Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du territoire de l’Irak

 | 
Hassan Thuillard

4. La difficile naissance de l’état-nation irakien

Texte intégral

  • 1 Wardi, Ali, Lamaḥāt ijtimāiyya min tārīkh al-irāq al-ḥadīth, op. cit., vol. 1, p. 21. Cette densi (...)

1L’État irakien naît dans des conditions très difficiles, tant sur le plan interne qu’externe. A la frange des grands empires, l’Irak a, depuis bien longtemps, cessé d’être une source majeure de pouvoir. Malgré ses potentialités agricoles immenses maintes fois prouvées, l’instabilité, l’insécurité et le délaissement qui y prévalent depuis des siècles en ont fait une terre relativement dépeuplée, de transhumance plus que d’agriculture. Selon Ali Wardi, il se pourrait que la Bagdad abbasside ait compté autant d’habitants que tout l’Irak ottoman au milieu du xixe siècle1 !

2La résurrection par les Britanniques de l’Irak comme centre de pouvoir politique important est un bouleversement de taille, qui ne va pas sans résistances de la part de certaines puissances voisines, qui accueillent avec scepticisme, dédain et amertume l’émergence de ce nouveau venu politique qui leur fait l’effet, pour ainsi dire, d’un génie sorti d’une théière anglaise.

  • 2 Edmonds, C. J. « The Iraqi-Persian frontier: 1639–1938 ». Asian Affairs, vol. 6, no 2 (1975), p. 15 (...)
  • 3 D’autant que l’arrangement de 1913 n’a pas été ratifié par le Madjlis.

3Comme l’exprime J. C. Edmonds, « la Perse a la mémoire très longue2 ». De son point de vue, la chute de l’Empire ottoman est l’occasion de « récupérer » ses domaines historiques, qu’une très longue « parenthèse » du destin lui a fait perdre. L’Iran n’a jamais signé qu’à contrecœur les traités de frontière successifs avec la Porte, comme la reconnaissance d’un rapport de force irréfutable. Or, ces concessions à la puissance ottomane ne se justifient plus pour la Perse dès lors que son adversaire séculaire a disparu3. Mais à la place de pouvoir en tirer des conséquences territoriales, elle se voit obligée de reconnaître le maintien de la limite de 1913, en même temps que la Turquie kémaliste lui impose une modification de cet arrangement sur sa portion turco-iranienne. De plus, l’Irak, qui n’était qu’un territoire relativement périphérique de l’Empire ottoman, devient le domaine précieux et jalousement gardé d’un état-nation-territoire, doté à ce titre de prétentions de contrôle inédites sur son assiette territoriale, et bien naturellement décidé à transcender son état historique de zone-frontière perméable aux influences étrangères (ou définies comme telles). Les Iraniens d’Irak perdent leurs privilèges judiciaires, et nombre d’entre eux sont expulsés comme étrangers, phénomène qui perdure tout au long du siècle avec plus ou moins d’intensité. Par ailleurs, la « nationalisation » de l’Irak s’accompagne d’une certaine mise sous contrôle du clergé chiite et des ‘atabāt par un État soucieux de se prémunir contre l’immense ascendance morale et potentiellement politique des clercs.

  • 4 Tucker, Ernest, « Iraq. The Pahlavi Period », Encyclopaedia Iranica Online (28 novembre 2006), http (...)

4Ces développements ne plaisent pas à l’Iran, eu égard au caractère transfrontalier de la marjaiyya et à l’importance des villes saintes pour la légitimité de l’État. C’est avec amertume que celui-ci se voit non seulement obligé de se satisfaire du statu quo frontalier, mais encore privé de ses privilèges et d’une bonne partie de son influence traditionnelle en Irak au profit d’un nouvel État arabe qu’il juge, pour ainsi dire, historiquement illégitime. Cet état de fait est d’autant plus mal vécu par l’Iran que la Grande-Bretagne, son encombrant « voisin du sud », devient aussi, par sa présence en Irak, son voisin de l’ouest. La Perse ne reconnaîtra l’Irak qu’en 1929 face à l’insistance de la Grande-Bretagne et à une promesse (non tenue) de soutien dans la rectification de sa frontière4. Dans une large mesure, les deux pays héritent des problèmes chroniques de la frontière ottomano-persane, envenimés qui plus est par la découverte progressive de gisements d’hydrocarbures.

5Au sud de l’Irak, seule la présence britannique dissuade Ibn Saoud d’étendre ses domaines en Irak, et ses Ikhwān d’y mener leurs razzias. Comme l’Iran, c’est aussi avec une certaine contrariété que le roi du Nadjd et du Hedjaz voit naître l’Irak moderne, dirigé en plus par une famille rivale, les Hachémites.

