Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espaces du Prince

 | 
Antoine Brawand
, 
Christine Dabat
, 
Juliette Michaëlis
, 
et al.

Études

Essai d’une critique marxiste de l’État périphérique : l’État en Iran

Kazem Radjavi

Texte intégral

« Ne t’imagine pas que ceux que tu auras vaincus te puissent aimer : il n’y a jamais d’amitié entre le maître et l’esclave ».

1— « La lampe de votre bicyclette est éteinte ; de plus ces pneus ne sont pas assez gonflés. Pour ces deux infractions réglementaires, vous devez payer 60 rials (4 FF actuels) », me dit l’agent de police qui m’avait arrêté un soir de printemps 1950 alors que j’avais 17 ans. J’avais seulement 35 rials sur moi.

2— « Dans ce cas je suis obligé de vous conduire au commissariat ». Chemin faisant, j’ai insisté pour qu’il accepte mon argent et qu’il me laisse partir.

3— « Non, répondit-il, je serais personnellement lésé car pour chaque nuit de garde, je dois payer une somme déterminée, à mon supérieur hiérarchique (pot de vin) ».

***

4« Notre nouveau directeur général — racontait un haut fonctionnaire de justice — a des méthodes différentes de l’ancien. Il ne peut attendre la fin du mois ou de la semaine. Aussi a-t-il institué une nouvelle règle : chaque jour, à la fin de leur travail, les responsables des divers départements se réunissent dans son cabinet, sacoche en main, pour distribuer les gains (les pots de vin) ». Cela se passait en 1957, je venais d’obtenir ma licence de droit.

***

5La taille haute, un beau visage, les tempes grises, enveloppé dans son joli uniforme distingué, trois grosses étoiles dorées brillant sur chaque épaule, ce colonel commandant était un bel homme à l’allure imposante. En tant que délégué de l’armée et représentant de l’Etat iranien, il signa — conformément à la pratique courante — l’acte notarié qui engageait mon retour en Iran, après mes études en Europe. Nous avons quitté ensemble le cabinet du notaire. Sous la chaleur torride de l’été (plus de 40 degrés), nous attendions depuis une demi-heure un moyen de transport. Finalement je lui proposai :

  • « Mon colonel, puis-je, en attendant, offrir à votre excellence un rafraîchissement ? » Sa réponse m’humilia profondément.

  • « Pourriez-vous me donner l’argent de cette boisson ? » Je lui remis un billet de 100 rials (6,66 FF actuels) en ajoutant :

  • « Malheureusement je n’ai pas beaucoup d’argent sur moi, je vous offre tout ce que je possède ». Il accepta et partit en me remerciant. Je parcourus donc à pied la longue distance du retour.

***

  • 1 Arrêté à Téhéran au début d’août 1971 au même moment que 36 autres intellectuels iraniens (voir Feu (...)
  • 2 C’est cela qu’exprime J. Regard lorsqu’il écrit au sujet de l’Etat iranien : « un Etat omniprésent, (...)

6Ces souvenirs, parmi d’autres, constituaient l’image qu’en quittant mon pays j’avais gardé de sa police, de sa justice : et de son administration ; en bref, l’image d’une bureaucratie pourrie, d’un Etat corrompu. Mais lorsque quelques années plus tard, par suite de l’arrestation de mon jeune frère1, j’ai été amené à lutter contre ce même Etat, à manœuvrer et à négocier — par ses « agents diplomatiques » interposés — pour empêcher la condamnation puis l’exécution d’un innocent, je commençai à m’interroger. Je dus corriger la naïveté de mes conceptions quant au caractère vicié de la bureaucratie et de l’Etat de mon pays : loin d’être hétéroclite, incohérent, confus, hétérogène, inintelligent et irrationnel, le Léviathan d’en face réagissait de manière uniforme, cohérente, coordonnée, homogène et même intelligente et rationnelle. Certes, une intelligence et une rationalité conforme à sa nature de classe — la recherche du profit —, conforme aussi à la logique interne de son ordre — le désordre —, et à son action défensive — la répression —. Mais alors que sa recherche du profit se fait dans l’anarchie, son action répressive se fait dans la rigueur2. Marx n’avait-il pas souligné que c’est dans la guerre civile que l’Etat bourgeois dévoile sa véritable nature de classe, que c’est dans son action répressive qu’il montre son vrai visage, sa « violence organisée », sa ruse, ses capacités tactiques et stratégiques. Il est vrai que ces observations avaient été formulées au siècle dernier par l’auteur du Capital pour les seuls Etats du centre de son époque (Radjavi 1975). Sont-elles valables aujourd’hui encore pour ceux de la périphérie ou l’un d’entre eux, à savoir l’Etat iranien ?

7Dans la conception marxiste, l’Etat est le résultat d’un mode de production déterminé et de la lutte des classes dont il émerge. Quelles que soient les conditions de sa genèse, la formation de son pouvoir, ou les formes de son appareil répressif et idéologique, la mission de l’Etat reste la même : « la reproduction des conditions de la production » (Althusser, Positions 1976 : 68). L’interpénétration des structures entre le centre et la périphérie, la dépendance de l’Etat périphérique à l’égard de l’impérialisme et du marché capitaliste mondial sont autant de raisons qui viennent s’ajouter aux précédentes pour justifier l’utilisation de la méthode de Marx pour l’analyse de tout Etat. De même qu’elles justifient davantage son caractère critique. Critique, car l’étude de ce Léviathan qui, quel qu’il soit, soumet et aliène les hommes, ne peut être que critique. Elle est alors conduite au nom de la « désaliénation », dans un esprit anti-politique, antiétatique et profondément social. Il en résulte que le but de cette critique est de substituer à « la critique des armes l’arme de la critique ».

8Cela d’autant plus que quiconque connait un peu l’histoire de la Perse (l’Iran) sait que depuis des millénaires elle est précisément caractérisée par cette critique des armes. La violence la plus nue disparaît et apparaît, comme un phénix qui renaît de ses cendres, tout au long de l’histoire iranienne.

9Au-delà de l’histoire événementielle et de l’expérience vécue, le mode de production asiatique paraît être le concept le mieux approprié pour rendre compte de la violence passée et même présente de l’Etat iranien. Il s’agirait alors de voir comment et pendant combien de temps ce mode de production a dominé en Iran et qu’elle a été la conséquence de cette domination au niveau de la superstructure de la société iranienne, c’est-à-dire au niveau du pouvoir politique, de l’Etat et du gouvernement ? C’est précisément ce que nous allons analyser dans les deux chapitres suivants :

  1. Le Mode de Production Asiatique (MPA) et son évolution.

  2. Du mode de production asiatique à l’Etat iranien actuel.

1. Le Mode de Production Asiatique (MPA) et son évolution.

10Le mode de production asiatique, dégagé par Marx à la suite notamment de ses travaux concernant la communauté indienne, est caractérisé en particulier par l’absence de la propriété privée de la terre qui appartient à l’Etat. A celui-ci incombent les travaux hydrauliques. Il s’agit surtout de l’irrigation artificielle qu’exige la situation géographique et le climat. L’Etat, c’est le gouvernement ou le pouvoir central. Il peut être formé par un groupe d’individus ou incarné par une seule personne. Selon Marx, l’appartenance du sol à la communauté villageoise et les liens étroits entre l’agriculture et l’industrie artisanale ont permis dans certains cas une cohésion interne qui a résisté pendant des siècles aux conquêtes sanglantes. Le surplus provenant du surtravail sert à l’entretien d’un groupe d’hommes et de leur chef qui useront de la violence pour dominer totalement ceux qu’ils exploitent. De là l’appellation de « despotisme oriental » et de « desposte ».

