Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre XVI. À chacun sa paix

Texte intégral

La paix à la carte

1Dans un monde où les Etats, et en même temps les sources de conflits et les moyens d’imposer sa volonté, sont devenus plus nombreux, la paix est aussi devenue plus fragile. Davantage d’individus, de groupements et de nations la menacent et sont susceptibles de la rompre à tout instant. On peut voir là un développement positif, au sens où chaque Etat — au moins en théorie — peut se déclarer égal aux autres et chaque groupe revendiquer sa liberté d’expression. Mais cette « démocratisation » n’est pas gratuite : elle a pour prix le fait que, dans le brouhaha des voix et des opinions, il est devenu impossible de s’entendre sur la signification du terme « paix », au-delà de la seule absence de guerre. Toute « paix » imposée ou garantie par une ou quelques grandes puissances n’est plus tolérable : les notions de « Pax Romana », de « Pax Britannica », et plus récemment, de « Pax Americana » ou même de « Pax Sovietica » appartiennent au passé ou sont rejetées dans un lointain avenir, quel que soit au demeurant le mérite dont elles se réclament.

2Le monde est aujourd’hui trop complexe et les nations trop conscientes d’elles-mêmes pour se laisser imposer la paix et l’ordre par « diktat ». Là où subsiste une suprématie, c’est généralement contre la volonté de ceux qui la subissent. L’idée même de domination ou « d’hégémonie » est incompatible avec l’essence de notre concept général de paix, toute paix sans une parcelle d’auto-détermination étant par définition impossible.

3Rejeter la notion de paix hégémonique est une chose, mais s’entendre sur une alternative en est une autre. Les 170 pays que compte notre planète n’ont pas une idée commune de la paix, ni n’accordent le même rôle à la guerre et aux conflits. Il y a ceux qui, pour des raisons idéologiques ou religieuses, croient encore à la possibilité d’une « guerre juste » comme instrument légitime pour atteindre leurs buts politiques, qu’il s’agisse de se libérer d’une domination étrangère ou d’une oppression sociale, de reconquérir des territoires perdus ou d’accomplir une mission historique.

4L’Union Soviétique et ses disciples ont pendant longtemps considéré la guerre entre le « capitalisme » et le « communisme » comme inévitable. C’est à partir du moment (dans le milieu des années 1950) où elle reconnut que les armes nucléaires ne feraient pas de distinction entre les deux camps, mais les annihileraient simultanément, que Moscou (et plus tard, Beijing) adopta une attitude plus prudente : la guerre entre « capitalisme » et « communisme » ne fut plus considérée comme inéluctable. Cependant, la doctrine soviétique continue de soutenir que le « capitalisme » est par nature belliciste et prêt à faire la guerre dans toute hypothèse où il peut en espérer des gains économiques et politiques — ce qui exclut une confrontation avec l’URSS, car la puissance de son armée rendrait l’entreprise trop dangereuse. Selon sa vision des choses, la guerre disparaîtra seulement lorsque le capitalisme aura été éliminé et sera remplacé par une société sans classes (communiste). En-deçà, la « coexistence pacifique » offre un pis-aller, qui ne peut, en tout cas, rester que transitoire.

  • 1 U. S. Foreign Policy for the 1970s : The Emerging Structure of Peace. A Report to the Congress by (...)

5Mis à part la « guerre des classes », d’autres formes de guerre font partie de l’héritage culturel de diverses nations : la guerre de libération, le Jihad islamique (ou « guerre sainte »), la guerre contre les rebelles ou « contre-révolutionnaires » (en Afrique du Sud, en Amérique Centrale, en Indochine, en Afghanistan). L’usage de la force ne reste donc pas sans justifications. Qui parle de « paix » doit être conscient que de nombreuses formes de guerre sont encore considérées comme les moyens légitimes de sa réalisation. Ceci est vrai aussi pour les conflits armés ou non armés qui ne sont pas des guerres proprement dites. Certains Etats et groupements politiques considèrent le conflit comme un instrument indispensable au progrès de leur cause, comme l’accoucheur du « progrès » (quelle que soit la définition donnée à celui-ci), comme le corollaire de la révolution et du changement, plutôt que comme un acte à éviter à cause de son caractère nuisible et destructeur. Ce genre d’attitude est illustré de manière particulièrement éclairante dans un rapport sur la politique extérieure américaine présenté au Congrès par le Président Nixon.1 M. Nixon affirme que l’une des causes de dissension entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique provient de leurs différences d’approches dans la conduite des relations internationales :

