comme dans le passé, un ou deux ouvriers agricoles pour l’aider au moment des récoltes (Young 1978) ;

  • la monétarisation agricole a désagrégé les formes anciennes de solidarité villageoise ou tribale, en vertu de laquelle les voisins ou le clan aidaient les familles au moment de la récolte, à charge de réciprocité.

  • 3 Latifundia : grands domaines par opposition aux minifundio.

8Si l’épouse du petit paysan latino-américain est devenue « une bête de somme », qui ne touche aucun revenu, si ce n’est un revenu aléatoire dû à son travail comme ouvrière saisonnière ou à une petite production marchande commercialisée à très bas prix, elle n’en reproduit pas moins la force de travail de son conjoint qu’exploitent aussi les latifundiaires3 et les entreprises multinationales. […]

9En Guadeloupe et en Martinique, Fougeyrollas (Beavue-Fougerollas 1979) note aussi que « si les femmes paysannes donnent la vie, elles assurent aussi la survie » en produisant les trois quarts de la production vivrière nécessaire à la subsistance du groupe familial, dont le père est très souvent absent. Elles revendent les excédents dans des petites boutiques dont elles assurent elles-mêmes l’ouverture, ce qui n’est pas sans alourdir considérablement leur budget temps. Leurs ressources monétaires sont toujours très faibles : ou bien le mari reçoit seul les revenus tirés soit de la vente des cultures commerciales soit d’un travail d’ouvrier agricole – auquel son épouse a participé – et sa femme n’a rien ; ou bien, si elle dispose de quelque argent tiré de son travail agricole saisonnier ou de son petit commerce, elle n’est jamais payée à un salaire ou à un prix convenable. M. Figuereido a montré que les paysannes de la côte atlantique du Brésil qui vendent leurs produits artisanaux sur les marchés villageois sous-estiment le prix des matières premières utilisées et de leur temps de travail (Figuereido de Athayde 1981). En outre, alors que le statut du travailleur agricole assure à certains petits paysans – comme au Brésil – une certaine protection sociale (en particulier la retraite-vieillesse), les femmes n’y ont pas droit. Les femmes sont ainsi pénalisées non seulement dans leur vie active mais aussi dans leur vieillesse (cas du Brésil, voir Spindel 1980).

10Le travail informel, à domicile ou dans la petite entreprise rurale de sous-traitance, se multiplie (OIT-PREALC 1978). Dès que les ouvrières des villes s’organisent pour demander des salaires meilleurs, les entrepreneurs latino-américains ou les entreprises multinationales de l’industrie de l’habillement déplacent le travail dans les campagnes. Celui-ci s’effectue soit à domicile, soit dans les petites entreprises de moins de dix ouvriers, ce qui permet généralement de faire travailler les femmes rurales sans les déclarer et sans leur assurer des droits sociaux, tout en leur payant des salaires très bas. À São Paulo, on estime que, suivant les cas, ce système de sous-traitance à la campagne dans la petite entreprise rurale (workshop) assure 30 %, 50 % et parfois même 90 % de la production totale de la maison mère installée à la ville (Spindel 1981). Aux environs de Mexico se développent des « villages industriels » (Maria de Avelar 1977). Ce travail est essentiellement féminin. Ceci permet au capital de se décharger sur la petite entreprise ou sur le groupe familial d’une partie du coût de reproduction de la force de travail, inoccupée en période de crise cyclique dans l’habillement, de diminuer le coût de la main-d’œuvre et le coût de la production. Ainsi, dans la production à domicile, le coût du loyer et de l’énergie utilisée est à la charge de la travailleuse et celle-ci se fait aider en période de pointe par les membres de sa famille. Il est très difficile aux ouvrières, étant donné les distances, de s’organiser sur le plan syndical.

11Quant au travail des femmes dans les petites entreprises rurales, il est toujours soumis au modèle du rôle traditionnel des sexes : le travail des femmes ainsi que leurs salaires sont considérés comme travail et salaires « d’appoint » aussi bien par les employeurs que par les travailleurs ; en outre, ce travail salarié se heurte souvent à la résistance des maris et des pères qui ne l’acceptent que lorsque leurs femmes ou leurs filles travaillent dans les mêmes équipes qu’eux-mêmes (Aguiar 1976).

