Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie III. Enjeux internationaux

Les relations économiques euro-arabes : verticalité et dépendance

Bichara Khader

Texte intégral

1Du fait de sa proximité géographique et des liens historiques tissés au fil des siècles, la Communauté européenne entretient avec les pays arabes d'importants échanges. Sur le plan économique, ces relations sont restées bilatérales. À l'exception de l'accord entre la CEE et le Conseil de Coopération du Golfe, signé en 1988, il n'y a pas entre la CEE et la Ligue des Etats arabes ou les autres regroupements régionaux – Union du Maghreb arabe et Conseil de Coopération arabe – des accords de région à région, cela du fait d'une trop grande verticalité des échanges économiques entre les différents pays arabes et la CEE, de la faible diversification des économies arabes, du peu d'échanges inter-arabes et, surtout, de l'absence d'une politique arabe de la CEE.

2Certes, il y a eu l'épopée du dialogue euro-arabe (1973-1993). Amorcé suite à la première crise pétrolière en 1973, ce dialogue est au point mort depuis le début de la crise koweïtienne en août 1990. Exercice stérile de diplomatie multilatérale, le dialogue euro-arabe n'avait d'ailleurs jamais suscité un enthousiasme débordant, ni du côté européen, ni du côté arabe.

3Dans cette contribution, il sera surtout question des relations économiques euro-arabes : les accords de coopération et les échanges commerciaux.

Les premiers accords CEE – pays arabes

4Dès 1957, les signataires du Traité de Rome ébauchent le principe d'association économique avec les pays tiers afin de maintenir et d'intensifier les courants traditionnels d'échanges et de contribuer au développement économique de ces pays. Un protocole annexé au Traité CEE autorise la France à maintenir avec le Maroc et la Tunisie un régime d'échanges préférentiels, en dérogation aux règles de l'union douanière.

5Au moment de la signature du Traité de Rome, l'Algérie est encore "territoire français". Le Maroc et la Tunisie (indépendants depuis 1956) demandent en revanche, dès 1963, l'ouverture de négociations en vue de conclure des accords d'association avec les "Six", sur la base de l'article 238 du Traité. Les négociations aboutissent en 1969 et les premiers accords sont signés. En mars 1973, un texte complémentaire est signé afin d'adapter ces accords au premier élargissement à trois membres : le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark (Protocoles du 2 mars 1973 pour le Maroc et du 28 février 1973 pour la Tunisie).

6Parmi les pays du Moyen-Orient, c'est le Liban qui, le premier, signe le 21 mai 1965 avec les "Six" un accord commercial non préférentiel. En 1969 commencent des négociations préliminaires avec l'Egypte ; elles aboutissent à la signature d'un accord commercial en décembre 1972.

7La "politique méditerranéenne globale", adoptée en 1972, ouvre à tous les pays du bassin méditerranéen une perspective plus large que de simples accords commerciaux. Sur cette base, des discussions s'engagent en 1973 avec les pays du Maghreb ; elles se concluent par des accords en mars et en avril 1976. Le 18 janvier 1977 sont signés des accords avec l'Egypte, la Syrie et la Jordanie. Interrompues du fait de la guerre civile, les négociations avec le Liban aboutissent en mai 1977.

8La signature des actes relatifs aux conditions d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté européenne, intervenue le 12 juin 1985 et dont l'entrée en vigueur prend effet le 1er janvier 1986, rend urgente la recherche de solutions à l'égard des pays tiers méditerranéens, dont les pays arabes. Conformément à la déclaration adoptée par le Conseil en mars 1985, les objectifs poursuivis par la CEE visent, d'une part, à assurer le maintien des courants traditionnels d'échanges entre la Communauté et les pays tiers méditerranéens et, d'autre part, à poursuivre et à renforcer la coopération économique et financière. C'est sur cette base que sont signés les protocoles de 1987-1991 avec les pays du Maghreb et du Machrek.

9Auparavant, un accord de coopération commerciale et technique est signé entre la CEE et le Yémen du Nord (1984). Quatre autres pays arabes entretiennent des relations privilégiées avec la Communauté, dans le cadre de la Convention de Lomé. Ce sont la Somalie (1975), la Mauritanie (1975), Djibouti (1978) et le Soudan (1980). Ces pays sont dans un tel état de délabrement économique qu'ils ne pèsent guère dans les relations économiques euro-arabes. Quant aux pays du Golfe, un accord est signé en juin 1988 avec la CEE, et des négociations sont en cours en vue de la constitution d'une zone de libre-échange. Soulignons à cet égard que c'est le premier accord conclu entre la CEE et un regroupement régional arabe. Enfin, l'Irak et la Libye n'ont pas de relations formelles avec la CEE, mais des échanges économiques importants.

10Ainsi, les relations économiques européennes avec les différents pays arabes s'inscrivent dans différents cadres :

  • les accords commerciaux préférentiels : c'est le cas des relations CEE-pays du Maghreb (Maroc, Tunisie, Algérie) ou des relations CEE-pays du Machrek (Jordanie, Egypte, Liban, Syrie) ;

  • la Convention de Lomé : c'est le cas des relations de la CEE avec la Mauritanie, Djibouti, la Somalie et le Soudan ;

  • l'accord de coopération, signé en juin 1988, entre la CEE et les pays du Conseil de Coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Oman, Bahreïn, Qatar, Émirats Arabes Unis et Koweït).

