Version classiqueVersion mobile

La naissance du territoire de l’Irak

 | 
Hassan Thuillard

3. Du débarquement de Basra à la formation de l’État irakien

Texte intégral

3.1. Vers la définition des objectifs de guerre britanniques au Moyen-Orient

“Commercial and strategic considerations […] combine to make the Committee regard the vilayets of Basra, Bagdad, and the greater part of Mosul as the area of greatest interest to Great-Britain in the event of a partition of Turkey. There remains the question of communication between that area and the outside world.”

  • 1 Rapport de Bunsen, in Hurewitz, J.C., The Middle East and North Africa in World Politics: A Documen (...)

Rapport De Bunsen, 19151

  • 2 Assistant Undersecretary of State for Foreign Affairs.
  • 3 Ibid.
  • 4 La faiblesse de l’Homme malade lui permet d’en obtenir les capitulations nécessaires au développeme (...)

1Suite à l’entrée en guerre de la Porte auprès des Puissances centrales, la Grande-Bretagne ne peut pas rester inactive devant la menace pesant sur le centre stratégique de son empire, son « Moyen-Orient ». Une intervention militaire s’impose donc. Mais qu’adviendra-t-il de l’Empire ottoman à la fin de la guerre ? En 1915, un comité interministériel d’experts est constitué sous la direction de Sir De Bunsen2 pour recommander une ligne de conduite face à la question d’Orient. L’abandon de la politique séculaire de maintien de l’Empire ottoman n’y est envisagé qu’en tant que solution extrême, à éviter dans la mesure du possible3. Un siècle durant, elle a fidèlement servi la Grande-Bretagne4.

  • 5 The Committee [...] have in mind [...] the necessity of maintaining a just relation between the pr (...)
  • 6 Idem, p. 31. “We require […] a frontier where an enemy’s advance can be delayed until the arrival o (...)

2La politique préconisée par le rapport De Bunsen est le maintien de l’Empire ottoman sous une forme plus décentralisée. Néanmoins, son but étant de prévoir une ligne de conduite pour chaque cas de figure, il envisage aussi sa partition. Dans un tel cas, les territoires devant être revendiqués en priorité par Londres seraient, sans surprise, une bande de territoire reliant la Méditerranée orientale au golfe Persique et à la Perse méridionale sous influence britannique, elle-même reliée à l’Inde. Dans la région qui nous concerne, le rapport définit le vilayet de Basra comme hautement prioritaire. Mais s’il insiste sur l’importance de ne pas étendre plus que du strict nécessaire les responsabilités militaires et financières d’un Empire britannique déjà très vaste, il juge la zone de Basra indéfendable en elle-même et économiquement trop peu à même de pourvoir à ses propres frais de défense5. Un vide de puissance dans les vilayets de Bagdad et Mossoul aurait tôt fait d’engendrer leur occupation à terme par la France ou la Russie. Il recommande donc l’extension du dominion envisagé jusqu’au nord de Mossoul, pour lui donner un arrière-pays riche, les ressources pétrolières du nord, le contrôle du cours supérieur du Tigre nécessaire à son développement agricole, et une frontière défendable sur le Taurus6. Bien exploité, le potentiel économique latent d’un tel dominion pourrait non seulement payer pour sa propre défense, mais encore être fort rentable pour la métropole.

3La zone d’influence idéale envisagée en Irak comprendrait donc les trois vilayets de Basra, Bagdad et Mossoul.

  • 7 La possibilité de faire miroiter à ses alliés des gains territoriaux aux dépens de la Porte est un (...)

4Malgré une réticence certaine à abandonner la doctrine du maintien de l’Empire ottoman, les développements de la guerre font rapidement paraître sa partition comme fatale et utile à la cause alliée7. Par ailleurs, l’Angleterre, qui est le principal belligérant de l’Entente dans l’Empire ottoman, doit rassurer ses alliés quant à l’avenir des territoires qu’elle pourrait occuper. Pour éviter que la question d’Orient ne nuise à la cohésion de l’alliance, un arrangement est nécessaire, d’autant que chaque Britannique affecté au Moyen-Orient est un soldat en moins sur les fronts d’Europe occidentale. Pour faire accepter à Paris un tel détournement des efforts alliés du front franco-allemand, Londres doit lui promettre un morceau de choix de l’Empire ottoman.

5C’est dans ce contexte qu’est négociée, en 1916, la série d’arrangements territoriaux entre l’Angleterre, la France, la Russie et l’Italie, comprenant le célèbre accord Sykes-Picot. En comparant les objectifs territoriaux formulés dans le rapport De Bunsen en 1915 avec ce document, on constate que la région de Mossoul a été « cédée » à la France. Pourquoi ?

