Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

La tentation de l'indépendance

Les ambiguïtés de la politique slovaque

Bernard Michel

Texte intégral

  • 1 Texte écrit en 1991.

1Ces derniers mois, alors que je rédigeais mon livre sur la Chute de l’Empire austro-hongrois1, les informations venues de Tchécoslovaquie me donnaient une impression de déjà vu. Derrière le débat entre Prague et Bratislava sur l’avenir de la fédération, apparaissent en parallèle les relations entre Autriche et Hongrie à l’époque du dualisme. Chacune des deux nations semble avoir hérité des fonctions et des attitudes de son ancienne puissance dominante, dans chacune des moitiés de l’Empire. Comme les Hongrois, les Slovaques utilisent les pouvoirs et les avantages économiques que leur donne la fédération, tout en harcelant les Tchèques par de multiples revendications. Pour l’observateur étranger le conflit semble moins porter sur des pouvoirs réels que sur une volonté de faire reconnaître son identité nationale. La loi de fédéralisation de 1968 a déjà donné à la Slovaquie de considérables moyens d’action. Mais les obstacles sont d’une autre nature.

La crise d’identité

2Les Hongrois après 1867, les Slovaques en 1968 ont obtenu la reconnaissance de leur souveraineté dans le cadre d’une fédération. Mais ils ne cessent de vouloir prouver leur existence par une remise en cause permanente de Vienne ou de Prague. A l’origine de cette attitude, on trouve un traumatisme historique.

3Au cœur du ressentiment hongrois, on trouve la révolution de 1848-1849, la lutte de Kossuth contre l’Empire et l’écrasement de l’insurrection. Les exécutions de dirigeants, comme le comte Batthyány, sont restées gravées dans la mémoire collective.

  • 1 Le recueil sera édité par Valerian Bystricky, de l’Institut d’Histoire de Bratislava ; par Vilem Pr (...)

4Au cœur du ressentiment de Bratislava, il y a l’État slovaque de 1939-1945. La condamnation à mort et l’exécution de Monseigneur Tiso en 1947 a été ressentie par les Tchèques comme un acte de justice ; par les Slovaques, quelle que fût leur tendance politique, comme un acte de vengeance injuste, imposé par Prague. De 1948 à 1989, cela a constitué une de “taches blanches” de l’histoire du pays, soustraite à tout débat historique sérieux. Après novembre 1989, dans le grand mouvement justifié de reconquête du passé, des Slovaques ont commencé à parler du mouvement populiste et de l’État slovaque. Malheureusement, ces événements se retrouvent au centre du débat politique, à chaud, alors qu’il aurait mieux valu les laisser à des commissions d’historiens. Cela est d’autant plus indispensable que beaucoup de documents n’ont pas été publiés. Ainsi un groupe prépare un recueil sur le Vatican et l’État slovaque1. C’est une initiative qui mériterait d’être étendue. Dans l’immédiat, les arguments utilisés de part et d’autre sont trop souvent passionnels.

  • 2 Kontinuita československeho státu od r.1918. (La continuité de l’État tchécoslovaque depuis 1918). (...)

5On l’a vu récemment lorsque le 17 septembre 1991, le premier ministre slovaque Jan Carnogursky et le président du Conseil National slovaque Miklosko ont protesté officiellement, lors de la signature du traité avec l’Allemagne. Ils refusaient la thèse de la continuité de l’État tchécoslovaque depuis 1918. Question centrale : l’État slovaque a-t-il eu une existence internationale réelle ou n’était-il qu’une “sécession” qui ne rompt pas la continuité ? La mise au point officielle du Ministère des Affaires Étrangères de Prague accusait la déclaration d’être “une mise en cause directe, sans précédent, des fondements constitutionnels et du droit international de l’État”.2

  • 3 Patologická situace na Slovensku. (La situation pathologique en Slovaquie). Hospodařské noviny. (dé (...)