6Au nord, la morphogenèse de l’état irakien se fait aux dépens d’un territoire compris dans le Pacte national des Kémalistes. La perte de Mossoul ne va pas sans susciter une certaine rancœur qui dure jusqu’à aujourd’hui, même si la peur de perdre son Kurdistan incite la Turquie à s’en tenir au dogme de l’immuabilité des frontières.

7Mais les résistances ne sont pas qu’exogènes. A l’intérieur, le gouvernement peine à faire accepter les réalités de l’État centralisateur à une population en partie nomade et accoutumée à une certaine liberté de mouvements et d’allégeances caractéristique des zones-frontières.

8Face à des voisins plus ou moins menaçants et territorialement révisionnistes, l’État irakien embryonnaire, mal enraciné dans une société fragmentée d’à peine deux millions et demi d’habitants, fait bien pâle figure. Pour la défense de ses frontières et le maintien de l’ordre interne, il est entièrement dépendant d’une aide britannique appelée à s’estomper un jour. Pour sortir de cette lourde dépendance sécuritaire, l’Irak cherche à se renforcer à tout prix.

9Or, l’État irakien est aussi, comme certains de ses voisins, insatisfait de ses frontières et de son assiette territoriale. Durant son histoire mouvementée, et ce bien avant l’avènement de la junte ba‘thiste, l’Irak met tout en œuvre pour se sortir de son carcan territorial et de son insécurité structurelle.

10Le malaise territorial principal de l’Irak est lié à son quasi-enclavement, qui le rend dépendant du bon vouloir de ses voisins pour ses échanges internationaux, mais aussi pour son approvisionnement en eau. L’Euphrate et le Tigre prennent tous deux leur source en Turquie. Avant d’atteindre l’Irak, le premier passe encore par la Syrie, tandis que le débit du second dépend beaucoup de ses nombreux affluents iraniens. Une échappatoire possible à ces problèmes réside dans l’argent du pétrole, qui, à défaut d’un bon climat de coopération national et régional, paraît seul pouvoir permettre à l’Irak de compenser sa faiblesse numérique, géostratégique et interne. La militarisation pétro-financée est un moyen pour cet État de mieux contrôler son grand territoire et de dissuader ses voisins d’exploiter ses faiblesses potentielles principales, à savoir, la question kurde, la question de la marjaiyya transnationale chiite, la question de l’eau, et celle de ses voies d’échange avec l’économie mondiale, qui traversent toutes, sauf une, le territoire d’un voisin. Or, la sécurité du Chatt al-Arab, qui fait office de frontière (contentieuse) entre l’Iran et l’Irak, laisse à désirer. Mais quand bien même les deux rives de cette voie d’eau seraient irakiennes, l’Iran posséderait toujours un avantage dans le Golfe en tant que riverain du détroit d’Hormuz.

11Pour sa sécurité, et pour atténuer les conséquences de son enclavement par le développement de son pouvoir militaire, l’Irak doit pouvoir exporter son pétrole en toute sûreté. Or, il ne dispose, comme accès souverain à la mer, que de la mince et très exposée péninsule de Fao, délimitée de part et d’autre par des voies d’eau faisant office de frontières avec l’Iran et le Koweït. Cette côte de quelques kilomètres est très peu à même de fournir la base maritime désirée par l’Irak pour projeter sa puissance sur le golfe Persique, tenir tête à ses voisins et garantir son accès à l’océan.

12La volonté de redresser l’injustice historique perçue dans la non-inclusion du qaḍā’ ottoman du Koweït au mandat, puis à l’État irakien est omniprésente. Aux dirigeants de Bagdad, le petit émirat fait aussi l’effet d’un bouchon dans son goulot d’accès au Golfe Persique. Les régimes irakiens successifs ont tout essayé pour modifier cet état de fait, du phagocytage pur et simple (empêché en 1961 par un contingent britannique, mis en œuvre brièvement en 1990), aux négociations visant la rectification de la frontière, aux demandes de location à bail des îles stratégiques de Warba et Bubiyan, commandant l’accès à la mer du Khor Abdallah, alternative possible au dangereux Chatt al-Arab.

  • 5 Davis, Eric, Memories of State: Politics, History, and Collective Identity in Modern Iraq, Berkeley (...)

13Les difficultés territoriales de l’Irak et sa volonté de transcender ou de modifier ses frontières se manifestent aussi par un panarabisme qu’Eric Davis estime, à l’époque ba‘thiste du moins, plus « strident » que celui de nul autre État arabe5. Basé implicitement ou explicitement sur la fiction d’une reprise du flambeau abbasside, le panarabisme irakien assigne un rôle spécial à Bagdad dans le monde arabe, qui se traduit à plusieurs occasions par des projets concrets d’unions centrés sur l’Irak, mais aussi par des projets d’annexion dans la région du golfe. L’irrédentisme de l’Irak au Koweït et son soutien aux séparatistes arabes du Khuzestan ne peuvent être considérés tout à fait séparément de sa volonté d’améliorer son accès au Golfe (tout en démultipliant sa production pétrolière). De même, l’union égypto-syrienne, parce qu’elle s’est réalisée, a eu tendance à éclipser les autres projets d’unions arabes. Mais il ne faut pas oublier que c’est en partie pour échapper au projet de « Croissant fertile » irakien que les dirigeants syriens, en grande difficulté, se résolvent à solliciter l’union avec l’Égypte nassérienne en 1958. Un document britannique de 1955 témoigne des visées de la monarchie irakienne sur la Syrie, qu’elle ambitionne de satelliser à l’effet de garantir « pour toujours » son accès à la Méditerranée :

