Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Une coexistence impossible ?

Problèmes ethniques et communautés particularistes sous le “socialisme réel”. Juifs, allemands et Tsiganes en Hongrie depuis 1945

Victor Karády

Texte intégral

Préalables historiques

1La Hongrie est la seule formation sociale de l’Europe moderne et contemporaine dont l’élite politique, la noblesse, peut certes se prévaloir d’une grande homogénéité culturelle (puisque ses éléments d’origine slave ou germanique, si nombreux qu’ils fussent à certaines époques, se sont progressivement assimilés à la gentry magyare) sans pour autant représenter autre chose qu’un groupe ethnique minoritaire dans le pays. En 1842, sur une population de près de 13 millions, il n’y avait que 4,8 millions (soit guère plus de 37 %) de souche magyare. Ce n’était qu’à l’issue d’un long processus d’assimilation plus ou moins forcée qu’au tournant su siècle, la part des hongrois (définis par la première langue d’usage déclarée aux recensements) dépassa la moitié des habitants (avec 54,4 % du total en 1910). Il ressort de ces données que tout au long de la construction de l’État-nation l’acculturation linguistique des allogènes ou tout au moins la captation de leur loyauté politique demeuraient une préoccupation majeure pour l’élite dominante.

2Or, pour résumer un développement complexe, de longue durée et marqué par divers péripéties et rebondissements, on peut avancer deux constatations. La politique d’assimilation, malgré ses résultats parfois spectaculaires - surtout dans les agrégats qui participaient à la formation des nouvelles classes moyennes cultivées - doit être globalement considérée comme un semi-échec. Parmi les allogènes, seules la majorité des Juifs ainsi que certaines fractions des populations allemandes (Zipsers luthériens du nord-est, “souabes” catholiques des villes) et slovaques (avant tout des citadins) ont participé massivement au mouvement. Le gros des autres minorités (tels les Roumains, les Serbes, les Croates, les Saxons de Transylvanie, les Ruthènes, etc.) restaient réticents ou opposaient une résistance efficace à la magyarisation. En second lieu, la carte ethnique du pays ne s’est pas modifiée radicalement sous l’effet de l’assimilation. Les Hongrois de souche et assimilés continuaient à remplir les régions centrales (la Plaine Centrale, la Transdanubie et les comitats orientaux de la Transylvanie) de ce qui fut, avant 1918, l’Empire hongrois.

3Cette situation explique largement les transformations induites par le Traité de Trianon. La Hongrie de l’entre-deux-guerres, tronquée de deux-tiers de ses territoires d’antan, conservait seulement le centre du Bassin des Carpates peuplé surtout de Magyars de souche. Les minorités auto-déclarées ne représentaient plus que 10 % de la population (dont 6,7 % d’Allemands et 2,1 % de Slovaques). Dans ces dernières le bilinguisme est d’ores et déjà généralisé dans les générations montantes et la part des Juifs s’avère minime. Même l’orthodoxie, scolarisée depuis longtemps dans des écoles juives ou étatiques exclusivement hongroises, pratique le hongrois au titre de langue maternelle.

4Pourtant, le pays connaîtra après 1919 deux types de conflits à caractère ethnique - mettant en cause les Juifs et les Allemands -qui s’aggraveront à l’approche de la Deuxième Guerre Mondiale.

5Le cours antisémite, que les gouvernements du premier après-guerre épousent à la suite des révolutions de 1918-1919, est relativement bien décrit par l’historiographie. Dès l’effondrement de la République des Soviets en août 1919, l’anti-judaïsme radical, proscrit du discours officiel sous le régime libéral, prend figure d’idéologie de ralliement pour la nouvelle élite contre-révolutionnaire. Celle-ci s’objectivera d’abord par les agissements sanglants des commandos blancs (dirigés en principe contre les responsables de l’aventure communiste mais frappant indistinctement des Juifs), puis dès 1920 par le vote de la loi de numerus clausus universitaire, visant la limitation draconienne de la sur-scolarisation et de l’entrée des Juifs dans les professions intellectuelles. Après la pause due au gouvernement Bethlen (1921-1931), on assiste en Hongrie comme ailleurs à la montée du fascisme dans les années 1930. Elle conduit aux lois scélérates antijuives depuis 1938, aux premières persécutions encore non-systématiques pendant la guerre, enfin à la Shoah, consécutive à l’occupation du pays par l’allié hitlérien (à partir de mars 1944).

6Si l’on veut comprendre le caractère particulier de ces événements tragiques en Hongrie, il faut insister sur le fait que le retournement de 1919 marque une rupture fondamentale dans l’histoire sociale et politique du pays. Pendant tout le xixe siècle chaque fois que les Juifs étaient collectivement menacés, l’élite et les autorités, ainsi que la classe intellectuelle, se trouvaient résolument à leur côté. On peut dire que le projet libéral de modernisation du pays comportait un contrat social de partenariat entre les Juifs et l’élite politique. Il n’y avait eu d’ailleurs qu’une seule grave crise d’antisémitisme pendant toute la période de formation de l’État-nation. L’occasion en fut donnée par le procès de Tiszaeszlár (1882-83) - sur fond d’accusation de meurtre rituel - qui aboutit à l’acquittement des victimes. Le gouvernement libéral fit donner la troupe contre les émeutiers et défendit efficacement les Juifs contre le “parti antisémite”. Celui-ci ne connut d’ailleurs qu’une fortune éphémère (de 1875 à 1887 environ).

7La situation de l’entre-deux-guerres constitue donc une nouvelle donne dans l’échiquier idéologique du pays. Si les gouvernements conservateurs maintiennent l’état de droit jusqu’aux lois répressives mêmes (qui, elles, à la manière de Vichy, rompent avec toutes les traditions juridiques locales), l’hystérie antisémite se répand dans la presse et dans le parlement, la politique d’assimilation est formellement suspendue à l’égard des Juifs (qui ne sont plus guère autorisés, par exemple, à prendre un nom hongrois), et diverses formes de discrimination minimisent désormais leur espérance de mobilité sociale. Plusieurs partis de type national-socialiste montent à l’assaut du pouvoir dans les années 1930 pour obtenir un total de 50 mandats sur 260 aux élections de 1939 et devenir la principale force d’opposition politique. Cette pression droitière sert de prétexte à l’alourdissement de la législation antisémite qui, jusqu’aux déportations, peut pourtant apparaître à la fois dans la propagande gouvernementale et, pour beaucoup des intéressés, comme “un moindre mal”.

