Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie II. Modernisation sans démocratisation ?

Des droits de l'homme sans l'espace maghrébin: réflexions critiques

Ahmed Benani

Texte intégral

  • 1 Thierry Hentsch, L'orient imaginaire, la vision politique occidentale (te l'Est méditerranéen, Par (...)

1A travers les principales étapes de la pensée politique européenne, il s'est construit, peu à peu, un imaginaire collectif sur l'Orient méditerranéen véhiculant des clichés définitifs, négatifs et réducteurs. Dans ce contexte, il nous semble important de mettre en exergue cette pensée de Thierry Hentsch: "L'ethno-centrisme n'est pas une tare dont on puisse simplement se délester, ni un péché dont il faille se laver en battant sa coulpe. C'est la condition même de notre regard sur l'autre"1.

2Sans entrer dans une analyse ou une énumération qui seraient trop fastidieuses, disons qu'il y a un arsenal de préjugés, prêts à servir, fourbis au goût du jour, ressortis à la moindre alerte. On ne peut évidemment pas tout imputer à l'Occident et à son impérialisme, mais il y a quand même lieu de s'interroger sur les tensions entretenues dans l'Orient arabe depuis l'affaire de Suez et sur la volonté occidentale de continuer à régenter un certain ordre, perçu il est vrai, aujourd'hui, de manière plus positive. L'interrogation de l'analyste sur les causes historiques et/ou conjoncturelles de la haine symbolique qui oppose l'Islam et l'Occident dépasse bien entendu la dimension du ressentiment ou du dépit, pour se fixer dans un carrefour plus large d'enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels très immédiats.

3Notre propos consiste à poser quelques jalons de réflexion sut certains aspects de ce contentieux et en particulier ceux liés à la démocratie et aux droits de l'homme, devenus depuis une décennie la ligne de démarcation entre bien et mal, entre Etat de droit (humanisme, libertés, progrès, etc.) et despotisme (violence, barbarie, terrorisme, etc.). Peu d'entre nous se risqueraient à nier cette tragique séparation. Mais le problème devient plus complexe et la réflexion plus heuristique dès que l'on s'interroge sur les divers processus historiques, politiques, économiques qui v ont conduit.

  • 2 Voir l'amplification médiatique des débats sur la révolution iranienne, l'affaire Rushdie, le mouv (...)
  • 3 M. Arkoun, Le Monde, 5 mai 1992.
  • 4 Arkoun, ibid.

4Dire que les pouvoirs occidentaux persistent dans le soutien des régimes qui piétinent les droits de l'homme relève du truisme. Observer que des journalistes, des intellectuels (cf. les islamologues en vogue) stigmatisent l'Islam, revient à relever le parti pris idéologique simpliste. A les lire, cet "islam éternel et morbide" expliquerait à lui seul les contorsions actuelles de régions entières qui soumettent les droits de l'homme à une cruelle épreuve. Oublieux de son passé colonial, légitimé par le discours civilisateur, humaniste et chrétien, l'Occident déclare aujourd'hui sa crainte et son hostilité à l'égard de cette religion fermée à tous les progrès de la pensée2. Ainsi, "les Droits de l'Homme se mutent en discours idéologique de disqualification de l'Autre et deviennent paradoxalement un outil de négation du premier droit de l'homme: celui de produire librement l'ordre symbolique de sa société"3. Une tentative d'occultation ou de manipulation de l'évolution différenciée des cultures (depuis le triomphe de la civilisation matérielle en Occident) est ainsi mise en place. On n'explique pas plus comment l'Occident a progressivement et laborieusement transformé son propre ordre symbolique qu'on ne souligne notamment pourquoi les sociétés musulmanes ne fabriquent plus leur histoire par le seul jeu des forces internes depuis le xixe siècle. Mais il est vrai que pour démêler l'écheveau, pour comprendre l'inflation d'images et d'arguments alimentant à la fois les déséquilibres et l'agressivité, il faut développer toute une grille d'analyse et d'interprétation de l'histoire susceptible d'apporter d'autres réponses que des fantasmes. Il est en particulier nécessaire de s'employer à lever la confusion entretenue depuis la constitution de l'empire musulman entre un mouvement religieux, une instance spirituelle si l'on préfère, et un phénomène d'hégémonie politique, économique, intellectuelle et culturelle qui cesse de fonctionner en tant que tel dès la deuxième moitié du xiiie siècle. L'analyse doit être poussée sur deux plans en particulier: le théologique et le politique. Arkoun qui se distingue particulièrement dans cet exercice écrivait dans un récent article: "L'hégémonie de l'empire 'musulman' alimente la rivalité née de l'exploitation par chaque communauté monothéiste, chrétienne, juive, musulmane, d'une révélation qui repose sur une symbolique religieuse identique. Cette rivalité séculaire a été ravivée, amplifiée, radicalisée politiquement depuis les années 50 par les luttes anticoloniales et le conflit israélo-arabe"4. Les conséquences de ce processus dans la période moderne sont trop connues pour qu'on s'y attarde.