  • 6 « Top Secret Foreign Office Memorandum by Mr. G. Arthur, 10 October 1955, “Iraq and Syria: the Fert (...)

[The] idea seems to be that the Iraqi army should march into Syria and occupy the country until a plebiscite could be held to give the choice of complete union, a looser form of association under a single crown, or some kind of federation or permanent contractual relationship which would ensure that Syria was forever friendly to Iraq. It would be noted that all Nuri’s initiatives imply the partial or complete extinction of Syria’s independence6.

14Même lorsque le panarabisme de l’Irak n’implique pas des annexions stricto sensu, il dénote une volonté de transcender ses réalités territoriales et son enclavement géographique par une ascendance dans le monde arabe. Mais cette volonté de puissance et de leadership se heurte à la résistance ferme des autres États arabes, dont la Syrie, qui n’entend pas se laisser satelliser. Avec leur inimitié croissante s’estompe tout espoir irakien d’améliorer son sort stratégique par un accès sûr à la méditerranée pour son pétrole. Or, tous ces problèmes sont interconnectés. Une impossibilité d’améliorer ses débouchés à l’ouest se répercute sur la question du Golfe, et inversement.

  • 7 Selon Philippe Rondot, l’Irak et le Khuzestan réunis pourraient concurrencer l’Arabie Saoudite en t (...)

15Un statu quo relatif est maintenu dans le Golfe par la présence militaire de la Grande-Bretagne pendant plusieurs décennies. Cependant l’annonce du départ britannique de l’est de Suez en 1968 laisse face à face les puissances rivales du golfe Persique. Le Koweït devient un objectif plus tangible pour Bagdad, et la compétition est âpre entre l’Iran et l’Irak, ce dernier peinant à suivre la course à l’armement face aux acquisitions massives du Shah. Au-delà de l’antipathie souvent mentionnée de Saddam Hussein pour la République islamique et sa crainte d’une contagion révolutionnaire, l’État irakien voit peut-être surtout dans le désordre iranien de 1979 l’opportunité inespérée d’une action décisive susceptible d’inverser le déséquilibre des forces en sa faveur et, si possible, d’élargir son littoral et sa production pétrolière en « libérant » les Arabes du Khuzestan iranien7. Face à la résistance iranienne, ce coup de force se solde par l’échec que l’on sait. Deux ans seulement après la fin de cette guerre meurtrière et stérile, l’Irak tente sa chance du côté du Koweït.

Notes

1 Wardi, Ali, Lamaḥāt ijtimāiyya min tārīkh al-irāq al-ḥadīth, op. cit., vol. 1, p. 21. Cette densité démographique contraste fortement avec celle de la vallée du Nil. L’Egypte compte presque 10 millions d’habitants à la fin du xixe siècle (Nassif, E. « L'Egypte est-elle surpeuplée ? », Population, vol. 5, no 3 (1950), p. 513).

2 Edmonds, C. J. « The Iraqi-Persian frontier: 1639–1938 ». Asian Affairs, vol. 6, no 2 (1975), p. 151, http://www.informaworld.com/10.1080/03068377508729752.

3 D’autant que l’arrangement de 1913 n’a pas été ratifié par le Madjlis.

4 Tucker, Ernest, « Iraq. The Pahlavi Period », Encyclopaedia Iranica Online (28 novembre 2006), http://www.iranicaonline.org.

5 Davis, Eric, Memories of State: Politics, History, and Collective Identity in Modern Iraq, Berkeley, University of California Press, 2005, p. 9.

6 « Top Secret Foreign Office Memorandum by Mr. G. Arthur, 10 October 1955, “Iraq and Syria: the Fertile Crescent” », in Priestland, Jane (éd.), Records of Syria, 1918-1973, Slough, Archive Editions, 2005, vol. 11: 1952-1955, p. 601-609.

7 Selon Philippe Rondot, l’Irak et le Khuzestan réunis pourraient concurrencer l’Arabie Saoudite en termes de production pétrolière, puisque le Khuzestan abrite 90 % des gisements iraniens. Rondot, Philippe, « La guerre du Chatt al-Arab : les raisons de l’Irak », Politique étrangère, vol. 45, no 4 (1980), p. 871 ss., http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1980_num_45_4_3004.

Acheter