6La crise slovaque est d’abord d’ordre moral. Gal, président du Public contre la violence (VPN), hostile aux indépendantistes, a essayé de la définir. Il en voit les raisons dans les années de frustration : “La manière de faire de la politique par une recherche permanente d’un ennemi ; les réseaux d’agents et les intérêts géopolitiques”.3

7Il est certain que le malaise en Slovaquie n’est qu’une des formes de la décomposition du système communiste. Les sentiments de frustration, la recherche de responsables imprécis que l’on a tendance à chercher à Prague plus qu’à Bratislava créent une atmosphère de tension.

8Le deuxième phénomène, c’est la recherche systématique des traîtres. “Judas ; Vous vous êtes vendus pour le denier de Judas”. Ce sont des expressions courantes dans le langage politique slovaque. Le 25 avril, lors de la mise en minorité du premier ministre Meciar, des manifestants viennent crier devant le Conseil National “A bas Prague, à bas le présidium du Conseil National, Judas !” Pour un historien des comportements politiques, cela ne peut apparaître que comme une forme d’archaïsme.

9Je serai beaucoup plus réservé sur le troisième point : une action délibérée de réseaux étrangers pour déstabiliser la République tchécoslovaque. Certains évoquent l’action du KGB, d’autres les émigrés du Congrès mondial slovaque. D’autres enfin évoquent une alliance des deux à la fois. Le mouvement actuel en Slovaquie me semble trop vaste pour être le résultat d’une manipulation.

10Les frustrations des Slovaques apparaissent aussi dans leur attitude à l’égard de la minorité hongroise. Je suis surpris d’entendre affirmer que les Hongrois auraient eu plus de pouvoirs que les Slovaques. Les minorités nationales, exclues des organismes dirigeants du parti, ont été vouées à une existence subalterne. Il s’agit donc d’un discours totalement irréaliste.

  • 4 HN. 26 avril 1991.

11L’identité catholique est souvent évoquée pour s’opposer aux Tchèques. Pourtant, la hiérarchie catholique ne cesse d’affirmer sa volonté de tolérance chrétienne et de modération dans les conflits internes. Ainsi le cardinal Jozef Tomek archevêque de Nitra, est venu le 26 avril lancer un appel devant le Conseil National Slovaque4. Le parti démocrate chrétien de Carnogursky ne réunit qu’une minorité des croyants. Le parti de Meciar, actuellement majoritaire dans les sondages, Pour une Slovaquie démocratique (HZDS), n’est pas un parti confessionnel. Il n’y a donc rien de commun avec le parti populiste de l’abbé Hlinka avant 1938.

Le débat sur les pouvoirs politiques

  • 5 Zabojnik (Oldřich). Cesta z desiluzii (La voie pour sortir de la désillusion) HN. 30 avril 1991. Vo (...)
  • 6 Dvĕ stĕ let u Lucifera (Deux cent ans chez Lucifer). Interview de Jan Čarnogursky. LN. 23 octobre 1 (...)

12Revenons au parallèle avec la Hongrie de l’époque du dualisme. Au nationalisme virulent du Parti de l’indépendance, en 1905-1906, paraissait s’opposer un nationalisme plus modéré, celui du Parti du travail d’Etienne (István) Tisza, héritier du courant de 1867. De même il y a eu un changement de style dans le passage de Meciar à Carnogusrky, le 24 avril 1991. Meciar, populiste et démagogue, aimait négocier dans le drame, avec coup de poing sur la table et claquements de portes. Il était ancien membre du parti communiste, écarté après 19705. Au contraire, l’avocat Jan Carnogursky, issu de la bourgeoisie catholique, opposant permanent au régime communiste, est un avocat de grande culture. Il sait négocier sans élever la voix, avec courtoisie ; mais il est prêt à discuter des heures pour gagner un millimètre6. Il semble représenter une version modérée du nationalisme slovaque. Mais selon le modèle hongrois d’avant 1918, il s’aligne en fait sur les thèses extrémistes.