5En résumé, on peut dire qu'au complexe de supériorité – ou perçu comme tel – de l'Occident correspond un discours défensif de plus en plus agressif du monde musulman.

6Aujourd'hui et parallèlement à ces considérations, les lieux communs, les a priori ne manquent pas au sujet de la démocratie ou des processus de démocratisation. Pour les uns, il n'y a pas de regain démocratique; prédire, au vu des évolutions à l'Est et au Sud, la "démocratisation inévitable du monde", c'est énoncer une idée fausse et dangereuse. Les sociétés islamiques sont présentées comme réfractaires à la démocratie. Enfin entend-on dire parfois, la démocratie, même dans les pays où elle paraît la plus solide, peut être altérée par la corruption, le triomphe de la communication spectacle sur les problèmes de fond, l'affaiblissement de l'esprit public et l'abstention électorale, la dégradation de l'enseignement, etc. Pour les autres, l'humanité est "condamnée à la démocratie" si elle veut survivre. Ils ajoutent que le développement n'est pas la condition de la démocratie, qu'au contraire c'est l'inverse qui est vrai. Ils sont convaincus que si les peuples ne savent pas toujours ce qui est bon pour eux, ce sont les élites qui doivent être à l'écoute de leurs aspirations et travailler au consensus.

La démocratie: légitimité et relativité des valeurs politico-culturelles

7Nulle part, la démocratie n'a été l'aboutissement logique et automatique de systèmes de valeurs hérités; elle a au contraire été le fruit d'une âpre lutte pour le droit et la liberté. Par contre, l'idée d'un despotisme se reproduisant par la culture a surtout permis à l'Etat qui fabriquait la dictature et aux élites qui la pratiquaient de se présenter comme les victimes de l'histoire face à des peuples retardataires. Nous croyons que le processus complexe de la formation des États arabes à l'époque moderne peut expliquer le blocage démocratique dans cet espace. A l'usure de l'autorité impériale ottomane, sensible dès le xixe siècle, les sociétés arabes, à quelques exceptions près, répondirent par deux types de réaction:

  • dans certains espaces à tradition bureaucratique (Egypte par exemple), on assista à une modernisation politique par le haut;
  • dans les sociétés plus segmentaires, c'est une multitude de révoltes par le bas qui éclatèrent, soulignant tout à la fois des solidarités tribales, régionales ou religieuses et concourant au déclin de l'autorité centrale.

8On peut voir dans ces deux attitudes les germes des comportements politiques des sociétés arabes d'aujourd'hui, en l'occurrence l'opposition entre modernisme et traditionalisme, étatisme et tribalisme, laïcité et islamisme, occidentalisation et entretien du mythe de l'authenticité. De ces deux situations contrastées vont naître deux types de rapports entre sociétés et États.

  • 5 Voir à ce sujet les thèses de Charles Rizk in Les Arabes ou l'histoire à contresens, Paris, Albin (...)