  • 3 Dans une lettre datée du 2 juin 1853 à Engels, Marx écrivait au sujet de la formation sociale en Or (...)

11On a souvent identifié la formation précapitaliste iranienne au féodalisme. Contrairement à cette opinion, nous pensons que le mode de production asiatique est resté dominant en Iran jusqu’au milieu du xixe siècle. C’est ce qu’ont affirmé Marx et Engels3. Le Chah d’Iran est pour une fois en accord avec eux lorsque, citant l’Avesta, il décrit les caractéristiques de l’agriculture dans l’antiquité persane : « Avec les Sassanides, l’Etat accordait les terres incultes aux riches qui s’engageaient à les mettre en valeur dans un laps de temps déterminé, mais la possession ne donnait, en ce cas, aucun droit à la propriété et les autorités pouvaient rompre à tout moment ces contrats » Pahlavi 1967 : 27). Les observations et les témoignages fournis par des voyageurs tels que J. Chardin (1711), A. Jourdan (1814), J. A. Gobineau (1923), E.G. Brown (1959), et bien d’autres, viennent corroborer la thèse de l’existence en Perse du mode de production asiatique.

  • 4 Sous l’Islam, le domaine étatique sera appelé « Khalesseh » ; apparaître aussi l’institution religi (...)

12L’absence de la propriété privée du sol est l’un des traits essentiels du mode de production asiatique en Perse. Toutes les terres appartiennent au roi. Celui-ci peut accorder la jouissance ou la gérance d’une partie de ses terres à des « satrapes », c’est-à-dire à des gouverneurs de provinces dans le cadre de leurs fonctions. Les modalités de cet accord quant au temps et au taux de l’impôt qu’ils devaient lui verser peuvent varier, de même qu’au cours des siècles, les dimensions des domaines royal et étatique, leurs dénominations changeront en fonction des guerres, des conquêtes, des opportunités politiques ou religieuses, etc.. Qu’ils soient appelés « Khalesseh », « Tiouls » ou « Arbabis »4, l’essentiel demeure : la production agricole reste l’unique moyen d’existence. Dès lors, dans de vastes régions désertiques où les pluies sont rares, il faut recourir à l’irrigation artificielle sur une grande échelle. C’est un travail difficile, car il faut d’abord creuser des dizaines de puits profonds et traverser plusieurs fois des roches pour parvenir à l’eau, ensuite faire des galeries souterraines afin de relier les puits entre eux et enfin conduire cette eau par une seule galerie hors de la terre. Au bout de quelques années et parfois au bout de quelques jours, les puits peuvent s’assécher. On doit tout recommencer... La nature complexe de ce travail exige une constance, une permanence, une discipline, un commandement ; bref, une centralisation du pouvoir. Cette situation, utilitaire au départ, œuvre de plus en plus dans le sens d’une séparation nette entre les gouvernants et les gouvernés et aboutit au « despotisme oriental », c’est-à-dire à la domination brutale du peuple travailleur par un roi et son armée. Mais le despote utilise une partie de ses revenus — taxes et impôts perçus des paysans et des gouverneurs — pour les travaux publics. L’importance vitale de ces travaux hydrauliques a été perçue par les conquérants orientaux, qu’ils soient Perses, Arabes, Mongols ou Turcs, puisque dans le pays conquis ils les prenaient sous leur contrôle avant toute autre chose. Quelle qu’ait été la dynastie, sa durée ou sa religion, le contenu réel du mode de production asiatique ne se transformait donc pas.

  • 5 Voir l’analyse du Chah sur ce point, lorsqu’il dit notamment que cette attribution par Bahram à son (...)

13Pour ce qui est de l’antiquité persane, du temps des Achéménides (550 à 330 av. J.C.), des Parthes (250 av. J.C. à 224 ap. J.C.), des Sassanides (226 à 265), les caractéristiques du mode de production asiatique et leurs liaisons avec le pouvoir politique ont été soulignées par les historiens grecs, Hérodote, Xénophone, Polybe, etc... Les rois et les empereurs de la Perse vivaient grâce au surplus agricole tiré du travail paysan et utilisaient ce surplus pour atteindre leurs objectifs. Pour favoriser une famille ou maintenir par elle une position stratégique, le roi lui attribuait une partie du pays. Selon un récit célèbre, Bahram le Sassanide, afin de renforcer son pouvoir personnel, donna une grande partie des terres arables à son entourage, ce qui provoqua une exploitation plus intense des paysans, leur fuite et la ruine des villages où ils vivaient jusqu’alors5. La conquête de la Perse par les Arabes au viie siècle de notre ère et la domination de l’Islam dans la majeure partie de l’empire perse — malgré les enseignements progressistes et généreux de l’Islam — ne transforma pas cet état de chose. Sous les califats omeyyades (661 à 750) et sous ceux des Abassides (viiie au xiiie siècle) les chefs locaux de l’armée et du gouvernement s’attribuèrent de telles superficies de terre que le grand domaine prit des dimensions encore plus marquées qu’à l’époque des Parthes et des Sassanides. Tout le Khorassan, c’est-à-dire l’une des plus vastes régions de l’Est du pays s’étendant sur plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés, était administré par deux ou trois capitaines.

  • 6 II s’agit de l’auteur de Dpame-at-Tavarilkh (la somme des histoires), historien de la période mongo (...)
  • 7 « L’agence officieuse iranienne PARS a invité, le dimanche 6 novembre 1977, les correspondants étra (...)
  • 8 « En sept siècles de travail acharné, les Hollandais — écrivait Henri Goblat — ont conquis sur les (...)
  • 9 La résistance à travers des siècles de la langue, de la culture et de l’identité persanne face aux (...)