11Il n'y a donc pas de relations économiques organisées entre la CEE et la Ligue des États arabes en tant que telles.

Contenu des premiers accords

12Les accords de coopération qui lient les sept pays méditerranéens de la Ligue arabe à la CEE comportent un schéma identique fondé sur trois volets.

13Tout d'abord, des préférences commerciales ouvrent un marché de près de 300 millions de consommateurs aux produits de ces pays. En effet, les accords prévoient une franchise totale pour les produits industriels, à l'exception des produits pétroliers raffinés et de certains textiles qui sont presque les seuls produits manufacturés exportés par les pays arabes. De fait, une politique d'importations de textiles de plus en plus stricte a été mise en place par la CEE, qui tend à limiter très fortement les possibilités de développement des productions des pays méditerranéens destinées à l'exportation. Et ce sont précisément ceux qui n'exportent pas de pétrole, donc les plus démunis, qui se trouvent frappés : Maroc, Tunisie, Egypte.

14Les conditions ne sont pas plus favorables dans le secteur agricole en raison des difficultés que connaissent les productions méditerranéennes de la Communauté (fruits et légumes, agrumes, vin, huile d'olive). Les concessions tarifaires sont déjà très restreintes, toujours partielles pour les produits importants et souvent assorties de conditions particulières. Ainsi, pour beaucoup de variétés de fruits et légumes, elles ne sont octroyées qu'à certaines périodes de l'année. L'entrée de la Grèce, puis de l'Espagne et du Portugal, au sein de la CEE n'a pas arrangé les choses.

15Ensuite, les accords de coopération conclus en 1976 prévoient une contribution financière de la Communauté au développement économique des sept pays arabes concernés. Le total de cette première aide est de 639 millions d'Écus répartis entre les sept bénéficiaires. Ce montant est notoirement insuffisant, compte tenu des besoins énormes de ces pays. Quel en est alors l'intérêt ? En valeur absolue, ces sommes ne couvrent qu'une faible part des projets financés, d'autant qu'une partie est accordée sous forme de prêts remboursables et qu'une proportion importante des dons est consacrée à la bonification des taux d'intérêts des prêts. Cependant, la présence de la Communauté, partie prenante dans les contrats de financement, a un effet d'entraînement sur les autres bailleurs de fonds qui font confiance au sérieux de ses interventions. Cette présence constitue une sorte de caution morale.

16De nouveaux protocoles financiers sont conclus à la fin de 1981. En voici le détail :

Tableau 1 : Deuxièmes protocoles financiers (en millions d'Écus)

Tableau 1 : Deuxièmes protocoles financiers (en millions d'Écus)

Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1991-93.

17Ces moyens sont affectés au financement, partiel ou total, de projets d'investissement dans les domaines de la production et de l'infrastructure économique.

18La possibilité d'actions conjointes auxquelles participent d'autres bailleurs de fonds, est également prévue. Notons encore qu'au-delà des contributions financières, un vaste champ d'action économique est ouvert à la coopération avec la CEE ; cela peut être la commercialisation et la promotion des ventes, la coopération industrielle, l'encouragement aux investissements privés et la coopération dans les domaines scientifique, technologique et de l'environnement.

19Enfin, en raison du grand nombre de ressortissants des pays du Maghreb travaillant dans la Communauté, des dispositions particulières sont prévues dans les accords avec ces pays. Elles garantissent en principe à ces travailleurs des conditions de travail et de rémunération ainsi que des avantages dans le domaine de la sécurité sociale égaux à ceux dont jouissent les travailleurs européens.

20Ces accords sont gérés d'une manière rigoureusement paritaire. Un Conseil des ministres représentant les deux parties se réunit une fois par an pour faire le bilan du travail en commun. Un comité, au niveau des ambassadeurs, l'assiste dans son travail et peut se réunir chaque fois que la nécessité s'en fait sentir. En outre, la Commission a ouvert des délégations permanentes dans chaque capitale des sept pays arabes concernés, comme c'est déjà le cas pour les quatre pays arabes signataires de la Convention de Lomé. Ces derniers bénéficient normalement de tous les avantages de cette Convention : coopération financière du Fonds Européen de Développement, accès pratiquement libre sur le marché européen pour toutes leurs exportations vers la Communauté et garantie d'un niveau stable pour les recettes qu'ils tirent de la vente à la CEE d'un certain nombre de produits de base (système Stabex).

Evaluation des premiers accords

  • 1 B. Khader, Le Grand Maghreb et l'Europe et L'Europe et le Monde Arabe, Paris, Publisud, 1992.
  • 2 CEE, La Communauté Européenne face au bassin méditerranéen (document établi par des experts), Luxem (...)
  • 3 Pour plus de détails, voir : J. Percebois, "Les échanges économiques euro-arabes, problèmes et pers (...)

