Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations

 | 
Riccardo Bocco
, 
Mohammad-Reza Djalili

Partie I. Réfugiés de la violence et flux migratoires

L'émigration de culture musulmane à l'épreuve de la crise du Golfe : le rôle des élites maghrébines en France

Rémy Leveau

Texte intégral

1La crise du Golfe qui met aux prises en 1990-91 un État arabo-musulman, l'Irak et une coalition d'adversaires arabes et occidentaux, dont la France, constitue le cas type de conflit d'allégeances que les responsables politiques nationaux redoutaient autant que les élites maghrébines. De part et d'autre cette situation s'est traduite par une volonté de ne pas transposer en affrontement dans l'espace politique interne des solidarités qui concernaient les groupes de la société française liés à des parties au conflit. La communauté musulmane installée, composée d'à peu près autant de nationaux français que d'étrangers, était a priori soupçonnée de prendre parti pour l'Irak et de désapprouver l'engagement militaire de la France. Cette attitude s'opposait à celle de la grande majorité de la population qui voyait d'un oeil favorable les positions fermes prises par le Président de la République. Elle risquait plus directement d'entrer en conflit avec les sentiments de solidarité des Français juifs à l'égard d'Israël à partir du moment où ce pays était menacé par les déclarations, puis par les Scuds et les armes chimiques des Irakiens.

2Tout se passe dans un contexte où l'on reconnaît l'existence de fait de ces solidarités, mais où seul l'État représente le pouvoir légitime, face à des individus ou des citoyens, sans admettre officiellement la présence des groupes d'intermédiaires. Issu du suffrage universel direct, le Président de la République incarne une forme de légitimité particulière qui s'impose à l'ensemble du corps social. Il est le dépositaire de la volonté générale et les solidarités évoquées plus haut, dont la consistance est reconnue, n'en sont pas pour autant légitimes face à cette primauté de l'État incarnée par un homme et un ensemble d'institutions. Dans ce contexte de crise, ces principes de base du système politique ne sont pratiquement contestés par personne, et pas davantage par les groupes pour lesquels les solidarités extérieures constituent des éléments forts de leur cohésion interne. Mais la très forte médiatisation du conflit exaspère les perceptions antagonistes et fait redouter le passage à la violence. Les images des foules maghrébines hostiles à l'Occident, autant qu'à leurs gouvernements jugés complices, font craindre une dérive semblable dans les banlieues où se concentrent des populations immigrées d'origine maghrébine et de culture musulmane.

3Or la crise va marquer une dissociation profonde mais discrète entre l'évolution suivie par l'immigration maghrébine et celle des pays du Maghreb. Le changement n'est pas directement perceptible dans la mesure où les élites issues du milieu maghrébin installé produisent un discours ambigu mélangeant le catastrophisme et la volonté de pacification. Dans les premiers mois de la crise, l'opinion des élites aura un quasi-monopole d'expression et sera accueillie et sollicitée par les autorités et les médias pour parler au nom du groupe. Cette situation leur donnera l'occasion de laisser libre cours à un fonds de nationalisme arabe qu'elles partagent avec la classe moyenne du Maghreb, tout en valorisant leur rôle de modérateurs et d'intermédiaires avec la société française. En choisissant cette attitude, elles se situent dans la continuité de l'évolution du problème de l'installation à demeure d'une immigration de culture musulmane en France depuis 1974.

Le système des relais et la montée des élites

  • 1 Nom d'une banlieue lyonnaise à forte population d'origine maghrébine.
  • 2 Voir R. Leveau, "Réflexions sur le non-passage au terrorisme dans l'immigration maghrébine en Fran (...)

4La crise de 1990-91 ne constitue en quelque sorte que l'aboutissement d'une politique peu exprimée rationnellement à cause de ses implications mais suivie avec constance depuis le début des années 1980. Pour disposer de relais efficaces et s'assurer une compréhension du milieu destinée à faciliter l'intégration de ces populations, le système administratif et politique français a eu recours aux relais associatifs. En autorisant la création d'associations étrangères par simple déclaration, il a favorisé la naissance d'une véritable administration de substitution orientée vers un milieu spécifique auquel il avait perdu l'habitude de s'intéresser depuis la décolonisation. A partir du moment où l'idée d'une sédentarisation inévitable de l'émigration est admise comme une probabilité non avouable par la classe politique, la nécessité de disposer d'intermédiaires ralliés aux principes de base du modèle français s'impose. La quasi-absence d'élus ou de fonctionnaires d'origine maghrébine pouvant jouer ce rôle a transformé les associations en administrations de substitution. L'injection massive de subventions étatiques ou locales sert en fait à créer ces relais pour éviter le développement de tensions pouvant déboucher sur des émeutes urbaines. En 1981 le modèle qui vient le plus souvent à l'esprit est plutôt celui des révoltes des Minguettes1 que d'une explosion globale liée à l'action d'agents extérieurs. Cependant le problème reste confusément présent dans l'esprit de plusieurs responsables politiques appartenant tant à la majorité socialiste qu'à la nouvelle opposition de droite. La révolution iranienne, la naissance d'un terrorisme d'origine moyen-orientale visant des objectifs français font craindre une articulation de ces mouvements extérieurs avec une communauté musulmane de France qui prendrait la voie de l'irrédentisme2.