  • 8 Kent, Marian. Oil and Empire: British policy and Mesopotamian oil, 1900-1920, New York, Barnes & No (...)

6La raison en est double. Premièrement, la Grande-Bretagne doit, comme nous l’avons dit, obtenir l’assentiment de la France pour dégarnir les fronts occidentaux. Deuxièmement, la décision est influencée par le War Office, qui est d’opinion que l’Angleterre serait bien avisée d’introduire une zone tampon française entre sa zone d’influence et celle de la Russie.8

7Cependant, le déroulement des opérations militaires et les évènements subséquents vont en décider autrement. L’occupation effective des territoires de l’Empire ottoman par les troupes britanniques va aider Londres à corriger à son profit les promesses faites dans cet arrangement de plus en plus souvent décrit comme « malencontreux ».

3.2. De Basra à Mossoul : Drang nach Norden

8Les campagnes militaires ont souvent leurs dynamiques propres. En novembre 1914, un contingent indien débarque à Basra avec pour ordre la sécurisation de cette région stratégique et contiguë aux exploitations pétrolières de l’Anglo-Persian Oil Company. Ce mouvement n’est pas conçu comme une offensive décisive contre l’Empire ottoman, qu’il est prévu de faire capituler par une attaque directe de sa capitale. Néanmoins, encouragé par ses succès, le « Corps expéditionnaire mésopotamien » avance toujours davantage vers le nord, allant jusqu’aux environs de Bagdad un an après son débarquement. Mais le tournant de l’année 1915 se révèle catastrophique pour la Grande-Bretagne et ses alliés en Orient. La terrible débâcle de l’offensive « décisive » des Alliés dans les Dardanelles révèle un Empire ottoman plus coriace que prévu, tandis qu’en novembre, une puissante contre-attaque oblige le Corps expéditionnaire mésopotamien à reculer jusqu’à Kūt al-‘Amāra, où, après quatre mois de siège, il se rend aux Ottomans.

  • 9 The Persian Gulf Historical Summaries, 1907-1953, London, Archive Editions, 1987 (1928), vol. 1, p. (...)
  • 10 Ibid.

9Les Britanniques se retrouvent pour un temps sur la défensive en Orient et voient leur position en Perse menacée par l’intrusion de forces ottomanes et d’agents allemands par la route traditionnelle d’invasion mutuelle Bagdad-Kermanchah. L’échec de Gallipoli, couplé au danger germano-ottoman en Perse et à des considérations de prestige, convainc la Grande-Bretagne de l’opportunité de miser sur un renforcement de son offensive mésopotamienne9. En mars 1917, Bagdad tombe aux mains des troupes indo-anglaises. Comme prévu, la déroute des Ottomans met un terme à leurs activités en Perse10.

  • 11 Le Général Maude meurt du cholera en novembre 1917.
  • 12 30 Octobre 1918.

10Tandis que les défaites ottomanes en Syrie font naître la certitude d’une fin proche à la guerre au Moyen-Orient, le Général Marshall, sur la lancée de son prédécesseur11, occupe le maximum de territoires vers le nord de Bagdad, dans l’idée d’en faire autant d’arguments dans un règlement de paix. Au jour de l’armistice de Moudros12, il se trouve aux portes de Mossoul.

  • 13 Lord Curzon dira plus tard : “The allied cause floated to victory upon a wave of oil”. Cité dans Ma (...)
  • 14 Yergin, op. cit., p. 194 ss. Certains rapports américains prédisent l’épuisement des ressources du (...)

11Depuis la signature de la convention Sykes-Picot, des voix s’élèvent à Whitehall contre l’attribution de Mossoul à la France. À mesure que la guerre avance, la révision de cet arrangement insatisfaisant devient un objectif clair du cabinet. D’une part, l’introduction d’une bande de territoire français entre les zones britannique et russe perd son sens après l’écroulement de l’Empire russe. D’autre part l’importance croissante du pétrole dans la guerre, soulignée par les pénuries de 1917, augmente celle des gisements du vilayet en question13. L’Empire britannique dépend trop étroitement des États-Unis pour son approvisionnement. Or, certains rapports alarmants (et erronés) prévoient l’épuisement proche des ressources américaines14.

12Les partisans de l’inclusion de Mossoul à la sphère britannique, au premier rang desquels figure l’Amirauté britannique, encouragent une occupation militaire du vilayet avant les négociations de la paix.

