Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie III. Enjeux internationaux

Émergence du Caucase et de l'Asie centrale : recomposition du paysage régional et interrogations géopolitiques

Mohammad-Reza Djalili

Texte intégral

1En cette dernière décennie du millénaire, la région du Moyen-Orient connaît une évolution paradoxale. D'une part, on constate une persistance tenace de certains de ses traits caractéristiques, comme la fragilité des frontières étatiques, la faiblesse des modes de légitimation démocratique, la constance des discours nostalgiques et, d'autre part, on assiste à des transformations et des mutations économiques, démographiques et surtout politiques, imprévisibles il y a encore quelques années.

2Nous ne reprendrons pas ici la discussion sur les caractéristiques qui ont été celles de la région durant le siècle qui s'achève. A maintes reprises, avec plus ou moins de perspicacité, cet exercice a été effectué. Notre propos est différent. Il s'agit d'avancer quelques réflexions sur l'émergence du Caucase et de l'Asie centrale sur la scène internationale, à la suite de l'effondrement de l'URSS, et sur les conséquences que cet événement entraîne pour la région du Moyen-Orient. Mais pour apprécier à sa juste mesure cette question, il faut aussi tenir compte du fait que "l'ouverture" du Moyen-Orient sur les Républiques méridionales de l'ex-Union soviétique, qui engendre une mutation géopolitique fondamentale, s'inscrit dans un contexte caractérisé par l'apparition d'autres dynamiques de transformation à l'œuvre dans la région comme, par exemple, l'engagement des négociations arabo-israéliennes, la mise en marche du processus de paix et la signature, en septembre 1993, de l'accord israélo-palestinien sur "Gaza-Jéricho d'abord". Ces changements ne peuvent évidemment pas être complètement dissociés du "rapprochement" qui est en train de s'opérer entre les parties occidentale et centrale de l'Asie.

L'ouverture et ses conséquences

  • 1 Sur la définition du Moyen-Orient Voir : G. Et/el Pearcy, "The Middle East - An Indefinable Région (...)

3Carrefour de tous temps de par sa position géographique à la charnière de trois continents, le Moyen-Orient a constamment constitué un espace ouvert, un lieu de communication et de passage. Cet espace a été en rapport étroit avec son environnement immédiat comme le sous-continent indien, l'Afrique du Nord, la Corne de l'Afrique, la Méditerranée orientale tout en entretenant des liens avec des régions plus éloignées telles que l'Europe ou l'Extrême-Orient. Le Caucase et en grande partie l'Asie centrale (la Basse Asie centrale) ont toujours constitué des prolongements naturels sinon des composantes de ce qu'on nomme aujourd'hui le Moyen-Orient. Rien d'étonnant à cela si l'on se rappelle que le Moyen-Orient est à la fois une zone aux limites très imprécises et un concept produit de l'imaginaire occidental auquel les autochtones, faute de mieux, ont adhéré progressivement.1 La distanciation entre les deux espaces est un fait relativement récent, essentiellement le produit de l'histoire du xixe et surtout du xxe siècle. Le Moyen-Orient a été pendant cette période surtout en contact avec les pays d'Europe occidentale, principalement la Grande-Bretagne, alors que le Caucase et l'Asie centrale sont passés durant la même période sous le contrôle direct ou indirect de la Russie. La présence russe, qui a marqué le destin de cette partie du monde oriental, n'a cependant pas totalement entravé les communications et échanges avec le Moyen-Orient. Dans certains domaines les contacts furent même intensifiés. Ainsi dans la région du Caucase, des villes comme Tiflis (aujourd'hui Tbilissi) ou Erevan devinrent des relais pour la transmission des idées modernes vers l'Empire ottoman ou la Perse tandis que Bakou, grâce à l'exploitation du "pétrole russe" (commencée en 1871), devenait une ville cosmopolite où de nombreux travailleurs immigrés et des intellectuels originaires des pays du Moyen-Orient vinrent s'installer. Ce n'est qu'après la révolution bolchevique, durant les années 1920, que les contacts devinrent de plus en plus difficiles, jusqu'à leur interruption quasi totale avec la montée du stalinisme.