5Pour combattre cette évolution, la société politique française va donc se montrer ouverte aux élites de culture musulmane, qu'elles soient issues directement de l'immigration, ou qu'elles proviennent du Maghreb, à partir du moment où ces élites acceptent d'oeuvrer sur la base des principes de laïcité qui caractérisent le modèle français d'intégration. Avec un minimum d'inquiétudes on pense que l'immigration maghrébine veut suivre cette voie empruntée dans le passé par d'autres groupes minoritaires ethniques ou religieux. Cette démarche aboutit à reconnaître en fait des pratiques communautaires à un niveau minimal, à condition qu'elles passent par l'intermédiaire d'élites qui adhèrent au modèle de référence et en tirent en contrepartie des bénéfices sur une base individuelle, en termes de mobilité sociale et d'emploi. Par le relais associatif, les élites sont aussi associées au fonctionnement des mécanismes de contrôle de la déviance (drogue, délinquance) et de redistribution des ressources de l'État-providence.

6Grosso modo l'objectif est atteint au début des années 1980. Les "étés chauds" créant des tensions dans les banlieues disparaissent pratiquement de l'agenda politique bien que, sous d'autres formes, le problème de l'immigration maghrébine conserve un niveau élevé de priorité. La crainte du terrorisme importé, qui avait justifié les efforts faits en faveur de l'immigration, a été très peu vérifiée dans les faits en dehors de l'affaire Fouad Ali Saleh en 1986. Mais les élites maghrébines ont bénéficié de politiques publiques qui avaient une tournure indirectement communautaire.

L'émigration maghrébine face à la crise du Golfe

7La crise du Golfe vient bouleverser cet équilibre en créant un effet de surprise. Lors des premières révoltes urbaines, la révolution iranienne était encore un phénomène lointain et rares étaient ceux qui craignaient réellement son influence sur les banlieues, en dépit de quelques réactions alarmistes de ministres de l'époque. A partir d'août 1990, l'embrasement des opinions publiques au Maghreb sous l'effet des télévisions européennes est directement répercuté en retour instantané par ces mêmes télévisons sur l'opinion française. La solidarité proclamée avec Saddam Hussein fait redouter un soulèvement des banlieues. Les élites maghrébines partagent cette crainte et cette vision. Elles pensent que l'entrée en guerre va entraîner par solidarité des actes de violence et craignent l'aspect provocant des mesures de sécurité prises par les autorités françaises ("opération vigie-pirate"). Elles tiennent à l'égard de la société française un discours rempli d'inquiétude qui valorise leur propre rôle comme intermédiaires. Elles répondront à toutes les demandes de rencontres visant à calmer les esprits et à éviter tout risque d'affrontements, notamment entre juifs et musulmans.

  • 3 Sondages Figaro - IFOP, 24.01.1991; SOFRES, 24-25.01.1991; IFOP, 04.02.1991; voir aussi F. Charill (...)

8Or à l'approche de l'entrée en guerre divers sondages vont avoir lieu, avec pour objectif de cibler les réactions de la population de culture musulmane face à cette situation dramatique. La surprise sera grande de découvrir que le discours de solidarité qui est tenu, avec beaucoup de nuances à l'égard de l'Irak, n'entraîne pas d'actes de violence à l'égard de la société française. La crise va montrer un comportement qui privilégie entièrement le séjour en France. Si la solidarité arabo-musulmane reste un élément important de l'identité collective elle ne se traduit pas pour autant en actes au service d'une cause extérieure3. Ces réactions de sympathie limitée avec l'Irak entraînent notamment une appréciation différente des responsabilités. Lorsqu'un échantillon global français estime à hauteur de 73 % Saddam Hussein responsable du conflit, ce taux n'atteint plus que 23 % chez les musulmans de France. Par contre 42 % d'entre eux placent Bush et le président irakien à égalité de responsabilité dans le déclenchement du conflit. Ces appréciations se traduisent peu en solidarité active (20 %), et cette dernière attitude a essentiellement un sens de participation à des mesures symboliques comme des manifestations ou des pétitions. Seul un nombre infime se déclare prêt à participer à des actes de violence.