9Partout où les solidarités tribales ont été récupérées et maintenues par l'autorité coloniale, un pouvoir patrimonial s'est créé, alliant les techniques de l'État moderne à des valeurs dites traditionnelles. Le pouvoir qui dans ce cas se fonde sur le prestige, nourrit des rapports d'obligation mutuelle. En fait il s'agit de revivification de conduites de type féodal. Par contre, là où l'action triompha par le haut, on vit apparaître un embryon de pouvoir plus ou moins rationnel qui présida à la mise en place de structures modernes: politiques, administratives et juridiques5. Mais les deux modèles ont un dénominateur commun: leur opposition structurelle à la notion même d'État-nation qui fonde la citoyenneté ou pour le moins une relation de réciprocité entre individus souverains et un Etat de droit.

10Dans l'espace arabe et de manière schématique, on peut dire que l'État est étranger à la notion d'éthique ou de projet politique cohérent; c'est un instrument qui n'émane pas de la société mais qui tire sa force de sa capacité de transformer les communautés libres en clientèles concurrentes. Ainsi, qu'il s'agisse d'État-parti agissant au nom du développement et de la modernité, d'État makhzénien ou d'État-tribu se légitimant par la défense de la pureté du patrimoine religieux ou profane, il s'agit toujours de la même machine d'assujettissement. Durkheim proposait de considérer l'État comme lieu suprême de l'éclaircissement de la conscience collective; on peut pour l'espace arabe renverser totalement cette proposition. Dans le meilleur des cas, la politique n'a fait naître que résignation, attente, indifférence ou fuite en avant.

11Dans leur processus légitimiste, les régimes maghrébins (dès la fin des années 1950, début des années 1960) se fondent sur des principes réducteurs de l'autonomie individuelle. Les références systématiques à la communauté des croyants, à la collectivité, à la nation les autorisent à gérer le destin individuel comme une donnée non séparable du destin collectif. La légitimité politique continue donc de fonctionner sur des valeurs de groupe englobantes, calamiteuses et mystifiantes; elle exclut le statut de citoyenneté en opérant pu en tentant d'opérer une fusion entre société et appareil d'État ou État-Parti. Pour les équipes dirigeantes, le nationalisme est non seulement le creuset obligé de l'intégration sociale mais la panacée à tous les maux de la société.

12La question des droits de l'homme est évacuée de l'espace politique maghrébin, non à cause du lieu de leur émergence historique (Occident) ou de leur utilisation univoque par ce dernier, qu'en raison de la prégnance d'un ordre social impératif dans ce même espace arabo-berbère. En schématisant nécessairement, on peut affirmer que les sociétés prises en compte ici cèdent positivement à la violence et à l'autoritarisme parce que dans la phase pré-islamique elles étaient "anarchiques" et que, communautaires ensuite, elles n'ont jamais pu accéder à ce principe inaugurateur d'individualité comme source de légitimité du pouvoir et source de droits opposables à l'État.

  • 6 Nous faisons ici référence aux 1res riches débats de théologie et de philosophie politique qui ont (...)

13A ce stade, l'explication serait incomplète si l'on ne se référait pas également au corpus juridique musulman, dans lequel les droits de l'individu ne sont pas ignorés. Tout le travail des réformateurs musulmans de la Salafiyya, à travers leur credo de retour aux sources, relevait d'une démarche anthropologique politique et culturelle posant le problème de l'articulation entre l'instance de l'autorité légitimante et celle du pouvoir politique. On peut ainsi dire que, pour les salafis, le gouvernement devait être soumis à la loi (charia), que cette dernière et non la volonté du prince devait présider à l'organisation de la vie sociale, car la loi de Dieu accorde des droits imprescriptibles aux hommes. A travers l'histoire de l'Islam, on peut relever des séquences où le pouvoir des ulémas6 était indépendant du politique et garant entre autres des droits et devoirs des croyants; aujourd'hui, et pour ne citer que le cas que nous connaissons le mieux, celui du Maroc, la centralisation de la légitimité religieuse instituée comme pôle par la monarchie a fini par ôter définitivement toute initiative politique aux ulémas, lesquels sont confinés dans un rôle de gardien de "l'orthodoxie religieuse" et non de la charia.

