Version classiqueVersion mobile

L’Europe centrale et ses minorités : vers une solution européenne ?

 | 
Andre Liebich
, 
André Reszler

Introduction

L’Europe centrale et de l’Est à la croisée des chemins

Géza Entz

Texte intégral

1Allons-nous vers une solution européenne de la question des minorités ? Bien évidemment, il s’agit, en l’occurrence, de l’Europe occidentale, de ce fort puissant espace d’intégration qui, au cours des décennies qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, a su donner à ses populations un bien-être sans précédent et créer une paix sociale fondée sur les principes de la démocratie.

2La réponse à la question ainsi posée sera, bien entendu, fournie par l’histoire, mais ce qui est certain, c’est que cette histoire sera déjà, à tous les égards, une histoire européenne commune. Théoriquement, l’avenir est porteur de deux possibilités contradictoires : ou il sera possible d’enraciner à l’Est de notre continent les principes de base intangibles qui ont fait de l’Europe occidentale ce qu’elle est actuellement, mais ce sera par étapes successives et en un laps de temps relativement court, et non sans devoir consentir à des sacrifices qui ne seront pas minces. A ce moment-là l’Europe verra grossir son poids dans le monde. Ou bien tout cela ne se fera pas et alors il n’y aura aucun rideau de fer, aucune mer de Chine susceptibles d’arrêter l’élan des forces de destruction, la domination de la violence, la fuite des masses cherchant à échapper à l’oppression et à la misère. Tout comme les frontières de la Rome antique n’avaient pu soutenir les assauts des barbares poussés par une force élémentaire.

3L’effondrement imprévu du système mondial bipolaire, issu de la deuxième guerre, fait apparaître de plus en plus clairement que l’Europe chrétienne est arrivée au tournant le plus dramatique de son histoire, car sa survie est désormais subordonnée à sa capacité à mettre rapidement fin à sa bipolarité millénaire - ou du moins à celle qu’elle connaît depuis la séparation des Églises latine et byzantine, survenue en 1054.

4Ces propos ont d’ores et déjà élargi le cadre géographique de notre analyse : il est, en effet, impossible d’appréhender l’évolution des destinées de l’Europe centrale sans tenir compte des dimensions que nous avons évoquées. De plus, ou les minorités nationales sont des fragments numériquement fort importants de nations chevauchant les frontières des États (pour ne citer que les plus nombreuses : 3,5 millions de Hongrois, environ autant de Roumains, plus de 2 millions d’Albanais, plus d’un million de Polonais etc.), ou elles constituent des nations partielles intégrées à des États fédérés, ainsi que des communautés aux effectifs moins élevés, parvenues à divers niveaux de maturité nationale. Dans ces deux cas, il convient également de concevoir de manière plus large le problème des minorités nationales. L’accent est donc mis sur les communautés en tant qu’entités spécifiques. Sur les communautés qui - selon le temps et l’espace - représentent soit une minorité soit une majorité, et sur le fait que les tensions intercommunautaires, bien souvent à la force brutale - voire qui mènent à la guerre civile - soient surtout engendrées par les rapports existant entre communautés nationales et État. Le problème fondamental réside donc bien dans la manière dont évoluent les rapports entre les États et les nations.

5Il est évident que l’apaisement des tensions que suscite cette opposition dynamique ne conduit pas à des solutions permettant de consolider la stabilité interne des États et par là même à la stabilité internationale, si ce n’est au moyen de compromis s’inspirant sans équivoque de principes de base démocratiques et élargissant l’espace de liberté des individus et des communautés. Autrement dit, la seule solution que l’on peut envisager est une solution européenne. Il n’en existe pas d’autre. Par solution il faut entendre, bien sûr, la méthodologie qui permet d’aborder les conflits, et non pas une solution définitive qui serait acquise une fois pour toutes, ainsi que cela a été dit tant de fois comme un fait sans appel dans les pays de l’empire soviétique au cours des dernières décennies.