21Nous avons analysé ailleurs1 l'approche globale méditerranéenne et les résultats des accords signés entre la CEE et les pays arabes de la Méditerranée. Rappelons que le "protectionnisme de la Communauté, spécialement dans les deux principaux secteurs d'exportation des partenaires (en dehors des carburants) – l'agriculture et l'habillement – a freiné le libre accès des produits manufacturés, reconnu dans le cadre de la politique méditerranéenne"2. En effet, pour ce qui est des exportations textiles, la Communauté introduit dans les années 1980 les fameux accords d'autolimitation pour ne pas porter préjudice au secteur textile européen frappé de plein fouet par la récession. Quant au protectionnisme agricole, il est en fait inhérent à la politique agricole commune (PAC) puisque celle-ci, par un jeu subtil de prélèvements-restitutions, cherche à assurer un niveau de vie "équitable" aux agriculteurs grâce à des prix de vente rémunérateurs, tout en maintenant des prix "raisonnables" pour les consommateurs3.

22Les conséquences des accords d'auto-limitation et de la PAC sont bien sûr négatives pour les pays arabes. En effet, les possibilités d'exportation vers le Marché européen se rétrécissent dans les moments de récession (pour le textile) ou au fur et à mesure que l'autosuffisance alimentaire européenne s'améliore et que la Communauté européenne s'élargit (pour les produits agricoles). Ainsi, malgré des percées réelles des exportations arabes sur les marchés européens, l'application des accords CEE-pays arabes laisse à désirer. Certes, les intentions européennes sont louables, surtout quand il s'agit d'accorder le libre accès aux produits manufacturés. Mais ces possibilités de libre accès ne peuvent guère être utilisées sur une vaste échelle, compte tenu de la faiblesse structurelle de l'industrie dans les pays arabes. La seule exception est le secteur du textile, qui fait preuve d'un grand dynamisme, mais se heurte très vite à la politique dite "des secteurs en crise".

23Pour ce qui est de la coopération financière, celle-ci est, dans l'ensemble, limitée. En effet, l'aide de la CEE aux sept pays arabes concernés se compose de ressources budgétaires et de prêts de la Banque Européenne d'Investissements (BEI). Le total des apports financiers de la Communauté entre 1975 et 1987 s'élève à 3,1 milliards d'Écus (56 % de cette somme provenant des prêts de la BEI). En comparant les montants des trois premières générations de protocoles financiers 1978-1991, on constate tout d'abord que, en passant d'une génération à l'autre, il y a une augmentation de l'ordre de 50 %. Mais si l'on tient compte de l'inflation, l'augmentation suffit à peine à actualiser l'aide communautaire. Ensuite, la ventilation entre les différentes formes d'aide fait ressortir un déséquilibre croissant en faveur des prêts BEI qui augmentent plus vite que les aides budgétaires. Enfin, dans les premiers protocoles, certains pays sont avantagés par rapport à d'autres (le Maghreb par rapport au Machrek). Dans les suivants, un certain rééquilibrage est opéré, notamment en faveur de l'Egypte pour ce qui est des aides budgétaires.

Tableau 2 : Aide de la CEE aux pays arabes méditerranéens (protocoles financiers 1978-91 en millions d'Écus)

Tableau 2 : Aide de la CEE aux pays arabes méditerranéens (protocoles financiers 1978-91 en millions d'Écus)

Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1978-1992.

24En ce qui concerne l'affectation de la coopération au titre des premiers protocoles financiers, celle-ci est très diversifiée, allant du financement de projets d'infrastructure (notamment dans le domaine énergétique) à des actions de développement industriel (sous forme de lignes de crédit). Par le biais des aides non remboursables et par des prêts spéciaux, la coopération sert à des actions de formation et d'assistance technique. Pour plusieurs projets, des prêts spéciaux sont combinés avec des prêts de la BEI ; certaines interventions de celle-ci sont effectuées en cofinancement avec d'autres bailleurs de fonds (Fonds arabes, BIRD, etc.).

25Ainsi, le bilan de l'approche globale méditerranéenne de la Communauté apparaît assez mitigé. Aussi les avantages de l'accès préférentiel des produits agricoles et industriels sont-ils rognés par la politique agricole commune (PAC), l'élargissement à l'Espagne et au Portugal et les accords d'autolimitation, notamment des exportations textiles. Quant à la coopération financière, elle est restée sans grand effet sur des économies frappées de plein fouet par un endettement rampant, un chômage endémique, des pénuries en tous genres et une croissance démographique explosive. Certes, la Communauté ne doit pas assumer toutes les responsabilités. Après tout, la banqueroute économique des pays arabes est aussi le résultat de politiques de développement qui ont prouvé leurs limites, voire même leurs effets pervers. Mais elle devrait alléger le fardeau quand celui-ci devient trop lourd à porter en optant pour une politique commerciale plus libérale, une coopération financière plus hardie et une vision de l'avenir plus ouverte à ses voisins méditerranéens les plus proches. La Méditerranée ne devrait-elle pas en effet rapprocher ses pays riverains ?