8Cependant, malgré toute l’ambiguïté réelle de la politique officielle pendant la guerre (qui protège les juifs nationaux dans le pays tout en livrant aux Allemands les “apatrides” et envoyant beaucoup de jeunes Juifs au titre de travailleurs de force sur les champs de mines du front oriental), le bilan de la Shoah à la hongroise sera épouvantable. Les déportations dans des camps de la mort sont réalisées par la gendarmerie nationale. Elles concernent la totalité des Juifs de province. Ceux de Budapest sont décimés par les bandes armées de Croix-Fléchées à la faveur de leur prise de pouvoir dans les derniers mois de la guerre. Sur une population de confession israélite de 401.000 en 1941 le dénombrement partiel de 1946 n’en comptera que 143.000. (Il s’agit d’une comparaison imprécise, qui ne prend pas en compte les convertis, le déficit des naissances, la mortalité “naturelle”, les réfugiés arrivés en Hongrie et les personnes déplacées demeurant à l’étranger après la libération des camps).

9Le conflit surgi au sujet des Allemands ne revêtira pas, évidemment, une dimension d’un tragique comparable. Pourtant, un moment, il menace d’éclatement le consensus séculaire relatif à la définition de l’appartenance nationale : l’identité “Hungarus” assortie d’une loyauté politique et du principe (au moins tacitement accepté sinon effectivement suivi) de l’assimilation culturelle des minorités allogènes (que la plupart des Germanophones ont vécues en tant qu’Ungarndeutsche) servait de base même à la conception de l’État national. Elle n’a jamais été mise en cause auparavant, du moins par les Allemands des régions centrales qui allaient former la Hongrie de Trianon. (Il n’en fut pas de même pour d’autres groupes germanophones, notamment des Saxons de Transylvanie).

10La nouvelle situation qui émerge dans le premier après-guerre est due à au moins trois facteurs inédits.

11Avant tout, pour la première fois, des traités internationaux impulsés par les grandes puissances reconnaissent explicitement les droits des minorités à une certaine autonomie. Cela revient à poser le principe du droit à la non assimilation, dont les mouvements des Germanophones feront leur cheval de bataille dès les négociations du traité de paix. On crée, entre 1919 et 1922 un Ministère des minorités, présidé par un universitaire de souche allemande ; on autorise dès 1924 une association culturelle des Germanophones ; enfin, après bien des péripéties et sous pression de Hitler, on accepte en 1938 l’établissement du Volksbund d’inspiration ouvertement pangermanique et pronazi.

12L’intervention des gouvernements allemands successifs, depuis la République de Weimar, d’abord en faveur de certaines formes d’autonomie culturelle, puis, sous les national-socialistes, pour l’octroi d’une large liberté d’action politique des Allemands équivalant à un statut spécial de quasi-indépendance au sein de l’État hongrois, représente évidemment un fait radicalement nouveau. Ces concessions au grand allié hitlérien, longuement négociées (mais contestées par une importante fraction de la classe politique), ne sont pas étrangères à l’espoir (d’ailleurs dûment réalisé) d’obtenir la révision des frontières de Trianon avec l’aide allemande.

13Pourtant, troisièmement, l’irrédentisme hongrois engendre un véritable complexe de xénophobie, jadis absente ou faible dans la culture politique. S’inscrivant en droite ligne des ressentiments suscités par le démembrement territorial, cette xénophobie se dirige certes surtout vers l’extérieur, c’est-à-dire vers les États successeurs de l’Empire. Toutefois, à l’intérieur, elle contribue à renforcer la pression assimilationniste qui pèse sur les allogènes et qui s’autorise de la crainte que les “ennemis intérieurs” ne se multiplient. Sous ce rapport, le discours officiel rencontre l’opinion de larges secteurs de l’intelligentsia. Ainsi, même les idéologues de l’opposition populiste (un Dezsö Szabó ou un Gyula Illyés) développent des conceptions germanophobes teintées de considérations völkisch. L’obligation de magyariser les noms de famille des fonctionnaires d’origine allogène devient une règle dans les années 1930. En 1933 il y a quelques 5.500 changements de noms allemands et en 1934 un multiple de ce chiffre (soit la majorité des 80.000 magyarisations enregistrées). Une propagande officielle implicitement germanophobe fait jusqu’aux années de guerre bon ménage dans la classe politique avec des professions de foi tactiques en faveur de l’alliance avec le Reich.

14Le conflit se développe aussi au sein de la communauté germanophone dont une partie, probablement minoritaire, embrasse (tandis que le reste le refuse) le nazisme et ses idéaux expansionnistes dans un espace à germaniser. Si la conjoncture divise l’opinion publique des germanophones, elle est favorable à l’affirmation de l’identité d’origine. Sur les 477.000 Germanophones que compte la Hongrie de Trianon, 64 % optent pour la nationalité ethnique d’origine au recensement de 1941, le premier où une telle question ait été posée. Dans l’ensemble du pays d’alors, y compris les territoires provisoirement récupérés sous le dictat de Hitler, il y en avait beaucoup plus, soit 75 % sur 720.000 - une preuve que le processus d’assimilation volontariste fut manifestement bien plus avancé dans les régions ethniquement hongroises qu’ailleurs. Sur cette masse en 1940 le Volksbund n’encadre, avec 70.000 membres, qu’environ 24.000 familles et garde sous son influence entre 150.000 et 200.000 personnes. Les dissensions politiques s’exacerbent pendant la guerre. D’un côté le Volksbund se militarise et parvient sur le tard à recruter pour la Wehrmacht (Division Hunyadi). De l’autre, ses contestataires fondent l’important “Mouvement de fidélité à la patrie hongroise”, renforcé par l’activisme anti-nazi d’une partie du clergé catholique et luthérien qui entend ainsi lutter contre le “nouveau paganisme”.

15Comparativement aux dimensions de ces conflits à caractère ethnique, les autres minorités allogènes de la Hongrie d’ancien régime ne posent guère de problèmes politiques majeurs. Les Slaves sont par trop dispersés tandis que les Tsiganes, presque exclusivement implantés en marge de la paysannerie traditionnelle, font figure d’un groupe de parias bien contrôlés sinon policés ou intégrés dans les communautés rurales.

Les questions éthniques dans l’immédiat après-guerre

16Le nouveau régime hérite donc d’un double contentieux majeur touchant aux Juifs et aux Allemands. Les premiers sont à deux-tiers tombés victimes de l’appareil d’extermination nazi avec la complicité agissante ou tacite des autorités hongroises. Les seconds, eux aussi complices ou (d’une autre manière) victimes de l’ancien régime finissant, sont d’autant plus facilement érigés en bouc émissaire collectif, que cela permet d’alléger les responsabilités nationales pour les crimes et fautes commis. A cela s’ajoute le problème des réfugiés et des expulsés ainsi que ceux concernant les Hongrois de souche réduits parfois à l’état d’otage et souvent exposés aux représailles des nouvelles autorités dans les territoires regagnés avant la guerre puis reperdus au profit de la Yougoslavie, la Roumanie et la Tchécoslovaquie. Les Tsiganes, ayant été parfois également victimes des persécutions nazi, grossissent notablement les rangs des déracinés d’allégeance hongroise qui se replient dans la Petite Hongrie.