  • 7 Entretien avec Vaclav Klaus. Politique Internationale. Automne 1991. p. 218-219.

13Meciar parle de l’indépendance. Carnogursky semble la rejeter. Mais c’est pour l’accepter à terme. La Slovaquie restera dans la fédération mais le jour où l’adhésion à l’Europe sera acquise, elle réclamera un fauteuil indépendant. Ce qui suscite l’ironie du ministre des finances tchèque, Vaclav Klaus : “C’est un peu comme si une épouse expliquait à son mari qu’elle restera avec lui jusqu’à ce qu’elle trouve un parti plus avantageux pour elle ! Cette idée, évidemment, est absurde et inacceptable”.7

  • 8 HN. 23 août 1991 ; interview LN. 23 octobre 1991.

14Carnogursky ne cesse d’affirmer que “la république de Masaryk est en train de finir”8. Ce qui est discutable historiquement. Depuis la fédéralisation de 1968, il est clair que l’on est si loin de la situation de 1918 et de l’entrée dans la république d’une nation slovaque sans élites capables de prendre en main l’administration abandonnée par les Hongrois. La formule se comprend mieux si elle signifie que ce sera la fin de l’État commun.

  • 9 Sondages dans LN. 18 septembre 1991.
  • 10 Sondages. HN. 26 juillet ; LN 25 octobre 1991.

15Dans le débat sur l’avenir, l’opinion publique slovaque montre des tendances contradictoires : modération sur la forme de l’État, radicalisme dans le choix des personnalités. En septembre 1991, seuls 18 % se déclarent pour une république slovaque indépendante, contre 19 % qui veulent la fédération actuelle ou un État commun avec un seul gouvernement (8 % et 11 %). 50 % se prononcent pour une fédération de deux républiques souveraines jouissant de droits égaux9. Mais en juillet, 39 % déclarent voter pour le parti de Meciar, le Mouvement pour une Slovaquie démocratique (HZDS) auxquels il faudrait ajouter les 13 % du Parti National Slovaque, ce qui donnerait la majorité au camp indépendantiste. En octobre, un sondage sur les personnalités auxquelles les Slovaques font confiance donne 47,2 % à Meciar. Carnogursky n’obtient que 9 %. Vaclav Havel n’a que 17 % d’opinions favorables.10

  • 11 Déclaration des chefs du KDH, parmi lesquels Ivan Čarnogursky, frère du premier ministre et vice pr (...)

16Un référendum sur la forme de l’État pourrait résoudre le conflit constitutionnel en tranchant démocratiquement en faveur du maintien d’une république unique. Mais aussi bien Meciar que Carnogursky s’y opposent. Dans la coalition gouvernementale, le Public contre la violence (VPN) et le parti démocratique y sont favorables. Mais le mouvement démocrate chrétien (KDH), le parti du premier ministre, refuse tout recours au référendum et appelerait à voter contre la fédération, s’il avait lieu contre sa volonté.11

  • 12 Voir une chronologie des négociations dans le dossier spécial : Cesko - ? Slovenko. K otazkám stato (...)
  • 13 LN. 22 octobre 1991.

17Les négociations directes entre les trois gouvernements (tchèque, slovaque, fédéral) se succèdent donc, sans qu’un accord véritable soit en vue, de Karlovy Vary à Stirin. Des comités d’experts remanient les projets successifs de constitution fédérale12. Là aussi, on songe aux interminables négociations entre Autriche et Hongrie pour le remaniement décennal de l’Ausgleich. Du côté tchèque, on souhaiterait une fédération réorganisée, avec des pouvoirs plus étendus aux deux républiques. Le gouvernement slovaque ne veut discuter que d’une confédération, entre deux États égaux et souverains, mais en ne laissant à l’État fédéral que le moins possible de pouvoirs. Carnogursky déclare : “Je vois la solution dans ceci que les compétences communes seront réduites au minimum, car ainsi seront minimalisés les moyens de conflits potentiels”13. Affirmation discutable. Les juristes de l’Université Charles de Prague considèrent au contraire que l’État commun doit disposer de pouvoirs réels d’arbitrage, en cas de conflit. Qui ne voit que l’État faible souhaité par Carnogursky serait incapable de mettre fin à d’éventuelles crises de compétence qui aboutiraient à des impasses ? Mais surtout, on peut penser qu’un État fédéral impuissant aurait pour conséquence une désaffection de l’opinion publique, avec des phénomènes de dépolitisation et d’abstentionnisme qui sont un des périls qui menacent l’Europe centrale au sortir du communisme.

