Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie II. Modernisation sans démocratisation ?

Les élections législatives du 5 octobre 1992 au koweït : vers un nouveau "compromis social" ?

Fatiha Dazi-Héni

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur*

Texte intégral

  • 1 Le parlement koweïtien (Majlis al-umma) est monocaméral et la loi électorale a été votée par l'Asse (...)

1Le 5 octobre 1992, les Koweïtiens ont élu une Assemblée nationale pour la septième fois. Entre 1963 et 1992, seuls trois amendements au texte de la loi électorale n° 35 de 1962 ont été votés1 ; ils étaient relatifs au découpage des circonscriptions et au nombre de députés à élire par circonscription. Rien n'a changé en ce qui concerne le corps électoral. C'est pourtant sur ce point que l'expérience démocratique koweïtienne est la plus vulnérable. La majorité des 294 candidats qui se sont présentés pour les 50 sièges de députés ont d'ailleurs centré leur campagne électorale sur ce thème. Cette dernière a eu lieu du 2 septembre au 3 octobre 1992.

  • 2 P. Lévêque et P. Vidal-Naquet, 1964, Clystène l'Athénien, Annales Littéraires de l'Université de Be (...)
  • 3 Gh. Salamé, "La démocratie comme instrument de paix civile", Démocraties sans démocrates. Ch. Salam (...)

2Les insuffisances démocratiques du système électoral koweïtien s'apparentent au modèle de la cité athénienne sous Clistène et Périclès2. Au Koweït, le corps civique reste très restreint : ni les femmes, ni les naturalisés ne peuvent participer à la vie politique. Ces derniers ont à peu près le même statut que les métèques de la cité antique, "des étrangers libres non citoyens" : "Les travailleurs immigrés dans l'émirat pétrolier et dont la proportion n'est pas loin de ressembler à celle des esclaves dans l'Athènes de Périclès, ont pris en main les affaires de l'émirat pour permettre à ses 'citoyens' de faire de la politique"3.

3C'était à la majorité des 400'000 Palestiniens présents avant l'invasion irakienne – il n'en reste que 30'000 environ en 1993 – qu'incombaient les plus importantes tâches administratives et économiques du pays. Les naturalisés représentaient le parangon de l'élite arabe du Moyen-Orient et les bidûn (littéralement bidûn jinsiyya, c'est-à-dire apatrides sans papiers d'identité, comme les Zeugites "citoyens de troisième classe" à Athènes) formaient jusqu'à l'invasion l'essentiel du corps militaire koweïtien. En effet, les résidents au Koweït sont répartis en trois catégories : les citoyens à part entière, les Koweïtiens aslî (originaires) ayant plein droit au vote, les femmes et les naturalisés, citoyens de "deuxième catégorie" ne pouvant voter que lors des élections locales, et les bidûn exclus du champ politique. L'élargissement de la base électorale aux Koweïtiens "de deuxième catégorie", la suppression de la distinction entre les deux types de citoyenneté et le droit de vote à 18 ans (la majorité est encore fixée à 21 ans) ont été largement plébiscités. Depuis l'existence d'une vie parlementaire, le droit de vote pour les femmes a pour la première fois en 1992 sérieusement fait l'objet de discours et de débats de la part de certains candidats, malgré une ferme opposition des islamistes et des bédouins traditionalistes.

  • 4 Selon les statistiques de 1990. on comptait 342'492 femmes et 338*792 hommes. Pour l'évolution démo (...)

4Seule une infime partie de la population – les hommes âgés de 21 ans et plus, à savoir 81'440 électeurs sur 681'288 Koweïtiens – est constituée de citoyens à part entière quant au droit de vote (voir tableaux 1, 2 et 3 en annexes). L'expression al-dimuqratiyya li-l 12 % (la démocratie des 12 %), utilisée au Koweït pour ironiser sur le petit nombre de gens ayant accès au vote, est révélatrice de la signification à accorder à la notion de démocratie. Ainsi à partir de quel critère peut-on postuler qu'en 1992 les Koweïtiens ont réellement participé au jeu démocratique ? Les 220'277 individus naturalisés pendant les vingt-cinq dernières années, ainsi que les femmes qui sont pourtant plus nombreuses que les hommes4 et auxquelles l'Emir et le prince héritier avaient promis, lors de leur exil à Tâif entre le 2 août 1990 et le 28 février 1991, le droit de vote une fois le territoire libéré, n'y ont toujours pas droit.

  • 5 Pour les amendements à la loi électorale, on peut voir Kuwayt al-yawm, 26e année, n 1318, 7 septemb (...)
  • 6 Cf. le décret de loi 130/1986 sur l'amendement de l'article 6 du décret émiral 15 1959 relatif à la (...)

5La notion d'origine (asl) joue un rôle fondamental dans l'histoire politique moderne du pays et notamment dans la définition de la citoyenneté, élaborée en fonction de la double articulation "espace-temps", lieu d'origine et date d'entrée dans le territoire koweïtien. L'article 6 de la loi sur la nationalité, publié dans le décret 15/1959 et amendé à trois reprises, stipule que seuls ceux pouvant prouver par des documents ou par deux témoins leur arrivée sur le territoire avant 1920 sont considérés comme des Koweïtiens "de première catégorie" (kuwayti aslî). Les autres sont des citoyens "de seconde catégorie" : ils jouissent de tous les avantages sociaux et participent à la vie politique en votant à l'échelon local mais pas au niveau national. Devant le flux d'immigrants venus travailler au Koweït, un autre amendement à cette loi fut apporté le 6 juillet 1966, stipulant l'application d'une période de vingt ans nécessaire à l'intégration du naturalisé pour qu'il puisse témoigner de sa loyauté et de sa fidélité envers sa nouvelle patrie5. Cette loi a même été appliquée pour ceux arrivés peu après 1920 et qui, à partir du 6 juillet 1966, ont dû attendre vingt ans pour ne jouir que partiellement de leurs droits de citoyens. En effet, à l'expiration de ce délai, ils auraient pu voter, mais pas se présenter comme candidats aux élections. Toutefois, un décret voté en septembre 1986, au lendemain de la dissolution du dernier Parlement, a porté à trente ans, toujours à partir du 6 juillet 1966, le droit de vote aux naturalisés6.

6Ce système d'intégration-exclusion est lié à la précarité et à la fragilité de l'État koweïtien dont la population nationale est minoritaire. Avant l'invasion irakienne, les Koweïtiens aslî représentaient 28,6 % de l'ensemble de la population du pays (voir tableau 1). Selon les sources officielles, les Koweïtiens constitueraient en 1993 70 % de la population nationale du fait de l'exode massif des Palestiniens et de l'exil forcé de plus de la moitié des bidûn en Arabie Saoudite. Officieusement, on avance que la population koweïtienne ne constituerait que 50 à 55 % de l'ensemble des résidents, beaucoup d'Asiatiques et d'Egyptiens ayant été massivement recrutés pour combler le vide laissé par les Palestiniens.

  • 7 Sept des dix anciennes circonscriptions constituaient la vieille cité et sa périphérie : Sharq, Qib (...)

7Bien que la notion d'électeur n'ait pratiquement pas évolué en trente ans de vie parlementaire, l'amendement n° 99 voté en décembre 1980 et concernant le redécoupage des circonscriptions électorales a eu un impact très important sur les stratégies, les modes de vote, les alliances politiques, donc sur les résultats électoraux. En effet, la représentation parlementaire dans l'Assemblée nationale élue en février 1981 a été très différente de celle des quatre Parlements précédents. Cet amendement a divisé le pays en 25 circonscriptions, chacune composée de deux mintaqa (l'équivalent d'une commune en France) et représentée par deux députés (tableau 3). Sept des dix circonscriptions qui représentaient jusqu'en 1981 le paysage électoral du pays (carte 1) constituaient la vieille cité portuaire et les circonscriptions de l'intérieur ; les autres, situées dans les zones bédouines, représentaient les circonscriptions de l'extérieur7. Le nouveau découpage de 1980 (voir carte 2) symbolise la rivalité qui oppose les puissantes oligarchies familiales marchandes sunnites, notables de la cité depuis le xviiie siècle, à la famille régnante ; depuis l'apparition de la rente pétrolière, cette dernière ne cesse d'accroître son hégémonie sur le pouvoir décisionnel en s'appuyant notamment sur les électeurs bédouins. Ainsi, par l'augmentation du nombre de circonscriptions, ce redécoupage met en valeur le poids du vote tribal, jusque-là sous-représenté par rapport aux vieux fiefs citadins sunnites et chiites. Afin de rééquilibrer les voix entre les circonscriptions, le redécoupage a renforcé le clan pro-gouvernemental face à une opposition de plus en plus diversifiée qui inclut les marchands, les nationalistes et la nouvelle couche moyenne : les citadins qui formaient la manne ouvrière jusqu'à la création de l'État rentier et les bédouins sédentarisés.

Carte 1
Source :Ministry of Interior, Kuwait, 1992.

  • 8 La référence historique à ce compromis est fondamentale pour comprendre les rivalités qui aujourd'h (...)
  • 9 Gh. Salame, 1994, op. cit.