14Les structures du mode de production asiatique vont résister à l’attaque de Gengis Khan et à l’invasion Mongole au début du xiiie siècle. Les terres de la Perse sur lesquelles travaille l’immense majorité des paysans resteront sous le contrôle de quelques-uns. C’est ainsi que, pendant la règne du roi Mongo le Ghazan Khan, commencé en 1295, le revenu annuel d’une partie des biens institués en fondation de bienfaisance Waghf pour la sépulture de l’historien Khadjé Rachid-ed-Dine Fazdollah6 atteignait un million de dinars or. Tout au long de la domination mongole sur la Perse (1220-1336), les dimensions des grandes propriétés et « les abus » des propriétaires ne cessent de croître. L’intensification de l’exploitation de la paysannerie, le fait notamment qu’elle ne peut plus payer les taxes imposées par le gouvernement, l’oblige à fuir les villages. La ruine des paysans annonce la décadence et la fin de l’empire mongol. Il faut croire qu’à cette époque, c’est-à-dire au xive siècle, la misère de la paysannerie persane était bien noire puisque sept siècles plus tard, elle atteindra « la sensibilité » de « sa majesté Mohammad-Reza Pahlavi Aryamehr (lumière des ariens) Chahin Chah (roi des rois) de l’Iran »7. En effet il cite aujourd’hui avec commisération une phrase de son homonyme de l’époque, le roi mongol Ghazan Khan : « le sol et la brindille importent davantage à ces gens (les propriétaires) que les paysans (le « sujet ») et celui-ci éprouve plus de fatigue que le chardon constamment piétiné de la route » (1967 : 29). Mais la compassion de ce roi mongol ne servit à rien. Depuis le temps des « barbares », le mode de production asiatique a refusé obstinément de mourir. Observateur naïf, François Bernier constatera son existence en 1711 : « Ces trois Etats, Turquie, Perse et Hindoustan — écrivait-il — ont tous ôté ce mien et ce tien à l’égard des fonds de terre et de la propriété des possessions, ... » (1711 : 310). Une poignée d’hommes ont ôté aux autres, à tous les autres, pendant trois millénaires, la jouissance de la vie en les lançant à la conquête du désert. Ils en ont conquis trois millions d’hectares en rêvant à la vie, au bonheur et au calme8. Mais qu’ont-ils obtenu ? Il faut admettre — dira-t-on — que le mode de production asiatique, la cohésion et les liens intimes qu’il a créés ont empêché des siècles durant la désintégration du peuple iranien face à tous les conquérants du monde, préservant ainsi sa culture, sa langue, son identité9. Mais, qu’est-ce que la culture pour un peuple inculte, le langage pour une nation muette et l’identité pour une plèbe dissemblable ?

  • 10 Les données sur ce sujet proviennent de Le Monde et son histoire (xvie et xviie siècles), Paris, Bo (...)

15D’ailleurs, cette cohésion, cette unité mythifiées apparaissent et disparaissent tout au long de l’histoire de l’Iran, au gré des évènements. Le meilleur exemple en est fourni par la dynastie Safavide fondée au début du xvie siècle. Trois initiatives, à savoir la réforme de la religion, celle de l’armée et l’ouverture vers le monde extérieur, vont permettre la création de ce qu’on appelle couramment l’unité nationale10. C’est le Chah Ismal Safavide (1499 - 1524) qui instaura la religion chiite. En adaptant l’Islam à la Perse, il libéra le peuple iranien de l’empire turque et arabe pour ensuite l’encadrer davantage. Il voulait susciter le sentiment national et l’unité, tout en légitimant son règne par la nouvelle religion. Le clergé fonctionnera désormais comme appareil idéologique d’Etat. Son successeur, Chah Abbas, dit « Le Grand », arrivé au pouvoir en 1587, acheva cette réforme de la religion en se ralliant davantage au clergé chiite et en se faisant nommer « vicaire du prophète ». La formation de l’appareil idéologique d’Etat s’acheva à un moment où le pays était au bord de la désintégration. Les Ottomans venaient de s’emparer de la capitale Tabriz. Les Uzbeks avaient occupé Hérat, ville qui garde le passage de l’Asie centrale vers l’Iran, et avaient dévasté la ville de Machhade. La misère paysanne était à son comble. La création de l’appareil idéologique d’Etat sera complétée par celle de son appareil répressif. Le roi engagea deux Anglais, Anthony et Robert Shirley, qui enseignèrent aux Persans l’art de fabriquer des canons tout en les aidant à constituer une armée permanente. Cela se réalisa en quelques années, si bien qu’à la veille de la campagne de 1602, l’armée persane possédait 500 canons et comptait 60’000 hommes, dont un noyau de 10’000 cavaliers et de 12’000 fantassins permanents, le reste étant constitué par les contingents traditionnels fournis par chaque tribu. En 1602, à la recherche d’une alliance contre le sultan ottoman, le Chah Abbas envoya des ambassadeurs à Moscou, à Rome auprès du Saint-Siège, à Madrid et à Lisbonne. Bien qu’il n’obtint aucun résultat, en 1622, profitant habilement de la rivalité des marchands anglais (la Compagnie anglaise des Indes venait de se reconstituer en 1617), son armée utilisa les navires britanniques pour s’emparer de l’île d’Ormuz que les Portugais avaient conquise depuis plus d’un siècle. Ce fut l’ouverture vers l’extérieur et le début du commerce avec les Anglais qui vendaient des draps, des glaces, de la quincaillerie et achetaient en échange des tapis, des parfums et des pierres précieuses. En 1664, à la suite de l’envoi par la Compagnie française des Indes d’une mission à Ispahan, un accord fut conclu qui affranchissait les marchands français des droits de douane en échange d’un versement annuel de 30’000 livres. C’est ainsi que les Français, les Hollandais, les Portugais et les Anglais entrèrent en concurrence sur le marché iranien.

16La dynastie Safavide (1499-1722) succomba, comme tant d’autres dans l’histoire de la Perse, devant une invasion étrangère. Mais avant même le déclanchement de l’invasion afghane et pratiquement après la mort de Chah Abbas — comme l’observe Chardin — cette dynastie était déjà mourante. Les successeurs de Chah Abbas, élevés au harem parmi les eunuques et les femmes, étaient des princes abrutis par l’alcool et par la débauche. L’administration et l’armée royales furent rapidement désorganisées. Toutefois, cette dynastie — et le règne du Chah Abbas surtout — demeure importante du point de vue de l’histoire de l’Etat iranien : s’appuyant sur le mode de production asiatique, pour la première fois après la domination de l’Iran parles Arabes, elle créa un appareil étatique plus cohérent que ceux qui existaient jusqu’alors et une armée permanente encadrée par une idéologie, la religion. Mais cette organisation étatique qui rappelait celle des Sassanides et « l’unité nationale » créées par Chah Abbas ne résistèrent pas à l’invasion étrangère. L’ouverture de l’Iran sur l’Europe occidentale continuera par contre à prendre de l’ampleur.

  • 11 Influencée par le clergé, la population a boycotté la consommation de thé (1841), des produits indu (...)
  • 12 Ce discours de Taghi-Zadeh est extrait de Nazem-al-Eslam Kermani, Tarikb Bidari Iranian (l’histoire (...)
  • 13 Voir aussi le discours de 1907 de Taghi-Zadeh au parlement, où il cite des chiffres au sujet de cet (...)