14On peut donc admettre que la culture politique arabe a généré des pouvoirs despotiques ou du moins une conception patrimoniale de la chose publique. La configuration actuelle est bien entendu à l'opposé d'un espace de droit et repose sur deux constantes: légitimité imposée et violence. Il est en effet frappant de constater, au-delà des discours idéologiques et des balises conventionnelles (gauche-droite, tradition-modernité, progressistes-réactionnaires), la forte personnalisation du pouvoir (charisme entretenu et d'essence souvent religieuse) et l'omniprésence du recours à la coercition arbitraire dans les sociétés maghrébines et, de manière plus générale, arabes.

  • 7 Tiré d'un éditorial de 1991 rédigé par Ahmed Alaoui (Le Malin du Sahara)
  • 8 Hassan II, discours de la fête du trône, 3 mars 1991.

15L'absence d'un espace de droit dans cette aire maghrébine s'explique aussi par l'idéologie nationaliste, la plaie coloniale encore ouverte constituant un autre terreau du discours de la régénérescence et bien entendu le monarque, l'État, le Parti ou le chef historique se substituent à l'individu ou à la société pour miner les chances d'un ordre démocratique. Dans la rhétorique nationaliste, les priorités sont savamment établies et les besoins habilement hiérarchisés: "Au-dessus des droits de l'homme, il y a les droits de la Nation qui priment sur tous les autres"7. Ou, pour reprendre le cas du Maroc, cette sentence royale: "les Droits de l'Homme ne doivent pas porter atteinte aux valeurs sacrées: Dieu, le Roi, et la Patrie"8. Autrement dit, ces trois valeurs balises circonscrivent à elles seules les limites de l'État de droit.

Les retombées politiques des réformes économiques au cours des années 1980

  • 9 Sami Naïr in Le différend méditerranéen, Ed. Kimé. 1993.

16Un certain nombre de politologues, tel Sami Naïr, affirment que ce qui est nouveau dans la sphère arabe c'est l'industrialisation sans développement; autrement dit "l'intégration de la plupart des pays du Tiers Monde dans le système politico-économique mondial (SPEM) n'implique pas ipso facto, tant s'en faut, développement, progrès, harmonisation des relations sociales internes, démocratie réalisée. Ce qui est nouveau, c'est peut-être la fin du développement pour les sociétés dans leur globalité interne, l'insertion d'une fraction dirigeante dans le système d'accès aux biens, la marginalisation enfin de la plus grande partie des populations"9. On pourrait ajouter que ce qui a cours dans certain pays de l'aire arabe, c'est un dédoublement, c'est-à-dire une explosion interne entre les couches sociales intégrées au système politico-économique mondial et la majorité de la population placée en dehors de ce système. C'est là d'ailleurs que réside le fond du problème actuel, problème gros de dimensions sociales, culturelles, politiques qu'on commence à peine à démêler.

17Dans cette même aire, il y a ceux qui sont pour la modernisation, pour la sécularisation, pour les droits de l'homme et la démocratie et ceux qui en raison de leur exclusion du système politico-économique mondial (marginalisation) vivent, ou plutôt survivent, aux frontières de leurs sociétés. La première catégorie est constituée des couches dirigeantes, des nouvelles bourgeoisies, des technocrates, des couches moyennes nanties ou salariées; la seconde représente tout ce monde incertain et obscur des couches rurales parachutées dans les villes, les fractions importantes d'ouvriers non qualifiés et même ces dix ou vingt dernières années des "chômeurs" diplômés, c'est-à-dire toute une intelligentsia potentiellement disponible pour les dérives utopistes islamistes ou autres.

  • 10 Naïr. ibid

18Naïr10 a raison de préciser que, de manière générale, les élites arabes sont aujourd'hui plus intégrées au système mondial qu'à leurs sociétés. Elles ont adopté les critères de "bonne" gestion économique, selon la loi ricardienne de l'offre commerciale qui domine le marché mondial.

