Version classiqueVersion mobile

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie I. Réfugiés de la violence et flux migratoires

L'impact des rapatriements forcés vers la Jordanie et le Yémen pendant la crise du Golfe

Nicholas Van Hear
Traduction de Catherine Owen

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Cet article examine l'impact économique et social des deux récents exodes involontaires d'immigrés et de minorités au Moyen-Orient : le déplacement du Koweït et des États du Golfe vers la Jordanie d'environ 300'000 Jordaniens, presque tous d'origine palestinienne, et le rapatriement vers le Yémen depuis l'Arabie Saoudite, le Koweït et les autres États du Golfe d'environ 800'000 Yéménites. Ces mouvements migratoires "forcés" sont survenus pendant et à la suite de la crise du Golfe de 1990-91.

2Après avoir esquissé pour chaque cas les circonstances de ces exodes, nous décrirons le profil des populations déplacées vers la Jordanie et le Yémen. Nous analyserons ensuite l'impact socio-économique de ces arrivées en masse : ces populations constituent-elles un fardeau ou un apport potentiel pour la Jordanie et le Yémen ?

Les circonstances des exodes vers la Jordanie et le Yémen

3On peut distinguer trois vagues de mouvements migratoires vers la Jordanie. Premièrement, à la suite de l'invasion du Koweït par l'Irak en août 1990, un nombre important de Palestiniens, ainsi que d'autres travailleurs arabes et asiatiques, ont fui le chaos de l'occupation et, plus tard, sont partis par peur d'une guerre imminente. Une deuxième vague de Palestiniens ont émigré après la défaite et l'expulsion des forces irakiennes du Koweït : tout d'abord à la suite de persécutions des milices koweïtiennes se vengeant d'une prétendue collaboration entre Palestiniens et Irakiens, ensuite à cause des harcèlements et du sentiment d'insécurité générale suscités par les autorités koweïtiennes, une stratégie du régime réinstauré pour réduire la dépendance de l'Émirat vis-à-vis des étrangers. Enfin, une troisième vague de déplacements a eu lieu lors de l'entrée en vigueur des nouvelles réglementations concernant l'autorisation de séjour au Koweït (Van Hear 1993 ; Graham-Brown 1991, 1992 ; Hashemite Kingdom of Jordan 1992a).

4Les arrivées en Jordanie en provenance du Koweït, de l'Arabie Saoudite et d'autres Etats du Golfe on représenté environ 360'000 personnes ; on pense que 30'000 à 40'000 d'entre elles se seraient déplacées en Cisjordanie ; 21'000 auraient émigré au Canada, en Australie, voire dans d'autres pays industrialisés du Nord ; 4000 seraient retournées en Arabie Saoudite et dans des États du Golfe autres que le Koweït. La surcharge de population pour la Jordanie est donc de 300'000 personnes environ (Abdalla 1991 ; UNDP 1991 ; Graham-Brown 1991).

5Les estimations varient mais il semble que, dans les années 1980, il y avait environ 1,5 millions de Yéménites habitant et travaillant à l'étranger, principalement en Arabie Saoudite et en moins grand nombre au Koweït. Jusqu'en 1990, les Yéménites, contrairement à la plupart des travailleurs étrangers en Arabie Saoudite, n'étaient pas obligés d'obtenir le parrainage d'un kafil (garant) saoudien pour travailler et ils pouvaient créer seuls des entreprises commerciales dans le royaume. Sous la pression de la récession économique, les autorités saoudiennes décidèrent de ne plus accorder de dérogation aux Yéménites. Cette décision ne fut toutefois mise en application qu'après l'invasion du Koweït par l'Irak, lorsque les intérêts politiques et économiques coïncidèrent. Cela fut un moyen pour les autorités saoudiennes de faire pression sur le Yémen récemment unifié qui manifestait son appui à l'Irak et de renvoyer une partie du surplus de la main-d'oeuvre yéménite. Dans un climat d'insécurité générale entretenu par le gouvernement saoudien, plusieurs centaines de Yéménites furent détenus et torturés, mais la plupart partirent, écoeurés par les nouveaux règlements qui leur étaient imposés et l'hostilité dont ils étaient l'objet. Parmi le nombre estimé de 800'000 rapatriés au Yémen, 90 % environ provenaient d'Arabie Saoudite et moins de 9 % du Koweït (Findlay 1987 ; Van Hear 1993 ; Amnesty International 1990 ; Republic of Yemen 1991).

Le profil des rapatriés en Jordanie

6Le retour forcé de 300'000 Jordaniens, essentiellement d'origine palestinienne, a été décrit comme l'arrivée en masse d'une classe aisée de commerçants, d'intermédiaires et de membres de professions libérales. Bien que les rapatriés du Koweït aient certainement inclus des hommes d'affaires prospères ainsi que des techniciens et des cadres, il y avait également des travailleurs plus modestes qui occupaient dans l'Émirat des emplois de chauffeurs, d'employés de bureau, d'artisans et d'ouvriers partiellement spécialisés. Jusqu'à 30 % de la population jordano-palestinienne au Koweït faisait semble-t-il partie de ces dernières catégories (Khasawneh 1992 ; Hashemite King-dom of Jordan 1992a).

