Version classiqueVersion mobile

La naissance du territoire de l’Irak

 | 
Hassan Thuillard

2. Un « lac britannique » au Moyen-Orient : vers l’exclusion de l’Empire ottoman du golfe Persique

Texte intégral

  • 1 John Philby, cité dans Finnie, David H, Shifting Lines in the Sand: Kuwait’s Elusive Frontier with (...)

In 1899, after long hesitation, the British had been forced by Turkish activities […] to reconsider their hitherto platonic attitude towards the charms of Kuwait; and Mubarak had eagerly accepted their proposals of honourable marriage.1

2.1. Vers une implication plus directe de la Grande-Bretagne à la tête du golfe Persique

1Tout au long du xixe siècle, la position de la Grande-Bretagne dans la question d’Orient consiste dans les grandes lignes à maintenir en vie l’Empire ottoman, en sa qualité d’État tampon face à la Russie expansionniste et aux autres puissances européennes. Mais lorsque les intérêts stratégiques et commerciaux de l’Empire le demandent (et surtout la sécurité de l’Inde), l’Angleterre se permet quelques écarts, en occupant ou en établissant des protectorats sur certains dominions ottomans, par exemple Chypre, la zone du canal de Suez, ou encore certaines principautés côtières du golfe Persique.

  • 2 Visser, Reidar. Basra, the Failed Gulf State: Separatism and Nationalism in Southern Iraq, Münster, (...)

2La politique hégémonique de l’Angleterre dans le golfe Persique ne suit pas une logique foncièrement anti-ottomane. Elle vise principalement à combler un vide de puissance là où l’autorité de la Porte, lorsqu’elle est reconnue, n’est que purement nominale, afin, d’une part de lutter contre la piraterie, et d’autre part d’empêcher les puissances européennes rivales de s’immiscer dans une zone importante d’un point de vue commercial et stratégique2.

3Aux xviiie et xixe siècles, un grand nombre de traités de protection sont signés avec les chefs du pourtour du Golfe, si bien que celui-ci se transforme progressivement en « lac britannique ».

  • 3 « Précis of Kuwait affairs 1896-1904, n95 », in Schofield (éd.), The Iraq-Kuwait Dispute, vol. 5, (...)

4Mais si la Grande-Bretagne protège globalement l’Empire ottoman, c’est aussi parce que la faiblesse de son autorité lui permet de manœuvrer à sa guise sur ses territoires. Elle ne voit donc pas d’un bon œil la reconquista qu’il entreprend en direction de la péninsule arabique depuis la reprise en main plus directe de l’Irak qui débute en 1831. En effet, la Grande-Bretagne n’a aucun bénéfice à tirer à ce stade d’une réaffirmation de l’autorité de la Porte sur les côtes du golfe Persique, qui n’aurait pour effet que d’irriter le commerce britannique par des taxes, et de faire naître la possibilité que des concessions y soient accordées par la Porte à des puissances rivales de l’Angleterre. Vers la fin du xixe siècle, les documents britanniques attestent d’une volonté de mettre un frein à la reconquista, notamment au Koweït, où Constantinople tente d’imposer un bureau de taxation du commerce maritime et de construire une ligne de télégraphe3.

2.2. Vers une chasse gardée britannique au Koweït

  • 4 « Précis of Kuwait affairs 1896-1904, no 36 », in Idem, p. 46.

5Cette tentative de phagocytage du Koweït dans le domaine du direct rule ottoman est en soi irritante pour les Britanniques, qui caressent l’idée, déjà en 1897, de relier Port Saïd à la Baie du Koweït par une voie ferrée4.

  • 5 « Memorandum by Lord Curzon respecting Persian Affairs, 19 November 1898 », in idem, p. 148-150 ; F (...)
  • 6 « Précis of Kuwait Affairs, No 104-115 », in The Iraq-Kuwait Dispute, vol. 5, op. cit., p. 60.
  • 7 « Convention de la Société Impériale Ottomane du Chemin de Fer de Baghdad, du 5 mars 1903 », in The (...)