17C’est surtout durant le xixe siècle et la première moitié du xxe que les échanges de l’Iran avec les économies dominantes s’accroissent alors qu’ils se réduisent avec ses voisins du subcontinent indien et de l’Afrique du Nord. Partiellement interrompue avant la première guerre mondiale en raison des rivalités anglo-russes et entre les deux guerres du fait de la réduction générale du commerce international, cette participation croissante de l’Iran au commerce mondial et son incapacité à concurrencer les importations de produits manufacturés ont permis l’intégration progressive de son économie au marché mondial dominé par l’impérialisme. L’économie iranienne s’est ainsi spécialisée dans la production de certains produits agricoles — opium, soie, coton, riz, fruits secs, etc... — et les activités de transformation telles que les tissages de laine, de coton et de soie, etc..., qu’on exportait autrefois. Cette situation, aggravée par les privilèges économiques accordés aux étrangers, a bloqué le développement économique de l’Iran, provoquant du même coup des protestations, des boycottages et des crises11. C’est dans ces conditions qu’est intervenue, durant la deuxième moitié du siècle dernier, la transformation des infrastructures du mode de production asiatique. Certains auteurs ont vu dans ce phénomène « une libération du servage sans cession de terre aux paysans » (Haupt et Reberioux 1967 : 57-71). En réalité, il ne s’agissait ni du servage ni de la libération des serfs, mais de la transformation du mode de production asiatique en régime féodal. Celui-ci vint pallier et même se substituer à l’autorité du monarque. Cela est tellement vrai qu’au lendemain de la révolution constitutionnelle iranienne, le 12 mars 1907, un député influent déclarait devant le parlement : « Certes, vous savez que le peuple iranien est divisé en deux parties. Les habitants des villes qui sont sujets du roi d’une part, et de l’autre, les habitants misérables des villages qui sont les sujets ou plutôt les esclaves de ces rois sans noms que sont les propriétaires terriens. Ces derniers règnent de façon despotique sur leurs terres : ils pénalisent leurs sujets, les battent, les tuent, prennent des sanctions de toutes sortes à leur égard. Les biens, la vie et les femmes des paysans sont l’objet d’atteintes continuelles des propriétaires. Puisque les sujets de la ville ... ont obtenu leur liberté avec la royauté constitutionnelle, a-t-on le droit de laisser les paysans sous la domination despotique d’autrefois ? Il faudrait que les paysans obtiennent eux-aussi la royauté constitutionnelle. Pour que cela se réalise, il suffit qu’à la fin de l’année ils payent leur rente et soient tranquilles le reste du temps, puisque le propriétaire n’a qu’un seul droit réel, celui de la rente foncière »12. En 1907, l’obligation de payer une rente foncière reste donc le seul lien traditionnel qui unisse le paysan au féodal. Ce progrès par rapport au mode de production asiatique, où l’individu est nié au profit du monarque, et dans une moindre mesure de la communauté, est le résultat avant tout de la spécialisation internationale et des exigences du marché mondial. Car, il n’est plus nécessaire — comme ce fut le cas pendant la domination du mode de production asiatique — que des milliers de paysans restent attachés à la terre, vivant dans une économie de subsistance. L’intégration a orienté l’économie iranienne vers l’extérieur, l’a adaptée aux nécessités du marché mondial par la parcellisation et par la généralisation relative de la propriété privée du sol. Désormais quelques centaines d’individus devenus propriétaires de la terre au même titre que le roi payeront un impôt foncier annuel à une administration qui ressemble à celle des finances. Quant au paysan, au lieu d’être attaché à son village, il est « libre » de vendre sa force de travail au féodal de son choix, de rester ou de partir. D’ailleurs, entre 1895 et 1905, plusieurs centaines de milliers de paysans ont quitté l’Iran pour aller travailler à l’étranger, notamment en Transcaucasie (Haupt et Rébérioux 1967 : 60)13. Cette « liberté » suppose, théoriquement du moins, que chacun puisse s’approprier individuellement du sol. Il semple que vers 1907 existait déjà une couche très mince de petits propriétaires fonciers (Brown 1957 : 254 et ss).

  • 14 Vers la fin de la première moitié du xixe siècle un mouvement de revendication paysan se manifesta (...)

18C’est donc au terme d’une longue évolution que s’est formé le féodalisme iranien avec ses particularités. Cette transition s’est effectuée durant la seconde moitié du xixe siècle, sous les effets combinés du colonialisme, de l’extension du marché mondial, de l’essor du commerce international, de la pénétration croissante de la culture occidentale et de l’impérialisme, sous l’effet enfin du mouvement de luttes paysannes14. Fondé sur l’inégalité du développement — surtout dans un pays aussi vaste que l’Iran — le nouveau ne naît jamais entièrement et l’ancien ne meurt jamais tout à fait, d’où la difficulté de déterminer avec précision le moment où le féodalisme a succédé au mode de production asiatique. Cependant, on peut affirmer que, depuis son apparition durant la seconde moitié du xixe siècle, le féodalisme s’est développé et a dominé jusqu’à la veille de la révolution agraire des années 1960. Du point de vue économique, il est caractérisé par la prépondérance du secteur agricole et de la rente foncière dans l’économie nationale. L’agriculture continue à rester dépendante des travaux hydrauliques. Du point de vue politique, le roi est le représentant de la classe des féodaux et l’aristocratie foncière constitue la classe dirigeante. Celle-ci, comme Jean Ziegler l’a remarqué à propos de l’Egypte « ... est une minorité délimitée, cohérente, consciente d’elle-même, défendant par l’action collective les intérêts particuliers de ses membres » (1964 : 78). C’est aussi par cette action collective que la classe dirigeante parvient à surmonter les conflits qui surgissent en son sein et que la féodalité iranienne a pu traverser victorieusement des moments difficiles tels que la révolution de 1906 due à l’appauvrissement de la paysannerie, ou les crises issues des deux guerres mondiales. Quelles que soient les raisons qui expliquent — nous les verrons plus loin — cette situation, une chose est certaine : une lutte des classes acharnée se déroule actuellement comme autrefois à l’intérieur de la société iranienne. Dans le passé, elle s’est manifestée le plus souvent par des jacqueries, des insurrections, des révoltes et des révolutions. Aujourd’hui elle se présente sous forme de grèves, de combats de rue ou de guérillas et elle est fortement réprimée... Dans ces conditions, dire comme P. Vieille, l’auteur de « la féodalité et l’Etat en Iran », qu’il n’y a pas de classe dans ce pays car « sans organisation, la classe devient un fait ambigu dans ses autres aspects » (1975 : 283-284), c’est faire abstraction de cette thèse marxiste clairement établie que l’Etat lui-même est une organisation de classe dont l’essence — quelles que soient les apparences — est partout identique.

19Après avoir exclu la lutte des classes de la société iranienne et rejeté « les concepts de propriété, de possession, d’Etat, de feodalité, etc..., étrangers à la société considérée (l’Iran) » (1975 : 276), cet auteur formule sa propre conception de la société et de l’Etat iraniens actuels ; celle-là même — et c’est regrettable — qui vient d’être cautionnée par Henri Lefebvre et qui consiste en « un jeu à trois » qui se déroulerait entre « l’appareil d’exploitation (la féodalité), les producteurs (le peuple), l’appareil de menace (l’administration) » (1975 : 279). Ainsi l’auteur en arrive à déclarer que l’individu menacé par la féodalité cherche la protection de l’administration mais bientôt la protection devient menace et vice-versa. C’est sur ce « jeu » que reposerait alors l’organisation sociale et la formation des institutions. Tous les phénomènes sociaux iraniens s’expliqueraient alors par des relations personnelles ou par « un élément de transaction personnelle » : il n’y aurait pas en Iran de despotisme oriental parce que la réalité de ce pays ne correspond pas au schéma de ce despotisme dessiné par Vittfogel, de même qu’il n’y aurait pas en Iran « de bureaucratie impersonnelle, universaliste, égalitaire, telle qu’elle peut exister dans et au service des démocraties bourgeoises » (1975 : 287).

20Mais, que signifie une bureaucratie égalitaire ? Ne faut-il pas rappeler que, quelles que soient ses apparences et où qu’elle se trouve, la bureaucratie par sa puissance et ses objectifs, se confond toujours avec l’Etat et n’a comme mission que la protection des inégalités par la menace même que constitue son existence (voir Radjavi 1975 : 308).