La "politique méditerranéenne rénovée"

26C'est donc pour désamorcer la critique et corriger les effets pervers de la "politique globale méditerranéenne" que la Communauté européenne adopte actuellement une nouvelle approche appelée "la politique méditerranéenne rénovée" (PMR).

  • 4 CEE, Vers une Politique Méditerranéenne rénovée, propositions pour la période 1992-1996, communicat (...)

27Un résumé4 des propositions de la Commission en vue de "rénover" la politique méditerranéenne démontre une volonté clairement exprimée de renforcer les liens avec les pays méditerranéens. Il est proposé en effet que tous les instruments communautaires soient mis en jeu : l'instrument commercial doit être amélioré, les financements communautaires (budget et BEI), révisés à la hausse (cf. tableau 3) et les financements bilatéraux publics et privés ainsi que les transferts de savoir-faire, encouragés. La question de l'environnement est abordée ainsi que celle du développement des ressources humaines.

28L'effort est louable, mais un examen plus attentif des propositions de la Commission européenne nous conduit aux observations suivantes :

  • la politique méditerranéenne rénovée reste guidée essentiellement par les intérêts commerciaux et ne vise pas à susciter des complémentarités, des synergies et, à terme, une véritable stratégie de développement solidaire ;

  • il y a un écart entre l'immensité de la tâche à accomplir et les moyens mis en œuvre ou proposés ;

  • la variété des formes d'aide proposées laisse à penser que les doubles emplois et une certaine incohérence ne seront pas éliminés ;

  • la politique méditerranéenne ne touche pas encore tous les États de la Méditerranée puisque la Libye et l'Albanie n'en sont pas partie prenante ;

  • l'accroissement de la contribution financière de la CEE et de la BEI est certes une bonne proposition. Mais l'augmentation de la contribution financière de la CEE repose principalement sur les prêts de la BEI au détriment de la partie "dons et subventions" des protocoles ;

  • l'augmentation des moyens financiers se révélerait d'une efficacité limitée si l'on ne s'attaquait pas parallèlement à la question, désormais prioritaire, de l'endettement des pays tiers méditerranéens, dont les pays arabes. Il est clair, toutefois, que c'est une question qui ne concerne pas uniquement la CEE ; celle-ci ne peut donc s'y attaquer toute seule.

Tableau 3 : Quatrièmes protocoles financiers 1991-1996 entre la CEE et les pays arabes (en millions d'Écus)

Tableau 3 : Quatrièmes protocoles financiers 1991-1996 entre la CEE et les pays arabes (en millions d'Écus)

Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1991-93.

Les échanges économiques euro-arabes

29Depuis 1973, les échanges euro-arabes ont été déterminés par la variable énergétique. En effet, l'énergie s'approprie la part du lion dans les exportations arabes et donc dans les importations de la CEE en provenance des pays arabes. De ce fait, il est abusif de parler d'interdépendance entre les deux ensembles.

  • 5 M. Benchenane, Pour un dialogue euro-arabe, Paris, Berger-Levrault, 1983, p. 266.

30Le mot interdépendance conviendrait pour caractériser les relations entre le Japon et les USA, la Belgique et la Hollande, mais certainement pas celles entre la CEE et le monde arabe. Ce dernier appartient au groupe des pays du Sud – même si certains pays arabes pétroliers ont un revenu par habitant supérieur à celui de certains pays européens –, il souffre d'un retard historique important, il est tributaire des technologies et des équipements du monde industrialisé et, dans son ensemble (21 pays), il a un PIB global à peine équivalent à celui de la Belgique et de la Hollande réunies. On ne peut donc prétendre à une sorte de "parité" de situation avec les pays de la CEE développés et industrialisés. S'il y a échanges entre le monde arabe et la CEE, il n'y a pas à proprement parler interdépendance puisque chaque région ne dépend pas de l'autre d'une façon "égale"5.

31L'évolution des échanges commerciaux entre la CEE et les pays arabes au cours des vingt dernières années a été impressionnante. Les données quantitatives révèlent cependant un accroissement considérable jusqu'en 1980, une chute tout aussi remarquable entre 1980 et 1987, puis une stabilisation (inférieure au niveau de 1980) depuis lors. Cette évolution en dents de scie est intimement liée aux fluctuations des prix du pétrole, principale ressource exportée par les Arabes.

Les importations de la CEE en provenance des pays arabes

32Le total des importations de la CEE en provenance des pays arabes a grimpé de 2,8 milliards d'Ecus en 1960 à 9 milliards d'Ecus en 1972, puis à 67,4 milliards en 1980 avant de chuter à 28 milliards environ en 1988. Depuis lors, on a assisté à une remontée puisqu'elles ont atteint 39,3 milliards en 1991.

Tableau 4 : Commerce CEE 12 avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)

Tableau 4 : Commerce CEE 12 avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)

Source : Eurostat 30.11.89

33L'évolution de la valeur des importations de la CEE en provenance des pays arabes est directement liée à la part du pétrole dans ces importations. Dans ce domaine, on observe des fluctuations considérables au fil des années sous le double effet des variations des volumes et des brusques oscillations de prix, dans le sens de la hausse en 1973-1980, puis dans celui de la baisse (suite à l'effondrement des prix en 1986). En effet, la part du pétrole arabe dans les importations nettes de la CEE est tombée de 77,4 % en 1981 à près de 62,1 % en 1988 et 62 % en 1991.