« Les Américains considèrent les tensions dans les relations internationales comme anormales et aspirent à les voir résolues aussi rapidement que possible. Nous avons tendance à croire que la bonne volonté est un ingrédient essentiel à leur solution, et que notre propre bonne volonté est au-dessus de tout soupçon. Nous voyons en la persistance des tensions la preuve que notre adversaire nous est irrémédiablement hostile. L’application de ce postulat à nos relations avec l’Union Soviétique nous a conduits à arborer un optimisme exagéré et injustifié dans les périodes de détente et à accepter le déchaînement de la violence comme une fatalité et sans le moindre esprit critique dans les périodes de crise.  »
« L’URSS tend à percevoir les tensions internationales comme le corollaire inévitable de l’existence de systèmes sociaux antagoniques. La diplomatie soviétique est prête à les accepter comme normales et, trop souvent, à considérer les négociations avec les Etats-Unis comme une compétition impitoyable dont seule l’une des parties pourra tirer avantage. En conséquence, les Soviétiques ont souvent été tentés de traiter toute amélioration occasionnelle de nos relations comme l’occasion à saisir pour s’assurer des gains tactiques de portée limitée. Ils ont alors catalogué les phases de tension intermittentes à l’index des fatalités et exclu les causes de ces tensions de toute possibilité de recours. »

6Que cette description reflète ou non la réalité, elle illustre clairement le rôle des perceptions. Elle montre que, pour des raisons de tradition, d’expérience historique ou de convictions idéologiques, deux pays peuvent adopter des attitudes différentes, si ce n’est diamétralement opposées, à l’égard des crises et des conflits et de leur place dans les relations internationales. Τous ne considèrent pas leur suppression comme un impératif. Au contraire, la guerre elle-même est encore jugée par certains comme un instrument indispensable. Même si une majorité d’Etats devait rejeter ces moyens comme quelque chose d’« anormal » et de dangereux, il en resterait toujours quelques-uns pour les considérer comme le signe avant-coureur du progrès, le rédempteur de l’honneur perdu ou, au pire, un mal nécessaire, faute d’un médiateur plus adapté.

Désarmement et développement

7Si les opinions sont très diverses en matière de guerre et de conflits, le spectre des options n’est pas moins étendu lorsque l’on tente de définir des termes tels que « l’ordre » et « la paix ». Pour certains, la paix n’est possible qu’à condition qu’intervienne une distribution plus égalitaire des richesses économiques et du pouvoir politique. Les pays les plus pauvres et les plus défavorisés sont en général les premiers à se réclamer d’une telle conception. Il est certain que l’élimination de la faim et de la misère, le libre accès aux ressources naturelles ou l’amélioration des termes de l’échange sont des exigences légitimes. Mais leur concrétisation est-elle une garantie de paix universelle ? Peut-être...

8Cependant, l’exemple de pays qui, malgré leur niveau de vie, montrent une forte propension à l’expansionnisme et à l’instabilité, devrait nous rendre prudents dans nos estimations. Le progrès économique, les réalisations technologiques et le rayonnement politique peuvent être des conditions, mais ne sont pas nécessairement des garanties de stabilité et de paix. Nous avons été témoins des effets déstabilisants du développement économique sur nombre de sociétés : à l’évidence, la richesse et le pouvoir sont souvent la terre nourricière de l’avidité et de la convoitise. L’équation facile entre « progrès » et « développement » d’un côté, « stabilité » et « paix » de l’autre, peut effectivement être dangereuse.

9C’est dans ce contexte qu’il faut juger de la juxtaposition des termes « armement » et « développement ». Plus personne ne conteste aujourd’hui que trop d’argent et de ressources sont gaspillés à des fins d’armement et trop peu pour des besoins réfléchis de développement économique. Laissons pour l’instant de côté la question de savoir si l’argent économisé sur le premier serait effectivement utilisé en faveur du second. Même si c’était le cas — ce qui est peu vraisemblable — il faudrait encore définir ce que l’on doit entendre par « développement » : pour qui, avec quels objectifs et dans quelles conditions devrait-il être mis en œuvre ? A ce jour, peu de réponses ont été données à ces questions et, parmi les quelques-unes qui ont été avancées, rares sont celles qui seraient satisfaisantes et acceptables par toutes les parties en cause. Supposer, comme on le fait fréquemment, que la réduction de l’armement en faveur du « développement » augmentera les chances de paix, est peut-être souscrire à une idée à la mode, mais c’est simplifier à l’excès le laborieux processus du désarmement et sous-estimer l’ambiguïté du concept de développement. Comme nous l’avons fait remarquer, tous deux sont des objectifs extrêmement difficiles à atteindre et leur combinaison risque de compliquer le problème au lieu de le simplifier. Qu’on les considère séparément ou conjointement, ils ne sont pas des préalables nécessaires pour que régnent la paix et l’ordre.

