Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Une coexistence impossible ?

Une longue souffrance improductive. Essai sur l’identité des minorités hongroises

André Reszler

Texte intégral

1Aucune communauté ne contient l’homme tout entier. L’État, les Églises, les partis politiques ou les institutions de la vie associative ne font appel qu’à un aspect particulier de sa personnalité. Pour mettre en valeur les possibilités qui sommeillent en lui -le citoyen, le croyant, le bourgeois, le libéral, le défenseur de l’environnement, etc… - l’individu a besoin de toutes les sous-structures que la société développe à cet effet. Les diverses allégeances dont il est en quelque sorte le théâtre s’harmonisent en lui grâce à la conception pluraliste de son identité.

2Peut-on faire partie de plusieurs communautés nationales ou étatiques à la fois ? Chaque type de société apporte à cette question une réponse conforme à son génie profond.

3Les sociétés ouvertes ou pluralistes tendent à reconnaître l’identité multiple, foisonnante de leurs membres et les encouragent même à s’organiser en fonction de leur origine ethnique, leur langue, leur religion et leur culture. Elles considèrent la cité, la région, l’État comme les dimensions obligées d’une construction identitaire à étages, l’appartenance à une civilisation européenne commune servant de lien entre les différents peuples du continent. “Je fais partie, que je le veuille ou non, du peuple genevois et de la nation française.” Ce mot de Sismondi exprime d’une manière particulièrement heureuse la versatilité constitutive des sociétés européennes en matière d’identité. (Le grand libéral genevois était d’ailleurs italien par sa culture - et par ses origines familiales - et anglais par sa sensibilité.)

4Même lorsqu’elles comportent en elles des “résidus” pluralistes qu’elles ne parviennent pas à éradiquer tout à fait, les sociétés fermées s’appuient sur un corps social indivis. Le particularisme des groupes ethniques, religieux, linguistiques qui tombent sous leur juridiction leur apparaît comme une atteinte à leur vision d’unité à tout prix et, en tant que tel, comme un dangereux foyer de tensions.

5Les États-nation modernes oscillent entre les deux modèles d’organisation sociale que nous venons de mentionner. Si en raison de leur vocation première, ils cherchent à ramener toutes les manifestations de la vie sociale au génie créateur d’un peuple ou d’une nation unique, ils s’accommodent d’habitude de différences lorsqu’elles sont de “second degré”. Les différentes minorités qu’ils hébergent sur leur sol peuvent cependant vite apparaître comme la “Cinquième colonne” d’un pays voisin et s’exposent dès lors aux politiques d’exclusion ou d’assimilation pratiquées à leur égard.

6Pour sauvegarder leur identité face aux atteintes d’un État “majoritaire” abusif, les minorités doivent-elles se réfugier derrière un bouclier institutionnel ? Ne peuvent-elles se prévaloir de garanties souples pour rester fidèles à leur vocation ? La solution varie, sans doute, de cas en cas. Bien de petits peuples ont su faire face aux défis de l’histoire sans être en possession de leur propre “État”. Leur accommodement était cependant fonction des buts authentiquement supranationaux de vastes ensembles dont ils relevaient. De plus, la puissance intégratrice leur apportait inévitablement les bienfaits d’une civilisation supérieure. Ce qui n’est pas toujours le cas des États-nation qui veulent modeler les minorités assujetties à leur image.

Des minorités nationales

  • 1 Les minorités nationales définissent leur identité en liaison étroite avec un peuple qui possède, a (...)

7L’identité des minorités nationales1 est par définition composite. Elle reflète, quant à l’essentiel, l’identité de la nation-mère, mais en même temps, elle intériorise, positivement ou négativement, les traits de l’État d’accueil dont elles partagent le destin. Elle contient des données archaïques qui se sont parfois effacées des mémoires dans la patrie-mère et en même temps, accorde une importance toute particulière à ce qui est propre au génie du lieu particulier, la patrie prise au sens le plus étroit, local, du terme. Elle a, la plupart du temps, un caractère défensif, des rêves épars forts compensant tant bien que mal la fragilité de l’existence quotidienne.