  • 11 S. George, Jusqu'au cou: enquête sur la dette du Tiers Monde, Paris, La Découverte,

19Susan George précise au sujet de cette rationalité que "l'objectif n'est jamais de mettre en valeur les caractéristiques spécifiques, locales ou originaires du pays et des populations"; les élites traitent plutôt celles-ci "comme une sorte de glaise informe qu'il faut modeler conformément aux exigences du marché et du capital international, conformément aux goûts standardisés des bureaucrates internationaux du FMI et de la Banque mondiale"11 . Les programmes d'ajustement structurel sont assumés ou plus ou moins acceptés par les élites; c'est le prix qu'elles doivent bien entendu payer à l'ouverture des frontières, à l'adéquation avec les normes du système dominant. Ce prix signifie aussi et surtout l'exclusion sociale de la majorité de la population. Et ces contraintes produisent systématiquement des conflits sociaux, des émeutes sanglantes, la marginalisation, la faim au quotidien.

20Dans ce contexte, la démocratie qui voit sa prétention à l'universalité fortement réduite est très incertaine pour beaucoup et "barbelée" pour la plupart. A partir de ces considérations et d'expériences concrètes qui se sont déroulées dans de nombreux pays arabes (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, etc.), on peut comprendre que la démocratie ne découle pas automatiquement de la mise en place du pluralisme et de l'existence d'une vie parlementaire (ce dont semblent s'accommoder fort bien les médias et certains gouvernements du centre). On comprendra tout aussi aisément que les élites, le plus souvent sur proposition des régimes, acceptent une démocratisation formelle, limitée, mais qui a l'avantage certain de reproduire leurs positions de domination ou de leur permettre de mieux les défendre à l'intérieur des sociétés considérées. Cependant, dès qu'elles se sentent menacées en raison même de l'acuité de la misère, des pénuries et partant de la nécessité d'une autre gestion susceptible de mieux répondre aux revendications sociales, elles mettent entre parenthèses la démocratie, quittent en partie le territoire ou alors se rangent derrière les cordons de sécurité ou les armées pour la protection de leurs privilèges.

Les médiateurs sociaux dans les processus de démocratisation

21Depuis la fin des années 1980, un vent de réforme souffle sur le Maghreb. Il a d'abord déferlé sur la Tunisie, mettant un terme au règne de Bourguiba, pour ensuite déboucher sur l'Algérie et battre en brèche l'omnipotence du FLN. Intellectuels, journalistes et spécialistes de la chose maghrébine ont alors disserté sur ce printemps maghrébin; le "processus de démocratisation du Maghreb" était né. Toutefois la sagesse semble avoir inspiré les commentateurs qui ont préféré parler de "processus", suggérant par là à juste titre que, en fait de démocratisation, il s'agissait surtout d'un exercice de manœuvre. La version des politologues est plus circonspecte; selon eux, il s'agit d'une "recomposition politique". Prudence légitime aujourd'hui puisque les désenchantements sont patents.

22L'essentiel est de noter ici que, parallèlement aux regains d'autoritarisme et donc de répression, à la radicalité islamiste, aux dérives sécuritaires se pose de plus en plus et de manière endogène la question des droits de l'homme. Cette question, du moins dans les pays du Maghreb, n'apparaît pas sous l'impératif "faire respecter les droits de l'homme"; le respect de ces droits implique en effet l'existence d'un système politico-juridique particulier, en l'occurrence le système démocratique, ce qui n'est pas le cas. Le problème se pose pour une fraction de l'élite en d'autres termes: conquérir, à travers la lutte pour les droits de l'homme, un système politique et juridique qui les rende au moins théoriquement possibles, ce système étant bien entendu la démocratie.

23Deux écueils majeurs quoique de nature différente interviennent à ce stade: l'incompatibilité totale entre les régimes autoritaires et l'existence de droits individuels ou collectifs, ainsi que la manière d'opérer dès lors le passage de la lutte pour la conquête des droits de l'homme à la réalisation de la démocratie. De plus, quel contenu social faut-il donner à cette démocratie? Ce sont là bien évidemmnent des questions qui relèvent d'une réflexion théorique politique et stratégique des acteurs eux-mêmes.