La sécurité au sens large

10Quoi que l’on en pense, la paix est inconcevable sans la sécurité. Celle-ci reste indubitablement la condition préalable à ce qu’un Etat accepte de renoncer volontairement et à long terme au recours à la force. Mais la question est devenue plus complexe au fil des années, et ceci dans deux dimensions au moins.

11Tout d’abord, la « sécurité » a depuis longtemps cessé d’englober seulement la garantie contre une menace militaire. Pour un grand nombre de pays, peut-être la majorité d’entre eux, la « sécurité économique » est devenue une préoccupation aussi importante que la sécurité militaire. Ils se sentent vulnérables aux fluctuations de la conjoncture interne, ainsi qu’à la concurrence ou aux défis venant de l’étranger. Une trop grande dépendance extérieure en matière de ressources de base comme le pétrole, le gaz ou les produits alimentaires peut paraître dangereuse : les Européens et les Japonais, par exemple, s’inquiètent de devoir compter sur les réserves pétrolières du Moyen-Orient et le gaz naturel soviétique ; les pays en voie de développement, de leur côté, sont désemparés lorsqu’ils ne reçoivent pas suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir leurs populations affamées. A l’inverse, les Etats-Unis, par le biais de l’embargo, ont utilisé à maintes reprises leur position dominante dans la production de céréales (essentiellement de blé) comme une arme pour punir l’Union Soviétique après des actions telles que l’intervention en Afghanistan. De même, l’octroi et le retrait de crédits peuvent être utilisés pour influer sur la politique d’un pays en difficultés financières.

12Il serait facile de multiplier les exemples prouvant qu’au-delà de l’usage de la force militaire nue, il existe de nombreux moyens beaucoup plus subtils et discrets d’empiéter sur l’indépendance d’autres nations et de mettre en danger leur sécurité. Tout Etat doit donc prêter constamment attention à bien d’autres éléments que le seul environnement politique et stratégique immédiat, puisque la panoplie des menaces et instruments d’immixtion englobe une longue liste d’actions non militaires.

  • 2 Voir Barry Buzan, People, States and Fear, Brighton, Wheatsheaf Books, 1983.

13Ceci introduit le second type d’évolution subi par notre concept de sécurité au cours des dernières décennies. L’interdépendance croissante qui caractérise les relations internationales n’a pu rester sans implications dans ce domaine. Aucun Etat ne peut se sentir en sécurité si son environnement ne l’est pas. Aussi la sécurité « globale » doit-elle être considérée comme davantage que la somme des multiples sécurités nationales. Il faut reconnaître que cette dernière notion est devenue trop étroite.2 Or, les Etats, dans leur immense majorité, tendent à définir leur sécurité et à se donner les moyens de l’assurer à un niveau étroitement national, sans accorder la moindre attention aux conséquences de leur politique sur les pays voisins. Ils considèrent manifestement qu’en pourvoyant à leur propre sécurité, ils contribuent auto- matiquement à la sécurité internationale. Mais l’expérience montre que ce n’est pas nécessairement le cas.

  • 3 Richard Rosecrance, International Relations : Peace or War ?, New Yord, McGraw-Hill, 1973, p. 186 (...)

14Essayons d’élucider les motifs d’une telle attitude. A l’évidence, comme on l’a fait remarquer plus haut, les égoïsmes nationaux n’y sont pas indifférents. Mais il ne faudrait pas non plus oublier que le contenu et les limites de la sécurité nationale sont définis autant par des facteurs de politique intérieure que par l’environnement international. Les considérations domestiques sont même l’une des forces essentielles qui contribuent à la formulation des politiques nationales de sécurité. Les comportements à l’égard du monde extérieur prennent naissance à l’intérieur. Ils ne peuvent donc que se situer dans une perspective relativement étroite et répondre à des objectifs à court terme. Un effort considérable est nécessaire de la part d’un gouvernement démocratique s’il veut parvenir à persuader son opinion publique que la sécurité du pays sera plus sûrement garantie par une politique à long terme, tenant compte d’une série de facteurs externes et transcendant les intérêts nationaux étroits. « L’une des raisons essentielles des tensions au sein du système international est que les objectifs et décisions politiques sont formulés sur une base purement nationale.  »3 La situation est aggravée par la tendance des grandes puissances à étendre leurs intérêts stratégiques bien au-delà des limites du justifiable. C’est ce qui advint à la suite de la guerre froide, lorsque les Etats-Unis et l’Union Soviétique commencèrent à mesurer leurs intérêts nationaux à l’échelle du monde, transformant la planète en arène de leur compétition future.

