Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Conclusion. À la recherche d’une solution introuvée

Andre Liebich

Texte intégral

  • 1 Géza Entz, “États et nations dans la nouvelle Europe : L’Europe centrale et de l’est à la croisée (...)

1“Enraciner à l’est de notre continent les principes intangibles de base qui ont fait de l’Europe occidentale ce qu’elle est actuellement...”1 Cette déclaration, passionnée et sincère, du secrétaire d’état hongrois chargé aux questions de minorités pose d’emblée le problème auquel toutes les contributions à ce volume s’adressent.

  • 2 Voir Raymond Pearson, National Minorities in Eastern Europe 1848-1945 (London: The Mac-millan Pres (...)

2Pourquoi ce malaise qui entoure la question des minorités à l’est aujourd’hui ? Les minorités qui constituaient 50 % de la population de cette partie de l’Europe en 1914 et 25 % dans la période entre-les-deux-guerres, ne comptent aujourd’hui - dans la mesure où l’on peut établir des chiffres fiables - que pour 10 % des habitants de la région.2 Si l’acuité du problème suivait les chiffres, la question des minorités devrait être, à la fin de ce vingtième siècle, un problème du passé.

3Certes, certaines anciennes minorités ont pris de l’ampleur. Par exemple, les Slovaques représentaient, avant 1867, 3,8 % des sujets de l’empire habsbourgeois ; ils étaient 9,4 % de la population du royaume de Hongrie après l’Ausgleich ; 16 % des citoyens tchécoslovaques dans l’entre-deux-guerres étaient slovaques, aujourd’hui cette proportion s’élève à 30 %. Mais, paradoxalement, l’exemple slovaque ne fait que confirmer la diminution de la présence minoritaire. Que de minorités des anciens empires sont aujourd’hui majorité dans leur propre État ou bien, comme en Tchécoslovaquie ou dans l’ex-Yougoslavie, un peuple constitutif d’un État fédéral, égal en droit et largement souverain sur son propre territoire. Dans tous ces cas, le terme “minorité” ne sied plus. Si l’on ajoute à la transformation des anciennes minorités en majorité ou en peuple égal à la majorité, la disparition tragique de minorités historiques de la région, notamment les Juifs et les Allemands, il est clair que le malaise autour de la question minoritaire en Europe centrale et orientale n’a pas de rapport avec la puissance numérique de ces minorités.

  • 3 Pour une contribution au débat “congélateur” ou “purgatoire” voir Rupnik, Jacques “Eisschrank oder (...)

4Par ailleurs, l’alibi du communisme ne sert plus pour expliquer la persistance du malaise minoritaire. Certes, le demi siècle de domination communiste et soviétique représente autant de temps perdu en ce qui concerne une solution à ce problème. Le projet universaliste des communistes, qui valorisait l’identité de classe sur l’identité nationale et l’internationalisme sur le nationalisme, s’est soldé par un échec total. Il s’est discrédité lui-même et avec lui toute autre démarche de type universaliste. Les tentatives tardives et manipulatrices des régimes communistes à l’agonie, d’exploiter le nationalisme pour se préserver - tel un Ceausescu, un Hoxha ou même un Jaruzelski - n’ont pas sauvé ces régimes mais elles ont attisé une xénophobie enracinée, y compris à l’égard de ses propres minorités réelles ou imaginaires. Le communisme n’a donc pas été la couveuse du malaise minoritaire mais, tout au plus, le congélateur dans lequel ce malaise est resté conservé.3 Les démocraties populaires n’ont ni créé ni résolu le problème des minorités . Leur époque, finalement éphémère, n’a été qu’une distraction par rapport à un malaise qui les précède et qui les suit.

  • 4 Traduction française publiée par Harmattan, 1986.