8Sur un plan historique, la famille régnante était une institution politique faible devant négocier pour la gestion de la cité un "contrat social" informel avec les familles citadines marchandes8. Pour faire admettre sa prééminence, la famille des Al Sabâh a été contrainte au compromis : sa légitimité étant discutable, elle a toujours dû faire des concessions et permettre une certaine liberté d'expression à ses citoyens. Ainsi, le système démocratique koweïtien est plus le fait d'un groupe hégémonique n'étant pas en mesure de dominer entièrement la situation que le produit final d'une lutte menée par des forces démocratiques9.

Carte 2
Source : Ministry of Interior, Kuwait.
1992.

9La croissance démographique de la population nationale entre 1970 et 1990 (tableau 1) a été remarquable dans les zones bédouines notamment (la population bédouine représente 65 % de la population nationale). Depuis 1981, 14 circonscriptions sur 25 englobent les zones bédouines et couvrent trois des cinq gouvernorats (muhâfadha) du pays : celui de Farwaniyya (12e-l5e circoncriptions), celui d'al-Jahra (16e-20e circonscriptions) et celui d'al-Ahmadi (21e-25e circonscriptions) (tableau 3). Ces circonscriptions incluent les couches moyennes les plus modestes du pays dont le niveau scolaire et la conscience politique sont moins élevés que dans les fiefs citadins traditionnels. Les tribus qui y résident sont réputées pour être les alliées traditionnelles et fidèles de la famille régnante. Comme le montre la carte des circonscriptions électorales (carte 2), ces zones couvrent trois quarts du territoire koweïtien. De plus, si l'on additionne le pourcentage de la population koweïtienne aslî des gouvernorats d'al-Ahmadi (49 %) et d'al-Jahra (78 %), l'on constate qu'elle est une fois et demie supérieure à celle des gouvernorats de Koweït (45,2 %) et de Hawalli (22,6 %). Dans ces deux derniers gouvernorats résident des citadins anciennement établis, les notables sunnites et chiites – qui cumulent le plus haut niveau de vie et niveau scolaire du pays – ainsi que les couches moyennes de citadins et bédouins anciennement sédentarisés, les bâdû hadhar. Ces indicateurs montrent l'intérêt qu'ont suscité l'évolution et le poids du vote tribal lors des élections du 5 octobre 1992.

  • 10 Nous traduisons par "élections primaires" les termes arabes al intikhâbât al far'iyya (du mot far, (...)

10Dès 1985, les tribus avaient établi un nouveau système de cooptation des candidats : les élections primaires, al-intikhâbât al-far'iyya10. Cette innovation fut dénoncée par l'ensemble des mouvements politiques qui formaient déjà la base de l'actuelle opposition : les marchands, les nationalistes et les libéraux, ainsi que les trois associations islamistes : celle des Frères musulmans, 'Jam'iyyat al-Islâh al-Ijtimâ'î", (l'Association de la Réforme sociale, créée en 1962), celle des salâf (fondamentalistes), "Jam'iyyat al-Turâth al-Islâmî" (l'Association de l'Héritage islamique, fondée en 1980) et celle des chiites, "Jam'iyyat al-Thaqâfa wa-l-Ijtimâ'iyya" (l'Association culturelle et sociale, instaurée en 1968). L'opposition voyait là une manoeuvre politique des Al Sabâh qui institutionnalisait le système de factions, de clans et d'alliances tribales car les élections primaires ne figuraient dans aucun texte de loi ou article de la Constitution de 1962 et venaient conforter la coalition des pro-gouvernementaux dans le Parlement de 1985. Au-delà des clivages politiques qu'a engendrés une telle pratique électorale dans le déroulement des élections législatives de 1992, elle a mis en évidence les dilemmes entre l'Etat et l'opposition, aguerrie après l'expérience d'un exil forcé de sept mois.

11A travers une description de la campagne électorale et le décryptage des résultats du scrutin du 5 octobre 1992, nous allons présenter des pistes d'analyse du processus d'ouverture démocratique et de son acceptation de facto par les Al Sabâh. A la suite de sa fuite précipitée lors de l'invasion, d'ailleurs très critiquée par l'opposition, la famille régnante a été contrainte de jouer l'apaisement. Dans la continuité de sa stratégie du laisser-faire, la dialectique "tradition-modernité" a été plus que jamais dynamisée. En effet, pour la première fois depuis trente ans, les partis ont fait ouvertement leur entrée sur la scène politique. D'une part, l'État s'est activement impliqué dans une mise en scène particulièrement transparente et réglementée de l'acte de vote ; de l'autre, une réelle volonté de changement et d'ouverture démocratiques est apparue chez les électeurs, malgré des pratiques électorales encore caractérisées par de fortes appartenances au groupe et au lieu d'origine, notamment dans les zones bédouines les plus conservatrices.

La campagne électorale

  • 11 A la suite de nombreuses manifestations et de heurts entre la population qui revendiquait le retour (...)

12L'esprit festif tout au long de la campagne électorale et la rigueur affichée par l'État le jour du vote nous ont paru très significatifs du caractère "extraordinaire" de l'événement. Même si la pratique démocratique n'est pas nouvelle dans le pays, les élections législatives qui ont précédé celles du 5 octobre 1992 ne revêtaient pas la même signification. En effet, les symboles de liberté et de revanche sur un passé "pseudo-démocratique" fort houleux ont animé l'ambiance de fête de la campagne électorale de 1992. Les citoyens koweïtiens, toutes "catégories" confondues, attendaient beaucoup du futur Parlement, d'où un taux record de participation (85 %) nettement supérieur à celui du scrutin de 1985 (60 %) et à celui des élections du Conseil national de juin 1990 (40 %) que l'opposition avait appelé à boycotter11.

13Dans le scrutin de 1992, le conflit entre l'opposition – désormais représentée par des partis ou du moins des coalitions politiques – et l'Etat n'a jamais été aussi fort. Ces élections n'ont pas été comme les autres car, pour la première fois, même si les partis ne sont toujours pas officiellement reconnus, tous les courants politiques koweïtiens, indéniablement mûris par les différentes étapes qui ont contribué à menacer leur existence (l'invasion étant le point culminant de cette expérience), ont été représentés par plusieurs candidats.

  • 12 Cf. numéro spécial sur "L'acte du vote", Revue Française de Science Politique, vol. 43, n° 1, févri (...)

14En Occident, les élections sont généralement caractérisées par un cadre ordinaire et une routine de l'échéance et de la pratique de l'acte du vote12. Les dernières élections législatives koweïtiennes dénotent au contraire un apprentissage rigoureux de la pratique électorale, accompli selon les règles de la légalité et de la transparence. L'aspect "extra-ordinaire" a été souligné par l'attitude du gouvernement le jour des élections. Celui-ci a pris le plus grand soin à organiser méticuleusement un "cérémonial" à respecter. Chaque votant, muni de sa carte électorale, devait se rendre dans le réfectoire central des écoles aménagées en bureaux de vote où un policier, stationné devant la porte, était chargé de les faire entrer. Les Koweïtiens qui ont coutume de voter en groupes (amis, voisins ou membres d'une même famille) ont été contraints de former de longues files, signes d'une discipline exemplaire affichée. Le Ministre de l'Intérieur a d'ailleurs fait la tournée des bureaux de vote de plusieurs circonscriptions de la vieille ville et des zones bédouines pour vérifier personnellement si tout se passait comme prévu. Le respect des règles et la volonté de le démontrer publiquement aux Koweïtiens et aux observateurs étrangers, libres d'entrer dans les bureaux de vote pour observer le déroulement de l'acte électoral et interviewer les scrutateurs, ont confirmé le cadre "extra-ordinaire" de ces élections. La stricte observance des règles et la mise en scène de "rituels de vote" redondants ont été une manière pour l'Etat koweïtien de se réconcilier avec sa population dont la confiance à son égard avait été sérieusement ébranlée par la fuite précipitée mais néanmoins calculée des Al Sabâh lors de l'invasion irakienne. La transparence jouée par l'Etat le jour des élections a également été une manière de faire oublier les petites déconvenues d'usage pendant la campagne électorale : la cooptation de certains candidats et les rumeurs que l'on avait fait circuler sur des adversaires particulièrement gênants, voire les marchandages de votes effectués par certains électeurs.

15L'échéance électorale de 1992 a été doublement symbolique : elle a marqué le retour à la vie parlementaire depuis la libération du pays et un réel progrès vers la démocratie grâce à une grande liberté d'expression et à la présence de toutes les coalitions politiques. Les termes utilisés par les différentes composantes de la société civile (la presse, les associations et l'ensemble des courants politiques) renvoient tous à un esprit de fête et à un nécessaire renouveau de la vie politique du pays : 'urs al-Kmuayt (le mariage du Koweït), binâ' Kuwayt al-jadîd (la construction d'un Koweït nouveau), construction fondée sur l'unité du peuple et la stricte observance de la Constitution, ont été les maîtres mots de cette campagne électorale. La qualité des discours et des conférences prononcés par les candidats a singulièrement contrasté avec celle des précédentes campagnes ; ils se sont principalement articulés autour des thèmes portant sur le rassemblement et l'unité nationale, la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif, les problèmes de corruption et de clientélisme dans l'administration, la réforme de la loi électorale visant l'élargissement du corps électoral, la révision des articles de la loi sur la nationalité en vue d'une seule citoyenneté et, enfin, la garantie de la sécurité territoriale. Les dérives et querelles personnelles ont été minimisées ; les thèmes portant sur la corruption qui sévit dans la fonction publique et les quelques cas de votes achetés ont provoqué un large écho auprès de l'opinion publique.