15Les premiers s’engagèrent militairement en Corée et au Vietnam parce qu’ils analysaient l’expansion soviétique dans ces régions comme une menace à leur sécurité nationale. Leur comportement actuel au Moyen-Orient et en Amérique Centrale est largement redevable à une perception identique. Washington justifie son engagement mondial par la nécessité « d’endiguer » le communisme soviétique afin de défendre les libertés américaines (et occidentales). Plus les Etats-Unis étendront le champ géographique de leur influence et accroîtront l’intensité de leur contrôle, plus solide apparaîtra la garantie de leur sécurité. Cette logique s’applique aussi bien au domaine stratégique qu’économique. Qu’ils poursuivent ou non le dessein d’instaurer une Pax Americana, leur attitude révèle jusqu’où peuvent s’élargir les dimensions de la « sécurité nationale » : seules les contraintes géographiques et financières peuvent y mettre un frein.

16L’Union Soviétique, bien qu’elle s’y prenne différemment, a emprunté une voie similaire. Ses engagements politico-stratégiques dans de nombreuses régions du monde se doublent d’une extension de ses exigences en matière de sécurité. Il est déroutant de l’entendre justifier son intervention en Afghanistan presque comme un acte d’autodéfense. L’argument selon lequel sa « sécurité » aurait été menacée par l’immixtion de puissances extérieures (probablement occidentales) en Afghanistan est évidemment très discutable. Il révèle une interprétation très large du concept de sécurité nationale, dont les exigences risquent de s’aiguiser concurremment à l’expansion extérieure.

17En pratique, ceci implique que l’URSS devra être capable d’utiliser sa puissance militaire dans des régions toujours plus distantes de son territoire, afin de garantir la solidité du réseau de ses engagements économiques et politiques. Comme le déclarait un jour le Maréchal Gretchko : « Plus grande sera la puissance militaire de l’Union Soviétique, plus parfaite sera la paix du monde. » Affirmation prémonitoire ! Indubitablement, les leaders soviétiques, du moins ceux d’entre eux qui appartiennent à la classe militaire, se sentiraient davantage en sécurité si une grande partie du monde était sous leur contrôle. La recherche de la sécurité débouche sur une sorte d’engrenage. En incitant à exercer une domination sur des territoires toujours plus vastes, elle entraîne inévitablement la mise en oeuvre de forces militaires plus importantes. Faut-il craindre pour autant que derrière tout ceci se profile l’émergence d’une Pax Sovietica ?

La sécurité, responsabilité commune

  • 4 Pour ce qui suit, je me suis inspiré d’un exposé de Thomas H. Wilson, Jun. « National Defense and (...)

18Les comportements des deux grandes puissances diffèrent à la fois par leurs manifestations et leurs motivations, mais ils constituent les archétypes de conceptions plutôt contestables de la sécurité nationale, dont la traduction dans le concret ne contribue certainement pas à rendre le monde plus sûr. Assez curieusement, les pays incriminés semblent continuer à traiter le problème de leur sécurité selon une logique qu’ils ont abandonnée depuis longtemps pour d’autres domaines de l’activité internationale.4

19Il est indéniable que la planète constitue une unité physique. Du point de vue technique, elle doit son intégration à l’existence d’un réseau de moyens de communications et de transport en expansion constante. Des liens économiques se sont développés par le biais des flux commerciaux et des mouvements multilatéraux de capital. En termes économiques, le « vaisseau terre » exigera de plus en plus des remèdes de nature globale si l’on veut éviter qu’il n’aille un jour ou l’autre à la débâcle. Depuis longtemps, l’humanité a pris conscience de la nécessité de considérer que des questions comme les échanges commerciaux, les transferts de technologie, la pollution, les ressources en eau, l’exploitation des océans, le développement économique, la dette internationale, etc., ne peuvent être laissées à la diligence d’une poignée de nations. Elles sont le sujet d’une préoccupation commune et doivent en conséquence : être analysées et, si possible, résolues d’un commun accord, au niveau régional et, éventuellement, au niveau mondial.