5Pour expliquer l’apparente pérennité du malaise minoritaire dans la région, pour comprendre cette incapacité “d’enraciner à l’est... les principes... de l’Europe occidentale,” le secrétaire d’état hongrois cité ci-dessus aurait pu se tourner vers un historien remarquable de son propre pays. István Bibo dans un essai de 1946 intitulé, “Misère des petits États d’Europe de l’est,” s’adresse précisément à la question de savoir pourquoi l’Europe centrale ou orientale a connu un rapport différent entre nation et État que celui qui s’est établi à l’ouest.4

6Certaines différences invoquées par István Bibo entre l’est ou le centre et l’ouest du continent sont bien connues. L’historien souligne l’inchangeabilité relative des frontières en Europe occidentale. Il rappelle le rôle actif de l’État occidental dans l’homogénéisation linguistique de son territoire. Comme José Ortega y Gasset l’avait dit avant Bibo, les États de l’Europe moderne sont devenues monolingues non pas parce que les peuples parlant la même langue se sont réunis mais parce que les États-nations existants ont été rendus monolingues par l’hégémonie d’un groupe. Quel contraste avec l’Europe centrale et orientale ! Ici les frontières politiques changent au gré des empires, chrétiens ou musulmans, qui dominent la région. Les États de la région s’effondrent et disparaissent sous leurs propres faiblesses, s’ils ont jamais existé ailleurs que dans la brume des légendes. En l’absence pathologique de continuité territoriale et étatique dans cette partie troublée de l’Europe l’existence nationale même de certains peuples a été incertaine pendant des générations. Comment le ressortissant d’une des grandes nations occidentales peut-il comprendre la crainte existentielle qui hantent ses voisins à l’est ?

7A ces réflexions Bibo ajoute deux arguments particulièrement pertinents aux textes réunis ici et au débat qui agite les nouvelles démocraties européennes. Premièrement, Bibo ne ménage nullement l’empire austro-hongrois. Selon lui, ce n’est pas la chute de l’empire des Habsbourgs qui a semé la confusion à travers l’Europe centrale et sud-centrale. Au contraire, c’est l’existence de cette monarchie qui a contribué le plus à la confusion. Cet empire, un conglomérat hybride et occasionnel, dépourvu de toute cohésion interne n’aurait jamais pu être un facteur de stabilisation. Quant aux espoirs d’une fédération supranationale, inspirés du modèle austro-hongrois, Bibo est inconditionnel. Une fédération, dit-il, est comme un mariage. Il ne faut pas y entrer avec des problèmes non résolus parce que, tout en s’imaginant qu’on les résoudra, on risque d’en créer beaucoup plus.

8Deuxièmement, Bibo rappelle la relation problématique, voire contradictoire, entre démocratie et question nationale ou minoritaire en Europe centrale et orientale. Les trois États historiques de la région - à savoir, la Hongrie, la Pologne, et la Bohème - ont tous été confrontés à un moment historique avec un choix entre leur propre affirmation territoriale ou nationale et le respect démocratique des minorités et des autres nations. Tous les trois États ont choisi de s’affirmer. La Hongrie en 1849, la Pologne et la Tchécoslovaquie en 1918 et, dans le cas de ces deux derniers pays, de nouveau en 1945 avec l’expulsion des minorités allemandes. Certes, dans certains pays occidentaux, tel l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne, l’introduction de l’idéologie démocratique s’est faite par le viol du territoire national au moment de la Révolution française. Cependant, ces pays ont réussi en fin de compte à concilier la démocratie avec la raison d’état. Il n’est pas évident qu’une identité entre ces deux principes soit chose acquise à l’est de l’Europe au moment où Bibo écrit, en 1946, ou, peut-on ajouter, aujourd’hui.

  • 5 “The Puise of Europe: A Survey of Political and Social Values and Attitudes,” rapport manuscrit ré (...)
  • 6 Sur le dossier grec voir, World Directory of Minorities, édité par Minority Rights Group, préface (...)

