Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Le poids de l'expérience

L’Autriche-Hongrie : un modèle de pluralisme national ?

Jean-Paul Bled

Texte intégral

1“L’histoire a entassé au Sud-est de l’Europe, le long des frontières de la Russie, un groupe de peuples, très divers par les origines, la langue, l’histoire et les mœurs, Slaves, Roumains, Magyars, sans parler des Grecs, des Turcs et des Albanais ; ces tribus dont aucune n’est assez forte pour résister à leur redoutable voisin, ont mis en commun leur faiblesse ; le Danube est le lien qui les rattache les unes aux autres, et l’État qui les éloigne, ne saurait s’en éloigner sans danger ; vraiment si l’Empire d’Autriche n’existait pas depuis longtemps, il faudrait se hâter de le créer, dans l’intérêt de l’Europe, dans l’intérêt de l’humanité même”.

2Cet extrait de la fameuse lettre de Palacky à la Commission des Cinquante en date du 11 avril 1848, pose le pluralisme national comme donnée fondamentale de la monarchie habsbourgeoise et lui fixe pour mission de rassembler sous son orbe des peuples qui, livrés à eux-mêmes, n’auraient pas les moyens de l’indépendance politique.

3La Monarchie des Habsbourg se définit en effet fondamentalement comme un ensemble multinational. Cette spécificité ne lui appartient sans doute pas en propre : l’Empire russe est un autre exemple d’empire multinational, mais le peuple russe y est nettement majoritaire ; l’Allemagne compte également des minorités nationales, mais celles-ci se situent sur les marges du Reich et ne modifient pas le caractère allemand de cet État. Dans la Monarchie des Habsbourg, il n’est pas en revanche de peuple dominant, du moins en termes numériques. Les plus nombreux, les Allemands, n’y représentent même pas 1/4 de la population : 21,6 % en 1851 (24,8 % sans la Lombardie-Vénétie), 23,9 % en 1910.

4Ce pluralisme national revêt diverses formes. Il n’y a là rien que de très normal, car les 35 millions d’habitants de l’Empire d’Autriche à la veille de la Révolution de 1848, 51 millions en 1910, se partagent entre 11 groupes nationaux, 12 après l’occupation de la Bosnie-Herzégovine en 1878. Ces groupes nationaux se répartissent comme suit à la veille de la première guerre mondiale : Allemands 23,9 %, Hongrois 20,2 %, Tchèques 12,6 %, Slovaques 3,8 %, Polonais 10 %, Ruthènes 7,9 %, Slovènes 2,6 %, Croates 5,3 %, Serbes 3,8 %, Bosniaques 1,2 %, Roumains 6,4 %, Italiens 2 %. Ces nationalités se répartissent donc entre plusieurs grandes familles ethniques : Allemands, Hongrois, Slaves, Latins.

5Mais ces classifications peuvent recouvrir tant de différences, voire d’oppositions qu’il est bien difficile de s’en tenir là. L’appartenance à une même famille n’entraîne pas pour conséquence automatique une communauté de destin. Avant tout autre facteur, Tchèques et Slovaques sont séparés par des enracinements historiques différents. La proximité n’est pas non plus nécessairement synonyme de sympathie : Polonais et Ruthènes s’affrontent durement. Le pluralisme linguistique fait encore éclater ces classifications. Si Allemands et Magyars constituent des ensembles homogènes, les Slaves comptent autant de langues que de peuples. Le pluralisme religieux ajoute à cette diversité. Conséquence de la Contre-Réforme, les peuples de la Monarchie sont, à l’image de la dynastie, en majorité catholiques. Mais la Monarchie compte aussi des minorités protestantes, appartenant à chacune des deux grandes confessions. Il s’agit d’ailleurs souvent de groupes influents au sein de leur communauté nationale respective, ainsi les calvinistes chez les Hongrois et les luthériens chez les Slovaques. Enfin, sur les confins orientaux, Roumains et Serbes sont des fidèles de la chrétienté orthodoxe.