  • 14 J. Kalvoda. Společný stat je ohrožen. (L’État commun est menacé). LN. 25 octobre 1991. Kalvoda est (...)

18Il est sûr que de nombreux Tchèques refusent l’idée même de confédération, car ils n’y voient qu’une étape dans la destruction de l’État commun. Ils se sentent menacés par la sécession slovaque. Certains pensent même qu’il vaudrait mieux accepter l’indépendance de la Slovaquie qu’une confédération impuissante qui ne laisserait aux Tchèques que les charges financières sans leur concéder de pouvoirs.14

  • 15 Armada v pohybu (L’armée bouge). LN 22 octobre 1991.

19Déjà, les Slovaques essaient de détourner à leur profit des fonctions communes de l’État. Dès 1990, le gouvernement Meciar avait créé un ministère pour les relations extérieures de la Slovaquie qui empiète sur le domaine d’action du Ministère des Affaires Étrangères. Un conflit sur l’armée était inévitable. Qu’on se rappelle la lutte des Hongrois pour obtenir que la Honvéd fasse éclater l’unité de l’armée “Kund K”. Déjà, il est acquis qu’il y aura deux armées, avec une direction fédérale. 80 % des recrues slovaques feront leur service militaire en Slovaquie.15

20Le statut des minorités a aggravé les tensions. Comme dans la Hongrie d’avant 1918, toute concession apparaît comme un abandon des droits que l’on vient juste de reconquérir. En 1990, le vote d’une loi sur les langues par le Conseil National slovaque a été un acte courageux. Là où les minorités représentent dans un canton (Oblast) 20 % au moins de la population, elles auront le droit d’utiliser leur langue dans l’administration. L’opinion slovaque s’est divisée. Le parti national slovaque a pris position contre la loi, en organisant des manifestations de rue et les grèves de la faim. Il a reçu l’appui des dirigeants de la Matica slovaque dont l’engagement radical suscite des critiques. Le Président du Conseil national slovaque Miklosko a obtenu le soutien des députés du Public contre la violence, et du parti chrétien social de Carnogursky et du Parti Démocrate Slovaque pour l’adoption d’un texte de loi présenté par la coalition de ces trois partis. Plus de six cents intellectuels ont signé un manifeste en faveur de la démocratie qui a été publié dans l’hebdomadaire littéraire Kulturny Zivot (la vie culturelle), le 31 octobre 1990.

21Comment cette loi est-elle appliquée ? L’actuelle coalition gouvernementale a le soutien des Hongrois qui sont attachés au maintien de la fédération tchécoslovaque car ils savent que les autorités à Prague, et surtout le président Havel, ont pesé en faveur d’un statut des minorités. De même, le Ministère des Affaires Étrangères souhaite la signature rapide d’un accord avec la Hongrie que bloque actuellement le Gouvernement slovaque.

Les réformes économiques

  • 16 Břemeno minulosti. (Le fardeau du passé). HN. 2 mai 1991.