20Une telle affirmation, qui semble aujourd’hui un truisme, ne l’était pas il y a quinze ou vingt ans. Même s’il manque encore à la communauté internationale les institutions et mécanismes adéquats pour transformer une vision commune en une action conjointe, de l’avis général, l’interdépendance actuelle ou virtuelle dans de nombreux domaines (quoiqu’elle reste souvent très inégale) forcera les Etats à trouver les voies et les moyens de cette action.

21Au contraire, l’interdépendance n’est absolument pas reconnue dans le domaine politico-militaire. Au-delà de l’aversion générale à l’égard de la guerre nucléaire, les égoïsmes nationaux restent le trait dominant en matière de paix et de sécurité.

  • 5 Wilson, op. cit.

« La condition de paralysie politique et d’insécurité militaire du monde réel n’est pas en harmonie avec les faits objectifs de l’unité physique, de l’intégration technologique et de l’interdépendance de notre environnement. En effet, les systèmes planétaires naturels demandent une administration conjointe ; les systèmes technologiques mondiaux ne peuvent survivre sans que leur usage soit guidé par des règles de base décidées internationalement ; l’interdépendance économique implique un degré élevé d’organisation internationale. Chacune de ces exigences requiert une stabilité politique suffisante et un sens assez élevé de la sécurité militaire pour permettre aux nations de maîtriser les réalités actuelles. »5

22De cette constatation découlent deux types de conclusions qui ne sont pas sans lien l’une avec l’autre. En premier lieu, chaque Etat continue de se comporter comme si sa politique de sécurité extérieure, d’armement et de défense était totalement indépendante de son environnement et pouvait être poursuivie sans aucune considération de son impact sur celle de ses voisins ou sur le monde dans son ensemble. En second lieu, il y a effectivement un fossé croissant entre l’insuffisance de compréhension mutuelle et de collaboration en matière de sécurité et d’armement d’une part, et les multiples formes de coopération dans des domaines non militaires d’autre part. D’une attitude à l’autre il y a, au sens littéral du terme, un monde de distance. Même si les deux champs d’action semblent n’avoir pas grand-chose en commun, il faut pourtant reconnaître qu’ils appartiennent à une même totalité.

23Ce décalage a de lourdes conséquences, qui pourraient devenir fatales. Chaque Etat tend à assimiler les zones de conflit potentiel avec ses voisins à son intérêt national, au lieu d’en faire l’objet d’une coopération. Dans les cas où il est amené à définir ses exigences de sécurité sur fond de conflit latent, il fait inévitablement porter son effort sur l’accroissement de sa puissance militaire. Mais il prend alors le risque de détruire la base de confiance particulièrement nécessaire à une coopération politique en face des défis communs.

  • 6 Stanley Hoffmann, Primacy of World Order, New York, McGraw-Hill, 1978, p. 252 (cité par Buzan, op. (...)

24Une telle compréhension de la sécurité est beaucoup trop étroite, à la limite beaucoup trop nationaliste. Elle a constamment empêché les Etats de pousser la coopération internationale dans ce domaine particulier, alors qu’ils y ont réussi dans d’autres sphères. Les membres de la communauté internationale doivent cependant apprendre que la sécurité nationale, aussi parfaite qu’elle puisse paraître, n’équivaut pas à la paix. La paix transcende de beaucoup le seul domaine des armements. Sa réalisation concrète dépendra de la capacité des Etats « à faire de la sécurité nationale l’un des aspects d’une politique visant à établir un ordre international ».6 C’est seulement dans ces conditions qu’ils seront en mesure de donner à leur sécurité la dimension qui lui revient, lorsqu’elle sera considérée à l’intérieur d’un cadre plus large, non comme une fin en soi, mais comme une contribution à la paix internationale.

Notes

1 U. S. Foreign Policy for the 1970s : The Emerging Structure of Peace. A Report to the Congress by Richard Nixon, 9 February 1972, pp. 17-18.

2 Voir Barry Buzan, People, States and Fear, Brighton, Wheatsheaf Books, 1983.

3 Richard Rosecrance, International Relations : Peace or War ?, New Yord, McGraw-Hill, 1973, p. 186 (cité par Buzan, op. cit., p. 242).

4 Pour ce qui suit, je me suis inspiré d’un exposé de Thomas H. Wilson, Jun. « National Defense and World Security : Can We Have One without the Other ? », US Association for the Club of Rome, Washington, 14 April 1981.

5 Wilson, op. cit.

6 Stanley Hoffmann, Primacy of World Order, New York, McGraw-Hill, 1978, p. 252 (cité par Buzan, op. cit., p. 5).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search