7Il s'agissait d'une communauté établie depuis longtemps dans le Golfe. Jusqu'à 80 % des rapatriés ont résidé pendant plus de dix ans au Koweït ou dans les autres États du Golfe et jusqu'à 30 % y étaient depuis plus de trente ans. La durée moyenne passée à l'étranger a été plus longue pour les rapatriés des dernières vagues d'arrivée (Khasawneh 1992 ; Hashemite kingdom of Jordan 1992a), cette donnée découlant du nombre et de la proportion de personnes à charge pour la plupart de ces émigrés, beaucoup ayant soit encouragé leur famille à les rejoindre, soit éduqué leurs enfants à l'étranger. Parmi ceux qui ont été interrogés en 1993, 28 % sont nés dans les pays du Golfe ou étaient enfants au moment où leurs parents avaient émigré. Les estimations du Bureau international du Travail concernant le nombre de personnes économiquement actives et celles à charge parmi les Jordaniens et les Palestiniens résidant au Koweït avant l'invasion indiquent un total de 110'000 personnes actives contre 400'000 dépendantes (ILO 1991). D'autres sources révèlent qu'entre 40 et 45 % des rapatriés étaient âgés de moins de quinze ans (Hashemite Kingdom of Jordan 1991 et 1992a ; UNESCWA 1991).

8L'importance des biens et des investissements à l'étranger est également révélatrice d'une comunauté longtemps établie. Beaucoup de Jordaniens et de Palestiniens au Koweït étaient propriétaires ou gérants d'entreprises (certains administraient leurs entreprises l'après-midi après la fin de leur journée de travail salarié) ; rappelons cependant que la loi koweïtienne exigeait l'entremise d'un kafil koweïtien. A l'inverse, la fréquence des visites et des remises de fonds privés à des parents dans leur pays d'origine semble démontrer leur attachement à leur lieu d'origine ou à leur terre d'adoption. La plupart des émigrés rapatriés interrogés remettaient des fonds à des membres de leur famille résidant soit dans les Territoires occupés soit en Jordanie. Beaucoup passaient également leurs vacances en Jordanie ; en effet entre 10 et 20 % étaient absents du Koweït pour vacances ou pour affaires au moment de l'invasion (UNESCWA 1991).

9Bien que les émigrés rapatriés soient considérés comme appartenant à une classe aisée, on n'en connaît pas les différents niveaux de richesse ; tous ont pourtant bénéficié d'un train de vie confortable au Koweït et dans les autres États du Golfe. Or une majorité de rapatriés en Jordanie se retrouvent aujourd'hui partiellement ou totalement démunis. Les épargnes ramenées au pays ainsi que les avoirs récupérés postérieurement se sont rapidement épuisés. De plus, beaucoup d'entre eux se sont vus déracinés pour la deuxième ou même la troisième fois. Comme l'a expliqué un rapatrié âgé : "En 1948, j'avais 22 ans et j'étais capable de recommencer. En 1967, j'avais 41 ans et j'étais capable de recommencer. En 1990, j'avais 64 ans et aujourd'hui je n'ai plus la force de tout recommencer."

10Deux années ou plus après leur arrivée en Jordanie, les familles de rapatriés se répartissent comme suit :

  • Les ménages pauvres, peut-être tenus par une femme, dont les petites économies ont été dépensées pour le retour du Koweït ainsi que pour le loyer et les dépenses quotidiennes. Le logement est modeste, avec une ou deux chambres pour une famille de huit à dix personnes. Légèrement mieux nantis sont ceux qui ont obtenu des logements bon marché ou ceux issus de familles de l'exode de 1948 qui ont eu accès à des logements dans un camp de réfugiés de l'UNRWA.

  • Les ménages avec à leur tête un ancien employé de bureau, un contremaître ou un artisan dans le secteur public ou privé du Koweït (peut-être gérant d'une affaire complémentaire les après-midis). Souvent ces rapatriés habitent en Jordanie dans des logements chers au confort inadéquat, leurs revenus provenant peut-être d'un taxi, d'une épicerie ou d'un magasin de confection. La voiture ramenée du Koweït a dû être vendue à cause des droits de douane élevés, le produit de la vente étant généralement utilisé pour l'achat d'un taxi ou pour payer le loyer et les marchandises d'un magasin.

  • Les ménages ayant à leur tête un comptable, un médecin, un professeur d'université, un professionnel, technicien ou cadre au Koweït. Une allocation substantielle pour services rendus et autres droits (récupérés du Koweït après de longues tractations), peut-être quelques économies ont été parfois entièrement consacrées à la construction d'un logement. Dans certains cas, le terrain pour la construction avait pu être acheté avant la crise avec des fonds accumulés au Koweït. Ces personnes sont généralement sans emploi bien que certaines aient réussi à installer des fermes, des magasins, des boulangeries ou de petits restaurants, seules ou avec l'aide d'autres rapatriés ; ces affaires n'ont aucun lien avec le travail pour lequel elles étaient qualifiées. Leurs voitures restent souvent inutilisées ou sont vendues, les taxes d'importation n'ayant pas été payées.

  • Enfin, une minorité de ménages aisés avec à leur tête des hommes d'affaires, des industriels et des employés qualifiés qui sont parvenus à reprendre leur profession. Ils ont probablement pu construire une nouvelle maison ou en agrandir une déjà existante qu'ils utilisaient pendant les périodes d'absence du Koweït. Grâce à des épargnes substantielles ou à un capital qui leur ont permis de redémarrer, ils ont investi en bourse ou dans leurs propres affaires. Pourtant, plusieurs parmi ceux qui possédaient une fortune importante au Koweït l'ont perdue ; certains sont en train de la regagner partiellement. De plus, même ceux qui ont recouvré leurs biens trouvent difficile de s'adapter au monde des affaires jordanien sans l'aide des contacts qu'ils avaient développés sur une longue période au Koweït.

11Les rapatriés se sont progressivement organisés en groupes d'intérêt formels et informels. L'un de ces groupes, bien que ses objectifs affichés soient commerciaux, remplit un rôle d'entraide et de pression : il gère une clinique efficace et très fréquentée, des fonds sociaux et des secours d'urgence, et fait connaître au public les revendications des rapatriés lors de manifestations et par le moyen des médias (Cooperative Society for Gulf War Returnees 1991). D'autres groupes moins formels oeuvrent en faveur des intérêts des anciens émigrés.

