Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie II. Modernisation sans démocratisation ?

Les origines sociales de la glasnost jordanienne

Tareq Tell
Traduction de Inès Bocco

Texte intégral

1Les événements qui ont suivi l'invasion irakienne du Koweït ont fait partiellement oublier le Hayyeh (soulèvement) jordanien du printemps 1989. Ainsi, les visions dominantes sur la Jordanie qui tendent à expliquer le jeu politique interne en fonction des conflits de pouvoir régionaux, voire de la question palestinienne, ont regagné leur crédit. Selon ces visions, l'ouverture démocratique en Jordanie – qualifiée de glasnost hachémite par un ancien premier ministre – est interprétée comme le produit du désengagement jordanien par rapport aux Territoires occupés et comme le fruit d'une légitimité nationaliste acquise par le roi Hussein durant la crise du Golfe.

  • 1 Pour un Palestinien "radical" comme Lamis Andoni, l'enchaînement des événements semblait montrer qu (...)

2L'irruption de l'Intifada palestinienne aurait insufflé le processus de libéralisation. En effet, en empêchant toute tentative jordanienne de circonvenir l'OLP et en obligeant le roi Hussein à abandonner la moitié de son royaume, l'Intifada a rendu caduque l'excuse officielle du régime pour retarder les élections parlementaires en Jordanie, à savoir l'impossible participation des habitants des Territoires occupés. Ainsi, la rupture des liens administratifs avec la Cisjordanie en juillet 1988 a été suivie par une dévaluation du dinar qui a conduit aux "émeutes des prix" du printemps 1989 et aux élections parlementaires à l'automne de la même année. Enfin, en s'alignant sur les positions des mouvements islamistes et nationalistes arabes pendant la crise du Golfe, le roi Hussein a pu faire légitimer une Charte nationale englobant les principes d'une démocratie "guidée" par la couronne hachémite1.

3Malgré l'apparente coïncidence entre l'Intifada palestinienne, les émeutes jordaniennes et les élections de 1989, notre étude se démarque de celles qui négligent les origines internes du Hayyeh jordanien et qui ne tiennent pas compte du fait que ce dernier a été le produit d'un fort mécontentement des défenseurs traditionnels du régime, généralement regroupés sous l'étiquette de "tribaux" et dont la parenté directe et indirecte a longtemps occupé des positions stratégiques au sein de l'armée et des services de sûreté. Négliger cette piste d'analyse dérive d'une vision stéréotypée, mais largement répandue, de la Jordanie. Le cliché remonte aux théories de la modernisation des années 1950-60 et il oppose une classe moyenne "moderne", urbaine, active et largement palestinienne aux tribus Transjordaniennes, "traditionnelles" et passives.

Théories de la modernisation et méconnaissance de la Trans-jordanie

4Ecrit dans la période du nationalisme arabe triomphant, le livre de N. Aruri reflète la vision largement acceptée de la faiblesse du régime hachémite créé par les Anglais en 1921. Selon l'auteur, "la Jordanie fut créée artificiellement en vue de servir les intérêts d'un pouvoir étranger et d'un guerrier nomade à la recherche d'un trône" (Aruri 1972 : 3).

5L'aide britannique a permis la constitution d'un État et d'un pouvoir centralisé, mais les Hachémites ont été incapables d'intégrer les Palestiniens dans cette nouvelle nation, d'où l'idée que le système politique jordanien manquait de cohésion et de légitimité. Hussein a gouverné selon un modèle paternaliste qui n'excluait pas l'utilisation de la force armée et qui s'appuyait sur les tribus hostiles à la vie démocratique moderne mais fidèles à l'autorité patriarcale du monarque.

6Cette image de l'appui traditionnel des tribus aux Haché-mites a persisté même si la survie de Hussein et les nouveaux courants académiques ont contribué à réorienter les études des politologues concernant les processus de nation building vers celles touchant aux institutions étatiques. Dans son analyse des fondements du régime jordanien après 1970, Hudson (1977) a mis en évidence trois éléments principaux : la légitimité structurelle de la monarchie en tant qu'institution politique, la loyauté d'une armée "tribale" et l'appui inconditionnel des bédouins. Les ressources politiques du régime étant encore de type "traditionnel", l'autorité de Hussein tenait à son charisme personnel et au prestige d'une descendance sharifienne. Vu dans cette perspective, le principal problème politique du régime a été l'affaiblissement des "valeurs primordiales" de ses défenseurs suite au développement des systèmes d'éducation et à l'accélération de l'urbanisation (Jureidini & McLaurin 1984).

7Si l'on estime que le militantisme politique n'a été que le fait d'une partie de la société jordanienne – la frange moderne et largement palestinienne de la population – la stabilité du pays a dépendu essentiellement du rôle actif du régime dans le processus diplomatique concernant la solution de la question palestinienne. Ainsi, la montée de l'OLP a suscité de réelles difficultés pour Hussein. Même après l'expulsion des membres de l'organisation à la suite de la guerre civile de 1970-71, certains experts ont soutenu que la taille démographique de la communauté palestinienne de Transjordanie rendait le pays "perméable" à l'influence déstabilisatrice du nationalisme palestinien (Brynen 1991). Après la reconnaissance de l'OLP comme seule et légitime représentante du peuple palestinien lors de la conférence de Rabat en 1974, le danger posé par un État palestinien irrédentiste a conduit à une forme de collusion avec Israël, aboutissant à "l'option jordanienne", cruciale à la survie des Hachémites.

8Une grande partie des études des années 1980 sur la Jordanie ont privilégié le processus de paix au Moyen-Orient et la situation des Palestiniens en Transjordanie. Même si le chômage a touché un cinquième de la population active, Wilson (1987b) a attribué le "malaise jordanien" à l'incapacité du régime de coopter l'OLP dans le processus de paix initié par Reagan. Une année avant la crise de 1988, Sayigh (1991) affirmait que, face à une crise, seuls les Palestiniens se mobiliseraient ; en effet, en période de récession, la "dimension palestinienne" du système politique jordanien aurait empêché le développement d'une identité Transjordanienne, stable et distincte.

9En traçant une ligne de démarcation entre militants urbains et membres passifs des tribus, mais surtout en négligeant l'activisme politique du monde rural, les auteurs précités ont reproduit les polarisations et les clichés des théories de la modernisation. L'idée d'un affaiblissement des valeurs tribales à la suite des processus d'urbanisation et d'éducation dérive d'un modèle "organiciste" de la tribu (Layne 1989), selon lequel les "les attitudes primordiales" disparaîtraient dans le processus de changement social (Bocco 1990). Ces interprétations négligent des recherches historiques récentes qui montrent comment, depuis la période ottomane et sous l'impact de l'impérialisme européen, les sociétés "traditionnelles" de Transjordanie ont connu des changements très importants. Transformées par l'influence du pouvoir central, ottoman et hachémite (Bocco 1989), réinventées grâce au développement de la scolarisation et à la transcription de l'histoire orale locale (Shryock 1994), les identités tribales ont survécu à la transition vers la vie urbaine. En effet, les tribus ont comblé le fossé entre tradition et modernité, en sachant par exemple réconcilier les loyautés tribales et civiques au cours des élections de 1984 (Layne 1987).