13Au premier ministre Lloyd George, qui avance qu’une occupation pétro-motivée de Mossoul serait trop « impérialiste » pour le président Wilson, ils rétorquent qu’elle pourrait être justifiée en termes de développement et de viabilité d’un futur État mésopotamien libéré du « joug » turc :

  • 15 Lettre de M.P.A. Hankey à Lord Balfour, 12 août 1918. Records of Iraq, vol. I, op. cit., p. 696.

[…] I suppose it will shock President Wilson and some of our Allies. […] The question I ask, therefore, is as to whether it is not of great importance to push forward in Mesopotamia […] as far as is necessary to secure a proper supply of water. Incidentally this would give us most of the oil-bearing regions.15

14A Londres, les partisans de l’occupation de Mossoul finissent par l’emporter. Pour reprendre les mots d’A. T. Wilson, a bird in the military hand [is] worth many in the thorny thickets of diplomacy.

15Quelques jours après la signature de l’Armistice, le War Office donne l’ordre de prendre la ville, ce dont A. T. Wilson se félicite en ces termes :

From our local point of view everything turned on the meaning of the word “Mesopotamia”, which was not in […] use in Turkey: was it open to us, under the Armistice, to regard Mosul and the Mosul wilayat as forming part of “Mesopotamia”? […] it was, however, soon settled, so far as we were immediately concerned, by the terms of the instructions received from the War Office. […]

  • 16 Wilson, Arnold Talbot, Mesopotamia, 1917-1920: A Clash of Loyalties, A Personal and Historical Reco (...)

Thanks to General Marshall we had established, de facto, the principle that the Mosul wilayat is part of ‘Iraq […]. General Marshall […] laid the foundation stone of the future state of ‘Iraq.16

3.3. La formation des frontières de la nation

16Après le temps des batailles vient celui de la détermination des limites des territoires occupés qui, avec la création de la Société des Nations, vont devenir des mandats. a la fin de la guerre, la nature exacte de la configuration des zones d’influence, et donc les limites futures de l’Irak britannique, restent en partie floues.

17Certes, certains repères existent. Les limites des vilayets ottomans par exemple. Mais leur imprécision est trop grande pour que leur tracé soit simplement adopté. En l’absence de repères notables, le désert fait souvent office de limite à l’ouest. L’accord Sykes-Picot est aussi une base possible, bien que peu précise, pour un arrangement frontalier franco-anglais en Asie mineure. Mais la Grande-Bretagne souhaite le réviser pour obtenir Mossoul et la Palestine, ce qui entraine la réouverture du dossier français et des complications avec la Turquie. Du côté de l’est, la frontière ottomano-persane offre une limite toute faite entre l’Iran et l’Irak. Mais Téhéran ne reconnaît ni sa validité, ni la légitimité de l’État irakien. Au sud, la frontière désertique avec les domaines du très ambitieux Ibn Saoud reste à déterminer entièrement, tandis que la position anglaise au Koweït repose sur des bases légales chancelantes.

18La Grande-Bretagne a donc encore beaucoup à faire pour délimiter et faire accepter, par la force et la diplomatie, les frontières qu’elle juge adéquates pour cette entité politique, qui passe de l’état de zone-frontière ottomane à celui d’État-nation.

3.3.1. Avec l’Iran

  • 17 Opinion d’A.T. Wilson. « Memorandum on External Frontiers and Internal Boundaries of Iraq », 22 jan (...)

Several adjustments might be suggested, having their object the improvement of the frontier by making it follow a less arbitrary line than that selected by the [1913] Commission […]. But it is probable that any alteration would involve a net loss of territory for Iraq and there is little to be gained by reopening the question.17

  • 18 La frontière ottomano-persane mesurait plus de 2000 km, dont ~ 1500 km avec le territoire de l’Irak (...)
  • 19 Premier mémorandum des desiderata de la Perse, présenté par la délégation persane à la Conférence d (...)

19La frontière ottomano-persane est, pour ainsi dire, trop belle pour ne pas être imposée par la Grande-Bretagne comme limite orientale de l’Irak. Rappelons-le, Londres a passé soixante-dix ans et dépensé des sommes considérables à la déterminer. On comprend dès lors sa réticence à revenir sur ces 1500 kilomètres18, presque entièrement contestés par la Perse à la conférence de Paris, où ses délégués plaident pour sa « rectification » si possible jusqu’au Tigre, voir jusqu’à l’Euphrate19. Par ailleurs, l’Angleterre n’a rien à gagner à l’extension des domaines du Shah aux dépens de son mandat irakien, qu’elle contrôle encore directement. La frontière de 1913 sera donc adoptée telle quelle, malgré les protestations persanes, basées sur la non-ratification du traité par le Majlis et le principe juridique du changement radical des circonstances.

