Version classiqueVersion mobile

L’ambivalence de la production

 | 
Antoine Brawand
, 
Yvonne Preiswerk
, 
Danielle Provansal
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

La seule poursuite de la richesse ne peut être le destin final de l’humanité… La dissolution de la société pourrait bien être le terme d’une entreprise qui aurait pour but et pour fin la propriété ; car une telle entreprise contient en elle-même les éléments de son autodestruction. (Morgan 1971 :641)

Les systèmes sociaux et culturels ne sont pas illogiques ; ils obéissent seulement à une logique différente de la nôtre. (Bastide 1971 :55)

1Les Cahiers ont pour but de faire connaître principalement des textes issus de l’Institut d’Études du Développement et de fournir un cadre d’expression aux expériences de terrain ou aux réflexions théoriques élaborées à l’issue de séances de séminaires, groupes de travail et missions d’évaluation. Ces recueils cherchent donc à refléter les différents domaines abordés à l’Institut et à s’ouvrir sur des projets aussi divers que la théorie du développement, la pratique des recherches sur le terrain, l’étude des rapports des dépendance ou de domination, les problèmes majeurs de l’économie du développement ou l’analyse critique en anthropologie économique. Ils s’efforcent donc de susciter d’une manière plus systématique la recherche créatrice et aussi d’envisager le dialogue, voire la confrontation.

2Chaque recueil est conçu dans une optique d’unité, autour d’un thème ou d’un espace commun.

3Comme son titre l’indique fort bien, ce troisième ouvrage se place sous le signe de l’ambivalence. Il ne faut pas conférer à ce terme une connotation péjorative mais plutôt le comprendre de manière nuancée, comme possibilité multiple, mouvance d’un réel aux mille facettes, pratique aux frontières indéfinies, mêlant, dans l’élan de sa propre création, respect des rites collectifs et émergence de l’inédit, du spontané. C’est justement pour illustrer cet aspect double de la production, débordant de la stricte finalité utilitaire, que les auteurs ont voulu d’emblée commencer par le terrain ; il leur fallait restituer, sans les détruire, ces entités sociales où rien n’est jamais définitivement canalisé ni articulé sur un but unique : les formations communautaires qu’ils nous présentent dans la partie pratique s’organisent en fonction de logiques diverses et spécifiques.

4Gérald Berthoud a choisi une approche génétique pour expliquer le processus d’appauvrissement matériel et social de l’ethnie Ganawuri et la dissolution de l’organisation communautaire, notamment à travers le procès matrimonial.

5Fabrizio Sabelli cherche à montrer que les Dagari du Ghana pratiquent des formes d’entraide agricole, institutionnalisées ou spontanées, qui s’imbriquent dans un vécu social fécond et en révèlent en filigrane le contenu autogestionnaire.

6Ce n’est qu’à l’issue de cette observation concrète qu’ils nous livrent leurs éléments de réflexion. Ils dégagent un certain nombre de modèles théoriques permettant de saisir en profondeur une étrange logique univoque, sans relief, efficace à souhait, la nôtre. Leur approche méthodologique, originale, opère a contrasta ou, comme ils l’appellent par la technique de « l’éclairage en retour ». Le couple consommation/destruction caractéristique du procès de production capitaliste surgit dans toute sa pauvreté et limitation conceptuelle, face à la richesse des rapports sociaux communautaires, qui allient consumation, pratiques ostentatoires et échange symbolique. De même au procès d’accumulation et de gaspillage s’opposent les anti-productions, véritable logique de la négation. Qu’est-ce donc que cette ambivalence sinon une dialectique du qualitatif et du quantitatif ?

7Person, dans ses commentaires, ranime le débat de l’autogestion et se sert du cas français pour affirmer qu’il est possible de briser les règles du jeu occidental en favorisant toutes les tentatives marginales, à la lisière des états centralisateurs. Quant à Busino, son intervention nous replace au coeur de la problématique anthropologique. Par les réserves épistémologiques qu’il formule, il précise et approfondit le choix anti-économique des auteurs et conclut sur une interrogation pathétique : l’anthropologie, dit-il en paraphrasant Proust, « tristement tendre, céleste et désenchantée » peut-elle échapper à la rationalisation bureaucratique ?

8L’ensemble de cet ouvrage nous laisse sur une inquiétude. C’est à dessein. Son intention est plus de soulever une polémique, à partir du tissu social vivant, qu’à reproduire un objet scientifique inerte.

9L’équipe des Cahiers

10Décembre 1975

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search