24Ce sont la crise des despotismes, la contestation de l'autorité étatique qui ouvrent la voie à la conquête de toutes les libertés (économiques, politiques, etc.). L'ouverture du champ étatique totalitaire et l'autonomisation des sociétés civiles (accession à la citoyenneté) semblent irréversibles. Le phénomène islamiste en cours n'est rien d'autre que ce mouvement perverti, mais qui inaugure une autre redistribution des rapports politiques et économiques. Pour l'heure, l'autorité publique est battue en brèche par un mouvement messianiste et utopiste et sans conteste obscurantiste qui traverse la part la plus "acculturée" de la société. Les islamistes font de la référence religieuse non un outil de la critique sociale, mais tout au contraire un socle, la fondation d'un Etat théocratique où les droits de l'homme ou de l'individu sont largement contrebalancés par l'idée de devoirs envers Dieu. Ils peuvent pour cela compter sur une base sociale composite considérable, acquise à la fois à un rejet de la modernité occidentale et à une attitude théologico-moralisatrice. Pour ces "déclassés", l'Occident a atteint la limite extrême de son projet, celui dans lequel l'homme, maître et conquérant de la nature, se proposait une production sans limite, orientée vers une consommation exponentielle tendue vers la jouissance et le plaisir en tant que finalité. Ils n'en ont jamais bénéficié et ils en condamnent les effets tant en Occident qu'au sein de leurs classes dominantes, en l'occurrence l'absence de valeurs morales et d'idéaux spirituels.

  • 12 Création de l'Association marocaine des Droits de l'Homme (AMDH) en 1979. la Ligue algérienne de D (...)

25Cependant la démocratie ou l'idée des droits individuels se fraient également un chemin. Des éléments prometteurs l'attestent. Ainsi l'émergence, ces dix dernières années, de ligues de défense des droits de l'homme12 annonçant l'horizon d'une société civile; ligues en passe de devenir une sorte de laboratoire démocratique, un espace où l'on procède à l'expérience de la transparence et du pluralisme. Ces mouvements agissent à partir d'une triple entorse faite au paternalisme du pouvoir central, au volontarisme jacobin de la gauche ou des partis d'opposition et aussi et surtout au messianisme islamiste. Si l'on fait abstraction des représentants des partis légaux qui ont été placés dans les structures dirigeantes de ces associations, on retrouve à la base et au sommet de celles-ci essentiellement des militants dont le principal point commun est d'évoluer en marge de la scène politique. Cette particularité autorise à dire que le mouvement des droits de l'homme se superpose au secteur politique informel qui regroupe toutes les dynamiques sociales, politiques et culturelles qui n'ont pas voix au chapitre de l'histoire officielle.

26Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si de nouveaux conflits naissent ou tracent une nouvelle configuration du paysage politique. Ainsi, encore une fois, le cas marocain est très éloquent. L'hypertrophie du politique caractérisée par un contrôle très serré de l'espace public par le palais et accessoirement par les partis contribue à asphyxier les mouvements sociaux. Le palais préfère négocier, et de loin, avec les partis politiques légaux qu'il connaît et qu'il contrôle plutôt qu'avec des mouvements sans attaches claires avec la famille de l'opposition parlementaire. Cette préoccupation rejoint celle des partis qui entendent bien rester les seuls interlocuteurs du palais dans l'éventualité d'une ouverture politique et ne veulent pas se faire doubler par quelques outsiders. Communion d'intérêts qui débouche sur une tragique réappropriation par les partis légaux de la politique makhzénienne pour l'appliquer aux mouvements sociaux. Les espaces d'autonomie que concèdent les partis aux mouvements sociaux sont sévèrement contrôlés et, quand certains dirigeants de partis affirment qu'il est temps de "dépolitiser les droits de l'homme", cela ne signifie nullement une généreuse intention de lever l'hypothèque partisane (présence de leurs militants dans les associations de droits de l'homme) qui entrave ce mouvement mais plutôt une ferme résolution de le maintenir à l'écart des décisions importantes en l'enfermant dans un humanisme étroit.