9Parmi les dirigeants arabes, Yasser Arafat ou les leaders maghrébins bénéficient d'une popularité largement supérieure à celle de Saddam Hussein. Ce dernier ne se trouve qu'à un niveau d'appréciation (26 %) légèrement supérieur à celui d'Itzak Shamir (20 %) jugé avec nuances parce qu'il ne riposte pas aux Scuds irakiens. De même l'occupation du Koweït par l'Irak ne recueille qu'un quart d'opinions positives. Par contre l'Intifada est favorablement jugée par 71 % d'entre eux. On constate aussi qu'une identité de groupe s'affirme dans le conflit, en décalage avec une société française massivement favorable à une intervention militaire. La préférence des musulmans se manifeste plutôt (43 %) en faveur de négociations imposées par un blocus, alors que 73 % croient encore, après l'engagement des hostilités, aux chances d'une paix de compromis.

10En fait, dans cette période, on peut affirmer que le décalage est encore plus flagrant avec les opinions publiques du Maghreb, bien que les repères quantitatifs manquent pour juger l'évolution de ces dernières. Globalement c'est un sentiment de prudence qui l'emporte dans le comportement du groupe. La surprise est grande de trouver en plein conflit 67 % de musulmans qui maintiennent leur confiance à l'égard de François Mitterrand. Certes le décalage est net, à la fois avec 75 % de l'échantillon global qui lui sont favorables au même moment et des pourcentages en faveur du Président qui se situent largement au-delà de 75 % parmi les musulmans lors des élections présidentielles de 1988. Ils regrettent les décisions d'entrée en guerre qu'il a prises, mais ils ne contestent pas la légitimité démocratique de son pouvoir, et donc de son choix. Ils lui trouvent des excuses dans ses nombreuses tentatives de négociations et ils rejettent la responsabilité de la guerre sur les Américains et sur Saddam Hussein. Privilégiant leur séjour paisible en France (70 %) ou en Europe (75 %), ils font des choix logiques avec ce comportement dominant. On ne retrouve qu'un noyau de 20 à 25 % qui voient leur avenir, ou celui de leurs enfants, dans leur pays d'origine. Mais un très large pourcentage (70 à 80 % des échantillons) craint les effets du conflit en termes de racisme, de difficultés à trouver du travail et de peur des expulsions, y compris pour ceux qui sont de nationalité française.

11Cette acceptation douloureuse et discrète d'une allégeance au système français contraste avec un jugement sévère porté sur Saddam Hussein. Si 50 % des musulmans de France l'estiment courageux, un pourcentage égal le considère comme dangereux et près de 30 % le jugent fou. Un pourcentage identique désapprouve l'envoi de Scuds sur Israël, 55 % sont inquiets et 11 % seulement se déclarent fiers de cette initiative. Par contre les opinions favorables à l'Émir du Koweït ou au roi Fahd d'Arabie se situent à un niveau moins élevé (15 %) qu'Itzak Shamir (20 %). L'ordre de révérence à l'égard du pouvoir place donc en tête (67 %) François Mitterrand, largement avant les chefs d'État du Maghreb et du Machrek (Chadli Benjedid, le roi Hussein, Yasser Arafat, Ben Ali) qui ne participent pas à la coalition et ne recueillent que 40 à 50 % d'opinions favorables. Pour Gorbatchev et Hassan II, le pourcentage des opinions défavorables (38 et 44 %) commence à l'emporter sur les opinions favorables (37 et 36 %), Saddam Hussein et George Bush se situant aux niveaux les plus élevés d'opinions défavorables (61 et 70 %) et les chefs d'État arabes du Moyen-Orient oscillant entre 33 et 55 % d'opinions majoritairement défavorables, Hosni Moubarak bénéficiant d'un jugement globalement moins défavorable que Kadhafi, Saddam Hussein, Hafez el Assad ou les monarques saoudiens ou koweïtiens.

La tentation du compromis

  • 4 Voir R. Leveau, "Musulmans en France", Etudes, mars 1991, pp. 323-332.

12Ces blocs de comportement des musulmans de France saisis dans une période de crise internationale recoupent les observations que l'on avait déjà pu faire à l'occasion d'une crise interne, l'affaire du voile en octobre-novembre 19894. Un tiers de l'échantillon manifeste une volonté forte d'intégration et accepte de faire des concessions au détriment de ce qui pourrait apparaître comme des formes d'identités visibles ou de solidarités marquées avec l'extérieur. Un second groupe légèrement supérieur, s'articulant avec le premier, veut marquer son allégeance et son désir de rester en acceptant les autorités françaises légitimes, y compris lorsqu'elles prennent des décisions qu'il désapprouve. Mais ce groupe choisit également une affirmation identitaire dans l'espace public et une expression de solidarités extérieures qui contribue à sa définition se démarquant des comportements majoritaires de la société française. Un dernier groupe va jusqu'à l'expression de positions fortement antagonistes, suffisant à structurer son identité et ne préparant pas réellement un passage à l'acte violent dont la revendication et la pratique restent les refuges d'une infime minorité.