9István Bibo est, sans doute, sévère dans le jugement qu’il porte sur son pays et ses voisins. Ce n’est pas qu’il surestime les difficultés auxquelles les minorités se heurtent à l’est. C’est plutôt que, comme le secrétaire d’état Entz, il sous-estime les obstacles à l’épanouissement des minorités en Europe occidentale. “Les principes intangibles de base” qui favorisent le respect des minorités sont bien fragiles. Les deux pays que l’on identifie le plus facilement aux idéaux de la pensée occidentale, la France et la Grèce, sont les plus intransigeants dans l’Europe de douze à l’égard de la différence linguistique, ethnique, ou raciale. Parmi les Français 42 % voient les “Arabes” d’un mauvais œil et l’on ne peut pas attribuer une telle intolérance aux seules couches inéduquées puisque c’est le plus grand historien français, François Braudel, qui donne le ton en déclarant : “Quand je vois leurs mosquées je sais qu’il ne seront jamais Français.”5 Le dossier lamentable de la Grèce en ce qui concerne ses minorités - officiellement inexistantes - s’alourdit encore avec le refus de reconnaître la République de Macédoine de peur, entre autres, que ceci rappelle au monde l’assimilation et l’expulsion de Slaves macédoniens du territoire grec.6

  • 7 Comme le démontre la contribution de Sebastien Bartsch “Le Système de protection des minorités dan (...)

10L’Europe occidentale n’est pas sans torts en ce qui concerne la question des minorités et une solution européenne devrait donc faire abstraction de certains comportements européens dans le domaine. Ce constat jette un éclairage utile sur les solutions historiques et contemporaines traitées dans ce volume. Le régime des minorités introduit par la Société des Nations était fonctionnel et efficace, même si ce n’était que sur le plan formel.7 Après avoir longtemps partagé le discrédit de la SDN elle-même, ce régime commence à servir de modèle implicite pour les projets de protection minoritaire en élaboration aujourd’hui. C’est donc le moment de se rappeler que parmi les causes de la grande réticence des pays est-européens vis-à-vis de ce régime à l’époque figurait l’absence de réciprocité ou d’universalité. Les États nés en 1918 se braquaient contre un régime qui s’appliquait à eux mais non pas aux grandes puissances occidentales.

  • 8 Voir la contribution de Victor-Yves Ghebali, “La CSCE et la question des minorités nationales,” da (...)

11Quelques soient les leçons qu’on puisse tirer de l’expérience de la SDN, le modèle onusien de protection minoritaire, limité aux droits strictement individuels, ne fait plus recette. Néanmoins, la résistance à l’introduction d’un régime minoritaire, expressément désigné comme tel, au niveau européen reste tenace. La CSCE avance dans cette direction à pas de tortue.8 N’ayant su élaborer une position de principe face aux minorités avant que la crise n’éclate, les efforts des pays de la CSCE dans ce sens aujourd’hui ne peuvent être considérés que comme des opérations ad hoc, partielles et intéressées. Si les pays de l’est se plient aux consignes de la CSCE, ils le font sans croire qu’il s’agisse d’autre chose que d’une soumission politique.

  • 9 Voir la contribution d’Anton Bebler, “Le Deuxième effondrement de la Yougoslavie et le fédéralisme (...)
  • 10 Voir la contribution de Stanislav Kirschbaum, “Les Slovaques et le droit des peuples à disposer d’ (...)

12Face à l’absence d’une solution européenne comment s’étonner que certains peuples, qui se considèrent à tort ou à raison comme des minorités désavantagées, choisissent la solution la plus classique, la plus banale : Ils s’érigent en État souverain. Tel est le chemin suivi par les républiques yougoslaves et soviétiques, telle est l’option préconisée par un pourcentage de plus en plus fort de l’opinion publique slovaque. Même si le texte d’un intellectuel et homme politique slovène inclus dans ce volume fait l’éloge d’un fédéralisme possible, il est écrit au nom de l’indépendance slovène.9 L’essai qui l’accompagne, d’un professeur canadien d’origine slovaque, est une tentative nuancée de penser l’avenir de la Slovaquie en d’autres termes que ceux de l’indépendance. Toute la difficulté d’un tel projet ressort dans la phrase citée ici même d’un écrivain slovaque : “seuls les États sont acceptés en Europe et si nous n’y entrons pas en tant qu’État, nous aurons le même statut juridique que les Tziganes.”10 En effet, vu de l’est la solution européenne à la question des minorités semble bien être une solution étatique.

  • 11 Attribué à Mazzini ; voir l’essai de Ernest Gellner qui explore la logique de cette proposition. N (...)

