Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du territoire de l’Irak

 | 
Hassan Thuillard

Conclusion : un Etat trop « artificiel » ?

Texte intégral

1Selon une certaine vulgate de l’histoire irakienne, tous ou presque tous les problèmes et malaises territoriaux de l’Irak proviendraient de son « artificialité », résultant d’un péché originel britannique consistant en la réunion arbitraire de trois vilayets ottomans coïncidant avec trois communautés ethniques.

2Cette grille de lecture anhistorique et essentialiste des problèmes de l’Irak, bien que commode pour former en peu de temps des « experts » de la question irakienne, demande à être nuancée et corrigée. Elle fait l’objet depuis un certain temps d’une critique convaincante, notamment de la part d’un historien spécialiste de Basra, Reidar Visser, qui dénonce ses inconsistances et ses effets pervers sur les efforts exogènes de state-building subséquents à l’invasion de 2003 :

  • 1 Visser, Reidar, « Introduction », in Visser (éd.), An Iraq of Its Regions, op. cit., p. 12.

To experts in the social and political sciences who lack a background in Iraq’s local languages and religions, it is immensely expedient to portray Iraq as an artificial entity – an accidental country without any regional legacies, where only sectarian communities exist. This kind of interpretation conveniently absolves analysts of the need to read hundreds of tomes on pre-twentieth century Iraqi history (mostly in Arabic) and provides an imaginary tabula rasa onto which they can let loose their theories and comparisons in the field of ‘ethnopolitics’. It is no small coincidence that such experts and consultants from various international organisations have spearheaded the initiatives to transform Iraq into a federation based on ethnicities, not regions1.

3Visser note, qu’outre le fait que la configuration, le nombre et l’étendue des vilayets en question changeaient constamment (selon des logiques tout sauf ethniques), ceux-ci étaient, en 1914, assez loin d’être conformes à l’équation « 1 vilayet = 1 ethnie ». Bien que les Kurdes aient peut-être été majoritaires dans le vilayet de Mossoul, celui-ci était lui-même une mosaïque ethnoconfessionnelle, à l’image de l’Irak et de chacune de ses villes de quelque importance. Le vilayet de Bagdad, quant à lui, n’était pas exactement un « Sunnistan » non plus. Bien qu’il ait compris la majeure partie des territoires à prédominance arabo-sunnite, il était aussi, démographiquement et symboliquement, le plus grand vilayet chiite, dans la mesure où il comprenait à la fois la plupart des chiites d’Irak et les ‘atabāt de Najaf, Karbala, Kazimayn et Samarra. A Bagdad même, les Arabes sunnites n’étaient de loin pas une majorité absolue. Cela reste le cas aujourd’hui, et il n’est pas inutile de rappeler que la capitale compte près d’un quart de la population du pays, d’où la question de la place de cette ville dans une hypothétique partition ethnocentrée. Pour finir, le vilayet de Basra comportait une importante composante sunnite, et ne comprenait qu’une fraction des chiites d’Irak.

  • 2 Idem, p. 7-9.
  • 3 Idem, p. 8.

4D’autre part, l’idée selon laquelle l’Irak est inventé ex nihilo par la Grande-Bretagne est exagérée, sinon erronée. L’utilisation quotidienne du terme ‘irāq comme notion géographique et administrative est vérifiable dans les archives ottomanes et les chroniques locales2. Elle désigne tantôt la Mésopotamie de Basra jusqu’aux environs de Takrit, tantôt jusqu’à la région de Mossoul incluse. Par ailleurs, des précédents administratifs existent. Pendant le siècle Mamlouk et l’ère des Tanzimat par exemple, le territoire approximatif de l’Irak forme une unité administrative lâche, gravitant globalement autour de Bagdad3.

5Certes, notre étude montre assez que le territoire de l’Irak moderne est en grande partie issu des activités impériales de la Grande-Bretagne. Mais l’idée de faire naître un État sur ce territoire n’est à notre sens ni plus, ni moins extravagante qu’une myriade d’autres projets qui auraient pu se réaliser en d’autres circonstances au sortir de la Grande Guerre. La « Grande Arménie » n’aurait-elle contenu que des Arméniens, la « Grande Grèce » de Venizélos que des Grecs, et le Kurdistan que des Kurdes ? Par ailleurs, ces projets étaient-ils plus viables et, pour ainsi dire, historiquement plus fondés que celui de faire « renaître » un phénix irakien de ses cendres ?

6Nous ne nions pas les potentialités belligènes et centrifuges, si tristement réalisées, des divisions ethnoconfessionnelles. Mais nous nions la fatalité de leur réalisation, et nous rejetons l’essentialisation des « groupes ethniques », qui, dans la réalité, ne se comportent généralement pas comme des entités compactes. Pourquoi la multi-ethnicité serait-elle, spécifiquement dans le cas de l’Irak, un facteur auto-explicatif des malaises qu’il connaît, alors que personne ne penserait à prédire, par exemple, l’éclatement fatal de la Suisse sur les mêmes bases ? Parce que les frontières de l’Irak sont artificielles ? Mais existe-il seulement des frontières « naturelles » ?

7Nous espérons avoir montré, en examinant l’histoire de la formation des frontières de l’Irak moderne, que ses problèmes sont complexes et d’origines diverses. Ils ne découlent pas seulement de la réunion d’ethnies différentes et transfrontalières dans une unité étatique nouvelle. La fragmentation initiale de la société irakienne, de ses identités et de ses allégeances est une réalité. Mais pour la comprendre, il ne suffit pas d’évoquer une multi-ethnicité qui, après tout, n’est pas l’apanage de l’Irak, et qui ne rend pas fidèlement compte de la nature de la fragmentation clanique et régionale de la société de l’Irak ottoman, qui découle de sa décentralisation et de son état historique de zone-frontière plus que d’une fracture entre des blocs ethnoconfessionnels homogènes et cohésifs. La compréhension des problèmes de ce pays nécessite une approche historique empirique et profonde, et non pas un système d’analyse ad hoc et figé.

Notes

1 Visser, Reidar, « Introduction », in Visser (éd.), An Iraq of Its Regions, op. cit., p. 12.

2 Idem, p. 7-9.

3 Idem, p. 8.

Acheter