12Les conditions ainsi décrites révèlent que les femmes rurales, qu’elles travaillent dans l’emploi formel ou informel, dans le secteur marchand ou non marchand, sont triplement infériorisées par rapport aux hommes sur le plan économique :

  • le travail de leurs maris et des hommes en général produit des revenus ou un salaire minimum, dont elles sont le plus souvent évincées ; quand elles sont salariées, leurs salaires sont de 50 % environ inférieurs à ceux des hommes ;

  • le temps de travail des hommes comme travailleurs salariés est réglementé, c’est-à-dire limité en fonction des lois sociales, tandis que les heures de travail des femmes sont indéfinies puisque les tâches domestiques, comme la garde des enfants, l’entretien de la maison, la cuisine et les productions vivrières leur échoient en priorité ;

  • les maris paysans jouissent de certains avantages sociaux (comme la retraite au Brésil) tandis que les femmes en sont privées.

  • 4 Agnès Fatouma Diarra citée par Michel (1977).

13Le travail des femmes paysannes constitue donc, selon une économiste « le temps fort de l’exploitation capitaliste »4, même si elles ne reçoivent ni paiement pour leur production, ni salaire pour leur travail. Les exemples donnés révèlent suffisamment que leur travail assure plus que celui de leur mari le coût de reproduction du ménage, les ressources du mari servant le plus souvent à s’équiper en biens manufacturés et de prestige qui ne sont souvent consommés que par lui.

14Mais ce n’est pas par hasard si le travail – marchand ou non marchand des paysannes, formel ou non formel – constitue « le temps fort de l’exploitation économique dans le système capitaliste », ici, dans le système agro-alimentaire. En effet, ce système s’est appuyé pour son développement sur le renforcement des oppressions frappant les femmes en raison de l’existence d’une famille paysanne patriarcale. Dans cette famille, dont le modèle fut importé dans le Nouveau monde par les colonisateurs espagnols ou brésiliens, le mari est le chef de la famille et l’administrateur des biens dont les droits et privilèges furent codifiés par une législation civile adoptée du Code Napoléon. Dans ce modèle bourgeois de la famille, la femme est censée ne pas travailler pour se consacrer au confort du mari et à l’éducation des enfants tandis que seul le mari est le pourvoyeur des besoins économiques de la famille. Ce modèle est utilisé dans les familles paysannes où, selon le témoignage d’un paysan brésilien, les tâches domestiques les plus écrasantes effectuées par les femmes, n’étant pas considérées comme un travail par les membres de la famille, ne font l’objet d’aucune aide de la part des hommes (Da Conceição 1981). De plus leur production de biens vivriers est rendue « invisible » dans les statistiques de travail et les indicateurs économiques, résultat d’une science économique occidentale aussi sexiste que le modèle familial.

15Ainsi la situation et le rôle économique des femmes latino-américaines dans le développement rural sont déterminés en fonction des dynamismes des processus de développement qui relèvent à la fois de deux systèmes :

  • un système capitaliste mondial – dont le système agro-alimentaire est une illustration dans la production agricole d’Amérique latine – qui creuse les inégalités sociales et économiques entre les classes sociales paysannes tout autant qu’entre travailleurs des campagnes et des villes, entre travailleurs masculins et féminins, l’accumulation capitaliste se faisant, entre autres, grâce aux bas salaires des paysannes et des ouvrières ;