6La question qui se pose, à présent, est donc la suivante : quelles chances y a-t-il pour aboutir à des solutions européennes en Europe du Centre-Est ? Pour tenter d’évaluer ces chances il nous faut d’abord soulever deux questions liées aux conditions fondamentales d’un aboutissement.

7Premièrement : quelles sont, au juste, les aptitudes démocratiques qui ont pu se développer au fil de l’histoire dans la partie orientale de l’Europe et qu’en est-il resté, après des décennies d’une dictature communiste qui a aboli, entre autres, la propriété privée ?

8La seconde question, non moins importante, sera formulée comme suit : dans quelle mesure l’Europe occidentale pourra-t-elle en s’assurant la coopération d’autres régions du monde démocratique et développé - soutenir à long terme et systématiquement le passage à l’économie de marché et l’aménagement de systèmes institutionnels démocratiques et - en étroite liaison avec ces deux nécessités - les efforts visant à résorber les tensions nationales et ethniques ? Et cela, alors qu’on assiste déjà à un déchaînement de la violence en Yougoslavie, où la force brutale fait d’innombrables victimes, alors que tout nouveau progrès est conditionné par l’arrêt des actes de violence et que force nous est de constater que la communauté internationale ne dispose pas des moyens suffisants, ne serait-ce que pour obtenir la cessation des combats. Or, sans le concours tenace, fondé sur une pédagogie efficace, c’est-à-dire strictement ciblé et conjugué à des sacrifices matériels appropriés des pays développés, il est impossible de redresser l’ancienne “Europe de l’Est”. Si ce concours venait à manquer, cette région demeurerait privée de marché et de stabilité.

9Au regard des traditions démocratiques et des aptitudes démocratiques qu’elle a réussi à conserver, la partie orientale de notre continent présente d’importantes disparités. L’Europe centrale se différencie nettement de l’Europe de l’Est et, dans ce contexte, on voit se profiler très visiblement les particularités propres aux diverses régions historiques et émerger des traits spécifiques qui méritent une analyse approfondie. En échafaudant des projets de portée stratégique, il est extrêmement important de prendre en compte les avantages et les inconvénients découlant de ces particularismes. Mais, pour ce qui est de la région dans son ensemble, il nous faut faire face - nous le savons bien - à une crise économique et sociale globale d’une telle ampleur que les ressources disponibles sont à peine suffisantes pour réunir les conditions minimales d’un redressement, même dans les pays qui se trouvent placés dans la situation la meilleure. Reste à savoir, d’ailleurs, s’ils y parviendront. La clé de la solution - s’il en existe une et espérons que c’est le cas - est donc entre les mains des pays industrialisés, et avant tout entre celles de la Communauté européenne.

10Il est aisé, bien sûr, d’établir tous ces constats sur une base purement théorique. Il est bien plus difficile, en revanche, d’évaluer le moment où la concertation des intérêts au sein des pays développés et entre eux pourra atteindre le stade où il deviendra possible de mettre fin au recours à la violence dont on fait déjà usage, d’empêcher l’escalade de cette violence et de conjuguer, dans le cadre d’une stratégie à long terme, les efforts qu’ils déploient en faveur du relèvement de l’Est.

11Je ne pense pas, bien entendu, à quelque grand projet homogène dont la réalisation serait centralement dirigée mais bien plutôt à toute une série d’efforts de plus ou moins grande portée, développés à partir d’une perception identique de situations vitales, inspirés et animés par des principes de base identiques et allant donc dans le même sens. Ces efforts seraient consentis par des gouvernements et des particuliers, au niveau national et international ; je pense à la mise en place, dans les plus brefs délais, d’un système de sécurité approprié, ainsi qu’à des initiatives engagées dans les sphères économiques, financières, culturelles, de même que dans le domaine de l’enseignement et des médias.