12Les rapatriés interviennent collectivement dans deux domaines de pression. Ils ont tout d'abord fait campagne contre l'imposition d'une taxe répressive d'importation sur les voitures et l'ameublement ramenés par les anciens émigrés, leur argument étant qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de procéder à l'importation de ces articles qui ne relevaient donc pas d'une taxe ordinaire. Le gouvernement a fait quelques concessions mais la taxe d'importation est restée une doléance parmi les rapatriés. Ces derniers ont ensuite déposé des réclamations auprès de la Commission de Compensation des Nations Unies (UN Compensation Commission) à Genève au sujet des pertes dues aux déplacements forcés. Les réclamations des rapatriés en Jordanie sont estimées à 3 milliards US$. Selon les termes du cessez-le-feu de la guerre du Golfe de 1991, les fonds nécessaires à ces compensations étaient supposés provenir des ventes de pétrole supervisées par les Nations Unies mais, à mi-1993, il n'y avait aucune indication que l'Irak accepte de se soumettre à cette obligation.

13Face à l'émergence de ces groupes et activités collectives, le monde des affaires a semble-t-il réagi contre les rapatriés. La Jordanie dispose d'un marché intérieur restreint et, après la crise du Golfe, d'un marché régional réduit, le commerce avec l'Irak étant limité par les sanctions internationales et les Etats du Golfe étant peu enclins à renouer des échanges commerciaux avec le royaume hachémite. Il n'est donc pas surprenant que le lobby local se soit opposé aux nouveaux venus, anxieux qu'il était de défendre sa part d'un modeste gâteau. Les hommes d'affaires de retour au pays ont fait état des entraves posées à leur entrée dans le commerce et l'industrie jordaniens. En fait, ils manquaient simplement de contacts auprès de ce lobby et d'une bureaucratie leur permettant de lancer ou relancer leurs affaires.

Le profil des rapatriés au Yémen

14La vague de rapatriés au Yémen comprend à la fois des émigrés pour une courte durée et, comme pour les Palestiniens au Koweït, des gens établis depuis longtemps à l'étranger dont certains absents pendant cinq, six ou sept ans, mais également d'autres constituant des communautés minoritaires d'origine étrangère, autrement dit des résidents étrangers et non des travailleurs émigrés. Ces communautés anciennement établies étaient de deux types : d'une part, une minorité classique de commerçants, intermédiaires, marchands et employés dans les activités de services et, d'autre part, une minorité miséreuse cherchant à survivre dans le secteur informel.

15Selon un recensement entrepris par le gouvernement peu de temps après l'arrivée en masse des rapatriés (Republic of Yemen 1991), trois cinquièmes des chefs de ménage recensés sont restés à l'étranger plus de dix ans ; cette forte proportion d'émigrés de longue durée a été confirmée par nos propres enquêtes. La durée du séjour à l'étranger coïncidait avec le nombre de personnes à charge restées au Yémen ou le nombre de celles accompagnant les expatriés à l'étranger. Cette proportion variait d'une région du pays à l'autre, reflétant les différents types de migrations à court ou à long terme ; ainsi, beaucoup des anciens émigrés de la région de Tihama ont vécu longtemps à l'étranger avec leur famille.

16Le profil d'âge des émigrés recensés révèle également la durée du séjour à l'étranger, particulièrement pour les expatriés de certaines circonscriptions dont 30 % avaient 45 ans et plus, ce qui les distinguait des populations d'expatriés classiques constituées généralement de jeunes hommes célibataires. La fréquence des visites et des transferts de fonds privés dans le pays d'origine a varié selon les régions et la durée du séjour à l'étranger, avec une tendance à la baisse, par ailleurs peu surprenante, parmi les émigrés de longue durée (Republic of Yemen 1991).

17Les emplois des émigrés à l'étranger étaient très divers. Les cultivateurs venaient en tête avec 19 % du total, suivis par 11 % de chauffeurs. Les activités liées à la construction représentaient un secteur d'engagement important pour les émigrés, soit 15 % des emplois à l'étranger. 13,5 % travaillaient dans le domaine du commerce en gros et au détail, le secteur des services occupant également un bon nombre d'émigrés. Quant aux employés de bureau, leur nombre était également significatif (environ 5 %), soit trois fois plus qu'avant l'émigration (Republic of Yemen 1991).

18Les Yéménites étaient propriétaires et gérants d'un nombre considérable d'affaires à l'étranger, principalement de petites et moyennes entreprises de vente au détail et de services. Certains contrôlaient aussi d'importantes affaires commerciales. Contrairement aux Palestiniens du Koweït, la majorité des Yéménites pouvaient posséder et gérer des entreprises en Arabie Saoudite sans être obligés de s'associer avec un partenaire saoudien, jusqu'au jour où le système du kafil a été imposé à tous les ressortissants étrangers, précipitant ainsi leur exode.

19On peut donc identifier quatre grandes catégories de rapatriés :

  • Des ressortissants des régions de Tihama et d'Aden (et de leurs environs) constituaient presque la moitié des émigrés. Ils ont en général séjourné en Arabie Saoudite pour une longue durée (20 à 60 ans), accompagnés de leur famille. Nous avons interviewé en 1993 plusieurs émigrés de la deuxième et troisième génération. Ces personnes avaient effectivement fait leur vie en Arabie Saoudite et n'avaient guère l'intention de rentrer au Yémen, pays avec lequel les liens étaient rompus et dont elles n'avaient gardé en mémoire que le lieu d'origine de leur famille. Elles étaient souvent pauvres, assurant leur survie comme manoeuvres dans des activités de services ou comme manutentionnaires, constituant ainsi en Arabie Saoudite une minorité miséreuse d'origine étrangère. Etant donné la durée de leur séjour à l'étranger, leur capacité de réinsertion dans la société yéménite était limitée et plusieurs vivent actuellement dans des bidonvilles aux environs de Hodeidah et d'Aden.