  • 2 Cette perspective est malheureusement absente dans les analyses centrées sur les notions "d'économi (...)

10Ce que plusieurs auteurs comme Aruri ont négligé et que nous considérons très important dans notre perspective, ce sont les processus historiques concrets qui ont lié le monde rural et bédouin de Transjordanie à la monarchie durant la période mandataire et ont assuré son appui après l'indépendance. Ce cheminement permet de mieux comprendre les bases sociales de l'autocratie hachémite ainsi que les intérêts réels qui ont encouragé les "Jordanian tribesmen in uniform" (Axelrod 1978) à défendre un pouvoir autoritaire. A notre connaissance, seul Gerber (1987) a indirectement emprunté cette piste d'analyse en montrant ce qui reliait le système de propriété foncière jordanien, relativement égalitaire, à l'absence de mouvements "révolutionnaires" qui auraient pu être guidés par des officiers des forces armées contre une oligarchie terrienne, sur le modèle irakien ou syrien. Gerber se concentre sur l'évolution de la propriété foncière rurale et apporte au débat une dimension historique nécessaire2. Cependant, les approches théoriques de cet auteur sont inspirées par celles de Skocpol et de Barrington Moore et relèvent de l'observation de sociétés paysannes pratiquant des formes d'agriculture sédentaire et stable, caractérisées par la grande propriété foncière et soumises à des régimes bureaucratiques de ponctionnement fiscal. La situation Transjordanienne était sensiblement différente. Du fait de la rareté des ressources, le surplus économique est toujours resté limité, le pouvoir d'État étant soit externe au pays, soit dépendant de l'appui extérieur. En outre, le mode de vie rurale qui s'est développé dans les territoires à l'est du Jourdain, en marge des grands centres, a traditionnellement privilégié les loyautés villageoises, claniques ou tribales.

Le Mandat britannique et l'évolution de la Jordanie moderne

11Depuis la fin de la période ottomane, l'État a joué un rôle crucial dans les transformations de la société jordanienne. Les changements opérés par l'Etat mandataire dans l'économie nomade, le système foncier et la taxation rurale ont suscité d'étroites relations entre le régime hachémite et ses supporters tribaux entre la fin des années 1920 et 1946. Ces changements ont d'ailleurs fait suite à la restauration effective de l'administration ottomane et à l'expansion des cultures de blé dans la région de Ajlun et de la Balqa, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. C'est dans la petite ville de Salt, où un certain nombre de notables avaient été intégrés dans le gouvernement provincial et dans la bureaucratie ottomane, qu'ont émergé les premières formes d'accumulation capitaliste marchande. A la veille de la Première Guerre mondiale, une petite élite, composée de cheikhs influents, de grands marchands et d'une minuscule intelligentsia, a fait son apparition. Même si cette élite a réussi à maintenir sa position en dépit de la chute du pouvoir ottoman, elle a été affaiblie par le poids des allégeances tribales et régionales et n'est pas arrivée à se structurer en tant que "classe".

12Ainsi, le processus de formation étatique a été fonction d'une double intervention externe : d'une part, l'arrivée de Abdallah ibn ai-Hussein, fils du Sharif de la Mecque et, d'autre part, l'action diplomatique intéressée de la Grande-Bretagne, soucieuse de créer un État-tampon entre la Palestine et l'Arabie wahhabite. La menace que représentait Ibn Séoud pour le royaume hachémite du Hijaz, les révoltes locales contre la réimposition d'un système de taxation centralisé et les moyens beaucoup trop limités de Abdallah ont permis à la puissance mandataire de gagner, dès 1924, une influence très importante sur les affaires du nouvel Emirat de Transjordanie. Un petit groupe d'officiers très efficaces – parmi lesquels Alec Kirkbride et John Bagot Glubb ont été les plus influents – a pu diriger le pays par le truchement d'un Conseil exécutif majoritairement composé d'Arabes originaires de Syrie et de Palestine.

13Les investissements stratégiques anglais ont favorisé l'expansion de Amman et d'autres "villes de garnison", situées le long des lignes impériales de communication et accueillant des bases militaires, ce qui a stimulé les importations et contribué à enrichir une classe marchande, alliée du Palais et de la nouvelle bureaucratie. Selon un modèle déjà connu dans la dernière période de l'Empire ottoman, ce sont des immigrants de Syrie et de Palestine qui sont venus grossir les rangs de la communauté marchande dans l'Emirat. La majorité de ces immigrants provenaient de Damas et de Naplouse et, jusqu'à la fin des années 1930, les débats politiques à l'intérieur de la communauté marchande de Amman ont été marqués par les conflits qui opposaient les factions des ressortissants des deux principales villes d'origine (Robins 1988). Toutefois, dans les années 1940 et surtout à partir de l'indépendance, la croissance qualitative des affaires commerciales et le développement de "groupes d'intérêt" ont suscité une conscience de classe parmi les membres de la communauté marchande et leurs alliés dans la bureaucratie (Amawi 1993).

14La vie politique durant le Mandat était réglée par les termes du Traité de 1928 avec la Grande-Bretagne. Le Traité prévoyait la création d'un parlement partiellement élu, mais laissait le pouvoir effectif dans les mains de l'Émir et du Conseil exécutif. Les opposants au Traité avaient demandé l'instauration d'un gouvernement représentatif (niyabi) et exprimé un nationalisme particulariste qui visait à préserver "la Jordanie pour les Jordaniens". Réunie dans une série de "congrès Transjordaniens" qui se sont tenus entre 1928 et 1933, l'opposition a échoué dans ses tentatives d'obtenir des gouvernements pins représentatifs et de ramener l'administration et les finances sous contrôle local. En outre, en 1936-37, les divergences au sein de l'opposition sur la question de la vente de terres aux Juifs ont conduit à son éclatement. Ainsi, les cheikhs tribaux et les notables locaux, qui formaient le noyau des délégués aux congrès, se sont retrouvés à jouer un rôle secondaire dans le système de contrôle colonial. L'opposition à l'Étal mandataire est ainsi devenue l'affaire d'une poignée d'intellectuels isolés qui, le plus souvent, suivaient les directives de leurs collègues en Syrie et en Palestine (Wilson 1987a).

15L'échec de l'opposition Transjordanienne a également été fonction d'une habile politique réformiste mise en oeuvre par le pouvoir colonial. Les intérêts stratégiques britanniques à l'est du Jourdain, la peur d'agitations tribales à la frontière orientale de la Palestine et la relative autonomie du pouvoir mandataire ont contribué à l'adoption de mesures favorisant les bédouins et les petits agriculteurs. Ainsi, lorsqu'au début des années 1930 la famine a menacé la stabilité dans les steppes, Glubb a mis sur pied un système d'assistance aux tribus, principalement par le recrutement des bédouins dans la Désert Patrol Force et l'offre d'emplois pour des travaux d'intérêt public (construction et entretien de routes, de puits et de citernes...). Ce système a en quelque sorte remplacé la solidarité tribale et le patronage des cheikhs de jadis. La dépendance économique des bédouins les a progressivement liés au régime et a facilité leur transformation en gardes prétoriennes dans les décennies suivantes (Tell 1993).