34La première conséquence de l'effondrement des prix pétroliers, en 1986 notamment, a bien sûr été une forte chute de la valeur des importations de la CEE en provenance des pays pétroliers. De ce fait, la part des pays arabes dans les importations extra-CEE s'est largement rétrécie, passant de 23,9 % en 1980 à 7,3 % en 1988, puis à 7,9 % en 1991.

Les exportations de la CEE vers les pays arabes

35Les exportations de la CEE vers les pays arabes ont progressé à un rythme très accéléré surtout depuis 1973, passant de 10 milliards d'Écus en 1970 à 37,9 en 1980, 53,2 en 1985 avant de chuter à 33,7 milliards en 1989. Une remontée a bien eu lieu puisqu'en 1991 les exportations dépassèrent la barre de 39 milliards d'Ecus. Cette progression résulte de l'accentuation de la demande des pays arabes en matière de biens d'équipement et de transport, de technologie, de produits alimentaires, de services, d'armements et de produits manufacturés.

36La progression des ventes de la CEE aux pays arabes correspond surtout à l'accumulation des pétro-dollars par les pays possédant une rente pétrolière. Ainsi, l'Algérie, autrefois premier client de la CEE (21,5 % des exportations CEE vers le monde arabe en 1972) a cédé la place à l'Arabie Saoudite (22 % des exportations CEE vers le monde arabe en 1991). La part du Maghreb (Maroc, Tunisie, Algérie) a décrû de façon systématique, passant de 36 % en 1972 à 23 % en 1979, 21,2 % en 1987 et près de 19 % en 1991.

37Comparée au total des exportations de la CEE, la part des exportations vers les pays arabes a atteint 7 % en 1980 avant de chuter vers un modeste 3,7 % en 1987 et 3,4 % en 1991 (39 milliards sur un total de 1116 milliards d'exportations totales CEE). Mais, reportée aux exportations extra-communautaires, la part des exportations CEE vers les pays arabes a été de 17,5 % en 1980, et seulement 9 % en 1991 (39 milliards sur 423 milliards d'Ecus d'exportations extra-CEE).

Tableau 5 : Balance commerciale CEE 12 / pays arabes : exportations en % des importations (en millions d'Ecus)

Tableau 5 : Balance commerciale CEE 12 / pays arabes : exportations en % des importations (en millions d'Ecus)

Source : B. Khader, 1992.

38Malgré l'éventail très large des produits exportés par la CEE vers les pays arabes, le déficit de la balance commerciale européenne vers les pays arabes, déjà important au début des années 1970 (4,5 milliards d'Écus), a triplé en 1974 (18,7).

39Jusqu'en 1983, le solde des échanges commerciaux est resté en défaveur de la CEE, atteignant un point culminant en 1980 où le déficit CEE dans ses échanges avec les pays arabes a atteint le chiffre record de 29,5 milliards d'Ecus. Un léger renversement de tendance est survenu depuis 1985. Ainsi, en 1989, la CEE réalisait un excédent de 5,7 milliards d'Ecus. En 1991, le solde de la balance commerciale est redevenu négatif, dégageant un déficit de 281 millions d'Ecus.

  • 6 Voir M. Allaya, M. Labonne et M. Papayannakis, Les échanges agro-alimentaires méditerranéens : enje (...)

40La CEE exporte en premier lieu des biens d'équipement et de transport (une moyenne de 30 à 35 %), des biens manufacturés (entre 15 et 20 %), des produits alimentaires (11 à 15 %) et des produits chimiques (7 à 9 %). Les exportations communautaires de produits alimentaires ont connu un bond important au cours des cinq dernières années, du fait du déficit alimentaire croissant dans tous les pays arabes. La CEE s'est taillée plus du quart de ce marché prometteur, devançant les Etats-Unis, qui se sont réservé entre 10 et 15 % selon les années6.

Les principaux partenaires européens des pays arabes

41Jusqu'en 1980, la France était le principal fournisseur des pays arabes. Cela s'expliquait par les liens de dépendance tissés pendant la période coloniale avec les pays du Maghreb. En 1991, la France contribue pour plus d'un quart aux exportations communautaires vers les pays arabes (21,52 % en 1988) ; mais elle est talonnée par l'Allemagne (18,6 %), le Royaume-Uni (17,6 %) et l'Italie (17,8 %). Avec moins de 4,9 %, l'Espagne, pays méditerranéen, vient derrière les Pays-Bas, qui se réservent 5,4 % des exportations communautaires vers les pays arabes.

42A l'évidence, c'est l'Italie qui a fait la percée la plus spectaculaire sur les marchés arabes. En 1983, elle s'était même hissée au premier rang des exportateurs européens. Mais elle a perdu cette position dominante depuis, se contentant en 1991 du troisième rang. Les principaux clients de l'Italie restent les mêmes : l'Arabie Saoudite, la Libye, l'Algérie et l'Egypte, qui totalisent près de 60 % du commerce italien avec les pays arabes. L'Allemagne a supplanté la Grande-Bretagne, devenant le deuxième exportateur de la CEE vers le monde arabe. Contrairement à l'Italie, dont les exportations sont concentrées sur quelques pays, elle a ventilé ses exportations sur tous les pays arabes, même si l'Arabie Saoudite reste son principal client.