4L'effondrement de l'Union soviétique et la disparition du rideau de fer annoncent donc les retrouvailles de deux espaces très proches, artificiellement dissociés par les aléas de l'histoire durant environ soixante-dix ans. Ces événements modifient aussi les données stratégiques du Moyen-Orient, espace naguère clos au nord par les frontières soviétiques. Désormais, les verrous ont sauté et le Moyen-Orient est débarrassé du seul obstacle qui l'empêchait de vivre pleinement sa vocation de zone ouverte. En même temps, cette évolution était accompagnée d'une autre modification de taille : la disparition de la contiguïté de la région avec une superpuissance aux ambitions hégémoniques, s'appuyant sur une idéologie messianique. Cette situation de voisinage immédiat avec l'un des deux protagonistes de la guerre froide et du système bipolaire, ainsi que le poids croissant que la production pétrolière de la région a acquis dans l'économie mondiale, ont fait du Moyen-Orient un lieu privilégié de la confrontation Est-Ouest durant près d'un demi-siècle. La dynamique de la rivalité des deux blocs a marqué pendant toute cette période la destinée de tous les États de la région qui ont tous été contraints de choisir leur camp, ou de jouer, avec plus ou moins de succès, un camp contre l'autre. L'effondrement de l'ordre bipolaire a mis un terme à cet embarras tout en faisant perdre à la région une partie de son importance stratégique.

5La fluidité retrouvée, les contraintes de la guerre froide dépassées ont aussi amené un rééquilibrage entre les différentes composantes ethniques de l'espace moyen-oriental. Depuis la dissolution de l'Empire ottoman et plus encore depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le centre de gravité du Moyen-Orient a été le monde arabe. La Turquie et l'Iran, malgré l'importance de leurs dimensions territoriale et démographique, ont été durant tout ce temps marginalisés, spectateurs plus qu'acteurs de la scène moyen-orientale. Le démantèlement de la clôture du nord a eu aussi pour conséquence le déplacement du centre de gravité régional du monde arabe vers le monde turco-iranien. Désormais, Moyen-Orient et Orient arabe ne se confondent plus et la région apparaît dans toute sa complexité.

  • 2 A propos de la mer Noire voir le n° 15 des Cahiers d'études sur lu Méditerranée orientale et le mo (...)
  • 3 Sur l'ECO voir "ECO Looking to the Future", Strategie Studies (Islamabad), vol. XV, no. 2, Winter (...)

6Une autre conséquence de l'ouverture du Moyen-Orient sur le Caucase et l'Asie centrale est l'apparition de nouvelles possibilités d'articulation sous-régionale et même transrégionale qui sans doute modifieront les faisceaux d'interactions et de coopération entre les États. Ainsi, autour de la mer Noire2 de même qu'autour de la mer Caspienne, comme ce fut le cas dans les années quatre-vingt dans le cadre de la péninsule Arabique et sur les côtes sud du golfe Persique, de nouvelles structures de coopération régionale sont en train d'apparaître, tandis que la Turquie projette de rassembler autour d'elle les États turcophones et que l'Iran cherche à établir des liens étroits avec le monde persanophone. Parallèlement à ces projets, il existe aussi des entreprises plus ambitieuses comme l'ECO (Economie Cooperation Organisation), organisme multilatéral, dont le siège est à Téhéran, qui regroupe l'Iran, la Turquie, le Pakistan, l'Afghanistan, l'Azerbaïdjan et les cinq Républiques centre-asiatiques. Hormis les États arabes, cette structure de coopération incorpore les États musulmans situés entre le Bosphore et les frontières de la Chine et de l'Inde. Curieusement, les limites spatiales de l'ECO s'apparentent (mis à part la région du Croissant fertile) à peu près à celles de l'Empire Seldjoukide des xie et xiie siècles3 L'émergence de ces sous-systèmes accentue sans doute la fragmentation régionale, engendre de nouvelles rivalités et oppositions et approfondit les fossés déjà existants entre les mondes arabe, turc et iranien, mais il ne faut toutefois pas exagérer leur impact négatif. En effet, le Moyen-Orient tel qu'il a existé avant l'éclatement de l'Empire soviétique n'a jamais formé un espace homogène et uniforme. Tout au contraire cette région, même dans son cadre spatial le plus restreint, a toujours été caractérisée par sa complexité géographique, ethnique, religieuse, économique, idéologique, source par ailleurs d'innombrables conflits. De ce point de vue, sa plus grande ouverture sur l'Asie ne modifie que peu sa nature compliquée et potentiellement conflictuelle.

Le nécessaire rapprochement

  • 4 Jean et André Sellier dans leur Allas des peuples d'Orient, (Paris, La Découverte, 1993) proposent (...)