22Le débat économique ne semble pas être le plus décisif. Mais la Slovaquie se trouve entraînée par un phénomène international : l’entrée de l’Europe centrale dans l’économie de marché et la récession provoquée par la fermeture de l’Union soviétique qui met fin à ses importations, jusque là garanties par les contrats à long terme. Ne faisons aucun parallèle avec la Croatie et la Slovénie. En Yougoslavie, ce sont les deux républiques les plus avancées économiquement qui font sécession. Elles fournissaient à l’État fédéral une grande partie des devises, notamment par le tourisme. Au contraire, la Slovaquie a une économie assistée. Comme la Hongrie à l’époque du dualisme, elle a utilisé son poids politique pour imposer depuis 1968 des transferts financiers massifs, par des investissements d’État plus élevés que pour les pays tchèques. Mais une partie ont été consacrés aux industries de guerre. C’est un lourd fardeau du passé. Que faire maintenant des usines de chars ou des usines d’explosifs comme le Semtex dont la production doit être arrêtée ? Le Pacte de Varsovie a disparu, et avec lui les contrats d’armement. Les ventes d’armes dans le tiers monde sont contraires aux choix de politique étrangère du gouvernement tchécoslovaque et se heurteraient aux pressions américaines, car, en Syrie notamment, elles aggraveraient les tensions internationales. Soixante dix mille emplois seront perdus, dans les régions de Dubnice Nad Vahom et de Martin16. Mais d’autres secteurs comme le textile ou l’électronique sont également en crise.

  • 17 Znevyhodněné Slovensko. (La Slovaquie défavorisée). HN. 27 mai 1991.
  • 18 Za svobodné Slovensko (Pour une Slovaquie libre). LN. 11 octobre 1991

23Au lieu de reconnaître cette situation difficile, certains dirigeants adoptent une attitude de refus des réalités. Les difficultés sont attribuées à des manœuvres de Prague, les réformes deviennent un complot du ministre des finances fédéral, Klaus, une des bêtes noires des indépendantistes. Le secrétaire général du Parti national slovaque, Jozef Matula, l’accuse de vouloir “mettre à genoux” les entreprises slovaques17. Un des conseillers économiques du parti de Meciar laisse entendre qu’il y a une solution de rechange : adopter les théories économiques de Lyndon La Rouche, un aventurier américain partisan du fascisme et emprisonné pour escroquerie aux États-Unis.18

  • 19 Zkušenosti z privatizacii. (Expériences de la privatisation). HN. 30 mai 1991.

24Sans aller aussi loin, Carnogursky a fait savoir que la Slovaquie n’avait pas l’intention d’appliquer au même rythme les privatisations décidées à Prague. L’économie slovaque devra rester contrôlée par l’État. Même la petite privatisation a été sabotée car les actuels dirigeants des petites entreprises préfèrent en garder le contrôle. Ainsi à Zilina, n’ont été mises en vente que des boutiques ou des dépôts sans intérêt, mais aucun des restaurants et des hôtels de la ville.19

25Cette attitude suscite plusieurs interrogations. D’abord, cela permet de maintenir les pouvoirs économiques des cadres communistes installés après 1968 et de leurs clans familiaux. Cela ne peut que renforcer les inquiétudes de ceux qui dénoncent une alliance entre des communistes slovaques hostiles à toutes les réformes et des nostalgiques de l’État slovaque. Ensuite, le maintien artificiel d’une économie étatique lourdement déficitaire suppose un financement massif, à perte, par l’État fédéral. Le paradoxe des indépendantistes est de demander massivement l’aide économique de Prague au moment même où ils prétendent réclamer une rupture politique.

26Constatons que là encore, on est dans la tradition des rapports entre Vienne et Budapest avant 1918. Il n’y manque même pas le débat sur la banque centrale d’émission, thème classique de tous les indépendantistes. On évoque une banque coupée en deux, avec une direction fédérale de pure forme. Prague devrait bien entendu en assurer le financement.

27Dans les plans de Carnogursky d’indépendance après l’adhésion à la Communauté économique européenne, il y a l’illusion qu’elle acceptera de financer de manière illimitée les demandes de l’économie slovaque. On échangerait sans risques la tutelle politique de Prague contre celle plus lointaine de Bruxelles.