13Nous ne nous proposons pas d’analyser ici le bien-fondé de la revendication souverainiste, ni d’examiner la logique historique de la proposition “à chaque nation, son État.”11 Contentons-nous de réfléchir, à partir des textes réunis ici, sur les raisons qui amènent l’opinion publique européenne à réserver un accueil si différent au projet souverainiste slovaque de l’accueil accordé aux autres nouveaux États centre-et est-européens. Pourquoi dans un cas c’est le principe de l’inviolabilité des frontières qui l’emporte tandis que dans les autres c’est celui de l’autodétermination des nations qui prime ?

14De toute évidence, la situation de la Croatie, par exemple, devrait être comparable à celle de la Slovaquie. Chacun de ces deux peuples est uni, depuis 1918 et à l’excéption de la période de la Deuxième Guerre mondiale, à un peuple linguistiquement et ethniquement proche mais historiquement distinct. Le souvenir de la période de la Guerre, quand les Slovaques et les Croates ont lié leur destin à celui des vaincus, pèse toujours dans les relations avec le voisin, partenaire étatique. Au cours des dernières decennies ces peuples, chacun dans le cadre d’un État communiste fédéral, ont obtenu une large autonomie qui ne les a pas satisfait pour autant. Certes, cette comparaison a ses limites. La Croatie est plus prospère et plus développée que la Serbie, principale composante de l’union yougoslave, tandis que la Slovaquie est moins avancée que les terres tchèques. Dans les dernières années, les Slovaques étaient considérés, par les Tchèques du moins, comme inféodés au régime communiste tandis que les Croates se plaignaient précisément d’en être exclus. Malgré ces nuances les points de ressemblance sont frappants et, pourtant, les aspirations slovaques et croates vers l’indépendance ne suscitent guère le même degré d’approbation internationale.

  • 12 Voir la contribution de Bernard Michel, “Les Ambiguités de la politique slovaque,” dans ce volume, (...)

15Bernard Michel a raison d’évoquer le ressentiment comme un facteur politique de premier ordre dans les relations entre majorité tchèque et minorité slovaque en Tchécoslovaquie.12 Il aurait dû ajouter que ce ressentiment est réciproque et il possède même une dimension internationale. L’histoire de l’État slovaque éphémère a traumatisé non seulement les Slovaques, qui ont vu dans la disparition de cet État une nouvelle humiliation, mais aussi les Tchèques. Pour ces derniers, l’État slovaque s’inscrit dans la trahison de Munich de 1938 et l’abandon de la Tchécoslovaquie par ses alliés. Posée en ces termes, l’idée de l’État slovaque devient, pour l’Europe toute entière, le rappel d’un lachâge abjecte qui culpabilise l’opinion occidentale encore aujourd’hui. Par contre, l’État croate des Oustacha, pourtant infiniment plus sanguinaire que l’État slovaque, n’est perçue que comme un problème régional. Les États occidentaux ne se sentent pas concernés par la guerre civile qui a sévi entre Croates et Serbes de 1941 à 1945, même l’Italie et l’Allemagne recusant la continuité avec leurs régimes de l’époque.

  • 13 Voir l’article de Radmila Nakarada, “The Mystery of Nationalism : The Paramount Case of Yugoslavia (...)

16A ces considérations historiques s’ajoute un facteur actuel et contingent. La Tchécoslovaquie est la patrie de Vaclav Havel, la Yougoslavie - où ce qui en reste - est celle de Slobodan Milosevic. Sans démoniser le dirigeant serbe, comme c’est trop souvent le cas dans la guerre de propagande en cours, l’écart entre le dramaturge dissident devenu président et l’ancien dirigeant communiste converti au nationalisme inconditionnel est trop criant pour passer inaperçu. Pourtant, les mèrites relatifs de ces deux dirigeants fédéraux ne devraient préjuger en rien du bien fondé de la revendication indépendantiste de leurs minorités. Ce n’est pas à cause de la sympathie que l’Europe voue à Vaclav Havel qu’elle doit écarter l’idée d’une Slovaquie indépendante pas plus que l’opprobre qui pèse sur Milosevic ne puisse légitimer l’État national croate.13

  • 14 Voir la contributin de Victor Karády, “Problèmes ethniques et communautés particularistes sous le (...)
  • 15 Voir la contribution de Béla Borsi-Kálmán, “Bref apreçu de l’histoire des frustrations des Roumain (...)
  • 16 Voir la contribution d’André Reszler, “Une longue souffrance improductive : essai sur les minorité (...)