  • Les entrepreneurs du secteur de la construction, les artisans, les chauffeurs et les ouvriers venaient de toutes les régions du Yémen. Contrairement aux ressortissants de la région de Tihama, les personnes originaires des hautes terres du pays s'expatriaient pour des périodes de plus courte durée (cinq à sept ans) ; elles envoyaient des fonds et rendaient visite occasionnellement à leur pays d'origine, maintenant ainsi des liens avec leur communauté. Ainsi, la majorité d'entre elles ont trouvé à leur retour un logement et, malgré des difficultés certaines, des moyens de subsistance aussi bien en milieu urbain que rural.

  • Les Yéménites travaillant dans la vente au détail, comme gérants de magasin, restaurateurs ou boulangers, ou en tant que cadres moyens dans le domaine du marketing et des services, étaient souvent des résidents de vieille date en Arabie Saoudite où ils étaient souvent parvenus à faire la transition entre emploi salarié et travail indépendant. Contraints de vendre leurs affaires à perte, seuls quelques-uns sont parvenus à s'établir de nouveau après leur retour au Yémen.

  • Les marchands et les banquiers yéménites, souvent très riches, jouissaient de relations influentes et étaient bien intégrés dans la société saoudienne (dans certains cas avec nationalité saoudienne également). Ils étaient en général originaires de la région de Hadramaout, les Hadramaoutis représentant environ deux tiers des émigrés rapatriés du Koweït. Ils constituaient une minorité typique d'intermédiaires qui, depuis toujours, avaient coutume de séjourner à l'étranger ; mais ils avaient néanmoins maintenu des liens avec leur pays d'origine où ils avaient beaucoup investi dans la propriété foncière et dans la construction. Certains étaient même rentrés au Yémen après l'unification du pays en mai 1990 et croyaient pouvoir compter sur des revenus pétroliers futurs.

20A l'exception de quelques anciens émigrés du Koweït, il existe peu d'exemples de rapatriés regroupés en organisations formelles, du moins en tant que groupes de pression faisant entendre leurs revendications. Un petit nombre d'émigrés des bidonvilles de Hodeidah se sont regroupés mais ils sont dominés par des résidents locaux et dirigés par l'autorité locale (aqil) constituée d'hommes nommés par les circonscriptions comme représentants des communautés locales. Certains partis politiques, en particulier l'Islah, parti fondé sur l'attachement à l'islam et aux loyautés tribales, ont été modérément actifs parmi les communautés de rapatriés lors de la campagne pour les élections de 1993, élections qui avaient été reportées à plusieurs reprises. De nombreux résidents des bidonvilles semblent avoir voté pour le parti de l'Islah.

L'impact des rapatriés en Jordanie

21Les migrations massives en provenance du Koweït et du Golfe ont accru la population jordanienne de 9 à 10 %, l'amenant à près de 4 millions. Bien que les conséquences de ces arrivées aient été négatives et déstabilisantes à court terme, les bénéfices à long terme ont été ressentis dès 1992.

22Premièrement, un nombre considérable de personnes qualifiées sont arrivées sur le marché du travail jordanien, ce qui représente à terme un gain probable même si elles n'ont pas toutes pu être absorbées par le marché au même moment. Les rapatriés ont un niveau élevé d'éducation, la moitié d'entre eux ayant poursuivi des études secondaires et supérieures. Entre 10 et 15 % des rapatriés ont un diplôme universitaire et beaucoup sont ingénieurs, médecins ou exercent d'autres professions (UNESCWA 1991 ; Hashemite Kingdom of Jordan 1991 et 1992a).

23Deuxièmement, le retour des émigrés en Jordanie a entraîné une affluence non négligeable de ressources financières, même en tenant compte d'une réduction des transferts de fonds privés à l'avenir. Les estimations quant aux rentrées d'argent (qui se montaient à 600 millions US$ à la fin des années 1980) sont de 1,5 milliards US$, bien que les chiffres de la Banque centrale aient indiqué par la suite que le total de l'épargne et des fonds transférés en Jordanie par les travailleurs était d'environ 3 milliards US$ (Central Bank of Jordan 1992). Ce montant représente un peu moins de la moitié de la dette extérieure courante de la Jordanie, soit 6,5 milliards US$, ce qui illustre son importance.

24La Jordanie a donc été inondée par des flots de capitaux. Les banques ont annoncé une augmentation phénoménale des dépôts qui ont doublé entre 1991 et 1992 (Middle East Economic Digest, 15 January 1993). Cette injection de capitaux a été particulièrement apparente dans le domaine de la construction, transformant des villes comme Amman et d'autres cités importantes en de vastes chantiers. Cependant, cet essor n'a pas eu d'impact sur le nombre d'emplois pour les Jordaniens, les travaux de construction étant effectués en grande partie par des travailleurs immigrés égyptiens et syriens.

25L'abondance des capitaux en Jordanie a aussi provoqué un boom des activités en bourse. Entre 1990 et 1992, le volume annuel des transactions boursières a doublé alors que le prix des actions a triplé. Le nombre des transactions s'est considérablement accru en 1992, alors que le marché immobilier s'est calmé (Amman Financial Market 1993).