  • 13 D'après le candidat Ahmad Bâqir (interview du 1er avril 1992), la tente électorale moyenne contient (...)

16De nombreux slogans affichés sur de grandes pancartes suspendues aux arbres le long des routes qui séparent les mintaqa d'une circonscription donnée indiquaient l'endroit où se tenaient les "quartiers généraux" des candidats. Ces derniers ont organisé leur campagne électorale principalement dans la tente électorale, maqar intikhâbî. Les citoyens "de première catégorie" qui voulaient se présenter comme candidats ont dû s'inscrire auprès du comité des élections qui dépend du Ministère de l'Intérieur et payer des frais de participation de 50 kd (1 dinar koweïtien équivalait à 20 francs français environ au moment des élections). Le reçu délivré par le comité permettait d'acheter une tente électorale dont le prix variait en fonction du nombre de personnes qu'elle pouvait contenir13.

17L'utilisation de la "tente électorale" date des années 1980. Jusqu'à cette période, les dîwâniyya servaient de quartiers généraux aux candidats. Ceux-ci sont des lieux traditionnels de réunion où les hommes discutent de problèmes sociaux et domestiques, mais également de questions politiques. C'est dans les dîwâniyya que l'on entretient les relations sociales : plus le réseau de relations qui s'y épanouit est varié et dense, plus la dîwâniyya contribue à augmenter le prestige du groupe ou de la personne qui la possède. Dans les années 1950-70, période d'urbanisation à outrance, la dîwâniyya représentait surtout la trajectoire et le prestige d'un groupe : famille, tribu, clan ou plus globalement groupes sociaux partageant les mêmes intérêts ou idéaux (familles marchandes, corporations de métiers, nationalistes). Les campagnes électorales précédentes se déroulaient dans ce cadre. A partir des années 1980, on a assisté à un changement très important : lors des échéances électorales, les dîwâniyya sont devenues l'affaire d'individus plutôt que de familles ou d'associations.

18Ahmad al-Rub'i, candidat indépendant élu dans la 8e circonscription (Hawalli) et Ahmad Sa'dûn, ex-président de l'Assemblée nationale de 1985 et actuel président du Parlement en 1992, qui s'est également présenté sous l'étiquette d'indépendant et a été élu dans la 11e circonscription (Khâldiyya), sont les "champions" de ce modèle de trajectoire politique individuelle. En effet, ils ont construit leur carrière politique sur le principe des visites personnelles quotidiennes et répétées dans les dîwâniyya de leur circonscription et dans celles des illustres notables et cheikhs du pays. Leur propre réseau de relations est considérable : en fait, leurs dîwâniyya mêmes sont exemplaires. Lors des élections législatives, ils ont reçu l'appui d'un public fidèle au cours des rassemblements sous leurs tentes électorales. Cette tendance s'est rapidement généralisée et a indéniablement contribué à accélérer et gonfler la participation politique populaire. L'apparition de la tente électorale sur la scène politique a été parallèle au redécoupage électoral et donc à l'entrée en jeu massive de la représentation tribale dans le nouveau Parlement. La tente, symbole de la culture bédouine, est ici synonyme d'espace public.

  • 14 Interview avec Ahmad Bâqir le 27 septembre 1992.

19Selon nos interviews et les articles de la presse locale, la campagne électorale de 1992 aurait été la mieux réussie et la plus mûre des expériences parlementaires connues au Koweït. La rumeur (al-ishâra), ennemie principale d'un candidat, qui illustrait jusqu'au paroxysme les précédentes campagnes, a été atténuée grâce à la modernisation des moyens techniques d'organisation et à une conscience politique générale plus aiguë. Ahmad Bâqir, candidat salâf (fondamentaliste) élu dans la 5e circonscription (al-Qâdsiyya) a déclaré à ce propos : "Le Koweït tout entier est un pays de rumeurs. Le candidat passe 80 % de son énergie durant la campagne électorale à se justifier qu'il n'a pas dit telle ou telle chose. C'est pourquoi il est non seulement indispensable de visiter les dîwâniyya mais aussi de répéter à plusieurs reprises cet acte"14.

  • 15 Interview avec Mubârak al-'Adwânî le 28 septembre 1992.

20Mubârak al-'Adwânî, jeune bédouin issu de la nouvelle génération scolarisée et politisée, candidat non élu du Forum démocratique dans la 16e circonscription ('Umayriyya), a déclaré : "La répétition des visites dans les dîwâniyya de la circonscription où l'on se présente est un préalable obligatoire si l'on veut avoir une petite chance d'être appuyé au-delà de son entourage immédiat, surtout dans celles où le vote n'est pas acquis. Il faut en rajouter et même se rendre à des dîners purement familiaux et privés, à des mariages, féliciter les naissances, la réussite à un examen scolaire de l'un des enfants, autant d'occasions pour manifester sa présence et sa sympathie. Personnellement, je me concentre plus volontiers avec mes mafâtih intikhâbî (litt. "clés électorales", soit les bras droits du candidat) sur les votes flottants, auprès de ceux qui hésitent encore. Ceux qui sont radicalement opposés à mes idées et qui sont les supporters ouverts de mes adversaires sont bien entendus exclus"15.

21Les discours des candidats dans les quartiers généraux sont préalablement enregistrés sur cassettes et distribués par les supporters du candidat, reconnaissables grâce aux badges épinglés sur leur dishdasha (robe masculine) portant le nom ou le slogan principal du candidat ou de la coalition politique à laquelle il est rattaché.

  • 16 Interview avec Sa'ad bnu Tufla al-'Ajmî le 30 septembre 1992.

22Seul le Forum démocratique – qui comprend les figures historiques du mouvement nationaliste : al-Khatîb et al-Nibârî (élus) et al-Munayyis et al-Qatâmî (non élus) – a réservé aux femmes une petite tente mitoyenne à la grande où les hommes étaient réunis. Elles ont suivi en direct les discours transmis simultanément sur vidéo et ont joué un rôle important dans la diffusion des cassettes auprès des femmes contraintes pour la plupart de les écouter chez elles16. Les nouvelles technologies ont eu pour conséquence immédiate de relever la qualité des discours politiques des candidats souvent mis en cause par leurs adversaires et détracteurs.

  • 17 Ces informations proviennent de discussions informelles avec Hânia, jeune Koweïtienne de 33 ans, mi (...)

23Sa'ad bnu Tufla al-'Ajmî, autre candidat bédouin non élu dans la 20e circonscription (Jahra al-Qadîma), de la même génération que Mubarak al-'Adwânî, considère cette évolution technologique comme "un antidote contre la rumeur, fléau le plus nuisible à une campagne électorale car la rumeur a contribué à l'échec de plusieurs candidats. Les cassettes constituent désormais une preuve et servent à démentir toutes accusations non fondées. La modernité tue la rumeur "17.

24Le mode de scrutin direct s'adapte parfaitement à la structure sociale koweïtienne, fondée sur la prééminence des liens personnels, et il est facilité par le nombre restreint d'électeurs. Les dîwâniyya ont donc une influence considérable dans le renforcement du rôle populiste des membres de l'Assemblée nationale. Elles deviennent des tribunes politiques où les électeurs de la circonscription viennent directement parler ou interpeller les députés et contribuent parallèlement au renforcement des pratiques clientélistes très présentes dans le système politique koweïtien.

25Le candidat et son équipe répètent sans cesse les visites privées dans les dîwâniyya et le public vient à lui, soit individuellement chaque jour avant qu'il entreprenne sa série de visites, soit collectivement le jour de son discours. La tente provoque par contre un bouleversement dans la liberté de parole et d'expression du candidat car, dans la dîwâniyya, il était plus ou moins dépendant de l'espace limité et du caractère privé de celle-ci. Aujourd'hui, l'évolution est encore plus nette : pour la première fois, l'Université de Koweït a organisé une série de débats publics entre différents candidats de l'opposition, des pro-gouvernementaux et des personnalités de la société civile (hommes et femmes, journalistes, responsables d'associations, professeurs) chargées de poser des questions aux candidats. Le public, surtout des étudiants et des étudiantes, avait ensuite l'occasion de questionner à son tour les différents candidats. De plus, un grand sondage effectué auprès de l'ensemble des candidats a également eu lieu pour la première fois.

  • 18 C'est à la famille Al Saqr qu'appartient majoritairement ce quotidien, les familles Al Nisf, Al Khu (...)