7Les liens historiques, les affinités religieuses, ethniques et culturelles ainsi que la proximité géographique sont évidemment des raisons suffisantes pour expliquer la symbiose qui est en passe de se réaliser entre les divers espaces, les multiples fragments de "l'Orient"4. Mais, au-delà de cette attirance mutuelle, existent aussi des considérations fonctionnelles, politiques et économiques qui justifient un tel rapprochement.

8Du côté des Républiques centre-asiatiques et transcaucasiennes, mis à part la Géorgie qui possède une façade sur la mer Noire, les sept autres États n'ont aucun accès à une mer ouverte ; pour eux, la question de l'enclavement est une préoccupation majeure. La souveraineté retrouvée et l'affirmation nationale passent par le désenclavement qui signifie ouverture sur le monde et fin de la "provincialisation". Or, à la différence des pays d'Asie centrale et du Caucase, les pays du Moyen-Orient, au sens strict du terme, ont tous accès à la mer. Il existe donc une véritable complémentarité entre ces deux espaces de ce point de vue. Si les nouveaux États indépendants veulent donner un contenu à leur souveraineté et se ménager une autonomie par rapport à la Russie, ils doivent nécessairement se tourner vers les pays situés sur leur flanc sud. L'indépendance et l'ouverture vers le Moyen-Orient vont donc de pair.

9Sur le plan économique aussi, il y a à la fois une quasi-obligation d'intensification des échanges et un certain nombre d'intérêts mutuels qui favorisent le rapprochement. Ces interactions économiques sont liées essentiellement aux produits énergétiques, au pétrole et au gaz. L'avenir économique de l'Azerbaïdjan, du Turkménistan, du Kazakhstan et dans une moindre mesure, pour le moment, de l'Ouzbékistan dépend de leur production de pétrole et de gaz. La vente de ces produits sur les marchés internationaux, qui devrait procurer l'essentiel des revenus que ces États espèrent consacrer à leur développement et à leur transition économique, se fait à l'heure actuelle uniquement à travers la Russie. La diversification des voies de transport et d'acheminement devrait contribuer à l'affermissement de la souveraineté des États, donc à un rapprochement avec des pays comme l'Iran, la Turquie, l'Afghanistan et le Pakistan qui offrent des voies de dégagement alternatives. Par ailleurs, les pays pétroliers des bords de la mer Caspienne partagent les mêmes préoccupations que les pays producteurs de pétrole riverains du golfe Persique quant aux fluctuations du prix du pétrole. La communauté d'intérêts sur cette question fondamentale impose une collaboration entre les Républiques méridionales de l'ex-Union soviétique et un certain nombre de pays du Moyen-Orient.

10Cette volonté de rapprochement n'est pas uniquement le fait des Etats issus du démantèlement de l'URSS ; elle résulte aussi du désir des pays du Moyen-Orient, principalement des pays limitrophes comme la Turquie et l'Iran qui, chacun à sa manière et pour des raisons différentes, cherchent à bénéficier de la nouvelle configuration afin de confirmer leur statut respectif de puissances régionales.

11Pour la Turquie, l'apparition de cinq nouveaux États turcophones sur la scène régionale représente un événement considérable dont les conséquences à première vue ne peuvent être que positives. Un pays comme la Turquie, relativement isolé, rencontrant des difficultés à la fois pour s'intégrer au Moyen-Orient et pour être accepté au sein des instances européennes, qui découvre soudain des possibilités nouvelles d'action sur le plan international, ne peut être qu'agréablement surpris. Cette perspective est d'autant plus réjouissante pour Ankara qu'elle se présente à un moment opportun : la fin de la guerre froide et une perte d'importance de la position stratégique de la Turquie au sein de l'Alliance atlantique. En se présentant comme un pont jeté entre l'Occident et la majorité des États de Transcaucasie et d'Asie centrale, la Turquie espère retrouver sa rente stratégique et une place de choix sur plusieurs échiquiers à la fois.

  • 5 A propos des liens culturels voir Gareth M. Winrow, "Turkey and Former Soviet Central Asia : Natio (...)