26Les intentions affichées par les émigrés d'investir dans des affaires de petite et moyenne envergure, essentiellement dans le commerce et les services mais aussi dans le secteur industriel et agricole, ne se sont apparemment pas traduites par des investissements substantiels dans des projets viables. Beaucoup de magasins et d'entreprises de petite taille ont été installés grâce aux capitaux rapatriés mais peu marchent bien, leurs propriétaires connaissant mal le fonctionnement du marché jordanien.

27Les activités industrielles en Jordanie ont considérablement augmenté au début des années 1990 (Central Bank of Jordan 1992) mais, à quelques exceptions près, la participation directe des émigrés aux entreprises industrielles s'est révélée limitée. Les rapatriés ont davantage contribué au développement industriel ainsi qu'à d'autres secteurs économiques en remettant leurs capitaux à des tiers pour que ceux-ci les investissent.

28On trouve par contre plus de rapatriés dans l'agriculture et l'élevage. Quelques-uns ont loué des terres pour créer des exploitations dans la vallée du Jourdain alors que, dans d'autres régions du pays, certains ont acheté du terrain pour cultiver olives, fruits et légumes. Sur le plan national, la production agricole et les surfaces mises en culture ont considérablement augmenté entre 1989 et 1992 (Hashemite Kingdom of Jordan 1992b). Bien que cette augmentation ait été principalement la conséquence de meilleures conditions climatiques, une part peut cependant être attribuée aux efforts des émigrés.

29Les effets cumulés de ces événements ont entraîné un boom économique inattendu vers fin 1992 (Edge & Dougherty 1992). Le Fonds monétaire international annonçait une croissance probable de 3 % en 1992, mais le produit intérieur brut a connu une augmentation exceptionnelle de 11 %, avec une projection de croissance de 6 % pour 1993 et de 5 % pour les années suivantes. L'importance relative de la contribution des émigrés et, depuis 1989, du programme d'ajustement structurel du gouvernement sous la surveillance du FMI et de la Banque mondiale, a été l'objet de débats. Les représentants du gouvernement ont mis l'accent sur la stabilité de la monnaie, la baisse du taux d'inflation et la réduction du déficit budgétaire qu'ils ont expliqué comme le résultat du programme de redressement, affirmant que ces facteurs avaient créé les conditions nécessaires pour que les rapatriés et d'autres personnes investissent en Jordanie.

30L'aspect négatif du retour en masse des rapatriés a été la brusque envolée des importations, créant un déficit commercial considérable. Le taux d'inflation a progressivement augmenté, bien qu'il soit resté encore très bas comparé aux taux des années 1980. La demande pour l'éducation, la santé et d'autres services sociaux s'est faite pressante. L'approvisionnement en eau pourrait devenir difficile, les besoins étant supérieurs à l'eau disponible, cela déjà avant le retour des rapatriés : en 1990, la quantité d'eau fournie s'est élevée à 550 millions de m3 alors que les besoins étaient de 900 millions de m3 (Central Bank of Jordan 1992 ; Edge 1993).

31Les estimations du taux de chômage varient fortement. Il semble cependant avoir augmenté juste après le retour des émigrés, puis avoir légèrement baissé à partir de 1992 (UNICEF 1992 ; Central Bank of Jordan 1992). Cela indique que les rapatriés ont peu contribué à la création d'emplois, le boom de la construction employant davantage de travailleurs immigrés que de main-d'oeuvre jordanienne. Néanmoins, l'investissement indirect par le truchement de la bourse et des prêts bancaires alimentés par les dépôts des émigrés peut avoir favorisé la création d'emplois.

32Les différenciations socio-économiques se sont accentuées avec les difficultés qu'a connues la Jordanie vers la fin des années 1980, elles-mêmes exacerbées par l'impact de la crise du Golfe. Une part importante de la population rurale et urbaine a été marginalisée et bénéficie peu du processus actuel de redressement économique. Des études sur la pauvreté ont été menées par le gouvernement et des organisations non gouvernementales avant, pendant et après la crise. Bien qu'il y ait eu débat sur les méthodes utilisées pour quantifier la pauvreté, ces études ont révélé que près d'un tiers des ménages jordaniens se situe en dessous du seuil de pauvreté (dont la définition est sujette à caution) et qu'une proportion importante (environ 7 %) vit dans une pauvreté absolue. Les demandes des familles sans ressources au Fonds national d'Assistance, administré par le Ministère du Développement social, qui ont quintuplé entre 1989 et 1992 pour dépasser le chiffre de 21'000 dès la moitié de 1992, constitueraient un indicateur moins ambigu pour évaluer la croissance de la pauvreté (UNICEF 1992 ; Jordan Times, 8 et 24 April 1993 ; Middle East Economic Digest, 7 May 1993).

33L'appauvrissement des rapatriés a contribué à l'accroissement général de la pauvreté, même si les études qui les concernent indiquent que leur niveau de pauvreté correspond au niveau national (Hashemite Kingdom of Jordan 1991). Notons que, suite au retour des émigrés, les transferts en provenance du Koweït qui permettaient de faire vivre un certain nombre de familles ont cessé.

L'impact des rapatriés au Yémen

34Si l'estimation de 800'000 rapatriés est exacte, le Yémen a subi en l'espace de trois mois une augmentation de 7 % de sa population, évaluée à 11,3 millions à mi-1990 et à 12,5 millions à mi-1991 (World Bank 1992 et 1993).