16La promulgation d'une législation foncière qui a brisé le système de propriété commune (musha') dans les villages et la mise en place d'une taxation agricole ont aussi produit des effets politiques favorables. Les Britanniques craignaient que la vente de terres aux colons juifs par les grands propriétaires fonciers provoque des troubles dans les régions rurales ; de ce fait, le passage à la propriété privée n'a pas conduit à des inégalités comme celles qui ont caractérisé la situation foncière en Irak. L'effet combiné des réformes coloniales et des bonnes récoltes entre 1936 et 1939 a favorisé une situation de stabilité dans les zones rurales et empêché l'infiltration de la révolte palestinienne dans la région de Ajlun.

17Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les prix du blé ont grimpé, ce qui a réduit le poids de l'imposition fiscale pour les paysans. Grâce aux revenus obtenus par le travail temporaire en Palestine pendant la saison creuse et aux crédits disponibles garantis par la possession de titres fonciers, les régions rurales de Transjordanie ont connu une prospérité sans précédent, cela juste dans la période où l'Émirat obtenait son indépendance.

18En 1946, le nouveau royaume de Jordanie était considéré comme l'expérience mandataire la plus réussie du Moyen-Orient. L'influence britannique avait été dissimulée derrière l'apparat du pouvoir sharifien et d'une "bourgeoisie bureaucratique" émergente dont les succès étaient dus à la puissance impériale. La mise en place d'un régime foncier égalitaire et les revenus tirés du travail extra-agricole avaient empêché l'essor de troubles dans les zones rurales. De cette situation a découlé un "contrat social" : la loyauté envers les Hachémites a été récompensée par un système de protection et de garanties sociales ; en outre, les soldes versées par l'armée ont garanti la fidélité des tribus bédouines engagées dans le service militaire.

East Bank-West Bank : la consolidation du pouvoir royal (1950-1974)

19La cohésion et la stabilité interne de la Transjordanie ont été démontrées dans la guerre de Palestine de 1948 : Abdallah et ses conseillers n'ont pas hésité à engager presque toutes les forces de la Légion arabe dans le conflit. Les succès dans la défense de Latroun et de Jérusalem-est, les négociations secrètes avec les Israéliens et l'escamotage du Hukumat Umum al Filistini (Gouvernement général de Palestine) ont permis l'annexion de la Cisjordanie en 1950. Toutefois, le prix de l'unification fut élevé : le roi Abdallah le paya de sa vie et, pendant le court règne du roi Talal ibn Abdallah, le régime fut contraint de promulguer une nouvelle constitution relativement libérale qui renforçait le pouvoir du Parlement.

20Lors de son accession au trône, le jeune Hussein est confronté à plusieurs défis, notamment aux mobilisations politiques de masse, insufflées par la nouvelle ardeur nationaliste. Le royaume de Jordanie était devenu le bouc émissaire de la défaite arabe et l'honneur de son "patron" britannique était irréparablement entaché de collusion avec le sionisme et Israël. Organisé par Abdallah Tall, un groupe de nationalistes mécontents avait déjà tenté un coup d'État militaire et des positions radicales se répandaient dans le groupe des officiers (Vatikiotis 1967). Au moins sur le plan rhétorique, les Palestiniens conditionnaient leur loyauté envers Hussein au recouvrement par la force des territoires palestiniens occupés, une politique qui annonçait une confrontation ruineuse avec Israël. De plus, les problèmes étaient aggravés par la crise économique : la perte du travail saisonnier en Palestine et l'afflux de réfugiés avaient contribué à une importante augmentation du taux de chômage, ce qui a constitué un terrain fertile à la formation d'une nouvelle opposition, encore plus radicale.

  • 3 Parmi les parlements élus entre 1952 et 1967, le fait qu'une seule législature soit arrivée au term (...)

21Le contrôle de la Cisjordanie a placé le royaume hachémite au premier rang dans les négociations pour la solution de la question palestinienne. Cette position a valu à la Jordanie de nouvelles ressources et opportunités que le régime a su exploiter en sa faveur. En 1957, le roi s'était débarrassé des derniers vestiges du contrôle britannique et avait trouvé dans les Etats-Unis un nouveau patron plus généreux. L'aide financière reçue fut utilisée pour étendre dans le pays les réseaux de patronage de la monarchie, ce qui contribua à concentrer le pouvoir dans les mains des élites proches du Palais. Au mépris de la Constitution de 1952, les partis politiques furent bannis et la presse locale soumise à la censure. Depuis lors, la politique parlementaire a oscillé entre "pluralisme et autoritarisme" (Gubser 1988). Tout dépassement de ce que Hussein considérait comme ses prérogatives royales a conduit à la dissolution du Parlement et à l'élection d'une assemblée plus docile3.

22Les subsides occidentaux ont permis le maintien et l'expansion de la Légion arabe, une armée professionnelle dont les conditions de travail et de rémunération étaient considérées comme excellentes. Le recrutement avait été largement étendu aux villages de Transjordanie et, vers la fin des années 1950, le service militaire constituait un des principaux moyens d'existence pour la paysannerie, reproduisant de ce fait le système de dépendance qui avait assuré au régime la loyauté des tribus bédouines dans les années 1930. Les hommes de troupe et les gradés sont ainsi restés fidèles au trône, restreignant toute dissension et conspiration à de petits groupes "d'officiers libres". Même si, dans les biographies de Hussein relatives à ses premières années de règne, les conspirateurs sont présentés comme des proches du roi, leurs tentatives de subversion ont pourtant pu être facilement mises en échec (Tell 1993).

23L'aide multilatérale a servi à financer l'asile et les secours aux réfugiés, sous la supervision de l'UNRWA. Les camps restaient des redoutes du séparatisme palestinien, mais ils ont servi à attirer l'aide étrangère et à remplir les coffres du gouvernement. Jusqu'en 1957 au moins, les activités des résidents des camps se limitaient à la revendication de meilleures conditions de vie, d'accès aux services sociaux et à l'emploi (Plascov 1981). A l'extérieur des camps, les Palestiniens n'étaient pas parvenus à consolider un leadership uni. La Jordanie restait "un des derniers bastions d'une politique traditionnelle des notables au Proche-Orient" (Yapp 1991 : 299), avec des élites toujours prêtes à marchander leurs principes nationalistes pour un poste dans le gouvernement ou pour une compensation financière. Une soupape de sécurité a été offerte par les possibilités d'emploi dans le Golfe. A partir de la fin des années 1950, les Etats pétroliers ont commencé à attirer un nombre croissant de membres éduqués des classes moyennes dont les positions politiques étaient potentiellement radicales (Migdal 1980 : chap. 3).