12L'enthousiasme suscité par les perspectives avantageuses qui s'annoncent fait oublier à Ankara les limites de ses possibilités d'action et les éventuels risques que comporterait sa politique envers le monde turc. Pris dans le feu de l'action, et porté par une opinion publique quelque peu exaltée, le gouvernement turc néglige certaines données et mésestime quelques difficultés. Ainsi, les contraintes géographiques, les données historiques et culturelles ne sont que partiellement prises en considération.5 Du point de vue géographique, située assez loin de l'Asie centrale, la Turquie ne partage qu'une dizaine de kilomètres de frontières avec le Nakhitchévan, république autonome faisant partie de l'Azerbaïdjan mais enclavée entre l'Arménie et l'Iran. L'accès à l'Azerbaïdjan, pays considéré comme le premier partenaire d'Ankara parmi les États turcophones, doit se faire à travers l'Arménie, la Géorgie ou via l'Iran. Sur le plan historique aussi existe un inconvénient majeur : l'Empire ottoman et a fortiori la République turque n'ont jamais exercé une influence réelle en Asie centrale et leur rôle en Transcaucasie, surtout sur la façade Caspienne de cette région, a été des plus limité. Quant à la dimension culturelle, la perception turque révèle à la fois une fausse impression d'homogénéité du monde turc et une vision un peu idéaliste des affinités culturelles comme ciment d'unité. Or, il n'y a pas une langue mais des langues turques et la communauté linguistique, même si elle existe, ne constitue pas à elle seule un facteur suffisant d'union. Les peuples arabes du Moyen-Orient, qui en ont fait l'amère expérience, en savent quelque chose.

13En ce qui concerne les aspects économiques de la coopération de la Turquie avec les États turcophones, il existe certes d'importantes possibilités d'échanges et de collaboration dans divers secteurs. Très rapidement d'ailleurs, des projets ont été formulés et des programmes lancés. Cependant, la Turquie ne disposant que de ressources limitées, sans commune mesure avec les demandes des Républiques turcophones, d'autres partenaires ont été appelés à la rescousse ; mais ces derniers se sont montrés soit peu empressés soit plutôt enclins à conclure directement avec ces Etats sans passer par l'intermédiaire de la Turquie. Ceci étant, la difficulté majeure rencontrée par la Turquie dans le redéploiement de sa diplomatie n'est pas d'ordre économique mais politique. En effet, le rapprochement avec l'Azerbaïdjan, qui se trouve au premier plan de ses préoccupations diplomatiques, est handicapé par le problème du Haut-Karabagh. A ce propos, Ankara est contraint, afin de ménager l'Arménie, la Russie, les pays occidentaux et même l'Iran, de choisir une ligne de conduite pondérée qui ne conviendra pas nécessairement aux autorités de Bakou. Ainsi, l'élection en juin 1992 d'Aboulfaz Eltchibey, chef du Front populaire à la présidence de la République d'Azerbaïdjan, a eu un effet paradoxal sur les relations entre les deux pays. M. Eltchibey, prônant une politique ouvertement pro-turque, s'empressa de développer des relations privilégiées avec Ankara. Le rapprochement ainsi amorcé, tout en étant flatteur pour la Turquie, suscitait aussi des attentes de soutien dans le conflit du Haut-Karabagh auxquelles la Turquie ne pouvait répondre positivement. Cette situation provoqua la déception et l'amertume des membres du gouvernement pro-turc de l'Azerbaïdjan. La mise à l'écart, un an après son élection, du président Eltchibey et le retour au pouvoir de Heydar Aliev, un ancien communiste favorable à un rééquilibrage des relations extérieures de l'Azerbaïdjan, fut ressenti à Ankara comme un revers, mais eut aussi le mérite de supprimer une obligation de soutien actif qui pesait sur les autorités turques et qu'elles ne pouvaient de toute façon pas assumer.

  • 6 Sur la politique iranienne par rapport à ces nouveaux États, voir notre étude : "L'Iran face au Ca (...)