17C’est le traitement de la “question allemande” qui a donné lieu aux actions les plus spectaculaires. Sous le signe de la rétorsion, justifiée par une sorte de culpabilité collective qu’on attribue aux populations germanophones, la puissance occupante procède par endroits à l’envoi aux travaux forcés des adultes valides (une mesure qu’elle applique aussi, mais peut-être moins systématiquement, à d’autres groupes), tandis que les nouvelles autorités hongroises organisent l’expatriation en Allemagne de larges fractions des autres Allemands de souche.

18Cette politique d’exception n’a eu qu’un seul précédent historique dans la déportation des Juifs dans le passé immédiat (qui fut réalisée, sans nul doute, dans des conditions autrement plus inhumaines). Elle s’appuie sur deux considérations, l’une juridique, l’autre pratique. Dans l’article XIII des Accords de Potsdam du 2 août 1945, les Alliés reconnaissent aux États concernés le droit d’expulser leurs Germanophones selon le principe de la responsabilité collective (que tous - notamment les Américains, n’admettent pourtant pas). De la sorte, le Comité de Contrôle allié en Hongrie envisage d’abord 200.000, ensuite 500.000 départs forcés en Allemagne, laissant en cette madère une liberté d’action à peu près entière eu Gouvernement hongrois. Celui-ci agit avec d’autant plus de rapidité qu’il est pressé par le besoin. Les habitations des Allemands expatriés doivent servir aux réfugiés, expulsés et autres victimes de souche hongroise des “échanges de populations” qu’imposent certains pays voisins, sans parler des privilégiés du nouveau régime qui ne manquent souvent pas de convoiter les maisons bien entretenues des “Souabes”. Parmi les arguments justificateurs, la culpabilité collective et la recommandation des Alliés côtoient dès l’abord le souci, ignominieux, de récupérer des logements.

19De fait, l’éloignement contraint touche moins de personnes que prévu. Les estimations varient entre 136.000 et 200.000, chiffres en tout état de cause énormes. En Transdanubie, pour laquelle les données semblent plus précises, on compte 64.000 expulsés, soit plus de la moitié des Germanophones recensés en 1941. Les départs se font dans une ambiance empoisonnée par l’agitation anti-allemande d’inspiration nationaliste-populiste du Parti Communiste et du Parti Paysan, alors que les socio-démocrates et les petits-propriétaires - partenaires plus modérés de la coalition gouvernementale - prennent en vain la défense des Allemands innocents pour limiter la violence à laquelle ils sont exposés. Ils sont rejoints par l’Eglise par la voix du Cardinal Mindszenty.

20Les expulsions se font en effet dans des conditions désastreuses. Y sont contraint en principe les anciens du Volksbund, ceux qui ont germanisé leur nom pendant la guerre ou collaboré avec les Nazis. En réalité on expatrie des masses de gens sans discrimination et souvent sur dénonciations fallacieuses dans de rafles qui rappellent les pires moments de l’ancien régime défunt. Certains rescapés se voient confisquer leurs terres ou exclus arbitrairement des listes électorales en 1947 dans plusieurs localités rurales.

21Cette entreprise se solde par un lourd passif pour le pays. Dans les registres démographique, économique et même socio-politique, il s’agit d’une perte sèche considérable qui ne se compare par son ampleur (sinon par son caractère scélérat) qu’au génocide des Juifs. Le nouvel État se sépare avec brutalité d’une des fractions les plus efficaces et mobiles de sa paysannerie propriétaire et de sa petite bourgeoisie artisanale et, plus généralement, d’une communauté fortement enracinée et porteuse de vieilles valeurs historiques “Hungarus” : l’idée d’un “rapatriement”, invoquée par les autorités, recouvre pour beaucoup des cas non seulement un déni de justice mais aussi un défi au bon sens, puisque les ancêtres des “Allemands” concernés sont établis dans le pays depuis deux siècles ou davantage.

22Quant à la politique à l’égard des Juifs rescapés des persécutions, elle ne pouvait débuter que sous le signe de la répression des crimes commis et de la restitution des biens spoliés. De fait, les premiers gouvernements de l’après-guerre abolissent tout le dispositif législatif anti-juif mis en place par l’ancien régime et reconnaissent à ses victimes leurs droits moraux à des compensations, sans pouvoir ou vouloir donner une quelconque suite pratique aux revendications des intéressés. Souvent même les logements confisqués ne sont pas restitués et le nouveau pouvoir repousse l’idée des indemnisations (sans en contester le principe), prétextant le manque des moyens économiques dans un pays ruiné dans la guerre. Même la répression judiciaire des crimes nazis se fait selon la règle : deux poids deux mesures. Si les principaux responsables sont dûment condamnés, les très nombreux “petits nazis”, considérés comme de simples “égarés” dans le mouvement totalitaire sont d’autant moins inquiétés qu’ils sont issus le plus souvent de la “petite bourgeoisie de service” (concierges, appariteurs, etc.) ou du Lumpenprolétariat. Ce sont les principaux secteurs sociaux qui ont montré une égale sensibilité à la démagogie populiste des Croix-Fléchées qu’à celle du parti communiste qui y recrutera ses adhérents les plus dociles, dès lors que, au printemps 1945, les dirigeants soviétiques décident la transformation de leur formation (réduite à quelques centaines de cadres) d’un “parti d’élite” en “parti des masses”.

23La “politique juive” des nouvelles autorités se place donc aux lendemains des persécutions déjà sous le signe de l’ambiguïté.

24D’un côté, sans beaucoup de nuances selon les partis de la coalition gouvernementale, on fait la surenchère des professions de foi antifascistes. On tolère aussi, et (pour ce qui est des partenaires plus modérés ou moins nationalistes de la coalition, tels les socio-démocrates) on encourage même les manifestations du nationalisme ou de la “dissimilation” juifs, récemment surgis en rupture avec le credo assimilationniste jadis obligé. Le sionisme militant, auparavant très minoritaire et combattu par les communautés israélites et qui devient désormais un pôle de ralliement de l’opinion juive, jouit d’une certaine compréhension sinon d’un appui officiel jusqu’à la prise de pouvoir communiste en 1949. Au fond c’est la première fois dans l’histoire moderne de la Hongrie qu’on accorde ainsi aux Juifs une réelle liberté pour les choix identitaires, allant pendant quelques temps jusqu’à la liberté d’émigrer en Palestine. De plus, un véritable consensus moral veut que s’amorce une discussion ouverte sur les “responsabilités pour le passé”, même si bien des intéressés institutionnels (telles les Eglises, à l’exception d’une fraction, elle aussi minoritaire, de la hiérarchie luthérienne) se refusent à la moindre autocritique historique. La presse cependant, relativement peu censurée pendant les années de la coalition (à condition sans doute de faire preuve “d’esprit démocratique”), ouvre largement les dossiers des camps, des complices hongrois du génocide et de la résistance au nazisme (d’ailleurs dûment surestimée dans cette conjoncture de revanche).