21Enfin, toujours à propos de l’Iran, notre auteur conclut entre autre que « l’organisation politique y est fondée sur des rapports personnels proches et relativement étroits » (Vieille 1975 : 295). Mais, contrairement à cette opinion qui fait « des rapports personnels » le seul fondement de l’organisation politique iranienne, celle-ci s’est formée et transformée en fonction de la lutte des classes et des besoins de la classe régnante sur la production.

22Dès lors, les particularités de l’Etat iranien ne s’expliquent que par la lutte des classes et le rapport de force qu’elle a engendrés à chaque époque historique. Conduite par les féodaux dont la majorité était d’origine tribale et conditionnée tour-à-tour par le colonialisme, l’impérialisme et l’échange inégal, cette lutte a soumis la paysannerie iranienne à une double exploitation, celle des féodaux et des marchands étrangers et a freiné longtemps le processus de formation d’une bourgeoisie locale (cf. Radjavi 1961 : 143). Au début du siècle, la bourgeoisie urbaine demeurait peu nombreuse et ne pouvait se réaliser qu’en fonction de la rente foncière tirée de la campagne, car entre 1906 et 1920 la situation économique de l’Iran n’avait pas subi un changement essentiel. Bien que le pétrole ait été exploité dès 1908, il ne commence à jouer un rôle important dans l’économie iranienne qu’à partir de 1921, c’est-à-dire depuis le coup d’Etat de Réza Chah.

23Durant tout son règne (1921-1941), la production pétrolière s’accroît continuellement et du même coup et dans une moindre mesure, l’augmentation de la part de l’Iran dans les bénéfices de vente. En 1912, la production de l’Anglo-Persian Oil Company était de 43 mille tonnes, en 1913 de 80 mille tonnes ; ce n’est que cette année-là que la compagnie commence à réaliser des bénéfices (Niroumand 1967 : 32). En 1914, la production est de 274’000 tonnes et à partir de 1920, elle se compte en millions de tonnes pour atteindre en 1950 31,5 millions de tonnes (Vaziri 1977 : 173-174). Malgré cette croissance et malgré l’augmentation du prix de vente qui double en 1933, la part du pétrole dans le produit intérieur brut ne dépasse pas 10 % en 1948 et les revenus obtenus par l’Etat ne constituent que le 11 % de l’ensemble de ses ressources (Issawi 1971 : 374 et Banisadre 1976 : 48). Depuis 1948, par contre, l’augmentation de la production pétrolière a rendu l’Etat de plus en plus dépendant d’elle. C’est un point qui ressort de tous les documents et fait l’unanimité de tous les auteurs quelles que soient leurs tendances. Les revenus que l’Etat iranien tire du pétrole passent de 55 millions de dollars en 1953 à environ 25 milliards de dollars en 1975. Selon l’Annual Report and Balance Sheet de la Banque centrale de l’Iran, la part du pétrole dans le produit intérieur brut est en 1975 de 45 % et constitue le 84,3 % de l’ensemble des ressources de l’Etat et 89,4 % de ses devises. En Iran, on accuse les sources officielles de truquer ces chiffres et on estime que la part du pétrole s’élève à 65 % pour le produit intérieur brut, à 95 % pour les ressources de l’Etat à 99 % pour ses devises. Quoiqu’il en soit, en se basant même sur les sources officielles, on constate qu’au terme de l’évolution des 30 dernières années, une mutation importante s’est réalisée dans l’économie iranienne : près de la moitié du produit national brut provient du secteur pétrolier et la rente pétrolière s’est substituée à la rente foncière en ce qui concerne les revenus de l’Etat.

24Nous pouvons donc conclure au sujet du mode de production asiatique et de son devenir :

  • Depuis l’antiquité persane jusqu’au milieu du siècle dernier, le mode de production asiatique a dominé l’économie iranienne.

  • Cette économie était caractérisée par la prédominance absolue de l’agriculture, elle-même dépendante des travaux hydrauliques notamment de l’irrigation artificielle.

  • Le pouvoir politique se présentait sous la forme du despotisme centralisateur dont l’unique ressource est le surplus agricole.

  • Au terme d’une longue évolution, sous l’influence d’un certain nombre de facteurs d’ordre interne et externe, pendant la deuxième moitié du xixe siècle, le féodalisme succède au mode de production asiatique et s’étend jusqu’à la veille de la « réforme agraire » de 1963.

  • Cette période, malgré la révolution de 1906, les deux guerres mondiales, le changement de dynastie en 1921, le changement de roi en 1941, reste marquée par la prédominance de l’agriculture, elle-même subordonnée à l’irrigation artificielle.

  • Pendant toute cette période, la rente foncière demeure d’abord la seule ressource de l’Etat, ensuite sa ressource dominante.

  • Cependant, par suite de l’extraction du pétrole en 1908, commence un nouveau processus dont les premiers signes apparaissant dès 1948. En 1975, presque la moitié de la production nationale brute iranienne provient du secteur pétrolier.

  • Depuis 1975, la rente pétrolière s’est substituée à la rente foncière dans les ressources de l’Etat, si bien que la presque totalité des revenus de celui-ci en proviennent.

25Mais quel a été l’effet de cette infrastructure économique et de ses transformations sur la superstructure politique de la société iranienne ? C’est ce que nous allons voir dans le prochain chapitre.

2. Du mode de production asiatique à l’Etat iranien actuel.

26Tout au long de l’histoire iranienne jusqu’au début du pouvoir de la famille Pahlavi en 1921, les dynasties se font et se défont avec, au cours des siècles, des changements, des adaptations de détails, mais les traits généraux de l’organisation de l’Etat restent inchangés, car l’existence d’une classe paysanne qui seule supporte les frais de l’Etat, demeure. Tout gravite autour de ce problème central et se règle en fonction de lui. Presque toujours pour s’emparer du pouvoir, puis pour s’y maintenir, le futur roi ou « roi des rois » ne recule devant rien. Le scénario est souvent identique. Avant ou pendant son règne, il élimine ou massacre selon les cas sa propre famille ; frères, sœurs, femmes, enfants et vieillards parce qu’il sont soupçonnés d’être de futurs ennemis potentiels capables de lui disputer le pouvoir. Ensuite, c’est le sort des ennemis intérieurs qui est régi : chefs de l’armée, magistrats et surtout paysans et leurs dirigeants. Ils seront torturés, emprisonnés dans « la prison de l’oubli » (Kaveh Ier), exécutés, massacrés. Les rois, les empereurs, les dynasties se succédent au même rythme que les conquêtes, les meurtres, les crimes et la mort.

27Parallèlement, en fonction des nécessités du moment et de la situation, se développe et se perfectionne une machine étatique dont la colonne vertébrale est constituée par l’armée permanente et l’administration royale. Dans l’histoire de l’Iran, les titres, tels que « le Grand », « le Juste », sont distribués aux rois les plus cruels, les plus sanguinaires. Toutefois, ils ont parfois effectué une réforme dans le domaine des taxes, des impôts et de l’administration.

28Dans l’histoire de l’Iran, les exemples d’hommes qui ont été officiellement des bandits de grands chemins mais qui ensuite, devenus riches et puissants, se sont emparés du pouvoir en se proclamant roi, ne manquent pas. Ils ont été même parmi les plus grands Chahs de Perse : Yagoube Safari (qui incarnait le mécontentement iranien contre la domination arabe), fondateur de la dynastie Safare (876-912) et Nadir Chah Afschar (1736-1747), dit « Nader Chah le Grand », n’en sont que de simples illustrations.