14Quant à l'Iran, le bouleversement du paysage géopolitique sur ses frontières du nord lui ouvre de nouvelles perspectives d'action qui semblent apparemment de bon augure.6 Par rapport à la Turquie, ce pays possède quelques atouts et un certain nombre de désavantages. Parmi les atouts, il faut avant toute autre considération relever la contiguïté territoriale à la fois avec le Caucase et l'Asie centrale. L'Iran est le seul pays faisant le lien, par le sud, entre ces deux espaces et a ainsi des possibilités de désenclavement à offrir aux pays situés dans ces régions. Du point de vue historique aussi, l'Iran partage un passé commun avec tous les pays de la Transcaucasie et la plupart des États d'Asie centrale. Héritier d'une grande culture dont les limites spatiales dépassent largement les frontières actuelles du pays, l'Iran, malgré la primauté aujourd'hui effective des langues turques, ne se sent en rien étranger à ses pays voisins. En dépit de ces avantages, la mise en œuvre d'une politique iranienne efficace rencontre un certain nombre d'obstacles parmi lesquels les contraintes d'ordre idéologique sont probablement les plus significatives. Les options idéologiques du régime islamique font naître un sentiment de crainte chez les élites dirigeantes des nouveaux États que l'activisme diplomatique dont fait preuve Téhéran a du mal à compenser. Un autre obstacle au développement de la politique iranienne à l'égard de ses nouveaux voisins est, comme pour la Turquie, le manque de possibilités économiques. Certes, l'Iran dispose de quelques moyens financiers et peut fournir un certain nombre de produits et un savoir-faire dans des domaines particuliers comme l'industrie pétrolière. Mais ses possibilités sont très limitées et ne peuvent répondre aux demandes pressantes de pays dont les systèmes économiques sont en pleine transition. Un autre handicap majeur de l'Iran face à l'Asie centrale et au Caucase provient de l'isolement du régime islamique sur la scène internationale. L'édification d'une politique étrangère susceptible de rentabiliser au maximum les possibilités offertes par le nouvel environnement géopolitique du pays aurait nécessité le soutien et l'implication active des partenaires de Téhéran. Or, les quelques pays avec lesquels l'Iran islamique est lié comme la Syrie, la Libye, la Corée du Nord et le Soudan ont peu à offrir sur ce plan.

15Par rapport à l'Azerbaïdjan, l'Iran, comme la Turquie mais pour d'autres raisons, est aussi fortement impliqué. L'attention toute particulière portée par ce pays aux affaires concernant l'Azerbaïdjan découle de raisons à la fois ethniques, religieuses, historiques et politiques. Des deux côtés de l'Araxe, rivière frontalière qui sépare le territoire iranien de la Transcaucasie, vivent des populations qui du point de vue linguistique (turc azéri) et confessionnel (chiite) sont apparentées. La République d'Azerbaïdjan ex-soviétique est une formation issue de l'unification d'un certain nombre de khanats faisant partie intégrante de l'Iran jusqu'au début du xixe siècle avant d'être annexés par les Russes qui, dès les premières années de la formation de l'URSS, ont prôné l'idée, reprise au panturquisme, d'un Grand Azerbaïdjan intégrant l'Azerbaïdjan iranien. Ce mythe irrédentiste, qui fait partie du discours nationaliste azerbaïdjanais, ne peut évidemment pas plaire à l'Iran et est à l'origine d'un malaise dans les rapports entre les deux pays, malaise renforcé par le rapprochement esquissé avec la Turquie durant la présidence Eltchibey.

16L'émergence de la Transcaucasie et de l'Asie centrale sur la scène régionale et internationale a fait apparaître, après soixante-dix ans d'un calme quasi olympien, un certain nombre de dissensions dans les relations entre l'Iran et la Turquie. Certes, l'instauration d'une République islamique en Iran, en 1979, avait déjà rompu l'unité de vue qui existait depuis Mustafa Kemal et Reza Shah entre les deux pays voisins ; mais, en dépit du clivage idéologique à la suite de la révolution islamique, les dirigeants turcs et iraniens étaient parvenus à maintenir des relations correctes. Les bouleversements qui se sont produits à proximité de leurs territoires obligent les deux pays à œuvrer sur le même terrain, à convoiter les mêmes objectifs. Ces circonstances nouvelles ont mis en lumière la fracture idéologique profonde qui existe entre les deux États et que, d'un commun accord, on avait relégué au second plan durant près de quatorze ans. Aujourd'hui, il devient de plus en plus difficile de maintenir la fiction de relations de voisinage parfaitement normales. L'Iran et la Turquie sont désormais deux puissances concurrentes, ce qui pourrait entraîner à terme une certaine modification de l'équilibre régional au Moyen-Orient.

  • 7 Sur les relations d'Israël et les États de Transcaucasie et d'Asie centrale voir : Financial Times(...)

17Dans le sillon de ces deux pays ou indépendamment de ceux-ci, d'autres États moyen-orientaux se sont aussi engagés dans une politique active à l'égard des pays de Transcaucasie et de l'Asie centrale. Parmi ceux-ci, l'Arabie Saoudite occupe une place de choix. Son intérêt pour ces régions s'inscrit dans sa politique habituelle d'aide aux institutions religieuses sunnites et son soutien financier à la réalisation de quelques projets économiques. Mais au-delà de ces objectifs apparaissent aussi d'autres préoccupations. Il s'agit globalement d'établir des rapports privilégiés avec les mouvements islamistes pour contrer une éventuelle influence iranienne. L'implication en Asie centrale de l'Arabie Saoudite est aussi en partie liée à sa politique envers le Pakistan et l'Afghanistan. Outre l'Arabie Saoudite, d'autres pays de la région comme l'Égypte, certaines monarchies pétrolières et Israël commencent également à développer des relations avec les Etats centre-asiatiques.7 Ainsi des courants d'échange et des communications s'organisent progressivement et les liens entre les deux espaces se revitalisent.