43Cependant, aussi bien l'Italie que l'Allemagne ont connu un tassement, voire même une diminution de leurs parts dans les exportations totales de la CEE vers les pays arabes à la suite de l'adhésion de l'Espagne et du Portugal, le 1er janvier 1986. En effet, l'Espagne n'a pas ménagé ses efforts pour accroître sa part. Certes, il n'y a pas eu de bond spectaculaire, mais l'évolution est freinée depuis 1990, puisque sa part passe de 5,6 % en 1988 à 4,9 % en 1991. Les Espagnols sont les premiers à reconnaître que c'est encore insuffisant, surtout en raison de leur proximité géographique avec le monde arabe (notamment le Maghreb) et du dynamisme de leur secteur exportateur.

Tableau 6 : Exportations vers les pays arabes (en milliers d'Ecus)

Tableau 6 : Exportations vers les pays arabes (en milliers d'Ecus)

Source : Eurostat, données CPCI – COMEXT.

44La part du Royame-Uni ne varie pas entre 1975 et 1988 (17 à 20 %), mais elle tend à diminuer depuis, se stabilisant à 17,6 % en 1991. Son principal client demeure l'Arabie Saoudite avec 30 à 35 % de ses échanges avec l'ensemble du monde arabe.

45L'adhésion de la Grèce à la Communauté ne semble pas avoir affecté positivement son commerce avec les pays arabes. Au contraire, après avoir atteint 2,1 % au début des années 1980, sa part est tombée à 1,8 % en 1986 et un petit 1,55 % en 1991. Quant aux importations, c'est l'Italie qui détient le record en tant que client du monde Arabe, avec 26,1 % du total des importations de la CEE en provenance des pays arabes, en 1991. Elle est suivie par la France (23,6 %), l'Allemagne (15,02 %) et les Pays-Bas (10,32 %), qui devancent l'Espagne (9,01 %) et l'Angleterre (7,4 %).

46La Communauté européenne enregistre, depuis 1983, des soldes positifs dans ses échanges avec les pays arabes. Les exportations en pourcentage des importations représentent en 1988 119,81 %, soit un solde global de 5,6 milliards d'Ecus. Mais le solde redevient légèrement négatif en 1991 (-289 millions). L'Angleterre, à elle seule, réalise un excédent de 3,96 milliards d'Ecus, suivie de l'Allemagne (3,28 milliards), des Pays-Bas (1,79 %). L'Italie est le pays européen dont les échanges avec les pays arabes sont les plus négatifs, soit un déficit de 3,28 milliards en 1991, en légère baisse par rapport à 1987, où le solde négatif avait atteint un montant de 3,3 milliards d'Ecus. Quant à l'Espagne, autre grand pays méditerranéen, ses échanges se soldent par un déficit de 1,6 millions d'Ecus.

Tableau 7 : Importations en provenance des pays arabes (en milliers d'Ecus)

Tableau 7 : Importations en provenance des pays arabes (en milliers d'Ecus)

Source : Eurostat, données CTCI – COMEXT.

Tableau 8 : Balance commerciale des pays de la Communauté avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)

Tableau 8 : Balance commerciale des pays de la Communauté avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)

Source : Eurostat, données CTCI-COMEXT.

Les échanges commerciaux des pays arabes avec la Communauté européenne

47Un trait essentiel des économies arabes est l'importance du commerce extérieur. Les chiffres sont éloquents. En 1980, par exemple, les exportations arabes atteignent un chiffre record de 236 milliards de dollars, ce qui représentait 12,5 % des exportations mondiales. Quant aux importations arabes, elles totalisent 112 milliards de dollars, soit 5,8 % des importations mondiales. Mais le commerce extérieur des pays arabes est lié essentiellement aux exportations énergétiques, d'où un degré élevé de vulnérabilité. De fait, depuis 1980, le commerce extérieur n'a cessé de se dégrader dans des proportions alarmantes. Ainsi, en 1990, les exportations arabes ne représentent plus que 3,9 % des exportations mondiales et les importations un maigre 3 %. Cela tient essentiellement aux fluctuations des prix pétroliers. Or, le pétrole représente plus de 85 % des exportations arabes et, de ce fait, détermine à la fois les niveaux des exportations et des importations.

Tableau 9 : Commerce extérieur des pays arabes (milliards de US$)

Tableau 9 : Commerce extérieur des pays arabes (milliards de US$)

Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe et Fonds Monétaire International, divers numéros de l'Annuaire et du Bulletin.