Des minorités hongroises

8Quelle est l’identité des populations hongroises en Slovaquie, en Roumanie, en Serbie ?

9A première vue : complexe, fragmentaire, mais congénitalement pluraliste. En effet, qu’ils le veuillent ou non, les Hongrois “de l’étranger” sont à la fois Hongrois et Slovaques, Hongrois et Roumains, Hongrois et Serbes. En même temps, comme ils ne parviennent pas à imposer leur magyarité aux autorités “majoritaires”, ils ne sont ni tout à fait hongrois, ni les citoyens des pays dont ils possèdent la nationalité. Aussi assiste-t-on dans les trois pays en question, au face-à-face stérile, exacerbé de deux consciences nationales à l’état d’ébauche et déformées : l’une majoritaire (mais incapable d’intégrer la riche diversité des données dont elle dispose) et l’autre minoritaire (et qui, dans l’absence de toute réponse à sa volonté d’ouverture, se replie sur sa nostalgie et ses blessures). Au lieu d’être au bénéfice d’un double statut identitaire, les Hongrois des minorités ne sont ni hongrois, ni slovaques, roumains ou encore serbes...

10Examinons brièvement les circonstances historiques qui fondent leur identité de minoritaires et qui, soixante-dix ans plus tard, maintient leur conscience tragique en éveil.

Les minorités hongroises : un « produit » trouble

11Les minorités hongroises doivent leur existence aux règlements de la paix consécutifs à la Première Guerre Mondiale. Conformément aux termes du Traité de Trianon, la Hongrie cède aux États de Succession les 2/3 de son territoire et 1/3 de sa population. L’échiquier ethnique, culturel de l’ancienne Transleithanie est brisé. Pour comprendre la nouvelle situation qui en vient à exister, il faut pourtant l’évoquer pour un bref moment.

12Sept groupes ethniques composent l’essentiel de la population du bassin danubien. En dépit des nombreux liens qu’ils ont développés au fil des siècles, ils possèdent leurs signes distinctifs propres. Ils ne se rejoignent somme toute que sur un seul point essentiel : quelles que soient leurs revendications, griefs ou aspirations, ils se sentent chez eux. Ils se rangent aisément en cinq catégories inégales :

  1. une nation que son rôle historique, sa prédominance politique, sociale, culturelle et économique désignent comme primus inter pares incontesté : les Hongrois (10 millions d’habitants, 48,8 % de la population totale) ;

  2. un groupe national au long passé historique au bénéfice d’institutions semi-autonomes propres : les Croates (1,8 millions d’habitants, 8,8 %) ;

  3. un groupe national sans représentation politique autonome, mais qui joue un rôle culturel et économique de premier plan : les Allemands (2 millions, 9,8 %) ;

  4. deux groupes ethniques aux traits identitaires forts, en liaison étroite, sur le plan culturel du moins, avec leur “patrie-mère” : les Roumains (2,9 millions, 14,1 %) et les Serbes (1,1 millions, 5,8 %) et, enfin

  5. deux communautés ethniques “sans histoire nationale” et sans identité nationale pleinement développée : les Slovaques (1,9 millions, 9,4 %) et les Ruthènes (0,5 millions, 2,3 %).

13Au moment où cette construction hétérogène éclate, les nationalités dont elle a permis la longue cohabitation acquièrent un nouveau statut national ou international. Si les Slovaques et le Croates commencent leur nouvelle carrière autonome à l’intérieur des structures “fédéralistes” plus vastes de la Tchécoslovaquie et du Royaume des Serbes et des Croates, les Roumains de la Transylvanie font cause commune avec leurs frères d’outre-Carpates. Pour les Allemands, les Ruthènes et les Hongrois, le sort leur réserve un statut encore incertain : celui des “minorités”. Leur identité n’accuse pas tout de suite les revers de fortune qui les frappe : elle naîtra au terme d’un long processus de (dé)formation. Ce qui change tout de suite, c’est le cadre étatique de leur existence. Les fonctionnaires hongrois prennent en masse le chemin de la Hongrie ; leur place est aussitôt prise par des cadres venus de Bohème, de Roumanie, de Serbie.