24Avec leur challenge politique émoussé, plusieurs Palestiniens avaient transféré leurs avoirs et leur résidence à Amman, où les plus fortunés ont été intégrés dans la communauté marchande ou recrutés aux sommets des appareils bureaucratiques en expansion. Renforcée par ces nouveaux arrivés, protégée par le patronage occidental et par une fidèle armée "tribale", la vieille élite de la période mandataire a pu survivre aux bousculades du nassérisme en maintenant intact son pouvoir. La croissance rapide de l'économie, alimentée par l'aide extérieure, a permis à cette nouvelle classe montante d'augmenter et de diversifier ses richesses. Avec l'élite du Palais, elle devint la principale bénéficiaire des subventions à l'industrie et des achats des biens d'équipement du gouvernement, développant ainsi "des intérêts directs dans le flux régulier d'aide et les liens politiques avec l'Occident, ainsi que dans l'implication continue de la Jordanie par rapport à la question palestinienne" (Ameri 1981 : 314).

25La perte de la Cisjordanie en juin 1967 – un épisode traumatisant pour Hussein lui-même en tant que responsable principal de la débâcle – n'a pas été un échec complet pour plusieurs membres de l'élite jordanienne. Comme cela a été le cas après 1948, les flux d'aide en sensible augmentation passaient dans les coffres du gouvernement. Les hommes d'affaires et les bureaucrates en ont profité beaucoup plus que les réfugiés car, avec l'instauration de la loi martiale, la responsabilité publique dans la gestion des fonds était devenue plus opaque. Tant que le Fatah, dont les positions étaient moins radicales que celles du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, maintenait son hégémonie au sein de l'OLP, l'émergence d'une guerrilla ou la création "d'un État dans l'Etat" ne constituaient pas un danger pour les capitalistes locaux dont beaucoup pouvaient se targuer de leurs origines palestiniennes. Ainsi, en septembre 19/0, l'élite urbaine de la capitale, "réfugiée" à Aqaba ou à Beyrouth, lut bien contente de rester à l'écart de la confrontation avec les commandos palestiniens. Dans les moments les plus difficiles, la défense du régime fut assurée par les fidèles "tribesmen in uniform" (Axelrod 1978).

26Après la défaite de l'OLP, la principale menace pour les notables de Amman, sinon pour la monarchie, provenait de Wasfi Tall, un premier ministre originaire de Transjordanie qui représentait en 1970-71 la ligne dure des "faucons" contre les fèdayins. Dans son premier mandat en 1962-63, il avait fait preuve d'une remarquable détermination dans la lutte contre la corruption et les intérêts des capitalistes urbains. Fort d'un large support parmi les tribus et les forces armées, Wasfi Tall avait au début des années 1970 embrassé une cause populiste dont le programme était la réorganisation de la vie politique autour d'un parti unique, responsable de la gestion des stratégies de développement pour l'autosuffïsance (self-reliance) des régions rurales du pays. En outre, dans le domaine des relations internationales, il prônait une prise de distance de la Jordanie dans les efforts consacrés à la solution de la question palestinienne (Jordanian Communist Party 1972).

  • 4 Dans ce contexte, il faut souligner que le tenue "Transjordanien" masque des différences importante (...)
  • 5 Un avis sans doute encouragé par un silence calculé des statistiques concernant le nombre des Pales (...)

27Le mouvement politique "East Bank First School" créé par Tall fut une menace évidente pour la stabilité politique jordanienne surtout lorsque, pendant la dernière partie de son mandat, l'on assista à la résurgence du particularisme jordanien, pour la première lois depuis les années 19304. Même si cette forme de patriotisme indigène, diffuse parmi les Transjordaniens, était souvent rudimentaire, il se définissait plutôt par opposition au Fatah et à son leadership de Gaza que par rapport à un projet nationaliste cohérent. Malgré des penchants particularistes, il ne défia jamais la souveraineté hachémite, considérée comme une garantie par rapport à une éventuelle prise de pouvoir de l'OLP5. Malgré l'assassinat de Wasfi Tall en novembre 1971, la détermination du roi Hussein à maintenir des liens avec la Cisjordanie – illustrée par la proposition d'un plan de Royaume Arabe Uni sur les deux Rives – marginalisa politiquement les partisans de l'ex-premier ministre. Le particularisme Transjordanien s'est maintenu chez les petits fonctionnaires de l'administration publique jordanienne, refaisant surface à Zarqa en février 1974 lors des manifestations pour des augmentations salariales, revendiquées par des unités d'élite de l'armée (Howard 1975).

28Les vingt-cinq années qui ont suivi l'indépendance ont témoigné de la consolidation du pouvoir hachémite en Jordanie. L'aide occidentale a contribué à l'expansion du "Hashe-mite Compact", avec les symboles et les réseaux qui l'ont accompagné, jusqu'à atteindre l'ensemble de la population des provinces à l'est du Jourdain. Malgré le développement d'un "nationalisme Transjordanien", les intérêts économiques et la menace d'une prise de pouvoir des Palestiniens ont contribué à consolider les liens entre les Transjordaniens "tribaux" et le trône. Après 1974 cependant, l'évolution du processus de paix au Moyen-Orient et les effets des changements induits par la richesse pétrolière ont commencé à miner la cohésion Transjordanienne.

Économie rentière et politiques de paix après 1974

  • 6 Un Conseil consultatif national nommé par le roi entre 1978 et 1983 a préservé l'apparence de la co (...)

29La conférence de Rabat a scellé le renoncement de Hussein à toute revendication à représenter le peuple palestinien et a inauguré une période marquée par l'intégration de la Jordanie dans les circuits de la rente pétrolière en provenance du Golfe (Mishalani 1985). A la suite des décisions de Rabat, le parlement a été suspendu dans le but officiel de préparer le terrain au désengagement et à la réorganisation de la vie politique en Transjordanie6. En réalité, les liens administratifs avec la Cisjordanie n'ont pas été coupés et l'activité diplomatique incessante du roi a maintenu viable "l'option jordanienne". Par ailleurs, un nombre croissant de Transjordaniens du Cabinet ne cachaient pas leurs tentatives de recherche d'un règlement négocié et du maintien de "liens fonctionnels" avec l'autre Rive du Jourdain (Garfinkle 1991).

  • 7 Le changement vers une armée de conscription a également révélé de nouvelles priorités en matière d (...)