6L’Histoire intervient aussi comme facteur de pluralisme, même si la division établie par Engels entre “peuples historiques” et “peuples non historiques” doit être écartée. Ce qui est ici capital, c’est que à des titres divers, certains peuples - c’est le cas des Allemands, des Tchèques, des Magyars, des Croates - peuvent se réclamer d’une continuité étatique qui a certes connu bien des vicissitudes, mais ne s’en est pas moins maintenue au travers des siècles. Par rapport aux précédents, le cas des Polonais présente une certaine particularité. De par la volonté des puissances copartageantes, la Pologne a été rayée de la carte de l’Europe, mais sa disparition n’en a pas étouffé le souvenir qui reste vivant dans le cœur de tous les Polonais. Ces peuples auxquels il faut bien entendu ajouter les Italiens ont encore en commun d’être dépositaires d’une culture nationale, formée au cours des siècles, qui sert de support à l’affirmation de leur identité. Il est une seconde catégorie de peuples qui, comme les Slovaques, les Slovènes, les Ruthènes, n’ont pas participé, jusqu’au xixe siècle, à l’histoire comme entités nationales constituées. Ici point de tradition étatique à laquelle il soit possible de se rattacher. S’étant longtemps maintenus au niveau de potentialités historiques, ces peuples sont entrés à la fin du xviiie siècle ou au début du xixe siècle dans un processus d’éveil national.

7C’est encore à l’histoire qu’il faut faire appel pour expliquer que certains peuples ne sont pas rassemblés en totalité à l’intérieur des frontières de la Monarchie. Si Croates, Hongrois, Slovaques, Slovènes, Tchèques ne sont pas dans ce cas, à l’inverse Allemands, Italiens, Polonais, Roumains, Ruthènes, Serbes comptent tous des conationaux dans un, voire deux autres États.

8Dernier facteur de complexité, les circonscriptions politiques et administratives de la Monarchie n’épousent pas le tracé des territoires habités par les nationalités. Elles reproduisent les possessions progressivement acquises par les Habsbourg indépendamment de toute préoccupation d’homogénéité nationale. Fréquemment imbriqués, ces peuples ne constituent pas des ensembles d’un seul tenant si bien qu’une carte de la répartition des nationalités offre l’aspect d’une véritable mosaïque. En dehors de la Basse-Autriche, de la Haute-Autriche, du Land de Salzbourg peuplés d’Allemands, l’hétérogénéité nationale est la règle. Si le cas le plus courant est celui du dualisme national (Allemands et Tchèques en Bohème et en Moravie / Allemands et Slovènes en Styrie et en Carinthie / Polonais et Ruthènes en Galicie) certains pays réunissent trois voire jusqu’à quatre nationalités. Ainsi la Silésie (Allemands, Tchèques, Polonais) ; la Dalmatie (Italiens, Croates, Serbes) ; la Transylvanie (Hongrois, Roumains, Saxons) ; la Bukovine (Allemands, Polonais, Roumains, Ruthènes).

9Cette multiplicité de variables dit la complexité des problèmes auxquels l’autorité centrale est confrontée. C’est le moment d’évoquer le comportement de François-Joseph vis-à-vis des peuples qui composent son empire. Par ses origines il est et se sait un prince allemand. Mais il se veut aussi le père de tous ses peuples, un possessif très révélateur de sa manière de penser et de sentir. Qu’on se rappelle encore le Manifeste An Meine Völker de juillet 1914. Cette attitude ne signifie pas que les circonstances ne l’amènent à estimer nécessaire de s’appuyer en priorité sur certains peuples. Le Compromis de 1867 repose, au moins au départ, sur deux peuples, les Allemands et les Hongrois. Le respect de la Constitution hongroise le conduit, après 1867, à ne pas répondre aux appels de certains peuples du royaume de Hongrie. De la même manière, la logique du Compromis le conduit à ne pas aller en 1871 au terme de l’action entreprise en vue de reconnaître à la Bohème un statut voisin de celui de la Hongrie. L’échec de cette tentative de compromis ne signifie pas pour autant qu’il ne soit disposé à satisfaire certaines des revendications nationales des Tchèques. Plusieurs des mesures prises sous le gouvernement Taaffe dans les années 80 en témoignent.