29Agha Mohammade Khan Ghadjare, le fondateur et l’un des rois les plus illustres de la dynastie des Ghajare à laquelle succède celle des Pahlavi (dynastie actuelle), a régné sur l’Iran entre 1781 et 1797. Lorsque les habitants du village de Hablah Roude lui résistèrent, ce souverain ordonna qu’on les prive d’eau. Tous les habitants moururent de soif. Dans la ville de Marve (à l’est de l’Iran) et à Taflis (au nord), il entreprit le génocide de toute la population. A Bame et à Kirman, deux villes situées dans le sud-est du pays, il exigea la construction de plusieurs tours avec les têtes ou les yeux arrachés des habitants. Il enferma dans des cages d’acier plusieurs de ses adversaires. A Isfahan, il fit brûler vif tous ceux qui s’étaient révoltés contre lui. A Tabasse, une petite bourgade de l’est de Khorassan, en une semaine, il exécuta plus de 7’000 personnes (Parizi 1970 : 22-23). En 1792, lors de son passage à Machhade, ville sainte de l’est de l’Iran, il fit torturer un descendant de la dynastie Afschare, la prince « Shahrokh », qui était un homme aveugle et âgé de 62 ans, afin qu’il lui révèle la cachette de son trésor familial. Il lui confectionna une espèce de chapeau collé à sa tête dans lequel il coula du plomb brûlant supplice dont il mourut.

30La corruption constitue une des données permanentes de l’histoire iranienne. Elle est souvent pratiquée de haut en bas. C’est ainsi par exemple que le même roi Agha Mohammade Khan Ghadjare, un des plus riches souverains de l’histoire iranienne, ordonna un jour qu’on coupât l’oreille d’un paysan devant lui. Le paysan proposa au bourreau quelques pièces d’argent s’il ne lui en coupait que la moitié. Le roi, entendant cela, demanda qu’il paie à lui-même le double pour que son oreille reste intacte (Sykes 1954 : 427).

31De ce qui précède, on peut facilement juger du sort réservé aux adversaires des chahs d’Iran ou à ceux qui osent contester leur pouvoir. Ils sont empalés, emmurés, traînés, par des chameaux ou simplement éventrés. Voici donc ce que signifie le despotisme oriental : la terreur en tant qu’unique méthode de gouvernement.

32Les choses ont-elles changé avec la dynastie actuelle des Pahlavies qui a succédé à celle des Ghadjares ? Les circonstances de cette succession sont trop connues pour qu’on s’y attarde longuement. Il suffît de rappeler qu’en 1920 le fossé entre les pauvres et les riches s’était élargi. Les contacts avec l’Occident avaient affaibli les sentiments religieux ou ce que les touristes ont appelé « le fatalisme oriental ». L’Etat soviétique qui a plus d’un millier de kilomètres de frontière commune avec l’Iran, venait de naître. Le pays vivait dans une anarchie dangereuse avant tout pour les intérêts britanniques et ceux des féodaux (Radjavi 1961 : 61-65).

33Reza Chah, soutenu par les gros propriétaires et l’impérialisme anglais, prit le pouvoir par un coup d’Etat et y resta pendant 20 ans (1921-1942). Il inaugura ainsi l’actuelle dynastie. Nous écrivions il y a 16 ans à propos de cette époque : « Durant cette période de dictature sanguinaire, déguisée en "monarchie nationaliste", le peuple iranien fut profondément opprimé par l’oligarchie triomphante. Les meilleurs hommes de l’Iran étaient alors en prison et beaucoup y moururent, après de longues souffrances causées par les tortures ». (1961 : 111). Les procès politiques, les arrestations et emprisonnements arbitraires, les assassinats politiques ne firent que se succéder (1961 : 112 et ss).

34Puisqu’il y avait maintenant une constitution démocratique à l’image de celles de l’Europe et née de la révolution de 1906, il fallait donner au régime une apparence de démocratie. Reza Chah organisa entre 1928 et 1933 deux faux partis politiques : le premier « Iran-now » fut organisé par son ministre de la Cour qui fut ensuite assassiné sur l’ordre de Reza Chah parce qu’il avait des soupçons à son égard. Le second fut l’œuvre du chef de la police de Téhéran, Dargahi, surnommé « général poignard », parce qu’il avait l’habitude de poignarder dans le dos les hommes peu conformes au régime. Tout autre parti politique était interdit.

35En 1933, Reza Chah fit approuver par le parlement son fameux et sinistre accord pétrolier avec l’Angleterre. Tel était le climat politique en Iran pendant le règne du père de l’actuel roi. C’est au début de 1925, alors qu’il était encore ministre de la défense, que Reza Chah se consacra à la constitution de son premier instrument de travail : l’armée. En invoquant le manque de crédits, il obtint du parlement la dissolution du corps de la gendarmerie. Puis il forma sa propre armée en incorporant les gendarmes de style suédois et les soldats de style cosaque. A la fin de 1925, après son couronnement, il se lança dans la réorganisation de la fonction publique (Radjavi 1960 : 10). Une grande armée de fonctionnaires, trois fois plus nombreuse que l’armée elle-même, fut constituée. Ces fonctionnaires étaient titulaires, jouissaient du statut de la fonction publique et avaient droit à la retraite. Cet appareil bureaucratique centralisé, hiérarchisé venait après l’armée compléter la machine répressive de Reza Chah.

  • 15 Ces chiffres ne comprennent pas ce qui existait avant Reza Chah (Voir Razmara, «Géographie générale (...)

36Incompétente, la bureaucratie ne parvint pas à jouer un rôle important. Reza Chah gouverna seul, et à travers lui l’Angleterre. Toutefois, pendant les 15 années de son règne, la création du chemin de fer transiranien (1392 km) et d’un réseau routier carrossable (21’842 km)15, l’apparition de quelques grandes villes, l’essor relatif de l’instruction publique, la constitution pour la première fois de sociétés par actions, l’extension du commerce national et international, la croissance des revenus du pétrole, la création d’une petite industrie de consommation, (tissage, sucre, chimie, etc..) et enfin la pénétration d’une trentaine de monopoles étrangers, contribuèrent à l’apparition d’une bourgeoisie urbaine et d’une classe ouvrière embryonnaire. L’époque de Reza Chah restait caractérisée par la prédominance de la rente foncière et l’élargissement déjà évoqué du fossé entre les pauvres et les riches. En août 1941, en raison de ses sympathies pour Hitler, le gouvernement britannique préféra le forcer à l’exil et mit son fils, le roi actuel, à sa place. Celui-ci héritait de son père d’une armée d’environ 50’000 hommes et d’une administration d’environ 150’000 fonctionnaires.

37Le 16 septembre 1941, Mohamade Reza Pahlavi succéda donc à son père dont il poursuivra l’oeuvre. Voici comment lui-même trace son itinéraire : « Lorsque le 25 charivar 1320 (16 septembre 1941) les responsabilités du pouvoir m’incombèrent, le désordre le plus grand régnait dans le pays, ... les forces de la corruption, de la réaction et de la cinquième colonne, un moment étouffées, retrouvèrent, ... une atmosphère qui leur permettait de respirer (soulignés par nous) à nouveau. Pendant plus de 22 ans, c’est-à-dire jusqu’à bahman 1341 (janvier 1963), mon peuple et moi-même avons connu bien des vicissitudes et contemplé bien des spectacles préfabriqués dont les acteurs dansaient, telles des marionnettes, au gré des ficelles qu’agitaient des mains étrangères » (Pahlavi 1967 : 6).