Les limites

18L'ouverture du Moyen-Orient sur le Caucase et l'Asie centrale, les retrouvailles entre les parties d'un ensemble aux caractéristiques si proches sinon identiques, augurent-elles l'apparition d'un espace qui, tout en étant fortement diversifié, aurait tendance à la symbiose et à l'intégration ? C'est une possibilité que l'on ne peut évidemment pas écarter à long terme, mais pour le moment, et probablement pour de nombreuses années à venir, le destin des États caucasiens et centre-asiatiques sera marqué, directement ou indirectement, par leur passé russe et leurs rapports avec la Russie actuelle.

19On n'efface pas d'un coup de baguette magique un siècle et demi et même parfois deux siècles de contacts continus et d'histoire commune. Ces relations ont laissé des traces profondes sur les mentalités, les comportements, les langues, ainsi que sur les structures sociales et politiques, sans épargner même les habitudes alimentaires ou vestimentaires. Ces traces ne disparaîtront sans doute pas de sitôt et, d'une certaine manière, les peuples du Caucase et de l'Asie centrale seront toujours liés aux Russes. Mais au-delà du poids de l'histoire, le "l'ait russe", sous ses multiples facettes, participe pleinement à la réalité actuelle de l'ensemble des huit Républiques et singularise leur situation par rapport à leurs voisins méridionaux.

20La présence des minorités russes, les considérations géo-politiques et les liens économiques sont les trois éléments qui continuent à lier la Transcaucasie et l'Asie centrale à la Russie de manière déterminante.

  • 8 Pour une analyse générale sur la situation des Russes résidant à l'extérieur de la Fédération, on (...)

21S'agissant de la présence des minorités russes, rien qu'en Asie centrale on estime leur nombre à dix millions de personnes, ce qui représente un cinquième de la population totale de cette région. La situation de ces Russes varie selon chaque pays en fonction de leur nombre, de l'ancienneté de leur implantation, de leur rôle économique et des contextes politiques.8 Ainsi, au Kazakhstan les Russes forment entre 37 et 40 % de la population de la République et résident principalement dans le nord du pays, région où les industries pétrolière et métallurgique sont concentrées. Certaines organisations politiques des Russes du Kazakhstan se prononcent pour le rattachement de leur région de résidence, qui forme d'ailleurs le pays "utile", à la Fédération de Russie. Cela constitue évidemment un formidable moyen de pression potentiel de Moscou sur Almaty (ex-Alma-Ata), d'où la prudence politique des dirigeants kazakhs qui sont souvent de fervents défenseurs de la CEI et des partisans de l'égalité en droit des personnes de toutes origines installées au Kazakhstan. Bien que tous les gouvernements en place dans la région affirment leurs bonnes intentions à l'égard des Russes et déclarent que ceux-ci n'ont rien à craindre dans leur pays, l'instabilité politique et les conflits influent sur la situation des Russes qui sont de plus en plus nombreux à vouloir partir. C'est le cas de l'Azerbaïdjan et du Tadjikistan qui occupent le premier et le deuxième rang dans l'ex-URSS pour le nombre de départs depuis 1990. Ces départs sont à l'origine de nombreuses difficultés pour la Russie qui vit une grave crise économique et ne sont pas sans conséquence pour le pays de provenance où ces personnes occupaient souvent des postes de responsabilité technique, économique et administrative. Au-delà des questions socio-économiques, la présence d'importantes minorités russes peut être de part et d'autre utilisée à des fins politiques. Ainsi, la plupart des gouvernements des pays d'Asie centrale, conscients de la crainte des Russes devant la montée éventuelle de l'islamisme, appellent ces derniers à rester en raison de la protection que pourrait leur offrir la Russie en cas d'offensive de toute opposition qu'on qualifiera, souvent pour les besoins de la cause, d'intégriste. De son côté, Moscou peut toujours invoquer les menaces qui peuvent peser sur les communautés russes en cas de déstabilisation de l'un ou l'autre pays. L'intervention des forces armées russes au Tadjikistan a été, entre autres, expliquée de cette manière en invoquant la nécessité de protéger les Russes qui continuent de vivre dans ce pays.