3.3.2. Avec le Nadjd-Hedjaz et la Jordanie

20L’État irakien est initié dans le contexte de la montée en puissance d’Ibn Saoud qui, depuis 1902, va de conquête en conquête. En 1924, il prend le Hedjaz au Sharif Hussein et forme le royaume qui deviendra officiellement, en 1932, l’Arabie saoudite. La définition des frontières méridionales de l’Irak et de la Transjordanie procède du souci anglais de contenir l’expansion vers le nord d’Ibn Saoud, qui cache mal ses ambitions en Irak, comme en témoigne ce rapport de 1920 :

  • 20 Rapport de Percy Cox sur la position d’Ibn Saoud face à l’Irak, 10 octobre 1920. Records of Iraq, o (...)

[Ibn Saud] reiterated that he has no designs against Mesopotamia or any other neighbourhood, but he added it was unthinkable that Great Britain should leave the people of Mesopotamia to govern themselves without supervision, and if we did take such a course and evacuated Mesopotamia […] he would then regard [the] country as fair game.20

21En reliant l’Irak à la Transjordanie, l’Angleterre sécurise une bande de terre continue sous mandat britannique entre la Méditerranée et le golfe Persique. En même temps, elle dresse une barrière septentrionale à l’expansionnisme saoudien.

22Cette limite prend forme dans les traités de Muḥammara (5 mai 1922), de ‘Uqayr (2 décembre 1922) et de Hadda (2 novembre 1925), tandis que les bombardements de la Royal Air Force viennent occasionnellement donner une certaine consistance à cette longue frontière désertique, et prouver aux Ikhwān trop téméraires l’existence de la nouvelle entité politique irakienne.

3.3.3. Avec la Syrie

23La frontière syro-irakienne désertique ne présente qu’un intérêt marginal pour l’Angleterre et la France. En décembre 1920, un accord est signé pour régler temporairement la limite entre les deux mandats, selon les grandes lignes (droites) dessinées dans l’accord Sykes-Picot. En 1932, pour que la candidature irakienne puisse être acceptée par la Société des Nations, la frontière est délimitée précisément par une commission conjointe sous l’égide de la SDN. Elle reproduit, dans les grandes lignes, l’accord précédent, prenant cependant ostensiblement en compte des aires de transhumance bédouines. La frontière n’en demeure pas moins très proche de celle prévue par les accords impérialistes initiaux, et coupe en deux la région intégrée de la Djazira.

3.3.4. Avec le Koweït

24Qu’est-ce que le Koweït à la fin de la guerre ? Même si l’Empire ottoman n’y exerçait aucune autorité de facto, il est de jure un qaḍā’ du vilayet ottoman de Basra. En tant que tel, son sort n’aurait-il pas dû être réglé comme celui du reste des territoires ennemis occupés, par les puissances alliées, et n’aurait-il pas dû être placé sous un mandat de la Société des Nations ?

25Pourquoi n’avoir pas fusionné le Koweït au mandat irakien ou, à la rigueur, institué un mandat spécial pour ce territoire ? Durant les années 1920, la question du statut du Koweït fait l’objet d’un débat dans l’administration britannique. D’un côté, la menace représentée par l’expansionnisme wahhabite plaide en faveur d’une fusion des deux entités en un bloc plus solide sous administration britannique, qui aurait pour avantage supplémentaire de générer des économies d’échelle administratives.

26Cependant, une telle politique aurait introduit un droit de regard indésirable de la Société des Nations dans les affaires koweïtiennes. La Grande-Bretagne préfèrera finalement maintenir un régime de contrôle séparé et plus exclusif :

  • 21 Lettre de Sir Lionel Haworth au Colonial Office, 14 avril 1928, in The Persian Gulf Historical Summ (...)

It must be an essential part of our policy that Kuwait should be kept apart from Iraq […] It is […] perhaps the natural development that Koweit should draw close to Iraq while we are there, but we do not desire her to get so close that, with the development of time, he would be left there when we leave in spite of our wishes […] Koweit should be trained to look to His Majesty’s Government and India alone and not to a country under our Mandat21.

27Le maintien d’un Koweït séparé aurait pour autre avantage de ne pas imposer de limite temporelle au contrôle britannique :

  • 22 Idem., p. 85.

The desirability […] of securing that the Sheikh [of Kuwait] shall not escape absorption by Ibn Saud only to end by absorption in an Iraq no longer under British mandate […] cannot be overlooked in considering the general policy to be adopted […] by His Majesty's Government22.