10A travers cet exemple, on vient de mesurer l’impact du Compromis de 1867 sur la politique menée à l’égard des nationalités. Il serait plus juste de parler des politiques. En 1867, l’Empire d’Autriche a fait place à l’Autriche-Hongrie. La monarchie austro-hongroise prend la forme d’une union de deux ensembles politiques qui répondent à des logiques différentes : d’un côté l’Autriche qui, pour reprendre la formule de G. Stourzh, peut se définir comme un Nationalitätenstaat ; de l’autre la Hongrie, que ses élites politiques regardent comme un État national, les autres peuples du Royaume étant assimilés à des minorités nationales.

11La première originalité de la partie autrichienne de la Monarchie est qu’elle se partage entre 17 Kronländer dont la plupart sont, on l’a vu, hétérogènes sur le plan national. Ces Kronländer ne sont pas de simples circonscriptions administratives. Collectivités territoriales vivantes investies de compétences elles sont le support d’un système qui présente déjà, de ce fait, des traits fédéralistes. La première conséquence de ce système, c’est qu’avant de se poser à l’échelon central, le problème des nationalités en Autriche se pose et se vit au niveau local, celui des Kronländer, et des communes, ce qui veut dire aussi que, contrairement à une idée reçue, il ne prend pas partout, et de loin, la forme d’un conflit entre les Allemands et les autres nationalités. Qu’il s’agisse de la Galicie, de la Dalmatie, de l’Istrie, les Allemands sont absents du débat.

12Certains pourraient suggérer que, dans ces conditions, la solution du problème des nationalités en Autriche consistait en un remodelage des Kronländer selon le principe national. Leurs limites n’auraient plus suivi les lignes léguées par l’histoire, mais auraient épousé les contours des nationalités. Séduisante dans la théorie, une telle réforme était pour ainsi dire impossible à appliquer dans les faits, dans les Kronländer à structure nationale hétérogène, les nationalités n’y constituant que rarement des unités d’un seul tenant. Ce phénomène se complique encore de l’étendue des mouvements migratoires liés au processus d’industrialisation de certaines zones de la Monarchie. Le nord de la Bohème est un exemple typique de ces incidences des mouvements migratoires. Il s’agit en effet d’une zone peuplée à l’origine uniquement d’Allemands. Mais l’un des pôles du développement industriel de la Monarchie, elle attire, dans la seconde moitié du xixe siècle, de nombreux Tchèques à la recherche d’un emploi et devient ainsi par suite à cet afflux, l’une des zones les plus vulnérables aux passions nationales. On peut également citer le courant migratoire qui conduit à la formation d’une importante communauté tchèque à Vienne. Comme on n’imagine pas alors de procéder à des transferts de population -cette forme de règlement radical sera réservée au xxe siècle - la solution du problème des nationalités ne peut être trouvée que dans la définition des modalités de leur cohabitation, et non dans leur séparation.

13C’est d’abord le rôle de la Constitution de 1867 qui affirme très haut dans son article 19 l’égalité de tous les Peuples autrichiens. Son premier alinéa pose pour règle que : “tous les peuples de l’État sont égaux et chaque peuple a un droit inaliénable à conserver et à cultiver sa nationalité et sa langue”. Les deux alinéas suivants précisent le contenu de cette égalité : “L’égalité de toutes les langues parlées dans un Pays, stipule l’alinéa 2, est reconnu par l’État à l’École, dans l’administration et dans la vie publique”. L’alinéa 3 s’intéresse plus particulièrement à l’enseignement : “Dans les Pays habités par plusieurs peuples, les établissements d’enseignement doivent être organisés de telle manière que, sans l’obligation d’apprendre une seconde langue, chaque peuple reçoive les moyens nécessaires pour être instruit dans sa langue”. Les champs d’application de cet article sont donc très vastes. D’autre part, en définissant la langue comme un des attributs distinctifs de la nationalité, il reconnaît dans l’école un des lieux privilégiés où se façonne et se préserve l’identité d’un peuple.

14Cet article pose le principe et la règle. Mais il est vrai que, sur le terrain, peuvent apparaître des différences d’interprétation. Alors que l’administration autrichienne s’efforce de jouer un rôle d’arbitre, il est fréquent que les majorités locales cherchent à imposer leur loi aux minorités, et ceci à la mesure des compétences dévolues aux diètes et aux conseils municipaux. Mais les personnes et les groupes s’estimant victimes d’injustice disposent d’un recours. Ils peuvent saisir le Reichsgericht ou le Verwaltungsgerichtshof. Cette Cour et ce tribunal ont donc parmi leurs missions, celle de protéger les peuples autrichiens contre les violations de l’article 19 de la Loi Fondamentale. Leurs arrêts constituent une jurisprudence à partir de laquelle, peu à peu, se précise et s’enrichit le droit des nationalités.

15Considéré globalement, le bilan de ces décennies est certainement positif pour chacun de ces peuples. Des élites s’y sont formées ou s’y sont renforcées qui jouent un rôle croissant dans les différents secteurs d’activité. Elles s’expriment dans les Assemblées, de la Commune au Reichsrat, accèdent à des postes de responsabilité dans les exécutifs locaux, sont présentes dans les Universités, s’affirment dans les arts. Si le mouvement ne connaît pas partout la même ampleur, si chaque nationalité a sa spécificité, la tendance de fond n’en est pas moins générale. Deux exemples permettent d’en juger.

16Les Polonais de Galicie bénéficient d’un sort nettement plus enviable que les Polonais sous la souveraineté prussienne et russe. Alors que ces derniers sont soumis à une politique de germanisation ou de russification, les premiers ont pris depuis les années 60 le contrôle de la Province. En témoigne, entre autre, la reconnaissance en 1869, du polonais comme langue administrative à usage interne, la polonisation, la même année, de l’Université de Cracovie puis, deux ans plus tard, de celle de Lemberg. A la faveur de la force et de la cohésion de leur groupe parlementaire à la Chambre basse du Reichsrat (le Polenklub), ils s’assurent une influence croissante dans la vie politique autrichienne. Un ministre défend en propre les intérêts polonais au sein du gouvernement ; il est d’autre part fréquent qu’un autre Polonais siège encore au gouvernement, par exemple à la tête du ministère des finances.

17Les Tchèques ont certes subi une défaite avec l’échec du Compromis de Bohème, mais les gains n’en sont pas moins considérables : ils se sont assuré la majorité à la diète de Bohème, longtemps en litige avec les Allemands de Bohème ; ils contrôlent l’administration municipale des villes des zones où ils sont majoritaires, à commencer par la plus prestigieuse d’entre elles, Prague ; les ordonnances linguistiques de 1880 ont consolidé leurs droits nationaux ; après le partage de l’Université, en 1882, ils disposent à Prague d’une université nationale. Cette période est faste pour la culture tchèque dans les domaines de la littérature, de la peinture, de la musique ; celle-ci s’appuie sur des institutions prestigieuses comme le Musée National et le Théâtre National à Prague. Enfin, depuis le début des années 80, il n’est pas rare qu’ils soient représentés au gouvernement. Au total ce n’est pas un hommage de circonstances que le grand historien tchèque Pekar rend à François-Joseph quand, au lendemain du décès du vieil empereur, il célèbre dans son règne une phase d’essor pour le peuple tchèque.

18Ces observations n’épuisent évidemment pas notre réflexion sur le pluralisme national dans la Vieille Autriche. La montée progressive des passions nationales et les crises qui secouent la seconde moitié du règne de François-Joseph en sont l’autre face. Les causes de cette exacerbation sont diverses : l’essor même de ces peuples peut les amener à accroître leurs revendications ; les disparités de niveau de développement politique, social, économique et culturel ; les déséquilibres numériques à l’intérieur des Kronländer auxquelles sont liées des interprétations opposées du concept d’égalité. Ainsi en Bohème, où Allemands et Tchèques se font face, l’égalité doit-elle consister à répartir l’influence politique en proportion de l’importance numérique de chacun des deux peuples ou bien faut-il comprendre que celle-ci sera partagée dans des proportions rigoureusement identiques entre les deux groupes nationaux ? Dans les pays à peuplement hétérogène, les relations entre les peuples sont souvent perturbées par des préjugés, des ressentiments mais aussi par des peurs individuelles aussi bien que collectives qui nourrissent les passions et attisent les antagonismes. L’angoisse d’une mise en minorité explique ainsi la revendication des Allemands d’un partage de la Bohème, revendication évidemment rejetée par les Tchèques qui, au nom du Droit d’État donc de l’histoire, s’affirment des défenseurs intransigeants de l’intégrité du Royaume.