30Avec la montée de l'influence de l'OLP, le régime commença à rechercher l'appui local des Palestiniens pour négocier un arrangement de la question. Les politiques de développement favorisèrent ainsi Amman et les principaux centres urbains où la présence palestinienne était démographiquement importante ; l'aide internationale fut largement investie dans des projets visant l'amélioration des conditions de vie dans les camps de réfugiés. L'instauration du régime de conscription militaire obligatoire en 1976 marqua également la volonté du régime de rechercher l'alliance et la loyauté de l'électorat palestinien7. En outre, avec l'abolition des tribunaux tribaux au cours de la même année, Hussein souligna sa détermination de forger une cohésion nationale à l'intérieur du pays. A la fin des années 1980, l'ensemble de ces efforts semblait avoir produit ses fruits puisque les tentatives d'accrocher l'OLP au processus de paix avaient gagné un large support auprès des élites et des classes moyennes à Amman (Bennani-Chraïbi 1989-90). Toutefois, l'hostilité au processus de paix, manifestée par les habitants des camps et par les couches les plus défavorisées de la communauté palestinienne, a indiqué que le succès de Hussein auprès de l'OLP était fonction aussi bien des activités diplomatiques et des progrès dans le processus de nation building que de la prospérité économique indirectement induite par la rente pétrolière.

31Entre 1974 et 1983, la Jordanie donnait l'impression d'être "la seule économie pétrolière de la région sans pétiole" (Satloff 1986), avec une classe de travailleurs immigrés engagée dans toutes sortes de travaux que le Jordanien moyen refusait d'accomplir. Les flux indirects de la rente pétrolière ont ultérieurement enrichi l'élite marchande qui, avec l'expansion du secteur bancaire et financier notamment (Biegel 1993), avait gagné une position d'influence pratiquement incontestée dans la formulation des politiques économiques. Toutefois, malgré le développement d'inégalités sociales durant les années du boom pétrolier (Shaban 1989), les bénéfices de la réussite économique du pays n'ont pas été réservés exclusivement à l'élite marchande. L'aide financière internationale et les remises des travailleurs émigrés ont permis de financer l'extension du système d'éducation, puis l'accès à des emplois bien rémunérés même pour les membres des couches sociales défavorisées. Avec le développement des forces armées dans le Golfe, plusieurs soldats et officiers à la retraite ont trouvé de nouvelles possibilités d'emploi. Les migrations vers les pays du Golfe ont drastiquement modifié les conditions du marché du travail jordanien, jusque-là caractérisé par un surplus de main-d'oeuvre, ce qui a contribué à réduire les différences salariales et à étendre les bénéfices de la manne pétrolière aux couches moins privilégiées (Czichowski 1988). Une grande partie des remises des émigrés a été investie dans l'immobilier, ce qui a fait monter les prix et permis aux petits propriétaires de la région de Amman et de Irbid de s'enrichir (Day 1986).

  • 8 Après les élections de 1989, la responsabilité de la crise économique et de l'endettement massif ét (...)

32La redistribution de la rente pétrolière indirecte a amené une situation de stabilité politique que le pays n'avait plus connu depuis la période mandataire et la remise en fonction du Parlement en 1984 a été le fruit de pressions internes autant que d'une "compétition diplomatique" avec la Syrie et les "faucons" de l'OLP. Juste avant cette période, le flux de pétrodollars avait toutefois commencé à baisser et la prospérité jordanienne avait connu les premiers signes de récession. Le problème devint encore plus complexe lorsque le gouvernement, au lieu de s'engager dans une politique de redressement économique, choisit la voie des emprunts à l'étranger ; cela visait à masquer la corruption et la mauvaise gestion, héritages des années du boom économique (Hourani 1989a)8. Le chômage réapparut et, en 1987, une étude officielle révéla que plus de 20 % des Jordaniens vivaient en-dessous du seuil de pauvreté (Hashemite Kingdom of Jordan 1989).

33Les bouleversements provoqués par l'urbanisation rapide et le chômage, en particulier chez les diplômés, ont préparé le terrain pour la diffusion de "l'islam radical" et pour les premiers succès des islamistes dans les élections partielles de 1984. Les problèmes furent exacerbés par l'approche autoritaire du gouvernement Rifa'i. Renonçant à l'idée d'une coopération diplomatique avec l'OLP, la nouvelle administration essaya de résoudre les problèmes du pays par des efforts de paix de plus en plus intensifiés. Pour ce faire, elle fut capable de promouvoir un rapprochement avec la Syrie aux dépens des Frères musulmans, le mouvement islamiste démographiquement le plus important en Jordanie. En 1986, Rifa'i autorisa également une répression sanglante contre les manifestations dirigées par les activistes musulmans à l'Université de Yarmouk. Enfin, quelque temps après, son gouvernement arrangea la défaite d'un candidat islamiste aux élections à Irbid.

34Malgré le recours à la répression et l'influence du mouvement radical Hamas sur ses membres palestiniens, les Frères musulmans n'ont pas constitué une grande menace pour le régime (Dann 1992). Depuis la fin des années 1950, leur leadership avait déjà montré une claire volonté de coopération avec les services de sûreté et en 1986, après la promulgation de la nouvelle loi électorale, leurs perspectives de gagner des sièges au Parlement semblaient très réduites. Dans la nouvelle loi, le poids des agglomérations urbaines a été sciemment sous-représenté et les camps de réfugiés, où l'appui aux islamistes était majoritaire, ont reçu un statut particulier, en tant que circonscriptions séparées.

  • 9 Le rapport publié par le Ministère des Affaires sociales (Hashemite Kingdom of Jordan 1989) révélai (...)

35Même s'ils ont été politiquement minoritaires par rapport aux députés élus en 1967 et restés en poste après les élections partielles de 1984, de nouveaux députés aux positions plus radicales comme Laith Shubailat (islamiste indépendant) et Riyadh Nawaysa (baathiste) ont posé beaucoup de problèmes au gouvernement Rifa'i. Les activités de ce dernier devenant de plus en plus arbitraires, les députés de l'opposition ont lancé une campagne visant à attirer l'attention du grand public sur les excès bureaucratiques et la corruption dans le gouvernement. Même si le nombre de parlementaires radicaux était trop restreint pour inquiéter Rifa'i, les critiques ont été entendues par une large audience dans le pays, particulièrement dans le sud et dans les steppes, où le niveau de marginalisation politique et économique était désormais devenu intolérable9. Ce dernier facteur a été accentué par l'échec d'un effort tardif de planification régionale visant à améliorer les conditions de vie des zones rurales en redistribuant une partie des ressources concentrées dans la capitale. Réduits à une existence précaire en marge du secteur étatique, les habitants des régions rurales, du sud en particulier, ont été les plus vulnérables à la dévaluation du dinar en 1988. Probablement encouragés par la sympathie manifestée à leur égard par une partie de l'establishment jordanien, ils ont été les premiers à réagir violemment en avril 1989, lorsque la crise économique a amené à Amman un groupe d'experts du FMI pour négocier un plan d'ajustement structurel.