28Bien qu’un tel régime spécial n’ait eu aucune base légale solide, la discrétion de Londres à propos du statut du Koweït lui permettra de le maintenir en dehors du système des mandats, et de faire comme si son existence séparée allait de soi. La politique de discrétion adoptée est très bien exprimée dans le mémorandum suivant :

  • 23 A. F. Morley (Political Department, India Office), 7 mai 1932, cité dans Finnie, David H., Shifting (...)

It has consistently been the policy of this Office not to interest the League of Nations in our position in the Gulf, and it may be thought unwise to attract attention to our relation with Kuwait, which are, apart from the agreement of 1899, not based on a formal treaty, but rest on our letter to the Shaikh of [November 3] 1914… and our not very clearly defined undertaking in 1899, to support him and accord him our “good offices”23.

29Avant de soutenir la candidature de l’Irak à l’adhésion à la Société des Nations, l’Angleterre va œuvrer à définir sa frontière avec le Koweït, sans pourtant conclure de nouveaux arrangements quant à son statut juridique, qui auraient attiré l’attention de la communauté internationale.

  • 24 « Mesopotamia: Report by Sir Erle Richards for the Peace Conference, submitted to Lord Curzon », ja (...)

30La ligne verte définie par la convention non ratifiée de 1913 est adoptée en 1923 par un échange de lettres comme frontière du Koweït, incluant les îles stratégiques précitées. En 1932, Londres organise une nouvelle correspondance entre les autorités irakiennes et le Cheikh du Koweït, pour confirmer ce même arrangement territorial non plus entre le Cheikh et le haut-commissaire britannique, mais entre deux entités « locales »24.

31Cette politique de discrétion sur le statut du petit émirat permettra à l’Angleterre de présenter et de régler l’affaire du Koweït comme un simple problème de frontières, sans que la question irrésolue de sa souveraineté ne soit posée devant la Société des Nations.

32Ainsi est né le Koweït moderne, et avec lui l’une des frontières les plus problématiques de l’Irak.

3.3.5. Avec la Turquie

  • 25 « Note prepared by Middle East Department, Colonial Office, by the Instructions of the Committee, t (...)

What is relevant in the present purpose is the desirability of keeping within the British sphere of influence what may prove to be one of the most important oil-fields of the future25.

33La question de Mossoul est sans doute le problème le plus épineux que la Grande-Bretagne doit résoudre en matière de frontières irakiennes.

  • 26 La position de la France à la conférence de paix est relativement fragile. Clémenceau est enclin à (...)
  • 27 L’accord pétrolier du 24 avril 1920 est disponible dans Hurewitz, J. C. The Middle East and North A (...)

34La première résistance à aplanir est celle de la France. Au sortir de la guerre, l’Angleterre se trouve dans une posture militaire très avantageuse au Moyen-Orient, si bien que Lloyd George se sent en mesure de réviser radicalement l’accord Sykes-Picot au profit de son pays26. Après le règlement de la question syrienne entre les deux alliés, précipité par la soudaine proclamation d’indépendance du gouvernement arabe de Faysal, le différend autour de Mossoul finit par être résolu par un accord finalisé à la conférence de San Remo27. Celui-ci attribue à la France un quart des parts dans la future exploitation du pétrole irakien. Elle parvient de la sorte à la « consoler » de la perte de Mossoul.

35Mais le contentieux avec la Turquie demeure, dès lors que le traité de Sèvres qui prévoyait une frontière irakienne suivant la limite septentrionale du vilayet de Mossoul est rejeté. Tandis que l’Angleterre démobilise à grande vitesse, la Turquie elle, mobilise, autour d’un Pacte national ambitionnant la formation d’un état-nation territorialement fondé sur un retour aux lignes de l’armistice de Moudros. Par une diplomatie habile et des attaques ciblées, les nationalistes d’Angora parviennent à chasser les troupes grecques et italiennes d’Anatolie. Or, Londres cherche à éviter une solution militaire à la question de Mossoul. Le Cabinet doit, en effet, composer avec des conditions financières difficiles, une opinion publique lasse de la guerre et un Parlement hostile à l’augmentation des dépenses impériales. La crise de Chanak en automne 1922, démontre amplement l’hostilité du public anglais à un renouvellement des combats.

  • 28 Plus précisément, elles conviennent de référer le cas à la Société des Nations après neuf mois en c (...)
  • 29 Plus précisément, de la faire reconnaître.