19Si les tensions nationales ont pu être contenues dans des limites raisonnables jusqu’à la fin des années quatre-vingt, la digue est rompue durant la décennie suivante. Les éléments modérés cèdent peu à peu le pas aux partis plus radicaux ; sous la poussée de la moyenne et de la petite bourgeoisie et même des masses populaires encore plus contaminées par les passions nationales, malgré les illusions de certains hauts dignitaires de la Monarchie, que les élites traditionnelles. C’est le cas notamment en Bohème, aussi bien chez les Allemands que chez les Tchèques. La décision du gouvernement Badeni en avril 1897 d’imposer aux fonctionnaires en poste en Bohème de parler les deux langues du royaume met le feu aux poudres. Les Allemands, déjà en minorité, se sentent victimes d’une agression, car si c’est la règle que, à partir d’un certain niveau d’instruction, les Tchèques parlent l’Allemand, l’inverse est très rare. En d’autres termes, l’application de cette disposition aurait pour conséquence, redoutent les Allemands, de les livrer à la discrétion des Tchèques. Opposition des Allemands de Bohème appuyés par majorité des Allemands des autres Kronländer. Devant l’ampleur et la violence des manifestations, François-Joseph recule en acceptant la démission de Badeni, puis un aménagement de ces dispositions. Mais ce recul provoque en retour le déchaînement de la colère des Tchèques.

20Ces affrontements vont jusqu’à perturber les travaux de la Chambre des Députés si bien que, suite à une série d’incidents scandaleux, le pouvoir va jusqu’à prendre une ordonnance qui autorise l’expulsion des députés.

21Au début du siècle, il apparaît de plus en plus évident que les antagonismes nationaux corrompent l’institution parlementaire et menacent d’aboutir à un grippage général, comme le confirme la nécessité où se trouve François-Joseph de nommer des gouvernements composés principalement de hauts fonctionnaires. C’est justement pour briser ce cercle infernal que François-Joseph se décide à instaurer le suffrage universel en 1906. Mais cette réforme ne produit pas les fruits qu’il en attendait. Dans la Chambre des Députés issue des élections de 1907, les partis, encore plus nombreux, s’organisent toujours selon des critères nationaux. Le parti social-démocrate lui-même, que son internationalisme aurait dû en théorie mettre à l’abri de ces secousses est miné par les passions nationales et les sociaux-démocrates finissent par constituer un groupe parlementaire indépendant.

22Cette description des effets destructeurs des nationalismes ne doit pas cependant faire croire que la majorité des peuples réunis alors sous le sceptre des Habsbourg souhaitaient l’éclatement de la Monarchie. Cette aspiration n’est le fait que de minorités. Sans doute ce sentiment est-il partagé par la plupart des Italiens qui rêvent d’être rattachés au Regno. Parmi les Serbes, une majorité regarde maintenant vers Belgrade. Derrière Georg von Schönerer, une poignée d’Allemands, redoutant la slavisation de la Cisleithanie, ne voient de salut que dans la destruction de la Monarchie et l’Anschluss des Pays allemands, Bohème comprise, au Reich allemand. Parmi les Tchèques, les séparatistes ne constituent encore qu’une infime minorité. Tous les autres, c’est-à-dire la grande masse des Autrichiens, écartent l’idée que leur destin puisse s’accomplir en dehors de la Monarchie des Habsbourg. Même si beaucoup pensent qu’elle doit être réformée, la majorité des Autrichiens continuent de penser que la Monarchie danubienne répond à une nécessité historique et européenne. C’est la conviction que défendent, encore à la veille de la Première Guerre Mondiale, les hommes politiques tchèques qui, quelques années plus tard, comptent parmi les principaux artisans de sa destruction. Ainsi Karel Kramar déclarant en 1906 : “La situation de notre peuple au centre de l’Europe ainsi que la disposition des puissances internationales nous oblige à voir dans la santé du corps autrichien la meilleure garantie de notre avenir”. Eduard Benes écrivant : “L’on parle fréquemment d’un éclatement de l’Autriche. Pour moi, je n’y crois pas. Les liens historiques et économiques qui enchaînent les peuples autrichiens sont beaucoup trop forts pour que l’on puisse provoquer cet éclatement”. Il n’y a pas jusqu’à Masaryk qui n’affirme en 1913 : “C’est parce que je ne veux pas me laisser aller à des rêves sur l’effondrement de la Monarchie ; c’est parce que je sais que l’Autriche, avec ses qualités et avec ses défauts, est destinée à vivre que je prends aujourd’hui au sérieux les projets de réforme”.

23Or justement dans les années qui précèdent immédiatement la première Guerre Mondiale, plusieurs signes laissent entendre que la tendance observée durant les dernières décennies peut être renversée. Ce sont d’abord les divers projets de réforme qui fleurissent alors. Sans doute traduisent-ils la gravité du mal, mais ils indiquent en même temps que leurs auteurs ont la conviction qu’il n’est pas trop tard pour repenser les relations entre les peuples autrichiens. Parmi ces plans, on retiendra tout particulièrement celui qui est défendu par le socialiste Karl Renner. Exposée dans des œuvres majeures comme la Lutte des nations autrichiennes pour l’État en 1902 - titre significatif puisqu’il laisse entendre que l’objectif des peuples autrichiens n’est pas de détruire l’État, mais de le réformer - puis la Crise du dualisme en 1904, sa pensée se développe autour de la thèse de l’autonomie personnelle. Pour sortir de la crise, Renner propose d’établir un partage net entre les affaires politiques et économiques d’une part et les questions nationales de l’autre. Alors que le traitement des premières suppose le respect du principe territorial, il le rejette pour les secondes. Soutenant que la nationalité est un attribut individuel tout comme l’appartenance religieuse, il en tire la conclusion que les citoyens devraient être appelés à s’inscrire sur des cadastres nationaux, indépendamment de leur attache territoriale. La somme des individus constituant une nation formerait une personne morale qui aurait pour mission, principalement dans le domaine culturel, de satisfaire aux besoins de ses membres et, pour cela, posséderait une législation, un budget et une administration propres.

24Un autre signe de détente peut être trouvé dans la série de compromis négociés en vue de définir les modalités de la cohabitation des nationalités à l’échelon local.

25L’exemple est donné en Moravie où Allemands et Tchèques se mettent d’accord sur un compromis qui, reprenant pour partie les idées de Renner, combine les principes d’autonomie nationale et personnelle. Celui-ci prévoit, en effet, le partage de la Diète entre deux curies, l’une tchèque, l’autre allemande, les électeurs s’inscrivant sur le cadastre correspondant à leur appartenance nationale pour voter ensuite dans des circonscriptions distinctes. Le mérite de ce système est de reconnaître à chacun des deux peuples la maîtrise de ses propres affaires, notamment dans le domaine culturel, toujours le plus sensible. Prolongement de cette réorganisation de la Diète, cette division est étendue aux autorités en charge des affaires scolaires depuis la commune jusqu’au niveau provincial. Conçu pour réduire les motifs de friction entre Tchèques et Allemands, le compromis fonctionne à la satisfaction des deux parties et, de fait, les tensions entre les deux peuples entrent dans un processus d’apaisement.

26L’intérêt de ce compromis est aussi qu’il ne reste pas isolé. Il sert de modèle à l’accord par lequel Allemands, Polonais, Roumains et Ruthènes s’entendent en 1910 pour régler leur vie commune en Bukovine. Ces idées directrices inspirent encore l’entente que Polonais et Ruthènes concluent en Galicie dans le but de mettre fin à leur différend. Nul ne saura jamais s’ils y seraient parvenus. Le compromis qui devait entrer en application, en juillet 1914, restera, du fait des événements, lettre morte.

27Du moins les deux autres accords ont-ils donné des résultats positifs. Il n’est donc pas interdit de penser qu’ils pouvaient ouvrir la voie à un règlement des contentieux nationaux dans la partie autrichienne de la Monarchie.

28Ce tableau ne laisse pas d’être sensiblement différent en Hongrie. Ici, comme on a déjà dit, l’État s’identifie à une nationalité. Alors que la Cisleithanie se reconnaît comme un ensemble multinational, la doctrine officielle de la classe politique hongroise veut que la Hongrie constitue un État national. Donnant au concept de nation un contenu politique distinct des attaches ethniques, elle soutient le postulat que les sujets du royaume de Saint-Etienne forment un seul peuple. Deák parle à cet égard de “Nationalité politique”. La logique de cette thèse conduit le gouvernement de Budapest à opposer une fin de non recevoir aux revendications d’autonomie nationale formulée par les peuples minoritaires. Seule la Croatie bénéficie, depuis 1868, d’un statut particulier qui reconnaît sa personnalité politique et fixe les droits nationaux des Croates.

29Il est à l’honneur des pères fondateurs du Compromis, en particulier de Ferenc Deák et du baron Eötvös, d’avoir fait voter en 1868 une loi des nationalités qui, dans le respect de l’intégrité du Royaume, reconnaît, au niveau local, des droits nationaux aux minorités. Mais ces dispositions sont progressivement vidées de leur substance. Les aspirations nationales sont non seulement considérées avec suspicion, mais encore combattues au nom de l’unité de la Hongrie.

30Au surplus la loi prend soin d’entourer l’hégémonie magyare de garanties. Un système électoral censitaire fait que la représentation des autres peuples à la Diète hongroise est sans rapport avec leur poids numérique. Dans la Chambre issue des élections de 1913, mise à part la représentation de la Croatie, les non Magyars comptent seulement 18 élus ! Aucune de ces nationalités n’est associée au pouvoir. Rien ici qui rappelle le système cisleithan de ministères en charge des intérêts d’un peuple particulier. Les gouvernements hongrois entreprennent, au contraire, d’appliquer aux minorités une politique de magyarisation, notamment au travers de l’école. Celle-ci est encore renforcée, en 1907, par la loi à laquelle le comte Apponyi donne son nom.

31Cette politique rencontre des succès au moins quantitatifs. Les recensements décennaux indiquent qu’entre 1880 et la veille de la Première Guerre Mondiale, le pourcentage des Magyars est passé de 41,2 % à 48,1 %. Les résultats varient certes d’un peuple à l’autre. Les Slovaques et les Allemands sont les plus touchés alors que les Slaves du Sud et les Roumains résistent mieux.

32De ce qui vient d’être dit, déduira-t-on que l’Autriche-Hongrie fut un modèle de pluralisme national, qu’elle sut assumer la mission dont Palacky avait investi la monarchie habsbourgeoise ? Ce serait certainement solliciter l’histoire que de l’avancer sans nuances. Durant ces années, la Monarchie austro-hongroise est secouée par des conflits nationaux qui l’ébranlent et la fragilisent vis-à-vis de l’extérieur. Il n’est pas certain pour autant que, sans la guerre, ces tensions auraient été mortelles. En tout cas, cet ensemble multinational n’a pas été cette “prison des peuples” dénoncée par ses adversaires et les tenants d’une historiographie nationaliste dans la période qui suivit son effondrement. Au moins dans sa partie occidentale il a permis aux peuples autrichiens de développer leur identité nationale fût-ce à des rythmes divers. Les compromis des dernières années indiquent aussi qu’il existe chez ces peuples une volonté et une capacité d’imaginer des solutions positives pour aménager leurs relations et que les crises n’ont pas fait disparaître le désir de continuer à vivre ensemble. Un modèle, l’Autriche-Hongrie ne l’était sûrement pas si on prend ce terme dans l’absolu. Elle avait créé un cadre pour une association des peuples que l’histoire a placés au cœur de l’Europe. En le brisant, on a ouvert une boîte de Pandore dont sont sortis des drames en chaîne dont nous supportons encore les conséquences et qui même continuent aujourd’hui de se dérouler sous nos yeux.

Auteur

Jean-Paul Bled est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Robert Schumann de Strasbourg. Directeur du Centre d’Etudes Germaniques de Strasbourg, il préside le Groupe d’Etudes de la Monarchie des Habsbourg et dirige la revue Etudes Danubiennes. Il est notamment l’auteur d’une biographie de François-Joseph et d’une étude sur les fondements du conservatisme autrichien 1859-1879.

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search