35Avec le retour des émigrés, la cessation de leurs envois de fonds a semble-t-il causé un grand dommage à l'économie du Yémen. Les transferts de fonds en provenance d'Arabie Saoudite avaient en effet déjà commencé à baisser vers la fin des années 1980 (Birks, Sinclair & Associates 1990 ; Sinclair 1990). Néanmoins, les gains des travailleurs yéménites à l'étranger paraissent avoir représenté une grande partie des recettes étrangères extérieures, y compris un volume considérable de fonds qui n'a pas transité par les canaux officiels. Cependant, parler de "pertes" de remises de fonds pourrait induire en erreur. Le retour des émigrés a eu un impact positif au niveau macro-économique, avec un effet particulièrement bénéfique sur la balance des comptes courants qui enregistrait habituellement un déficit. Ce revirement a presque entièrement été lié à une triple augmentation en 1990 des transferts de fonds privés, soit l'équivalent d'environ 1,3 milliards US$ (Middle East Economie Digest, 31 July 1992 ; Edge 1992). Dans le passé, des sommes importantes ont transité par des réseaux non officiels ; on peut donc supposer que le total des transferts était substantiellement plus important que celui qu'indiquaient les sources officielles. De plus, les biens et équipements ramenés par les émigrés tels que des véhicules, des meubles, des équipements de travail et des fonds de commerce étaient estimés à une valeur de 374 millions US$ selon le taux de change officiel courant (Republic of Yemen 1991).

36Alors que l'impact sur la balance des comptes courants n'est probablement que temporaire, l'effet à long terme de cette injection de capitaux et d'équipements peut être important. Dans les années à venir, l'économie ne pourra plus compter sur les remises de fonds privés d'un montant annuel de 400 à 500 millions US$ (fin des années 1980). Par contre, puisque l'équivalent de trois années de transferts de fonds a été reçu en une seule année, le manque à gagner a en quelque sorte déjà été pris en compte. D'ailleurs, puisqu'il est peu probable que la totalité de cette somme ait été destinée à la consommation, un montant supérieur aux années précédentes a pu être dégagé pour l'investissement.

37D'autres indicateurs économiques et sociaux ont été moins positifs. Avec le retour des émigrés, la main-d'oeuvre a augmenté d'environ 15 % (ODI 1991 ; Republic of Yemen 1991). Selon les calculs du gouvernement à fin 1990, seulement 12 % des rapatriés chefs de ménage avaient un emploi. Ceux qui ont retrouvé du travail semblent avoir réinvesti les types d'emploi qu'ils remplissaient avant leur émigration tels que cultivateurs, manutentionnaires et chauffeurs (Republic of Yemen 1991). Ce tableau a peu changé en 1993, si ce n'est que le sous-emploi est maintenant plus répandu que le chômage.

38Le niveau d'éducation des émigrés chefs de ménage, comme celui du reste de la population, est faible. Seuls 17,5 % d'entre eux auraient leur brevet primaire et 44 % seraient illettrés (Republic of Yemen 1991).

39Alors que, comme pour la majorité des Yéménites, les possibilités d'emploi pour les émigrés sont limitées, quelques développements ont été positifs. Un peu plus de deux ans après leur retour, les réseaux d'émigrés avaient généré leur propre dynamique économique et sociale dans certaines régions du Yémen. Dans le gouvernorat d'Hadramaout, ils ont commencé par investir leurs gains, accumulés ou rapatriés de l'étranger, essentiellement dans la construction, ce qui a permis d'attirer vers le Hadramaout une main-d'oeuvre constituée d'émigrés venant des camps et bidonvilles de Tihama.

40Un autre aspect positif s'est dégagé dans l'agriculture. Bien qu'il soit difficile d'affirmer que les émigrés aient eu un impact significatif sur l'agriculture yéménite en général, il n'en reste pas moins que leur contribution dans l'agriculture de certaines régions a été considérable. La surface des terres cultivées et la production agricole brute ont décliné brusquement entre 1990 et 1991, soit une année après le retour en masse des émigrés. Bien que cette situation se soit améliorée entre 1991 et 1992, cette amélioration est davantage liée aux meilleures conditions pluviométriques qu'à l'impact du travail fourni par les cultivateurs (Republic of Yemen 1992a et 1992b).

41Certaines mesures, principalement sous la forme de prêts à faible intérêt, ont été proposées pour inciter les rapatriés à cultiver la terre (Republic of Yemen 1990). Cependant, seuls ceux qui pouvaient fournir des garanties, généralement sous la forme de titre de propriété, ont bénéficié de crédits agricoles. Les cultivateurs du gouvernorat de Dhamar ont été les plus nombreux à user de ces prêts.

42Le succès constaté chez les cultivateurs interrogés est considérable si l'on tient compte de la période limitée de leurs travaux. De nombreuses années à faible pluviométrie ayant fait place à des conditions favorables, ils affirment avoir obtenu deux à trois récoltes en une année, d'où des gains importants. Ces cultivateurs avaient travaillé en Arabie Saoudite dans le domaine de la construction pendant de longues périodes, entre huit et dix-huit ans, mais ils avaient entretenu des contacts avec leurs communautés d'origine en leur remettant de l'argent ou en les visitant fréquemment ; ils étaient partis seuls en Arabie Saoudite et soutenaient, leur famille dans les communautés du gouvernorat de Dhamar. De plus, soit eux-mêmes soit leur famille possédaient des terres sur lesquelles ils ont pu s'établir comme cultivateurs et par conséquent obtenir des prêts.

43Cependant, de telles réussites sont rares. La majorité des émigrés qui ont un emploi subsistent précairement en gérant des magasins, des maisons de thé ou d'autres affaires, en conduisant des taxis ou des minibus ou en travaillant dans la construction. Les habitants des bidonvilles de Tihama n'ont pas eu l'occasion de trouver un emploi même limité, d'où un sentiment d'insécurité et la crainte généralisée de se faire évincer de leurs lopins de terre. Cette insécurité a découragé les émigrés de chercher un travail trop éloigné. Les résidents des bidonvilles ont préféré s'accrocher à leur habitation, quels que soient sa fragilité et le peu de sécurité qu'elle leur procure, plutôt que de prendre le risque d'aller ailleurs au Yémen sans assurance d'y trouver un logement ou un emploi.