36Par conséquent, l’option diplomatique est choisie. A Lausanne, devant l’échec des négociations spécifiques à Mossoul, les parties conviennent de s’en référer à la Société des Nations28. Le déroulement des activités de la commission d’enquête, son rapport, et les arguments des parties sont en eux-mêmes intéressants. Mais nous nous contenterons ici de constater que l’affaire est envisagée par la Société des Nations moins comme une question de souveraineté à déterminer que comme une affaire de frontière, ainsi qu’en témoigne le titre du rapport de la Commission. Cet angle d’approche correspond davantage au point de vue britannique que turc : l’Angleterre demande des frontières adéquates pour l’Irak (officiellement pour qu’il soit viable économiquement), tandis que la Turquie demande de recouvrer sa souveraineté sur Mossoul29. La recommandation du rapport est adoptée par le Conseil, qui attribue le vilayet à la Grande-Bretagne.

37Mais l’option diplomatique choisie par l’Angleterre ne passe pas que par la SDN. La Turquie commence par rejeter la sentence du Conseil d’octobre 1924. En 1926, elle consent à admettre la même frontière à quelques détails près. Pourquoi ?

  • 30 L’Irak s’engage à payer 10 % des ses royalties pétrolières pendant 25 ans.

38Bien sûr, les clauses financières incluses dans l’accord de 1926 sont un facteur explicatif, mais insuffisant30. Elles sont surtout une concession nécessaire pour que Mustafa Kemal puisse conclure l’accord sans perdre la face. Pour comprendre le revirement de la Turquie, il faut surtout, à notre sens, regarder du côté de la question kurde.

39Le réveil de la Turquie, ses activités et ses revendications sur Mossoul conduisent Londres, pour deux raisons différentes, à modifier son attitude envers « son » Kurdistan, dans le sens de son intégration progressive à l’État arabe naissant basé à Bagdad.

  • 31 Eskander, Saad, « Southern Kurdistan under Britain's Mesopotamian Mandate: From Separation to Incor (...)
  • 32 Idem, p. 166.

40Premièrement, les projets britanniques favorisant une autonomie des régions kurdes étaient basés sur la supposition d’une Turquie docile. Or, cette condition n’est plus satisfaite. La guerre n’est pas finie pour les patriotes du Pacte national, qui se livrent à des activités militaires et de propagande antibritanniques dans le vilayet de Mossoul et ailleurs31. Par ailleurs, le gouvernement d’Angora promet ostensiblement l’autonomie aux Kurdes de Turquie32. Or, les Anglais rencontrent déjà des problèmes d’insoumission au Kurdistan irakien, où ils mènent de fréquentes opérations terrestres et aériennes contre les rebelles.

41Néanmoins, la conférence du Caire, en mai 1921, préconise un Kurdistan méridional séparé de l’Irak. Mais la renaissance patriotique de la Turquie, son irrédentisme mossouliote et ses liens avec Moscou rendent rapidement ce projet obsolète. En juin 1921, trois mois seulement après la conférence, Sir Percy Cox préconise un soutien renforcé aux nationalistes arabes de Bagdad, et l’appui de leurs revendications territoriales sur Mossoul :

Our deliberations at the Cairo Conference […] were admittedly based on [the] assumption of a friendly Turkey. Subsequent developments having demonstrated that [this] assumption is not now a tenable one it is necessary to reconsider [our] position in [the] light of existing facts […]. As prospect of an Arab Government is beginning to materialise the public likes it less and […] a considerable section are inclined to hark back to [the] devil they know [i.e. Turkey].

  • 33 Lettre de Sir Percy Cox au Secrétaire d’État pour les colonies, 21 juin 1921. Records of Iraq, op. (...)

From [a] political point of view [the] best and in fact the only weapon we shall have wherewith to combat a possible campaign of Turco-Bolshevism from Angora […] will be a solid block of Arab nationalism and our policy must be to foster that to the utmost and give it all [the] material support we can.33

42Deuxièmement, l’abandon des projets d’autonomie kurde procède d’un désir de rassurer la Turquie pour la rendre plus souple sur la question de Mossoul. En 1923, le haut-commissaire en Irak fait la recommandation suivante :

  • 34 High Commissioner in Baghdad to Secretary of State for the Colonies, 1 octobre 1923, in Sluglett, P (...)

I suggest that it might considerably ease the frontier negotiations if we could give preliminary official pledge to Turkey that […] we have abandoned the idea of Kurdish autonomy included in the Treaty of Sèvres and that our aim is to incorporate in Iraq as far as may be feasible under normal Iraqi administration all the Kurdish areas which may fall on the Mosul side of the frontier as the result of the negotiations.34

  • 35 « Letter from D. G. Osborne, Foreign Office, to Colonial Office, March 18 1924, with extract from I (...)