48Ces oscillations du commerce extérieur arabe se vérifient dans le cas précis des échanges euro-arabes. En effet, si l'on examine les échanges commerciaux avec la CEE, on constate essentiellement deux choses. Premièrement, la CEE détient la part du lion dans les exportations arabes et, en deuxième lieu, cette part fluctue au gré de la conjoncture pétrolière. Ainsi, elle est tombée de près de 40 % (en 1980) à 36 % en 1986, puis à 31 % en 1990. En revanche, la part des importations arabes de la CEE est restée relativement stable, dépassant pendant toute cette période (1980-1990) les 40 % des importations totales.

49En nous limitant aux chiffres de 1988, nous constatons que la CEE se place loin devant les Etats-Unis et le Japon, qui devaient se contenter respectivement de 13,1 et de 20,7 % des exportations arabes et de 13,2 % et de 9,6 % des importations.

Tableau 10 : Commerce extérieur arabe avec la CEE (en milliards de $)

Tableau 10 : Commerce extérieur arabe avec la CEE (en milliards de $)

Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe

Tableau 11 : Répartition géographique du commerce extérieur arabe (1988)

Tableau 11 : Répartition géographique du commerce extérieur arabe (1988)

Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe et Fonds Monétaire International, divers numéros de l'Annuaire et du Bulletin.

50Si on délaisse les pourcentages pour analyser l'évolution du commerce international des pays arabes, on observe une érosion considérable de la valeur des exportations, qui passe de 236 milliards de US$ en 1980 à 80,5 milliards de $ en 1988, avant de remonter à plus de 90 milliards de US$ en 1990. Cette diminution tient essentiellement au contre-choc pétrolier de 1982-1986, suite à la multilatéralisation de l'offre pétrolière et aux mesures adoptées en vue d'économiser l'énergie pétrolière, notamment le recours à des énergies alternatives et à la baisse de l'intensité énergétique. Dans une moindre mesure, les importations ont également diminué en valeur, la chute des prix pétroliers ayant tout naturellement entraîné une diminution conséquente de l'activité économique générale. Les pays arabes pétroliers, notamment ceux du Conseil de Coopération du Golfe, se sont trouvés contraints de rapatrier une partie de leurs avoirs investis dans les pays industrialisés. Mais leur part dans les exportations et les importations arabes est restée très élevée, dépassant, en 1990, 45 % des exportations et 38 % des importations de l'ensemble des pays arabes.

51En dépit de la volatilité des marchés et des prix pétroliers, la CEE demeure bien sûr le premier client de l'ensemble des pays arabes. Mais il va de soi que la part la plus importante des exportations arabes vers la CEE revient au groupe des pays pétroliers (pays du Golfe, Libye, Algérie et Irak) (86,2 % en 1985 et 78 % en 1990). Quant à la ventilation des exportations arabes vers la CEE par produit, le pétrole et le gaz représentent près de 85 % du total des exportations arabes vers la CEE et dépassent les 95 % dans certains pays comme l'Algérie et la Libye. Mais la CEE demeure également le premier fournisseur, puisqu'elle contribue pour 43,5 % du total des importations arabes en 1990.

52Pour ce qui est de la ventilation des importations par produit, la CEE vend essentiellement des équipements et des produits de consommation, ce qui représente, grosso modo, 70 % du total des importations arabes.

  • 7 G. Corm, Les relations économiques et financières euro-arabes, Rapport présenté à la BAII, Paris, 1 (...)

53En ce qui concerne la balance commerciale, celle-ci a été positive pour les pays arabes en 1980, 1981 et 1985, et négative pour 1982, 1983, 1984, 1986-1990. Cette évolution de la part des pays arabes dans le commerce mondial tient essentiellement aux fluctuations à la baisse du prix des produits pétroliers. Ainsi, pour 1987, date pour laquelle nous disposons d'une étude remarquable réalisée par Georges Corm7, si l'on ne tient pas compte des pays qui exportent leur pétrole à plus de 90 % de leurs échanges, le déficit du monde arabe serait d'environ 60 milliards de dollars. Pour la même année, les importations hors hydrocarbures et produits pétrochimiques de la CEE en provenance des pays arabes ne sont que de 6 milliards d'Ecus sur un total de 31 milliards, ce qui explique l'importance des excédents de la balance commerciale hors hydrocarbures des pays de la CEE avec les pays arabes.

Tableau 12 : Balance commerciale des pays arabes avec la CEE (1980-1990)

Tableau 12 : Balance commerciale des pays arabes avec la CEE (1980-1990)

Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rappot Economique Arabe

54Si on découpe la décennie 1980-1990 en deux périodes égales, on remarque que la balance commerciale des pays arabes a enregistré un surplus de 47,5 milliards de dollars au cours de la première période (1980-1985) et un déficit global de 27 milliards au cours de la deuxième période. Comme on pouvait s'y attendre, ce sont les pays arabes non pétroliers qui sont presque chroniquement déficitaires dans leurs rapports avec la Communauté. Ainsi, les deux tiers du déficit du commerce arabe avec la Communauté sont le fait de trois pays : le Maroc, la Tunisie et l'Egypte. La persistance du déficit commercial des pays arabes depuis 1985 s'explique par le fléchissement des exportations arabes vers la Communauté, couplé à une poussée des ventes européennes vers les pays arabes, avec un taux de croissance moyen de 4,5 % au cours de la période 1985-1990.