26Les organes de presse et en particulier al-Qabas – le seul quotidien privé qui appartient à quelques familles marchandes, les plus puissantes et riches du pays18, les autres journaux étant tous financés par des membres de la famille des Al Sabâh – ont fourni des comptes rendus de toutes les conférences hebdomadaires des candidats et des thèmes abordés, soit sous forme de pamphlets publicitaires, soit dans la rubrique quotidienne "Où aller ce soir ?" (Ayna tadhhabû masa'ân ?) où une liste de l'ensemble des discours qui se tenaient dans l'émirat à 20h30 était annoncée. Cette bonne entente entre médias et hommes politiques s'est traduite par une affluence importante dans la fréquentation des tentes électorales. Beaucoup de personnes se tenaient debout hors des tentes pour suivre le discours électoral du candidat, alors que, au-delà de l'enclos, plusieurs limousines étaient stationnées. La quasi-totalité des voitures étant équipées de téléphone, il était facile de prévenir les amis sur les thèmes abordés pendant les conférences, d'où les va-et-vient incessants de voitures entre les différents quartiers généraux lorsque plusieurs conférences de candidats particulièrement charismatiques se tenaient le même jour. Le rééquipement téléphonique des voitures à la suite de l'invasion a d'ailleurs suscité un sujet de polémique aigü entre le gouvernement et certains membres de l'opposition qui ont accusé le Ministère de l'Intérieur de négligence volontaire vis-à-vis d'eux en faisant traîner les formalités pour l'obtention du permis d'installer le téléphone dans leurs voitures. Les proches du gouvernement ainsi que des jeunes à peine âgés de 18 ans en possèdent. Ce détail qui paraît sans importance est pourtant très révélateur d'une société qui présente un profil "ultra" moderne. Le Koweïtien se "définit" avant tout par une voiture climatisée équipée d'un téléphone où il passe de longs moments, sans cesse dérangé par la sonnerie de son bipper afin de régler sa série de visites dans les dîwâniyya et les tentes.

27Dans les circonscriptions de l'intérieur, les tentes électorales de al-Khatîb, de Sa'dûn, de al-Rub'i, ainsi que de son adversaire le plus sérieux, Ismâ'îl al-Shattî du Mouvement constitutionnel islamique (ex-Frères musulmans) également élu, de 'Abd al-Sammad (candidat chiite élu, membre de la Coalition islamique populaire), Ahmad Bâqir et Hamad al-Jaw'ân, candidat indépendant élu et membre de la Coalition des Députés de l'ex-Parlement, étaient toujours très remplies. Dans celles de l'extérieur, Mubârak al-Duwaylah, islamiste de la même mouvance que al-Shattî et deux autres jeunes candidats bédouins appartenant également à des coalitions politiques, Ahmad al-Shari'ân, candidat indépendant élu, membre de la Coalition des Députés de 1985 et Mufrag al-Mutayrî, candidat salâf, ont créé la surprise par leur succès auprès de la jeune génération de l'électorat bédouin.

Les candidats

28Les 294 candidats en liste offrent un portrait assez représentatif des différents groupes sociaux au Koweït. Environ 60 % des candidats étaient bédouins, le reste étant des citadins sunnites ou chiites. Ces derniers ne représentaient toutefois que 15 % de l'ensemble des candidats, alors que les chiites représentent environ 35 % de la population totale.

  • 19 Ce sondage a été organisé par deux professeurs du département de sociologie de l'Université de Kowe (...)

29Grâce au sondage effectué auprès de l'ensemble des candidats par l'Université de Koweït19, on peut avoir une idée assez précise du profil de ces acteurs politiques. Une majorité d'entre eux (168 sur 294) s'est présentée pour la première fois, affrontant des adversaires chevronnés dont certains ont été élus plusieurs fois députés. Parmi ces candidats, 60 % d'entre eux ont un niveau scolaire élevé, la plupart étant diplômés des universités américaines ou britanniques, issus des couches moyennes aisées ou de milieux plus modestes, notamment les candidats provenant des zones bédouines. 62,6 % des candidats touchent des revenus oscillant entre 500 et 1500 kd (10'000 et 30'000 francs français), ce qui correspond à la catégorie des couches moyennes qui comprend 38 % de professeurs, ingénieurs et avocats et 23 % de commerçants. Les fonctionnaires ne représentaient que 8 % des candidats et plus de 30 % ont affirmé travailler à leur compte sans toutefois se situer dans une catégorie professionnelle et sans donner le montant de leurs revenus mensuels.

  • 20 L.. Layne, "Tribesmen as citizens : 'Primordial tics' and democracy in rural |ordan", in Elections (...)

30Même si la candidature d'un acteur politique se mesure à sa capacité de récolter le maximum de voix et donc à son environnement social immédiat, ses qualités personnelles sont fondamentales dans l'image que ses concitoyens se font de lui. De ce fait, un titre aussi prestigieux que celui de duktûr (docteur) est très valorisant : il est synonyme de celui qui sait et qui peut faire avancer le pays par opposition au candidat choisi sur des critères familiaux ou claniques pour favoriser son groupe. Le cumul de connaissances scolaires et professionnelles prévaut aujourd'hui dans le choix d'un candidat, cela même dans les zones bédouines les plus conservatrices. En effet, les tribus qui organisent les élections primaires estiment que c'est une stratégie pour sélectionner les meilleurs et faire barrage aux "ignorants", d'où la forte diminution du nombre de candidats entre 1981 et 1985 (de 507 à 265). Cette tendance a été encore plus nette lors du scrutin de 1992, où "le mérite individuel"20 des candidats a constitué un critère de choix important chez de nombreux électeurs. En effet, outre les connaissances, les qualités morales et le niveau de conscience politique ont eu une influence déterminante sur le choix des candidats, beaucoup plus que le contenu idéologique de leur programme. Ainsi, un certain nombre d'électeurs ont voté pour des candidats aux idées radicalement opposées aux leurs. Par exemple, dans la 8e circonscription (Hawalli), deux candidats, membres de courants politiques opposés – Ahmad al-Rub'î (candidat indépendant, ex-membre du Forum démocratique) et Ismâ'îl al-Shattî (candidat du Mouvement islamique constitutionnel) – ont récolté, selon les dires de leurs équipes électorales respectives, les suffrages des mêmes électeurs. Nous avons observé une attitude semblable dans la circonscription de Jahra al-jadîda que nous analysons en détail dans le décryptage des résultats électoraux.

31Si les qualités individuelles des candidats ont été privilégiées, ces derniers ne pouvaient toutefois pas se passer de leur groupe – familial ou cercle d'amis – pour organiser la campagne et aller quotidiennement sur le terrain pour convaincre les électeurs. Ce paradoxe traduit bien la notion complexe de citoyenneté comprise avant tout au niveau familial, clanique ou tribal, d'où une difficile évolution institutionnelle en vue de la révision de la loi électorale et de celle sur la nationalité.

Les élections primaires chez les bédouins : entre 'asabiyya tribale et nouvelles formes de coalition politique

32Si l'on se livre à un exercice de calculs croisés entre le nombre d'électeurs inscrits et celui des candidats qui se sont présentés dans les 25 circonscriptions, on observe plusieurs tendances, directement liées au mode de scrutin. On note avant tout un net déséquilibre entre le nombre d'inscrits dans les circonscriptions de l'intérieur et celles de l'extérieur. La vieille cité qui comprend trois circonscriptions (Sharq, Qibla, Murqab : voir carte 2) n'a compté que 5332 inscrits pour 32 candidats en liste, contre 7130 inscrits dans la seule circonscription d'al-Ahmadi, la plus vaste du territoire où se présentaient 15 candidats. Sachant qu'il n'y a aucune restriction dans la loi électorale quant au nombre de candidats en liste par circonscription, ce déséquilibre s'explique par l'intérêt que les citadins ont toujours eu pour la politique alors qu'il est beaucoup plus récent dans les zones bédouines. Dans ces dernières, la mobilisation politique a été encouragée par le gouvernement à partir de 1980, avec le redécoupage électoral qui a renforcé la représentation tribale.

33Dans l'ensemble des circonscriptions, le nombre de candidats a varié entre 4 et 17. Lorsque peu de candidats se présentent dans les zones bédouines – comme cela a été le cas pour trois circonscriptions du gouvernorat d'al-Ahmadi, la 22e, la 23e et la 24e – ils sont élus à une très forte majorité lorsque des élections primaires sont organisées (voir tableau 6 en annexe). La 23e circonscription, Sabâhiyya, est le fief de la tribu des 'Awâzîm. Celle-ci a choisi, lors des élections primaires, deux de ses membres, Jama'an et Fahd al-'Azmî, qui ont récolté aux législatives 4100 voix sur 4148 inscrits.

34Dans les circonscriptions citadines, lorsqu'un petit nombre de candidats était en liste, il s'agissait souvent de "ténors" de la vie politique, élus plusieurs fois et tous rattachés à des coalitions politiques. Certains étaient également des membres de familles prestigieuses comme Jâsim al-Saqr ou 'Abd al-'Azîz al-'Adsânî, même si ce facteur a pesé moins lourd que la carrière politique ou la personnalité du candidat. Le pourcentage des voix remportées a été fonction de l'influence et du charisme du candidat. Ahmad Sa'dûn et al-Murshîd, personnalités très populaires dans le pays et à Khâldiyya notamment, ont enregistré à eux deux 2327 voix sur 2409 inscrits, soit seulement 82 voix perdues. Toutefois, lorsque la concurrence s'est révélée plus dure comme à Kayfân (7e circonscription), le choix des deux députés a été plus difficile et s'est soldé par un score serré. Par contre, lorsqu'un grand nombre de candidats étaient en compétition, les vainqueurs ont généralement remporté un faible score, la majorité des voix se répartissant entre les nombreux autres. Ainsi dans la 2e circonscription, 'Abdallah al-Nibârî a réussi à se faire élire avec seulement 470 voix sur 1768 inscrits, soit moins d'un tiers des suffrages exprimés.