43Quelques mois plus tard, cette même recommandation est réitérée par le Foreign Office au Colonial Office35.

44L’attitude modifiée de la Grande-Bretagne envers la question kurde est donc initiée par la crainte d’une collusion entre Kémalistes et Kurdes, qui la fait opter pour le direct rule depuis Bagdad et pour un renforcement du bloc nationaliste arabe aux dépens de l’autonomie du Kurdistan méridional. Ironiquement, cette politique d’intégration est confirmée et poursuivie pour rassurer ces mêmes Kémalistes et les convaincre d’abandonner leur irrédentisme mossouliote. Le traité de frontières, signé en 1926, prévoit la responsabilité mutuelle d’empêcher toute activité hostile à l’État voisin et plusieurs clauses de coopération policière et d’extradition.

45Alors que la conférence du Caire recommande clairement l’établissement d’un Kurdistan méridional politiquement et administrativement distinct de Bagdad, la politique britannique dérive progressivement vers son inclusion à part entière dans l’État arabe.

46Ces mesures d’intégration rencontrent une énergique résistance, que l’Angleterre aplanit à force de raids aériens, qui préfigurent peut-être un trait caractéristique de la politique kurde de l’Irak moderne. Dans le contexte de contrainte budgétaire où se trouve le gouvernement britannique, la Royal Air Force est un moyen de maintenir l’ordre à faible prix. Mais pour convaincantes qu’elles soient dans le court terme, les attaques aériennes ne sont certainement pas de nature à conquérir les cœurs déjà mitigés des Kurdes d’Irak.

Notes

1 Rapport de Bunsen, in Hurewitz, J.C., The Middle East and North Africa in World Politics: A Documentary Record, vol. II : 1914-1945, New Haven, Yale Univ. Press, 1975, p. 32.

2 Assistant Undersecretary of State for Foreign Affairs.

3 Ibid.

4 La faiblesse de l’Homme malade lui permet d’en obtenir les capitulations nécessaires au développement de ses intérêts commerciaux, tandis que sa conservation contribue à assurer, à peu de frais, sa position dans le golfe Persique et la sécurité de l’Inde.

5 The Committee [...] have in mind [...] the necessity of maintaining a just relation between the prospective advantages to the British Empire [...] and the inevitable increase in imperial responsibility. Our empire is wide enough already, and our task is to consolidate the possessions we already have [...].” Rapport de Bunsen, op. cit.

6 Idem, p. 31. “We require […] a frontier where an enemy’s advance can be delayed until the arrival of reinforcements […]. The Committee […] think that such a frontier can only be found along the ranges of hills to the north of the Mosul vilayet.”

7 La possibilité de faire miroiter à ses alliés des gains territoriaux aux dépens de la Porte est un avantage de la Triple entente sur les Puissances centrales, notamment envers les Arabes.

8 Kent, Marian. Oil and Empire: British policy and Mesopotamian oil, 1900-1920, New York, Barnes & Noble, 1976, p. 122.

9 The Persian Gulf Historical Summaries, 1907-1953, London, Archive Editions, 1987 (1928), vol. 1, p. 15. After Kut-el-Amara had fallen, exacting considerations of British prestige in the East […] and increasing Turco-German efforts from Baghdad against Persia, and through Persia towards India, all combined to make the capture of Baghdad more than ever worth a great British military effort. The Gallipoli campaign, the thrust at the heart of the Ottoman Empire, having failed, Mesopotamia now, in fact, became the battleground where the conflicting Eastern interests and aims of the belligerent Powers were brought to a settlement.”

10 Ibid.

11 Le Général Maude meurt du cholera en novembre 1917.

12 30 Octobre 1918.

13 Lord Curzon dira plus tard : “The allied cause floated to victory upon a wave of oil”. Cité dans MacMillan, Margaret, Peacemakers : “The Paris Conference of 1919 and Its Attempt to End War”, London, J. Murray, 2001, p. 406. Sur la guerre et l’importance croissante du pétrole, voir Yergin, Daniel. The Prize: The Epic Quest for Oil, Money & Power, London, Free Press, 2008.