  • 13 Les associations marocaines des droits de l'homme rapportent dans leurs journaux l'exemple d'un pa (...)

27En tant que produit du champ politique, on retiendra que l'intérêt pour les droits de l'homme a grandi au Maghreb à mesure que se confirmait la duperie du jeu démocratique ou la permanence du despotisme et de l'autoritarisme. Le second levier du changement est incarné par les mouvements "féministes". Les femmes dans cet espace maghrébin sont de véritables exclues, partout victimes de législations inégalitaires; elles initient ici et là des dynamiques d'émancipation qui transitent pour l'heure par la contestation véhémente des statuts juridiques discriminatoires. Dans ce sens elles bousculent elles aussi et la tradition et l'autoritarisme13. C'est finalement de la dialectique de tous ces processus complexes et enchevêtrés que des modes d'action inédits peuvent se développer et devenir porteurs d'espoir pour les droits de l'homme et la démocratie.

Les stratégies de résistance à l'ouverture démocratique des régimes autoritaires

28Il est évident que la démocratie ne saurait être réduite à des campagnes pour les droits de l'homme, mais il est tout aussi évident que les États sont structurellement incapables d'intégrer ou de satisfaire les revendications qui s'articulent autour de cette problématique. A l'heure actuelle, la plupart de ces États, confrontés à des contestations multiformes dont la poussée irrépressible de la lutte pour la démocratie, cherchent des moyens pour contenir cette lutte, en instrumentalisant par exemple les droits de l'homme en mot d'ordre ou en stratégie de consolidation de pouvoir. Il y a ici et là récupération de certaines revendications, on relâche des prisonniers d'opinion, on détruit certains bagnes, on crée des ligues de droits de l'homme "maison", on s'arrête à l'aspect juridique de ces droits, on vide ces derniers de leur contenu social. L'État joue sur les aspects équivoques de l'idéologie des droits de l'homme, compose avec des représentants de l'élite, en somme instrumentalise même si le bénéfice est aléatoire. Car non seulement la vie politique a depuis longtemps pris la tournure de l'irréalité, mais tout le paysage social se trouve placé sous le signe de l'exclusion, du désenchantement qui ouvre de manière béante, pour la majorité des gens, un gouffre de questions aux réponses difficiles: Qui sommes-nous? Que sont nos sociétés? Que faire? Après avoir laminé pendant des décennies les oppositions nationalistes, laïques, marxistes, démocratiques et autres, les régimes tentent de transformer aujourd'hui les opposants les plus malléables en courtisans dont la "générosité du verbe" n'a d'égal que la "parcimonie de l'action". Coupés de leur base sociale, à force d'avoir cédé à l'appel des sirènes du pouvoir, ils ont tout à espérer d'une participation à ce pouvoir et tout à craindre des déshérités.

29Sur un autre plan, les observateurs ont cru un temps que le reflux Est-Ouest entraînerait dans son sillage plusieurs États du Tiers Monde. On pensait que, leur contribution au redéploiement des puissances occidentales devenant moins importante, leurs caprices totalitaires seraient par conséquent moins bien tolérés. Le discours de François Mitterrand à la Baule en 1990, les publications de rapports du département d'État américain sur les droits de l'homme dans le monde arabe et en Afrique et toute une série d'autres pressions exercées sur les dictatures par les pays du Nord en sont les manifestations les plus connues. En tant que dimension normative du nouvel ordre mondial, les droits de l'homme représentent incontestablement un outil de pression aux mains des démocraties occidentales (privilège qui découle de leur réputation d'être plus respectueuses de ces mêmes droits). Les dictateurs des pays de la périphérie n'ont pas manqué de dénoncer ces ingérences en faisant vibrer la corde anti-impérialiste, en agissant dans les forums internationaux, etc. Ces résistances et réticences, tout en révélant que les despotes ne sont pas des enfants de cœur en matière de stratégie diplomatique et de tactique politique, sont aussi suscitées par d'autres facteurs non négligeables.