22Outre la spécificité de chaque situation particulière, dans l'ensemble la présence de nombreux Russes dans les anciennes "colonies" soulève chaque jour des problèmes quant à la citoyenneté, l'éducation, l'apprentissage des langues nationales, l'intégration, etc. Sans vouloir faire des prévisions à long terme, il est fort probable que dans les années à venir le statut des communautés russes résidant dans les pays de la région sera l'un des enjeux majeurs à la fois de la politique intérieure de chaque Etat et de ses rapports avec Moscou.

  • 9 A ce propos voir : John Lough. "The Place of the 'Near Abroad' in Russian Foreign Policy", RFE/RL (...)
  • 10 Le Monde, 12 août 1993.

23La vision que la Russie a de ses intérêts géopolitiques est un autre élément fondamental qui pèse sur l'avenir des pays de Transcaucasie et d'Asie centrale. En effet, il serait naïf de réduire la politique russe à l'égard des Républiques méridionales de l'ancienne union uniquement à la tentative de réaliser une CEI considérée comme une sorte de structure lâche de coopération entre États parfaitement souverains. En réalité, à travers la CEI ou en dehors de celle-ci, l'objectif essentiel de Moscou apparaît de plus en plus comme la conservation de son influence sur les marches de la Russie par tous les moyens, y compris en favorisant les minorités rebelles comme en Géorgie et en Azerbaïdjan, en accordant un soutien aux élites néo-communistes comme au Tadjikistan, en s'engageant aux côtés des régimes dictatoriaux, comme en Ouzbékistan pour parer à "la menace islamiste", ou en érigeant ses imités armées sur place en "force de paix régionale" afin d'imposer la "Pax russica". Indépendamment de l'interventionnisme pratiqué, plus ou moins discrètement, à l'intérieur des anciennes Républiques de l'union, les dirigeants russes donnent l'impression d'élargir le périmètre de sécurité de la Fédération de Russie bien au-delà de ses frontières et de l'étendre aux limites de l'ex-URSS. L'implication de l'armée russe sur la frontière entre le Tadjikistan et l'Afghanistan, durant l'été 1993, est la preuve éclatante de cette vision des choses. Le concept de "l'étranger proche" cher ces dernières années à la diplomatie de Moscou et appliqué aux États de Transcaucasie et d'Asie centrale annonce-t-il une "doctrine Monroe" russe ?9 Quand M. Eltsine déclare à propos des pays d'Asie centrale que "beaucoup d'Etats indépendants sont rassasiés de souveraineté et commencent à comprendre que, sans la Russie, personne ne les prendra dans les bras"10, on est en droit de s'interroger sur le crédit qu'on accorde à Moscou aux nouvelles indépendances.

24Sur le plan économique aussi, l'avenir des Républiques caucasiennes et centre-asiatiques dépend très étroitement de la Russie. L'imbrication des économies de ces pays dans celle de l'ancienne métropole est telle que toute décision économique importante prise à Moscou a des implications directes pour ces Etats. Par ailleurs, sur le plan monétaire également, ces pays sont contraints de se plier à la politique russe. Rester dans la zone rouble ou en sortir, comme l'a fait le Kirghizistan, représente deux cas de figure également onéreux pour les partenaires de Moscou. Le retrait, durant l'été 1993, par la Banque centrale de Russie des billets antérieurs à 1993 a surpris les responsables des États centre-asiatiques qui ne disposaient pas de nouvelles coupures pendant un certain temps et voyaient soudain leurs avoirs en roubles considérablement dévalués. De même, la décision du Kirghizistan de posséder sa propre monnaie a été très mal perçue à Moscou. Quant à la participation de ces Etats à des structures de coopération économique avec d'autres partenaires que la Russie, elle soulève aussi des problèmes. Ainsi, en juillet 1993, le vice-premier ministre russe a demandé aux pays d'Asie centrale de choisir entre une alliance économique avec la Russie et une coopération avec d'autres pays asiatiques. En interdisant, même verbalement, l'appartenance aux deux unions économiques en gestation, la Russie montrait clairement son irritation face à tout rapprochement trop poussé entre les Républiques "musulmanes" et les puissances voisines.

  • 11 Propos recueillis par Pierre Bocev, Le Figaro, 6 septembre 1993.