6Cependant, ce n’est pas pour y faire aboutir un chemin de fer que la Grande-Bretagne finira par étendre secrètement sa protection au Koweït le 23 janvier 1899, mais pour empêcher que d’autres puissances ne le fassent. En 1898, des entrepreneurs russes paraissent envisager la construction d’une ligne de chemin de fer de Machhad au Golfe, et parlementent avec Constantinople dans le but d’obtenir une concession qui partirait d’Alexandrette5. A la même époque, les Allemands, déjà fort impliqués dans les réseaux de chemins de fer en Asie mineure, semblent également s’intéresser à la région du Golfe. L’extension de leur réseau ferroviaire au Koweït leur permettrait de contourner le Canal de Suez pour aboutir directement en Asie, sans s’exposer à la suprématie navale britannique. En janvier 1900, cette menace se concrétise par la visite au Cheikh du Koweït d’une commission des chemins de fer allemands6, puis par l’obtention auprès de la Porte d’une concession pour la fameuse ligne Berlin-Bagdad7, qui achève de convaincre la Grande-Bretagne du bien-fondé de sa nouvelle politique de protection voilée au Koweït. Celle-ci vise à renforcer son ascendance sur les débouchés possibles d’une ligne ferroviaire, soit pour empêcher son établissement, soit pour en contrôler le trafic ou la construction.

  • 8 The Persian Gulf Historical Summaries, 1907-1953, London, Archive Editions, 1987, p. 35.

7Les intérêts pétroliers britanniques naissants dans l’Arabestan/Khuzestan rendent plus pressant encore le renforcement de l’implication anglaise à l’extrémité nord du golfe Persique, autour du Chatt al-Arab. En 1910, la protection britannique est étendue au Cheikh Khaz‘al de Muammara (actuelle Khorramchahr), incluant des clauses le protégeant même contre les éventuels « abus » des autorités persanes8.

8Cet accord renforce encore la position britannique dans le Golfe. Au Koweït cependant, le traité de 1899, signé dans le secret, ne suffit plus. Au risque d’irriter la Porte et les puissances européennes, la Grande-Bretagne adopte une position plus claire. En 1901, elle entame une discussion avec l’Empire ottoman, auquel elle fait reconnaître un statu quo au Koweït : la Grande-Bretagne promet de ne pas y établir de protectorat officiel, tandis que la Porte y renonce à une souveraineté plus que nominale :

  • 9 Note du Marquis de Lansdowne à Antopoulo Pasha, 11 septembre 1901, in The Iraq-Kuwait Dispute, op. (...)

The Turkish Government will not send troops to Koweit, and will maintain the status quo there, on condition that His Majesty's Government will abstain from occupying that place or establishing a British Protectorate there9.

9Cependant, cet accord n’exclut du contrôle ottoman qu’un Koweït territorialement indéfini. Les Ottomans, en conséquence, entreprennent d’en tester l’étendue par une pression militaire accrue. Cette pression, à laquelle l’Angleterre répond par la diplomatie de la canonnière, fait naître le besoin de préciser les limites de cette zone d’exclusion. L’établissement de garnisons ottomanes à Umm Qasr, le long du Khor Zubair, puis à Warba sur le Khor Abdallah, fait craindre une utilisation de cette zone, à la place de la baie du Koweït, comme gare terminale d’un chemin de fer étranger. C’est de cette crainte que procède la définition territoriale progressive du Koweït par la Grande-Bretagne dans le sens d’une inclusion des îles de Warba et Bubiyan, dont la possession équivaut au pouvoir de contrôler le trafic d’un éventuel port à Umm Qasr :

  • 10 « Memorandum respecting British occupation of certain localities situated at the head of the Persia (...)

[…] it is not probable that the Germans have overlooked the suitability of the Khor-Abdulla and the Khor Zobeir for wharfage in connection with a terminus. […] Were we in possession of Bubiyan Island, as well as of a position on Warba Island, it would be possible to close the Khor-Sobieh […] and the Khor Abdulla [would] be rendered unapproachable […]10

  • 11 Finnie, David H, Shifting Lines in the Sand, op. cit., p. 28.