14 Yergin, op. cit., p. 194 ss. Certains rapports américains prédisent l’épuisement des ressources du pays d’ici quelques décennies, et recommandent de le vendre en priorité sur le marché domestique. L’épuisement est une obsession américaine à ce moment et une croyance véritable. La consommation américaine a augmenté de 90 % de 1911 à 1918. Le directeur du United States Bureau of Mines prédit en 1919 que d’ici deux à cinq ans, la production américaine atteindrait son maximum, et qu’elle ne ferait que décliner par la suite. D’autres avis d’experts sont plus alarmants encore, prédisant l’épuisement des réserves d’ici 9 ans ! A ce sujet, voir également Mejcher, Helmut. « Oil and British Policy towards Mesopotamia, 1914-1918 », Middle Eastern Studies, vol. 8, no 3 (Octobre 1972), p. 384. http://www.jstor.org/stable/4282437.

15 Lettre de M.P.A. Hankey à Lord Balfour, 12 août 1918. Records of Iraq, vol. I, op. cit., p. 696.

16 Wilson, Arnold Talbot, Mesopotamia, 1917-1920: A Clash of Loyalties, A Personal and Historical Record, London, H. Milford, 1930, p. 17-18.

17 Opinion d’A.T. Wilson. « Memorandum on External Frontiers and Internal Boundaries of Iraq », 22 janvier 1918. Records of Iraq, vol. I, op. cit., p. 431.

18 La frontière ottomano-persane mesurait plus de 2000 km, dont ~ 1500 km avec le territoire de l’Irak actuel.

19 Premier mémorandum des desiderata de la Perse, présenté par la délégation persane à la Conférence des préliminaires de paix à Paris, le 23 mars 1919. Archives de la Société des Nations, Bibliothèque UNOG, Collection Firouz, premier carton.

20 Rapport de Percy Cox sur la position d’Ibn Saoud face à l’Irak, 10 octobre 1920. Records of Iraq, op. cit., vol. II, p. 801.

21 Lettre de Sir Lionel Haworth au Colonial Office, 14 avril 1928, in The Persian Gulf Historical Summaries, op. cit., vol. 1, p. 84.

22 Idem., p. 85.

23 A. F. Morley (Political Department, India Office), 7 mai 1932, cité dans Finnie, David H., Shifting Lines in the Sand, op. cit., p. 75.

24 « Mesopotamia: Report by Sir Erle Richards for the Peace Conference, submitted to Lord Curzon », janvier 1919. Records of Iraq, op. cit., vol. I, p. 696.

25 « Note prepared by Middle East Department, Colonial Office, by the Instructions of the Committee, to Implement the Skeleton Statement Circulated as I.R.Q.2. », 11 décembre 1922, Records of Iraq, op. cit., vol. III, p. 108.

26 La position de la France à la conférence de paix est relativement fragile. Clémenceau est enclin à faire des compromis en Orient pour obtenir des garanties contre une Allemagne demeurant très puissante. L’Angleterre en profite.

27 L’accord pétrolier du 24 avril 1920 est disponible dans Hurewitz, J. C. The Middle East and North Africa in World Politics, op. cit, vol. 2, p. 212 ss.

28 Plus précisément, elles conviennent de référer le cas à la Société des Nations après neuf mois en cas d’échec d’un nouveau round prévu de négociations bilatérales.

29 Plus précisément, de la faire reconnaître.

30 L’Irak s’engage à payer 10 % des ses royalties pétrolières pendant 25 ans.

31 Eskander, Saad, « Southern Kurdistan under Britain's Mesopotamian Mandate: From Separation to Incorporation, 1920-23 », Middle Eastern Studies, vol. 37, no 2 (avril 2001), p. 164, http://www.jstor.org/stable/4284159.

32 Idem, p. 166.

33 Lettre de Sir Percy Cox au Secrétaire d’État pour les colonies, 21 juin 1921. Records of Iraq, op. cit., vol. II, p. 785-6.

34 High Commissioner in Baghdad to Secretary of State for the Colonies, 1 octobre 1923, in Sluglett, Peter, Britain in Iraq: Contriving King and Country, London, I. B. Tauris, 2007, p. 82.

35 « Letter from D. G. Osborne, Foreign Office, to Colonial Office, March 18 1924, with extract from Intelligence Report n° 4, Turkish alarm over growth of Kurdish national movement at Mosul », Records of Iraq, op. cit., vol. III, p. 760. The Turkish Government […] have every reason to anticipate a formidable increase of […] difficulties in the event of the grant of a measure of autonomy to the Kurds on the Iraq side of the frontier. They therefore consider it essential that the whole of the Kurdish country should be included within Turkish territory […] It is […] a question for consideration whether there exists any means of allaying the well-founded Turkish apprehensions for the future, since, if it were possible to do so, the whole Turkish attitude on the frontier question might be profoundly modified.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search