  • 14 Beaucoup sont persuadés que le sentiment anti-arabe et anti-musulman représente une répulsion irra (...)
  • * Avril 1993.

30Dans la phase actuelle pour les militants des droits de l'homme au Maghreb et ailleurs, il est très difficile d'adhérer ipso facto au discours occidental sur la nécessité de démocratiser la périphérie. Ils restent sceptiques quant à la sincérité et la faisabilité d'un tel projet (inspiré et impulsé par le centre). Le regard de l'Occident sur l'autre (ici l'Arabe)14, pensent-ils, continue de se nourrir de sa spécificité, de sa supériorité et non de valeurs universelles. La guerre du Golfe a été très éclairante sur ce plan. En se faisant le dépositaire de la légalité internationale, l'Occident a cherché non seulement la défense de ses seuls intérêts mais à couvrir d'avance ses interventions futures. C'est dire que l'ordre inégalitaire et dangereux du monde a encore de beaux jours devant lui, mais cela signifie que le Sud meurtri et déphasé, eu égard au triomphe anarchique du libéralisme, peut et doit contribuer à la recomposition de l'universalité en ne renonçant à aucune bataille pour le droit et en mettant en œuvre une coopération horizontale harmonisant et renforçant des aspirations aussi identiques qu'urgentes à satisfaire.*

Notes

1 Thierry Hentsch, L'orient imaginaire, la vision politique occidentale (te l'Est méditerranéen, Paris. Éd. de Minuit, 1988.

2 Voir l'amplification médiatique des débats sur la révolution iranienne, l'affaire Rushdie, le mouvement Hamas, le voile islamique, la guerre du Golfe ou celle de Bosnie.

3 M. Arkoun, Le Monde, 5 mai 1992.

4 Arkoun, ibid.

5 Voir à ce sujet les thèses de Charles Rizk in Les Arabes ou l'histoire à contresens, Paris, Albin Michel, "1993.

6 Nous faisons ici référence aux 1res riches débats de théologie et de philosophie politique qui ont opposé, de 632 à 1200 environ, les écoles sunnite, chiite, ismaélienne.

7 Tiré d'un éditorial de 1991 rédigé par Ahmed Alaoui (Le Malin du Sahara)

8 Hassan II, discours de la fête du trône, 3 mars 1991.

9 Sami Naïr in Le différend méditerranéen, Ed. Kimé. 1993.

10 Naïr. ibid

11 S. George, Jusqu'au cou: enquête sur la dette du Tiers Monde, Paris, La Découverte,

12 Création de l'Association marocaine des Droits de l'Homme (AMDH) en 1979. la Ligue algérienne de Défense des Droits de l'Homme (LADDH) en 1985, suivie par son alter ego la Ligue algérienne des Droits de l'Homme (1ADH) 1987, l'Organisation marocaine des Droits de l'Homme (OMDH) 1988 et, bien entendu, les premières du genre: la Ligue marocaine des Droits de l'Homme (LMDH) 1972 et la Ligue tunisienne des Droits de l'Homme (LTDH) 1977.

13 Les associations marocaines des droits de l'homme rapportent dans leurs journaux l'exemple d'un pacha d'une ville de la région de Khénifra qui a eu la mauvaise idée de raser la tête à deux danseuses pour les punir de leur détection lors de la fête du trône de 1990. Mal lui en prit car son forfait précédait la journée mondiale de la femme; le scandale fit tache d'huile et le pacha fut suspendu de ses fonctions.

14 Beaucoup sont persuadés que le sentiment anti-arabe et anti-musulman représente une répulsion irraisonnée de l'Occident contemporain. Dans l'imaginaire collectif occidental ce racisme se traduit, disent-ils, de manière évidente au moins à deux niveaux: celui de l'immigré, être indésirable dans les sociétés européennes, celui du "pétro-cheikh" comme symbole de la puissance néfaste de l'argent.

Notes de fin

* Avril 1993.

Auteur

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540