12Il est tout à fait clair, à mes yeux, que l’une des difficultés auxquelles nous nous heurtons provient de la rapidité inattendue avec laquelle l’empire bolchévique s’est écroulé ; les nouveaux défis qui en ont résulté requièrent, en effet, une période d’adaptation plus prolongée. Cependant, le véritable handicap réside, lui, dans l’ampleur du défi majeur qui, en dernière analyse, a pour origine la structure des processus acculant le monde à une impasse. Maintenant que le bloc soviétique a cessé d’exister, plus rien ne dissimule la contradiction qui oppose le Nord et le Sud. Quant à l’Est de l’Europe, il fait à présent partie des régions du monde d’où sont drainés des capitaux matériels et spirituels. Ce qui veut dire que ce qui se produit, en vérité, ce n’est pas uniquement un changement de régime réalisé par quelques pays de l’“Europe de l’Est” dans leur contexte national. Il s’agit, en fait, d’un “changement de régime mondial” ou, du moins, de l’impérieuse nécessité d’un tel changement.

13C’est à ce carrefour de l’histoire universelle que les peuples de l’Europe centrale et de l’Est cherchent, de nos jours, la nouvelle place qui leur échoit. Et dans cette recherche, ils se montrent souvent incapables de tirer profit de leur liberté externe ou de leur souveraineté reconquises pour mettre en place les structures de leur liberté interne. Les conflits qui surgissent dans leurs sociétés prennent souvent une coloration nationale, surtout et avant tout dans les régions de culture byzantine et dans leurs zones périphériques. Derrière ces conflits, on peut déceler la survivance d’une variante de la conception de l’État-nation, particulière à l’Europe de l’Est, où s’entremêlent les notions de population, d’État et de nation et qui, tout au long de notre siècle, pénalise en tout premier lieu les minorités nationales et ethniques.

14Les origines de cette conception remontent à la Déclaration de 1789 des Droits de l’Homme et du Citoyen qui affirme que toute souveraineté émane pour l’essentiel de la nation ; aucune instance et aucun homme ne saurait exercer une autorité ne dérivant pas expressément de la nation. Le fait est qu’en Europe occidentale, État et nation se confondent, en général, car les deux importants processus du xixe siècle, d’une part l’intégration et la modernisation opérées sous la conduite de l’État et, d’autre part, l’émergence de la nation en tant que telle, la formation de la société civile ainsi que la naissance de la communauté culturelle et sentimentale qui s’y rattachent s’inscrivent dans un même contexte. C’est la raison pour laquelle, de nos jours, l’État ouest-européen n’est pas une machine oppressive mais une institution qui repose sur de fortes structures civiles, qui fonctionne en vertu du principe de la subsidiante et englobe l’ensemble des citoyens, une institution que les liens organiques relient de plus en plus étroitement au système institutionnel supranational de la Communauté européenne.

15En revanche, en Europe de l’Est et, dans une certaine mesure, en Europe centrale, l’État n’incarne pas une structure où-toutes les décisions sont adoptées au niveau le plus approprié. Il agit bien plutôt en qualité de mécanisme d’oppression qui régente, en référence au principe de la majorité, une population à peine capable de s’organiser spontanément. L’Europe de l’Est ayant pour caractéristique la cohabitation au sein d’un même pays de diverses nationalités et ethnies, l’État peut facilement se déclarer l’État de la nation majoritaire. Si tel est le cas, les membres des communautés nationales et ethniques inférieures en nombre se trouvent d’emblée relégués au rang de citoyens de second ordre. Et, dès lors que des sentiments de crainte dûs aux divers niveaux de développement et à l’existence d’une nation mère pèsent également sur les rapports entre la majorité et la minorité, le risque apparaît de voir s’instaurer un système irrationnel mais raffiné d’oppression des minorités. Son but : permettre à la majorité de se débarrasser du problème des minorités en cherchant à provoquer leur exil ou en procédant à leur assimilation, même si des chances réelles d’y parvenir font défaut. Ce type de structure étatique a notamment pour conséquence que le principe national devient, dans des cas extrêmes, le seul et unique moyen de légitimation du pouvoir. Du même coup, ce dernier repousse catégoriquement toute tentative d’accès à une autonomie sociale (et pas seulement de caractère national), c’est-à-dire qu’il s’oppose fermement aux initiatives tendant à aménager des institutions démocratiques, quelles qu’elles soient, et finalement à déclarer que les promoteurs de telles initiatives se livrent à des agissements “antinationaux”. C’est sur ce point que la reconversion démocratique de l’Europe de l’Est et, en partie, de l’Europe centrale se raccorde de la manière la plus nette à la question des minorités nationales et ethniques.

  • * Texte écrit en novembre 1991.

16Le fait que les effectifs d’au moins cinq minorités nationales et ethniques dépassent respectivement le million dans la région sur laquelle porte notre analyse est révélateur de l’importance du problème. En effet, le nombre des Hongrois constituant des minorités en territoire tchécoslovaque, ukrainien, roumain, serbe, croate, slovène et autrichien atteint exactement 3,5 millions ; les Roumains vivent en Moldavie soviétique et en Ukraine atteignent le même chiffre ; l’Union Soviétique* compte 2 millions d’Allemands (dont la moitié environ de langue allemande) ; les effectifs des Albanais de Yougoslavie se chiffrent à 2,5 millions au minimum (à Kosovo et en Macédoine) ; les Polonais de l’URSS atteignent 1.126.000 âmes dont 418.000 vivent en Russie blanche, 220.000 en Ukraine et 258.000 en Lituanie. Il faut y ajouter les 3 à 4 millions de tsiganes fixés dans les divers pays de l’Europe du Centre-Est.

17Ces communautés nationales et des douzaines d’autres ne pourront connaître des conditions d’existence convenables que si intervient un dépassement radical du principe de l’État-nation - qui, dans notre région est, à vrai dire, synonyme de principe impérial - c’est-à-dire que si prend naissance un État structuré en fonction du pluralisme national et ethnique, tel qu’il existe réellement. Car, même si certaines frontières se trouvaient remodelées, des États-nations homogènes ne sauraient relever que du domaine de la fiction politique.

18Nous concevons l’État du siècle prochain en tant que sujet du droit international, tout au plus comme un complexe d’administration publique et non comme le dépositaire de la souveraineté d’un peuple ou d’une nation au sens exclusif et absolu du terme. L’accent est donc mis, de plus en plus, sur l’intégration politique, économique et militaire supranationale, et sur l’autonomie politique et culturelle subétatique.

19Et, dans la foulée, nous en arrivons à la question des principes de base sur lesquels se fonde le dénouement des conflits opposant les nations et les États en tant que cadres organisationnels, et sur la levée des contradictions entre majorité et minorité, si caractéristiques en Europe centrale et de l’Est.

20Le support de la souveraineté est et sera l’État en sa qualité de composante de la vie internationale. En revanche, l’autodéfinition nationale et ethnique, à l’avenir, revient au groupe, à la communauté, à l’Est de l’Europe, comme à l’Ouest. Par conséquent, si une communauté nationale se distingue sciemment de la majorité, si elle se montre capable de s’intégrer elle-même de manière indépendante, et forme la majorité dans un territoire donné, on peut envisager de lui accorder l’autonomie (self-government) locale ou régionale. Pour les diasporas, le principe d’organisation qu’il serait souhaitable d’adopter est celui de l’autonomie personnelle. C’est un principe qui est appliqué par exemple pour les minorités danoise et allemande du Schleswig-Holstein et qui prévalait dans le cadre du système entré en vigueur en 1925, lors de l’octroi de l’autonomie culturelle en Estonie.

21L’expérience montre que l’autonomie personnelle n’a constitué jusqu’ici qu’une solution exceptionnelle, mais il semble qu’à l’avenir son extension ne manquera pas de s’imposer dans la région de l’Europe du Centre-Est en raison de la dispersion géographique qu’y connaissent de nombreuses populations - communautés nationales et ethniques. Il faudra, pour cela, mettre en place les cadres législatifs nécessaires. Les lois et autres dispositions à adopter devront naturellement tenir compte des conditions particulières qui sont celles des sociétés en question. Car, au vu de l’état d’arriération des structures civiles et de la pénurie générale de capitaux, la condition de minorité à l’Est a des traits spécifiques qui diffèrent fondamentalement de ceux que connaissent des minorités d’Occident.

22Il importe grandement, sous ce rapport, que les communautés autonomes soient protégées par la loi, que l’on déclare que l’individu comme les communautés devront pouvoir disposer de droits particuliers. Les droits collectifs ne pourront pas entrer en contradiction avec la liberté individuelle. Tout au contraire, ils devront contribuer à accroître le respect de la personne humaine.

23On ajoutera ici quelques précisions sur les efforts engagés dans ce domaine du côté hongrois. Si je crois utile de m’étendre quelque peu sur la question, c’est parce qu’il s’agit de présenter l’unique projet minutieusement élaboré dans la région (à ma connaissance, seule l’Ukraine, actuellement, se consacre à la mise au point d’une loi sur les minorités) et que ce projet se propose de mettre sur pied les structures civiles des minorités nationales et ethniques dans les conditions propres aux diasporas. Ce sont, par définition, les plus difficiles à gérer.

24Un projet de loi sur les minorités nationales et ethniques sera soumis au Parlement hongrois avant la fin de 1991. Notre pays possède de nombreuses communautés nationales ; une bonne partie d’entre elles vivent dans des communautés rurales et disséminées, la plupart atteignent un stade avancé de l’assimilation. A la suite des élections libres, ces communautés ont, elles aussi, mis sur pied les organisations démocratiques appelées à représenter leurs intérêts et à agir pour préserver leurs traditions culturelles. La loi en question entend offrir un cadre dans lequel leurs aspirations pourront s’inscrire.

25Tel qu’il se présente actuellement, ce projet concrétise l’aboutissement d’un travail de préparation entrepris il y a plus de deux ans ; en même temps, un large consensus politique, facilité par les organismes compétents du gouvernement associe à la formulation du texte les représentants les organisations représentant les minorités.

26Le projet de loi sur les droits des minorités nationales et ethniques de Hongrie - qui est, pratiquement, un Code des Minorités - satisfait à trois exigences essentielles :

  • il protège les communautés des minorités nationales et ethniques, et les personnes qui y appartiennent, contre toute discrimination dont elles pourraient faire l’objet de la part de la nation majoritaire ou de ses membres ;
  • il les protège contre les mesures discriminatoires de l’État, et tout particulièrement du pouvoir exécutif, et contre toute politique d’assimilation voilée ou ouverte que l’État ou le pouvoir exécutif pourraient être amenés à pratiquer. Une série de clauses générales mentionnent les discriminations prohibées ;
  • enfin, il protège les communautés nationales et ethniques formant des minorités et les personnes qui en font partie contre les tendances paternalistes ou dictatoriales que pourraient connaître leurs propres organisations ou institutions.

27Le projet de loi ne se borne pas, cependant, à satisfaire à ces trois exigences. La conception qui, à l’origine, guidait son élaboration postulait, en effet, qu’il ne suffisait pas de faire une loi appelée seulement à protéger les minorités. C’est pourquoi le projet reconnaît largement et soutient les aspirations à l’autonomie des minorités en tant que groupes minoritaires, tout en garantissant aux individus l’exercice de droits minoritaires particuliers. Il s’agit, dans ce dernier cas, de dispositions concernant la libre utilisation de son nom et de sa langue par exemple, c’est-à-dire de droits qui ne nécessitent nullement l’existence d’une organisation minoritaire d’une part, et de l’autre permettent aux individus de pratiquer ces droits sans devoir adhérer à aucune organisation des minorités.

28Lorsque les lignes directrices du présent projet ont pris corps, elles se sont érigées sur des principes de base qui étayent avec la vigueur nécessaire l’institutionalisation de l’autonomie du groupe, rendent possible l’implantation du pluralisme institutionnel, tiennent largement compte du principe de la liberté individuelle et offrent la possibilité, en tout temps, de limiter l’action gouvernementale.

29Le projet part du principe du libre choix de l’identité et définit le droit à l’identité nationale, ethnique et linguistique comme un droit fondamental de l’homme.

30Il garantit aux minorités du pays le pluralisme institutionnel en leur donnant la possibilité d’opter pour des solutions relevant du droit individuel ou de se prononcer en faveur d’institutions publiques. Simultanément, il autorise la libre fondation d’organisations politiques, ainsi que le fonctionnement parallèle d’institutions aux statuts juridiques différents et s’emploie à aménager, dans la sphère du droit, les conditions que requiert le financement - le cas échéant, par la nation linguistique concernée - de ces institutions publiques ou non publiques.

31Quant à la manière dont les minorités profitent des divers degrés d’autonomie et des autres possibilités dont elles disposent, elle dépend exclusivement de leur propre volonté. Au-delà des obligations civiques d’ordre général, le projet ne prévoit aucune obligation particulière pour les personnes appartenant aux minorités et ne formule aucune attente de cette nature.

32Le projet de loi n’a nullement été élaboré dans le dessein de servir de modèle à qui que ce soit, mais dans le but de soutenir, conformément à la situation particulière de la Hongrie, les aspirations à l’autonomie de ses citoyens de souche non hongroise et de conforter, en ce faisant, la paix sociale dans le pays.

33Les solutions nationales - comme celles présentées ici à travers l’exemple hongrois - peuvent être opportunément complétées par des accords bilatéraux et multilatéraux garantissant la liberté de contact entre les composantes d’une nation située de part et d’autre des frontières des États, ainsi que des possibilités de soutien de la part des nations mères. De tels accords sont de nature à renforcer le sentiment de sécurité des pays voisins et par là même à consolider la stabilité internationale.

34C’est dans ce sens-là qu’agit la déclaration commune sur les minorités, signée en 1991 par la Hongrie et l’Ukraine, et à laquelle a fait suite la constitution d’une commission intergouvernementale commune, mandatée pour contrôler dans la pratique l’application des principes énoncés dans le document conjoint. Nous nous employons à développer nos relations dans une direction analogue avec l’ensemble des pays voisins.

35On ajoutera ici quelques idées sur la manière dont la communauté internationale pourrait apporter son soutien aux processus de mutation en cours dans les pays de l’Europe du Centre-Est, en proie à des difficultés structurelles dans tous les domaines de la vie.

36Je crois, avant tout, qu’il faut partir de la nécessité qui veut que tous les pays de la région sur laquelle nous nous penchons-y compris les républiques soviétiques accédant à leur indépendance - deviennent progressivement membres de la Communauté européenne : en s’adaptant, bien entendu, aux systèmes de normes économiques, sociales et politiques de la CE. Au-delà des critères de sécurité et des intérêts économiques à long terme - évidents à mes yeux - cette approche se fonde sur la prise de conscience du fait que, dans la partie orientale de l’Europe, nous avons affaire, en vérité, à de puissants mouvements d’émancipation, à de rudes combats menés pour la libération des États, des nations et, en dernière analyse, des individus ; un soutien coordonné, à l’échelle nationale et internationale, en fonction d’une connaissance ponctuelle des difficultés à surmonter, devrait pouvoir faire progresser les processus qui ont été enclenchés.

37Il est impératif, sous ce rapport, de garantir en tout premier lieu les conditions permettant d’exclure le recours à la violence, de mettre au point le dispositif international nécessaire à cet effet et de faire en sorte que soit stoppée la violence déjà déchaînée. Cette exigence, en elle-même, sous-tend évidemment, dans presque toute leur complexité, les autres tâches à assumer.

38Il convient, à ce sujet, de mentionner la puissance dont dispose l’expression publique et, dans le même temps, le manque de publicité et de véritable information en Europe de l’Est, la faiblesse des infrastructures médiatiques de cette région. L’appellation “Publicité contre la Violence” (VPN) que s’est donné le parti slovaque créé dans la dernière période de la domination communiste, et membre actuellement du Gouvernement slovaque, reflète bien cet état de choses.

39Cela dit, il serait souhaitable que les organisations supranationales, comme le Conseil de l’Europe, instaurent un système de surveillance des droits de l’homme dans les pays et les régions les plus exposées aux actes de violence. Des observateurs investis d’un mandat européen devraient être systématiquement en poste à tel ou tel point focal d’une région donnée.

40Il faut que soient soutenus à long terme et en tous points les efforts effectivement mis en ouvre pour créer l’infrastructure que réclame la circulation des informations et la publicité, ainsi que la transparence sociale, et faire en sorte que l’Europe de l’Est mette à profit les possibilités qui lui sont offertes par les émissions télévisées transmises par satellites, en vue de faciliter la présentation de l’échelle des valeurs civiles et l’expression des exigences démocratiques. Connaissant l’état actuel des choses quant aux programmes de télévision diffusés par satellite, force nous est de constater que nous sommes encore fort loin, dans ce domaine également, de la situation qu’il serait souhaitable d’aménager.

41Ces derniers mois, l’idée a été émise par plusieurs hommes politiques, dont M. De Michelis, ministre italien des Affaires étrangères, ainsi que par des personnalités allemandes, qu’il y aurait lieu de créer un fonds international de soutien pour les pays de l’Europe centrale et de l’Est aux prises avec les fardeaux économiques à peine supportables qu’impliquent les mutations internes, afin de les aider à financer les frais liés au règlement de la question des minorités. Il est évident que cette aide n’a de sens que là où existent les cadres légaux nécessaires et de véritables structures. Il faudrait aussi trouver le moyen grâce auquel il serait possible d’épauler les autres institutions civiles qui se constituent dans la société, mais auxquelles les ressources font plus ou moins défaut.

42Tout cela réclame impérativement un élargissement efficace des activités développées en Europe du Centre-Est par les institutions supranationales (le Conseil de l’Europe, le Parlement européen, la CSCE, l’ONU et ses organisations spécialisées, OCDE, etc.). Mais pas seulement. Il faut également gagner l’électorat à la pensée européenne et ce, dans tous les pays. L’électeur doit pouvoir se rendre compte de la véritable dimension des dangers qui le menacent, réaliser quelles sont les alternatives qui s’offrent à lui pour l’action, connaître les avantages et les inconvénients qui pourraient résulter de ses décisions, pour qu’il puisse trancher à propos des dilemmes qu’affronte l’Europe non seulement en tant que Français, Suisse, Allemand ou Anglais mais aussi en sa qualité d’Européen.

43Cette question mériterait une analyse séparée. On se contentera, pour l’instant, d’affirmer que l’Ouest doit, lui aussi, se transformer pour que la partie orientale de notre continent puisse se métamorphoser et pour qu’elle ne soit plus un danger pour le monde et, en premier lieu, pour l’ouest.

44C’est dans le contexte de ce double changement qu’il nous faut, jour après jour, intensifier notre coopération de part et d’autre de l’Europe, entre l’Est et l’Ouest et peut-être la future Europe centrale pourra-t-elle s’engager à assumer un rôle historique particulier à cet égard.

Notes de fin

* Texte écrit en novembre 1991.

Auteur

Géza Entz est historien d’art, auteur de nombreuses publications sur l’architecture du moyen âge. Il est, depuis 1990, Secrétaire d’Etat auprès du Conseil des ministres de Hongrie chargé des problèmes des minorités hongroises à l’étranger.

© Graduate Institute Publications, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search