17Que faire quand la solution de la souveraineté n’est même pas envisageable, soit parce que la minorité n’en a pas la force, soit parce que la minorité n’existe plus ? Les textes réunis ici qui se penchent sur de tels cas sont tous marqués par la nostalgie d’une coexistence potentielle mais toujours fuyante. Victor Karády nous présente le dernier chapitre de l’histoire séculaire des Juifs et Allemands en Hongrie.14 Béla Borsi-Kálmán retrace les étapes successives de la prise de conscience nationale, majoritaire et minoritaire, en Transylvanie sous l’angle de la question clef du rapport entre modernisation, démocratisation, et homogénéisation ethnique. Dans le passé aussi, nous rappelle Borsi-Kálmán, l’intelligentsia qui cherchait une intégration sociale ne pouvait la concevoir autrement qu’en termes d’occupation de territoire.15 En est-il vraiment autrement pour les intelligentsias croates, Slovènes, ou slovaques aujourd’hui ? Enfin, André Reszler écrit un réquiem pour ces minorités qui auraient pu être un pont et qui ont échoué dans leur projet d’une double appartenance laissant seulement une douleur négative. 16

18Quel bilan peut-on tirer de ces refléxions sur la question des minorités en Europe centrale aujourd’hui ? A certains égards, l’optimisme se justifie. Dans toute la région les minorités hégémoniques d’autrefois ont disparu, même si le souvenir de ces minorités pèse dans les consciences nationales. Le phenomène minoritaire ne peut plus être identifié au colonialisme interne et le rapport entre démocratie et minorité a changé : si autrefois le statut des minorités était un obstacle à l’épanouissement de la démocratie, aujourd’hui leur statut est la mesure de la démocratie effective. Par ailleurs, le lien étroit entre minorité et revisionnisme territorial semble se dissoudre progressivement, même si le cas yougoslave constitue une excéption tragique à la règle.

19D’autres tendances de l’époque ne se laissent pas encore évaluer. Quel sera l’impacte de l’implantation des mass-média libres et modernes dans les anciens pays communistes ? La technologie des communications produira-t-elle la homogénéisation de ces pays autour de la culture majoritaire ou servira-t-elle, au contraire, d’instrument de valorisation pour les minorités ? Face au problème brûlant de l’immigration/émigration, il faut se poser la question des conséquences pour la région de la nouvelle mobilité des personnes. Ce mouvement renforcera-t-il ou non les tensions entre les groupes qui vivaient autrefois séparés ? Contribuera-t-il à une prise de conscience politique de groupes minoritaires actuels - le cas le plus aigu étant celui des Tsiganes - ou sera-t-il un premier pas vers leur assimilation éventuelle ?

  • 17 Voir la contribution de Guy Héraud, “Nationalismes comblés et nationalismes frustrés : Pour un tra (...)
  • 18 Voir la contribution de Alessandro Pizzorusso, “A la Recherche d’un droit commun pour la tutelle d (...)

20Enfin, quels seraient les contours d’une solution européenne à la question des minorités en Europe centrale ? L’Europe communautaire d’aujourd’hui n’a pas de solution à offrir. Comme le rappelle Guy Héraud, les réticences issues du manque de compréhension, de 1’ ignorance, du conservatisme et de la peur de la contamination nationalitaire, immobilisent l’Europe occidentale.17 Si l’Europe n’apporte pas de solution, il est peu probable que l’État ouest européen l’amène. Alessandro Pizzorusso a peut-être raison que “la meilleure voie possible pour résoudre les problèmes des minorités... est leur encadrement dans la tutelle des droits fondamentaux” de chaque État.18 Mais comme c’est l’État qui crée le problème, quelle confiance peut-on avoir qu’il le résoudra ?