38Mais qui sont ces forces de « corruption et de la réaction », ces « agents étrangers » qui après avoir été étouffés pendant le gouvernement de son père se réveillèrent au début du règne de l’actuel roi, gênant ainsi durant 22 ans son action politique ? Dans la suite de ce même texte le Chah lui-même apporte une réponse claire à cette question.

39Tous les partis politiques de gauche ou de droite, toutes les personnalités et adversaires politiques (dont le front national du Dr Mossadegh), toutes les organisations syndicales, tout le clergé, tous les féodaux, bref, la majorité du peuple iranien, font partie des « traîtres » à la patrie. Ils sont alors taxés par le Chah de « marionnettes », de « cinquième colonne », de « traîtres » et d’« égarés » ayant joué un rôle « néfaste, honteux et destructeur » (1967 : 6-8). « La lumière des ariens » affirme ainsi implicitement que « l’Etat c’est moi ». De même que, lors de la constitution de son parti unique en 1975, le Chah n’hésita pas à proclamer « l’opposition c’est moi ».

40La classe dirigeante iranienne, faisant abstraction de toutes les transformations infrastructurelles intervenues dans la société, tente d’y maintenir la superstructure du mode de production asiatique : le despotisme oriental. En d’autres termes, alors que le mode de production asiatique a disparu en tant que fondement de la société, les dirigeants actuels s’efforcent de conserver les mêmes méthodes de gouvernement. Cette situation a rendu la société iranienne explosive...

41Certes, l’étude ne saurait porter sur l’Etat périphérique considéré isolément en dehors du contexte international. Par l’introduction de « réformes » diverses, le centre tente de créer les conditions indispensables à ce que le pays économiquement dominé se transforme en une partie organique de l’ensemble du système capitaliste mondial.

42Dans un premier temps, la pénétration impérialiste en Iran s’est accompagnée d’investissements créateurs de plus-value dont a profité une partie de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie indigène. Ainsi s’est développée une bourgeoisie ou aristocratie dépendante qui, en tant que fondé de pouvoir de l’impérialisme, transforme le marché local en une partie du marché mondial. Les forces productives, la production toute entière sont mises au service de la demande du marché mondial indépendamment des besoins nationaux et de la consommation interne. L’Etat iranien en tant que machine bureaucratico-militaire est le garant de ce procès. Le renversement au début de ce siècle de la dynastie Ghadjare par l’impérialisme (en raison de son incapacité de réaliser les exigences impérialistes), et son remplacement par celle plus musclée des Pahlavies, la création d’une administration et d’une armée « moderne » par le Reza Chah et leur perfectionnement par son fils, la répression, « la révolution blanche » et ses « réformes », tous ces phénomènes ne deviennent compréhensibles qu’en les intégrant au procès ci-dessus. La stratification sociale dans l’Iran d’aujourd’hui se présente ainsi : la paysannerie, la classe ouvrière, la petite bourgeoisie et la bourgeoisie dominante « compradore ». De plus, le développement du capitalisme, grâce aux « réformes » inspirées et imposées du dehors et notamment la réforme agraire a eu comme résultat l’éclatement de la paysannerie iranienne et l’apparition — sur une grande échelle — de la propriété parcellaire génératrice de la division des paysans en petite bourgeoisie de la campagne, ouvriers agricoles et paysans pauvres (sans terre). Ainsi divisée, et en raison de la répression, la paysannerie iranienne, dont une partie est prolétarisée, n’a pu s’organiser.

43En tout état de cause, l’Etat iranien ne s’appuie actuellement que sur la poignée d’hommes que constitue la bourgeoisie « compradore ». Quelques soient les apparences de l’Etat bureau-cratico-militaire iranien et ses prétentions à « une politique d’indépendance nationale », il est un Etat dépendant qui n’a apparemment aucune véritable assise de classe, d’où d’ailleurs sa prétention — à l’image de l’Etat français sous Louis-Napoléon Bonaparte — d’arbitrage et d’indépendance. Apparemment, car il a ses assises : la petite couche de la bourgeoisie dépendante et l’impérialisme.

44Cette nouvelle version du despotisme asiatique continue comme par le passé à traumatiser le peuple iranien en envoyant des milliers de ses meilleurs fils aux poteaux d’exécutions et dans les prisons infectes de la dictature. Ces fils courageux du peuple qui ne cèdent pas à l’oppression écrivent chaque jour de leur sang une nouvelle page de l’histoire contemporaine de l’Iran. Leur crime est d’aimer leur pays d’une autre manière que les gens au pouvoir.

45Décembre 1977

46Althusser, L. 1976 « Idéologie et appareil idéologique d’Etat » in Positions, Paris, Ed. sociales.

47Banisandre, A. et Ghazan, F. 1976 L’analyse des élections non concurrentielles. Changement économico-social et changement des fonctions des élections en Iran », Fondation nationale des sciences politiques. Doc. no 12, Paris.

48Bernier, F. 1711 Voyages. Amsterdam, P. Mannet, T.I. (cité par Vaziri : 5).

49Brown, E.G. 1959 Enghélabé Iran. Ed. Amir Kabir, Trad. iranienne, Téhéran, 1337.

50Chardin, J. Voyage en Perse. 1811, 3. vol. T. 3.

51Donya 1977 « Dans quelles conditions les réformes agraires en Iran sont-elles effectuées ? » in Donya, organe politique et théorique du comité central du parti Toudeh (communiste) d’Iran. Avril, no 1.

52Hady-Sayede-Djavadi 1977 Lettre ouverte au Chah d’Iran, Mars, Publié par M. Salamatian, Paris.

53Egbal, A. 1941-49-50-51 Histoire, manuel scolaire, Téhéran, 1324, 1327, 1329, 1341.

54Eghtedari, A. 1975 Diaré Chahriaran (Le monde des rois), Association des œuvres nationales, Téhéran, 1353.

55de Gobineau, J.A. 1923 Trois ans en Asie (de 1855 à 1858), Paris, Grasset, T.2. 1869 Histoire des Perses d’après les auteurs orientaux, grecs et latins, Paris, Pion.

56Goblat, H. 1963 « Dans l’ancien Iran les techniques de l’eau et la grande Histoire » in Annales, mai-juin 1963 (cité par Vaziri : 5).

57Haupt, G. et Reberioux M. 1967 La deuxième internationale et l’Orient, Paris, Ed. Cujas.

58Issawi, C. 1971 The Economic History of Iran 1800-1914, Chicago and London, University of Chicago Press (cité par Banisandre A. et Ghazan F.: 47).

59Jourdan, A. 1814 La Perse, Paris, Ferra, T. 3 (cité par Vaziri : 5).

60Kermani, N. 1971 Tarikh Bidari Iranian, Téhéran 1349, Ed. Fondation de la culture iranienne.

61Lefebvre, H. 1977 De l’Etat. Le mode de production étatique, T. 3, Paris, UGE, 10/18.

62Marx, K., Engels, F. 1971 Correspondance, Ed. du Progrès, Moscou.