35La situation était très différente dans les zones bédouines où les candidats qui bénéficiaient de l'appui de leur tribu ont remporté une large majorité des suffrages. On peut donc penser que, lorsque des élections primaires ont lieu au sein d'une tribu majoritaire dans une circonscription donnée, elle fait barrage à la concurrence et au déroulement du jeu électoral puisque l'appui de la tribu garantit la victoire.

36La cohésion tribale, et c'est la grande nouveauté de ces élections, n'a toutefois pas été aussi systématique que lors des élections législatives de 1985. En effet, on a pu observer à cette occasion différents types de comportements dans les zones bédouines. Deux raisons majeures permettent d'expliquer la non-tenue d'élections primaires dans quatre circonscriptions de l'extérieur (12e, 13e, 14e et 20e) : soit parce que de jeunes candidats bédouins s'y opposent formellement, soit du fait de désaccords inter-claniques au sein d'une tribu. Lorsqu'elles ont lieu, deux tendances prévalent : soit la cohésion tribale d'une puissante tribu l'emporte sur les dissensions internes, soit un ancien système de coalitions entre plusieurs tribus se met en place pour asseoir l'entente tribale.

  • 21 Interview avec Aqil et Nahar, mafâtîh intikhâbiyya de Ahmad al-Shari'ân, le 10 octobre 1992.

37Un grand nombre de candidats bédouins de la jeune génération ont dénoncé les effets pervers qu'engendre une telle pratique. C'est notamment le cas dans la 19e circonscription (Jahra al-jadîda), l'une des plus conservatrices du pays, traditionnellement alliée au gouvernement. Les propos de deux jeunes miftâh intikhâbî du candidat indépendant Ahmad al-Shari'ân illustrent bien le contexte : "Aux élections législatives précédentes, l'attachement tribal était très fort, impossible de gagner les élections sans le soutien de sa tribu. Après l'invasion, les Koweïtiens ont été traumatisés, la situation a radicalement changé, les gens ont pris conscience de la gravité de la situation. Avant, seuls les politiques, nous entendons par là les professionnels dans l'opposition, étaient conscients que la dissolution du Parlement en juillet 1986 et ensuite les élections fantoches du Conseil national de juin 1990 auraient conduit le pays au chaos. Maintenant les choses ont changé à tel point qu'ici, dans une région réputée ultra conservatrice, deux jeunes candidats qui se présentent sous des étiquettes politiques différentes et qui ont condamné fermement les élections primaires gagnent très largement la confiance des électeurs. C'est un nouveau jour pour la vie politique du Koweït, c'est une grande première"21.

  • 22 Le Souk al-Manâkh était une bourse parallèle artificiellement créée par une spéculation frénétique (...)

38Ahmad al-Shari'ân, candidat âgé de 37 ans, avait été élu au Parlement de 1985 grâce au soutien de sa tribu, les Al Dhâfîrî. Très sensible aux discours critiques de personnalités comme Ahmad Sa'dûn, Hamad al-Jaw'ân ou Ahmad al-Rub'î, instigateurs de la démission du Ministre de la Justice, mis en cause dans les fraudes du scandale boursier de Souq al-Manâkh22, il est entré dans le "Bloc des Députés" de 1985 au lendemain de la dissolution du Parlement. Ensuite, il a activement participé à la construction d'une opposition unie pour dénoncer, lors de la tenue des élections du Conseil national, les décisions arbitraires et anti-constitutionnelles du gouvernement. Une grave crise l'a opposé à sa tribu mais, au lendemain de l'invasion, les jeunes ont soutenu massivement sa candidature. Sa tribu, qui représente 470 voix, ne l'a soutenu que partiellement : seule sa famille (usra) et plus largement son clan ('ashîra) ont voté pour lui, soit 250 personnes. La 'asabiyya al-qabîla (l'esprit de corps de la tribu) a été mobilisée pour soutenir ses idées et surtout pour s'assurer les suffrages des nouveaux électeurs scolarisés ayant une conscience politique embryonnaire, c'est-à-dire les jeunes nés entre 1960 et 1971 dont la plupart ne votaient pas encore en 1985.

39Les "clés électorales" ont travaillé sur un périmètre qui couvrait 20'000 maisons ; toutes ont des dîwâniyya, 50 % d'entre elles organisaient des réunions où l'on discutait des élections et du support à al-Shari'ân. Celui-ci a récolté 757 voix, dont 507 suffrages en dehors de la tribu. Le concept de confiance personnelle (thuqya al-shakhsiyya) symbolisé par le rôle déterminant des "clés électorales" qui ont su transmettre maison par maison les idées libérales et nationalistes de leur candidat a provoqué un phénomène de boule de neige auprès des jeunes qui à leur tour tentaient de convaincre leur entourage proche. Cette stratégie qui a permis à al-Shari'ân de l'emporter sur ses pairs, qui ont tenté d'organiser des élections primaires avec trois candidats de sa tribu afin d'asseoir la dominante tribale au détriment de l'idéal unitaire national, s'est soldée par une large victoire. Il a défendu ses idées selon le mode traditionnel de la visite privée répétée dans un grand nombre de dîwâniyya. Rien ne jouait pourtant en faveur de ce candidat rebelle au conservatisme tribal et religieux de la circonscription. Son itinéraire politique, le dynamisme de son équipe électorale et la perte de confiance générale vis-à-vis du gouvernement et des candidats conservateurs sans envergure politique ont, plus que ses idées, su conquérir la confiance des électeurs.

40Cette hypothèse est confirmée par le succès d'un autre candidat élu, Mufrag al-Mutayrî de la tribu des Al Mutayr. Ce dernier était un nouveau candidat représentant le Rassemblement islamique populaire (RIP) dirigé par deux figures de proue, Jâsim al-'Uwn et Ahmad Bâqir, venus le soutenir dans son quartier général lors d'un de ses discours hebdomadaires. Les "clés électorales" de al-Shari'ân et de al-Mutayrî ont en effet demandé à leurs électeurs les plus sûrs de voter pour ces deux candidats aux idées pourtant très différentes. La campagne de al-Mutayrî s'est attachée à dénoncer la corruption et à mobiliser et séduire les gens à travers un islam populiste, un peu à la manière du FIS en Algérie, et non pas par un discours dogmatique complexe. Mufrag al-Mutayrî a ainsi récolté le plus grand nombre de voix et il a été élu premier député de sa circonscription avec 760 voix. En supposant que sa tribu ait voté pour lui – elle compte 370 voix, les électeurs se réclamant du RIP étant 110 – les 280 voix qui lui ont permis de l'emporter se répartissent entre les sympathisants et ceux résolus à faire barrage aux candidats soutenus par leur tribu.

41Un autre cas de figure mérite attention lors de ces élections primaires : il s'agit des alliances tribales. La 24e circonscription (Fahayhîl) est de ce point de vue le cas le plus intéressant. Les jeux d'alliances tribales ont été décrits par les observateurs étrangers comme des batailles acharnées qui ressemblent à celles des coalitions politiques dans les fiefs citadins. Cette image rend bien l'intérêt que constitue cette zone ; la comparaison s'arrête toutefois là, car les alliances tribales continuent de se faire à partir de critères traditionnels ; c'est en fonction des lieux de provenance et des mariages exogamiques entre certaines tribus qu'elles se concrétisent. On comprend ainsi comment la solide alliance entre les Al 'Ajinân et les Al Ma'rî ou encore celle des Banî Hâjir avec les Qahtân, tous originaires du centre de l'Arabie, parviennent à garantir la victoire de leurs candidats. Les Banî Hâjir et les Qahtân peuvent ainsi rivaliser avec la plus puissante tribu du pays, les Al 'Awâzîm, en parvenant à faire élire un des leurs dans le nouveau Parlement.

  • 23 Parmi les 21 tribus recensées sur le territoire koweïtien, les huit démogra-phiqueincnt les plus im (...)

42Une dernière tendance est ressortie de ces élections dans les zones bédouines. Les alliances se font seulement entre grandes et petites tribus, les premières renforçant ainsi leur suprématie. Les huits plus grandes tribus du pays, depuis toujours présentes dans le paysage électoral se sont donc imposées une nouvelle fois au détriment des treize petites23.

Les courants politiques islamiques

  • 24 S. Ghabra, "Voluntary associations in Kuwait : the foundation of a new system ?", Middle East Journ (...)

43La percée des courants politiques islamiques dans les fiefs conservateurs est particulièrement remarquable en ce qui concerne les deux courants islamiques sunnites, le Mouvement islamique constitutionnel (MIC, ex-Frères musulmans) et le Rassemblement islamique populaire (RIP, les salâf), grandes nouveautés de ce dernier scrutin. Le MIC jouit au sein de l'opposition d'une place particulière grâce à son jeu plus ou moins flou qui semble néanmoins faire sa force depuis son apparition à la fin des années 1950. En effet, ce courant a bénéficié dès son origine, avec l'Association des Guides (Jam'iyyat al-Râshidûn) fondée en 1952, des faveurs du pouvoir. Le gouvernement a autorisé les discours politiques des imams dans les mosquées, mais il a simultanément financé largement la très puissante Association de la Réforme sociale et encouragé la publication de l'hebdomadaire de cette association (al Muj-lâma') au détriment du Mouvement nationaliste qui répandait ses idées dans le Nâdî al-Istiqlâl, club sportif fermé en 195624.

44Les Frères musulmans qui sont donc perçus comme des trouble-fête au sein d'une opposition balbutiante jouent sur deux registres. Lors de l'invasion d'août 1990, la position des Frères musulmans égyptiens, saoudiens et algériens vivement opposés à l'arrivée des Américains sur le sol saoudien aggrave un peu plus leur situation. Afin de prendre leurs distances, ils sont contraints de changer de nom et deviennent le Mouvement islamique constitutionnel pour éviter l'amalgame au sein de l'opinion publique et insister désormais sur le caractère national et moderne de leur action. L'utilisation des termes "islamique" et "constitutionnel" mis côte à côte peut sembler paradoxale. Selon nous, c'est le signe d'une volonté de s'impliquer, d'être à la pointe de la nouvelle opposition. Cependant, le MIC continue, par son soutien à des candidats qui se présentent aux élections primaires, et donc à une pratique non constitutionnelle, de jouer un rôle obscur au sein de l'opposition. Jam'ân al-Azmî, candidat du MIC, a participé aux élections primaires dans sa circonscription alors que Mubârak al-Duwaylah, l'une des figures de proue de ce mouvement, s'en prend violemment à ce type de pratique qu'il qualifie de ghayru dustûriyya (anticonstitutionnelle). Si l'on considère l'influence grandissante du RIP, rival immédiat du MIC, l'hypothèse qui tend à postuler que le MIC se livre à une double bataille, soit reconquérir son influence d'avant-guerre et être le premier courant d'opposition, est confirmée. En effet, forts de leur rôle pendant l'occupation, Ahmad Bâqir et Jâsim al-Uwn, du RIP, voient leur influence s'accroître, trois candidats de ce mouvement étant élus contre trois du MIC. La concurrence entre les deux courants se joue sur le plan des alliances. Le RIP soutient toujours des candidats actifs dans l'opposition de par leur rattachement au Bloc des Députés de 1985. Si l'on calcule le nombre de candidats soutenus par le MIC et le RIP, le premier garde une large avance. Cependant, le RIP qui utilise une stratégie de clarté politique risque de l'emporter à moyen terme sur le MIC dont la réputation est entachée de complaisances vis-à-vis des autorités et des bédouins traditionalistes. Mais leur rivalité n'apparaît jamais ouvertement car le but de ces courants politico-religieux est avant tout de dominer l'opposition parlementaire. Ainsi, quand un candidat du RIP est assuré de la victoire, le MIC le soutient et vice versa.

45Les divers courants de l'opposition se concertent depuis l'après-guerre pour conclure une entente visant à éviter les attaques entre candidats et à défendre plutôt chacun ses idées. Ainsi, pour la première fois, une alliance entre salâf et Frères musulmans voit le jour.

46De son côté, le bloc islamique chiite a accentué son influence, puisque trois de ses quatre candidats ont été élus. Son influence reste malgré tout limitée aux circonscriptions dominées par la population chiite. En 1981, le redécoupage des circonscriptions électorales et le choix entre deux députés plutôt que cinq par circonscription avaient fortement contribué à affaiblir la représentation de ce groupe confessionnel. En 1971 et 1975, le courant religieux dominé alors par l'Association culturelle et sociale était représenté par dix députés, contre trois en 1981 et deux en 1985. Ce courant, aujourd'hui structuré en véritable parti politique et dirigé par Abd al-Wahhab al-Wazzan, l'un des chefs de la résistance civile sous l'occupation, a la volonté de s'élargir et de gagner de nouveaux membres – pas forcément chiites ou religieux –, d'où le sigle du parti Ittilâf al-Islâmî al-Watanî (Coalition islamique nationale, CIN). Bien que cet objectif paraisse encore utopique du fait de la nette séparation confessionnelle entre chiites et sunnites, cette stratégie pourrait s'adresser aux chiites les moins pratiquants. La difficile cohésion nationale entre les deux confessions transparaît dans les difficultés qu'ont eues les dirigeants du Forum démocratique à (aire admettre à leur électorat de soutenir pendant la campagne le seul candidat chiite du Forum, Ibrahim Yusûf 'Abd-al-Muhsin. De plus, il n'y a jamais eu aucune alliance tactique ou stratégie de ralliement entre les courants religieux sunnites et la CIN. Seul Hamad al-Jaw'ân, candidat sunnite indépendant dans la 2e circonscription, a bénéficié de l'appui conjoint du RIP et du CIN ; cela est dû davantage à son envergure politique et à sa personnalité qu'à un rapprochement des deux tendances.

Les tendances "laïques" : démocrates et conservateurs

47Le Forum démocratique a été la seule structure politique du pays à proposer dans sa liste une palette de candidats représentatifs des différents groupes sociaux et confessionnels du pays : un bédouin de la jeune génération dans une circonscription de l'extérieur, un chiite, quatre citadins issus des couches moyennes les plus scolarisées et ayant réussi leur ascension sociale et deux citadins d'un niveau plus modeste. La représentation bédouine est encore faible mais, étant donné la progression impressionnante de l'intérêt des bédouins pour la politique, elle s'accroîtra rapidement. La représentation chiite, par contre, pose encore problème. D'une manière générale, les circonscriptions électorales reproduisent le découpage du pays en deux tendances. Malgré une sévère défaite du groupe progouvernemental dans les circonscriptions de l'extérieur, celles-ci restent dominées par le groupe des conservateurs, alors que l'opposition est majoritaire dans celles de l'intérieur.

48Le groupe des conservateurs est représenté par les tribus qui organisent des élections primaires. Outre la candidature d'ex-représentants du Conseil national de juin 1990 (al-muja-lîsîn, les siégeants), on compte aussi ceux qui, faute d'élections primaires à cause de désaccords inter-claniques, ont néanmoins bénéficié de l'appui tribal lors des élections législatives. La représentation tribale a totalisé 18 sièges alors qu'en 1985 elle détenait 27 sièges. Cette déroute provient surtout de l'échec des anciens "siégeants", dont la majorité appartient aux circonscriptions de l'extérieur. Sur les 34 candidats de ce groupe, seuls huit d'entre eux, tous élus dans les zones bédouines, sont députés. Les Al Sabâh contrôlent encore par cet intermédiaire les fiefs bédouins mais l'opposition religieuse gagne du terrain avec un siège pour les chiites, deux pour les Frères musulmans et un pour les salâf.

49Le gouvernement qui a toujours favorisé les courants religieux au détriment des libéraux, marchands ou nationalistes, entretient de bonnes relations avec les islamistes, qu'ils soient chiites ou Frères musulmans (moins avec les salâf). Les Al Sabâh accentueront probablement leur soutien afin d'atténuer la percée de l'opposition libérale qui domine les circonscriptions citadines. Les députés élus en fonction de leur appartenance à un courant politique sont pourtant minoritaires. Sur les 22 sièges à pourvoir dans les onze circonscriptions citadines, cinq ont été acquis par les islamistes (deux au CIN, deux au RIP, un au MIC), deux par le Forum démocratique et un par les familles marchandes représentées par le Rassemblement constitutionnel face à plusieurs sièges remportés par des candidats indépendants. Les familles marchandes perdent leur monopole contestataire sur la cité et sont largement battues par les couches moyennes de la population, représentées par des députés islamistes, progressistes ou par des libéraux indépendants que l'on a beaucoup de mal à classer dans l'opposition (voir tableaux 4, 6 et 7 en annexes).

  • 25 A. al-Baghdadi & F. al-Mudirs, "Dirâsa tahlîl li-ittijahât al-ra'y al-'âm al-kuwaytî hawla mukhtali (...)

50Le Takattul al-nuwwâb (Bloc des Députés), issu du mouvement constitutionnel créé au lendemain de la dissolution du Parlement de 1985, comprend 32 ex-députés, dont 20 ont été élus en 1992. Cette formation politique exprime une sorte de coalition nationale regroupant tous les candidats de l'opposition qui, depuis 1986, luttent contre les pratiques anti-constitutionnelles du gouvernement. Elle affiche une étiquette prodémocratique sans pour autant teinter son discours d'une quelconque idéologie. Elle est la première formation à avoir fondé sa lutte politique sur le principe de l'unité nationale, d'où son large succès électoral. Quant aux indépendants – qui ont obtenu 20 sièges dont 14 sont occupés par des membres du Takattul al-nuwwâb – ils doivent leur succès à leur volonté de rester hors de l'opposition. Ils n'ont revendiqué que la stricte application du texte constitutionnel. Un sondage effectué deux mois après les élections25 à partir d'un échantillon représentant 300 personnes démontre en effet que 70,3 % d'entre elles n'ont pas d'appartenance politique bien déterminée. Les indépendants adhèrent par contre massivement aux thèses et revendications qui ont pour objectif de défendre les droits protégés par la Constitution. Cette tendance reflète l'appartenance des candidats à de multiples réseaux et leur souci de ne pas apporter des changements trop brusques dans une société encore très conservatrice et traditionnelle.

51Les fréquents recoupements d'étiquettes politiques ou le fait pour certains de se camoufler derrière le terme mustaqilûn (indépendants), tout en cumulant les soutiens de divers courants politiques rend l'analyse du paysage politique koweïtien très complexe. Il est même parfois difficile de discerner les candidats vraiment engagés dans l'opposition de ceux qui ont des complaisances vis-à-vis du pouvoir. La structure sociale fondée sur l'entretien de liens personnels ainsi que les relations entre les membres du gouvernement et de l'opposition symbolisent la faiblesse de l'opposition koweïtienne qui garde des liens très étroits avec les membres de la famille régnante. La plupart des opposants, en particulier les universitaires, ont des fonctions de consultants auprès d'eux et fréquentent par courtoisie leur dîwâniyya. L'esprit de corps symbolisé par la force des liens personnels, la solidarité familiale ou l'appartenance tribale et confessionnelle limitent un engagement partisan et un militantisme actif. Par ailleurs, si l'on considère les courants politiques d'un point de vue structurel, le terme de "parti politique" ne peut convenir. Seul le Forum démocratique affiche au grand jour son organigramme et fonctionne comme n'importe quel parti. Les courants religieux sont assez, bien organisés mais leur structure interne n'est pas révélée officiellement, même si l'on sait qui est qui. Le Tajammu' al-duslûrî (Rassemblement constitutionnel) qui réunit les notables marchands de tendance libérale ne repose sur aucun modèle d'organisation : seule la connaissance de leurs circuits et réseaux de relations permet d'identifier leurs membres.

52Malgré les divergences structurelles et idéologiques des multiples courants, l'opposition reste soudée sur des objectifs fondamentaux : élargir le corps électoral (sauf en ce qui concerne le droit de vote des femmes), élaborer une nouvelle citoyenneté koweïtienne, séparer l'exécutif du judiciaire et tenter d'éclaircir les raisons qui ont conduit à l'invasion du Koweït. Devant toutes ces questions brûlantes, l'opposition devra garder un profil uni face à une famille légnante qui fera tout pour briser cette entente.

D'un modèle de démocrade censitaire à des nouveaux compromis

53Même si l'État koweïtien n'est pas encore mûr aujourd'hui pour expérimenter une vie politique dominée par des partis, l'idée et l'expérience sont embryonnaires. Le processus d'acceptation des partis politiques s'est enclenché timidement à l'initiative des acteurs de l'opposition dès 1986. La crise du Golfe a constitué une sorte d'électrochoc et a abouti à une prise de conscience collective sur la nécessité de construire une opposition qui agirait comme un contre-pouvoir face aux décisions anti-constitutionnelles du gouvernement. Les sigles des différents courants politiques qui symbolisent une volonté politique de rassemblement – ittilâf, tajammu', minbar, takattul, haraka – sont autant de termes utilisés pour dépasser les traditionnelles 'asabiyya familiales, tribales ou confessionnelles qui sont un frein à l'épanouissement politique et identitaire national.

54La famille régnante qui dirige le pays sur les trois plans fondamentaux qui le constituent (usra, qabalî et watanî / familial, tribal et national) est parvenue pour le moment à évincer ses rivales politiques immédiates, à savoir les oligarchies familiales marchandes, au bénéfice d'une couche moyenne triomphante. Aujourd'hui au Koweït, nous sommes bien loin de la situation du début du siècle où famille régnante et notables coexistaient sur la base d'un contrat social informel pour veiller aux intérêts de la cité. En encourageant les couches moyennes à s'épanouir par l'intermédiaire de la rente pétrolière, les Al Sabâh ont réussi à exclure les familles marchandes du leadership de l'opposition. La famille régnante se trouve toutefois devant une inconnue : c'est la première fois dans l'histoire du pays que l'opposition jouit d'un soutien populaire aussi large. Saura-t-elle assurer son pouvoir hégémonique par une stratégie d'apaisement et de laisser-faire face à une situation intérieure plus complexe et à une forte opposition et face aux multiples pressions extérieures, américaines, saoudiennes, irakiennes ou iraniennes ?

55Les élections législatives koweïtiennes de 1992 ont surtout servi de révélateur aux changements politiques, tant sur le plan institutionnel que celui des comportements électoraux. Le travail des parlementaires de l'opposition permettra de tester dans un avenir proche les chances de survie de cette nouvelle configuration socio-politique du pays.

Annexes

Tableau 1. Evolution démographique de la population koweïtienne, 1970-1990

Tableau 1. Evolution démographique de la population koweïtienne, 1970-1990

Tableau 2. Répartition de la population koweïtienne par gouvernorat en 1990

Tableau 2. Répartition de la population koweïtienne par gouvernorat en 1990

Sources : Ministère du Plan : Statistiques de vingt-cinq années, numéro spécial, 1990.

Tableau 3. Nombre d'électeurs par circonscription aux élections législatives de 1981, 1985, 1990 et 1992

Tableau 3. Nombre d'électeurs par circonscription aux élections législatives de 1981, 1985, 1990 et 1992

Sources : al-Qabas, 15.02.1992 et Kuwayt al-Yawn, mars 1992

Tableau 4. Liste des coalitions politiques aux élections législatives du 5 octobre 1992

Tableau 4. Liste des coalitions politiques aux élections législatives du 5 octobre 1992

1 Parmi ces 32 candidats, certains se présentent avec l'étiquette d'une coalition politique, les autres avec celle d'indépendants, c'est pourquoi il est inutile de faite le total du nombre de candidats, car le nombre serait supérieur aux 294 candidats.

Tableau 5. Résultats électoraux des coalitions politiques

Tableau 5. Résultats électoraux des coalitions politiques

Tableau 6. Résultats des élections dans les circonscriptions où les tribus ont organisé des élections primaires

Tableau 6. Résultats des élections dans les circonscriptions où les tribus ont organisé des élections primaires

Sources : Kuwayl al-Yawm, mars 1992 ; Arab Times, 5 et 7 octobre 1992.

Tableau 7. Députés au Parlement de 1992

Tableau 7. Députés au Parlement de 1992

Source : Résultats officiels publiés par le Ministère de l'Intérieur.

Notes

1 Le parlement koweïtien (Majlis al-umma) est monocaméral et la loi électorale a été votée par l'Assemblée constituante de 1961. Celle-ci adopta d'abord la loi no 25 de 1961 qui divisait le pays en 20 circonscriptions, chacune représentée par un député. Mais l'élite marchande et les nationalistes – très influents à l'époque grâce au panarabisme triomphant – demandaient la création d'une seule circonscription. Enfin, la loi no 35 de 1962 décréta un partage en 10 circonscriptions, chacune représentée par cinq députés. C'est selon ce découpage que les élections législatives de 1963, 1967, 1971 et 1975 se sont déroulées. Pour la loi électorale de 1962, on peut voir le Journal officiel koweïtien, Kuwayt al-yawm, 8e année, n° 402, 13 janvier 1962.

2 P. Lévêque et P. Vidal-Naquet, 1964, Clystène l'Athénien, Annales Littéraires de l'Université de Besançon, Paris, Coll. Les Belles Lettres, 1964, vol. 65, pp. 125-126.

3 Gh. Salamé, "La démocratie comme instrument de paix civile", Démocraties sans démocrates. Ch. Salamé (sous la direction de), Paris, Fayard, 1994.

4 Selon les statistiques de 1990. on comptait 342'492 femmes et 338*792 hommes. Pour l'évolution démographique de la population entre 1970 et 1990, voir tableau 1.

5 Pour les amendements à la loi électorale, on peut voir Kuwayt al-yawm, 26e année, n 1318, 7 septembre 1980.

6 Cf. le décret de loi 130/1986 sur l'amendement de l'article 6 du décret émiral 15 1959 relatif à la loi sur la nationalité et de l'article 1 de la loi électorale 35/1902. in Kuwayt al-yawm, 32e année. n° 1690, 26 octobre 1986.

7 Sept des dix anciennes circonscriptions constituaient la vieille cité et sa périphérie : Sharq, Qibla, Shâmiyya, Kayfân, al-Dasma, Qadsiyya et Hawalli ; cette dernière, bien qu'excentrée par rapport à la cité, représente un autre fief citadin, celui des nationalistes (voir la carte 1 pour observer la concentration de ce découpage électoral au détriment des zones bédouines ; comparer avec la carte 2 qui présente le nouveau découpage électoral à partir du Parlement de 1981). Sâlmiyya, al-Ahmadi et Shuwavkh représentent l'électorat bédouin.
Présentation sommaire des dix anciennes circonscriptions : Circonscription n° 1 : Sharq, concentration des riches familles marchandes chiites (Qabazar, Behbehâni, Ma'rafi, Wazzân) et des Al Sabâh ; n° 2 : Qibla, fief des puissantes oligarchies familiales marchandes sunnites (Saqr, Khurâfî, Badr, Marzûq...) qui contrôlent la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Koweït depuis une trentaine d'années ; n° 3 : Shuwavkh, qui regroupe les tribus anciennement sédentarisées (badû hadhâr), les Al Qanâ'ât et les tribus du nord-est de la Péninsule arabique, tels les Al Mutayr et les Al Dhafîrî qui vivaient de la mer ; n° 4 : Shâmiyya, ancien quartier de l'intérieur de la vieille ville (Murqâb) où familles marchandes et tribus commerçaient ensemble (Al Shâyi', Al Mitrân, Al Rushayda) ; n° 5 : Kayfân, quartier citadin pauvre ; n° 6 : Qâdsiyya, foyer citadin des jeunes libéraux aisés des années 1950, où a été créé le Club de l'indépendance ; n° 7 : al-Dasma, foyer citadin partagé entre chiites et sunnites, issus des couches moyennes ; n° 8 : Hawalli, fief citadin dominé par les nationalistes (al-Khatib, al-Qatamî, al-Nibârî, al-Munâyyis), la mouvance politique la plus "à gauche" du pays ; n° 9 : Sâlmiyya, dominée par la plus grande tribu du pays, les Al Awâzim ; n° 10 : al-Ahmâdî, la plus vaste circonscription du pays, sorte d'enclave centrale des zones bédouines où les tribus Ajmân, 'Awâzim et Fudhûl dominent.

8 La référence historique à ce compromis est fondamentale pour comprendre les rivalités qui aujourd'hui encore opposent les familles marchandes aux Al Sabâh. A l'exception de l'époque de Mubârâk (septième gouverneur de Koweït entre 1896 et 1915), la cité était gouvernée sur le principe de la consultation (shûra) selon lequel les Al Sabâh tenaient compte de l'avis des notables. Voir : F. Dazi-Héni, "La dîwâniyya, espace exemplaire d'une pratique sociale et lieu de production du prestige", Les Cahiers du CERMOC, Beyrouth, automne 1994.

9 Gh. Salame, 1994, op. cit.

10 Nous traduisons par "élections primaires" les termes arabes al intikhâbât al far'iyya (du mot far, branche). La traduction s'inspire plus de la procédure que de la réalité linguistique de l'expression. La tribu choisit au sein des clans qui la constituent un ou plusieurs candidats en vue des élections législatives. Cf. N. Gavrielides, "Tribal democracy : the anatomy of parliamentary elections in Kuwait", in Elections in the Middle Easl. Implication of recent trends, L.. Layne (éd.). Boulder, Westview Press. 1987, pp. 153-191. Voir aussi : A. Asîrî, & K. Manûfî, "Al intikhâbât al niyâbiyya al sâdisa (1985) Fî-l-Kuwavt. lahlîl sivâsî". Journal of Social Sciences, Kuwait, Kuwait University, vol. 14. n° 1, 1986, pp. 95-136 ; et J.E. Peterson, The Arab Gulf States : steps toward political participation, New York, The Washington Papers, n 131, published with the Conter for Strategie and International Studies Washington D.C., 1988.

11 A la suite de nombreuses manifestations et de heurts entre la population qui revendiquait le retour à la vie parlementaire et les forces de police chargées d'empêcher les rassemblements entre décembre 1988 et lévrier 1990, le gouvernement a voulu apaiser ces tensions en organisant des élections nationales en vue de l'instauration du Conseil national (Majlis al-Watanî) le 6 juin 1990. L'opposition s'est mobilisée pour boycotter ces élections jugées anti-constitutionnelles.

12 Cf. numéro spécial sur "L'acte du vote", Revue Française de Science Politique, vol. 43, n° 1, février 1993.

13 D'après le candidat Ahmad Bâqir (interview du 1er avril 1992), la tente électorale moyenne contient environ 500 personnes et coûte 700 kd (l4'000 francs français). Après avoir obtenu sa tente, le candidat doit remplir toutes les formalités pour se rendre à la mairie du gouvernorat dont dépend sa circonscription afin d'y installer l'électricité et l'air conditionné.

14 Interview avec Ahmad Bâqir le 27 septembre 1992.

15 Interview avec Mubârak al-'Adwânî le 28 septembre 1992.

16 Interview avec Sa'ad bnu Tufla al-'Ajmî le 30 septembre 1992.

17 Ces informations proviennent de discussions informelles avec Hânia, jeune Koweïtienne de 33 ans, militante dans la section des femmes du Forum démocratique et avec Faryâl al-Nibârî, épouse du secrétaire général de cette formation politique. Cette dernière se chargeait d'accueillir dans l'espace réservé aux femmes celles désireuses de suivre les discours hebdomadaires de son mari.

18 C'est à la famille Al Saqr qu'appartient majoritairement ce quotidien, les familles Al Nisf, Al Khurâlî et Al Shâyi' détenant également des parts. Ce quotidien a joué un rôle fondamental pendant toute la campagne. Il a été le seul à accorder à tous les partis de l'opposition (les espaces publicitaires et des rubriques où chacun pouvait s'exprimer.

19 Ce sondage a été organisé par deux professeurs du département de sociologie de l'Université de Koweït, MM. Khaldûn Hassan al-Naqib et 'Abd al-Wahhab al-Dhafîrî. Il a été intégralement publié dans al-Qabas entre le 29 septembre et le 6 octobre 1992. C'est la première fois dans un pays arabe qu'un tel type de sondage auprès de candidats lors d'élections législatives est effectué et ensuite publié. Pour l'analyse des résultats électoraux, voir aussi les articles de 'Abd al-LatîF al-Du'ayj, "Qirâ'a fî natâij intikhâbât majlis 1992", al-Qabas, (i et 7 octobre 1992.

20 L.. Layne, "Tribesmen as citizens : 'Primordial tics' and democracy in rural |ordan", in Elections in the Middle East. Implications of rEcent trends, L.. Layne (ed.), Boulder, Westview Press, pp. 113-149.

21 Interview avec Aqil et Nahar, mafâtîh intikhâbiyya de Ahmad al-Shari'ân, le 10 octobre 1992.

22 Le Souk al-Manâkh était une bourse parallèle artificiellement créée par une spéculation frénétique et illégale de chèques postdatés. Le crack boursier survenu en plein été 1982 a encore des répercussions aujourd'hui sur la vie politique koweïtienne. Le Parlement dissous en 1986 est directement lié à cette crise. Depuis cette date, trois ministres de la famille des Al Sabâh, très proches de l'Emir actuel, ont été contraints de démissionner. En 1985, le Ministre de la Justice a également démissionné car il était accusé de corruption et de fraude par trois membres du Parlement élus la même année, Hamad al-Jaw'ân, Ahmad al-Rub'î et Mubârak al-Duwaylah. Cf. la série d'articles parus dans Le Monde en août 1983 et dans le Middle East Economie Digest. Cf. aussi J. al-Sa'dun, Manâkh al-azma wa azmâl al-Manâkh (Manâkh, la crise et les crises d'al-Manâkh), Kuwait, Sharikat al-Rubay'an, 1984.

23 Parmi les 21 tribus recensées sur le territoire koweïtien, les huit démogra-phiqueincnt les plus importantes sont : les Awàzim, les 'Ajman, les Mutayr, les Rushayda, les 'Utayba, les 'Anâza, les Dhafîrî et les Shammar. Parmi les treize autres on compte : les Bânî I Hâjir, les Silba, les Dawâsir, les Harshân, les Fudhûl, les 'Adwâyyin, les Hurûb, les Sabi', les Mahrî, les Bânî Khâlid, les Suhûl. les Qahtân et les Zi'b. Cf. "Dossiers spéciaux sur les élections primaires de 1992". Ktiwayt al-yawm, mars 1992 : et K.H. al-Naqib. "Al-intikhâbât al-far'iyya". al-Qabas, 15 février 1992.

24 S. Ghabra, "Voluntary associations in Kuwait : the foundation of a new system ?", Middle East Journal, vol. 45. no. 2. 1991, pp. 199-215.

25 A. al-Baghdadi & F. al-Mudirs, "Dirâsa tahlîl li-ittijahât al-ra'y al-'âm al-kuwaytî hawla mukhtalif al-qadhayâ al-siyâsiya al-mahalliyya" (Etude et analyse de l'opinion publique koweïtienne sur des sujets variés de la situation politique actuelle). Al Mustaqbal al-'Arabî, vol. 169, n° 3, 1993, pp. 87-106.

* Notre étude est le fruit d'une enquête de terrain réalisée en deux étapes (mars-avril et septembre-octobre 1992), dans le cadre de notre thèse de doctorat. Nous avons rencontré à plusieurs reprises les candidats cités dans le texte ainsi que leurs bras droits, appelés "clés électorales" dans le jargon local. Nous remercions particulièrement M. Khaldun al-Naqib, directeur du département de sociologie de l'Université de Koweït qui a tout mis en oeuvre pour nous faciliter la tâche ainsi que le service de presse du journal al-Qabas.

Table des illustrations

Légende Carte 1Source :Ministry of Interior, Kuwait, 1992.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Carte 2Source : Ministry of Interior, Kuwait. 1992.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Tableau 1. Evolution démographique de la population koweïtienne, 1970-1990
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 2. Répartition de la population koweïtienne par gouvernorat en 1990
Légende Sources : Ministère du Plan : Statistiques de vingt-cinq années, numéro spécial, 1990.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 3. Nombre d'électeurs par circonscription aux élections législatives de 1981, 1985, 1990 et 1992
Légende Sources : al-Qabas, 15.02.1992 et Kuwayt al-Yawn, mars 1992
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Tableau 4. Liste des coalitions politiques aux élections législatives du 5 octobre 1992
Légende 1 Parmi ces 32 candidats, certains se présentent avec l'étiquette d'une coalition politique, les autres avec celle d'indépendants, c'est pourquoi il est inutile de faite le total du nombre de candidats, car le nombre serait supérieur aux 294 candidats.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Tableau 5. Résultats électoraux des coalitions politiques
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 6. Résultats des élections dans les circonscriptions où les tribus ont organisé des élections primaires
Légende Sources : Kuwayl al-Yawm, mars 1992 ; Arab Times, 5 et 7 octobre 1992.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Tableau 7. Députés au Parlement de 1992
Légende Source : Résultats officiels publiés par le Ministère de l'Intérieur.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 774k

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540