21Il faudra, dit Pizzorusso, que les problèmes minoritaires traditionnels perdent leure caractère d’excéptionnalité. C’est en poursuivant dans ce sens que l’on peut envisager les éléments d’une solution européenne. Si l’on se livre à un saut de l’imagination et on jette son regard vers un avenir lointain on peut s’imaginer une Europe future où les frontières entre États s’estompent. A ce moment, nous serons tous européens mais nous serons aussi tous minoritaires...

Notes

1 Géza Entz, “États et nations dans la nouvelle Europe : L’Europe centrale et de l’est à la croisée des chemins,” dans ce volume, p. 11.

2 Voir Raymond Pearson, National Minorities in Eastern Europe 1848-1945 (London: The Mac-millan Press, 1983). Sur les difficultés de recenser le nombre de minorités actuelles en Europe centrale et orientale, voir André Liebich, “Counting Minorities,” RFE/RL Research Report, 15 mai 1992

3 Pour une contribution au débat “congélateur” ou “purgatoire” voir Rupnik, Jacques “Eisschrank oder Fegefeuer. Das Ende des Kommunismus und das Wiedererwachen der Nationalismen,” Transit 1 (automne 1990) pp. 132-141.

4 Traduction française publiée par Harmattan, 1986.

5 “The Puise of Europe: A Survey of Political and Social Values and Attitudes,” rapport manuscrit rédigé par Donald S. Kellermann, Andrew Kohut, Carol Bowman pour Times Mirror Center for the People & the Press, septembre 1991, pp. 59 et 62

6 Sur le dossier grec voir, World Directory of Minorities, édité par Minority Rights Group, préface d’Alan Phillips (Harlow: Longman, 1990), pp. 128-131.

7 Comme le démontre la contribution de Sebastien Bartsch “Le Système de protection des minorités dans la Société des Nations,” dans ce volume, pp. 37-50.

8 Voir la contribution de Victor-Yves Ghebali, “La CSCE et la question des minorités nationales,” dans ce volume, pp. 51-72.

9 Voir la contribution d’Anton Bebler, “Le Deuxième effondrement de la Yougoslavie et le fédéralisme,” dans ce volume, pp. 103-119.

10 Voir la contribution de Stanislav Kirschbaum, “Les Slovaques et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes : à la recherche d’une solution,” dans ce volume, pp. 83-102.

11 Attribué à Mazzini ; voir l’essai de Ernest Gellner qui explore la logique de cette proposition. Nations and Nationalism (Ithaca, N.Y. : Cornell University Press, 1983).

12 Voir la contribution de Bernard Michel, “Les Ambiguités de la politique slovaque,” dans ce volume, pp. 75-82.

13 Voir l’article de Radmila Nakarada, “The Mystery of Nationalism : The Paramount Case of Yugoslavia,” Millenium 20 :3 (1991), pp. 369-382 qui s’attaque aux sécessions yougoslaves du point de vue d’une démocrate serbe.

14 Voir la contributin de Victor Karády, “Problèmes ethniques et communautés particularistes sous le ‘socialisme réel’. Juifs, Allemands et Tsiganes en Hongrie depuis 1945,” dans ce volume, pp. 145-165.

15 Voir la contribution de Béla Borsi-Kálmán, “Bref apreçu de l’histoire des frustrations des Roumains de Transylvanie,” dans ce volume, pp. 135-144.

16 Voir la contribution d’André Reszler, “Une longue souffrance improductive : essai sur les minorités hongroises,” dans ce volume, pp. 123-134.

17 Voir la contribution de Guy Héraud, “Nationalismes comblés et nationalismes frustrés : Pour un traitement équitable de toutes les nations,” dans ce volume, pp. 187-194.

18 Voir la contribution de Alessandro Pizzorusso, “A la Recherche d’un droit commun pour la tutelle des groupes minoritaires,” dans ce volume, pp. 175-186.

Auteur

André Liebich est professeur et responsable de la section histoire et politique à l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales (Genève). Spécialiste de la pensée politique et des questions de l’Europe centrale et orientale, il a publié, entre autres, Between Ideology and Utopia : The Politics and Philosophy of Au-gust Cieszkowski (1979), Les Menchéviks en exil face à l’Urss (1982), et Le libéralisme classique (1985).

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search