10En 1904, l’Angleterre décide de faire savoir à la Porte qu’elle considère l’établissement des garnisons ottomanes sur l’île de Bubiyan comme une violation du statu quo de 1901. En 1907, elle obtient la concession de ces îles désertes, ainsi que certaines portions stratégiques de la côte koweïtienne, contre un tribut annuel versé au Cheikh Moubarak.11

  • 12 Accord anglo-ottoman sur le Koweït, 29 juillet 1913, in Shofield, Richard (dir.), The Iraq-Kuwait D (...)

11En 1913, la politique koweïtienne de la Grande-Bretagne culmine dans un accord avec la Porte. Encore une fois, le premier article réaffirme la souveraineté nominale de Constantinople sur le Koweït, puisqu’il le définit comme « un kaza autonome de l’Empire ottoman12 ». Cependant ce traité interdit « toute immixtion dans les affaires du Koweït », et reconnaît tous les accords précédents, y compris la convention secrète de 1899. Mais ce traité a cela de nouveau qu’il définit les limites territoriales de l’entité koweïtienne, qui seront reprises dans la détermination des contours du futur État. Cet arrangement territorial particulier définit deux zones. La première, délimitée par une ligne rouge, désigne le domaine de souveraineté effective du Cheikh. La seconde, entourée d’une ligne verte, indique l’étendue de la zone d’exclusion ottomane. Cette dernière comprend toutes les îles stratégiques du Khor Abdallah.

12Malheureusement pour la Grande-Bretagne, la guerre mondiale éclatera sans que ce traité ne soit ratifié par la Porte, laissant l’avenir juridique du Koweït en suspens.

Notes

1 John Philby, cité dans Finnie, David H, Shifting Lines in the Sand: Kuwait’s Elusive Frontier with Iraq, London, I.B. Tauris, 1992, p. 17.

2 Visser, Reidar. Basra, the Failed Gulf State: Separatism and Nationalism in Southern Iraq, Münster, LIT, 2005, p. 52.

3 « Précis of Kuwait affairs 1896-1904, n95 », in Schofield (éd.), The Iraq-Kuwait Dispute, vol. 5, Slough, Archive Editions, 1994, p. 58. Koweit possesses an excellent harbour, and will, under our protection, undoubtedly become one of the most important places in the Persian Gulf. Apart from the chances of its being the seaport for the projected railway from Port Said, which is under consideration and which the possession of Koweit would enable us to protect the trade with the interior is already considerable, and will greatly increase.”

4 « Précis of Kuwait affairs 1896-1904, no 36 », in Idem, p. 46.

5 « Memorandum by Lord Curzon respecting Persian Affairs, 19 November 1898 », in idem, p. 148-150 ; Finnie, David H, Shifting Lines in the Sand, op. cit., p. 15.

6 « Précis of Kuwait Affairs, No 104-115 », in The Iraq-Kuwait Dispute, vol. 5, op. cit., p. 60.

7 « Convention de la Société Impériale Ottomane du Chemin de Fer de Baghdad, du 5 mars 1903 », in The Iraq-Kuwait Dispute, op. cit., vol. 5, p. 181.

8 The Persian Gulf Historical Summaries, 1907-1953, London, Archive Editions, 1987, p. 35.

9 Note du Marquis de Lansdowne à Antopoulo Pasha, 11 septembre 1901, in The Iraq-Kuwait Dispute, op. cit., vol 5, p. 171.

10 « Memorandum respecting British occupation of certain localities situated at the head of the Persian Gulf in connection with the projected terminus of the Baghdad railway, September 21 1907 », in The Iraq-Kuwait Dispute, op. cit., vol. 5, p. 329.

11 Finnie, David H, Shifting Lines in the Sand, op. cit., p. 28.

12 Accord anglo-ottoman sur le Koweït, 29 juillet 1913, in Shofield, Richard (dir.), The Iraq-Kuwait Dispute, vol. I, Slough, Archive Ed, 1994, p. 9-11.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search