Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Une coexistence impossible ?

Bref aperçu de l’histoire des frustrations des roumains de Transylvanie

Béla Borsi-Kálmán

Texte intégral

  • 1 Une version abrégée de ce texte va bientôt paraître chez les Editions Atlantic Research and Public (...)
  • 2 Idealuri nationale ale Nemtilor, Slavilor, Ungurilor si Românilor [l860] de Alesandro Papiu Ilaria
  • 3 Revista Carpatiloru, Ianuarie 1. (tome III). Anul. II 1801, signé “Anonimu”
  • 4 Revista pentru istorie, archeologie si filosofie, Anul I. vol. I, Bucuresti 1883 signé A. Papiu-Il (...)
  • 5 Alesandru Papiu Ilarian, Antologie édité par Corneliu Albu, (Bucuresti 1981)
  • 6 Alesandru (Alexandru) Papiu Ilarian (Ilarianu) <Bucur> 1828-1878

1C’est le hasard qui a voulu qu’en préparant l’apparat scientifique de ma thèse de doctorat (intitulée “Notion de la nation et stratégies nationales. Contributions à l’histoire des rapports entre l’émigration de Kossuth et les mouvements nationaux roumains”)1, je découvre, dans une variante ignorée d’un document précieux2 deux petites phrases en plus qui avaient été ignorées de toutes les publications antérieures3 et ultérieures4, y compris d’une anthologie5 récemment éditée et quasi complète de l’auteur6 en question.

2Les phrases auxquelles je fais allusion sont les suivantes :

“La paysannerie roumaine [en Transylvanie] est encore restée intacte. Comment la magyariser [c’est-à-dire l’assimiler] elle aussi ?”

3Certes, une phrase arrachée de son contexte n’a aucun sens. Voici donc le corps du texte où elle figurait à l’origine :

  • 7 Dacia Nr. 9 (mercredi, le 22 mars 1861). Les phrases plus ou moins “disparues” se présentent ainsi (...)

[...] “De 1825 à 1842 environ, le projet hongrois faisait des pas gigantesques. Les Hongrois croyaient déjà le plus sérieusement du monde (et l’affichaient en toute naïveté) qu’une nation aussi ancienne et héroïque, qu’une langue aussi extraordinaire et un avenir aussi radieux, les Hongrois étaient le seul peuple (à l’exception de tous les autres sur terre) à les avoir connus. Tout ce qui était beau dans le monde leur paraissait hongrois. Sur son trône, Dieu ne pouvait être assis qu’habillé en noble hongrois [il s’agit de la tenue dite d’“Attila”]. A sa main droite, et en tête des saints, figurait Saint Etienne, roi de Hongrie. Donc, les poètes chantaient : que tous ceux qui sont “homme[s]” soient également hongrois. Et les poètes étaient, eux-mêmes, hongrois. L’enthousiasme faisait miracle et ravissait les autres aussi. Toute l’aristocratie roumaine était déjà magyarisée. Aujourd’hui, c’est le tour de l’intelligentsia roumaine. Mais la paysannerie roumaine, elle, est encore restée ce qu’elle était, [c’est-à-dire qu’elle a résisté] Comment la magyariser elle aussi ?” [...]7

  • 8 cf. Alesandru Papiu Ilarian, Antologie, p. 212

4Passons sur le fait, maintenant, que dans l’anthologie mentionnée, parue en 1981, il manque encore les deux phrases antérieures.8

5Il me parait plus important, plus frappant, que les deux dernières phrases aient déjà disparu de la première publication connue jusqu’ici (janvier 1861 de Revista Carpatiloru, p. 302), ainsi que de la page 137 des deux éditions suivantes (Revista pentru jstorie, archeologie si filologie, Bucarest 1882 voir 83) sans signaler leur disparition en recourant à la pratique internationalement admise des trois points entre parenthèses qui indiquent que le texte est abrégé.