Conclusions

55En dépit de l'écroulement des prix pétroliers à partir de 1985 (en valeur nominale et réelle), la CEE est demeurée le principal partenaire commercial des pays arabes, accaparant près de 36/37 % du commerce euro-arabe. En revanche, les pays arabes ne représentent que 3 à 4 % du total des échanges de la Communauté européenne (extra et intra), ce qui témoigne d'un haut degré de dépendance des pays arabes vis-à-vis de la CEE, donc d'une extrême vulnérabilité.

56Le monde arabe reste, dans l'ensemble, "mono-exportateur" puisque le pétrole représente 9/10 des exportations arabes. Cela illustre la faiblesse persistante des économies arabes, leur manque de diversification et leur grande sensibilité aux fluctuations des prix et aux oscillations du marché pétrolier. Le commerce euro-arabe dégage un solde positif pour la CEE depuis 1985 ; mais un léger renversement de tendance est observé en 1991. En dehors du pétrole, il est caractérisé par un déficit chronique de la balance commerciale de tous les pays arabes.

57Au total, les rapports économiques des pays arabes avec la CEE peuvent se résumer en deux mots : dépendance et verticalité. En effet, la dépendance est plus forte que l'interdépendance. Quant à la verticalité, elle saute aux yeux quand on analyse la répartition géographique du commerce arabe. Contrairement à la CEE, le monde arabe a très peu d'échanges commerciaux internes, puisque 6 à 7 % à peine de ses exportations vont vers d'autres pays arabes, alors que le commerce intra-communautaire représente plus de 50 % du total des échanges communautaires.

Annexes

Répartition géographique des exportations et importations arabes (en milliards de $) (1988)

Répartition géographique des exportations et importations arabes (en milliards de $) (1988)

Source : B. KHADER, Le Grand Maghreb et l'Europe, Paris, Publisud, 1992 a ; et L'Europe et le Monde Arabe, Paris, Publisud, 1992 b.

Notes

1 B. Khader, Le Grand Maghreb et l'Europe et L'Europe et le Monde Arabe, Paris, Publisud, 1992.

2 CEE, La Communauté Européenne face au bassin méditerranéen (document établi par des experts), Luxembourg, 1984, p. 12.

3 Pour plus de détails, voir : J. Percebois, "Les échanges économiques euro-arabes, problèmes et perspectives", Revue Tiers-Monde, XXIX, n° 114, avril-juin 1988, pp. 353-354.

4 CEE, Vers une Politique Méditerranéenne rénovée, propositions pour la période 1992-1996, communication de la Commission au Conseil, 812 final, 1er juin 1990, SEC (90), Bruxelles.

5 M. Benchenane, Pour un dialogue euro-arabe, Paris, Berger-Levrault, 1983, p. 266.

6 Voir M. Allaya, M. Labonne et M. Papayannakis, Les échanges agro-alimentaires méditerranéens : enjeu mondial, Montpellier, CHEAM/IAM, 1988.

7 G. Corm, Les relations économiques et financières euro-arabes, Rapport présenté à la BAII, Paris, 1989.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Deuxièmes protocoles financiers (en millions d'Écus)
Légende Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1991-93.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 2 : Aide de la CEE aux pays arabes méditerranéens (protocoles financiers 1978-91 en millions d'Écus)
Légende Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1978-1992.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 3 : Quatrièmes protocoles financiers 1991-1996 entre la CEE et les pays arabes (en millions d'Écus)
Légende Source : Divers Bulletins de la Banque Européenne d'Investissement, 1991-93.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 4 : Commerce CEE 12 avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)
Légende Source : Eurostat 30.11.89
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 5 : Balance commerciale CEE 12 / pays arabes : exportations en % des importations (en millions d'Ecus)
Légende Source : B. Khader, 1992.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 6 : Exportations vers les pays arabes (en milliers d'Ecus)
Légende Source : Eurostat, données CPCI – COMEXT.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 7 : Importations en provenance des pays arabes (en milliers d'Ecus)
Légende Source : Eurostat, données CTCI – COMEXT.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 8 : Balance commerciale des pays de la Communauté avec les pays arabes (en milliards d'Ecus)
Légende Source : Eurostat, données CTCI-COMEXT.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 9 : Commerce extérieur des pays arabes (milliards de US$)
Légende Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe et Fonds Monétaire International, divers numéros de l'Annuaire et du Bulletin.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 10 : Commerce extérieur arabe avec la CEE (en milliards de $)
Légende Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 11 : Répartition géographique du commerce extérieur arabe (1988)
Légende Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rapport Economique Arabe et Fonds Monétaire International, divers numéros de l'Annuaire et du Bulletin.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 12 : Balance commerciale des pays arabes avec la CEE (1980-1990)
Légende Sources : Ligue des Etats Arabes, divers numéros du Rappot Economique Arabe
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Répartition géographique des exportations et importations arabes (en milliards de $) (1988)
Légende Source : B. KHADER, Le Grand Maghreb et l'Europe, Paris, Publisud, 1992 a ; et L'Europe et le Monde Arabe, Paris, Publisud, 1992 b.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4778/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540