  • un système patriarcal bien vivant sur lequel le premier s’appuie pour aggraver un peu plus les clivages entre les sexes. Le système patriarcal est en particulier responsable de ce que j’appelle « l’accumulation permanente de base », réalisée à partir du temps de travail domestique des femmes dans la famille – travail non payé –, un temps de travail nécessaire à la reproduction de la force de travail du mari et des enfants et des femmes elles-mêmes et qui contribue indirectement à la formation de la plus-value tirée du travail marchand de ces derniers. Autrement dit, le développement de la production des valeurs d’échange suppose la permanence de la production des valeurs d’usage. Inégalités de classes et inégalités de sexe se combinent ainsi étroitement dans la mesure même où, pour la maximisation du profit, le système économique mondial utilise les systèmes patriarcaux en les reproduisant et en les renforçant. Inversement, il serait facile de montrer comment le patriarcat utilise le système capitaliste mondial pour renforcer les privilèges d’un sexe. […]

Source du chapitre : Labourage et pâturage : le patriarcat en campagne. Nouvelles Questions Féministes. 5 : 64-70. Printemps 1983.

Bibliografía

Aguiar, N. 1976. The impact of industrialization on women’s work roles in Northeast Brazil. In Sex and class in Latin America. (Eds.) J. Nash et H. Safa. New York : Praeger.

Beauvue-Fougerollas, C. 1979. Les femmes antillaises. Paris : L’Harmattan.

BIT (Bureau International du Travail). 1975. Les travailleuses. Genève : BIT.

Boserup, E. 1970. Women’s role in economic development. New York : St. Martin’s Press.

Da Conceição, M. 1981. Cette terre est à nous. Série Actes et Mémoires du Peuple. Paris : F. Maspero.

Figuereido de Athayde, M. 1981. Le rôle socio-économique des femmes chefs de famille à Arembepe. Paris : Université de Paris VII.

Gonçalves, G. 1978. Participación laboral y condiciones salariales de la mujer en América Latina, Estados Unidos y Canadá. Santiago de Chile : OIT (Organización Internacional del Trabajo) – PREALC (Programa Mundial del Empleo, Programa Regional del Empleo para América Latina y el Caribe).

Maria de Avelar, S. 1977. Notas teóricas y metodologícas para el estudio del trabajo industrial a domicilio en México. Revista Mexicano de Sociología. XXXIX (4).

Michel, A. 1977. Recherches récentes sur les rôles des sexes dans les communautés méditerranéennes et en Afrique. Sociologie contemporaine. N ° 23.

OIT (Organización Internacional del Trabajo) – PREALC (Programa Mundial del Empleo, Programa Regional del Empleo para América Latina y el Caribe). 1978. Sector informal, funcionamiento y políticas in Latín America. Santiago de Chile : OIT-PREALC.

Presvelou, C. 1981. La technologie et la science sont-elles au service des femmes rurales ? In Femmes et multinationales. A. Michel, A. Fatouma Diarra, et H. Agbessi Dos Santos, 65-82. Paris : ACCT Khartala.

Safa, H. 1977. The changing class composition of the female labour force in Latin America. Latin American Perspectives. IV (4) : 126-136.

Spindel, C. 1980. Oligopolistic capital and rural production based on family labor : the economic and social production of woman. 5e Congrès mondial de la sociologie rurale. Mexico.

–––. 1981. Proletarization of the Brazilian women : Notes on a processus of reproduction of inequalities. São Paolo : CEBRAP.

UN (United Nations). 1980. Review and evaluation of progress achieved in the implementation of the World plan of action, Education. New York : UN.

Vasques de Miranda, G. 1977. Women’s labor force participation in a developing society : the case of Brazil. Signs. III (1) : 261-274.

Young, K. 1978. Modes of appropriation and the sexual division of labor : a case study from Oaxaca, Mexico. In Feminism and materialism. (Eds.) A. Kuhn et A. P. Wolpe. Londres : Routledge and Kegan Paul.

Notas

1 Voir BIT (1975). Les comparaisons faites par le BIT sont données sous toutes réserves étant donné la disparité des critères utilisés pour « évaluer » l’activité des femmes ; par exemple le travail agricole n’est pas pris en compte.

2 Voir par exemple pour le Brésil, Vasques de Miranda (1977).

3 Latifundia : grands domaines par opposition aux minifundio.

4 Agnès Fatouma Diarra citée par Michel (1977).

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search