  • 2 “Les Hongrois détachés du corps de la nation ne renoncent pas à la vie elle-même, mais, sans doute, (...)

14Pour les Hongrois des comitats perdus, c’est la fin de la “grande” vie2 et, parfois, de la “vraie vie”. Leur histoire fait partie désormais de l’histoire tchécoslovaque, roumaine, yougoslave... sans que parfois cette dernière, férue d’unité, s’en aperçoive.

15Avant d’examiner les tendances profondes qui agissent sur la vie des minorités hongroises en exil, citons quelques chiffres indispensables.

Quelques chiffres

16D’après les estimations généralement admises, la population magyare des anciens territoires détachés s’élève à :

172.000.000 en Roumanie

18700.000 en Slovaquie

19400.000 en Yougoslavie

20163.000 en Ukraine et

215.000 en Autriche.

22Ces chiffres sont sensiblement les mêmes que ceux enregistrés au lendemain du Traité de Trianon. Si la population magyare de la région est restée stationnaire, sa part à la population totale a diminué. Un seul renseignement chiffré permet d’illustrer le déclin numérique des minorités hongroises : alors qu’en 1920, ils représentaient 31,6 % de la population de la Transylvanie, les Hongrois représentaient seulement 22,0 % en 1977. Aujourd’hui, leur part est sans doute inférieure à 20,0 %.

Vers une identité minoritaire

23Essayons de fixer, avant qu’elle ne se transforme radicalement sous le poids des circonstance, la situation originelle des minorités hongroises.

24Elles forment encore, au niveau d’une province, d’une ville ou d’un village, une société tout entière, avec leurs notables et leurs clientèles, leurs écoles et leurs clubs, leurs théâtres et leurs journaux. Les lieux traditionnels de la mémoire leur rappellent quotidiennement les liens qui les unissent de longue date au coin qu’ils habitent au pied des Carpates. Les pierres, les murs, les façades parlent - comme aujourd’hui encore - leur langue. Elles habitent d’ailleurs dans des zones relativement compactes le long des nouvelles frontières du pays fixées à Trianon ou, dans le cas de la Transylvanie, dans trois régions remarquablement homogènes. Si les États dont elles deviennent les nationaux étaient attentifs à leur particularisme, elles pourraient facilement s’épanouir dans le cadre des autonomies locales leur permettant de gérer en toute quiétude leurs affaires. Comme ce n’est pas le cas, elles confient à la culture la sauvegarde de leurs intérêts. Et même si l’avenir leur paraît sombre, elles se sentent du moins chez elles. Le moment est précieux ; il ne reviendra plus jamais.

25Les États-nation neufs de la région sont d’autant moins prêts à tolérer des poches de “différence” en leur sein que leur identité est encore à faire et qu’ils se réclament d’une vieille tradition nationale ou étatique à restaurer dans ses droits. Sans tarder, ils élaborent à l’encontre de leurs “étrangers de l’intérieur” des politiques d’exclusion et d’assimilation contraignantes et, en attendant qu’elles portent leurs fruits, les paralysent, les neutralisent par des mesures administratives de toutes sortes.

  • 3 Le cas le plus flagrant : les transferts qui ont touché 76.616 Hongrois de Slovaquie et 60.275 cito (...)

26L’exclusion prend la forme, au-delà des départs individuels que nous avons déjà mentionnés, des expulsions massives et, après la Deuxième Guerre Mondiale, des échanges de populations forcés.3

  • 4 Un exemple parmi d’autres : pour prévenir leur expulsion du territoire slovaque, quelques 327.000 H (...)

27L’assimilation est une œuvre de longue haleine destinée aux faibles et aux ambitieux, même si elle peut produire des résultats rapides et spectaculaires grâce aux campagnes de “re-slovaquisation” et de “re-roumanisation” musclées.4

28De l’ordre de 3,5 millions d’âmes, les affectifs des minorités hongroises vont rapidement décliner dès le début des années 1920. Ce ne sont pas les chiffres bruts qui nous intéressent ici le plus, mais leur impact sur leur composition sociale. Parmi ceux qui partent, il y a des nombreux enseignants, chercheurs, entrepreneurs, journalistes et intellectuels de toutes sortes. Affaiblies à leurs sommets et dans leurs couches médianes, les communautés magyares vont bientôt ressembler à des navires privés de leurs pilotes et de leurs instruments de navigation.

29Si, à l’origine, les Hongrois sont largement “majoritaires” à l’intérieur des régions qu’ils habitent, grâce aux départs, et surtout à la politique de peuplement des gouvernements tchèque, roumains, serbe, leurs rangs se desserrent pour ne représenter, aujourd’hui, qu’une fraction plus ou moins importante de la population. Un peu partout, on redessine les districts de sorte que les communes magyares soient englouties dans une marée d’administrés slavophones ou roumanophones. (Dans les années 1980, plus de 20.000 nouveaux résidents roumains s’établissent à Tirgu Muresh (Marosvásárhely). La ville de Cluj compte quelques 10.000 citadins roumains supplémentaires. En 1910, les Hongrois représentaient 43 % de la population de Novy Sad (Ujvidék) ; en 1971, leur participation est tombée à 31 %. La population serbe de la ville a passé de 29 % à 60 %.) - Une autre tendance démographiques aux conséquences immédiates : les Hongrois sont progressivement exclus des villes, pour ne se maintenir qu’à grand peine dans les campagnes.

30L’affaiblissement de la base économique des communautés hongroises à l’étranger découle et de la raréfaction de leurs élites et des mesures d’expropriation - nationalisations, confiscations - qui les frappent. Les réformes agraires mises sur pied dans le cadre des politiques de “démocratisation” des pays successoraux touche de premier chef les grands et moyens propriétaires d’origine magyare. Les banques d’affaires en mains hongroises souffrent d’un manque de capitaux endémique.

  • 5 Quelques exemples pour étayer ce phénomène : dans les années 1980, 1,8% des Slovaques d’origine hon (...)

31Les réformes d’enseignement successives atteignent enfin les minorités hongroises dans leurs forces vives. Si la fermeture progressive de leurs écoles - et la diminution des classes hongroises dans les écoles mixtes - les dénationalise dans la mesure où elle les prive des sources de leur culture et de leur histoire, leur accès de plus en plus malaisé aux institutions d’enseignement supérieur autochtones les écarte des positions dirigeantes dans tous les domaines de la vie.5

32Contenir les membres des minorités hongroises, de plus en plus parcellaires, de plus en plus déséquilibrées, à l’intérieur des couches les plus modestes de la société, voici le but des politiques minoritaires des gouvernements dès les années 1920-1930. Les régimes des démocraties populaires qui réduisent majorité et minorité au rang d’une masse amorphe accélèrent le processus de prolétarisation en question.

Les minorités : un « pont » entre deux patries ?

33Ne relevant plus de la mère-patrie, sans avoir noué pour autant des liens affectifs avec leur nouveau pays d’accueil, les Hongrois des minorités ont été tentés, ici et là, mais sans succès, de jouer le rôle d’un “pont” entre eux.

34La désunion des pays de l’Europe centrale est bien connue de tous. Qui pourraient être mieux qualifiés pour dissiper leurs méfiances réciproques, les rapprocher en leur servant d’intermédiaire sinon ces petites collectivités que l’histoire a placées un peu à la légère entre eux ? Si l’idée est généreuse et pourrait en principe atténuer la rigueur des conflits inter-ethniques les plus obsédants, elles tient insuffisamment compte des susceptibilités qui existent de part et d’autre. De plus, pour régler leurs différends séculaires, les peuples n’ont apparemment pas besoin d’intermédiaires.

35Un bref sous-chapitre s’impose ici sur 1’“idéologie” du transylvanisme dans la période d’entre-les-deux-guerres.

Le mirage du transylvanisme

  • 6 Cité par Köteles, Pál, “A transzilvanizmus és az erdélyi avantgarde”, Confessio, 1985, N.3, p. 53.

36Qu’est-ce que le transylvanisme ? La tentative, de la part d’un cercle d’écrivains hongrois de Transylvanie, de rang européen, d’élaborer un sentiment d’identité hongrois propre à la minorité hongroise de la province. Un journal (Erdélyi Helikon) et une maison d’édition particulièrement dynamique (Erdélyi Szépmives Céh) leur servent de forum privilégié.6

37Le retour du comte Miklós Bánffy, homme d’État, auteur dramatique et romancier de renom, en Transylvanie, en 1926, peut être considéré comme la date de naissance du mouvement transylvain. Le départ de Sándor Makkai, membre influent du cénacle et qui est généralement considéré comme le porte-parole le mieux écouté de toute la minorité hongroise, pour la Hongrie, en 1936, sous la pression croissante des milieux nationalistes roumains, en est la fin symbolique.

38Pendant sa brève existence, le groupe Helikon établit de nombreux contacts avec les milieux intellectuels roumains les plus influents. En 1932, ils font reconnaître l’existence d’une association d’écrivains hongrois directement affiliée au Pen Club International, le Pen Club Magyar de la Transylvanie (chose impensable dans la Roumanie “post-communiste” du président Iliescu).

39Selon le transylvanisme, la Transylvanie a été pendant plusieurs siècles la patrie de la liberté et de l’autonomie spirituelle dans la région médiane du continent. Elle a créé une culture propre aux nations qui la constituent et a permis la co-existence pacifique de quatre religions majeures. Elle a sa Weltanschauung, ses mentalités, ses manières de penser propres. Son “esprit” reflète les voix fortement contrastées des différentes nationalités en présence et qui s’intègrent dans une “mélodie” richement consonante.

40Si, au terme de son histoire mouvementée, la Transylvanie est devenue partie intégrante de la Hongrie, sa culture politique est restée une culture politique à part, remarque Károly Kós : “Quel que soit le nom par lequel nous le désignons, Erdély - Ardeal, Siebenburg, Transilvania - est une entité historique indépendante depuis mille ans, avec sa propre conscience transylvaine, sa propre culture, sa propre sensibilité”.

41Le transylvanisme est-il mort ? Si, sur le plan politique, il nous apparaît comme la réponse courageuse de quelques intellectuels hongrois de rang au défi du nationalisme roumain - et alors que les œuvres qu’il a suscitées appartiennent à la littérature hongroise d’entre-les-deux-guerres - il porte en lui peut-être les germes d’une nouvelle renaissance hongroise de la région.

Uu mot sur la « supériorité culturelle »

42Se replier sur la sphère privée de l’existence ; attendre un nouveau règlement international (mais dans quel cadre, sur l’initiative de quelle puissance étrangère ?) la rectification des frontières ; s’armer de patience ; et alors que tout espoir est interdit, persévérer, voici les alternatives devant les Hongrois “minoritaires”. Ou encore, pour mieux résister aux chicanes quotidiennes dont ils font l’objet, affirmer leur supériorité “culturelle” sur le pays-hôte.

  • 7 Klebelsberg, Kuno, “Az a bizonyos, sokat emlegetett kulturfölény”, discours du 4 août 1929, in : Tu (...)

43La “supériorité culturelle” : sous le ministère du comte Kuno Klebelsberg, à la fin des années 1920, ce sentiment sert de fondement à la politique culturelle officielle de la Hongrie. “Les nations modernes doivent chercher en elles-mêmes les valeurs internes qui leur fournissent leur titre au maintien de leur existence. Nous devons prouver aux grandes nations, à l’opinion publique mondiale, que la valeur intrinsèque de la nation hongroise est plus grande que celle des peuples voisins dont la grandeur a été acquise à nos dépens. Le critère de tout cela, aux yeux de l’Occident cultivé, c’est la culture”.7

44Or, que peut la culture en tant qu’instrument politique et face à la vraie politique politicienne ?

Une identité d’assiégés

  • 8 “A kiengesztelödés esélyei. Duray Miklóssal beszélget Fényi Tibor”, Valóság, 1988, n. 10, p. 76.

45“En Hongrie on nous considère comme si nous étions, en premier lieu, des citoyens étrangers, alors qu’on devrait nous considérer avant tout comme des Hongrois qui se trouvent être des nationaux d’un pays étranger (voisin)”, déclare Miklos Duray, chef de file de la minorité magyare de la Slovaquie.8 Après sept décennies de tribulations, l’intégration des minorités dans les structures étatiques héritées de Trianon reste encore à faire. Dans l’absence d’un statut fondé sur la reconnaissance de leurs droits collectifs, elles mènent un combat d’arrière-garde. Car même lorsque leurs droits individuels sont (du moins en partie) respectés, ces droits leurs permettent tout juste de devenir... des citoyens slovaques, roumains ou serbes à part entière. En pastichant Benjamin Constant, nous pourrions affirmer que si leurs libertés de “modernes” sont partiellement rétablies, leurs libertés d’“anciens” - celles du citoyen - leur sont toujours refusées.

46Les vertus principales des minorités hongroises naissent de leur difficile survie dans un environnement hostile : le réalisme, la clairvoyance, la prudence, la persévérance, la patience. Si elles n’incitent guère à entreprendre des nouveaux projets collectifs majeurs, elles leur permettent de sauvegarder - dans la sphère privée de l’existence - leur culture quotidienne (les “plats nationaux”, le folklore, l’observation des fêtes et des cérémonies) et les vestiges épars de leur mémoire historique.

47L’enseignement de l’histoire et de la géographie se fait à cette heure exclusivement en slovaque ou en roumain. Les monuments publics, lorsqu’ils n’ont pas pu être éloignés, sont dépouillés de leurs références originelles et font carrière sous leur nouvelle identité d’emprunt. Les grandes figures historiques se dénationalisent si elles ne sont pas tout simplement annexées à l’histoire du peuple majoritaire. En raison d’un processus de naturalisation dont celui-ci a dûment mis au point la formule, les églises gothiques, renaissance ou baroques deviennent les chefs d’œuvres de l’architecture slovaque, du génie créateur roumain. Sous le nom de Novy Sad, Ujvidék est désormais, avec ses institutions culturelles et ses hautes écoles d’antan, “l’Athènes serbe”. Il ne faut donc pas s’étonner si la mémoire des minorités trébuche, les contours du passé s’estompent et, coupée de ses racines, de ses sources vives, l’identité magyare vacille...

Conclusions

  • 9 Cs. Gyimesi Eva, “A teremtö fájdalom költöje (Aprily Lajos)”, in : Erdélyi Csillagok. Ujabb arcok E (...)

48Le poète transylvain Lajos Aprily est le premier à utiliser la métaphore de l’huître perlière pour évoquer le sort de ses contemporains. Comme l’huître qui “enfante” la perle par réaction à une provocation douloureuse artificiellement induite de l’extérieur, la minorité magyare de sa région est en train de développer une conscience tragique dont sera issue, au-delà d’une longue période d’épreuves, une nouvelle renaissance magyare. “C’est tout naturellement que ce temps d’Apocalypse douloureuse nous incite à méditer sur les propriétés créatrices de la douleur”, écrit-il en 1921 déjà. “Nous sommes autant de coquillages au fond d’une mer troublée et que les grains de sable éparpillés ont ensemencés. Il se peut que notre corps blessé par le sable ne souffrira pas pour rien, que note souffrance produira quelque chose d’utile : que de la douleur générale de l’humanité présente naîtra dès demain la perle d’un avenir meilleur”. 9

49La douleur des minorités hongroises a-t-elle été productive ? La réponse à cette question est sans doute négative. Les tentatives des minorités brimées, endolories à réaménager leur vie en fonction d’une double appartenance se sont soldées par un échec. Il importe peu, somme toute, si elles peuvent de nouveau faire usage de leur langue maternelle sur la place publique ou si leurs quotidiens sont à nouveau imprimés, car même si elles récupèrent, ici et là, momentanément ou pour de bon, leurs droits politiques, sur le plan de leur identité, leur situation est de plus en plus précaire.