44Un projet de réhabilitation d'urgence (Emergency Recovery Project, ERP) d'un montant de 58,6 millions US$ financé par l'Association internationale de Développement (la section des prêts à faible intérêt de la Banque mondiale), l'USAID, le gouvernement allemand, le PNUD et le gouvernement du Yémen, a été lancé au cours du troisième trimestre de 1991 (Republic of Yemen 1992c). Le projet envisageait la construction par des rapatriés d'antennes routières et de voies secondaires, l'amélioration de l'éducation et de la formation professionnelle des émigrés, la vente d'intrants agricoles subventionnés et la mise à disposition de logements et d'infrastructures. Cependant, l'implantation du projet a été beaucoup trop lente. La plupart des émigrés et même certaines agences d'assistance n'avaient qu'entendu parler de ce programme, qui existe pourtant depuis quatre ans (la moitié de sa durée prévue) et a déjà utilisé semble-t-il la moitié de ses fonds.

Conclusion

45L'examen du profil des rapatriés jordaniens et yéménites bouleverse les idées généralement reçues les concernant. Pour chaque population de rapatriés, notre enquête sur la durée du séjour à l'étranger, le nombre des personnes ou des parents à charge, les types de profession, la fortune, la fréquence des visites et des versements dans le pays d'origine révèle des variations considérables.

46L'opinion des Jordaniens était que les rapatriés palestiniens constituaient au Koweït une classe aisée de marchands, de gens qualifiés ou de gestionnaires qui pouvait subsister en Jordanie sans soutiens importants. En effet, de nombreuses personnes de la communauté palestinienne correspondaient au profil d'intermédiaire ou de minorité active dans le secteur secondaire, beaucoup ayant des postes de dirigeants ou d'administrateurs, d'autres étant engagés clans le commerce ou le secteur des services. Il y avait cependant une minorité significative d'artisans ou d'ouvriers partiellement spécialisés et d'employés de bureau. Alors qu'ils étaient relativement prospères au Koweït, la plupart des rapatriés se sont partiellement ou totalement appauvris peu après leur retour en Jordanie.

47La communauté yéménite à l'étranger comprenait des résidents bien installés, mais également des travailleurs émigrés pour de courtes durées. Parmi les Yéménites établis depuis longtemps en Arabie Saoudite, au Koweït et dans d'autres États du Golfe, il y avait aussi bien des marchands aisés, des banquiers, des employés dans différents services et dans la vente au détail qu'une population miséreuse subsistant avec peine dans de petits boulots.

48Pour une part importante des deux populations, leur durée de séjour à l'étranger remet en question les termes "d'émigrés rapatriés" ou de "rapatriés", avec des effets sur les tentatives faites pour les intégrer. Cela a été le cas pour de nombreux Palestiniens qui s'étaient rendus directement au Koweït après la création de l'État d'Israël ou après la guerre de 1967 et pour qui la Jordanie ne représente pas le pays d'origine. De même, beaucoup de Yéménites résidant depuis longtemps à l'étranger où ils ont élevé leur famille avaient perdu tout lien économique et social significatif avec le Yémen.

49On constate un remarquable revirement économique avec l'arrivée de 300'000 Jordaniens en provenance du Koweït et du Golfe. Des facteurs macro-économiques positifs n'ont pas empêché le chômage et l'accroissement de la pauvreté pour certains. Si, selon le point de vue du FMI, de la Banque mondiale et de la Banque centrale de Jordanie, le rapatriement des émigrés a été bénéfique au pays, la situation paraît moins positive pour ceux concernés par le développement humain. Même les avantages économiques ont été ambivalents. Pour des raisons compréhensibles (dont le sentiment d'insécurité résultant du déracinement récent et la perspective d'une solution politique dans les Territoires occupés), les rapatriés, après avoir investi dans le bâtiment, ont placé leurs capitaux dans des investissements facilement convertibles en liquidités plutôt que d'installer des entreprises qui pouvaient créer directement des emplois. Deux ans plus tard néanmoins, avec un peu plus d'imagination et quelques soutiens externes, la possibilité existe encore pour la Jordanie de tourner à son avantage le troisième flux important de population qu'elle a dû absorber depuis 1948.

50Si le retour massif des émigrés a eu un impact positif pour la Jordanie, cela est moins vrai pour le Yémen. Il y a bien eu un afflux important de capitaux (plus réduit qu'en Jordanie) qui est resté substantiel et pourrait à la longue avoir des répercussions comparables à celles observées en Jordanie. Mais, pour les Yéménites, les perspectives sont minimes de recouvrer des biens restés en Arabie Saoudite – quelques biens peuvent encore être rapatriés du Koweït par la Commission de Compensation des Nations Unies – ou d'émigrer à nouveau en Arabie Saoudite ou ailleurs. L'investissement des rapatriés a eu des effets dans certaines parties du pays, par exemple en Hadramaout et dans quelques zones agricoles limitées. Cependant, pour la minorité de rapatriés qui ont pu trouver du travail, les conditions sont peu alléchantes. Quant à ceux qui essayent de survivre dans les bidonvilles, les perspectives sont fermées.

51L'aide a été davantage nécessaire au Yémen qu'en Jordanie. Pour de nombreux rapatriés résidant dans les bidonvilles, un programme alimentaire amélioré, des moyens de garantir leurs droits d'occupation du sol et la mise en place d'infrastructures sont nécessaires comme conditions préalables à de nouveaux moyens de subsistance. Le renforcement d'efforts jusqu'ici modestes pour encourager un retour à l'agriculture susciterait à long terme des avantages considérables car, en 1993, les conditions qui permettraient au Yémen de tirer un avantage de la présence de ses rapatriés existent toujours.