25Dans un entretien accordé en septembre 1993 à un journaliste français, le président du Kazakhstan, Noursoltan Nazarbaïev, à la question "Vous avez récemment déclaré que les pays de la CEI ne seraient véritablement indépendants que dans quinze ou vingt ans. Pourquoi ?" répondait : "L'indépendance politique, nous l'avons : une déclaration en ce sens, une loi, tous les attributs, comme l'hymne, le drapeau et les armoiries. Et nous sommes à l'ONU. Mais sans indépendance économique ? ... Il ne s'agit pas d'accuser la Russie ni qui que ce soit. Mais les faits sont là. L'URSS était dirigée par une élite qui gouvernait 'au nom du peuple'. Dans cet État totalitaire, toutes les Républiques étaient liées les unes aux autres pour empêcher toute velléité de départ. Aucune République n'avait le droit d'accéder au marché international. Prenez le Kazakhstan : aucun chemin de fer pour nous relier à la Chine notre voisine, pas de liens routiers avec l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan ; accéder au marché mondial, c'était passer par la Russie."11 Ce qui est vrai pour le Kazakhstan l'est aussi pour toutes les autres Républiques. Cependant, le Président kazakh, dans la position qui est la sienne, ne pouvait évidemment évoquer l'aspect politique de la dépendance par rapport à la Russie. Or cette dimension n'est pas moins importante que l'indépendance économique et cela d'autant plus que la situation présente semble de plus en plus confirmer la persistance du réflexe impérial chez les Russes et la volonté de Moscou de s'arroger le rôle de protecteur des anciens États de l'union en écartant toute interférence externe dans les affaires régionales. On ne peut certes, dans l'état actuel des choses, affirmer que les dirigeants russes rêvent de reconstituer un empire à l'image du passé. Mais l'intégration des Républiques de Transcaucasie et d'Asie centrale dans la mouvance des États du Moyen-Orient paraît aujourd'hui plus problématique que durant les premiers temps des indépendances. Pourtant, l'espace historique de l'Orient, qui avait perdu toute réalité durant la période soviétique, s'est très vite revitalisé et l'on ne voit pas pourquoi, une fois passés les désordres actuels, la Russie elle-même ne trouverait pas intérêt aux liens qui se rétablissent entre le Moyen-Orient, le Caucase et l'Asie centrale.

Notes

1 Sur la définition du Moyen-Orient Voir : G. Et/el Pearcy, "The Middle East - An Indefinable Région", Department of State Bulletin, March 1959, pp. 407-416 ; Nikki R. Keddie, Is There a Middle East ?", International journal of Middle East Studies, 4, 1973, pp. 255-271.

2 A propos de la mer Noire voir le n° 15 des Cahiers d'études sur lu Méditerranée orientale et le monde lurco-iranien (1993) entièrement consacré à la zone de coopération économique des pays riverains de cette mer.

3 Sur l'ECO voir "ECO Looking to the Future", Strategie Studies (Islamabad), vol. XV, no. 2, Winter 1992.

4 Jean et André Sellier dans leur Allas des peuples d'Orient, (Paris, La Découverte, 1993) proposent d'utiliser le nom d' "Orient" pour désigner les trois ensembles Moyen-Orient, Caucase, Asie centrale.

5 A propos des liens culturels voir Gareth M. Winrow, "Turkey and Former Soviet Central Asia : National and Ethnic Identity", Central Asian Survey, vol. 11, no. 3, 1992, pp. 101-111.

6 Sur la politique iranienne par rapport à ces nouveaux États, voir notre étude : "L'Iran face au Caucase et à l'Asie centrale", Le Trimestre du monde, 4e trimestre 1992, pp. 181-190.

7 Sur les relations d'Israël et les États de Transcaucasie et d'Asie centrale voir : Financial Times, 6 May 1992, The Jerusalem Report, 12 Mardi 1992, Middle East International, 15 May 1992.

8 Pour une analyse générale sur la situation des Russes résidant à l'extérieur de la Fédération, on consultera Michel Kahn, "Les Russes dans les ex-républiques soviétiques", Le courrier des pays de l'Est, n° 376, janvier-février 1993, pp. 3-20.

9 A ce propos voir : John Lough. "The Place of the 'Near Abroad' in Russian Foreign Policy", RFE/RL Research Report, vol. 2, no. 11, 12 March 1993, pp. 21-29 et aussi Moihaddin Meshahi. "Russian foreign policy and security in Central Asia and the Caucasus", Central Asian Survey, vol. 12. no. 2. 1993). pp. 181-213.

10 Le Monde, 12 août 1993.

11 Propos recueillis par Pierre Bocev, Le Figaro, 6 septembre 1993.

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540