13Malgré de forts antagonismes vis-à-vis des valeurs dominantes du modèle global, l'analyse des opinions minoritaires exprimées dans deux périodes de crise montre l'existence d'une volonté de conciliation en vue de faire fonctionner le système politique de façon viable. Dans ce contexte, le dialogue entre les élites a pour effet de renforcer la dynamique du compromis. Mais les intermédiaires auront souvent pour attitude de négliger de relayer l'opinion de ceux dont l'intégration au modèle français est la plus poussée. En partie parce que ces réactions d'allégeance sont peu exprimées et restent souvent implicites. En partie aussi parce qu'elle rendent inutile le rôle des intermédiaires communautaires dans la mesure où ceux qui expriment ces opinions proches des courants majoritaires peuvent également trouver des relais dans les partis, les syndicats ou autres mouvements où ils interviendront au même titre que les autres citoyens ou habitants. Seul le second groupe offre un intérêt marqué pour les élites. Son affirmation identitaire légitime une intervention et le décalage de son discours peut justifier une action médiatrice ou, pour le moins, une interprétation. Mais on reste globalement dans un processus d'auto-contrôle du groupe et d'affirmation de ses représentants. Le dernier groupe peut également devenir l'objet d'une stratégie des élites minoritaires dans la mesure où il leur permet de mieux négocier leur intégration en se différenciant de leurs positions excessives et en offrant leurs services pour le traitement social des exclus et des marginaux.

  • 5 Voir V. Linhart, "Des Minguettes à Vaux-en-Velin, les réponses des pouvoirs publics aux violences (...)

14L'absence d'émeutes urbaines pendant les périodes de crises reste un phénomène mal expliqué. Il ressort sans doute plus d'un effort considérable d'auto-contrôle du groupe que de l'intervention des élites. A l'inverse leur explosion à l'issue de la crise, à Argenteuil ou à Vaux-en-Velin, peut-elle s'interpréter comme une demande d'intégration qui n'a d'alternative que l'auto-destruction des exclus et des marginaux échappant à toute forme de médiation des élites ? Peut-on penser que les élites qui se sont intégrées dans les années 1980 sont aujourd'hui dépassées par l'évolution du milieu et l'apparition de nouveaux acteurs communautaires ?5 La crise du Golfe en 1990-91 intervient à une période charnière, cumulant les résultats des politiques publiques des années 1980, visant avant tout à coopter les élites minoritaires. Elle marque les acquis et les limites d'une entreprise qui n'aura de sens que si elle est relayée au niveau des masses d'exclus pour lesquels les besoins économiques non satisfaits peuvent se traduire par des comportements identitaires moins facilement négociables que ceux de leurs prédécesseurs. C'est en ce sens que l'on pourrait faire l'hypothèse qu'une crise majeure due à l'implosion du système politique algérien pourrait en partie répéter les attitudes repérées pendant la crise du Golfe, mais aussi donner naissance à des nouveaux comportements auxquels le système français et l'Europe au sens large ne sont pas encore préparés. Mais on peut penser que les mécanismes de rejet des conflits importés de l'extérieur continueront à jouer, et à faciliter en fin de compte l'avancement du processus d'intégration pour les mieux placés.

Notes

1 Nom d'une banlieue lyonnaise à forte population d'origine maghrébine.

2 Voir R. Leveau, "Réflexions sur le non-passage au terrorisme dans l'immigration maghrébine en France", Eludes polémologiques, 49, mai 1989, pp. 141-156; R. Leveau, "Les effets politiques de l'immigration maghrébine en France", Bulletin du CEDEJ, 23. 1989. pp. 207-223; R. Leveau, "Mouvement associatif et transition ambiguë vers la politique dans l'immigration maghrébine en France", Dossier du CEDEJ, n° 199, pp. 265-277.

3 Sondages Figaro - IFOP, 24.01.1991; SOFRES, 24-25.01.1991; IFOP, 04.02.1991; voir aussi F. Charillon, La politique extérieure française face à l'islamisme au Maghreb: les interactions entre politique étrangère et mouvements d'opinion. Mémoire de DEA, Etudes Politiques, Programme Relations internationales, Paris, Institut d'Etudes Politiques, 1991.

4 Voir R. Leveau, "Musulmans en France", Etudes, mars 1991, pp. 323-332.

5 Voir V. Linhart, "Des Minguettes à Vaux-en-Velin, les réponses des pouvoirs publics aux violences urbaines". Culture et conflits, 6, juin 1992; et S. Body-Gendrot, Ville et violence. L'irruption de nouveaux acteurs, Paris, PUF, 1993.

Auteur

© Graduate Institute Publications, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540