36Malgré quelques tentatives officielles d'attribuer la responsabilité des émeutes à l'opposition, et plus précisément aux "gentlemen barbus" des Frères musulmans, les troubles ont été plutôt spontanés. Les grandes agglomérations urbaines avec leur concentration de réfugiés palestiniens – jusque-là les bastions de l'opposition au régime – n'ont pas bougé, alors que des villages et petites villes ont été les principaux théâtres des émeutes, les liens tribaux étant les plus forts et la mobilisation politique s'effectuant sur la base des liens de parenté. Le principal objectif des manifestants semble avoir été de lancer un signal au roi. La rage populaire, exprimée dans plusieurs pamphlets et réunions publiques, était davantage dirigée contre "la clique au pouvoir à Amman", perçue comme corrompue et irresponsable ; le rôle du Palais et des membres de la famille royale n'était pas remis en question (Hourani 1989b). Dès que Hussein a réagi aux émeutes en nommant un nouveau gouvernement ainsi qu'en promettant des élections libres et un dialogue plus ouvert avec ses sujets, la crise a vite été désamorcée. Les groupes d'intérêt et les hommes politiques ont alors orienté leurs stratégies vers un siège dans le nouveau Parlement (Timmermans 1991).

37Selon les résultats des élections de 1989, la diminution de la pression populaire est apparue comme passagère (Satloff 1992 ; Garfinkle 1993). Les Frères musulmans et leurs alliés ont émergé comme la coalition la plus importante au parlement, alors que les candidats des mouvements de gauche ont obtenu de bons succès malgré des épisodes de harcèlement de la part des forces de sécurité la veille même du scrutin. Les "hommes du roi" ont par contre remporté de mauvais scores : seuls quelques membres de l'élite avaient pris le risque de se présenter, mais aucun n'a été en mesure de rivaliser avec la popularité des islamistes (Eury 1991). En effet, une analyse plus fouillée des résultats permet de déceler des stratégies beaucoup plus subtiles, et notamment l'alliance passée entre les Frères musulmans et Mudar Badran, ce dernier obtenant quelque temps après les élections le poste de premier ministre grâce à l'appui du mouvement islamiste. En contrepartie du fait d'avoir présenté un nombre limité de candidats, les circonscriptions des camps de réfugiés fixées par la loi électorale de 1986 ont été abolies en été 1989 par un amendement, d'où la victoire complète des Frères musulmans dans les camps.

38Les émeutes et le processus électoral de 1989 ont mis en évidence la demande "entièrement jordanienne" d'un programme de réformes démocratiques et de réévaluation de l'éthique politique. Toutefois, moins d'une année après, ces enjeux essentiellement internes au pays ont été relégués au second plan suite aux sentiments nationalistes et islamiques exprimés durant la guerre du Koweït. Assez paradoxalement, la position du régime hachémite a connu des améliorations grâce à l'attitude populiste prise par Hussein face au conflit international, ce qui lui a valu par ailleurs la perte du soutien de Washington et des pays du Golfe. La crise a aussi permis de canaliser vers l'extérieur le mécontentement populaire et de faire croire que la mauvaise conjoncture économique du pays était due au non-respect des engagements financiers de la part des Etats du Conseil de Coopération du Golfe. Enfin, en cooptant dans les divers cabinets gouvernementaux qui se sont succédé au cours de la crise puis de la guerre du Golfe des membres de mouvements de gauche (jordaniens et palestiniens, regroupés à l'occasion dans "l'Alliance nationale-démocratique arabo-jordanienne") et des Frères musulmans, Hussein a réussi à obtenir l'appui de toutes les forces politiques du pays pour l'approbation d'une "Charte nationale" promulguée en 1991.

Perspectives

  • 10 Une autre organisation nationale, le parti AHD ('Amb flashimi Dimuqmti). a été créée par Abd al-Had (...)

39La promulgation de la Charte nationale a révélé un champ politique fragmenté, où seuls les Frères musulmans disposent d'un soutien et d'une organisation de masse, donc en mesure d'inquiéter sérieusement le régime10. Ils se sont toutefois contentés d'exprimer, souvent de façon théâtrale, leur opposition au processus de paix dirigé par les Etats-Unis après la guerre du Golfe. Les tentatives de Shubailat de faire accuser Rifa'i de corruption ont reçu peu d'appui et, s'alignant sur la majorité des parlementaires, les Frères musulmans n'ont pas soutenu le député islamiste lorsque celui-ci s'est retrouvé sur le banc des accusés d'un tribunal militaire, avec des allégations de terrorisme.

40Un des aspects les plus intéressants de la Charte nationale a été la notion d'une double identité des Jordaniens – citoyens du pays ainsi que "participants à la lutte pour la libération de la Palestine" – cette notion allant notamment à l'encontre des aspirations des classes moyennes palestiniennes. Celles-ci ont rapidement augmenté dans le pays, après le rapatriement forcé d'environ 300'000 personnes du Koweït. Les épargnes des rapatriés ont alimenté un nouvel essor de la construction immobilière et du marché financier des actions. Cette inattendue prospérité des zones urbaines, l'accord apparemment désintéressé de Hussein pour une délégation conjointe jordano-palestinienne à la Conférence de Madrid ainsi que la promesse démocratique de l'application de la Charte nationale ont contribué à faire remonter la popularité du roi. Avec la perspective d'une paix négociée à portée de main et avec l'OLP qui – ironie du sort ! – se rapproche de plus en plus de l'idée d'une confédération jordano-palestinienne, Hussein semble avoir trouvé l'appui palestinien qu'il cherchait depuis la conférence de Rabat de 1974.

41Notre étude a mis en exergue une "dimension Transjordanienne", trop souvent négligée par les chercheurs, de l'histoire politique du royaume. En effet, les problèmes économiques et politiques du pays s'étaient accumulés bien avant le désengagement de 1988 et l'actuelle ouverture démocratique est le fruit d'un processus engagé depuis environ vingt ans, à savoir la détérioration des liens multiples entre l'Etat et les tribus qui avaient constitué les piliers du régime hachémite depuis la période mandataire. Vue dans cette perspective, la position de Hussein durant la crise du Golfe, apparemment proche des mouvements nationalistes et islamistes, lui a permis de circonvenir le programme de réformes demandé lors des émeutes d'avril 1989. Sa participation à la Conférence de Madrid a également permis au roi de consolider une base de soutien alternative, urbaine et largement palestinienne.

  • 1 Août 1993.

42Dans une situation où le régime et les islamistes campent sur des positions opposées quant au processus de paix, où des projets pour une réforme électorale fondée sur le principe de "one man – one vote" sont en cours de discussion et où les sondages montrent une majorité d'électeurs intéressés davantage aux enjeux économiques que politiques (Hourani 1993), les élections prévales à l'automne 1993 pourraient faire apparaître la nécessité d'une dose supplémentaire de perestroïka pour renforcer la glasnost hachémite.1

Bibliographie

ABU JABER, K., BUHBE, M. et SMADI, M.
1990, Income Distribution in Jordan, Boulder, Westview Press.

AMAWI, A.
1993,
A History of a Merchant Class in Jordan, Research Paper, Washington, Georgetown University, miméo.

AMERI, A.
1981,
Socio-Economic Development in Jordan (1950-1980) : an Application of Dependency Theory, Wayne State University, PhD Dissertation.

AMNESTY INTERNATIONAL
1990,
Jordan. Human Rights Protection after the Slate of Emergency, London.

ANDONI, L.
1991, "Jordan", in
Echoes of the Intifada. Regional Repercussions of the Palestinian Uprising, R. Brynen (ed.), Boulder, Westview Press, pp. 165-184.

ARURI, N.
1972,
Jordan : a Study in Political Development, The Hague, Martinus Nijhoff.

AXELROD, L.W.
1978, "Tribesmen in Uniform. The Demise of the Fida'iyyun in Jordan, 1970-71",
Muslim World, vol. 68, no. 1, pp. 25-45.

AYALON, A. (ed.)
Various vears,
Middle East Contemporary Survey, Boulder, Westview Press, vols. xii-xiv.

AYYAD, R.
1991,
Political Currents in Jordan and the Text of the Jordanian National Charter, Amman, The National Press.

BARKEY, H. (ed.)
1992, The Politics of Economic Reform in the Middle East, New York, St. Martin's Press.

BENNANI-CHRAIBI, M.
1989-90, "Les discours identitaires des Palestiniens de Jordanie", L'Afrique et l'Asie Modernes, n° 163, hiver, pp. 58-71.

BIEGEL,
1993,
Urban Development and the Role of the Service Sector (with Special Reference to the Banking Sector) in a Rentier Economy. The Case of Amman Jordan, CERMOC, Paper presented at the Conference : "Amman the City and its Society", Amman, June.

BOCCO, R.
1989, "L'Etat producteur d'identités locales : lois électorales et tribus bédouines en Jordanie, in Le nomade, l'oasis et la ville, J. Bisson (sous la direction de), Tours, URBAMA, pp. 271-288.

1990, "La sédentarisation des pasteurs nomades : les experts internationaux face à la question bédouine dans le Moyen-Orient arabe", in Sociétés pastorales et développement, E. Bernus et F. Pouillon (sous la direction de), Paris, ORSTOM, Cahiers des Sciences Humaines, vol. 26, pp. 97-117.

BRAND, L.
1992, "Economie and Political Liberalisation in a Rentier Economy : the Case of the Hashemite Kingdom of Jordan", in
Privatisation and liberalisation in the Middle East, I. Harik & D.J. Sullivan (eds.), Bloomington, Indiana University Press, pp. 167-188.

BRYNEN, R. (ed.)
1991, Echoes of the Intifada. Regional Repercussions of the Palestinian Uprising, Boulder, Westview Press.

1992, "Economic Crisis and Post-Rentier Democratization in the Arab World : the Case of Jordan", Canadian Journal of Political Science, vol. xxv, no. 1, pp. 70-97.

CZICHOWSKI, F.
1988,
International Migration and Income Distribution in Jordan, Amman, Royal Scientific Society, miméo.

DANN, U.
1992,
King Hussein's Strategy of Survival, Washington, The Washington Institute, Policy Paper no. 29.

DAY, A.
1986,
East Bank / West Bank. Jordan and the Prospects for Peace, New York, Council for Foreign Relations.

EURY, P.
1991, Jordanie, les élections législatives du 8 novembre 1989, Amman, Cahiers du CERMOC n° 2.

GARFINKLE, A.
1991, Jordan and Israel in the Shallow of War, New York, St. Martin's Press.

1993, "The Nine Lives of Hashemite Jordan", in The Politics of Change in the Middle East, R. Satloff (ed.j. Boulder, Westview Press, pp. 85-118.

GERBER, H.
1987,
The Social Origins of the Modern Middle East, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

GUBSER, P.
1988, "Jordan : Balancing Pluralism and Authoritarianism",
Ideology and Power in the Middle East, J. Chelkowski & R. Pranger (eds.), Durham (USA), Duke University Press, pp. 89-114.

HAMARNEH, M.,
1991, "Jordan Responds to the Gulf crisis", in
Beyond the Storm : a Gulf Crisis Reader, P. Bennis & M. Moushabeck (eds.), New York, Olive Branch Press, pp. 228-240.

HASHEMITE KINGDOM OF JORDAN
1989, Poches de pauvreté en Jordanie (en arabe), Amman, Ministère des Affaires sociales.

1993, La vie publique et politique en Jordanie, lois et règlements (en arabe), Amman, Département de la Presse et des Publications.

HOURANI, H.
1989a,
The Crisis of the Jordanian Economy, Nicosia, Al Urdun al Jadid Books no. 2, Î.H.O. Publishers.

1989b, "Le soulèvement du printemps 1989" (en arabe), Al Urdun al Jadid, n° 14, pp. 7-31.

1993, "Les élections parlementaires prochaines en Jordanie" (en arabe), Al Hayat (London), série de cinq articles, 5-10 août.

HOURANI et al.

1993, Les partis politiques en Jordanie : un guide (en arabe), Amman, Centre de recherche Al Urdun al Jadid.

HOWARD, N. F.
1975, "Jordan : the Price of Moderation",
Current History, n° 85, February, pp. 61-65.

HUDSON, M.
1977,
Arab Politics : the Search for Legitimacy, New Haven, Yale University Press.

JORDANIAN COMMUNIST PARTY
1972, Quelques aspects de la lutte des classes en Jordanie (en arabe), Haifa, Dar al Ittihad.

JUREIDINI, P.A. & McLAURIN, R.D.
1984,
Jordan, the Impact of Social Change on the Role of the Tribes, Washington Papers n° 108, New York, Praeger.

KHADER, B. & BADRAN, A. (eds.)
1987,
The Economic Development offordan, London, Croom Helm.

KHOURI, N.
1981, "The National Consultative Council of Jordan : a Study in Legislative Development",
International Journal of Middle East Studies, vol. 13, pp. 427-439.

LAYNE, L.
1987, "Tribesmen as Citizens : Primordial Ties and Democracy in Rural Jordan", in
Elections in the Middle East : Implications of Recent Trends, L. Layne (éd.), Boulder, Westview Press, pp. 113-152. 1989, "The Dialogics of Tribal Self-Representation in Jordan", American Ethnologist, vol. 16, n° 1, pp. 24-39.

MIGDAL, J.
1980,
Palestinian Society and Politics, New Jersey, Princeton University Press.

MISHALÀNI, Ph.
1985, "Jordan : the Case of Inevitable Imported Inflation in the 1970s", in
World Prices and Development, S. Griffith Jones & C. Harvey (eds.), Aldershot, Gower Press, chapter 13.

PLASCOV, A.
1981,
The Palestinian Refugees in Jordan, 1948-57, London, Frank Cass.

RAZZAZ, O.
1993, "Contested Space : Urban Settlement Around Amman",
Middle East Report, March-April, pp. 10-14.

ROBINS, Ph.
1988,
The Consolidation of Hashemite Power in Jordan, 1921-1946, Exeter, Faculty of Political Science, PhD dissertation.

SATLOFF, R.
1986,
Troubles on the East Bank : Challenges to the Domestic Stability of Jordan, Washington, Georgetown University, Center for Strategic and International Studies, Washington Papers series no. 123.

1992, "Jordan's Great Gamble : Economic Crisis and Political Reform", in The Politics of Economic Reform in the Middle East, H. Barkey (ed.), New York, St. Martin's Press, pp. 129-152.
1993,
(ed.), The Politics of Change in the Middle East, Boulder, West-view Press.

SAYIGH, Y.
1991, in the 1980
"Jordan Legitimacy Entity Identity", in Politics and the Economy in Jordan, R. Wilson (ed.), London, Routledge, pp. 167-183.

SHABAN, N. R.
1989, "Economic Inequality in Jordan", in
Income Distribution in Jordan, K. Abu Jaber et al. (eds.), Boulder, Westview Press.

SHRYOCK, A.
(à paraître en 1995), "Tribalizing the Nation, Nationalizing the Tribes : the Politics of History among the Balqa' Bedouin of Jordan", in Tribus et Etats au Moyen-Orient, R. Bocco et C. Velud (sous la direction de), numéro spécial de la revue Maghreb-Machrek, n° 146, janvier-mars, Paris, La Documentation Française.

TELL, T.
1993, "Paysans, nomades et Etat en Jordanie orientale : les politiques de développement rural", in Steppes d'Arables. Etals, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, R. Bocco, R. Jaubert et F. Métrai (sous la direction de), Paris, Presses Universitaires de France, Genève, Cahiers de l'IUED n° 23, pp. 87-102.

TIMMERMANS, N.
1991, Le soulèvement jordanien d'avril 1989, Paris, Institut d'Etudes Politiques, Mémoire de DEA.

VATIKIOTIS, P. J.
1967,
Politics and the Military in Jordan : a Study of the Arab Legion, 1921-1957, London, Frank Cass.

WILSON, M. C.
1987a,
King Abdullah, Britain and the Making of Jordan, Cambridge, Cambridge University Press.
1987b, "Jordan's Malaise",
Current History, February, pp. 73-76 ; 84-85.

YAPP, M. E.
1991,
The Near East since the First World War, London, Longmans.

YORKE, V.
1988, "Jordan is not Palestine : the Demographic Factor",
Middle East International, 16 April, pp. 16-17.

Notes

1 Pour un Palestinien "radical" comme Lamis Andoni, l'enchaînement des événements semblait montrer que "c'était l'Intifada sur l'autre Rive, modifiant profondément le rôle joué par la Jordanie dans la région et les options du gouvernement dans le processus de désengagement... (qui) propulsèrent la Jordanie vers un tournant... rendant inévitable le réengagement du régime vis-à-vis de ses citoyens palestiniens et l'acceptation de nouvelles règles du jeu quant à son contrat social avec le peuple jordanien" (1991 : 166-167).

2 Cette perspective est malheureusement absente dans les analyses centrées sur les notions "d'économie rentière" et "d'Etat rentier", et appliquées à l'étude du système politique jordanien (Brynen 1992 ; Brand 1992).

3 Parmi les parlements élus entre 1952 et 1967, le fait qu'une seule législature soit arrivée au terme de son mandat est révélateur du pouvoir dominant de l'exécutif.

4 Dans ce contexte, il faut souligner que le tenue "Transjordanien" masque des différences importantes entre l'origine de Wasfi Tall et celle d'autres premiers ministres. Tall a été l'un des cinq premiers ministres que les Transjordaniens ont reconnus comme des vrais "fils du pays" (abna' al balad), c'est-à-dire des descendants de clans et tribus dont les origines locales sont reconnues. Jusqu'en 1993, la durée globale des mandats de premiers ministres abna' al balad a été inférieure à huit ans, v compris les trois mandats de Wasfï Tall qui, à eux seuls, représentent presque cinq ans. Quant aux autres premiers ministres nés en Transjordanie, soit ils avaient des origines shai iliennes, soit ils étaient membres de minorités ethniques ou de l'élite marchande, voire descendants des élites installées en Jordanie depuis la période mandataire.

5 Un avis sans doute encouragé par un silence calculé des statistiques concernant le nombre des Palestiniens en Jordanie. Au moins jusqu'en 1988, les porte-parole officiels et les observateurs étrangers ont cultivé l'impression que les Transjordaniens étaient minoritaires dans leur propre pays (Yorke 1988).

6 Un Conseil consultatif national nommé par le roi entre 1978 et 1983 a préservé l'apparence de la consultation populaire (Khouri 1981).

7 Le changement vers une armée de conscription a également révélé de nouvelles priorités en matière de défense qui ont davantage privilégié les dépenses en équipements et systèmes d'armement plutôt que l'augmentation des soldes de la troupe.

8 Après les élections de 1989, la responsabilité de la crise économique et de l'endettement massif était devenue la principale pomme de discorde parmi les différentes factions de l'élite bureaucratique. En effet, des demandes de réforme pour un meilleur contrôle du gouvernement avaient été présentées déjà en 1982 par Ufuq, un magazine qui fut de courte durée (Satloff 1986). En 1985, le nouveau gouvernement de Zayd Rifa'i fut obligé de nier devant le Parlement la véracité d'un reportage de la presse selon lequel la dette jordanienne dépassait 5 milliards US$, alors que le chiffre officiel de la Banque centrale était de 2,8 milliards US$. Ainsi, les conclusions de l'étude de Satloff (1992) selon lesquelles, depuis 1980, tous les cabinets ont été responsables de mauvaise gestion, semblent prouvables.

9 Le rapport publié par le Ministère des Affaires sociales (Hashemite Kingdom of Jordan 1989) révélait des poches "d'indigence absolue" dans plusieurs zones du sud du pays. En ce qui concerne les régions de steppe, les tribus bédouines avaient sporadiquement manifesté leur mécontentement. La "marche bédouine sur Amman" en 1979 pour protester contre la hausse des prix du fourrage (Satloff 1986), ou les plaintes adressées au gouvernement par la tribu des Bani Hassan contre les détournements des règlements fonciers dans leur territoire (Razzaz 1993), en sont des exemples. D'après Shryock (1994), on pourrait aussi parler du développement d'un "nationalisme généalogique populaire" qui défie implicitement la légitimité des Hachémites et les hiérarchies tribales reconnues par la monarchie, ressassant le passé des tribus dans la période qui a précédé la création de l'Emirat de Transjordanie.

10 Une autre organisation nationale, le parti AHD ('Amb flashimi Dimuqmti). a été créée par Abd al-Hadi al-Majali, un ancien général de l'armée. Les perspectives du AI II) pour le prochain scrutin électoral ont été largement améliorées grâce à la nomination en tant que premier ministre du frère de son secrétaire général. Pour une présentation des principales tendances politiques après les élections de 1989. on peut voir Ayyad (1991) ; Hourani et al. (1998) donnent la liste des programmes des partis officiellement enregistrés.

Notes de fin

1 Août 1993.

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.