28En conclusion, il est normal que les Slovaques cherchent à aménager la fédération, qu’ils demandent qu’elle tienne compte de leur volonté de renforcement de leur identité nationale. Mais ils doivent être conscients des réalités. Les grands courants mondiaux ne s’arrêteront pas plus à la frontière de la Slovaquie qu’ils n’ont fait halte à la frontière de la Hongrie en 1918. La démocratisation politique et la réforme de l’économie passent par le maintien d’un État commun fort, confédéral ou fédéral. Ce sont des chances véritables : Tchèques et Slovaques sauront-ils les saisir avant l’échéance électorale de Juin 1992 ?

Notes

1 Le recueil sera édité par Valerian Bystricky, de l’Institut d’Histoire de Bratislava ; par Vilem Precan, directeur de l’Institut d’Histoire contemporaine de Prague, spécialiste de la Slovaquie ; par l’historien israélien Yeshyahu Jelinek : Lidové Noviny (désormais cité : LN). 12 octobre 1991.

2 Kontinuita československeho státu od r.1918. (La continuité de l’État tchécoslovaque depuis 1918). LN. 15 octobre 1991

3 Patologická situace na Slovensku. (La situation pathologique en Slovaquie). Hospodařské noviny. (désormais cité : HN). 9 avril 1991.

4 HN. 26 avril 1991.

5 Zabojnik (Oldřich). Cesta z desiluzii (La voie pour sortir de la désillusion) HN. 30 avril 1991. Voir l’intervention de Vladimir Mečiar dans : Politique Internationale, automne 1991. p. 226-231

6 Dvĕ stĕ let u Lucifera (Deux cent ans chez Lucifer). Interview de Jan Čarnogursky. LN. 23 octobre 1991. Même évolution au Parti national slovaque où le brutal Moric cède la place au plus présentable Prokeš, chercheur scientifique, le 23 mars. Slovenský národ (La nation slovaque). 29 mars 1991.

7 Entretien avec Vaclav Klaus. Politique Internationale. Automne 1991. p. 218-219.

8 HN. 23 août 1991 ; interview LN. 23 octobre 1991.

9 Sondages dans LN. 18 septembre 1991.

10 Sondages. HN. 26 juillet ; LN 25 octobre 1991.

11 Déclaration des chefs du KDH, parmi lesquels Ivan Čarnogursky, frère du premier ministre et vice président du Conseil National slovaque (SNR). HN. 16 août 1991.

12 Voir une chronologie des négociations dans le dossier spécial : Cesko - ? Slovenko. K otazkám statopravniho uspořadani. (Tchéco ? Slovaquie. Sur le problème de la réorganisation constitutionnelle). LN. 15 octobre 1991.

13 LN. 22 octobre 1991.

14 J. Kalvoda. Společný stat je ohrožen. (L’État commun est menacé). LN. 25 octobre 1991. Kalvoda est vice président du Conseil National tchèque.

15 Armada v pohybu (L’armée bouge). LN 22 octobre 1991.

16 Břemeno minulosti. (Le fardeau du passé). HN. 2 mai 1991.

17 Znevyhodněné Slovensko. (La Slovaquie défavorisée). HN. 27 mai 1991.

18 Za svobodné Slovensko (Pour une Slovaquie libre). LN. 11 octobre 1991

19 Zkušenosti z privatizacii. (Expériences de la privatisation). HN. 30 mai 1991.

Notes de fin

1 Texte écrit en 1991.

Auteur

Bernard Michel est professeur à l’Université Paris I (Chaire d’histoire de l’Europe centrale) et directeur de séminaire à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (cycle de l’U.R.S.S. et de l’Europe centrale). Il a publié plusieurs livres sur l’Europe centrale, dont Banques et banquiers en Autriche au début du xxe siècle (1976), La mémoire de Prague (1986), Léopold de Sacher Masoch (1989) et La chute de l’Empire austro-hongrois (1991).

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search