Bibliographie

ABDALLA, N.
1991,
Impact of the Gulf Crisis on Developing Countries, Report prepared for the United Nations Development Programme's Gulf Task Force, New York, UNDP, June.

AMMAN FINANCIAL MARKET
1993,
Monthly Statistical Bulletin, Amman, Research and Studies Department.

AMNESTY INTERNATIONAL
1990,
Saudi Arabia: Torture, Detention and Arbitrary Arrest, London, International Secretariat, November.

BIRKS, SINCLAIR & Associates
1990,
The Crisis in Yemeni Return Migration from Saudi Arabia in 1990: Background, Nature and Consequences, Preliminary views of the World Bank Human Resources Sector Study for the Republic of Yemen, Durham, draft working paper, December.

CENTRAL BANK OF JORDAN
1992,
Monthly Statistical Bulletin, Amman, vol. 28, n° 12, December. COOPERATIVE SOCIETY FOR GULF WAR RETURNEES
1991,
Purposes and Objectives of the Society, Amman, September.

EDGE, S.
1992, "Yemen Copes in Adversity",
Middle East Economic Digest, 28 August, pp. 2-4.
1993, "Special Report: Jordan",
Middle East Economic Digest, 28 May, pp. 7-10.

EDGE, S. & DOUGHERTY, P.
1992, "Jordan Returns to the Fold",
Middle East Economic Digest, 2 October, pp. 2-3.

FINDLAY, A.
1987,
The Role of International Labour Migration in the Transformation of an Economy: the Case of the Yemen Arab Republic, International Migration for Employment Working Paper, Geneva, International Labour Office.

GRAHAM-BROWN, S.
1991, "Refugees and Displaced People: the Aftermath of the Gulf Crisis",
Gulf Newsletter, London, British Refugee Council, Gulf Information Project, no. 1, November.
1992,
Jordan: Returnees and Refugees after the Gulf War, London, British Refugee Council, Gulf Information Project.

HASHEMITE KINGDOM OF JORDAN
1991,
The Socio-Economic Characteristics of Jordanian Returnees, Amman, National Center for Educational Research and Development, July.
1992a,
Returnees: August 10, 1991 to November 30, 1992, Amman, Department of Statistics.
1992b,
Annual Agricultural Statistics, 1991, Amman, Department of Statistics.

ILO (International Labour Office)
1991, Migrant Workers Affected by the Gulf Crisis, Report of the Director-General, Third Supplementary Report, GB.249/15/7, Geneva, ILO, January.

KHASAWNEH, S.
1992, Labor Migration in Jordan: Policies, Flows, Organization, Paper presented at the ILO/UNDP seminar on 'Migration Policies in Arab Labour-Sending Countries', Cairo, May.

OVERSEAS DEVELOPMENT INSTITUTE
1991, The Impact of the Gulf Crisis on Developing Countries, ODI briefing paper, London.

REPUBLIC OF YEMEN
1990, Guidelines for Providing Loans to Returnees, Cooperative and Agricultural Credit Bank, Sanaa, mimeo.
1991, Expatriates: Final Statistics of the Returnees since 2 August 1990, Ministry of Planning and Economic Development, Central Statistical Organisation, Sanaa.
1992a,
Agricultural Statistics Year Book 1991, Ministry of Agriculture, Sanaa.
1992b,
Summary of Provisional Agricultural Statistics, 1991-92, Ministry of Agriculture, Sanaa.
1992c,
General Information re Emergency Recovery Project, Ministry of Construction and Reconstruction, Project Management Unit, Emergency Recovery Project, Sanaa, August. SINCLAIR, C.
1990, Recovering Lost Remittances, A report to USAID Sanaa, Summary report, Durham, Birks & Sinclair Ltd.

UNDP (United Nations Development Programme)
1991, Proposals for the Socio-Economic and Environmental Recovery of Countries Affected by the Gulf Crisis of 1990-91. An Overview, New York, UNDP, DP/1992/4, November.

UNESCWA (United Nations Economic and Social Commission for Western Asia)
1991, The Return of Jordanian/Palestinian Nationals from Kuwait. Economic and Social implications for Jordan, Amman, ÜNESCWA, September, mimeo.

UNICEF (United Nations Children's Emergency Fund)
1992, The Hashemite Kingdom of Jordan, UNICEF Annual Report, Amman, UNICEF, October.

VAN HEAR, N.
1993,
"Mass Flight in the Middle East: Involuntary Migration and the Gulf Conflict, 1990-91", in Geography and Refugees: Patterns and Processes of Change, R. Black & V. Robinson (eds.), London, Belhaven, pp. 64-83.

WORLD BANK
1992, World Development Report 1992, Oxford, Oxford University Press.
1993, World Development Report 1993, Oxford, Oxford University Press.

Notes de fin

1 Nous avons conduit des recherches au Yémen et en Jordanie pendant le premier semestre 1993 et nous nous sommes entretenu avec plus de 100 rapatriés dans différentes régions de chaque pays. Les statistiques et autres publications ont été obtenues auprès des gouvernements, d'organisations internationales et non gouvernementales. Nous avons aussi interviewé des représentants officiels des gouvernements, d'ONG et d'organisations internationales, ainsi que des universitaires jordaniens et yéménites. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes qui ont accepté d'être interviewées ainsi que Farid Eryani et Ahmed Nobeh pour leur aide inestimable dans la traduction et l'interprétation.
Notre recherche fait partie d'une étude comparative plus vaste concernant l'impact des rapatriements forcés de travailleurs émigrés et de communautés expatriées, financée par l'Economie and Social Research Council, UK (R000 233831).

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search