6Or, dans ce cas, me semble-t-il, il s’agit d’un peu plus que d’une innocente et insignifiante inexactitude philologique. Au contraire, je crois qu’on ne peut tout à fait exclure que dans ces quatre phrases si simples (plus ou moins “perdues”), réside, justement, l’énigme des rapports hungaro-roumains de tous les temps. Il est donc possible que ce soient elles, et surtout les deux dernières, qui ont été totalement “oubliées” et plus jamais republiées, qui pourront fournir un jour la clef d’un des phénomènes les plus complexes et controversés que l’histoire européenne ait jamais produits : celui des prétendus “question nationale”, “conflit inter-ethnique”, “question des minorités” et autres dénominations possibles de l’éternel “problème transylvain”.

  • 9 Dacia, Diaru politicu, literariu si comerciale. Redactori : Georgie Petrescu si Vasile Alexandresc (...)

7Avant d’essayer de deviner les motifs de cette amnésie partielle, précisons d’abord que le fragment a paru en entier dans le numéro du 22 mars 1861 d’un journal obscur de Jassy : “Dacia9. Il fait partie d’une des premières tentatives visant à formuler les objectifs de la stratégie nationale de tout Roumain, c’est-à-dire ceux de Valachie, de Moldavie et de Transylvanie. Même le titre, ici, est significatif :

  • 10 cf. note n.4. Il faut préciser, une fois de plus, qu’il s’agit malgré les titres différents, du mê (...)

Mémoire sur les rapports des Roumains avec les Allemands, avec les Slaves et avec les Hongrois en temps de paix, ainsi que en cas d’une Révolution en Europe Orientale présentée au Prince A.I. Cuza en 1860.10

  • 11 Les dates les plus détaillées de la famille Cuza : cf. Gh. Ghibanescu, Cuzestii (monografie isteri (...)

8Quant à l’auteur - Alesandru Papiu Ilarian, habitant Jassy à l’époque - il était le conseiller, d’origine transylvaine, le plus écouté du Prince régnant (issu par sa mère d’une famille de boyards d’origine grecque de Moldavie)11 pour les problèmes relatifs aux “frères roumains au-delà des Carpates”. Il est aussi important de mentionner que nous sommes un an après l’union des deux principautés - la Moldavie et la Valachie - achevée le 24 janvier 1859.

9Etant donné que ce qui va suivre est devenu pendant près de deux siècles l’objet d’une malencontreuse querelle entre les historiographies roumaine et hongroise, entre deux pays et deux peuples dont l’histoire est si entremêlée qu’on pourrait les concevoir, en dernière analyse, comme complémentaires, je propose, au préalable, trois choses :

  1. Essayons de nous détacher du fait qu’un sujet de l’histoire sociale d’une région située aux confins de l’Europe Centrale et du Sud-Est est devenu entre temps, organiquement et sentimentalement la catégorie principale de la conscience d’un peuple ancien, mais se situe en même temps à l’épicentre de la vision qu’un très jeune État-Nation du Sud-Est européen a de lui-même. Il s’agit donc d’un ensemble extrêmement fragile, donc fort sensible à tout ce qui le touche.
  2. Tâchons d’oublier que par la force des choses - à cause du retard pris par les évolutions nationales des pays de cette partie de l’Europe - l’historiographie des deux côtés était, et est restée pratiquement jusqu’à nos jours, le moyen sans doute le plus efficace des stratégies nationales, et potentiellement une arme redoutable dans la main de politiciens pas toujours instruits en histoire.
  3. Finalement, tenons compte du fait que l’auteur de ces lignes est actuellement diplomate en poste à Bucarest. Il est donc dans une position extrêmement délicate du point de vue de la crédibilité (officielle) roumaine.

10Malgré tout cela il va tenter l’impossible : rester non seulement objectif, mais très attentif aux susceptibilités roumaines historiquement déterminées. Il espère cependant que ses lecteurs roumains montreront de la bienveillance pour son modeste essai...

11Après ce discours “pro domo” on reviendra au fragment dont il est question et on tâchera de l’analyser - aussi brièvement que possible - dans une perspective plus large, celle de l’évolution européenne !

Alesandru Papiu Ilarian, donc, dit en 1860 : “De 1825 à 1842 environ, le projet hongrois faisait des pas gigantesques...”. Mais quel projet, au juste ?

12Je précise et simplifie brièvement mon point de vue : le problème original, héréditaire et central de cette zone à la fois géographique et géopolitique de l’Europe était, et l’est toujours, celui-ci : comment, par qui (par quelle force sociale), par quelle élite politique “nationale”, par quel pouvoir “supranational” pourrait-on organiser, moderniser, démocratiser la région ? Ou, faute de mieux, la dominer, la diviser ou l’homogénéiser ? Et, ce qui s’y rattache indissolublement : avec quels moyens et - surtout avec quel type d’arguments, de preuves et “d’idéologie” peut-on essayer ?

13Certes, on désigne cette zone géographique - en fonction des époques historiques - Empire de Saint Etienne du Royaume médiéval hongrois (1000-1526), Empire des Habsbourg (1526-1867), Double Monarchie d’Autriche-Hongrie (1867-1918), Grande Roumanie (1920-1940), Roumanie “socialiste” (1948-1989). Mais il existe aussi d’autres variantes plus générales : l’Europe Centrale (Mitteleuropa) puis, après la deuxième guerre mondiale : les pays satellites de l’Union Soviétique ! Soyons francs, n’est-il pas vrai que la première tentative intégratrice fut celle des Empereurs, des Habsbourg “éclairés” : Marie-Thérèse (1740-1780) et son fils aîné, Joseph II (1780-1790) ? Ne voulaient-ils pas - par le biais de réformes civilisatrices, administratives, éducatrices - et germanisantes - centraliser et intégrer leur Empire pluri-ethnique, composé de régions socio-économiquement et culturellement fort différentes (y compris, dès 1691, la Grande Principauté de Transylvanie) ?

14N’est-il pas moins vrai, au surplus, que tout ce que l’on appelle “problème des nationalités” (la question des minorités nationales) est typiquement un produit du xixe siècle ? Plus précisément : un produit de l’époque moderne, celle du capitalisme, de l’ère de la formation des nations modernes - selon le concept développé par le modèle français ?

15Dans cette perspective, et selon les règles de la longue durée, ne peut-on affirmer que le véritable début, ici, se situe en 1789 ? N’est-ce pas le moment d’histoire universelle où l’Ancien Régime de la France féodale et royale cède, contrainte et forcée, sa place au Tiers État, à la bourgeoisie qui se déclare État-Nation ?

16A mon sens, c’est là le signal sonore qui déclenche - après l’échec temporaire de la tentative centralisatrice des Habsbourg - la compétition historique puis la rivalité acharnée entre les différentes forces socio-politiques de la région qui ont, je le répète, le même dessein : organiser, moderniser, intégrer et, si possible, démocratiser la partie centrale et sud-orientale du continent.

17Car au moment où ce marathon se mettait en route, au tournant du xixe siècle, toutes les données du problème existaient déjà :

  1. le but et le modèle qu’il fallait suivre était l’exemple français
  2. les tendances centralisatrices germanisantes des Habsbourg servait de défi initial
  3. la réponse à ce défi était l’éveil graduel du sentiment national des couches dirigeantes des peuples non-allemands de l’Empire. Parce que, à partir de motifs socio-historiques extrêmement complexes - la position des divers participants à ce mouvement variait énormément.

18L’historiographie hongroise doit reconnaître en toute objectivité que ce “moment” a trouvé les Hongrois dans une situation relativement plus favorable ! Et il en était ainsi, même si, à l’époque de la domination turque (1540-1686), ils avaient dû subir des dommages, des pertes humaines et culturelles incommensurables et à peine réparables en regard des régions européennes plus favorisées par le sort. Mais ils avaient au moins pu préserver les vestiges de leur existence nationale-féodale, de leur système institutionnel ; ils ont conservé leur noblesse et, surtout, la conscience de “l’ancienne gloire”, sur lesquelles - en principe et théoriquement du moins - la nouvelle Hongrie pouvait être reconstruite. Qui pourrait nier qu’en dépit de ses attaches latines en matière de magistrature civile, de la force d’attraction exercée par Vienne [c’est-à-dire d’une culture allemande plus avancée] et de ses origines très largement étrangères (allemande, wallonne, italienne, croate, polonaise, slovaque, roumaine etc.), cette noblesse hongroise était avant tout, et particulièrement dans sa tendance, hongroise ?

19Cette couche, comme Kossuth le déclarait solennellement en 1858 (lui qui avait des origines slovaques), était

  • 12 Kossuth Lajos, Irataim az emigráczióból (Mes écrits de l’émigration) vol. II, (Budapest, 1881), p. (...)

“animée d’un libéralisme sans précédent, (et) avait de tout temps maintenu ouvertes les barrières de ses privilèges et de ses prérogatives constitutionnelles à tous ceux qui, eu égard à leurs actes et à leur honneur se montraient semblables à elle ...”12

20En d’autres termes - rappelons-nous de ce que Papiu Ilarian écrivait là-dessus ! - face à tous ceux qui étaient disposés, voire, capables de s’intégrer à ces institutions, de s’identifier et - à long terme - soyons justes : de s’assimiler à elle le cas échéant !

21D’autre part, contrairement à ce que dit fréquemment l’historiographie roumaine, ce phénomène extrêmement complexe s’est manifesté spontanément, sans la moindre contrainte et relativement sans coups, tant qu’il a pu se nourrir du prestige que lui valait la puissance du Royaume hongrois du Moyen-Age, et tant qu’il a pu maintenir l’élan fondé sur l’espoir de pouvoir aménager une patrie “magyare” : moderne, libérale, bourgeoise, civilisée et démocratique.

22Ce “bel élan” était d’ailleurs si puissant (à un degré que signalent même les propos de Papiu) et la tendance à l’intégration mentionnée était si forte, qu’il sut préserver de son efficacité même après 1867.

23C’est ainsi que la “magyarisation” extrêmement rapide des “Bûrger” allemands, des villages de la Hongrie historique, qui a commencé dès l’ère des réformes, est allée de pair avec l’assimilation massive et quasi totale de la population juive citadine, entraînée par l’émancipation. Ce processus dynamique, à l’époque du dualisme, fit pencher du côté des Magyars la “balance ethnique” à l’équilibre très fragile, de la “Hungaria integer” de tous les temps.

24Voilà donc le schéma et l’arrière-fond socio-historico-culturel du projet hongrois, qui s’est révélé, comme chacun le sait, un beau rêve.

***

25Quelle était alors la situation en Transylvanie ?

26Les tendances qui y prévalaient correspondaient exactement à celles qui se manifestaient dans les autres parties de la Hongrie historique, à cette différence près - mais non négligeable du point de vue de la conscience nationale hongroise et roumaine -que les institutions de l’État médiéval, sa constitution féodale qui remonte à 1437, ainsi que l’union des “trois nations” (au sens féodal : des ordres) et des “quatre religions reconnues” (recepta religio) étaient demeurées pratiquement intactes, quoique leur caractère magyar y fût, peut-être, le plus accentué. En revanche, nous n’y trouvons pas de représentants de ces Roumains, devenus indiscutablement, jusqu’au milieu du xviiie siècle, le peuple “le plus nombreux” de Transylvanie ! C’était là, avouons-le, une situation des plus frustrantes pour l’intelligentsia roumaine qui commençait à se développer à cette période-là. Elle l’était, indépendamment des motifs (quels qu’ils fussent) qui auraient pu conduire à cet état de choses. Or, la monarchie catholique des Habsbourg s’employait à affaiblir le caractère fortement “magyar” et protestant, typique de la Transylvanie, tant en matière de pouvoir que de politique, d’idéologie ou de religion ; cette situation assurait d’avantageuses possibilités de manœuvre : la catholisation des Roumains, l’union religieuse, la création de l’Eglise catholique grecque au tournant du xviiie siècle et enfin la possibilité qu’on faisait entrevoir aux convertis de pouvoir accéder - en principe - aux mêmes droits que les prêtres et les fidèles de l’Eglise catholique romaine. Tout cela offrait à Vienne un puissant levier politique, utilisable à tout moment. Dans le même temps, pour les Roumains transylvains qui avaient le loisir de fréquenter les écoles catholiques, se matérialisait la chance exceptionnelle de voir remplacée leur couche dirigeante, intégrée au cours des siècles précédents à la noblesse (aux “nobiles” des comitats magyars) ; elle était donc en passe d’être perdue pour eux. Apparaissait alors une intelligentsia formée de prêtres et d’intellectuels issus de la petite noblesse. Cette élite était capable, conformément à l’esprit du siècle, de faire prendre conscience aux Roumains de leur condition particulière en tant que nationalité. Or, comme cette condition - comme nous l’avons vu - était fort désavantageuse, l’objectif consistait à se faire admettre au sein de la citadelle que représentait la constitution transylvaine féodale - en qualité de quatrième “nation” du régime des Ordres : la “natio Valachica” ! Ils ne pouvaient y parvenir qu’en essayant de forcer, d’élargir les cadres rigides et féodaux, établis de longue date.

27Pour y parvenir, l’augmentation de l’autochtonisme daco-roumain pouvait, tout au plus, prendre la forme d’un énoncé spéculatif en rapport avec les Ordres de la société féodale et nourrir des griefs, voire des exigences compensatoires. En l’absence quasi totale d’une noblesse jouissant de droits identiques à ceux des Hongrois et voyant le risque permanent, qui était le sien, de perdre sa nationalité - fait qui était également signalé par Alesandru Papiu Ilarian - l’intelligentsia roumaine ne pouvait concevoir une interprétation de cette intégration-assimilation qu’en termes d’occupation du territoire par les forces allogènes et par une politique de privilèges.

28Car, selon l’opinion des leaders, si le peuple roumain parle une langue latine, son origine ne saurait être mise en doute : il descend de la population romaine de la Dacie, et de ce fait il est donc plus ancien que la population magyare venue y chercher au ixe siècle une patrie...

29Ce qui compte ici, ce n’est pas la part de vérité historique qu’implique cette théorie (dont nous pourrions continuer à discuter pendant encore deux cents ans et plus), mais l’attitude frustrée, - à bon droit - l’atmosphère sentimentale, l’exigence de compensation qu’elle revêt dès leur début. Et ceci bien avant la possibilité de pouvoir éclaircir cette théorie par des investigations plus approfondies, afin de la priver de ses composantes affectives et ses éléments à caractère mythique.

30Récapitulons : la réponse au défi (germanisant et centralisateur) des Habsbourg, c’est l’éveil du sentiment et de la conscience nationale de la couche socio-historiquement et relativement la plus développée de la région ; celle de la noblesse hongroise (il est nécessaire d’y ajouter que la bourgeoisie faisait défaut).

31Ce fait était encore plus riche de conséquences parce que cette noblesse (encore une fois en l’absence d’une bourgeoisie hongroise digne de ce nom) n’était pas seulement le groupe le plus avancé de cette zone du continent, mais aussi la force motrice numéro un de l’évolution nationale moderne hongroise ; mais aussi un modèle qui a laissé une large empreinte sur la mentalité et des réflexes politiques de la nation hongroise entière.

32Autres conséquences : le bref avantage (une trentaine d’années environ) dont disposent la noblesse et l’intelligentsia hongroises dans ce processus conçu en termes de compétition historique. Celui-ci a nécessairement provoqué la méfiance, puis les ressentiments des autres élites non hongroises, en plein essor, de la zone. A commencer par celle de l’intelligentsia roumaine de Transylvanie.

33Car derrière cette méfiance politique se dissimulent des faits de nature socio-historique : dans le passé lointain, les différentes couches sociales de l’ancienne Hongrie avaient eu tendance à s’intégrer à cette société de type nobiliaire (c’était dû au style, attirant, de la noblesse moyenne, incarnant le prestige de l’Empire danubien de la Hongrie médiévale, y compris en Transylvanie). Il en résultait que ces couches-là n’avaient pas été seulement intégrées à ce groupe sociologiquement et ethniquement hétérogène à caractère hongrois, mais, le cas échéant, elles avaient perdu leur nationalité en s’assimilant à elle.

34Autrement dit, dans la pensée et les réflexes politiques de l’intelligentsia roumaine de Transylvanie, le besoin imposant de modernisation s’entremêle, d’une façon organique, avec les reminiscences de ce fâcheux processus. S’y ajoute la crainte du pouvoir assimilateur et intégrateur de la noblesse hongroise. Ces Roumains rejettent donc, et de manière violente, la stratégie de l’élite aristocratique hongroise visant à restructurer et moderniser la société du bassin Carpato-Danubien.

35Voilà pourquoi ils optent, en fin de compte - espérant ainsi mieux assurer leur droits nationaux - pour la cour de Vienne, et non pour la révolution hongroise de 1848-49. Voilà pourquoi ils feront plus tard tout leur possible pour démembrer la Double Monarchie et la Hongrie historique. Ils tireront également paru du dynamisme du jeune État roumain, des rapports des forces en Europe à la fin du xixe siècle et des intérêts économiques et stratégiques de la France de Napoléon III à Georges Clemenceau.

36C’est en vertu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, issu du mouvement des nationalités que l’oligarchie politique roumaine arrache à la Providence (et aux “faiseurs de paix” de Versailles) la chance de réaliser le rêve des grandes figures de la génération roumaine de 1848 : créer - aux confins de trois Empires vermoulus et de leurs miettes - un État moderne, démocratique, européen. Rêve parfaitement identique, en somme, aux illusions qu’ont vainement bercées les éminents représentants de l’élite nobiliaire hongroise. Les chances de réussite étaient - on le sait - différentes. Mais l’inégalité des chances n’exclut pas la ressemblance typologique qui, historiquement, existe entre le projet hongrois (illusoire) et le plan roumain (à réaliser) surtout pour ce qui regarde le domaine de l’expérience.

37L’élite nobiliaire hongroise du xixe siècle - limitée qu’elle était par une vision de nation de type nobiliaire, est trop sûre d’elle-même en raison de l’avantage confortable dont elle disposait au départ - a commis la faute (compréhensible en termes sociologiques et de psychologie sociale mais historiquement fatidique) de ne pas admettre en partenaire l’intelligentsia des peuples de l’ancienne Hongrie auxquels manquait une aristocratie semblable à la sienne. De ce fait, elle a engendré non seulement la méfiance, les ressentiments, la haine, le désir de revanche (à cause de leur relatif retard historique), de ses voisins et de ceux avec lesquels elle cohabitait - mais elle a aussi déclenché cette force dévastatrice fondée sur un sentiment de frustration (dû à l’inégalité des chances). Celui-ci, à son tour, a fait exploser la Hongrie.

***

38J’ai commencé la rédaction de ces lignes par un fragment choisi de l’œuvre d’un ennemi acharné de la Hongrie historique, d’un prophète enthousiaste de la future unité roumaine. Qu’il me soit permis de l’achever avec quelques pensées d’un autre protagoniste de l’époque : ami engagé dans la réconciliation hungaro-roumaine, ennemi ferme de tout État-Nation de la région, combattant décidé du “Projet de Confédération Danubienne” [d’Adam Czartoryski, Nicolae Balcescu, Georges Klapka et Louis Kossuth], témoins fidèles du processus historique européen de la deuxième moitié du xixe siècle. J’ai nommé Marco Antonio Canini, journaliste vénitien.

39Voici ce qu’il note en 1868, en observateur objectif de la partie orientale de la Monarchie dualiste nouvellement instaurée, dont la Hongrie :

  • 13 Marco Antonio Canini, Vingt ans d’exil, (Paris, 1868), p. 176-177

“La situation actuelle des pays de la couronne de Saint Etienne est aussi précaire qu’elle était il y a quelques années. La balance qui penchait autrefois en faveur des non-Madgyars (sic), penche maintenant en faveur des Madgyars : voilà tout. La grande question y est toujours en suspens...” 13

40Et maintenant ?

41Et bien, la “question reste ouverte et se pose de la manière suivante. La période qui suit la “révolution” de 1989 en Roumaine réalisera-t-elle de manière complète et définitive les idéaux nationaux roumains, le rêve de Ion Câmpéanu, Simeon Barnutiu, Mihail Kogalinceanu (et les autres) ? Ou se soldera-t-elle par le même échec que celui de Kossuth, Széchényi, Deàk et Andràssy ? Ce n’est pas à moi, historien hongrois d’en juger. Ce sera la tâche, en toute connaissance de cause, de l’historiographie (et de la conscience nationale) roumaines à l’avenir. Ce qui est sûr et certain, en revanche, c’est que la modernisation de la société, la démocratisation de ces structures sont tout simplement inconcevables sans que soit réglée la question des minorités.

42Donc, si l’on ne veut pas répéter les moments tragiques de l’histoire commune roumano-hongroise, il faut absolument trouver une solution au problème de la minorité hongroise de Roumanie. Et, cette fois-ci, en vertu des “droits de l’homme” et en vue de promouvoir la société civile, tant en Roumaine qu’en Europe centrale et en Europe du Sud-Est en général.

43Quant aux deux petites phrases perdues dans les tourbillons de l’histoire - il s’agit là d’un cas qui relève plutôt de la psychologie sociale. De tout cela, à savoir des motifs possibles de l’hypersensibilité actuelle roumaine et de ses rapports aux susceptibilités et frustrations hongroises, on en parlera peut-être une autre fois.

Notes

1 Une version abrégée de ce texte va bientôt paraître chez les Editions Atlantic Research and Publications (Columbia University Press) intitulée Hungarian Exiles and Romanian National Movements 1849-1867.

2 Idealuri nationale ale Nemtilor, Slavilor, Ungurilor si Românilor [l860] de Alesandro Papiu Ilarian

3 Revista Carpatiloru, Ianuarie 1. (tome III). Anul. II 1801, signé “Anonimu”

4 Revista pentru istorie, archeologie si filosofie, Anul I. vol. I, Bucuresti 1883 signé A. Papiu-Ilarian

5 Alesandru Papiu Ilarian, Antologie édité par Corneliu Albu, (Bucuresti 1981)

6 Alesandru (Alexandru) Papiu Ilarian (Ilarianu) <Bucur> 1828-1878

7 Dacia Nr. 9 (mercredi, le 22 mars 1861). Les phrases plus ou moins “disparues” se présentent ainsi en version originale : “Inca de mai înainte se ungurise toata aristocratia Romana. Acum începu-se a se unguri inteligenta româna. Mai remanea[u] teranii Români. Cum sa-i ungurim si pe acestia ...” Le fragment est paru sans signature.

8 cf. Alesandru Papiu Ilarian, Antologie, p. 212

9 Dacia, Diaru politicu, literariu si comerciale. Redactori : Georgie Petrescu si Vasile Alexandrescu. Le premier numéro a paru le 9 mars 1861, le dernier (62-63ème) le 17/19 juin 1861.

10 cf. note n.4. Il faut préciser, une fois de plus, qu’il s’agit malgré les titres différents, du même texte, dont la première partie est celle qui figure sous le titre mentionné à la note n.2

11 Les dates les plus détaillées de la famille Cuza : cf. Gh. Ghibanescu, Cuzestii (monografie isterica), (Bucuresti, 1912), ainsi que A.D. Xenopol, Domnia lui Cuza Voda, I-II (vol. XIII-XIV de Istoria românilor în Dacia Traiana, Bucuresti, s.d.). La mention concernant l’origine de la mère du futur prince regnant, cf. D<imitrie> Bolintineanu, Viata lui Cuza Voda, Iasi, 1904, p. 12 et Xenopol, op. cit. vol. XIII p. 10 ainsi que Constantin C. Giurescu : Viata si opera lui Cuza Voda, (Bucuresti 1966), p. 60

12 Kossuth Lajos, Irataim az emigráczióból (Mes écrits de l’émigration) vol. II, (Budapest, 1881), p. 1881, p. 137-138.

13 Marco Antonio Canini, Vingt ans d’exil, (Paris, 1868), p. 176-177

Auteur

Béla Borsi-Kálmán est professeur à l’Université Loránd Eötvös de Budapest. Il est l’auteur de nombreuses publications sur les relations entre la Hongrie et la Roumanie, dont Együtt vagy külön utakon (Ensemble ou sur des voies séparées), 1984. Il est actuellement l’attaché culturel de la Hongrie à Bucarest.

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search