25De l’autre côté toutefois, de nouveaux mouvements antisémites apparaissent et font parfois l’objet de manipulations voire d’une exploitation politiques. Cette agitation s’inscrit pour partie en réaction au nouveau statut objectif qui revient aux Juifs rescapés. Non seulement certains sont retournés (“plus qu’il n’y en avait auparavant” disent les antisémites invétérés) et osent réclamer leurs biens au grand dam de leurs voisins indélicats, mais encore ils s’intègrent dans l’appareil du nouveau pouvoir en tant que juges, policiers, fonctionnaires haut placés dans des postes de confiance dont leurs coreligionnaires avaient été jusqu’alors exclus. Le Parti communiste et le Parti paysan (en raison peut-être de leur recrutement et parce qu’ils sont en mal de popularité à bon compte) dès l’abord rejettent les demandes de compensations. Un des idéologues pro-communistes en vue (Jozsef Darvas) proscrit dans un article remarqué l’idée de reconnaître la spécificité des souffrances subies par les Juifs puisque, dit-il, “tout le peuple travailleur a souffert sous l’ancien régime”. Certains dirigeants communistes et paysans recourent sans gêne à des arguments antisémites dans leurs campagnes conte les “profiteurs de la pénurie et de l’inflation” et autres “spéculateurs du marché noir”. On ne s’étonnera pas que, au printemps de l’année 1946, plusieurs “pogroms spontanés” éclatent et se soldent par des morts : c’est du presque jamais vu en Hongrie, tant le pays ignore dans ses traditions politiques les pratiques de violence collective en temps de paix. Les responsables, dûment identifiés comme proches du Parti communiste (notamment à Miskolc), ne seront jamais condamnés par les tribunaux. Indépendamment de ces excès, le pouvoir qui s’installe dans l’après-guerre et qui sera (ici comme ailleurs dans les régions occupées par l’Armée Rouge) de plus en plus dominé par les communistes, n’entreprend rien au-delà de gestes symboliques minimes pour faire partager par la société (à la manière des pays occidentaux libérés du joug nazi) l’immense deuil des Juifs. En cela la situation hongroise est dès l’abord marquée par la bolchévisation des mœurs. Les groupes particularistes ne sont pas considérés comme dignes d’égards publics, ces derniers revenant aux catégories plus ou moins fictives des “classes”, des “masses”, des “travailleurs” ou du “peuple”. Les exceptions à cette règle s’insèrent justement dans les références folkloriques au “peuple laborieux” que justifient les besoins d’une propagande d’inspiration toujours populiste.

26Un contentieux surgit dans l’après-guerre avec des États voisins aussi à propos d’autres minorités ethniques, dont les populations parentes en Transylvanie, en Slovaquie ou en Yougoslavie ont eu à pâtir du traitement que leur ont infligé les troupes d’occupation et l’administration hongroises pendant la guerre. Les autorités assistent impuissantes aux lynchages, assassinats, expropriations et autres exactions collectives qu’on commet à l’égard des Hongrois de souche au-delà des frontières du pays à nouveau rétréci. Des flots gonflés de réfugiés en résultent dans le pays, parfois “compensés” par l’émigration des membres des minorités allogènes dans le pays d’origine de leurs ancêtres. Les plus graves incidents émaillent les “échanges de populations” souvent réalisés avec une violence tout à fait arbitraire avec la Slovaquie, qui ont pourtant fait l’objet d’un accord entre les États. Pour les Tsiganes, population soumise et dépourvue d’alliances puissantes, le changement de régime n’apporte dans l’immédiat rien de neuf, sauf la fin de la menace que les Nazis ont fait peser (et parfois exécutée) sur ces Aryens non reconnus par les tenants de la supériorité raciale. La “question tsigane” ne se posera telle qu’on la connaît que des décennies plus tard, dans le sillage des migrations résidentielles et de la mobilité sociale “horizontale” (de la marginalité rurale au sous-prolétariat industriel) provoqué par le programme communiste d’industrialisation forcée.

La politique stalinienne et post-stalinienne concernant les allogènes

27“L’année tournant” communiste (1948) amène dans ce domaine aussi une transformation radicale. Le pouvoir totalitaire, une fois consolidé par l’établissement de l’hégémonie communiste avec la “fusion” contrainte des “partis ouvriers”, n’a pas les mêmes scrupules ou complexes que les gouvernements de coalition qui devaient gérer volens nolens le lourd héritage de l’ancien régime. Il impose une nouvelle donne dans la politique à l’égard des allogènes comme de toutes instances particularistes qui pourraient faire écran entre l’État et ses appareils superpuissants d’une part, les “masses” réduites en réalité aux individus soumis et atomisés, d’autre part. Sous le signe des “principes léninistes” - inlassablement évoqués - d’autonomie nationale et d’égalité des droits cette politique équivaut à des mesures d’assimilation forcée qui cachent cependant avec soin leur nom et leur finalité. L’heure est à toutes les dissimulations, aux discours de façade, à la langue de bois, qu’ils soient iréniques ou militants. Derrière le décor de propagande il n’y a que les faits souvent brutaux de la répression des groupes particularistes et du contrôle tatillon (généralement par voie de noyautage) de leurs institutions. Il convient de constater que cette pression assimilationniste de type stalinien ne s’est pas complètement relâchée avant la fin du régime socialiste, en dépit de l’assouplissement notable de ses aspects les plus rébarbatifs. On peut dire que l’apparence d’un retournement n’est intervenue qu’une fois le processus d’assimilation achevé et seulement pour les communautés protégées de l’étranger.

28Le traitement des Germanophones illustre au mieux les changements essentiellement tactiques d’une politique passant de tous les stades de l’intolérance à la tolérance, puis à une véritable promotion d’un allogénat qui n’a guère plus d’assises démographiques. On commence par réprimer les demandes particularistes, même les plus timides, pour arriver sur le tard à une situation où le pouvoir s’emploie à susciter cette demande, quitte à subjuguer en ce sens d’offres un groupe qui n’en peut mais...

29Bien que la répression proprement dite, que subissent les Germanophones à la suite de l’expulsion de leurs compagnons de destin, cesse vers 1950, un semblant de normalité ne se rétablit qu’à la faveur du “dégel” qui s’installe après la disparition du “grand guide des peuples”. Alors que pendant les années de plomb staliniennes, les institutions culturelles restent fermées et la scolarisation élémentaire en langue maternelle réduite à la portion congrue, le changement de climat s’exprime dès 1954 par l’autorisation d’un hebdomadaire en allemand. Entre 1955 et 1957 on laisse se recréer une association culturelle des Germanophones, un dispositif se met de nouveau en place pour la formation d’instituteurs, on reprend la publication de calendriers allemands, enfin la Radio Hongroise se met à diffuser des émissions en allemand à partir de son studio de Pécs. Par la suite, les Germanophones verront progressivement s’ouvrir devant eux les voies de l’émigration légale en Allemagne fédérale voire, pour d’anciens expulsés nostalgiques, les portes du retour, au titre de l’unification des familles favorisée par Bonn. Ceux qui restent feront l’objet de la sollicitude de plus en plus empressée des autorités hongroises au point que, dans les années 1980, il est possible de parler d’une politique de sauvegarde sinon de réanimation des rares survivances du particularisme germanique dans le pays.

30Rappelons que cette politique est d’autant plus aisée à mettre en œuvre que le poids de l’enjeu particulariste s’affaiblit en raison des progrès continus de l’assimilation “par le bas” (scolarité hongroise) et des mouvements migratoires de cette minorité dispersée. Si en 1960 50.700 des recensés se sont déclarés Germanophones, ils n’étaient que 35.500 en 1970 et 31.000 en 1980. Lors de ce dernier dénombrement toutefois, les autorités locales ont procédé à leur propre estimation des effectifs de souche allemande, soit 138.000 personnes au total. Ce chiffre, vraisemblable, représente à peine 1,3 % de la population nationale. Il n’est pas difficile de garantir à une telle minorité les biens (presque essentiellement symboliques) propres à la conservation de leur singularité. Dorénavant il est possible que l’offre scolaire en langue allemande dépasse la demande. La célébration des fêtes traditionnelles, même religieuses, est admise, voire officiellement soutenue. On accueille volontiers les fonds allemands pour l’entretien des lieux de culte, des cimetières ou des maisons de culture. L’historiographie hongroise, très censurée à cet égard aussi dans la première quinzaine d’années d’après-guerre, tend à s’occuper de façon équitable des problèmes relatifs aux Germanophones, y compris des expulsions. Ces dernières, pendant longtemps objets d’un véritable tabou public, restent pourtant un souvenir compromettant pour le régime.

31Sous tous ces rapports, la politique à l’égard des Germanophones s’inscrit dans le processus de “normalisation” du régime de Kádár et elle ne fait que reprendre les principes qui guident de plus en plus le traitement des autres minorités, essentiellement des Slaves tels les Slovaques, les Roumains ou les Serbo-croates. Leurs effectifs, dès l’abord minimes, s’amenuisent à vue d’œil avec l’urbanisation qui déracine en l’espace de trois décennies les trois quarts des populations rurales qui, jadis, constituaient dans certaines régions de véritables réserves de l’allogénat. De plus, le libéralisme que pratique le pouvoir à leur encontre n’est pas lesté du passif d’un contentieux historique aussi lourd que l’association réputée ou réelle des Germanophones avec les Nazis.

32Pourtant cette politique libérale ne cesse d’être tactique, relevant parfois du pur alibi. Pour ce qui est des Germanophones, il s’agit évidemment de s’assurer les bonnes grâces de l’Allemagne fédérale, qui devient au fil des années la principale créancière du régime de Kádár. Pour les autres allogènes, culturellement liés aux pays voisins qui abritent tous de fortes minorités hongroises, ce libéralisme aurait dû servir - directement et à peu de frais - de monnaie d’échange dans l’espoir (le plus souvent candide) de garantir un traitement comparable à ces dernières et dédouaner ainsi l’inaction gouvernementale en leur faveur. C’est en effet le moment où commence à prendre corps en Hongrie une opinion publique indépendante, souvent guidée par les intellectuels de la dissidence, qui pousse les autorités à défendre les Hongrois désavantagés ou franchement opprimés dans les “pays frères”, comme sous Ceaucescu ou Husak. De plus, pareil libéralisme pratiqué envers des groupes ethniques déjà peu homogènes et de faible poids démographique, sans revendications séparatistes ou politiques, permet au pouvoir essoufflé de se forger à bon compte une image “européenne”, en faisant ainsi de nécessité (et d’intérêts) vertu.

33Les Tsiganes représentent pourtant un cas d’espèce très à l’écart de cette politique apparemment réussie d’“intégration avec sauvegarde des différences”. La “question tsigane”, jadis latente et en fait jamais explicitement formulée, tant elle était considérée comme sans implications socio-politiques majeures, prend naissance après la première grande phase d’industrialisation réalisée dans les années 1950. Avant, les Tsiganes avaient vécu dans une sorte de symbiose imparfaite et souvent conflictuelle avec le monde rural. Ces conflits mêmes, surgis de la petite délinquance imputée aux Tsiganes, de leur ségrégation résidentielle à peu près complète, de la conservation d’une série de propriétés anthropologiques, etc. n’empêchaient pas une forme d’intégration sociale sinon de stabilité de ce groupe encore partiellement nomade. Le régime communiste leur impose une sédentarité que rendent précaire les conditions désastreuses d’habitat. Il les astreint en même temps aux travaux industriels, en tant qu’“armée de réserve” non qualifiée de “l’accumulation primitive du capital” de type stalinien. Cela comporte un degré sans précédent de déracinement résidentiel pour les hommes autant que pour les femmes, des migrations géographiques fréquentes, l’ébranlement des relations familiales et d’autres signes de démoralisation des communautés tsiganes. Depuis, pour des raisons qu’on ne saurait analyser dans ce cadre, les Tsiganes ne cessent de reproduire massivement une sorte de “sous-culture de pauvres” teintée de particularismes ethniques.

34Toutefois, l’émergence de cette sous-culture considérée comme propre à une “classe dangereuse” tient sans doute à des conditions qui dépassent largement la spécificité du groupe pour relever de l’évolution de toute la société post-stalinienne. La reformulation de la “question tsigane” dans le registre passionnel d’une grave menace sociale renvoie à une série de “contradictions sociales” nouvellement apparues dans les années 1960 et 1970. On les énumérera ici simplement faute de place.

35Le premier de ces facteurs ressortit à la démographie différentielle. Tandis que la dénatalité hongroise bat tous les records européens depuis les années 1960, les Tsiganes conservent des habitudes natalistes, source d’une croissance soutenue de leurs effectifs. Avec une estimation de l’ordre de 400.000 personnes vers 1970, ceux-ci représentent désormais la minorité ethnique de loin la plus nombreuse et toujours en forte expansion dans le pays. En même temps, il s’agit de la seule minorité qui réunit des singularités anthropologiques physiques et culturelles. Tels les Turcs, Beurs et autres “Noirs” de l’Europe développée, les Tsiganes focalisent un ensemble de phantasmes négatifs et d’appréhensions provoquant des comportements racistes dans une société de Blancs qui parvient ainsi à “naturaliser” la distance qui la sépare des Tsiganes dans l’espace socio-économique. Les différences du degré “d’embourgeoisement” et de chances objectives d’ascension sociale dans le socialisme de plus en plus “méritocratique” de Kàdàr confèrent une apparence de légitimité aux discriminations dont la majorité entoure ces existences de “mal rangées” résistant à l’assimilation. L’apparition massive des Tsiganes (peu adaptés au mode de vie urbain) sur les marchés citadins de travail et de logement bouleverse les rapports de cohabitation établis dans les villes qui n’ont jamais connu auparavant un tel afflux de sous-prolétaires allogènes. Enfin, les mesures timidement protectionnistes et assimilationnistes du régime sur le plan de l’habitat et de la scolarisation engendrent dans la majorité la conviction de payer pour des investissements non rentables et à fonds perdus. Celui-ci ne fait que renforcer une hystérie anti-tsigane d’autant moins contrôlée ou contrôlable qu’elle est partagée par une partie de l’appareil d’assistance et d’encadrement social. Un nouveau dispositif de surveillance, de suspicion et de répression -auquel le surcroît statistique de la délinquance due aux Tsiganes (phénomène habituel dans un sous-prolétariat insuffisamment intégré) fournit une justification bienvenue - tendent ainsi à se substituer aux mesures compensatoires des handicaps dont pâtissent les Tsiganes. Ce conflit larvé risque de dégénérer et donner lieu à des crises aiguës qui pourraient s’avérer les plus graves qui menacent la Hongrie contemporaine.

La « question juive » dans le socialisme réel

36La politique des régimes stalinien et post-stalinien à l’égard des Juifs ne pouvait reprendre que très partiellement les principes du traitement des autres allogènes pour au moins deux raisons.

37Tout d’abord, il y a toujours eu une divergence historique importante entre l’auto-définition des Juifs et leur définition sociale, ce qui n’était guère le cas des autres allogènes. Dès la mise en œuvre du contrat social assimilationniste au xixe siècle, on tend pourtant de part et d’autre à confessionnaliser le fait juif. Depuis l’émancipation (1867) et surtout la “réception” du culte israélite au sein des religions protégées (1895) les Juifs ne se conçoivent pas et ne sont plus officiellement considérés comme des allogènes mais comme des “Magyars de confession mosaïque”. Dès lors et jusqu’à la montée concomitante du sionisme et du fascisme dans les années 1940, le canon dominant de l’auto-définition collective exclut toute référence à une quelconque altérité ethnique. Les progrès effectifs de l’assimilation culturelle, la loyauté nationale manifestée dans la Première Guerre et par la suite (y compris dans les territoires détachés), la multiplication des indices d’intégration sociale (tels les mariages judéo-chrétiens, en croissance constante jusqu’en 1938), etc. fournissent autant de preuves qu’il ne s’est pas agi d’une pure illusion collective. Néanmoins, pour ce qui est de la définition sociale, le fascisme rompt avec l’usage séculaire pour réduire les Juifs à des parias radicalement (et racialement) autres, inassimilables et indignes d’intégration. Ce que les antisémites de l’ancien régime ont proclamé par la négative, les sionistes ont tenté de réaliser positivement grâce à l’affirmation de l’identité spécifique du peuple juif. Mais pareille démarche volontariste n’annule ni ne contredit nullement les acquis de l’assimilation de fait, du moins en Hongrie. Ici l’entreprise sioniste de “dissimilation” est un dépassement de l’assimilation au sens où elle se situe au-delà, à l’inverse de ce qui se passe pour les “vrais” allogènes (comme les Germanophones) qui en restent encore généralement en-deçà de l’état d’assimilés (même sur le plan linguistique).

38La deuxième cause de spécificité du statut social qui revient aux Juifs après la Shoah, comparés aux autres allogènes, s’inscrit dans la signification politique même des persécutions subies. Celles-ci leur confèrent une propriété collective - véritable capital social - à titre d’antifascistes éprouvés qui est assortie des chances et des motivations plus fortes pour réussir une reconversion dans des emplois de cadre de l’appareil étatique renouvelé. Les Juifs investissent donc dans le régime communiste une espérance de carrière supérieure aux autres de même que l’espoir d’une société ignorant toute discrimination. Pour eux plus qu’à quiconque la promesse socialiste fait fonction d’idéologie de salut.

39Ces deux données de base permettent d’esquisser les principales contradictions qui marquent le rapport des Juifs avec le régime communiste.

40On a vu plus haut l’importance que le sionisme a prise dans la définition de l’identité chez les rescapés de la Shoah. Le projet sioniste se fonde sur l’idée du développement séparé du peuple juif - que ce soit au foyer national en Palestine ou dans la diaspora. Dès lors, au titre de nationalisme séparatiste il tombe sous le coup de la répression qui se déclenche avec l’arrivée des communistes au pouvoir contre les organisations et groupements porteurs de valeurs particularistes. Les premières mesures d’étouffement sont prises contre le mouvement dans le cadre de la campagne antisioniste lancée (sans doute à son corps défendant) par Ilya Ehrenburg dans la Pravda à l’automne 1948. On interdit l’enseignement de l’hébreu et les relations avec “l’ennemi sioniste à l’extérieur”, “complice des impérialistes”. Des procès sont fabriqués contre d’anciens responsables sionistes et les arrestations arbitraires, internements sans jugement se multiplient depuis 1949, année au début de laquelle l’Association sioniste dut s’auto-dissoudre sous la contrainte. Toutefois la répression anti-sioniste ne dégénère pas en Hongrie en agitation publique explicitement anti-juive, comme en Tchécoslovaquie (lors du procès Slansky) ou en Pologne à chacune des crises du régime. La raison en est peut-être que la part des cadres d’origine juive n’a été nulle part aussi décisive qu’en Hongrie, où ils fournissent l’essentiel de la haute nomenklatura politique (le fameux quarteron des chefs suprêmes du parti) et la nomenklatura policière.

41Au-delà de la répression du sionisme un véritable tabou est dorénavant imposé sur le fait juif en général. Même le thème de la Shoah partage le sort des sujets sur lesquels la presse et les médias font une impasse systématique, à l’exception de quelques rares commémorations officiellement organisées. Si l’on publie annuellement - d’après une bibliographie représentative de cette littérature - 200 à 300 articles et livres sur l’histoire récente des Juifs hongrois de 1945 à 1948, ce chiffre descend dans les années 1949-1954 en-dessous de 5... Les manuels scolaires ne parlent que de “victimes innocentes du fascisme” ou de la “persécution des antifascistes”, sans évoquer les lois racistes et les déportations. Le tabou s’installe dans les familles des cadres d’origine juive aussi. De nombreux témoignages récemment recueillis parmi les descendants de ce milieu attestent qu’il y était de règle d’enseigner aux enfants qu’ils “n’avaient pas de religion, puisqu’ils étaient communistes”. Cette politique du silence obligatoire se relâche progressivement à partir du dégel de 1955-56 mais ses séquelles feront sentir leurs effets dans la vie publique jusqu’à la fin du régime communiste.

42Quant à la communauté juive dans son ensemble, on peut dire qu’elle est une des principales bénéficiaires et victimes à la fois du régime.

43Après des décennies de frustrations professionnelles, les survivants peuvent profiter des postes de confiance de la bureaucratie politique dont ils avaient toujours été exclus auparavant. L’exigence d’une revanche et le “capital politique” dont leur passé d’antifascistes avérés les dote les font accéder aux positions de pouvoir. En raison de leurs espérances proprement messianiques et du fait qu’ils devaient effectivement leur survie au changement de régime, ils y investissent probablement plus de zèle, de foi et de fidélité que les autres membres “reconvertis” au communisme des anciennes classes moyennes. De même, leurs compétences sociales propres aux groupes qui avaient toujours dû s’affirmer dans des marchés concurrentiels (sans parler de leur sur-scolarisation) les prédisposent à une réussite supérieure, comparativement aux nouveaux-venus dans la gestion des affaires publiques, notamment à ceux d’origine populaire que le régime a fait sortir du rang.

44Pourtant, en même temps - et cela touche parfois les mêmes familles, voire les mêmes individus - les Juifs figurent collectivement parmi les grands sacrifiés du régime communiste. Ayant été la communauté la plus “bourgeoise” de la société hongroise, c’est eux que vise le plus souvent et le plus brutalement la “lutte contre les restes de l’ancien régime”. Dès les années de la reconstruction, les commerçants et entrepreneurs juifs sont parmi les principales cibles des campagnes contre les “fauteurs de la vie chère” et autres “accapareurs”. Après le tournant communiste, leurs biens investis (parfois même leurs logements) sont saisis dans le cadre des nationalisations et expropriations. Ils subissent de plein fouet les mesures de déclassement dirigées contre les anciennes professions libérales et classes moyennes indépendantes. Locataires habituels de vastes appartements centre-urbains, leurs éléments les plus “bourgeois” sont bien plus fréquemment que d’autres exposés aux mesures massives d’assignation à résidence à la campagne pendant les années staliniennes les plus dures (1950-1953). La communauté de culte israélite elle-même n’est pas à l’abri de l’intervention brutale de l’État communiste. L’autonomie de ses organisations est abolie et sa direction noyautée par des “rabbins de paix” crypto-communistes. Les trois réseaux communautaires (orthodoxe, réformé et statu quo anté), jadis indépendants, sont arbitrairement réunis en un seul, étroitement surveillé. Les relations avec le judaïsme occidental et surtout avec Israël sont soit franchement interdites, soit sévèrement contrôlées. (En 1979 encore la directrice du musée juif de Budapest n’a pas hésité à affirmer devant l’auteur de ces lignes : “Avec ce pays - Israël - nous n’entretenons aucun rapport”.) Il arrive même aux cadres juifs d’essuyer les contre-coups du “combat contre les éléments bourgeois” ou “contre l’ennemi intérieur”. Dès 1949 on limite l’accès des jeunes “d’origine bourgeoise” (c’est-à-dire juifs) aux écoles du parti. Le procès Rajk, dont plusieurs victimes sont des cadres juifs, n’est pas exempt des relents d’antisémitisme. Staline meurt à temps pour que s’arrête la préparation des procès contre les médecins juifs (des “assassins en blouse blanche”) qui se poursuit sur le modèle de Léningrad en Hongrie aussi début 1953.

45Les conséquences de cette dualité de la situation faite aux Juifs s’expriment au moins sur quatre plans relevant des comportements collectifs, ce qui distingue fortement la communauté juive des groupes allogènes.

46Tout d’abord la communauté juive est le plus grand perdant démographique des années communistes par suite d’un surcroît d’émigration qui le décime pour réduire ses effectifs de moitié environ en deux mouvements successifs. Aucun autre agrégat allogène n’a subi pareille perte, les Germanophones mis à part. Dans les années 1946-50 quelques 25.000 à 30.000 sorties tantôt légales, tantôt (sur le tard) clandestines sont enregistrées vers l’Occident et la Palestine. Dans la vague d’émigration de 1956-1957, les Juifs sont également sur-représentés avec peut-être autant de départs que précédemment. Au terme de la période il ne doit guère rester plus de 80.000 à 100.000 personnes d’origine juive dans le pays. Notons toutefois que ce reliquat représente toujours la proportion de loin la plus élevée de Juifs survivant à la Shoah dans un pays socialiste et demeurant sur place (à l’exception de la Russie soviétique d’où l’émigration n’a jamais été possible qu’au compte-gouttes).

47Deuxièmement c’est la communauté où s’est recrutée une proportion exceptionnellement élevée des cadres communistes, sans qu’elle atteigne à aucun moment une majorité dans une quelconque sphère du pouvoir ou que le fait d’embrasser le communisme ait représenté une conduite majoritaire au sein de l’agrégat. Si le “cadre juif devient une figure typique de l’appareil stalinien, surtout dans certains secteurs considérés comme “politiquement sensibles” (la presse, l’économie, l’université ou l’encadrement de la police politique) - au point que l’image publique du régime se mue rapidement en un “pouvoir juif” -, les déclassés, internés, interdits professionnels sont également légion et divisent souvent les familles entre profiteurs ou “adhérents” et victimes ou laissés-pour compte du communisme. Au-delà de pareilles divisions, il va de soi que les Juifs entretiennent pourtant, dans leur ensemble, une relation différente avec le régime - auquel ils doivent leur libération, que le reste de la société hongroise. Ce sur-investissement affectif du communisme subsiste souvent même chez les victimes objectives du régime et aboutit à des appréciations fondamentalement différentes de l’histoire récente, opposant Juifs et non-Juifs.

48Mais pareil sur-investissement permet d’expliquer également les raisons pour lesquelles les cadres juifs (et, sous Kàdàr, leurs descendants) se retrouvent en un surnombre impressionnant parmi les contestataires du régime communiste. Souvent déçus dans leurs espoirs, beaucoup d’entre eux se retournent conte leurs anciennes idoles. Dès 1953, certains intellectuels issus de ce milieu se groupent autour d’Imre Nagy, participent à la préparation du processus de dégel qui conduira à la Révolution de 1956, en seront les porte-drapeau et resteront fortement sur-représentés parmi les victimes et parmi l’émigration politique qui s’ensuit. C’est peut-être à leur présence massive dans les rangs des révoltés de 1956 que la Révolution doit son caractère de front populaire et que, après des années de règne réputé “juif”, les turbulences révolutionnaires ne comportent aucun excès significatif qui fût dirigé contre les Juifs en tant que tels. Il en va de même pour la formation d’une nouvelle dissidence anti-communiste à partir des années 1970. Ses chefs de file sont presque tous des intellectuels juifs notoires qui réunissent autour d’eux dans un front populaire nouvelle manière les membres de la génération montante des rebelles à l’oppression “normalisée” du “socialisme du goulash”, pour qui les origines ethniques ou confessionnelles jouent encore moins de rôle que pour leurs aînés.

49Enfin, quatrièmement, c’est la communauté juive qui devait traverser, pendant la période communiste, les pires crises d’identité. Tous les choix identitaires ouverts depuis la Libération sont porteurs de graves ambiguïtés et de lourdes contradictions. L’option communiste est, on l’a vu, assortie du tabou de la judaïté, sans parler du fait que l’antisémitisme officiellement avalisé, voire manipulé dans certains “pays frères” (en Russie, en Pologne, en Tchécoslovaquie) laisse subsister des doutes sur sa valeur en tant qu’“idéologie de salut”. Le sionisme, sans traditions en Hongrie, ne peut représenter qu’un choix forcé sous l’effet du traumatisme de la Shoah. La plupart des émigrés du communisme parent d’ailleurs dans les pays occidentaux et non pas en Israël. Le confessionnalisme et l’orthodoxie sont en butte à l’athéisme militant du régime dont la politique d’intolérance religieuse est d’ailleurs souvent l’œuvre directe des cadres d’origine juive... Rien ne prouve mieux la difficulté de ces choix et le désarroi identitaire auquel ils aboutissent, que l’hésitation constante des intéressés pour les adopter. Chaque option apparaît somme surdéterminée par des contraintes et de la sorte réversible selon les circonstances. Des sionistes notoires “entrent en communisme” pour éventuellement émigrer par la suite ou figurer dans la dissidence sous Kádár. Il arrive à des membres haut placés de la nomenklatura (tel Mihály Farkas, troisième homme de l’appareil stalinien) de retourner à la fin de ses jours à l’orthodoxie religieuse. L’attitude assimilationniste classique se heurte toujours à un antisémitisme ambiant qui tire désormais sa légitimité populaire du caractère toujours réputé “juif” du pouvoir.

50En somme, le communisme “libérateur”, qui s’affiche comme la réalisation des valeurs universelles de l’égalité et de la fraternité entre les peuples, n’a rien fait pour diminuer le fardeau de l’identité juive dont l’inscription dans le champ social n’est pas moins ressentie comme problématique aujourd’hui que jadis. Les Juifs hongrois ont dû payer les petits profits tirés du communisme au prix fort du sentiment constant d’être menacés et, dorénavant, des incertitudes qui semblent peser, pour beaucoup, sur leur destin dans la société post-totalitaire.

Conclusions

51L’histoire sociale de la Hongrie d’après 1945 a singularisé trois grands contentieux liés à l’ethnicité ou à l’identité collective particulariste. Il s’agit des problèmes touchant aux Germanophones, aux Tsiganes et aux Juifs.

52La “question allemande”, un moment extrêmement douloureux par suite de l’expatriation d’un important contingent d’Allemands de souche, paraît être définitivement résolue.

53Les Tsiganes, principale minorité à caractère ethnique du pays, continuent à poser de redoutables problèmes sociaux en tant que masses de sous-prolétaires mal adaptées au processus de modernisation et comme principales victimes du chômage que provoque l’effondrement de l’économie collectiviste.

54Le problème des Juifs est plus complexe. Au sortir du communisme, non seulement ils doivent affronter les manifestations d’un antisémitisme populaire et politique pendant longtemps retenu dans le “frigidaire totalitaire”, mais encore gérer des choix identitaires récemment libérés des contraintes qu’a fait peser l’hypothèque communiste. Sous ce rapport, le champ des possibles est probablement plus ouvert que jamais dans l’histoire contemporaine.

Bibliographie

Istvan Bibo, Misère des petits États d’Europe de l’Est (Paris : L’Harmattan), 1986 (“Domaines Danubiens”).

Randolph L. Braham, The Politics of Genocide. The Holocaust in Hungary (New York : Columbia University Press, 1981), (2 vol.

István Fehér, A bonyádi hüségmozgalom történetéhez (De l’histoire du mouvement de fidélité à la patrie de Bonyhád) (Budapest : Akadémiai, 1983).

Istvàn Fehér, A magyarországi németek kitelepitése, 1945-1950 (L’expatriation des Allemands de Hongrie, 1945-1950) (Budapest : Akadémiai), 1988.

Peter Rende, (éd.), Zsidóság az 1945 utáni Magyarországon (Juifs dans la Hongrie d’après 1945) (Paris : Cahiers hongrois, 1984).

Victor Karády, “Egyenlötlen elmagyarosodás, vagy hogyan vált Magyarország magyarnyelvü országgá” (L’assimilation linguistique inégale ou comment la Hongrie est devenue un pays de langue hongroise), Századvég, 1990, 2 pp., 5-37

Victor Karády, István Kemény, “Antisémitisme universitaire et concurrence de classe, la loi de numerus clausus en Hongrie entre les deux guerres” Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 34, septembre 1980, 67-96.

Victor Karády, “Some Social Aspects of Jewish Assimilation in Socialist Hungary, 1945-1956” in Randolph L. Braham (éd.), The Tragedy of Hungarian Jewry. Essays, Documents, Dépositions (New York: Columbia University Press (Distributor), 1986), pp. 73-131.

Miklos Szabo, Politikai kultúra Magyarországon, 1896-1986 (Culture politique en Hongrie, 1896-1986) (Budapest : Medvetánc, 1989).

Gyula Szekfü, Három nemzedék, és ami utána következik (Les trois générations, et ce qui s’ensuit) (Budapest, 1934). (Nouvelle édition, Budapest, 1989).

Loránt Tilkovszky, Hét évtized a magyarországi németek történetéböl, 1919-1989 (Sept décennies de l’histoire des Allemands de Hongrie) (Budapest : Kossuth, 1989).

György Zielbauer, A magyarországi németség történetéböl (1945-1949) (De l’histoire des Germanophones de Hongrie, 1945-1949) (Budapest : Akadémiai, 1989).

Hét évtized a hazai zsidóság életében (Sept décennies dans la vie des juifs du pays) (Budapest : MTA Filózofiai Intézet, 1990).

Auteur

Victor Karády est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et chargé de conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris) pur-suit, depuis son installation en France, des recherches de sociologie historique. Ses principaux travaux portent, entre autres, sur la sélection des élites aux xixe et xxe siècles en France et en Europe centrale et sur le processus d’embourgeoisement et d’assimilation ethnique en Hongrie à l’époque contemporaine.

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search