50Toute solution doit passer par la garantie - institutionnelle - de leurs droits collectifs en tant que minorité, cette garantie leur permettant d’être de nouveau eux-mêmes, et cela grâce à l’affirmation plénière de leur “magyarité”.

51Pour cela, des nouvelles formes de convivialité doivent être inventées et mises à l’épreuve, des nouveaux projets présupposant leur coopération doivent être élaborés. “Sous les yeux de l’Occident” qui a patiemment appris à apprivoiser majorités et minorités.

Notes

1 Les minorités nationales définissent leur identité en liaison étroite avec un peuple qui possède, au-delà de leurs frontières, son propre État et dont elles partagent la langue, la culture et, jusqu’à une date historique précise, l’histoire.

2 “Les Hongrois détachés du corps de la nation ne renoncent pas à la vie elle-même, mais, sans doute, aux formes qu’elle a empruntées jusqu’ici”, écrit en 1934 Gyula Szekfü, dans un ouvrage capital, Három nemzedék és ami utána következik. (Budapest : Királyi Magyar Egyetemi Nyomda, 1934), p. 460. Selon Sándor Makkai, qu’il cite, la “nouvelle vie” se composera essentiellement des “menus faits” de l’existence au jour le jour.

3 Le cas le plus flagrant : les transferts qui ont touché 76.616 Hongrois de Slovaquie et 60.275 citoyens slovaques domiciliés en Hongrie, dans le cadre des accords de février 1946.

4 Un exemple parmi d’autres : pour prévenir leur expulsion du territoire slovaque, quelques 327.000 Hongrois ont demandé, au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, leur “réintégration” dans les cadres de la nation slovaque. Quelques 200.000 requêtes ont été acceptées. Un nombre élevé de ces Hongrois “re-slovaquisés” a entre temps retrouvé son identité hongroise.

5 Quelques exemples pour étayer ce phénomène : dans les années 1980, 1,8% des Slovaques d’origine hongroise était en possession d’un diplôme universitaire. La proportion des Slovaques “ethniques” était de 3,8% à la même époque. Les seuls enseignements professionnels offerts en hongrois concernent la formation des maçons et des agriculteurs. Résultat : le nombre des Hongrois travaillant dans l’agriculture est deux fois plus élevé que celui de leurs co-citoyens slovaques.

6 Cité par Köteles, Pál, “A transzilvanizmus és az erdélyi avantgarde”, Confessio, 1985, N.3, p. 53.

7 Klebelsberg, Kuno, “Az a bizonyos, sokat emlegetett kulturfölény”, discours du 4 août 1929, in : Tudomány, kultúra, politika. Gróf Klebelsberg Kuno válogatolt beszédei és irásai (1911-1932). (Budapest : Európa Könyvkiadó, 1990), p. 542.

8 “A kiengesztelödés esélyei. Duray Miklóssal beszélget Fényi Tibor”, Valóság, 1988, n. 10, p. 76.

9 Cs. Gyimesi Eva, “A teremtö fájdalom költöje (Aprily Lajos)”, in : Erdélyi Csillagok. Ujabb arcok Erdély szellemi multjából, (Budapest : Héttorony Könyvkiadó, 1990), pp. 127-8.

Auteur

André Reszler est professeur de l’histoire des idées et de la culture européennes à la faculté des lettres de l’Université de Genève. Parmi ses publications, signalons L’intellectuel contre l’Europe (1979), Mythes politiques modernes (1981) et Le pluralisme (1991). En 1977, il crée la revue Cadmos dont il est rédacteur en chef jusqu’en 1983.

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search