63Niroumand, B. 1967 L’Iran. Exemple de pays en voie de développement ou la dictature du monde libre, Paris, Julliard.

64Pahlavi, R. 1967 La révolution sociale en Iran, Ed. Iran-Chape, Téhéran.

65Pietri, L. 1966 Le monde et son histoire. Epoque médiévale, T. III., Paris, Bordas et Laffont.

66Radjavi, K. 1960 Statut des agents publics en Iran. Mémoire de droit public à la Faculté de droit et des sciences économiques, Paris.

67Radjavi, K. 1961 Développement de la bourgeoisie et les mouvements populaires en Iran, Mémoire de la Faculté de droit et des Sciences économiques, Paris.

68Radjavi, K. 1975 La dictature du prolétariat et le dépérissement de l’Etat de Marx à Lénine, Paris, Anthropos.

69Regard, J. 1975 « L’Iran et les pétrodollars » in Documentation française. Notes et études documentaires, Paris, no 4188-4189.

70Sykes, P. 1954 L’histoire de l’Iran, traduit de l’iranien par S.M. Fakhre Dai, Téhéran, T. I (sans date), T. II, 1330.

71Vaziri, C. 1977 Histoire du rôle politico-économique du pétrole en Iran (1901-1975). Un exemple de la domination impérialiste. Thèse, inédit. Ecole de sciences sociales et politiques, Lausanne.

72Vieille, P. 1975 L’Etat et la féodalité en Iran, Paris, Anthropos.

73Ziegler, J. 1964 La notion de classe dirigeante dans la pensée de Karl Marx et de Georges Lukacs, Centre de publication de documents d’études politiques, Paris, CEDEP.

Notes

1 Arrêté à Téhéran au début d’août 1971 au même moment que 36 autres intellectuels iraniens (voir Feuille d’Avis de Lausanne du 15-2-1971), Massoud Radjavi, licencié ès science politique, alors âgé de 22 ans, a été condamné à mort par le tribunal militaire le 10 novembre de cette même année (voir Tribune de Genève des 10 et 12-11-1971). Confirmée par la Cour d’appel militaire le 18 mars 1972, cette peine a été communée par le Chah en réclusion perpétuelle (voir Le Monde du 20-4-1972). Cela fait donc plus de 6 ans que Massoud Radjavi — comme combien d’autres ? — croupit dans les cachots de la police iranienne. Son crime, c’est d’avoir aimé son pays. Car parmi plusieurs accusations factices, même le tribunal militaire de Téhéran (selon ce qui ressort d’une lettre adressée à son père par le géneral Behzadi, produreur militaire de l’armée iranienne, datée du 27-4-1971) n’a retenu que celle du « complot contre le gouvernement en faisant partie d’un groupe à l’idéologie contraire à la monarchie constitutionnelle ».

2 C’est cela qu’exprime J. Regard lorsqu’il écrit au sujet de l’Etat iranien : « un Etat omniprésent, hypercentralisé à certains égards, dispersé et inefficace à d’autres,... on peut aussi s’interroger sur les illusions du volontarisme dans une société encore essentiellement vouée au profit et à la consommation » (Regard 1975 : 39).

3 Dans une lettre datée du 2 juin 1853 à Engels, Marx écrivait au sujet de la formation sociale en Orient : « Bernier décèle très justement la forme fondamentale de tous les phénomènes de l’Orient — il parle de la Turquie, de la Perse, de l’Hindoustan — dans le fait qu’il n’existe pas de propriété foncière privée et c’est la véritable clé, même du ciel oriental... ». Et le 6 juin 1853 Engels lui répondait : « L’absence de la propriété foncière est en effet la clé de tout l’Orient... Mais d’où vient que les orientaux n’arrivent pas à la propriété foncière, même pas sous sa forme féodale ?... L’irrigation artificielle est ici la condition première de l’agriculture... » (Marx Engels, correspondance 1971 : 74).

4 Sous l’Islam, le domaine étatique sera appelé « Khalesseh » ; apparaître aussi l’institution religieuse « Waghf » qui est une fondation de bienfaisance. Plus tard les terres dont les revenus sont mis à la disposition des serviteurs du palais ou de l’Etat seront appalées « Tiouls », « Arbabis », etc.. « Tiouls » était en réalité, écrit E. Brown, un cadeau que le Chah faisait « en laissant à quelqu’un les impôts d’un ou de plusieurs villages » (1959 : 259).

5 Voir l’analyse du Chah sur ce point, lorsqu’il dit notamment que cette attribution par Bahram à son entourage « déplut aux agriculteurs qui laissèrent dépérir les villages » (1967 : 27).

6 II s’agit de l’auteur de Dpame-at-Tavarilkh (la somme des histoires), historien de la période mongole qui est très connu en Iran.

7 « L’agence officieuse iranienne PARS a invité, le dimanche 6 novembre 1977, les correspondants étrangers en Iran, lorsqu’ils mentionnent le nom du Chah dans leurs dépêches, à lui donner son titre entier » (Le Monde no. 1019, 8-11-1977). C’est en conformité avec cette consigne rappelée régulièrment aux sujets iraniens et maintenant même aux étrangers, que nous citons — chaque fois que nous le pouvons — le titre du Chah en entier.

8 « En sept siècles de travail acharné, les Hollandais — écrivait Henri Goblat — ont conquis sur les marais ou sur la mer I’500.000 hectares. En trois millénaires, les Iraniens ont conquis le double sur le désert » (Annales 1963 : 510). Cité par C. Vaziri : Histoire du rôle politico-économique du pétrole en Iran (1901-1975) ; un exemple de la domination impérialiste, thèse, inédit, Ecole de Sciences sociales et politiques, Lausanne, 1977.

9 La résistance à travers des siècles de la langue, de la culture et de l’identité persanne face aux conquérants est une idée constante des auteurs iraniens, même les meilleurs (Voir notamment Bahman Niroumand 1967 : 10, 16, 21).

10 Les données sur ce sujet proviennent de Le Monde et son histoire (xvie et xviie siècles), Paris, Bordas, 1967. Elles ont été complétées par celles d’une bonne dizaine d’« histoire d’Iran » écrites en iranien.

11 Influencée par le clergé, la population a boycotté la consommation de thé (1841), des produits industriels étrangers (1844) et du tabac (1892).

12 Ce discours de Taghi-Zadeh est extrait de Nazem-al-Eslam Kermani, Tarikb Bidari Iranian (l’histoire due réveil des iraniens) (1971 : 120). L’ouvrage est en iranien.

13 Voir aussi le discours de 1907 de Taghi-Zadeh au parlement, où il cite des chiffres au sujet de cet exode (Kermani 1971 : 120 et ss).

14 Vers la fin de la première moitié du xixe siècle un mouvement de revendication paysan se manifesta sous forme d’une nouvelle religion, « Bahaiyate ». Il fut violamment réprimé par Amir Kabir, le grand ministre du roi qui inclut pourtant dans son programme de réforme la protection des paysans (Donya 1977, n. 11 : 50).

15 Ces chiffres ne comprennent pas ce qui existait avant Reza Chah (Voir Razmara, «Géographie générale». Téhéran, 1955: 96 et ss, et aussi «Géographie», par le Ministère de l'Education Nationale, Téhéran, 1957: 198).

Auteur

Université de Genève, Institut universitaire de hautes études internationales, Genève.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter